Skip to navigation – Site map
B. Place and Nation

Délimitations et défenses du territoire : les conditions d’émergence de la linguistique nord-américaine au début du XXe siècle

Henri Le Prieult
p. 149-159

Abstract

American linguistics seem to have had, from the very start, a strong relationship with America as a territory. From the first works of anthropologists who had to deal with the "Amerindian imperative," to the development of a "ho-me-grown structuralism" (Harris 1993), there seems to have been an enduring link between the emergence of a specifically American linguistic school of thought and the very conditions the land of American offered to the many amateurs and scientists who considered and analysed the facts of language from the XVIth century onwards. Through three distinct yet deeply interrelated chronological stages, this paper attempts to give an overview of the different historical, geographical and institutional frameworks which conditioned the progressive foundation of American linguistics.

Top of page

Full text

1Quelle relation les linguistes américains entretiennent-ils avec leur territoire ? Cette question nécessite que soient examinés les plus larges tenants. Il convient d'abord de poser un préalable méthodologique. L'ethnosociologie des sciences n'en est pas à ses premiers balbutiements. Kuhn a jeté les principales bases de la problématique des "révolutions scientifiques" qui fut largement aménagée par Griffith et Mullins, Nisbett (1969, 1976) puis par Murray (1980, 1983, 1985). La voie dessinée par Murray en 1994 relie les enjeux anthropologiques et sociologiques et rassemble les outils désormais disponibles pour décrire la science dans ses périodes dites "normales," non révolutionnaires. Murray veut en fait mettre à l'épreuve la théorie Griffith-Mullins sur le terrain de la linguistique nord-américaine, en plaçant d'habiles et fructueuses passerelles entre les outils de la sociologie et de l'anthropologie.

2L'histoire de la linguistique aux États-Unis nécessite en effet des outils qui accueillent la spécificité même de territoire dans lequel se sont inscrites des institutions en construction. Il a d'abord fallu conquérir le territoire, fonder une nation sur une terre déjà occupée par des populations indigènes. Une fois le territoire circonscrit, il dut être défini, voire redéfini. En linguistique, l'entreprise épistémologique générale qui consiste à délimiter l'objet, le champ de l’étude, nécessita, précisément à cause de cette terre vierge américaine, du fait de ces territoires amérindiens nouvellement conquis, une délimitation toute particulière de la discipline, un positionnement par rapport à la "Vieille Europe" qui a pourtant formé la plupart des figures intellectuelles de l’époque. Progressivement, presque subrepticement, est venu le temps de la défense, tant territoriale que de l’individualité nord-américaine. Les intellectuels et les universitaires ont joué une part non négligeable en trouvant dans les institutions elles-mêmes tout à la fois un adjuvant et une justification, sans parler de financements.

Conquérir et fonder : un ancrage fort et original dans les territoires

3Les premiers observateurs des faits linguistiques, dès le XVIe et XVIIe siècles, furent confrontés à des langues radicalement autres. L’impératif amérindien, tel qu’il a été par la suite nommé, relève à la fois de la confrontation brutale à une matière particulièrement revêche et de l’élaboration progressive d’un devoir de mémoire, de conservation et de préservation. Sur un plan méthodologique, ce matériau spécifique a sans doute joué un rôle prépondérant dans l’élaboration de techniques descriptives rigoureuses, dans l’inclination pour l’étude morpho-syntaxique, dans le rejet des règles et procédures que le XIXe siècle européen élaborait sous l’aile de la grande nation allemande.

4Le continent nord-américain est souvent décrit dans ces époques comme un désert, tant intellectuel qu’universitaire. Les penseurs et les théoriciens qui le parcourent et l’habitent, au fil des décennies et des siècles, sont souvent décrits comme "ignorants," voire célébrés comme tels. Ces explorateurs, hommes de religion ou de science, ne sont que rarement affiliés à des sociétés savantes. Ils n’ont qu’exceptionnellement un statut institutionnel (universitaire, conservateur de musée, etc.). Souvent aussi ils célèbrent l’oubli de la tradition occidentale. Cette préhistoire de la linguistique américaine se trouve donc être à la fois un construit et une donnée résistante : une terre vierge de réflexion linguistique, des États dont il faut délimiter les frontières, un environnement humain et linguistique à observer, classer, découvrir, dont il convient d’épuiser la spécificité et d’exploiter l’originalité profonde pour nourrir les ambitions autonomistes du colonisateur.

  • 1 "Une langue sauvage, presque sans règle... tellement imparfaite." (1865 [1636], 10)

5Historiquement, il est largement reconnu que la conquête territoriale et le prosélytisme religieux sont les deux pôles majeurs qui ont permis aux générations scientifiques et politiques de motiver les premiers travaux sur les langues amérindiennes. Dès les premiers établissements coloniaux, les missionnaires ont recherché l’acquisition de la maîtrise des langues indigènes dans la perspective de l’évangélisation et de la traduction de la Bible. De ces entreprises simultanées se dégagea un postulat tenace jusqu’au XIXe siècle selon lequel les langues indiennes relevaient d’une même langue souche dont elles ne représentaient qu’autant de dialectes. Certes, la perception européenne du "bon sauvage," les descriptions réductrices, comme celle du huron par un Sagard-Théodat,1 l’application peu précautionneuse du schéma darwinien, sont autant de facteurs qui ont fortement conditionné, au cours des premiers siècles, les démarches d’observation et de description des langues indigènes (uniquement) parlées dans les territoires conquis. La diversité des langues amérindiennes présentait l’inconvénient majeur de freiner l’avancée de la civilisation et le travail des missionnaires (Lyell, 461). De ce fait, la description grammaticale s’est trop souvent contentée, aux XVIIe et XVIIIe siècles, de plaquer la grille gréco-latine sur ces langues jugées barbares, tout comme l’on plaquait sur leurs locuteurs les pratiques religieuses et l’organisation administrative européennes. Des constructions particulières repérées en algonquin, en mohawk ou en delaware étaient purement et simplement étiquetées et subsumées sous de grandes catégories comme le datif ou le subjonctif, sans autre forme de procès. Tout ce qui échappait à la grille gréco-latine était superbement ignoré. Pourtant certaines descriptions nous ont laissé des témoignages inestimables, parfois inspirés (Bréboeuf pour le huron, par exemple), et progressivement s’éveilla une conscience proprement américaine de la profonde originalité de ces langages indigènes. Un impératif s’imposa imperceptiblement aux nombreux hommes éclairés qui, à l’occasion des expéditions exploratoires, s’aventurèrent sur les terres inconnues, dépassant les clivages anciens, et qui, au XIXe siècle, se ressourcèrent et trouvèrent leur identité dans la rencontre des traces ou des survivants des peuplades indigènes.

6Si les premiers linguistes américains furent avant tout des amateurs éclairés, ils ne manquèrent pas moins de fonder leurs pratiques sur l’observation et le recueil des données. L’ethnologie serait aujourd’hui leur discipline de rattachement, même si, à l’époque, ils n’appartenaient pas globalement à une institution constituée. Ils furent les premiers à concevoir que la matière observée pouvait leur résister et que ces langues indigènes méritaient un traitement spécifique. Ils firent leur l’impératif amérindien. Pour comprendre la nature particulièrement résistante du matériau linguistique amérindien, il suffirait de prendre quelques exemples au hasard, tant ces langues fournissent de singularités intrinsèques. Le manque de place nous prive ici de ce plaisir ethnolinguistique (voir par exemple, Harris, 20, sur le kwakwala ; Malherbe, 259, sur l’eskimo ; Whorf sur le hopi). Ce contexte linguistique et langagier a largement alimenté l’élaboration et la diffusion au XXe siècle d’une des hypothèses théoriques les plus marquantes et les plus constitutives de la singularité naissante de la pensée linguistique américaine : l’hypothèse Sapir-Whorf ou hypothèse de la relativité linguistique. Le territoire, et les peuples qu’il porte, amenèrent les théoriciens à déceler une faille dans la pensée jusque là prépondérante en Europe qui statuait sur une biunivocité entre langage et pensée. Si les structures langagières pouvaient se révéler aussi différentes, c’est que les structures de pensée pouvaient ne pas être universelles. (Whorf, 57) C’est bien une communauté de chercheurs indigènes qui élabora cette hypothèse et en fit le fer de lance de la spécificité théorique linguistique américaine au début du XXe siècle. Elle s’oppose à un cadre de pensée remontant au moins aux Modistes, relayé par Port-Royal, et qui cautionna largement l’application de la grille gréco-latine aux langues amérindiennes par les premières générations de colons.

7Une telle migration des cadres théoriques fut aussi le produit lent et progressif de l’installation des institutions en Amérique du Nord. Les XVIIe et XVIIIe siècles ont été globalement marqués, à la suite des entreprises à visée prosélyte, par de vastes projets politiques d’inspiration rationaliste tendant à recueillir des informations sur les "sauvages," afin de corroborer les hypothèses alors en circulation sur l’état de nature. Des figures éminentes du paysage politique et intellectuel furent, tout au long de l’histoire et de la construction des États-Unis, des acteurs zélés du champ linguistique. Jefferson, avant même d’être président, fut fasciné par la culture et les langues indigènes. Une fois élu, il encouragea la collecte d’informations à travers des expéditions comme celle de Lewis et Clark, suscitant et soutenant l’intérêt autour de l’Homo Americanus. Il ne faut pas manquer de noter au passage que l’expansion du territoire et la volonté de reconnaître aux indigènes un droit de propriété sur certaines terres, ont poussé très tôt à la connaissance des tribus concernées. Ainsi la curiosité de Jefferson aurait-elle dépassé le cadre pragmatique fourni par les velléités d’expansion territoriale (Murray, 1994, 28-29). Il a sans doute institutionnalisé le lien entre enquête anthropologique et linguistique, expansion territoriale et gestion des populations autochtones (Swadesh, Hallowell, Andresen).

8L’année 1769 fut celle de la fondation de l’American Philosophical Society par Benjamin Franklin, qui marqua une première phase d’institutionnalisation des études philologiques américaines. Parallèlement, des missionnaires comme Heckeweider et Zeisberger ont pu mener des travaux chez les Delaware et commencer à battre en brèche les idées reçues des Lumières, à s’attaquer aux difficultés rencontrées par les Européens pour trouver des correspondances phonétiques lorsqu’ils observaient et décrivaient les langues amérindiennes. Duponceau, qui tenta aussi de combattre la perception des langues amérindiennes comme "barbares" et qui installa le terme "polysynthétique", emprunté à la cristallographie, pour désigner les langues amérindiennes, imposa la vision d’une seule famille amérindienne dès 1818. Avec lui, Pickering postula l’existence d’une même famille de langues sur l’ensemble du continent américain ("from Greenland to Cape Horn"), tout en entretenant des relations suivies avec les linguistes européens les plus notables en France, comme en Allemagne (Andresen 105). Les échanges entre l’Europe et les État-Unis étaient à l’époque à ce point solides que Galatin (Secretary of Treasury et Advisor on Indian Affairs de Jefferson) se trouva être la source principale d’Humboldt en lui fournissant une classification (certes contestable) des langues amérindiennes en 32 familles. Ce premier président de l’American Ethnological Society (AES) amena vers une professionnalisation durable ce qui n’était au départ qu’un groupe de profanes, de "dilettantes" (Bieder), sans formation particulière ni expérience dans le champ ethnologique. Galatin, allié à Schoolcraft, et Morgan n’hésitèrent pas à critiquer haut et fort les politiques génocidaires de l’époque. Ils firent le lit de l’hypothèse Sapir-Whorf en adoptant un point de vue plus grammatical que lexical. Ils défendirent tous les trois le modèle monogénétique des langues amérindiennes (produit d’une "lost tribe of Israel") pour contrecarrer la pensée dominante du moment, le polygénétisme, qui servait d’alibi théorique à l’extermination des indigènes, réduits à subir la conquête de la "race anglo-saxonne".

9Le premier à obtenir une "chaire" d’anthropologie en Amérique du Nord (certes, seulement honoraire, Université de Pennsylvanie 1884) fut Brinton. Le second fut Putnam à Harvard (1886-1908). Si Brinton suivit la voie de Duponceau et Galatin, en se fondant plutôt sur la grammaire que sur le lexique pour construire une classification des langues amérindiennes, publiée en 1891, et s’opposa en cela à une autre force institutionnelle montante (Powell et le Bureau of American Ethnology), Putnam, pour sa part, forma les deux figures essentielles que furent Boas et Kroeber, qui partirent s’installer, respectivement, à New York et en Californie. C’est à cette époque que sont reconnus trois centres universitaires principaux pour la formation des anthropologues : Harvard, Columbia University et Berkeley.

Définir et délimiter : l’autonomisation institutionnelle d’une discipline

10La diversité des voix, la stabilisation institutionnelle, la création de chaires et la formation des premiers contours disciplinaires conduisirent à des conflits et à des jeux d’influence. Powell fut celui qui parvint le mieux alors à établir une assise universitaire et intellectuelle. Ce membre de l’AES, souvent décrit comme un "gentleman amateur," ancien professeur de géologie, participa à une expédition dans le Grand Canyon qui l’amena à produire ses premiers travaux. Il fut par la suite Head of the Geological Survey of the Smithsonian Institution et prit, dans ce cadre, la direction du Bureau of American Ethnology, qu’il créa en 1879. Il présida, pendant les premières années, l’Anthropological Society of Washington, qui devait devenir ensuite l’American Anthropological Association. Ce puissant organisateur, tenant des thèses évolutionnistes, fut l’instigateur d’une des plus grandes entreprises de description des langues amérindiennes, pour laquelle il recruta de nombreux collaborateurs (souvent sans formation anthropologique particulière), entreprise qui se développa en isolement total par rapport aux recherches contemporaines en Europe (Hodge 201). Il fut un pionnier dans le domaine de la "government science," fournissant à Washington des données dans les domaines de la géologie, de la géographie, de l’hydrographie et de l’ethnologie, qui alimentaient les décisions politiques.

11C’est sans aucun doute, paradoxalement, le Prussien Franz Boas (à l’origine physicien et mathématicien, dépourvu de toute formation en linguistique historique – Jakobson, 1944, 188 ; Murray, 1994, 56) qui fonda la démarche descriptive et qui permit aux langues amérindiennes d’accéder à leur statut actuel, sinon définitif. La légende veut que ce soit lors d’une étude sur le terrain, chez les Eskimos au Baffinland, en 1883-84, qu’il s’affranchit d’un certain déterminisme géographique. Organisateur né, il perçut, lors de sa première visite aux États-Unis (1885), la nécessité de fonder une société savante pour mener des recherches systématiques dans les régions arctiques. Il revint en 1887 pour étudier les Kwakiutl et d’autres tribus de Colombie Britannique. Il fut placé par Putnam, d’abord comme "geography editor" de la revue Science, puis à un poste au Museum of Natural History (New York) et à Columbia University à partir de 1895. C’est à partir des deux institutions (le Musée de New York et le "Bureau" à Washington) qu’il modela durablement l’anthropologie américaine. C’est avec lui que la variété, la diversité, passèrent du statut d’obstacle à celui d’objet d’étude spécifique, de célébration. C’est lui qui désigna le langage comme une "fenêtre de l’âme" (une définition plus culturelle et psychologique que spirituelle). Il est considéré dès lors, sans doute à juste titre, comme le père de l’étude scientifique du langage en Amérique du Nord (Anderson), du fait de sa volonté affirmée de considérer les langues en elles-mêmes et pour elles-mêmes. Mais il faut joindre la figure de l’élève Sapir à celle du maître Boas pour considérer que la spécificité du territoire américain trouve une expression achevée. Car Sapir, isolé à Ottawa et souvent comparé à Saussure dans sa retraite genevoise, sut néanmoins enrichir le programme "data-driven" de Boas par une approche plus théorique, voire philosophique et éclectique. L’historiographie commune illustre généralement avec ces deux hommes l’autonomisation définitive de la réflexion linguistique américaine. Sapir, comme le rappellent Hymes et Fought, avait achevé sa grammaire du takelma (publiée en 1922) avant février 1911. La publication du Cours de linguistique générale de Saussure n’intervint qu’en 1916, et n’a donc pas pu, matériellement, être à l’origine de l’inspiration profondément synchronique des travaux amérindiens. Le vaste projet de Boas (le fameux Handbook of American Indian Languages, qu’il dirigea et que publia le "Bureau" de Powell) n’a pas davantage attendu l’évolution du cadre théorique européen pour être conçu et mis en oeuvre. Boas restreignit la liste de ceux qui pouvaient travailler dans ce domaine aux seuls professionnels, excluant de l’entreprise d’anciens membres non-spécialistes du Bureau (Darnell). Il prit également le contrôle de l’organe de publication du Powell Group, The American Anthropologist, jusqu’à permettre qu’un de ses disciples soit nommé "editor" en 1914, date à laquelle la revue est transférée de Washington au Museum of Natural History de New York. La fondation de l’American Anthropological Association en 1902 fut aussi l’occasion de luttes d’influence majeures. Boas en devint président (1907-08). Powell ne laissant pas véritablement de successeurs, ce sont ses propres disciples qui en vinrent à contrôler ces différentes institutions. Boas entreprit alors une purge définitive des "amateurs". Ses disciples se trouvaient diriger la plupart des grands départements d’anthropologie d’Amérique du Nord. En 1917 Boas fonda le International Journal of American Linguistics, qu’il dirigea jusqu’à sa mort. Ce fut un leader sur le plan de l’organisation, plus qu’un théoricien à proprement parler. Il écarta le paradigme évolutionniste dominant alors en anthropologie.

12On le constate, avec Boas et Sapir, la réflexion linguistique américaine s’ancra définitivement sur le territoire américain, construisit son propre discours, ses méthodologies, ainsi que sa représentation historiographique autonome. Mais c’est sans doute avec Bloomfield que s’est opérée la consolidation de la linguistique américaine officielle et institutionnelle. Avant lui, il faut évoquer Whitney, une autre figure centrale, profondément transatlantique, qui modela durablement le paysage intellectuel nord-américain et fut celle qui eut la plus grande influence théorique à la fin du XIXe siècle, aussi bien en Europe qu’auprès des linguistes américains (Jakobson, 1971). Présenté par les uns comme un des acteurs de la révolution néogrammairienne, par les autres comme l’une des influences subies par Saussure, ou encore comme un loyal membre de l’école berlinoise, Whitney fut à la fois un révolutionnaire, sur le plan international, et, dans le cadre de la jeune linguistique américaine, un continuateur de la tradition duponcéenne, campant sur une position paradoxale qui consista à encourager les études amérindiennes tout en maintenant une vision réductrice des Indiens. Lui-même n’a jamais été sur le terrain, mais il a légitimé les études américanistes. Whitney fut salué pour avoir mis en place une vision sociale du langage. Il fut l’un des acteurs principaux de la naissance de la American Philological Society en 1869 et de la Modern Language Association en 1883.

13Comme j’ai pu le montrer lors d’une communication préparatoire au colloque du GENA 2005, une déconstruction un tant soit peu lucide de l’historiographie du structuralisme, une lecture attentive des correspondances entre les penseurs de part et d’autre de l’Atlantique au début du XXe siècle, ainsi que la prise en compte de la réalité du niveau des échanges, des voyages et des rencontres autour des deux guerres mondiales, amènent à réexaminer utilement la perception que les historiens des idées nous ont laissée tout à la fois du structuralisme en tant que tel et de la revendication nationaliste des pères fondateurs.

Défendre et étendre. Une discipline en consolidation

14Les années trente ouvrirent une période traversée de deux conflits mondiaux qui appauvrirent les échanges et isolèrent les intellectuels américains. En Europe, depuis les années vingt, les principaux centres universitaires de rayonnement étaient situés à Prague, à Copenhague, à Paris, Genève et Londres. L’émigration de Jakobson à New York sonna le glas de l’influence de la linguistique structurale, qui n’alla qu’en faiblissant dans les années quarante et cinquante en Europe continentale. Les structuralistes européens (mis à part les Tchèques) n’étaient alors pas véritablement parvenus à une autonomie institutionnelle. De plus, ce que l’École de Prague avait construit en Tchécoslovaquie fut vite détruit par la guerre. L’Allemagne nazie, l’Italie fasciste, tout comme l’U.R.S.S., condamnèrent officiellement le structuralisme en le jugeant idéologiquement incompatible avec le régime, certes pour des raisons diamétralement opposées (Schaff). De fait, ce ne fut qu’en Grande-Bretagne et aux États-Unis que la linguistique structurale gagna en influence pendant et après la seconde guerre mondiale.

15Newmeyer analyse le succès du paradigme structuraliste américain à cette époque selon deux ordres complémentaires : d’abord un renforcement des enjeux théoriques, mais aussi, et cela quasi-simultanément, l’intégration d’une dimension politique et stratégique. Sur le plan intellectuel et méthodologique, c’est d’abord le traitement égalitaire des langues, dont on a rappelé les origines théoriques, qui fortifia l’établissement d’une lignée d’anthropologues, sous la férule de Boas, puis de Sapir. Dès le départ, les structuralistes américains s’inspirèrent de cet égalitarisme pour consolider leur identité. C’est même, selon Bloomfield 1925, la raison principale qui poussa cette année là à la fondation de la Linguistic Society of America (LSA). Il est certain que ce principe n’a pas joué un rôle aussi capital en Europe, puisque les linguistes européens, sans doute en raison d’un ethnocentrisme plus prégnant, n’en firent jamais une idée fédératrice. Il ne faut pas pour autant nier qu’aux États-Unis l’établissement du traitement égalitaire des langues et des idiomes connut certaines difficultés. L’approche égalitaire, tant qu’elle se contentait d’examiner les langues obscures du sous-continent américain, ne préoccupait guère les tenants des Départements de Lettres des universités établies. Mais dès que les structuralistes commencèrent à l’appliquer aux variantes de l’anglais et à ses dialectes, ils rencontrèrent une vive opposition des conservateurs et prescriptivistes de tous bords. Il se trouve que ce mépris et cette opposition eurent un effet positif. D’abord parce qu’ils leur donnèrent une réelle visibilité, jusqu’auprès du grand public, ensuite parce qu’ils attirèrent de nombreux jeunes chercheurs.

16Le second atout des structuralistes américains dans leur entreprise de conquête des milieux intellectuels fut leur prétention à établir ce qu’ils revendiquaient comme la seule et unique voie vers une étude scientifique du langage. Bloomfield fut sans conteste le pionnier de l’incorporation des présupposés empiristes à la méthodologie linguistique. Dans les années quarante et cinquante, ses disciples ont poursuivi et renforcé cette veine en mettant au point une série de procédures basées uniquement sur des données observables, en écartant tout recours à l’intuition. Une telle position théorique amena irrémédiablement à une mise à l’écart de la génération des continuateurs de Sapir, plus humanistes. L’Europe n’échappa d’ailleurs pas aux invectives de ce groupe de spécialistes belliqueux (Spitzer, 33 ; Hall, 1946). Outre de véritables divergences théoriques, l’opposition entre l’Europe et les États-Unis fut alors également nourrie par une série de ressentiments relevant de la sphère personnelle. Beaucoup de chaires et de postes étaient alors offerts à des exilés ou à des réfugiés européens. Dans les années de la Grande Dépression, le dépit des jeunes chercheurs américains ne put que s’accuser (Hall, 1969, 194 n.3). Vers la fin des années quarante, du fait d’un renforcement des contacts universitaires transatlantiques, les positions s’assouplirent progressivement (Hockett, Martinet).

17Le paradigme du structuralisme américain semble enfin reposer sur un deuxième axe fondateur et dont il faut saisir toutes les implications politiques et territoriales. Les linguistes structuralistes ont en effet tissé, et cela dès la veille de la seconde guerre mondiale, des relations très proches avec un certain nombre d’institutions d’État qui ont largement contribué, à travers des subsides et des financements importants, à consolider leur position théorique. Hymes & Fought avancent même que le structuralisme américain fut modelé en rapport étroit avec l’investissement international des États-Unis dans l’immédiat après-guerre. C’est sans doute Graves (alors Executive Secretary of the American Council of Learned Societies – ACLS – l’une des sources principales de financement des travaux universitaires de l’époque) qui joua un rôle prépondérant dans le rapprochement entre les structuralistes et l’État. Ayant constaté le succès remporté par les linguistes dans l’analyse des langues amérindiennes de tradition orale, il se dit qu’ils se trouvaient bien placés pour analyser les langues qui allaient devenir d’importance stratégique dans les conflits qui s’annonçaient et participer ainsi utilement à la préparation de l’effort de guerre (Cowan). De leur côté, les structuralistes s’employèrent à convaincre leurs interlocuteurs de leur position privilégiée pour élaborer manuels et grammaires à destination des forces armées, du fait des évidentes applications pédagogiques des méthodes d’analyse qu’ils avaient mises au point. Ils furent vite perçus comme ceux qui apportaient enfin une solution définitive à la longue et lourde problématique de l’apprentissage des langues. En 1941 la Rockefeller Foundation subventionna, à travers l’ACLS, à hauteur de 100 000 $, le "Intensive Language Program" (ILP). Le Directeur nommé fut J. Cowan, alors Secretary Treasurer de la LSA. Dès 1953, l’ILP dispensa 56 cours, couvrant 26 langues dans 18 Universités pour près de 700 étudiants (Newmeyer). A la fin de la guerre, on estime que ce programme fournit du travail à presque tous les linguistes américains de l’époque. Ils étaient tous rassemblés à New York dans un bâtiment, au n° 165 de Broadway, et certains avancent qu’une telle concentration de jeunes chercheurs américains, dans une cité qui se trouvait à l’époque être la retraite de nombreux intellectuels européens en exil, ne put que participer à la tension patriotique et à l’affirmation de la singularité nationale (Hymes & Fought). Dès l’entrée en guerre des États-Unis, l’Armée se tourna vers la LSA, par l’intermédiaire de l’ACLS. Les archives de l’ILP portent la trace de nombreux contacts, à l’époque, et de nombreuses demandes de services, de la part d’agences gouvernementales aussi variées que l’Office of Strategic Services, le Board of Economic Welfare, le Department of Justice, la Navy ou les Marine Corps. De nombreux manuels accompagnés de documents audio furent alors élaborés. Mais l’activité de guerre ne manqua pas, dans les années qui suivirent immédiatement le conflit, de déboucher sur une hyperactivité institutionnelle et sur de très nombreuses publications, suscitant la création de revues comme Word, Romance Philology et Studies in Linguistics (Hall 1951). L’après-guerre vit aussi la fondation du Language Training Program du Foreign Service Institute qui sembla vouloir prendre le relais de l’ILP et des autres programmes directement issus du conflit armé. En temps de paix, l’objectif fut davantage de former des diplomates et des hauts fonctionnaires polyglottes, pour permettre aux États-Unis de tenir une place nouvelle sur la scène internationale. La Guerre Froide amena à son tour des subsides proprement idéologiques et patriotiques dont bénéficièrent largement les structuralistes, et certains de leurs successeurs ou opposants théoriques (dont le M.I.T.). Il faut, en point d’orgue à l’évocation de ce facteur financier déterminant, relever à quel point les linguistes et les universitaires surent se faire les avocats de la prise en compte de la dimension géopolitique de leur rôle social. Graves, par exemple, exhorta ses troupes en 1950 à préparer la Troisième Guerre Mondiale. L’ensemble de ce mouvement sembla culminer dans le vote du National Defense Education Act, en 1958, qui accorda des subventions colossales à la recherche linguistique et dont toute une génération de chercheurs bénéficia.

18Pour être tout à fait complet, il faut dire un bref mot de l’influence de la sphère religieuse sur le développement de la linguistique structuraliste et sur sa pérennisation. Les missionnaires, on l’a vu, avaient déjà été très actifs dès le XVIe siècle. Après la seconde guerre mondiale l’activisme évangélisateur sortit des frontières et trouva son principal débouché à travers le Summer Institute of Linguistics (SIL), principalement financé en sous-main par la Wycliffe Bible Translators et soutenu par la American Bible Society. Le SIL ne se contenta pas de tenir des sessions d’été sur le territoire américain, de faire nommer des représentants à la LSA, il finança aussi, dès la fin des années trente, d’innombrables publications, ainsi que des implantations dans de nombreux pays du tiers monde, parvenant à établir un réseau d’environ 4000 membres pour près de 700 langues dans une trentaine de pays. Les controverses sont nombreuses concernant son action (voir, par exemple, Newmeyer 1986, 60-61) et l’on doit sans doute essentiellement retenir le caractère pérenne de l’action évangélisatrice et son influence, voire sa contribution au développement de la discipline qu’est la linguistique structurale.

19On a pu le voir, la relation des linguistes américains avec leur territoire est complexe, stratifiée et, pourrait-on dire, si l’on était tenté d’inclure une tranche chronologique plus récente, largement étudiée cette fois, multimodulaire. J’espère être parvenu à montrer à quel point l’espace, les hommes et les idées ont largement contribué à tisser l’étoffe originale du discours linguistique américain, dont les formes modernes épousent, on le sait, au travers des théories génératives et transformationnelles, les vecteurs d’une certaine forme d’universalisme scientifique. Quel pourra être l’avenir de l’identité épistémologique américaine ? C’est ce que nous devrons sans doute être attentifs à suivre, dans les décennies qui s’ouvrent.

Top of page

Bibliography

Anderson, Stephen R. Phonology in the Twentieth Century. Chicago: U.C.P., 1985.

Andresen, Julie. Linguistics in America, 1769-1924. New York: Routledge, 1990.

Bieder, Robert E., and Thomas G. Tax. "From Ethnologists to Anthropologists: A Brief History of the American Ethnological Society." American Anthropology: The Early Years, ed. by John Murra, 11-21. New York: Am. Ethn. Society, 1976.

Bloomfield, Leonard. "Why a Linguistic Society?" Language 1 (1925), 1-5.

Bloomfield, Leonard. Linguistic Aspect of Science. Chicago: U.C.P., 1939.

Cowan, J. M. "Linguistics at War". In The Uses of Anthropology, ed. W. Goldschmidt. Special publication of the American Anthropological Association, n° 11. Washington, D.C., 1979.

Darnell, Regna D. "The Professionalization of American Anthropology". Social Science Information 10 (1971), 83-103.

Duponceau, Pierre Etienne. Mémoire sur le système grammatical des langues de quelques nations indiennes de l’Amérique du Nord. Paris : Pihan de la Forest, 1838.

Graves, Mortimer. A Neglected Facet of the National Security Problem. Washington, D.C., 1950.

Griffith, Belver C. and Nicholas C. Mullins. "Invisible Colleges: Small, Coherent Groups May Be the Same throughout Science." Science (1972) 177, 959-964.

Guice, Stephen A. "A Chapter in the Early History of American Linguistics." Paper presented at the Linguistic Society of America annual meeting in San Francisco, 1987.

Hall, Robert A. Jr. "American Linguistics, 1925-1950." Archivum Linguisticum 3 (1951).

Hall, Robert. "Some Recent Developments in American Linguistics." Neuphilologische Mitteilungen 70. 1969, 192-227.

Hallowell, A. Irving. "The Beginnings of Anthropology in America." Laguna. 1960, 1-104.

Harris, Randy. The Linguistic Wars. New York: Oxford University Press, 1993.

Hockett, Charles F. "Review of Martinet." Language. 27, 1951, 333-42.

Hodge, Frederick W. "Frederick William Hodge Ethnologist." MS interview, Bancroft Library, Berkeley: Univ. of California, 1955.

Hymes, Dell H. Studies in the History of Linguistics. Bloomington: Indiana U. P., 1974.

Jakobson, Roman. "The World Response to Whitney’s Principles of Linguistic Science." Whitney on Language. Silverstein, Michael ed. Cambridge, MA: MIT Press, 1971, xviii-xlii.

Kuhn, Thomas. The Structure of Scientific Revolutions. 2nd ed. 1962. Chicago: University Press, 1970.

Lyell, Sir Charles. The Geological Evidences of the Antiquity of Man. London: Murray, 1870.

Malherbe, Michel. Les langages de l’humanité. 1983, Paris : Laffont, 1995.

Martinet, André. "Structural Linguistics." Anthropology Today: An Encyclopedic Inventory, A. L. Kroeber ed. Chicago: Chicago U. P., 1953.

Murray, Stephen Ο. Theory Groups and the Study of Language in North America. A Social History. Amsterdam: Benjamins, 1994.

Newmeyer, Frederick J. The Politics of Linguistics. Chicago: U.C.P., 1986.

Nisbet, Robert A. Social Change in History. New York: Oxford U. P., 1969.

Nisbet, Robert A. "The Social Impact of the Revolution." America’s Continuing Revolution. S. Tonsor ed. Garden City, N.Y.: Doubleday, 1976. 73-98.

Pickering, John. "Indian Languages of America". Encyclopedia Americana. 6 (1831), 581-600.

Schaff, A. Structuralism and Marxism. Oxford: Pergamon Press, 1978.

Spitzer, L. "The State of Linguistics: Crisis or Reaction?" Modern Language Notes 71, 1946.

Swadesh, Morris. "Perspectives and Problems of Amerindian Comparative Linguistics." Word 10, 1954, 306-332.

Whorf, Benjamin Lee. Language, Thought and Reality. John B. Carroll ed. 1927-1941, Cambridge, MA: MIT Press, 1997.

Top of page

Notes

1 "Une langue sauvage, presque sans règle... tellement imparfaite." (1865 [1636], 10)

Top of page

References

Bibliographical reference

Henri Le Prieult, « Délimitations et défenses du territoire : les conditions d’émergence de la linguistique nord-américaine au début du XXe siècle », Caliban, 19 | 2006, 149-159.

Electronic reference

Henri Le Prieult, « Délimitations et défenses du territoire : les conditions d’émergence de la linguistique nord-américaine au début du XXe siècle », Caliban [Online], 19 | 2006, Online since 13 December 2016, connection on 17 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/2431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.2431

Top of page

About the author

Henri Le Prieult

Université de Toulouse-Le Mirail

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals