Skip to navigation – Site map
B. Place and Nation

"...dans le milieu de la Ville qui fait face à la place, se trouvent tous les besoins publiques..." : remarques sur la notion de centralité urbanistique en Louisiane coloniale et à New Orleans

Gilles-Antoine Langlois
p. 87-96

Abstract

The founding of the colonials towns of "La Mobile" (Mobile. Al.) and "La Nouvelle Orléans" (New Orleans, La.) illustrates the original French type of town-planning. In New Orleans particularly, all powers focused on a central square. This "place d’Armes" appears as the basis of the symmetrical grid of the town itself. After the Louisiana Purchase (1803), the place d’Armes, becoming Jackson Square in the name of the general who had defeated the British army, acquired the status of a national symbol in a rapidly growing town. Today (at least before Katrina...), are the "Vieux Carré" and Jackson Square itself, nothing but the image of a city, a frozen area in a touristy and gentrified historical landmark?

Top of page

Full text

1La question de l’espace public a préoccupé les maîtres d’œuvres des établissements coloniaux de la Louisiane française depuis les projets de fondation. Il s’agissait d’un territoire inconnu ; s’y appliquaient des coutumes indigènes avec lesquelles il fallait composer, même si l’espace était extrêmement vaste. En effet, au moment de la plus grande expansion de la colonie, au milieu du XVIIIe siècle, quelques 3 à 4 milliers de colons et autant d’esclaves africains, cohabitèrent avec une ou deux centaines de milliers d’Amérindiens sur une superficie égale à plus de 2 millions de km ... La nécessité d’établir un réseau de forts se justifiait par la défense des concessions rurales vivant de la culture de l’indigo, du tabac, du riz, et le relais des coureurs des bois, négociant la fourrure avec les tribus indiennes.

2Les contraintes géographiques ont une part essentielle dans l’histoire de la colonisation de la Louisiane. Chaque erreur y est lourde de conséquences : la tragédie du chantier du nouveau Biloxi, commencé en 1720-1721 pour des motifs d’intérêt politique sur un site mal choisi, mène à son abandon après qu’un quart environ de la colonie française y ait trouvé la mort, et la moitié des esclaves du Sénégal et de Guinée. Mais dans le même temps, lorsque les ingénieurs du Roi imaginent La Nouvelle Orléans pour intéresser le Régent à "leur" colonie, ils ont soin de lui adresser des plans, des prévisions et des discours avantageux. Le plan régulier ne possède t-il pas un peu du charme de l’utopie ? En ce sens, on assiste sur ce territoire lointain et largement ignoré, à l’émergence d’un nouveau type d’urbanisme, qui veut qu’une ville ne se conçoive pas seulement avec des habitants, mais avec des images. Les plans de villes coloniales de l’époque moderne sont extrêmement séducteurs. Rares sont les représentations des inondations, des baraques pourrissant dans une eau malsaine, des zones à peine défrichées qui s’étendent immédiatement à partir des dernières maisons, au beau milieu de la grille idéale tracée sur le lavis du dessinateur.

3Un autre exemple de la volonté de séduire se rencontre dans la toponymie des espaces publics. À la première Mobile, ville de colons qui a dû s’organiser seule, ces derniers se sont cru autorisés à dénommer les rues de la ville par le nom des habitants illustres qui s’y trouvaient, c’est à dire les leurs. Il n’en sera pas de même à la seconde Mobile, et moins encore à La Nouvelle Orléans, où seul Bienville, commandant général de la colonie, obtiendra sa rue : tous les autres noms font référence à la famille d’Orléans, celle du Régent. Cette grille toponymique, superposée au maillage orthogonal de la cité, apparaît comme celle qui fournit un sens à la trame nue, dont elle souligne la forte simplicité.

4Ces représentations idéales coexistent avec les relations écrites plus concrètes et parfois naïves qu’adressent les ingénieurs aux ministres, lesquelles sont en butte à toutes les critiques que peut engendrer une conception aussi radicale du tracé urbain et de l’application des règlements, surtout quand cela s’exerce sur une population très hétérogène d’aventuriers, d’investisseurs et négociants, de justiciables exilés, de religieux, de militaires de carrière, de petits commerçants, de voyageurs, d’esclaves Noirs, mélange dont il n’y a aucun exemple en France. Les rares témoignages de ces premiers habitants témoignent de leur fierté d’habiter "la Ville" – il s’agit de La Nouvelle Orléans –, le seul espace louisianais qui fût aussi clairement identifié, et approprié à ses habitants, tout au moins ceux de race blanche.

L’espace urbain des ingénieurs

  • 1 En effet je mets à part les tentatives d’utopies des Bonapartistes, puis de Cabet, Considérant et q (...)

5Les deux réalisations d’espaces publics urbains se voient à La Mobile et à La Nouvelle Orléans.1 L’établissement portuaire sur le Golfe du Mexique – le Biloxi en 1699, puis La Mobile en 1702 –, consiste en deux villages, voire pour La Mobile en une petite agro-ville. Cela paraît bientôt insuffisant à la Compagnie de John Law, qui obtient le monopole de la Louisiane en 1717. C’est ainsi que des ingénieurs et des ouvriers compétents sont appelés de France, de façon à créer, la ou les ville(s) capable(s) de regrouper le commerce de la colonie, l’accueil des bateaux de la métropole et l’envoi des marchandises, les bâtiments de l’administration, les magasins, ainsi que pour abriter une population de concessionnaires, négociants, paysans et esclaves. Ce sera La Nouvelle Orléans.

6La ville de La Mobile a cette particularité d’avoir conservé son nom et quasiment son plan, alors même qu’elle a été déplacée de 5 kilomètres au sud, au terme de quelques années d’existence. Les inondations chroniques subies sur le premier site ont motivé son abandon, tandis que l’adoption d’un plan quasi-similaire obéissait à la volonté de ne pas bouleverser la structure des concessions établies. Un plan de La Mobile vers 1705 montre que le choix initial s’était porté sur une petite grille orthogonale, découpée dans un terrain proche du fort construit un an auparavant. La "ville" s’étend sur 4 îlots de profondeur, chacun de 50 toises au carré, sauf un terrain "réservé par le Roi, de 70 toises sur 50" et le "jardin du Séminaire, de 30 toises en carré." Un "terrain de Monsieur de Bienville," n’est pas borné. La place d’armes située autour du fort est baptisée place du Roi ; en raison même de la présence de ce fort central, elle ne pouvait être considérée que comme une zone avancée de fortification. Au surplus apparaît une place du Marché, occupant avec ses bâtiments 4 îlots. Elle est donc ouverte au milieu de chacun de ses côtés, y compris à l’ouest, extrémité de la ville, ce qui indique une volonté d’extension. Au centre de cette place se trouve un puit public. La place du Marché et la place du Roi constituent de vastes espaces, l’un de chalandise et l’autre de manoeuvre entre la ville et le fort, que l’on peut véritablement considérer comme des lieux publics majeurs.

7Après le déplacement et la reconstruction de La Mobile, en 1710-1711, le nouveau plan de Chevillot ne reconstitue pas la place du Marché, et recompose la ville sur la Place du Roi et sur son fort central. Néanmoins, l’on se rend rapidement à l’évidence : le sud de la ville n’est guère constructible, en raison d’un sol continuellement inondé, et la ville se développera finalement non pas autour, mais sur le seul aspect au nord de la petite forteresse. Ainsi par la suite, la simple division en damier de La Mobile, dépourvue d’espaces publics fortement structurés tels que places ou squares, division répétée à volonté dans l’extension américaine de la ville, ne lui a pas procuré d’activités et n’a pas conduit à protéger un centre historique aujourd’hui réduit à quelques traces architecturales.

8La Nouvelle Orléans, dont la fondation a été dirigée par des ingénieurs plus compétents, plus argentés et soutenus par l’action intéressée d’une Compagnie de commerce, a fait l’objet d’une conception originale, à la fois orthogonale, symétrique et fortement axée, dont on ne peut dire avec certitude si l’on doit l’attribuer à Pierre Le Blond de La Tour ou à son second Adrien de Pauger, quoique ce dernier en paraisse le véritable auteur. Point central de la composition de la ville, la place d’Armes est un vaste quadrilatère de 124 mètres de côté. Face au Mississippi, elle en est cependant éloignée d’une quarantaine de mètres environ, de façon à libérer l’espace pour une aire de débarquement suffisante. Sur le fleuve, l’indispensable levée protège des crues ; sa construction a été dirigée entre 1722 et 1724 par les ingénieurs Pauger et Franquet de Chaville.

9Pierre Lavedan avait déjà noté la singularité de cette disposition :

  • 2 P. Lavedan, Histoire de l’Urbanisme, Renaissance et Temps Modernes (Paris : Henri Laurens, 1941) 47 (...)

Ce n’est guère qu’au XVIIIe siècle, avec la fondation de La Nouvelle Orléans, qu’on peut vraiment parler d’urbanisme. [...] A la rangée médiane l’îlot le plus voisin du fleuve, laissé indemne de constructions servait de place publique. Il était en outre traversé par une rue médiane, la rue d’Orléans, qui se trouvait constituer l’axe de la composition. Sur la place étaient rassemblées l’église, la maison du gouverneur, les magasins.2

  • 3 Journal de la Société des Américanistes de Paris (t. 4, Paris : Hôtel de la Société nationale d’acc (...)

10C’est-à-dire les trois pouvoirs d’une ville coloniale : le militaire, le religieux et le commercial, chacun doté de son système d’encadrement social et de répression. Franquet de Chaville décrit ainsi la ville naissante : "Dans le milieu de la ville qui fait face à la place, se trouvent tous les besoins publiques, dans le fond est l’église, d’un côté la maison des directeurs, de l’autre les magasins."3 Mais l’espace public est aussi constitué des rues, assujetties à des règles d’alignement et d’usage relevant de la coutume de Paris. Ainsi les particuliers doivent-ils séparer physiquement, d’une part les espaces qui leurs sont dévolus en propre, de l’autre la voie publique. Par surcroît, toute concession de parcelle non bâtie dans les deux ans revient au Roi. Ces obligations d’enclore ces parcelles de palissades et, du côté de la rue, de creuser un fossé d’écoulement et de ménager des pontets pour l’accès, font l’objet d’un grand nombre d’édits et de rappels à l’ordre, preuve que la prescription est économiquement et politiquement difficile à faire respecter, surtout pour ce qui concerne les ouvrages les moins visibles, c’est à dire les palissades mitoyennes en cœur d’îlot. J’y reviendrai.

11Pour les ingénieurs fondateurs, l’exercice de leurs compétences technologiques passe avant les nécessités pratiques de l’habiter. Les habitants doivent-ils avoir un architecte, adopter un style de construction, des matériaux ? Nullement ; en revanche, ils doivent se conformer aux alignements, enceindre leurs terrains de palissades et creuser leurs fossés d’écoulement. Ils contribuent, sous la coupe de l’ingénieur, à ordonner et planifier un espace public incomparablement mieux défini que dans les villes françaises plus anciennes. Le système des concessions introduit lui-même une division clairement lisible de l’espace privé, les servitudes étant redevables à l’administration de la ville plus qu’au voisinage immédiat. Insensiblement, cette maîtrise de la division des espaces, tout issue de la castramétation dont les ingénieurs sont coutumiers, conduit à la prééminence d’une place centrale et d’un axe de composition viaire.

  • 4 Abbé Deidier, Le parfait ingénieur françois (Amsterdam : 1734) 63-66 et pl. 15.

La grande Place d’Armes d’une Ville de guerre, est un grand espace vuide [...] Elle doit être, s’il se peut, au centre de la Ville, afin qu’elle découvre également de tous côtez. [...] Il est plus à propos de la faire quarrée, comme M. de Vauban l’a ordonné à Neuf-Brisach. [...] Les logements du Gouverneur, du Lieutenant du Roy, du Major, de l’Intendant, & du Commissaire, la Maison-de-Ville & les Prisons, doivent être bâties sur cette Place, de même que la Paroisse, afin que les Habitans en soient également à portée. [...] On place ordinairement l’Arsenal au voisinage du Gouverneur et du Major. L’Hôpital doit être dans un lieu écarté, & surtout proche d’une rivière ou d’un ruisseau.4

  • 5 Montlezun, Baron de, Voyage fait dans les années 1816 et 1817 de New Yorck à la Nouvelle Orléans...(...)
  • 6 L’architecte de la Ville, Dufart, est en train de réaliser cet aménagement dans le temps même du vo (...)

12Ces prescriptions de l’abbé Deidier, établies à partir du modèle du Neuf-Brisach, se retrouvent presque exactement à La Mobile, ville de lagune, ou à La Nouvelle Orléans, ville de zone deltaïque. Tout au plus trouvera t-on en Louisiane, en raison même de cette présence de l’eau, une place centrale décalée vers la rive, et en raison d’un espace moins chichement mesuré, des rues d’une largeur moyenne uniforme de 6 toises, c’est à dire trois fois plus que la moyenne des rues de Paris à cette époque. Cette présence pré-maritime conduit à des villes disposées en croissant, avec une place au centre d’un demi-cercle, comme si le second pôle, non bâti, était celui de l’activité portuaire, fluviale, lacustre ou maritime, complétant en quelque sorte un cercle idéal. De façon très frappante, le baron de Montlezun, voyageant en Louisiane dans les premières années de la Restauration, note que La Nouvelle Orléans, ville typiquement française selon lui par l’espace public libéré pour les activités portuaires, entre la levée et le premier rang de maisons, fait aussitôt penser à Bordeaux.5 Il est vrai que le centre de la cité bordelaise se trouve quasiment sur la pointe d’un croissant de la Gironde, depuis que la place Royale de Gabriel est venue l’occuper en 1739. Mais toute proche, sur l’emplacement de l’ancien Château Trompette, l’esplanade des Quinconces6 forme le centre exact d’une composition urbaine sur ce même quart de cercle. A La Nouvelle Orléans, point de rivalité : la place est le premier espace lisible sur la rive, sa centralité spatiale a engendré une identification de la place et de la ville. L’on aborde la ville par le débarcadère, et l’espace vide de la place indique le centre d’où rayonnent toutes les activités. Par ailleurs la place d’Armes se constitue très rapidement comme le sommet de la pyramide sociale, par la qualité de ses équipements, la proximité des bâtiments du pouvoir et du commerce, la taille des parcelles et des édifices.

13De la vitalité et des spécificités sociétales de la capitale louisianaise, ce texte de 1755 est l’un des rares à en témoigner :

  • 7 CAOM, C13C 1, f° 110, Mémoire descriptif vers 1755.

La liberté qu’ont de courir nuit et jour les habitans, les matelots, les sauvages et les Esclaves tant du dedans que du dehors, jointe à une multitude de cabarets à negres, tenus par des habitans que la paresse et la misere ont chassé de leurs habitations et qui y vivent à la faveur des Vols qu’ils recellent, les bois épais et fourés qui bornent la Ville presque partout, conservent l’humidité et favorisent bien des brigandages. [...]. [La Clôture projetée pour enfermer la ville] servira peu pour la Police ; tout le monde sait avec quelle facilité l’on Escalade les palissades, les soldats, les negres Et les pauvres gens de la Ville les couperont pour bruler ; dans l’hiver le bois est rare et cher à la Nouvelle orleans, et l’on n’en donne point au soldat ; qui es ce qui ignore combien les particuliers ont de peine a garder leurs clostures, combien on en coupe Et comme on les Escalade tous les jours, Elles sont cependant mieux gardées que ne pourra estre l’Enceinte de la Ville qui contiendra environ deux mille toises de circonference, pour comprendre la face du fleuve qui borne la Ville dans toute sa longueur, et d’ou vient la plus grande partie du desordre.7

14L’espace public s’étend donc à la rive du Mississippi, dans cette zone non bâtie très vaste de la levée qui longe le fleuve, et de ses glacis, et dans les cabarets où déjà semble s’exprimer la racine du jazz, par la fusion des mélodies européennes et des rythmes africains. La promenade de la levée, de part et d’autre de la place centrale, s’affirme comme l’espace majeur de la civilité bourgeoise. Elle est ainsi décrite en 1802 par Berquin-Duvallon :

  • 8 Berquin-Duvallon, Vue de la Colonie espagnole du Mississippi, ou des provinces de Louisiane et Flor (...)

La voie publique, autrement dite, la Levée, [...] règne le long du fleuve, vis-à-vis la ville et dans son extérieur, de même qu’un chemin boueux ou poudreux, suivant la saison, nommé le chemin du Bayou [...]. Voilà tout ce qui tient lieu de promenades, et où il est du bon air d’aller se montrer, quand le tems est beau, soit à cheval, soit en voitures plus ou moins élégantes, pendant une à deux heures de la soirée...8

De l’espace colonial à l’espace national

  • 9 Voir G.-A. Langlois, "Je te confie un cegrais qui ne faut pas que mon marie chase... : correspondan (...)

15En définitive, chacun des occupants de la Louisiane aura cherché à enfermer la ville, tant dans l’ordre physique de la gestion urbaine que dans l’ordre symbolique de sa représentation. Le pouvoir espagnol s’est installé en Louisiane en 1769. Dans les premières années, en pleine méconnaissance de la nature ambiguë des liens tissés avec les tribus indiennes, le gouverneur enceindra La Nouvelle Orléans de fortifications périmées, que le développement des faubourgs rendra obsolètes vingt ans plus tard.9 La démocratie américaine cherchera à dupliquer le plan directeur des ingénieurs français, et après Lavedan, John Reps a rendu hommage à la pérennité du plan d’urbanisme français :

  • 10 J. W. Reps, The Making of Urban America (Princeton : Princeton University Press, 1965) 84. Il faut (...)

La Nouvelle Orléans adopta un des éléments de son plan originel pour le répéter à intervalles, à mesure que ses limites s’étendaient : c’est l’îlot carré vide, souvent conçu comme un espace à l’entrée ou à l’extrémité d’un des nombreux boulevards. [...] A cet égard, même quand elle fut devenue américaine, la ville demeura européenne par l’utilisation qui y fut faite de la place comme élément principal d’urbanisme et de croissance.10

  • 11 Par exemple le "Plan de la ville de La Nouvelle Orléans et de ses faubourgs," dressé par le voyer d (...)

16En effet, en aval du fleuve, le "canal Marigny," sur l’axe diagonal des îlots de Pauger, est aussi une majestueuse promenade Nord-Sud que l’on baptise "Champs-Élysées ;" Qui plus est, au départ du lotissement de la plantation des héritiers de Claude Trémé,11 achetée par la Ville en 1810, une place symétrique et semblable à la place d’Armes a été créée, ainsi qu’une "promenade publique," également symétrique à la promenade de la levée. Dans le nouveau quartier, les îlots sont tracés aux mêmes dimensions que ceux de la ville française. La destinée de la place d’Armes semble tracée, dès lors que l’extension de la ville, loin de diminuer son importance, en fait son modèle essentiel.

  • 12 Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), Consulat de La Nouvelle Orléans, 28.
  • 13 G.-A. Langlois, "La Nouvelle Orléans : état sommaire des espaces urbains et sociaux à l’époque de P (...)

17La distribution urbanistique des quartiers à partir de la place centrale se retrouve dans la structure multi-ségrégative de la société louisianaise. L’esclavage des Noirs entretenait une première sorte de ségrégation, dans le domaine privé des habitats urbains comme dans l’espace public : dès le début du XIXe siècle, un canon est disposé au centre de la Place d’Armes, il tonne chaque soir pour ordonner aux esclaves l’évacuation des rues. Plus de 20 ans après la vente de la colonie aux Américains, la séparation de la ville en trois municipalités (1836) atteste de l’animosité entre les Créoles et les nouveaux venus. La première municipalité correspond à l’ancienne ville française (Vieux Carré) et au faubourg Trémé, la seconde au faubourg Sainte-Marie, la troisième au faubourg Marigny – trois faubourgs issus du lotissement d’anciennes plantations. Lorsque les Américains anglophones auront obtenu la majorité dans les deux derniers quartiers, il ne leur restera plus qu’à réunir la ville à nouveau (1852). En effet, l’ancien quartier français se développe lentement, tandis que le faubourg devenu "St-Mary," plus riche, est aménagé de neuf. Quant au faubourg Trémé, il a été massivement investi par les Free people of color, et à ce titre, constitue une zone à éviter pour les Américains. Le consul de France Saillard, dans une lettre à son ministre de tutelle, insiste sur cette différence sensible : le French Quarter (Vieux Carré et faubourg Trémé) montre "des plans à peine tracés et délaissés" faute d’argent, tandis que le secteur américain "est embelli de rues entières, créées depuis quelques mois."12 À la ségrégation raciale est venue s’ajouter une coupure radicale entre deux communautés aux usages sociaux et aux valeurs morales parfaitement opposées, qui n’ont comme points communs que l’esclavagisme et la méfiance vis-à-vis des affranchis, les Free men & women of color. Si l’on ajoute que l’unité est loin d’être acquise au sein de chacune des quatre communautés évoquées,13 Ton mesure à quel point l’espace physique de la ville devient le terrain de toutes les ségrégations.

  • 14 Significativement intitulé : Plan of the Public Square in the City of New Orleans... : la place est (...)
  • 15 Benjamin H. B. Latrobe, Impressions respecting New Orleans... 1818-1820 (Samuel Wilson Jr. ed. Colu (...)
  • 16 L’hôtel parisien de la baronne de Pontalba, 41, rue du Faubourg-Saint-Honoré, très remanié après sa (...)

18Dans les années 1830, la Place d’Armes est découpée en 4 allées diagonales tracées sur le sol de terre, dotées d’accotements, qui délimitent 4 triangles plantés d’herbe. Le long de la voie ferrée, du côté de la ville, une double rangée de sycomores ombrage la promenade. Il y a trois rangs de plantation sur les faces latérales, parallèles aux rues Saint-Anne et Saint-Peter. L’architecte Benjamin Latrobe avait été le premier à proposer un nouvel aménagement pour la place d’Armes : il présente son projet au Conseil Municipal le 20 mars 1819.14 Au centre du "square" enceint d’une grille de fer, un bassin circulaire de pierre et une fontaine seraient disposés. Latrobe considère que la place d’Armes de New Orleans "est d’un effet d’ensemble admirable. La vue de la ville depuis le fleuve est traitée d’une façon infiniment supérieure à tout ce qui existe dans nos cités de l’Atlantique."15 Au-delà de l’hommage rendu aux ingénieurs français, il faut noter l’attention nouvelle portée au paysage, un siècle après la fondation de la ville : la fonction utilitaire primitive de la place s’efface derrière une fonction d’embellissement du paysage urbain. Place publique où se conjuguent les expressions des pouvoirs militaire et religieux de l’Ancien Régime dans la période française, place du pouvoir politique et place commerçante sous la brève domination espagnole : il manquait sans doute à la nouvelle ville américaine une affirmation urbaine de sa nouvelle citoyenneté. C’est encore à la place centrale du Vieux Carré que ce rôle est dévolu, à la fin des années 1840, au moment où la ville accède au quatrième rang des villes américaines grâce au développement de ses activités portuaires, liées à l’exportation du coton, du sucre et du tabac. Elle le doit aussi à un personnage singulier, auteur d’une remarquable opération d’urbanisme spéculatif, la baronne de Pontalba. Le projet de Latrobe n’avait été que très partiellement réalisé, sous la forme d’une grille de clôture... En 1846, la baronne entre en contact depuis Paris avec la municipalité de La Nouvelle Orléans, pour la réalisation d’un programme immobilier de grande envergure. La Révolution de 1848 éclate, elle se rend alors en Louisiane pour hâter les choses, et propose à la première municipalité de faire construire de neuf les deux côtés de la place qui lui reviennent par héritage, moyennant le droit de poser les arcades sur le terrain public de la place, et d’être exemptée de taxes durant 20 ans. La baronne de Pontalba, dont les travaux de son architecte parisien Visconti ont peut-être inspiré le projet pour la Place d’Armes, finalise les plans de l’architecte américain Galber, très ambitieux et tout à fait inédits dans la métropole louisianaise. Elle fait débuter les travaux en août 1849, ils seront achevés à la fin de 1850. C’est alors que le Conseil Municipal se déclare incompétent sur le point des détaxes. Micaela de Pontalba quitte La Nouvelle Orléans au mois d’avril suivant, et regagne la France,16 où elle meurt à Paris en 1873, sans être revenue en Louisiane.

19De son côté, la Municipalité créole a demandé aux frères de Pouilly, architectes formés aux Beaux-Arts de Paris, de reconstruire la cathédrale Saint-Louis, située au centre du côté de la place faisant face au Mississippi. Un dessin témoignant d’une influence éclectique et historiciste, mêlant des éléments baroques et romans, est produit par les architectes. Cette même année 1851, sans doute impressionné par le nouveau et majestueux visage de la place, le Conseil Municipal décide de la rebaptiser Jackson Square et de nommer "Place d’Armes" l’ancienne "Place du Cirque" (Congo Square), celle créée sur le même modèle au départ du lotissement du faubourg Trémé. En 1840, en effet, un socle inauguré par le général Jackson lui-même avait été posé sur la place pour l’érection d’un monument à la bataille de La Nouvelle Orléans qui avait vu en janvier 1815 la victoire des Américains, des Créoles et des Noirs de Louisiane sur les Anglais.

  • 17 E. Reclus, "Fragment d’un voyage à La Nouvelle-Orléans (1855), Le Tour du Monde, Nouveau Journal de (...)

20La double rangée de sycomores est abattue en 1855 malgré les protestations et un rang d’arbustes laissant voir la statue est planté. Le centre de la place sera lui-même transformé en jardin, et le système des allées deviendra alors transversal. La statue de Jackson, œuvre de Clark Mills copiant celle de Washington DC, est érigée en 1856, sur un socle replacé au centre exact de la place. Un coffre de cuivre, enchâssé sur l’un de ses côtés, contient un exemplaire du Code Civil français, les journaux du jour de l’érection, un exemplaire des principaux travaux de l’Association fondatrice du monument, des pièces de la Monnaie de La Nouvelle Orléans de l’année 1855, une biographie de Jackson et les noms de ses officiers. Le géographe Elisée Reclus, séjournant à La Nouvelle Orléans lors de cet événement, ironise sur une statue dont l’auteur "n’a jamais été à Rome ni à Florence et n’a étudié que dans les ateliers de Washington-City."17

Le French Quarter, un espace-musée ?

21Lieu de toutes les solennités, la Place d’Armes de la Nouvelle Orléans a vu le gouverneur Bienville hisser le drapeau du Roi de France en 1718, le gouverneur O’Reilly celui de la Couronne d’Espagne en 1769, le préfet Laussat celui de la République Française et le gouverneur Claiborne celui des États-Unis d’Amérique en 1803. Le fait de la dédier définitivement au libérateur du tout nouvel État américain de Louisiane, accompagné d’une métamorphose de l’espace urbain autour de cet événement, confirme l’ambition géo-politique de la ville de La Nouvelle Orléans. Pour autant, l’usager de l’espace public y a-t-il gagné ? En effet, si ces mesures concourent à la monumentalisation de l’ancienne Place d’Armes, elles desservent incontestablement la promenade piétonne : le nouvel aménagement de la place, dont la modification du tracé des allées est un signe majeur, conduit à sa muséification. Il concourt ainsi à souligner la perte de vitalité de la première municipalitéunicipalité, bastion créole environné de deux Municipalités américaines anglophones à parité de voix, alors que les décisions importantes pour la ville sont prises à la majorité... L’apparente majesté de la nouvelle place, en réalité réduite au rang de square à forte valeur symbolique, inaugure le déclin social des Créoles et de leur French Quarter peu à peu peuplé d’immigrants, notamment italiens, puis dédié à une gentry souvent exogène ainsi qu’au tourisme.

  • 18 En 1936, 4 ans après l’exemple pionnier de Charleston, un amendement à la Constitution de l’État de (...)
  • 19 C’est à dire retrouvant son niveau de 1780 !
  • 20 Collectif, Plan and Program for the Preservation of the Vieux Carré, Historic District Demonstratio (...)
  • 21 La remarquable série de publications des Friends of the Cabildo fait exception : Christovitch & Tol (...)

22En 1958, la Vieux Carré Commission18 vote à l’unanimité la création d’un viaduc autoroutier le long du Mississippi, passant devant Jackson Square. Il est vrai que de 1950 à 1970, la population du Vieux Carré a diminué de moitié, passant à environ 5 000 habitants.19 Les fonds sont malaisés à réunir pour cette entreprise d’une grande portée symbolique, visant pour les uns à précipiter le cœur de la vieille New Orleans dans la modernité, pour les autres à saccager définitivement l’un des espaces publics les mieux aboutis de l’Union américaine. En 1961, l’architecte et historien Samuel Wilson Jr prend la tête d’une nouvelle association, le Vieux Carré Survey. Chaque îlot de la ville française est inventorié, photographié, analysé, et des fonds sont débloqués à l’échelon fédéral pour un Plan and Program for the Preservation of the Vieux Carré, en 1968. Pendant toutes les années 1960, la bataille fait rage entre les partisans de la rénovation et les investisseurs fonciers d’une part, et de l’autre les tenants de la préservation du French Quarter. Ces derniers auront globalement gain de cause, et un ambitieux plan de sauvegarde est défini par la Ville de New Orleans et publié en décembre 1968.20 L’autoroute projetée le long de la rivière sera repoussée à la lisière du French Quarter, au niveau de North Rampart. C’est un pis-aller puisque le Vieux Carré se retrouve physiquement séparé du faubourg Trémé, dont le démembrement est activement mené dans une indifférence presque générale.21 Il est vrai que sa population, à l’origine composée comme on l’a vu des anciens affranchis, compte alors parmi les plus pauvres de la ville.

  • 22 Faut-il rappeler que ce texte a été rédigé un an avant le passage de l’ouragan Katrina... En le rel (...)

23Ainsi, dès 1930, la pétrification patrimoniale de cet espace urbain central s’accompagne de la gentrification de l’ancienne ville coloniale française. Ce phénomène peu commun aux États-Unis a reposé en majeure partie sur son invariance morphologique et sur la diffusion massive des images de la ville. En un raccourci chronologique, l’on remarquera que l’espace idéal des ingénieurs de la Régence est devenu l’espace muséal d’une société post-moderne. Cela n’exclut bien entendu pas la réalité des espaces sociaux constitués, et quant à savoir si l’on a préservé in fine une ville ou son image, la légende accompagnant l’image, il est évident que New Orleans ouvre l’un des champs d’analyse les plus passionnants d’Amérique du Nord.22

Top of page

Notes

1 En effet je mets à part les tentatives d’utopies des Bonapartistes, puis de Cabet, Considérant et quelques autres, au XIXe siècle, dont une synthèse historiographique a été fournie par Ronald Creagh dans Nos cousins d’Amérique (Paris : Payot, 1988). Je n’évoquerai pas non plus les cas particuliers de Washington (1791) et Bâton Rouge (1806), villes dessinées par L’Enfant et Lacarrière-Latour, tous deux Français à la solde de l’armée américaine ; les plans de Washington et de Bâton Rouge relèvent d’une conception baroque, plus complexe que celle d’une grille militaire, et largement inspiré des plans de jardins à la française : voir G.-A. Langlois, Des Villes pour la Louisiane française, Théories et pratiques de l’urbanistique coloniale au 18e siècle, préface de Jean-Pierre Frey (Paris : L’Harmattan, coll. "Villes et Entreprises," 2003) 364-369.

2 P. Lavedan, Histoire de l’Urbanisme, Renaissance et Temps Modernes (Paris : Henri Laurens, 1941) 478-479.

3 Journal de la Société des Américanistes de Paris (t. 4, Paris : Hôtel de la Société nationale d’acclimatation, 1903) 99-143 ; Journal de voyage en Louisiane de Franquet de Chaville (1720-1724) publié par G. Musset, 132.

4 Abbé Deidier, Le parfait ingénieur françois (Amsterdam : 1734) 63-66 et pl. 15.

5 Montlezun, Baron de, Voyage fait dans les années 1816 et 1817 de New Yorck à la Nouvelle Orléans... (Paris : Gide fils, 1818) 238.

6 L’architecte de la Ville, Dufart, est en train de réaliser cet aménagement dans le temps même du voyage de Montlezun. Sur les Quinconces, voir la thèse de doctorat en Histoire de l’art d’Isabel Roux, Projets et réalisations : le quartier des Quinconces à Bordeaux (1770-1870) (Université de Bordeaux III, 1994).

7 CAOM, C13C 1, f° 110, Mémoire descriptif vers 1755.

8 Berquin-Duvallon, Vue de la Colonie espagnole du Mississippi, ou des provinces de Louisiane et Floride occidentale, en l’année 1802... (Paris : Imprimerie Expéditive, an XI – 1803) 29.

9 Voir G.-A. Langlois, "Je te confie un cegrais qui ne faut pas que mon marie chase... : correspondance entre notables du Poitou et de la Louisiane dans les premières années du XIXe siècle," L’Héritage de Champlain : cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord (XVIe-XXIe siècles), M. Augeron et D. Guillemet eds. (Universités de Poitiers et de La Rochelle, 2004).

10 J. W. Reps, The Making of Urban America (Princeton : Princeton University Press, 1965) 84. Il faut lire avec précautions la médiocre traduction française abrégée de cet ouvrage, parue chez P. Mardaga en 1981 sous le titre La Ville américaine, fondation et projets.

11 Par exemple le "Plan de la ville de La Nouvelle Orléans et de ses faubourgs," dressé par le voyer de la ville, Jacques Tannesse en 1812 (Historic New Orleans Collection).

12 Centre des Archives diplomatiques de Nantes (CADN), Consulat de La Nouvelle Orléans, 28.

13 G.-A. Langlois, "La Nouvelle Orléans : état sommaire des espaces urbains et sociaux à l’époque de Pierre Clément de Laussat (mars 1803 - avril 1804)," French Colonial History n° 5 (Michigan University Press, 2004).

14 Significativement intitulé : Plan of the Public Square in the City of New Orleans... : la place est devenue une promenade. Voir l’ouvrage collectif Plan and Program for the Preservation of the Vieux Carré, Historic District Demonstration Study (New Orleans : Bureau of Governmental Research, City of New Orleans, 1968) 14.

15 Benjamin H. B. Latrobe, Impressions respecting New Orleans... 1818-1820 (Samuel Wilson Jr. ed. Columbia University Press, New York, 1951.

16 L’hôtel parisien de la baronne de Pontalba, 41, rue du Faubourg-Saint-Honoré, très remanié après sa mort, est actuellement la résidence de l’ambassadeur des États-Unis en France. Voir Charles McCallum, "Du Néo-classicisme à l’Éclectisme," Louis Visconti, 1791-1853, Françoise Hamon & Charles McCallum ed. (Paris : Délégation à l’Action Artistique de la Ville de Paris, 1991) 194-195.

17 E. Reclus, "Fragment d’un voyage à La Nouvelle-Orléans (1855), Le Tour du Monde, Nouveau Journal des Voyages, Edouard Charton ed. (Hachette, Paris, 1861, 1er semestre) 191.

18 En 1936, 4 ans après l’exemple pionnier de Charleston, un amendement à la Constitution de l’État de Louisiane fonde la Vieux Carré Commission, chargée de veiller à la conservation de l’espace architectural et urbain du quartier français.

19 C’est à dire retrouvant son niveau de 1780 !

20 Collectif, Plan and Program for the Preservation of the Vieux Carré, Historic District Demonstration Study, Bureau of Governmental Research, City of New Orleans, New Orleans, 1968.

21 La remarquable série de publications des Friends of the Cabildo fait exception : Christovitch & Toledano, New Orleans Architecture vol. VI, Faubourgs Tremé and the Bayou Road, Pelican, New Orleans, 1980.

22 Faut-il rappeler que ce texte a été rédigé un an avant le passage de l’ouragan Katrina... En le relisant aujourd’hui (novembre 2005), j’ai bien conscience que ce dernier paragraphe mériterait une refonte et une extension importantes.

Top of page

References

Bibliographical reference

Gilles-Antoine Langlois, « "...dans le milieu de la Ville qui fait face à la place, se trouvent tous les besoins publiques..." : remarques sur la notion de centralité urbanistique en Louisiane coloniale et à New Orleans », Caliban, 19 | 2006, 87-96.

Electronic reference

Gilles-Antoine Langlois, « "...dans le milieu de la Ville qui fait face à la place, se trouvent tous les besoins publiques..." : remarques sur la notion de centralité urbanistique en Louisiane coloniale et à New Orleans », Caliban [Online], 19 | 2006, Online since 13 December 2016, connection on 28 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/2390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.2390

Top of page

About the author

Gilles-Antoine Langlois

Docteur en Histoire – docteur en Urbanisme ; Chargé de cours à l’Université de Paris XII

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals