Skip to navigation – Site map
A. Mythologies of Space

Immigrants italiens et frontière américaine : Pioneers ! Ο pioneers !

Marie-Christine Michaud
p. 55-66

Abstract

Between the Civil War and the First World War most of the Italian immigrants settled in Eastern cities. Nonetheless some of them chose to go West. They were pulled there by the myth of liberty, and also by job opportunities in mines, on the construction of the railroad and on farms. Ironically, these Italians acquired a new identity based on their adaptation to the environment. As a matter of fact, they were building American society and felt they were part and parcel of the pioneers who spread American civilization in the new territories. Hence they lived in a new "western identity space," and became pioneers—Italian-American pioneers.

Top of page

Author's notes

Walt Whitman, Leaves of Grass (New edition. 1855, New York: Airmont publishing, 1965).

Full text

1Les immigrants italiens se sont installés massivement dans les centres industriels et urbains de la côte est des États-Unis, mais il ne faudrait pas ignorer ceux qui ont choisi de tenter leur chance dans les terres plus reculées, à la Frontière. D’ailleurs on constate que le mouvement migratoire des Italiens aux États-Unis coïncide avec l’avancée vers l’ouest de la Frontière. En outre, l’exploitation des espaces géographiques encore vierges a pour conséquence directe l’élaboration d’un nouvel espace identitaire qui trouve sa source dans l’adaptation à l’environnement américain où ils assoient une identité de pionniers.

2Pour Frederick Turner (1893) comme pour St John de Crèvecœur (1782), la Frontière a le pouvoir de transformer les Européens en Américains. C’est la terre du creuset, l’endroit même où naît l’identité américaine. En s’adaptant à l’environnement, les individus perdent leurs caractéristiques européennes, ils adoptent une nouvelle existence et se forgent une identité issue de leur besoin de survie, de leurs attentes et de leurs contacts avec les autres. Par conséquent, ceux qui ouvrent la voie de l’Ouest deviennent des éléments fondamentaux dans la construction de l’identité nationale et de véritables héros dans la psyché américaine.

  • 1 Comme exemples types des préjugés et de la discrimination que les Italiens subissent, il est possib (...)

3Influencés par les lettres qu’ils reçoivent des Americani, c’est-à-dire de leurs parents ou amis déjà immigrés aux Etats-Unis, ceux qui hésitaient encore décident d’émigrer. Le mythe de l’Ouest et le rêve américain attirent les Italiens que les conditions de vie ne parviennent plus à retenir. Comme se souvient Leonard Covello en citant sa grand-mère alors qu’il quitte son village natal pour l’Amérique : "The gold you will find in America will not be in the streets, as they say. It will be in the dreams you will realize—in the golden dreams of the future" (Covello 18). De même, les propagandes des compagnies de chemins de fer et les annonces dans la presse représentent des facteurs essentiels dans le mouvement de population vers l’Ouest. En fait, toutes donnent une image romantique de l’Amérique, terre d’abondance, des opportunités et des libertés. En Californie, le village Mud Springs, qui doit son nom à la topographie du lieu, mais qui se trouve près de Diamond Springs, est appelé El Dorado car on a trouvé de l’or aux alentours (Dondero, 68). L’Ouest, où tout semble possible est particulièrement loué au travers des correspondances. Et même si les conditions de vie ou de travail ne sont pas si bonnes, si les difficultés qu’ils rencontrent sont nombreuses et les préjugés à leur égard importants,1 les immigrants ne peuvent pas avouer aux Italiens restés au pays que leur expérience n’est pas concluante. Ils diffusent donc une image positive de leur immigration et acquièrent une position de supériorité face à leurs compatriotes. Ils veulent montrer qu’ils sont des aventuriers et qu’ils participent au développement de la nation américaine. C’est comme s’ils étaient "repartis" à la conquête de l’Eldorado et ils s’octroient alors une image de héros (Michaud, 102).

4Au demeurant, leur présence dans les nouveaux territoires de l’Union est même souhaitée puisqu’elle aide à l’exploitation des terres et freine l’engorgement des villes de l’est. Ainsi les immigrants sont encouragés à poursuivre leur mouvement migratoire jusque sur la Côte Ouest, comme le déclare le président Roosevelt au New York Times (9 décembre 1901) : "they would do better by going West instead of huddling together in New York or Boston, where they were exposed to the danger of losing all the good qualities they brought with them from Italy and acquiring all the bad ones of America". De plus, la présence des Italiens peut permettre à l’économie locale de se développer, comme le maintient The North Idaho Teller (novembre 1876) : "we have the land and we want people to occupy and to cultivate it. We can promise them good returns. Let the immigrants come and be welcome". En fait, la Frontière dépend de la venue d’immigrants pour progresser ; en même temps les immigrants sont plus à même de réaliser leur rêve en s’installant à la Frontière. Dans l’esprit des Italiens, le rêve américain correspond à un certain épanouissement personnel, à la capacité pour les hommes de nourrir leur famille et pour les contadini, c’est-à-dire les paysans du sud de l’Italie, à la possibilité de posséder une ferme. Or, la vie à la Frontière semble leur offrir ces possibilités. Ainsi, ils partent vers les nouveaux territoires de l’Ouest, ce qui créé une certaine symétrie entre la répartition des Italiens en Amérique et l’avancée de la Frontière, les itinéraires suivis par les chemins de fer et les emplacements des régions minières. De même la croissance des villes est liée à la dispersion des Italiens sur le territoire. Ainsi on ne saurait nier l’apport de ces individus dans le développement de la nation américaine (voir les cartes ci-dessous).

Mouvement migratoire des Italiens aux États-Unis

Mouvement migratoire des Italiens aux États-Unis

source : Velijonka, 8

  • 2 Notre propos n’est pas de dresser un historique des aventures des explorateurs italiens qui se sont (...)

5Le désir d’immigrer naît d’une propension au changement et à plus de liberté, et il semble que les espaces inexplorés de l’Ouest peuvent répondre aux attentes des nouveaux arrivants. C’est en tous les cas l’idée que les explorateurs et missionnaires italiens qui sont allés à la Frontière ont répandue depuis la fin du XVIIIe siècle.2 On peut entre autres mentionner le cas de Philip Mazzei, commerçant né près de Florence, qui contribue à l’élaboration de la Déclaration d’Indépendance aux côtés de Thomas Jefferson et de James Madison et s’établit comme planteur en Virginie. On peut également citer des missionnaires tels que Samuel Mazzuchelli, prêtre dans l’Iowa, Michael Accolti ou John Nobili qui s’installent en Californie et dans l’Oregon ; le père Bandini aussi joue un rôle important dans la diffusion d’une image positive de l’Ouest auprès des Italiens installés sur la côte est des États-Unis puisqu’il parvient à les persuader de partir dans l’Ouest, dans l’Arkansas notamment. Le père Rappagliasi également, qui part dans le Wyoming et le Montana dès les années 1870 pour évangéliser les Indiens diffuse une image bienfaisante des nouveaux espaces et des prétendus sauvages au travers de sa correspondance. De même, Leonetto Cipriani, le premier consul italien à San Francisco en 1852, loue l’impact des Italiens sur le commerce californien et incite les Italiens à venir développer leurs compétences en Californie. Le comte Andreani encore parcourt la région autour du Lac Supérieur dans les années 1790 puis la Louisiane dont il fait l’éloge dans un rapport au président Jefferson en 1808. Il est donc possible d’affirmer que les explorateurs italiens eurent un rôle prépondérant dans la venue des Italiens dans les espaces sauvages et contribuèrent à répandre l’image d’une Frontière salvatrice.

Voies ferrées aux États-Unis au début du XXème siècle

Voies ferrées aux États-Unis au début du XXème siècle

Source : John Stover, The Life and Decline of the American Railroad, New York : Oxford University Press, 1970, 156

6Néanmoins, même si ces explorateurs et missionnaires italiens ont véritablement fait avancer la Frontière américaine, ils demeurent un groupe restreint, voire une élite, qui n’a pas directement influencé les paysans du Mezzogiorno dans leur décision d’émigrer. Pourtant les immigrants italiens aiment rappeler que des compatriotes ont joué un rôle décisif dans la Destinée Manifeste des Etats-Unis. C’est le cas des Italiens qui se sont installés dans l’Arkansas dans les années 1890 et qui ont appelé leur communauté, bientôt devenue une ville, Tontitown, d’après le nom du premier explorateur italien venu dans l’état, Enrico de Tonti. L’exemple qui illustre peut-être le plus clairement l’influence des aventuriers sur le mouvement migratoire des Italiens est celui de Giacomo Beltrami. En janvier 1823 il décide de partir vers les régions inexplorées du Nord afin de trouver les sources du Mississippi et d’étudier les tribus indiennes. Ses expéditions permettent d’une part de mieux connaître les états du Nord Ouest d’un point de vue géographique, de développer le commerce de la fourrure et d’autre part d’attirer encore plus les Italiens dans ces régions en leur montrant les avantages de la vie dans les espaces de l’Ouest qui restent à conquérir. Du reste, le nom de Beltrami est choisi dans les années 1860 pour nommer l’un des comtés de l’état du Minnesota, ce qui sacralise l’emprise des explorateurs sur la construction du pays mais aussi sur l’esprit des immigrants qui souhaitent voir leur contribution à la conquête de ces nouvelles terres reconnue. D’ailleurs Giacomo Beltrami a servi de modèle aux personnages de pionniers dans The Leatherstocking Tales de Fenimore Cooper (Rolle, 66).

7Le fait de construire une ville et d’affronter l’adversité à la Frontière, la nature comme les Indiens dans certains cas, donne aux Italiens le sentiment de participer à l’expansion de la civilisation dans l’espace sauvage. En fait, quand ils s’installent dans les centres urbains de la côte est, les Italiens prennent en quelque sorte la place des anciennes vagues d’immigrants, des Irlandais ou des Allemands, et viennent compléter la population urbaine. En revanche, quand ils fondent des villes dans des espaces à peine explorés, ils éprouvent le sentiment de construire le pays. Ainsi, les Italiens qui s’installent dans le Minnesota afin de travailler dans les chemins de fer et qui fondent le long des voies ferrées des communautés telles que Eveleth, Aurora ou Grand Rapids, développent véritablement l’habitat dans la région et peuvent être considérés comme des bâtisseurs. Lorsqu’ils arrivent à la Frontière, ils ont une existence rurale mais ils acquièrent rapidement une maturité quasi-urbaine qui leur permet de "civiliser" les espaces sauvages, comme les principes de la Destinée Manifeste l’encouragent (Rolle, 72).

8Si les premiers aventuriers ont ouvert la voie à l’immigration italienne dans l’Ouest américain, ce sont avant tout les circonstances du XIXe siècle et les progrès de l’industrialisation qui ont accéléré l’arrivée des Italiens à la Frontière. En fait, les immigrants répondent aux offres et aux demandes de la société américaine. Lorsque le besoin de main d’œuvre se concentre dans les centres urbains de l’est afin de développer les industries, les Italiens restent à l’est du Mississippi. Quand le besoin d’une population plus grande se fait sentir pour explorer, construire et exploiter les espaces vierges de la Frontière, ceux-ci s’enfoncent dans les territoires de l’Ouest.

9Avant la Guerre de Sécession, une première vague migratoire d’Italiens originaires du nord de la péninsule s’installe dans les espaces à construire de la Frontière. On estime qu’entre 1820 et 1830, la population italienne aux Etats-Unis s’élève à 439 personnes. Entre 1831 et 1840, ils sont 2 253 (Schiavo, 149). Comme de véritables aventuriers, ils partent pour des régions encore inexplorées, le plus souvent dans l’espoir d’y établir de nouveaux échanges commerciaux, tel Francis Vigo qui développe le commerce de la fourrure dès les années 1870. D’autres partent à la Frontière pour exercer leurs professions quand celles-ci y sont nécessaires. En effet, l’Ouest constitue un espace où tout est à construire. Ainsi la venue des Italiens du nord qui sont le plus souvent artisans ou ouvriers spécialisés, verriers, tailleurs de pierre ou maçons, est largement appréciée. Ils développent aussi les activités agricoles et les vignobles, en Californie notamment, ou deviennent pêcheurs. En fait, ils fournissent aux autres pionniers les produits alimentaires dont ceux-ci ont besoin. Les Italiens qui vont jusque dans les Etats de la côte pacifique sont sans doute attirés par la découverte de l’or mais peu deviennent chercheurs d’or. Ils se tournent plutôt vers des activités dérivées mais pourtant nécessaires à la population de plus en plus nombreuse.

10Il est plus facile de faire preuve d’esprit d’initiative dans les nouveaux territoires, puisque rien n’est encore établi. Ainsi ils se sentent prêts à s’investir dans des activités à plus long terme. En outre, le climat et les paysages de Californie leur rappellent ceux de l’Italie, d’où le surnom de l’état : "la Reine du Pacifique" (Gumina, 117). En fait, la Californie semble répondre aux attentes des immigrants. Elle satisfait un désir d’initiative personnelle et d’aventures. Au contact des pionniers américains, des cowboys et des chercheurs d’or, les Italiens acquièrent une nouvelle mentalité et un nouveau mode de vie issus de leur adaptation à l’environnement. Leur immigration comble leurs espoirs d’améliorer leurs conditions de vie mais répond aussi simultanément à un besoin psychologique de créativité et de confiance dans l’avenir. Le sentiment de loyauté et de gratitude envers les états qui leur offrent de telles possibilités donne naissance à l’impression de participer à la grandeur de la nation. Ils sentent qu’ils font partie des pionniers qui construisent l’Amérique. De la même manière, les paysages et le climat du Texas sont comparables à ceux de l’Italie et, comme les possibilités d’y trouver un emploi ou de s’y installer comme fermiers sont nombreuses, le Texas est aussi une destination privilégiée. La ville de Texarkana par exemple est fondée par un Génois qui en devient le maire dans les années 1870.

11En outre, grâce aux diverses lois prises par le gouvernement pour favoriser le peuplement des terres récemment acquises, les Italiens peuvent s’installer facilement comme fermiers. Le Pre-emption Act de 1841 favorise l’achat des terres qui ne sont pas encore inscrites au cadastre par les fermiers qui occupent ces terres. Le Homestead Act comme le Pacific Railway Act, adoptés en 1862, donnent la possibilité d’acheter les lots de terre à bas prix. La Northern Company par exemple reçoit quarante millions d’acres qu’elle peut redistribuer à ses employés, dont un grand nombre est italien, s’ils désirent s’installer le long des voies ferrées (White, 196). Toutefois, seuls les citoyens américains peuvent bénéficier des avantages du Homestead Act. Ainsi, non seulement la venue des Italiens dans l’Ouest est facilitée mais, en plus, leur naturalisation est encouragée, ce qui accélère leur intégration.

  • 3 Philip Taylor, The Distant Magnet (New York: Harper and Row, 1971).

12Les Italiens sont enclins à aller dans les centres urbains, premiers piliers de la civilisation américaine qui se développent dans le midwest et à l’Ouest. Ces villes (Chicago, Kansas City, St Louis) où convergent les pistes comme les voies de chemin de fer qui conduisent à l’Ouest, exercent un rôle d’aimant, "a distant magnet," pour reprendre l’expression de P. Taylor,3 d’une part parce qu’elles offrent de nombreuses opportunités professionnelles, et c’est là que les agences proposent des emplois aux nouveaux arrivants, et d’autre part parce qu’elles sont des passages obligés pour atteindre l’Ouest. Le nombre d’Italiens ne cesse d’y croître. En 1850, on compte 124 Italiens à St Louis ; en 1880, ils sont 879. En 1890, la ville de Kansas City dénombre 720 Italiens ; en 1920, ils sont plus de 7 800 (Schiavo, 157).

  • 4 Diane Raptosh, "Italian-American Women on the Frontier: Sister Blandina Segale on the Santa Fe Trai (...)

13Il faut néanmoins souligner que les conditions de vie étant très difficiles en pleine nature, à cause du côté primitif du mode de vie surtout, les individus sont enclins à s’installer dans les nouvelles villes qui émergent dans l’Ouest, en particulier quand leurs familles les rejoignent. Les femmes, peu nombreuses à la Frontière tant l’existence y est éprouvante, redoutent la vie hors des centres urbains. Celles qui s’aventurent dans les territoires inexplorés sont soit des épouses qui suivent leurs maris, soit des missionnaires, telles que sœur Blandina Segale qui va jusque dans le Colorado en suivant la piste de Santa Fe au début des années 1870.4 Ainsi, les hommes, après avoir travaillé dans les mines ou dans la construction des voies ferrées, ne tardent pas à se fixer dans des villes quand ils sont en famille.

14San Francisco attire particulièrement les immigrants italiens qui veulent tenter leurs chances dans l’Ouest américain. Beaucoup se lancent dans le commerce ou les affaires puisqu’ils comprennent qu’ils ne feront pas fortune en tant que chercheurs d’or. Ils se consacrent à d’autres activités, aux spécialités professionnelles qu’ils importent d’Italie, à de "nouvelles niches commerciales," plus lucratives dont ils acquièrent le monopole et dans lesquelles ils excellent. L’expérience de Domenico Ghirardelli est un exemple de réussite. Le jeune Italien dont le père est chocolatier près de Gênes profite de la ruée vers l’or et de l’arrivée massive d’aventuriers pour établir une chocolaterie à San Francisco. En 1850, sa fortune s’élève à 25 000 dollars et son influence est telle que, dans les années 1890, on donne le nom de Ghirardelli à un square de la ville (Jackson, 84). Les Italiens contrôlent l’importation de produits alimentaires (d’Italie surtout), la production maraîchère. Ils développent la production vinicole et certains, comme les familles Petri ou Gallo, connaissent un énorme succès (Sensi-Isolani et Martinelli, 21). Ils ouvrent des manufactures de pâtes et implantent des magasins, des restaurants ou hôtels : ils développent les métiers et commerces de bouche. D’autres s’installent comme barbiers, épiciers, cordonniers. Ils ouvrent une manufacture d’imitation de marbre ; ils construisent l’un des embarcadères du port de San Francisco ; dans les environs de la ville ils exploitent les mines d’argent, de cuivre et de fer, autant d’entreprises qui témoignent du rôle de ces immigrants dans le développement économique et industriel de la région. Andrea Sbarboro représente pour les immigrants italiens non seulement un modèle de réussite mais un pionnier qui participe au rayonnement de la nation grâce à sa société, the Italian Swiss Agricultural Association. Homme d’affaires philanthrope, il aide ses compatriotes en leur fournissant des emplois dans sa coopérative agricole et devient l’une des grosses fortunes de la Californie, tout comme Amadeo Peter Giannini, le fondateur de the Bank of Italy en 1904, rebaptisée the Bank of America en 1930. L’industrie de la pèche joue également un rôle considérable dans l’expérience des Italiens puisque comme le constate l’Eco d’Italia le 9 décembre 1865 : "what would San Francisco be without the 300 Italian truck-farmers or the 200 Italian fishermen?"

15D’autres se consacrent à l’élevage, comme les familles Cuneo, Sanguinetti ou Fregulia qui fournissent la région en viande. En 1860, la famille Rosasco s’installe dans le comté de Tuolumne. La demande de viande est telle qu’en 1907 les Rosasco possèdent sept ranchs. Ces quelques exemples attestent le dynamisme et l’esprit d’initiative des Italiens. Ils montrent que les espaces nouvellement conquis offrent des opportunités auxquelles les Italiens ne peuvent résister.

  • 5 Mary Alice Sanguinetti, "The Italians of Calaveras County," Worrall ed. 38-54.

16Par ailleurs, incontestablement, la ruée vers l’or à partir de 1848-1849 a motivé l’immigration des Italiens jusque dans les états de la côte pacifique et surtout en Californie, dans la région de Mother Lode où les mines exploitées par des Italiens prennent le nom de La Fortuna Mine, le Volponi, le Porto Fino ou encore Bella Vista. Andrea Lagomarsino par exemple trouve de l’or pour une valeur de 30 000 dollars dans le comté de Calaveras, en Californie, à la fin des années 1850, ce qui lui permet d’acheter des terres et de s’installer comme fermier :5 tel était son rêve américain. Au Nevada, les Italiens exploitent aussi des mines d’argent dès 1859. En 1870, seuls 199 sont installés dans l’état. En 1880, ils sont 1 560. En 1900, ils représentent 3 % de la population du Nevada, c’est-à-dire le pourcentage le plus élevé de la population italienne par rapport à la population totale par état (Belaustegui, 7). De la même façon, l’immigration italienne dans le Colorado se développe à partir du moment où l’on y découvre de l’or à la fin des années 1850. En 1880, 335 immigrants y sont installés ; en 1890, ils sont plus de 3 880 (Schiavo, 170). Cependant, comme c’est le cas en Californie, ils se tournent finalement plutôt vers des activités qui se développent parallèlement à la recherche de l’or. Pendant cette période, l’Ouest est perçu comme un paradis. D’ailleurs un immigrant écrit à des parents en Italie : "Father Alfonso used to tell me fabulous stories about Paradise. If he is still living, tell him that I have found Paradise in America and that it is infinitely better than he supposed" (Rolle, 148).

17A partir des années 1880, une seconde vague d’immigrants italiens, composée essentiellement de contadini, se consacre surtout à l’agriculture. Ces Italiens sont d’origine paysanne et, des terres étant disponibles, ils s’installent dans les territoires vierges comme fermiers. Dans le schéma de l’installation de ces Italiens dans les espaces de l’Ouest à exploiter, ils sont souvent d’abord employés dans des domaines industriels, en particulier la construction des voies ferrées et l’exploitation des mines car l’offre y est toujours croissante, mais espèrent pouvoir se fixer comme fermiers. Tel est le cas des Italiens qui partent travailler dans les mines et pour les compagnies de chemin de fer dans le Minnesota, le Wisconsin, le Nebraska, l’Utah, les Dakota ou dans l’Idaho.

  • 6 Joseph Giovinco, "Success in the Sun?" Sensi-Isolani et Martinelli ed. 36.

18Dans les régions du Nord-Ouest, les ouvriers italiens ont souvent des postes saisonniers puisqu’il y fait trop froid l’hiver pour travailler à l’extérieur. Aussi doivent-ils soit retourner vers les centres industriels de l’est pendant la saison froide pour y chercher un emploi, soit rester dans ces régions et s’adonner à d’autres activités. Ce sont tout d’abord les mines de l’Iron Range, Mesabi et Vermilion Ranges qui constituent le premier facteur d’immigration dans le Minnesota. Et même si le climat, les conditions de travail et de vie ne sont pas aussi bons qu’ils l’imaginaient, les possibilités d’avoir un emploi, voire de s’enrichir, sont telles qu’ils y immigrent nombreux. Comme le note Joseph Giovinco, c’est la fluidité de la société à la Frontière qui constitue le facteur principal du mouvement migratoire des Italiens puisque les occasions et les chances d’améliorer son niveau social y sont plus grandes.6 Grâce à cette fluidité sociale, ils sont à même de changer d’emploi et de gravir l’échelle socio-économique. D’abord mineurs, ils peuvent devenir cheminots, fermiers et/ou commerçants.

19Il convient de souligner que pendant la période de l’immigration de masse à la fin du XIXe siècle, les Italiens immigrent plus dans les états du nord du midwest et de l’Ouest que dans le Sud qui présente moins d’intérêts. D’une part l’industrialisation qui s’opère dans cette région est plus lente, donc la demande de main d’œuvre est plus restreinte ; d’autre part, les conditions de travail, le climat tropical qui suscite des maladies comme la malaria, et la concurrence plus accrue notamment avec les noirs libres depuis la fin de la Guerre de Sécession, freinent leur enthousiasme à se diriger vers des états tels que le Mississipi, le Tennessee, l’Alabama et la Floride. Ainsi, les Italiens qui habitent ces états sont surtout des Italiens du nord qui ont immigré avant les années 1860 et se sont consacrés au commerce ou à l’agriculture. Cependant il est possible de constater une augmentation constante du nombre d’Italiens à l’ouest du Mississippi.

  • 7 Les chiffres ne sont pas disponibles lorsque les territoires ne sont pas encore des états de l’Unio (...)

Nombre d’Italiens dans certains états à l’ouest du Mississippi. (d’après les statistiques du bureau du recensement).7

Etats

1850

1860

1870

1880

1910

Californie

229

2 987

4 660

7 537

63 615

Colorado

--

6

16

335

14 375

Illinois

43

100

552

1 357

72 163

Louisiane

924

1 279

1 889

2 527

20 233

Minnesota

1

45

40

124

9 669

Missouri

123

603

936

1 074

12 984

Montana

--

--

34

64

6 592

Nebraska

--

18

44

62

3 799

Texas

41

69

186

539

7 190

Washington

--

11

24

71

13 121

  • 8 Sheridan, Franck. Italian, Slavic and Hungarian Unskilled Immigrant Laborer in the United States. W (...)

20En réalité, une dépendance mutuelle s’instaure entre ces aventuriers et les espaces ouverts, ce qui conduit les Italiens à se forger une nouvelle identité, à savoir une identité de pionniers. La construction des chemins de fer dans les états du nord du midwest n’a pu progresser qu’avec le travail des Italiens. Au début du XXe siècle, la Union Pacific emploie jusqu’à 2 000 Italiens ; la Great Northern et la Soo Line en emploient chacune 1 500. Ceux-ci sont nombreux à travailler pour les lignes de chemin de fer à la Frontière car les salaires sont plus élevés que dans les emplois agricoles ou dans les industries de la côte est.8 Ainsi, les compagnies de chemin de fer dépendent des immigrants pour se développer comme ces derniers ont besoin des emplois qu’elles leur fournissent pour réaliser leur rêve.

21Les Italiens du Sud sont des paysans et leur intention est de pouvoir exploiter leurs propres fermes. Ainsi, les Italiens qui immigrent au Texas dans les années 1870 afin de travailler dans les mines de charbon du comté de Thurber ou à la construction de la ligne de chemin de fer entre Victoria et Rosenberg se tournent rapidement vers la culture de coton et de céréales. Le comté de Brazos compte parmi les plus grandes concentrations de fermiers italiens des Etats-Unis. Ils sont 553 en 1900 (Belfiglio, 12). Mais la véritable colonisation du Texas par les Italiens commence dans les années 1880 lorsque le comte Giuseppe Telfener achète de terres près de El Paso et fait venir des Italiens pour qu’ils les exploitent. Bien que G. Telfener fasse faillite trois ans plus tard, quelque deux mille Italiens sont venus travailler pour lui (Schiavo, 170). De même, en Californie, en 1860, 81 % des Italiens du comté de Calaveras sont mineurs mais, en 1900, ils ne représentent plus que 45 % des Italiens du comté car beaucoup préfèrent s’adonner à l’agriculture : en 1860 à peine 3 % sont fermiers contre 20 % en 1900 (Sanguinetti, 51). Cette évolution est rendue possible grâce à la fluidité du système qui leur permet de changer d’emplois et d’exploiter leurs propres terres.

22En outre, le statut économique de ceux qui se sont lancés dans les affaires, comme le style de vie des fermiers, tous vivant dans des espaces moins exigus comparés aux taudis des centres industriels de l’est, séduisent les nouveaux arrivants. Néanmoins, il est ironique de noter que les Italiens sont d’autant plus attirés vers les espaces ouverts et inexplorés de la Frontière que ceux-ci s’apparentent aux paysages de leur Italie natale. A l’Ouest, ils découvrent le même genre d’environnement géographique et climatique que celui qu’ils ont fui en Italie. C’est peut-être l’une des raisons supplémentaires pour lesquelles ils s’installent dans ces régions et se sentent une âme "d’hommes de l’Ouest".

23Somme toute, les Italiens revendiquent le statut de pionniers. En adaptant leur mode de vie aux exigences de la Frontière, ils se sont transformés en constructeurs de la nation américaine, ils ont répondu aux principes de la Destinée Manifeste et ont adopté une nouvelle mentalité née du pouvoir de "régénérescence" de l’Ouest (Crèvecœur, 82). Ils ont acquis le sentiment de contribuer à la grandeur du pays tant ils ont travaillé et accepté certains sacrifices, comme celui de mettre en retrait leur traditions. Ils ont privilégié leurs tâches professionnelles au détriment de la solidarité familiale, linguistique et culturelle qui caractérisait leurs communautés. De plus, leur participation aux guerres, contre le Mexique pour l’annexion du Texas et à la Guerre de Sécession, a renforcé leur sentiment d’appartenir au groupe des hommes qui ont construit la nation. De ce fait, la Frontière a bien métamorphosé les immigrants en pionniers, comme l’affirme Rolle (159) : "a toughening process went on that transformed the immigrant into a pioneer". La Frontière n’a pas seulement donné naissance à un nouveau type d’homme, l’Américain, comme l’annoncent Crèvecœur et Turner, mais elle a fait naître chez les immigrants le sentiment d’avoir participé à la découverte et au progrès de la nation, ce qui fait d’eux des pionniers américains.

source : Minnesota Historical Society

24En ce sens, la photographie ci-dessus est des plus révélatrices. Deux Italiens, J. Flowers et P. Spina se font photographier en 1905 avec les vêtements typiques des pionniers de la Frontière. Leur attitude révèle une fierté certaine ainsi que la transformation de leur identité. Ils ne sont plus des immigrants italiens mais des Américains de la Frontière.

  • 9 Linda Pitelka, "Indians and Italians: the Boundaries of Race and Ethnicity in Rural Northern Califo (...)
  • 10 Quand ils arrivent aux Etats-Unis, les Italiens, et surtout les Italiens du Sud ne sont pas considé (...)

25L’identification des Italiens aux "bâtisseurs de l’Amérique" est compréhensible, voire légitime. Les espaces de l’Ouest leur ont fourni un nouvel espace identitaire dans lequel il leur a été possible d’affirmer une identité de pionniers. Linda P. Pitelka9 soutient même que les Italiens qui se sont installés dans le nord de la Californie ont eu de bons contacts avec les Indiens qui leur ont transmis la capacité de vivre en symbiose avec l’environnement, ce qui a facilité leur adaptation. Lors de leur arrivée, les Italiens ont des points communs avec les Indiens.10 Au fur et à mesure qu’ils prennent exemple sur les aventuriers blancs américains et que leur statut économique s’élève, ils abandonnent le mode de vie des Indiens pour adopter la mentalité de pionnier. Comme le rappelle C. A. Dondero dans son autobiographie (39) : "before the coming of the Yankee, there was no great love for wealth, but there was great pride in an honorable ancestry. Life in early California pueblos and rancheros was one of simple duties and great pleasures". La formation de leur nouvelle identité provient donc (1) de l’adaptation tant à l’environnement qu’au système socio-économique et (2) du mimétisme qui s’exerce face à l’Anglo-américain, d’où un taux de naturalisation relativement élevé dans l’Ouest. Les recensements étatiques attestent que, en Californie, en 1900, plus de 50 % des Italiens qui possèdent une entreprise ou des terres (donc qui se sont intégrés au système et ont tiré profit des opportunités des nouveaux espaces) sont naturalisés américains. Dans l’ensemble des Etats-Unis, le taux de naturalisation des Italiens est de 17,7 % en 1910 et de 30 % en 1920. Or, dans les états du Nord-Ouest, ces taux sont plus élevés. Ils sont respectivement de 25 % et 34 %, comme si dans ces régions, les Italiens se sentaient plus impliqués dans la vie locale. Les Italiens veulent participer au progrès de leur pays d’accueil, être considérés comme des bâtisseurs de la nation, en somme être des pionniers du Nouveau Monde.

26L’imaginaire joue un rôle fondamental dans la décision d’émigrer. Aussi quand le rêve devient réalité, les immigrants sont disposés à s’adapter à l’environnement et à faire des efforts, voire des sacrifices, pour profiter pleinement des avantages qui leur sont offerts. En fait, les immigrants italiens se sont américanisés en adoptant le mode de vie de la Frontière, comme le signalait Turner. Leur mentalité a changé ; ils ont acquis un nouvel esprit d’initiative à l’image des pionniers. Leur identité s’est métamorphosée au fur et à mesure qu’ils se sont installés dans les nouveaux territoires des Etats-Unis. Et force est de constater que, comme de véritables pionniers anglo-américains, les Italiens sont entrés dans la mythologie américaine.

Top of page

Bibliography

Belaustegui, Felvia. The Evolution of an Ethnic Community. Immigration of Italians to Reno. Ann Arbor, MI: UMI, 2000.

Belfiglio, Valentine. Italian Experience in Texas. Austin: Eakin Press, 1983.

Covello, Leonard. The Heart Is the Teacher. Totowa, NJ: Littlefield, 1970.

Crèvecœur (St John de), Hector. Letters from an American Farmer. 2nd ed. 1782, New York : Penguin books, 1983.

Dondero, Carlo Andrea. Go West, an Autobiography, 1842-1939. Eugene, OR: Garlic Press, 1992.

Foester, Robert. Italian Emigration of Our Time. Cambridge, MA: Harvard University Press, 1904.

Gumina, Deanna Paoli. The Italians of San Francisco, 1850-1930. New York: Center for Migration Studies, 1978.

Jackson, Donald. Ghirardelli. New York: A. Knopf, 1980.

Lemke, W. J.. The Story of the Italian Colony of Tontitown. Fayetteville, ARK: Washington County Historical Society, 1963.

Michaud, Marie-Christine. "A la redécouverte des Amériques. Les correspondances des Italiens au début du XXème siècle." Des odyssées à travers le temps. Jean-Paul Barbiche ed. Paris : L’Harmattan, 2002.

Rappagliosi, Philip. Letters from the Rocky Mountain Indian Missions. Lincoln: University of Nebraska Press, 2003.

Rolle, Andrew. The Immigrant Upraised. Italian Adventurers and Colonists in an Expanding America. Norman, OK: University of Oklahoma Press, 1968.

Schiavo, Giovanni. Four Centuries of Italian-American History. New York: Center for Migration Studies, 1992.

Sensi-Isolani Paola and Phylis C. Martinelli, ed. Struggle and Success. An Anthology of the Italian Immigrant Experience in California. New York: Center for Migration Studies, 1993.

Turner, Frederick D.. The Significance of the Frontier in American History. Chicago: Report of the American Historical Association, 1893.

Vecoli, Rudolph. Italian Immigrants in Rural and Small Town America. New York: Italian American Historical Association, 1987.

Velikonja, Joseph. "Territorial Spread of the Italians in the U.S," Perspectives in Italian Immigration and Ethnicity. Silvano Tomasi ed. New York: Center for Migration Studies, 1977.

White, Thomas. It’s Your Misfortune and None of My Own. Norman: University of Oklahoma Press, 1991.

Worrall, Janet, ed. Italian Immigrants Go West. Cambridge, MA: Italian American Historical Association, 2003.

Top of page

Notes

1 Comme exemples types des préjugés et de la discrimination que les Italiens subissent, il est possible de mentionner les lynchages qui ont eu lieu en Louisiane en 1891, dans le Colorado en 1895 et en 1896 encore en Louisiane car les italiens étaient considérés comme des concurrents professionnels et/ou des criminels.

2 Notre propos n’est pas de dresser un historique des aventures des explorateurs italiens qui se sont succédés depuis le XVe siècle mais de montrer l’impact que certains ont eu sur le développement de l’immigration dans l’Ouest américain.

3 Philip Taylor, The Distant Magnet (New York: Harper and Row, 1971).

4 Diane Raptosh, "Italian-American Women on the Frontier: Sister Blandina Segale on the Santa Fe Trail," Italian Ethnics: Their Languages. Literature and Lives. Candelora, Dominic, Fred Gardaphe and Paolo Giordano ed. (New York: AIHA, 1990) 91-108.

5 Mary Alice Sanguinetti, "The Italians of Calaveras County," Worrall ed. 38-54.

6 Joseph Giovinco, "Success in the Sun?" Sensi-Isolani et Martinelli ed. 36.

7 Les chiffres ne sont pas disponibles lorsque les territoires ne sont pas encore des états de l’Union.

8 Sheridan, Franck. Italian, Slavic and Hungarian Unskilled Immigrant Laborer in the United States. Washington: Bulletin of the Bureau of Labor, 1907.

9 Linda Pitelka, "Indians and Italians: the Boundaries of Race and Ethnicity in Rural Northern California," Worrall, 66-78.

10 Quand ils arrivent aux Etats-Unis, les Italiens, et surtout les Italiens du Sud ne sont pas considérés comme des hommes blancs, de par leurs origines méditerranéennes mais aussi parce qu’ils se lient avec les Indiens dans l’Ouest et les Noirs dans le Sud avec lesquels ils partagent les mêmes emplois.

Top of page

List of illustrations

Title Mouvement migratoire des Italiens aux États-Unis
Credits source : Velijonka, 8
URL http://journals.openedition.org/caliban/docannexe/image/2371/img-1.jpg
File image/jpeg, 548k
Title Voies ferrées aux États-Unis au début du XXème siècle
Credits Source : John Stover, The Life and Decline of the American Railroad, New York : Oxford University Press, 1970, 156
URL http://journals.openedition.org/caliban/docannexe/image/2371/img-2.jpg
File image/jpeg, 392k
Credits source : Minnesota Historical Society
URL http://journals.openedition.org/caliban/docannexe/image/2371/img-3.jpg
File image/jpeg, 164k
Top of page

References

Bibliographical reference

Marie-Christine Michaud, « Immigrants italiens et frontière américaine : Pioneers ! Ο pioneers ! », Caliban, 19 | 2006, 55-66.

Electronic reference

Marie-Christine Michaud, « Immigrants italiens et frontière américaine : Pioneers ! Ο pioneers ! », Caliban [Online], 19 | 2006, Online since 13 December 2016, connection on 22 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/2371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.2371

Top of page

About the author

Marie-Christine Michaud

Université de Bretagne Sud, Lorient

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals