Skip to navigation – Site map
B. Place and Nation

Le Sud et la nation américaine au vingtième siècle : espace(s), identité(s), définitions

Anne Stefani
p. 117-130

Abstract

The twentieth-century South is a multidimensional space which can be approached from a geographical, historical, or cultural perspective, and which most often takes on a mythical character. Although the region is definitely distinct from the rest of the nation, its identity cannot be defined in a straightforward way, as the abundant literature published on the subject throughout the twentieth century illustrates. The present article revisits the well-known thesis of race as the central theme in Southern culture by extending it to the relationship between the South and the nation. Focusing on the history of North/South relations since the nineteenth century, it shows how and why the South, which once stood as an exception in the nation, has come to symbolize the essence of American identity without losing its distinctiveness.

Top of page

Full text

  • 1 Les ouvrages abondent sur le phénomène dit d’"américanisation" du Sud au cours des trente dernière (...)

1La définition de l’identité sudiste, tout comme l’étude du rapport entre le Sud et la nation américaine, a été un sujet de débat permanent depuis la création des États-Unis. Au regard de l’évolution récente de la société américaine, on peut légitimement considérer ce débat comme dépassé, la région ayant perdu une grande partie de sa spécificité dans les domaines politique, économique et social.1 Pourtant, à y regarder de plus près, la question identitaire demeure cruciale, autant pour la région que pour la nation, et il semble que le débat n’ait pas disparu mais qu’il ait simplement changé de forme. Loin de prétendre révolutionner la recherche dans ce domaine, le présent article propose de dresser un bilan historiographique de la question, tout en exposant la position qui semble la plus convaincante. L’ampleur du débat, illustrée par la diversité des définitions et par la multiplicité des approches défendues par les spécialistes, oblige à faire des choix, en donnant la priorité à certains critères d’analyse au détriment d’autres éléments. Je vais donc essayer de montrer que l’axe de réflexion le plus pertinent dans la définition du Sud et de son rapport avec la nation est celui des relations raciales, et plus particulièrement des institutions qui ont régi ces relations dans le Sud durant la majeure partie de son histoire : l’esclavage et la ségrégation. L’érosion de la spécificité sudiste constatée à la fin du vingtième siècle s’expliquerait ainsi par la disparition de ces institutions raciales. Après une première partie consacrée aux problèmes que pose la définition du Sud, la réflexion portera sur les éléments d’opposition entre la région et la nation, puis se focalisera sur les facteurs de convergence qui permettent de comprendre le caractère souvent contradictoire du rapport entre ces deux entités.

  • 2 A propos de la définition de la spécificité sudiste, voir Smiley ou encore Degler, Place Over Time(...)
  • 3 Voir par exemple Clarence Cason, Ninety Degrees in the Shade (Chapel Hill : University of North Ca (...)

2L’analyse du rapport entre le Sud et la nation pose avant tout un problème de définition. Depuis la naissance des États-Unis, en effet, la définition de l’espace sudiste fait débat, car elle ne se limite pas à des considérations strictement géographiques, en ce qu’elle est intimement liée à l’histoire nationale.2 Un premier axe de définition se fonde sur des facteurs environnementaux, et en particulier sur le climat, pour distinguer les États sudistes du reste du pays. Plusieurs historiens, notamment dans la première moitié du vingtième siècle, ont mis l’accent sur l’influence de la chaleur tropicale sur l’économie et la culture du Sud, mais cette approche n’est guère satisfaisante et présente des limites évidentes.3 D’ailleurs, dans leur définition des zones géographiques formant les États-Unis, les géographes ne mentionnent pas le Sud. Les variations climatiques et topographiques sont évidentes entre les zones côtières de l’Atlantique, le delta du Mississippi et les Appalaches, pour ne citer que les éléments les plus parlants, si bien que le Sud ne peut être isolé comme une région géographique propre (Bandry, 13-15).

  • 4 Le Compromis du Missouri est lié à la question de l’esclavage dans le cadre de l’expansion territo (...)
  • 5 Les historiens préfèrent en général le terme de "section" à celui de "région" lorsqu’ils font réfé (...)

3L’approche historique est nettement plus probante. En effet, les historiens s’accordent aujourd’hui sur le fait que le Sud comme entité politique, distincte du reste de la nation, s’est affirmé dans la première moitié du dix-neuvième siècle. C’est à partir du Missouri Compromise de 1820 que les États esclavagistes se sont retrouvés unis dans une opposition claire aux États libres, situés au nord de la ligne Mason-Dixon (Van Ruymbeke).4 Cette opposition a conduit à la Guerre de Sécession, qui n’a fait que renforcer l’idée d’une spécificité sudiste, l’antagonisme entre Nord et Sud demeurant très aigu au vingtième siècle, au moins jusqu’aux années 1960. Dans cette perspective historique, on entend par Sud, encore aujourd’hui, les ex-États Confédérés (Caroline du Sud, Géorgie, Alabama, Mississippi, Louisiane, Virginie, Caroline du Nord, Tennessee, Floride, Arkansas, Texas). De la première moitié du dix-neuvième siècle à la deuxième moitié du vingtième, ces États sont décrits comme une section obéissant à des principes politiques différents de ceux des autres sections, notamment la doctrine des droits des États, et le non-interventionnisme en matière économique et sociale.5

  • 6 A titre d’exemple, le "Robert Penn Warren Center for the Humanities," à l’Université Vanderbilt, a (...)

4De cette expérience historique émane un troisième axe de réflexion, que l’on peut qualifier de culturel. C’est certainement dans ce domaine que les tentatives de définition, le plus souvent par les Sudistes eux-mêmes, sont les plus nombreuses et les plus variées. Que ce soit en littérature, en sociologie, en politique, ou dans tout autre domaine, il semble que les Sudistes soient mus par un besoin parfois frénétique de dire le Sud, de l’expliquer, de le défendre, de le rejeter parfois, au point que la définition du Sud est toujours aujourd’hui un sujet d’étude dans les universités de la région.6

  • 7 J’entends ici par "mythe" la construction, consciente ou pas, d’une représentation collective de f (...)

5Pendant la période ségrégationniste (entre 1890 et 1965), l’espace sudiste est autant mental que physique. Non seulement le Sud de cette époque est clairement identifié comme les onze ex-États Confédérés, mais il est aussi devenu un état d’esprit, comme l’indique le titre de l’ouvrage de Wilbur Cash, paru en 1941 et devenu un classique sur le sujet, The Mind of the South. Dans cet ouvrage, Cash décrit l’esprit sudiste comme un mélange paradoxal d’hédonisme et de puritanisme (55-58). Les principales caractéristiques de l’esprit sudiste sont, selon lui, l’individualisme (32-33), la violence (44-45), le romantisme (46), ou une tendance à inventer des légendes (52), et surtout la résistance au changement et aux idées neuves (91-94). Ce point de vue s’inscrit dans le contexte du début du vingtième siècle, marqué par l’héritage de la Guerre de Sécession, où les Sudistes réagissent à la défaite en créant un Sud mythique.7 L’espace sudiste à cette époque est donc aussi un espace imaginaire, voire un lieu de fantasme.

  • 8 D’ailleurs, même s’il met en avant d’autres traits distinctifs de l’esprit sudiste, Cash souligne (...)

6Le besoin de définir le Sud et de déterminer l’identité sudiste ne disparaît pas avec Cash. Ainsi, tout au long du vingtième siècle, la culture sudiste est-elle décrite tour à tour comme marquée par la violence, par la religion, par le sens du passé, par l’expérience de la défaite, par la culpabilité, par le sens de la communauté, par l’importance des manières, pour ne citer que quelques exemples, mais le trait distinctif qui semble le plus convaincant pour déterminer l’identité sudiste est la question des relations raciales.8 Celle-ci parcourt, en effet, l’histoire de la région, depuis la première affirmation de sa spécificité, au début du dix-neuvième siècle, jusqu’à la fin du vingtième siècle. Les divers traits présentés comme caractéristiques du Sud, qu’ils soient politiques, économiques, sociaux, ou même psychologiques, sont tous liés, de près ou de loin, aux relations raciales. Au dix-neuvième siècle, l’esclavage est la clé de l’identité sudiste, tout comme la ségrégation le devient au tournant du vingtième siècle et le reste jusqu’aux années 1970. Ainsi l’historien Sheldon Hackney peut-il affirmer en 2001 :

To believe that there is a South and that it is based in some way on the formative power of biracialism is not to argue that all white southerners believe in white supremacy or that every African American in the South is an incipient Nat Turner. It is to maintain, however, that every white or black southerner must decide where he or she stands with regard to the tradition of black subordination. One can be a white liberal, a racial equalitarian, an unreconstructed segregationist, a leave-me-alone moderate, a black accommodationist, a black militant, or many other shades of racial consciousness. What one cannot be is nonracial. (Hackney, 68)

7L’espace sudiste, qui n’a pas de véritable réalité géographique, s’avère donc autant culturel ou mental qu’historique, et il se définit, depuis le début de la nation, par opposition à l’espace national, désigné de façon révélatrice comme le Nord, sans autre distinction, alors que la réalité est beaucoup plus nuancée.

8Le rapport le plus évident entre Sud et Nord, ou entre Sud et nation, est un rapport d’opposition, voire d’antagonisme. Le Sud s’affirme à l’origine contre l’Union, et lutte ensuite pendant plus d’un siècle pour défendre son altérité. Les raisons de ce rapport conflictuel sont multiples et complexes, mais on peut affirmer que toutes dépendent directement ou indirectement des institutions raciales implantées dans la région – l’esclavage au dix-neuvième siècle, la ségrégation au vingtième. Ainsi, la construction de l’identité sudiste naît d’une divergence croissante entre l’évolution nationale et celle de la région, avant tout sur la question raciale. Au dix-neuvième, comme au vingtième siècle, le Sud se caractérise par sa position défensive, l’espace régional devenant une citadelle assiégée par les assauts de l’extérieur.

  • 9 Voir par exemple Thomas Roderick Dew, "Abolition of Negro Slavery," American Quarterly Review XII (...)

9Dans les décennies précédant la Guerre de Sécession, le Sud se définit essentiellement en réaction au mouvement abolitionniste. Parce que l’esclavage, ou "l’institution particulière," se trouve directement menacé au fur et à mesure que les États libres se développent et tentent de le faire interdire dans les nouveaux territoires, les dirigeants et intellectuels sudistes élaborent une argumentation approfondie dans laquelle ils posent le problème en termes de civilisation. C’est ainsi que le Sud devient, sous leur plume, une civilisation supérieure à celle du Nord, comparable à celles de l’Antiquité, et régie par des principes fondamentalement différents.9

  • 10 Pour plus d’information sur l’impact de la tradition agrarienne sur la culture sudiste, on pourra (...)
  • 11 Le discours de Jefferson Davis, Président provisoire des Confederate States of America, devant le (...)

10Les Sudistes rejettent l’industrialisme yankee parce qu’il ne peut pas s’appliquer à une économie de plantation. Ils défendent donc une société agrarienne, c’est-à-dire fondée sur l’agriculture, à laquelle ils attribuent un certain nombre de vertus dont la société du Nord serait dénuée : l’humanité des rapports entre maîtres et esclaves – favorisée par le principe de "noblesse oblige" cher aux planteurs – est mise en contraste avec l’inhumanité des rapports entre ouvriers et patrons – car le système industriel exclurait tout sentiment, toute dimension personnelle.10 Contrairement au système industriel, l’esclavage est présenté comme bénéfique pour les esclaves dans la mesure où les maîtres ont le devoir de veiller à leur bien-être, en leur garantissant, notamment, le gîte et le couvert. Ainsi maîtres et esclaves sont-ils censés vivre en harmonie, au sein d’une communauté unie, par opposition à la société industrielle anonyme et caractérisée par le conflit.11

  • 12 Le lien entre le problème du tarif et l’esclavage apparaît clairement dans la déclaration de prote (...)

11La doctrine des droits des États est elle aussi liée à la défense de l’esclavage. La crise du tarif de 1828-32, où la Caroline du Sud rejette la légitimité de la décision fédérale établissant un tarif douanier élevé, défavorable à l’économie des États du Sud, ne porte pas directement sur l’esclavage, mais elle s’inscrit dans le contexte de tension croissante entre abolitionnistes et esclavagistes. D’une part, l’opposition entre protectionnisme et libre échange est calquée sur l’opposition entre économie industrielle et économie de plantation tournée vers l’exportation, d’autre part, l’affirmation du droit des États de s’opposer à une mesure fédérale s’ils la jugent illégitime, constitue la clé de voûte du discours anti-abolitionniste dans les États du Sud.12

  • 13 Voir Woodward.

12Après l’abolition de l’esclavage et la Reconstruction, la ségrégation légale devient la nouvelle institution particulière dans les ex-États confédérés. Au vingtième siècle, la ségrégation, adoptée officiellement par les assemblées d’États dans le Sud – qui amendent leurs constitutions pour la rendre obligatoire – devient le mode de vie sudiste (Southern way of life), tandis que le reste de la nation et les autorités fédérales ferment les yeux sur cette nouvelle forme de discrimination raciale.13 De fait, dans la première moitié du vingtième siècle, le Sud se distingue du reste de la nation par le souvenir de la défaite dans la Guerre de Sécession, et par un certain nombre d’éléments spécifiques liés, encore une fois, aux relations raciales.

  • 14 L’exemple le plus connu et le plus éloquent de ce nouvel état d’esprit est le discours que prononç (...)
  • 15 Voir note 7. Les mythes de la Cause perdue et du Vieux Sud imprègnent un grand nombre d’ouvrages h (...)

13Il semble, en surface, que le Sud soit sur le point de rejoindre la nation, du moins d’un point de vue économique. Au tournant du siècle, en effet, les avocats d’un Nouveau Sud, tourné vers l’avenir, dynamique, en voie d’industrialisation et d’urbanisation, prônent la réconciliation nationale et, soucieux d’attirer les investisseurs extérieurs, relèguent au second plan la notion d’"exception sudiste".14 Mais ce mouvement ne fait que se superposer à un discours d’opposition décuplé par la Guerre et la Reconstruction. La civilisation sudiste est plus que jamais posée comme supérieure à celle des "envahisseurs" yankees, tandis qu’une nouvelle mythologie s’installe et influence l’ensemble de la société dans la première moitié du vingtième siècle. Le Vieux Sud est idéalisé, la Guerre de Sécession est présentée comme une cause perdue. Quant à la Reconstruction, elle est décrite comme une période de chaos dévastatrice. Les écrivains, comme les historiens et les hommes politiques, contribuent activement à la création d’un Sud mythique, détruit par le Nord.15 Ainsi, au début du vingtième siècle, l’espace sudiste est plus que jamais un espace identitaire en rupture avec le reste de la nation.

  • 16 La population urbaine dans la région s’élève à 25,4 % en 1920 (Bandry 104), à 35 % en 1940 (Granth (...)
  • 17 Gray se réfère à Pierre Macherey, A Theory of Literary Production translated by Geoffrey Wall (Lon (...)

14L’un des éléments d’opposition entre Nord et Sud à cette période est le contraste entre industrie et agriculture. En dépit d’une industrialisation accélérée au tournant du siècle, l’économie du Sud reste dominée par la culture du coton, et la population de la région est majoritairement rurale.16 Or cet état de fait favorise la réaffirmation de l’idéal agrarien prôné par les défenseurs de l’esclavage dans les années 1830. En 1930, un groupe d’écrivains originaires du Sud publie un recueil d’essais intitulé I’ll Take My Stand, dans lequel ils condamnent le développement de la société industrielle, tout en défendant une société idéale fondée sur la tradition et l’agriculture. Le postulat de départ est que la civilisation Sudiste portait en elle les éléments de cette société idéale, mais qu’elle a été détruite par le Nord. Les critiques n’ont pas manqué de remarquer que, dans leur défense du modèle sudiste agrarien, les auteurs ne font quasiment pas référence à l’esclavage ou au problème racial – à l’exception de Robert Penn Warren. Cela tendrait à infirmer l’idée que la question raciale est au cœur de l’identité sudiste. Mais cette omission paraît trop importante, dans sa quasi-unanimité, pour ne pas relever de l’occultation, délibérée ou pas. Reprenant le concept théorique d’"absence constitutive" proposé par Pierre Macherey, Richard Gray affirme que l’absence de référence aux Noirs dans I’ll Take My Stand relève du refoulement freudien, et révèle l’importance du problème racial pour les auteurs. Il écrit : "It will perhaps be obvious what all this suggests : that I’ll Take My Stand is not just Southern as a matter of historical accident but distinctively and determinately so. It belongs first and last to a body of writing for which the constitutive absence, the invisible or at best marginal character, is and always has been the black." (145)17 Gray établit ensuite un parallèle intéressant entre les Agrariens et les auteurs de The Pro-Slavery Argument, paru en 1852, pour montrer que les deux groupes emploient les mêmes codes d’écriture (147-58).

  • 18 Brown v. Board of Education, 347 U.S. 483 (1954) et Brown v. Board of Education, 349 U.S. 294 (195 (...)
  • 19 Le paragraphe suivant est eloquent : "This unwarranted exercise of power by the Court, contrary to (...)
  • 20 A propos de la "Seconde Reconstruction," voir, notamment, les articles de C. Vann Woodward contemp (...)

15D’un point de vue politique, si le concept de sécession devient définitivement caduc après la Guerre du même nom, la doctrine des droits des États, quant à elle, refait surface après la Deuxième Guerre Mondiale. Ce phénomène est provoqué par l’essor du mouvement des droits civiques, qui demande l’abolition de la ségrégation, ainsi que par un ré-engagement progressif des instances fédérales dans la lutte contre la discrimination raciale, et en particulier contre la ségrégation. De fait, à la suite de la décision Brown v. Board of Education, rendue par la Cour Suprême en 1954, déclarant la ségrégation scolaire anticonstitutionnelle, une large majorité des représentants et sénateurs sudistes au Congrès signent un manifeste sudiste (Southern manifesto), dans lequel ils accusent la Cour Suprême d’avoir abusé de son pouvoir, et d’avoir, parmi d’autres fautes, enfreint le dixième amendement de la Constitution, limitant les pouvoirs du gouvernement fédéral.18 Ils affirment que les systèmes scolaires des États ne relèvent pas du pouvoir fédéral, et que les États sont libres de maintenir la ségrégation scolaire dans leurs frontières. Ils rejettent la légitimité de la décision Brown, et encouragent les autres États à les rejoindre dans leur résistance au gouvernement national. Par ailleurs, ils défendent la ségrégation comme faisant partie intégrante de la culture sudiste. Selon eux, le mode de vie sudiste, injustement attaqué par les "agitateurs extérieurs," est à bien des égards supérieur à celui du Nord, en particulier les relations raciales, qualifiées d’"amicales".19 Le Sud se trouve donc dans la même position défensive que dans la première moitié du dix-neuvième siècle, et avance des arguments similaires, pour ne pas dire identiques, pour défendre ses institutions raciales. Tout au long du Mouvement des Droits Civiques, jusqu’à la fin des années soixante, les dirigeants sudistes résistent activement à ce que les historiens nomment la seconde Reconstruction.20

  • 21 Dans le contexte du Sud ségrégationniste – 1890-1965 – le terme "liberal" désigne les personnes qu (...)
  • 22 Howard Odum, Southern Regions of the United States (Chapel Hill : University of North Carolina Pre (...)
  • 23 Au tournant du vingtième siècle, l’adoption de lois ségrégationnistes dans les États du Sud accomp (...)
  • 24 L’une des organisations progressistes les plus influentes au moment de la Deuxième Guerre Mondiale (...)

16Au regard de ces développements, on pourrait penser que les Sudistes du vingtième siècle sont unis dans leur opposition à toute influence extérieure. Or, si les voix les plus fortes à l’échelle nationale sont celles des ségrégationnistes, notamment par le biais du Congrès, où les représentants et sénateurs de la région sont très influents, une minorité non négligeable de la population, dite "libérale," rejette cette définition de l’identité sudiste.21 A l’époque des Agrariens, par exemple, un groupe de sociologues basé à Chapel Hill, en Caroline du Nord, et dirigé par Howard Odum, s’attache à définir et à étudier le Sud selon des critères plus objectifs et plus réalistes que ses contemporains.22 Dans le domaine social, de nombreux libéraux expriment leur volonté de réforme, en luttant pour une démocratisation du système électoral – ouvertement discriminatoire puisqu’il prive la population noire du droit de vote – ou contre le lynchage.23 Ce mouvement libéral, encouragé par le New Deal, est particulièrement influent dans les années trente et quarante, et offre une image plus positive et plus nuancée de la région.24

  • 25 Pour illustration, voir les réactions au programme d’intervention fédérale proposé par le Présiden (...)

17Pourtant, il est frappant de constater qu’à l’exception de quelques individus clairement intégrationnistes considérés par les autres comme radicaux, après la Deuxième Guerre Mondiale, les libéraux blancs adoptent la même position défensive que les ségrégationnistes lorsque le gouvernement fédéral s’engage dans la lutte contre la discrimination. Ils sont, de fait, toujours marqués par l’héritage de la Guerre de Sécession, et ne peuvent se résoudre à soutenir le principe d’intervention fédérale dans les affaires internes des États.25 Ces individus se trouvent piégés dans un dilemme quasi-insurmontable, entre d’une part leur volonté d’égalité et de justice raciale, et d’autre part leur identité sudiste.

  • 26 La notion de communauté est fortement présente, voire mise en avant, dans de très nombreux écrits (...)

18C’est là qu’entre en jeu un autre trait distinctif accentuant l’antagonisme entre Nord et Sud : l’attachement à l’espace, ou même à la terre du Sud, ainsi que le sentiment d’appartenir à une communauté bien particulière. Or, le sens de la communauté est indissociable du problème racial. Il est le ciment qui permet aux individus d’accepter l’inacceptable, c’est-à-dire l’esclavage au dix-neuvième siècle, la ségrégation au vingtième. Ce sentiment d’appartenance (sense of place) est partagé par la quasi-totalité des habitants de la région, des plus réactionnaires aux plus progressistes, blancs et noirs, même s’il est vécu de manières très différentes, de la plus positive à la plus négative.26 Ainsi, jusqu’à la fin officielle de la ségrégation légale et des discriminations électorales – imposée par le Civil Rights Act de 1964 et le Voting Rights Act de 1965, votés par le Congrès fédéral – les rapports entre le Sud et le reste de la nation sont caractérisés par la confrontation. Que ce soient les ségrégationnistes, les intégrationnistes, les Blancs ou les Noirs, les défenseurs ou les critiques de la région, tous s’accordent sur l’idée que le Sud est une terre différente de par ses institutions raciales.

  • 27 En 1964, par exemple, l’historien Walter Webb évoque le Sud en ces termes : "We can see the transf (...)
  • 28 Bandry, 149.

19Après le démantèlement du système ségrégationniste, la notion de confrontation disparaît à la faveur d’un phénomène de convergence entre région et nation. Le discours optimiste, souvent enthousiaste, à propos du nouveau Sud, dynamique et tourné vers l’avenir, n’est pas sans rappeler celui de Henry Grady et de ses semblables au tournant du vingtième siècle, mais cette fois-ci les États du Sud n’instaurent pas de système politique ou social particulier qui les distingue des autres.27 Avec l’égalité raciale et l’expansion économique accélérée depuis la Deuxième Guerre Mondiale, le Sud devient la Sun Belt, et attire autant les touristes que les industries de pointe. La fin des mesures discriminatoires en politique permet à l’électorat noir de s’exprimer et d’élire des hommes politiques progressistes, mettant fin à l’hégémonie des Démocrates ségrégationnistes dans la région. Parallèlement, le Parti républicain s’implante et gagne rapidement de l’influence. Bref, selon l’expression consacrée, le Sud s’américanise, au point que certains annoncent sa disparition.28

20Quelles conclusions tirer de cette métamorphose, si ce n’est que dans les domaines autres que les relations raciales, l’opposition entre société sudiste et société américaine n’était pas si fondamentale ? Il n’est pas question de nier certains traits spécifiques constitutifs de l’identité sudiste, mais l’idée que cette identité et l’identité nationale sont antithétiques, ou en tout cas, opposées, perd de sa force au regard de l’évolution récente de la région. La tendance chez les spécialistes, ces vingt dernières années, a été de montrer que le Sud, loin de céder à l’influence de la nation après en avoir été prétendument isolé pendant un siècle, est devenu, sinon le modèle, du moins la première source d’inspiration pour les autres régions, certains parlant de "southernization of America." Par exemple, Dewey Grantham, reprenant l’argumentation d’un autre historien, Carl Degler, affirme que tout au long de l’histoire américaine, le Sud a façonné les valeurs nationales. Il a parfois renforcé ou reflété des valeurs partagées par l’ensemble du pays, à d’autres moments il a modifié les orientations prises par le Nord, à d’autres encore, il a fait office de modèle pour la nation. (Grantham, 342 ; Degler, "Thesis")

21Si l’on se penche sur les éléments étudiés précédemment pour analyser les facteurs d’opposition entre le Sud et le reste du pays, on peut se rendre compte que les termes de l’opposition s’appliquaient davantage au rapport entre Sud et Nord qu’à celui entre Sud et nation. La défense du modèle agrarien, par exemple, qu’elle s’appuie sur le système patriarchal de plantation ou sur celui de petit fermier indépendant, n’est pas une tradition spécifiquement sudiste. Le mouvement populiste des dernières décennies du dix-neuvième siècle naît d’une convergence entre deux mouvements agraires issus du Midwest et du Sud, et s’oppose aux intérêts industriels et financiers du Nord-Est (Boyer, 698-700). La tradition agrarienne se pose, de fait, comme la seule véritable tradition américaine, les valeurs nationales de liberté individuelle et d’indépendance étant directement associées à l’économie rurale, pré-industrielle, du temps de la fondation de la nation.

  • 29 L’extrait suivant montre que les dirigeants ségrégationnistes se posent comme les défenseurs des p (...)
  • 30 Voir Hodding Carter, "Race Trouble to Grow in South—Mixed Schools Not in Sight," U.S. News and Wor (...)

22Pour ce qui est de la doctrine des droits des États, même si, poussée au terme de sa logique, elle peut mener à la sécession, et donc à la désintégration de la nation, elle émane néanmoins de la Constitution fédérale. D’ailleurs, lorsque les dirigeants sudistes, au dix-neuvième comme au vingtième siècle, rejettent la légitimité de mesures fédérales, ils le font au nom de la Constitution, et accusent leurs adversaires d’enfreindre les règles établies par les Pères fondateurs. Ils présentent donc leur action de résistance, non seulement comme une défense de leurs intérêts, mais aussi et surtout comme une défense des valeurs nationales.29 Le but des ségrégationnistes en 1956 n’est pas de quitter l’Union mais de faire renverser la décision Brown de la Cour Suprême qu’ils jugent anti-constitutionnelle. Dans le même contexte de résistance à l’intervention fédérale à propos de la ségrégation, les libéraux sudistes ne condamnent pas ouvertement la Cour Suprême parce qu’ils reconnaissent son autorité absolue et la légitimité morale de son action, mais ils sont sensibles aux arguments des meneurs de la résistance, car ils restent convaincus de l’illégitimité de toute mesure fédérale coercitive.30

  • 31 John Hope Franklin et Alfred Moss, Jr. observent qu’au début du vingtième siècle, la ségrégation s (...)

23Quant à la question raciale, elle fait partie intégrante de la culture et de l’expérience sudistes, mais l’exception sudiste réside dans l’institutionnalisation de la discrimination, plus que dans la discrimination proprement dite. En effet, après l’abolition de la ségrégation légale dans le Sud, les événements tendent à prouver que le Nord n’est ni plus ni moins raciste que le Sud des Étas-Unis. Quand le Mouvement des Droits Civiques, d’abord concentré dans le Sud, s’étend à l’échelle nationale, les Blancs du Nord s’avèrent aussi violents dans leur résistance que ceux du Sud. Martin Luther King Jr. et la Southern Christian Leadership Conference en font l’expérience à Chicago en 1966 (Cobb, 70). De fait, même si la ségrégation n’était pas légale dans la plupart des États non sudistes, les pratiques ségrégationnistes, elles, ont toujours existé dans le pays, notamment dans les écoles et le logement.31

  • 32 C’est ce que note le sociologue John Shelton Reed en 1986, à l’occasion de la réédition de son étu (...)

24Aujourd’hui, donc, les relations raciales étant normalisées, et le principe d’égalité devant la loi s’appliquant officiellement à l’ensemble du pays, que reste-t-il de la spécificité sudiste ? Les sociologues continuent de relever certaines constantes propres à la région – entre autres, l’importance de la religion, la violence et le goût des armes, l’attachement à la région, le sens de la communauté – mais le décalage entre le Sud et les États-Unis se réduit, non pas parce que ces traits distinctifs disparaissent, mais parce qu’ils deviennent aussi importants dans le reste du pays.32 En revanche, même si les positions des Américains, dans le Sud comme ailleurs, sont similaires concernant les problèmes d’intégration et de discrimination raciale, le Sud se distingue toujours par une forte conscience raciale, c’est-à-dire que même lorsque le sujet des relations raciales n’est pas abordé directement, il influence indirectement les esprits dans la région, dans tous les domaines (Hackney). L’identité sudiste reste donc marquée par l’héritage de ses institutions raciales, même si celles-ci appartiennent au passé.

25En 1959, au moment où le Sud apparaissait comme la négation même de l’idéal démocratique américain d’égalité et de liberté, Howard Zinn avançait, dans The Southern Mystique, que le Sud n’était que le miroir de l’Amérique, en ce qu’il ne se distinguait pas fondamentalement du reste de la nation. Il écrivait :

The South is everything its revilers have charged, and more than its defenders have claimed. It is racist, violent, hypocritically pious, xenophobic, false in its elevation of women, nationalistic, conservative, and it harbors extreme poverty in the midst of ostentatious wealth. The only point I have to add is that the United States, as a civilization, embodies all of those same qualities. That the South possesses them with more intensity simply makes it easier for the nation to pass off its characteristics to the South, leaving itself innocent and righteous. (262)

  • 33 Pour une critique de la these de Zinn, on pourra se référer à C. Vann Woodward, "Southern Mytholog (...)
  • 34 David Smiley conclut son essay historiographique ainsi : "Its [The South’s] geographical boundarie (...)

26Si la thèse de Zinn a été rejetée ensuite par les historiens et sociologues qui maintenaient l’idée d’une spécificité sudiste, les études récentes penchent en sa faveur, du moins à propos des éléments clés que sont le racisme, la violence, la religion ou le conservatisme.33 Finalement, le Sud perdure avant tout comme une idée, une construction intellectuelle, qui permet aux Sudistes, comme aux autres Américains, de définir et d’ajuster leur identité au gré de l’évolution de leur société.34

Top of page

Bibliography

Bandry, Michel. Le Sud. Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 1992.

Boyer, Paul S., et als. The Enduring Vision. 2nd ed. Lexington: Heath, 1993.

Cash, Wilbur J. The Mind of the South. New York: Knopf, 1941.

Cobb, James C. Redefining Southern Culture: Mind and Identity in the Modern South. Athens: University of Georgia Press, 1999.

Dabbs, James McBride. The Southern Heritage. New York: Knopf, 1958.

"Declaration of Constitutional Principles." U.S. Congressional Record, 84th Cong., 2nd Sess., 1956. 4515-16.

Degler, Carl. Place Over Time: The Continuity of Southern Distinctiveness. Athens: University of Georgia Press, 1977.

Degler, Carl. "Thesis, Antithesis, Synthesis: The South, the North, and the Nation." Journal of Southern History 53 (February 1987): 3-18.

Egerton, John. The Americanization of Dixie. The Southernization of America. New York: Harper’s Magazine Press, 1974.

Franklin, John Hope, et Alfred A. Moss. From Slavery to Freedom : A History of African Americans, 7th ed. New York : McGraw-Hill, 1994.

Grady, Henry. "The New South." Anniversary Celebration of the New England Society in the City of New York, December 22, 1886.

Grantham, Dewey W. The South in Modem America: A Region at Odds. 1994, New York: HarperPerennial, 1995.

Gray, Richard. Writing the South: Ideas of an American Region. Cambridge: Cambridge University Press, 1986.

Griffin, Larry J. et Don H. Doyle, eds. The South as an American Problem. Athens : University of Georgia Press, 1995.

Hackney, Shelton. "The Contradictory South." Southern Cultures vol. 7: 4 (2001): 65-80.

Hofstadter, Richard, ed. Great Issues in American History, From the Revolution to the Civil War, 1765-1865. Vol. II. New York: Vintage, 1958.

Smiley, David L. "The Quest for the Central Theme in Southern History." South Atlantic Quarterly. Vol. 71:3 (Summer 1972): 307-325.

The Pro-Slavery Argument as Maintained by the Most Distinguished Writers of the Southern States. Charleston: Walker, Richards and C°, 1852.

Twelve Southerners. I’ll Take My Stand: The South and the Agrarian Tradition. New York: Harper, 1930.

Van Ruymbeke, Bertrand. "Un Sud à l’époque coloniale : contradiction anachronique ou réalité historique ?" La contradiction. Michel Bandry et Jean-Marie Maguin eds. Montpellier : Publications Montpellier 3. 399-410.

Vandiver, Frank E., ed. The Idea of the South: Pursuit of a Central Theme. Chicago: University of Chicago Press, 1969.

Wilson, Charles Reagan et William Ferris, eds. Encyclopedia of Southern Culture. Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1989.

Woodward, C. Vann. The Strange Career of Jim Crow. 3rd revised edition. New York: Oxford University Press, 1974.

Zinn, Howard. The Southern Mystique. 1959, New York: Simon and Schuster, 1972.

Top of page

Notes

1 Les ouvrages abondent sur le phénomène dit d’"américanisation" du Sud au cours des trente dernières années. On pourra consulter, entre autres, Egerton ainsi que Grantham chap. 9, 10, 11.

2 A propos de la définition de la spécificité sudiste, voir Smiley ou encore Degler, Place Over Time 1-25.

3 Voir par exemple Clarence Cason, Ninety Degrees in the Shade (Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1935).

4 Le Compromis du Missouri est lié à la question de l’esclavage dans le cadre de l’expansion territoriale. En 1919, le Missouri demande son admission dans l’Union en tant qu’État esclavagiste, menaçant ainsi de rompre l’équilibre entre États libres et États autorisant l’esclavage. Afin de maintenir un nombre égal des uns et des autres dans l’Union, le Congrès accepte en 1920 l’entrée du Missouri, mais admet simultanément le Maine comme État libre, en compensation (Bandry, 68).

5 Les historiens préfèrent en général le terme de "section" à celui de "région" lorsqu’ils font référence au Sud du dix-neuvième siècle, "section" impliquant une plus grande autonomie vis-à-vis de la nation. Au vingtième siècle, une fois le concept de sécession devenu caduc, le terme de "région" s’impose comme le plus pertinent (Cf Grantham, xv).
La doctrine des droits des États s’appuie sur le Xème amendement de la Constitution fédérale, selon lequel les pouvoirs qui ne sont pas délégués au gouvernement fédéral par la Constitution sont réservés aux États et au peuple. Une interprétation littérale de cet amendement permet de développer une opposition systématique à toute mesure nationale concernant des questions ne relevant pas expressément du pouvoir fédéral dans la Constitution. Voir Kermit L. Hall, "States’ Rights Constitutionalism," Wilson et Ferris, 816-17.

6 A titre d’exemple, le "Robert Penn Warren Center for the Humanities," à l’Université Vanderbilt, a lancé en 1992 un projet de recherche intitulé "The South as an American Problem," qui s’est achevé par la publication d’un ouvrage universitaire collectif portant le même titre : Larry J. Griffin et Don H. Doyle eds, The South as an American Problem.

7 J’entends ici par "mythe" la construction, consciente ou pas, d’une représentation collective de faits historiques ou culturels, mêlant, selon Henry Nash Smith, "concept et émotion". Je m’appuie ici sur la définition de George Tindall dans "Mythology : A New Frontier in Southern History," (Vandiver, 115), et sur celle de Larry Griffin, qui ajoute à propos des mythes : "By their very nature—they are formed through selective emphasis, simplification, and generalization—myths can degenerate into distorted cultural stereotypes and even exaggerated caricatures of the mythic entity that can mislead and misinform, even as they motivate and justify human action" ("Why Was the South a Problem to America?," Griffin et Doyle, 10-32).

8 D’ailleurs, même s’il met en avant d’autres traits distinctifs de l’esprit sudiste, Cash souligne l’impact fondamental du thème racial sur l’identité sudiste :
And in this society in which the infant son of the planter was commonly suckled by a black mammy, in which gray old black men were his most loved story-tellers, in which black stalwarts were among the chiefest heroes and mentors of his boyhood, and in which his usual, often practically his only, companions until he was past the age of puberty were the black boys (and girls) of the plantation—in this society in which by far the greater number of white boys of whatever degree were more or less shaped by such companionship, and in which nearly the whole body of whites, young and old, had constantly before their eyes the example, had constantly in their ears the accent, of the Negro, the relationship between the two groups was, by the second generation at least, nothing less than organic. Negro entered into white man as profoundly as white man entered into Negro—subtly influencing every gesture, every word, every emotion and idea, every attitude. (51)
Pour des exemples de définitions s’appuyant sur d’autres aspects de l’identité sudiste, on pourra consulter C. Vann Woodward, The Burden of Southern History (Baton Rouge : Louisiana State University Press, 1960), qui met l’accent sur le poids du passé, l’expérience de la défaite, et la culpabilité liée à l’esclavage, ou James McBride Dabbs, The Southern Heritage, qui insiste particulièrement sur le sens de la communauté et des manières.

9 Voir par exemple Thomas Roderick Dew, "Abolition of Negro Slavery," American Quarterly Review XII (1832) : 189-265 ; publié ultérieurement dans The Pro-Slavery Argument.

10 Pour plus d’information sur l’impact de la tradition agrarienne sur la culture sudiste, on pourra se référer aux articles sur la tradition jeffersonnienne – Thomas Jefferson étant considéré comme le père de la tradition agrarienne dans la culture américaine – et sur le populisme, dans Wilson et Ferris (631-32 ; 653-55).

11 Le discours de Jefferson Davis, Président provisoire des Confederate States of America, devant le Congrès Confédéré, le 29 avril 1861, illustre clairement ce point de vue. En voici un extrait :
In the meantime, under the mild and genial climate of the Southern States and the increasing care and attention for the well-being and comfort of the laboring classes, dictated alike by interest and humanity, the African slaves had augmented in number from about 600,000, at the date of the adoption of the constitutional compact, to upward of 4,000,000. In moral and social condition they had been elevated from brutal savages into docile, intelligent, and civilized agricultural laborers, and supplied not only with bodily comforts but with careful religious instruction. (Hofstadter, 397-401)

12 Le lien entre le problème du tarif et l’esclavage apparaît clairement dans la déclaration de protestation de l’assemblée de Caroline du Sud en décembre 1828 :
8th. Finally, because South Carolina, from her climate, situation, and peculiar institutions, is, and must ever continue to be, wholly dependent upon agriculture and commerce, not only for her prosperity, but for her very existence as a state ; because the valuable products of her soil—the blessings by which Divine Providence seems to have designed to compensate for the great disadvantages under which she suffers in other respects—are among the very few that can be cultivated with any profit by slave labor ; and if, by the loss of her foreign commerce, these products should be confined to an inadequate market, the fate of this fertile state would be poverty and utter desolation ; her citizens, in despair, would emigrate to more fortunate regions, and the whole frame and constitution of her civil polity be impaired and deranged, if not dissolved entirely. (Hofstadter, 275-278)

13 Voir Woodward.

14 L’exemple le plus connu et le plus éloquent de ce nouvel état d’esprit est le discours que prononça Henry Grady, rédacteur pour l’Atlanta Constitution, sur invitation de la New England Society, le 22 décembre 1886. Cf. note 27.

15 Voir note 7. Les mythes de la Cause perdue et du Vieux Sud imprègnent un grand nombre d’ouvrages historiques ou littéraires. Pour ce qui est des historiens, voir : Edward A. Pollard, The Lost Cause : A New Southern History of the War of the Confederates (New York : Treat et Baltimore : Palmer, 1866) ; William A. Dunning, Reconstruction, Political and Economic, 1865-1877 (New York : Harper, 1907), ou encore Claude G. Bowers, The Tragic Era : The Revolution After Lincoln (Cambridge : Houghton Mifflin, 1929) ; pour des exemples littéraires, voir les écrits de Thomas Nelson Page : In Ole Virginia (New York : Scribner, 1887), ou The Burial of the Guns (New York : Scribner, 1894) ; Thomas Dixon a également contribué à populariser l’image idéalisée du Sud esclavagiste par la publication du roman The Clansman : A Historical Romance of the Ku Klux Klan (New York : Doubleday, 1905).

16 La population urbaine dans la région s’élève à 25,4 % en 1920 (Bandry 104), à 35 % en 1940 (Grantham, 261).

17 Gray se réfère à Pierre Macherey, A Theory of Literary Production translated by Geoffrey Wall (London, 1978) 85-86.

18 Brown v. Board of Education, 347 U.S. 483 (1954) et Brown v. Board of Education, 349 U.S. 294 (1955).

19 Le paragraphe suivant est eloquent : "This unwarranted exercise of power by the Court, contrary to the Constitution, is creating chaos and confusion in the States principally affected. It is destroying the amicable relations between the white and Negro races that have been created through 90 years of patient effort by the good people of both races. It has planted hatred and suspicion where there has been heretofore friendship and understanding" (U.S. Congressional Record, 4515-16).

20 A propos de la "Seconde Reconstruction," voir, notamment, les articles de C. Vann Woodward contemporains de la période : "The New Reconstruction in the South," Commentary, vol. 21 (June 1956) 501-508 ; "The Great Civil Rights Debate," Commentary, vol. 24 (October 1957) 283-91 ; "The South and the Law of the Land," Commentary, vol. 26 (November 1958) 369-74.

21 Dans le contexte du Sud ségrégationniste – 1890-1965 – le terme "liberal" désigne les personnes qui, sans nécessairement appeler au démantèlement des institutions ségrégationnistes, dénoncent les injustices qui leur sont associées, et en particulier l’inégalité de traitement des Blancs et des Noirs dans les domaines de l’emploi, de l’éducation, ou des droits civiques.

22 Howard Odum, Southern Regions of the United States (Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1936).

23 Au tournant du vingtième siècle, l’adoption de lois ségrégationnistes dans les États du Sud accompagne un processus de restriction du droit de vote visant à exclure les Noirs de la politique et du système électoral, sans faire officiellement référence à la notion de race. Ainsi les assemblées législatives de ces États adoptent-elles diverses mesures, telles que les tests d’alphabétisation (literacy tests). Ces tests conditionnent l’inscription de la population sur les listes électorales, et sont supervisés par les autorités locales, qui peuvent ainsi décider librement de qui est apte ou non à voter. Le résultat de ces mesures est qu’en 1940, 3 % de la population sudiste noire en age de voter est inscrite sur les listes électorales (Bandry 98 ; Grantham, 288).

24 L’une des organisations progressistes les plus influentes au moment de la Deuxième Guerre Mondiale est la Southern Conference for Human Welfare, fondée en 1938 dans le sillage du New Deal. Elle est interraciale, réunit principalement journalistes, éducateurs et travailleurs sociaux, et œuvre pour plus d’égalité économique, politique et sociale. Voir l’étude de Linda Reed, Simple Decency and Common Sense : The Southern Conference Movement, 1938-1963 (Bloomington : Indiana University Press, 1991), et celle de Thomas Krueger, And Promises to Keep : The Southern Conference for Human Welfare, 1938-1948 (Nashville : Vanderbilt University Press, 1967).

25 Pour illustration, voir les réactions au programme d’intervention fédérale proposé par le Président Truman, en 1948, de plusieurs journalistes connus dans la région pour leurs positions progressistes : Virginius Dabney, "Is the South That Bad?," Saturday Review of Literature 29 (13 April 1946) : 9, 10, 84-87. ; Hodding Carter, "A Southern Liberal Looks at Civil Rights," New York Times Magazine 8 August 1948 : 10, 20, 25. Truman proposait, entre autres mesures, une loi fédérale contre le lynchage, la création d’un comité fédéral permanent de lutte contre la discrimination dans le domaine de l’emploi (Fair Employment Practices Committee, créé par Roosevelt en 1941 dans le contexte de la guerre et pour une durée déterminée), ou encore l’interdiction de la ségrégation dans les transports inter-états (Grantham, 182-83, 199).

26 La notion de communauté est fortement présente, voire mise en avant, dans de très nombreux écrits des dix-neuvième et vingtième siècles. John Calhoun écrit par exemple au dix-neuvième siècle :
The Southern States are an aggregation, in fact, of communities, not of individuals. Every plantation is a little community, with the master at its head, who concentrates in himself the united interests of capital and labor, of which he is the common representative... These small communities aggregated make the State in all, whose action, labour, and capital is equally represented and perfectly harmonized. (Gray, 37)
Les références originales sont les suivantes : Remarks on the States Rights Resolutions, in Richard K. Cralle, éd., The Works of John C. Calhoun, 6 vols (New York : 1958) 180.
Au vingtième siècle, un sudiste blanc engagé dans la lutte contre la ségrégation explique la résistance naturelle de la population blanche à la déségrégation par la persistance de la culture de plantation, caractérisée par le sens de la communauté :
Concern for the community is a major Southern concern. The emphasis upon manners, upon custom, upon an accepted way of doing things is an emphasis upon community. If you move continually among strangers, as in a great industrial city, there is little demand for any but the most rudimentary manners—and most of these have to be codified in law. You’ll probably never see these passers-by again; they’re merely the concrete embodiment of the abstraction man. But in a community, among neighbors, it’s vastly different. These are the people you have to live with. (Dabbs, 123)

27 En 1964, par exemple, l’historien Walter Webb évoque le Sud en ces termes : "We can see the transformation that has occurred by viewing the South as it was in the last century and as it is today. In the nineteenth century it was a tragic figure with many afflictions. Today it stands stripped of most of these old handicaps, sound and well on the threshold of a new era." (Walter Prescott Webb, "The South’s Future Prospect," Vandiver, 67-78). Le passage d’où est tiré cet extrait est construit sur la dichotomie Vieux Sud/Nouveau Sud, qui sous-tend également le discours de Grady, comme en témoigne les lignes suivantes : "The old South rested everything on slavery and agriculture, unconscious that these could neither give nor maintain healthy growth ... The new South is enamoured of her new work. Her soul is stirred with the breath of a new life. The light of a grander day is falling fair on her face. She is thrilling with the consciousness of growing power and prosperity." (Grady)

28 Bandry, 149.

29 L’extrait suivant montre que les dirigeants ségrégationnistes se posent comme les défenseurs des principes fondateurs de la nation américaine, qu’ils jugent menacés en 1956 :
The Founding Fathers gave us a Constitution of checks and balances because they realized the inescapable lesson of history that no man or group of men can be safely entrusted with unlimited power. They framed this Constitution with its provisions for change by amendment in order to secure the fundamentals of government against the dangers of temporary popular passion or the personal predilections of public officeholders... We reaffirm our reliance on the Constitution as the fundamental law of the land. We decry the Supreme Court’s encroachments on rights reserved to the States and to the people, contrary to established law and to the Constitution... We appeal to the States and people who arc not directly affected by these decisions to consider the constitutional principles involved against the time when they, too, on issues vital to them, may be the victims of judicial encroachment. (U.S. Congressional Record, 4515-16)

30 Voir Hodding Carter, "Race Trouble to Grow in South—Mixed Schools Not in Sight," U.S. News and World Report 24 February 1956 : 135-136.

31 John Hope Franklin et Alfred Moss, Jr. observent qu’au début du vingtième siècle, la ségrégation scolaire n’était en aucun cas une exclusivité des États sudistes, la différence étant que dans les autres États, celle-ci était en général imposée par la pratique plutôt que par la loi (Franklin et Moss, 407-408).

32 C’est ce que note le sociologue John Shelton Reed en 1986, à l’occasion de la réédition de son étude The Enduring South : Subcultural Persistance in Mass Society, publiée pour la première fois en 1974 (Bandry, 150).

33 Pour une critique de la these de Zinn, on pourra se référer à C. Vann Woodward, "Southern Mythology," Commentary, vol. 39 (May, 1965) : 60-63.

34 David Smiley conclut son essay historiographique ainsi : "Its [The South’s] geographical boundaries are imprecise at best, and the characteristics of its population resist valid generalization. To say this is not to say that the South does not exist; it is to suggest that it exists only as a controlling idea or belief upon which men acted, risked, and died. The idea of the South is real; it is one of the most important ideas in American history, and that gives it significance." La même idée est reprise par d’autres auteurs. Voir, par exemple, Wilson et Ferris, xv.

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Stefani, « Le Sud et la nation américaine au vingtième siècle : espace(s), identité(s), définitions », Caliban, 19 | 2006, 117-130.

Electronic reference

Anne Stefani, « Le Sud et la nation américaine au vingtième siècle : espace(s), identité(s), définitions », Caliban [Online], 19 | 2006, Online since 13 December 2016, connection on 26 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/2413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.2413

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals