Skip to navigation – Site map
C. Frontiers, boundaries, limits

L’archipel des Antilles, terres d’Amérique ? : la nouvelle "New Frontier" et ses implications

Lionel Davidas
p. 161-170

Abstract

"America to the Americans." For years and years, that phrase conveying the spirit of the "Monroe doctrine" has been periodically evoked to justify the United States’ expansionist and interventionist designs in this region. But is the West Indian archipelago a mere outpost of continental America or a distinct entity that circumscribes what Édouard Glissant has named "The hurricane basin"? What might have prompted the USA to intervene so often in that zone since the Hispano-American war in 1898? Does the concept of "the manifest destiny" find a legitimate application in the Caribbean islands? And can the "Frontier" or "New Frontier" paradigms be useful operators that can guide our reflection? This paper will try and answer those significant questions.

Top of page

Full text

1Nul ne peut ignorer que la Caraïbe en général et les Antilles en particulier ont toujours été considérées comme l’arrière-cour ("backyard") des États-Unis. Pour l’Oncle Sam, en effet, ces pays voisins, situés à peine à un jet de pierre de la Floride pour certaines îles, sont parties intégrantes de l’Amérique. En faire une zone d’influence privilégiée semble, pour les États-Unis, tout aussi naturel que cette destinée manifeste ("Manifest Destiny") qui a inspiré jadis le mythe de la Frontière concomitante à la conquête de l’Ouest, de la côte Atlantique jusqu’à l’Océan Pacifique, trois siècles durant. Toutefois, il convient de noter que cette Frontière "nouvelle version" se présente à rebours et comme décalée, puisqu’elle s’oriente d’Ouest en Est, des États-Unis vers la Caraïbe, et l’espace à conquérir est moins géographique que géoéconomique, géopolitique et assurément géostratégique.

2Toute cette politique de bon (ou de mauvais) voisinage, qualifiée d’impérialiste par beaucoup, ne serait-elle pas, en somme, la traduction en acte de la célèbre "Doctrine de Monroe" qui, en 1823, proclamait comme un défi lancé à la face du monde ce diktat péremptoire et définitif : "l’Amérique aux Américains" ? Mais celte attitude n’est-elle pas aussi la manifestation de la volonté d’imposer dans toute cette région le modèle économique, politique et culturel des États-Unis, la transformant ainsi en terre d’Amérique ? On le sait Caraïbe-Amérique a toujours été et restera sans doute longtemps encore la "chasse gardée" du gouvernement fédéral états-unien. En vertu de ce principe toujours affirmé et à peine contesté, les États-Unis, après avoir écarté la plupart des puissances européennes, se sont réservé le droit d’ingérence économique et politique, voire militaire et culturelle, dans la région Caraïbe en général, et les Antilles, en particulier.

  • 1 La région que l’on évoque sous le terme générique "La Caraïbe" comporte, en réalité, diverses entit (...)

3Après un bref rappel de la politique extérieure des États-Unis d’Amérique dans l’Archipel des Antilles au siècle dernier, nous tenterons d’expliquer les motivations plus ou moins secrètes qui ont été à l’origine des récentes interventions des États-Unis dans cette région du globe que certains géographes ont assez improprement baptisée "la Méditerranée Américaine." Mais quel sens doit-on donner aux vocables "Amérique" et "Américain," "Antilles" et "Caraïbe" ? Une clarification de ces termes nous paraît indispensable pour éviter une certaine confusion dans le discours. Il sera aussi nécessaire d’évoquer ici les théories de la "Frontière" et de la "Nouvelle Frontière" ("New Frontier,") deux paradigmes qui peuvent se révéler des concepts opératoires intéressants pour rendre compte de l’interventionnisme états-unien dans la région des Caraïbes.1

La "Frontière à rebours" ?

4Dans un discours prononcé en Avril 1980 à la Maison Blanche, devant les représentants de l’Association pour l’Action en Amérique Centrale et dans la Caraïbe, le Président Jimmy Carter déclarait :

  • 2 Cité par Jean-Jacques Seymour, dans La Caraïbe face à la mondialisation, 184. C’est nous qui soulig (...)

L’intérêt de cette action est double. Témoigner de l’importance vitale pour nous de la région Caraïbe ; ensuite souligner que l’amitié basée sur les rapports de peuple à peuple est le fondement réel des progrès que nous devons envisager dans notre zone. Nous sommes au nombre des nations baignées par les eaux de la Mer des Caraïbes. Nous sommes une nation caribéenne comme nous sommes une nation Atlantique ou du Pacifique. Géographiquement, ce n’est pas seulement par les Iles Vierges et par Puerto Rico que nous avons des États caribéens, mais aussi par la Floride, l’Alabama, le Mississippi, la Louisiane, le Texas. Les cultures de notre région s’enrichissent réciproquement par la langue, la tradition musicale, l’intérêt commun pour les sports, le background historique commun, une réalisation commune de notre devenir. Nos liens de parenté de sang sont très forts, et peuvent être la base des progrès à venir que nous préconisons. Membres proches d’une même famille, nous pouvons partager la citoyenneté et la résidence ici dans notre pays, comme dans n’importe quelle autre nation dans la Caraïbe.2

5Cette déclaration du Président Carter est intéressante à plus d’un titre. Elle tente de réconcilier l’histoire et la géographie en montrant que les États-Unis et les nations de la Caraïbe ont des territoires communs, une histoire commune que l’on évoque généralement dans l’expression "l’Amérique des plantations," et même une communauté de destin et une dimension de la citoyenneté et de la culture à partager. A première vue, de telles affirmations peuvent surprendre, mais elles traduisent très exactement certains aspects de la réalité géographique et socioculturelle de la "grande Amérique," celle qu’a révélée à l’ancien monde le navigateur Christophe Colomb, lorsqu’il débarqua le 12 octobre 1492 sur la petite île de Guanahani dans l’archipel des Bahamas.

6Depuis lors, les contacts n’ont jamais cessé entre les Antilles, la Caraïbe et les États-Unis, improprement appelés "l’Amérique" tout court, comme si le reste de la Caraïbe, le Canada, le Mexique, l’Amérique Centrale et le sub-continent américain n’étaient pas aussi parties intégrantes de cette Amérique. Cette entité géographique comprend donc, faut-il le rappeler, une partie insulaire et une partie continentale s’étendant sur les deux hémisphères. Cet abus de langage, cette métonymie réductrice régulièrement entretenue par les états-uniens eux-mêmes, nous prouve qu’il est sans doute utile de préciser ici certains ternies qui peuvent paraître évidents, mais sont parfois source de confusion dans les esprits. En effet, les vocables Amérique/américain, États-Unis/états-unien, ne sont pas interchangeables. Pas plus que les termes Caraïbe(s)/caraïbéen (caribéen) et Antilles/antillais (en Anglais, "Caribbean" par opposition à West Indies/West indian).

7Les concepts de "Frontière" et de "Nouvelle Frontière" méritent aussi d’être clarifiés. L’idée de Frontière (avec "F" majuscule), renvoie généralement à la "Conquête de l’Ouest," à l’expansion territoriale des États-Unis, de la côte Atlantique à l’Océan Pacifique. Les implications de ce mouvement, qui dura trois siècles, Firent analysées par des sociologues et des historiens au lendemain de la déclaration de "clôture de la Frontière," vers 1890, quand il n’y avait plus de terres vierges et d’espaces incultes à conquérir sur le sol des États-Unis. C’est ainsi que Frederick Jackson Turner définit la "Frontière" comme étant "la frange extérieure de la civilisation aux États-Unis durant trois siècles" ("The outer fringe of civilization in the USA for three centuries"). Avant sa marche progressive et inexorable vers l’Ouest, la Frontière coloniale était donc à l’Est.

8Si, aux yeux des états-uniens, la civilisation, c’est l’ensemble des valeurs du monde libre qu’ils embrassent et qu’ils véhiculent, on peut admettre que le processus de la Frontière, devenu désormais un mythe, est à nouveau en marche, mais à rebours, d’Ouest en Est, cette fois. C’est ce que nous évoquons par l’expression "nouvelle New Frontier." Dans cette perspective, on comprend mieux cette reconnaissance d’une communauté culturelle par le Président Jimmy Carter devant les représentants de l’Association pour l’Action en Amérique Centrale et dans la Caraïbe. Cette conception des relations inter-américaines peut expliquer en partie l’interventionnisme des États-Unis dans leur zone naturelle d’influence, la Caraïbe.

9Comme tout concept évocateur de réalités socioculturelles, la notion de "Frontier" était appelée à évoluer au fil du temps. C’est ainsi que l’historien Dixon Ryan Fox, vers 1930, en vint à critiquer la définition proposée jadis par Frederick Jackson Turner, comme étant trop agrarienne, donc dépassée. Il proposa, à son tour, une définition plus large : "the limit of the unused" (la limite de ce qui n’est pas encore en usage). Dès lors, on peut y inclure les frontières (c’est-à-dire les limites encore inexploitées) de la science, de la médecine, de la technologie, de l’exploration et de la conquête spatiales.

10C’est dans cet ordre d’idées que, quelque trente ans plus tard, le Président John Fitzgerald Kennedy a pu parler de "New Frontier" (Nouvelle Frontière) pour marquer le début de l’ère de la conquête de l’espace, au lendemain de la mise sur orbite par l’Union Soviétique du premier satellite artificiel, Spoutnik, habité par la petite chienne Laika (1957). L’épopée de l’espace allait se substituer à celle de l’Ouest états-unien dans l’imagerie populaire. Pour éviter toute confusion avec ce concept de "New Frontier" tel que l’entendaient John Kennedy et Henry Wallace avant lui, nous aurons recours, dans cet exposé, à l’expression "Nouvelle New Frontier" pour évoquer les récentes interventions des États-Unis dans la Caraïbe.

11Appliqués à la Caraïbe, aux Antilles en particulier, les concepts de "Frontier" et de "New Frontier" sont, de notre point de vue, déplacés, décalés dans l’espace et dans le temps et considérablement élargis. L’esprit de conquête des États-Unis s’est mué en simple volonté d’hégémonie. Désormais, la "manifest destiny" consiste à rechercher des débouchés commerciaux dans les pays voisins ou limitrophes, à ouvrir de nouveaux espaces culturels, de nouvelles zones d’influence. Ces nouveaux espaces, réels ou mythiques, ces "terres d’Amérique" sont à sauvegarder, à préserver, à protéger, à aider, notamment par la lutte contre la pauvreté, l’illettrisme et la drogue. Tels furent les buts assignés, hier à "l’Alliance pour le Progrès" puis, plus récemment, au C.B.I. (Caribbean Basin Initiative). Aujourd’hui encore, l’Organisation des États Américains (O.A.S.), association très large englobant évidemment tous les États-nations de la Caraïbe et les îles de l’Archipel des Antilles, à l’exclusion de Cuba et des régions sous juridiction française, les D.F.A. (Départements Français d’Amérique : Martinique, Guadeloupe et Guyane) entend poursuivre les mêmes objectifs.

12Dans la logique de la Doctrine de Monroe et surtout de son corollaire, les États-Unis se sont sentis investis d’un pouvoir de police et de maintien de l’ordre dans leur zone d’influence aux Caraïbes. Ils se croient aussi obligés d’intervenir, y compris militairement, dans tous ces États en perpétuelle turbulence sociale et politique, afin de préserver leur propre intégrité territoriale et se prémunir contre les dangers, réels ou supposés, du marxisme et surtout du narco-trafic, véritable fléau moderne pour les États-Unis et l’archipel des Antilles, devenu plaque tournante de la drogue et principal hâvre d’accueil pour le blanchiment de l’argent sale.

  • 3 Seymour, 184. Citation en français dans l’ouvrage.

13Ainsi, au cours des dernières décennies, les États-Unis sont passés insensiblement de l’impérialisme le plus outrancier à une politique de bon voisinage et à ce transnationalisme qu’évoquait naguère Jimmy Carter en ces termes : "Close members of the same family, we can share citizenschip and residence here in our country as well as in any other nation in the Caribbean."3

De l’impérialisme "Yankee" au transnationalisme USA/Caraïbe

14Il est difficile de concevoir qu’une nation comme les États-Unis, à peine libérée du carcan britannique, se soit lancée dans des guerres de conquête coloniale, devenant, de ce fait, la république impérialiste la plus détestée, y compris par certains de ses voisins. Cette république impérialiste a en effet sévi dans la Caraïbe, singulièrement aux Antilles, dès 1898, lors de la guerre hispano-américaine qui permit aux États-Unis de récupérer Porto-Rico et d’imposer à Cuba une indépendance conforme à leurs propres exigences (Amendement Platt, qui ne sera aboli qu’en 1934), alors que la République Dominicaine était transformée en champ clos pour les entreprises capitalistes états-uniennes. Il est clair que la Doctrine de Monroe (1823) jeta les bases de l’hégémonie de Washington dans l’hémisphère occidental, en particulier dans la région Caraïbe, qui devint la principale cible de l’expansion des États-Unis à la "fermeture de la Frontière" à la fin des années 1880. Désormais, la "Frontière" était tournée vers l’Est et la Mer des Antilles. Cette frontière mouvante et comme à rebours allait permettre une véritable politique de la "porte ouverte" sur la Caraïbe, favorisant ainsi l’émergence de ce que l’on pourrait appeler un transnationalisme de bon aloi. A la faveur de celui-ci, on assistera à une interpénétration socio-culturelle, politique et économique sans précédent, autant de facteurs propres à déclencher les vagues successives de l’interventionnisme des États-Unis dans la région.

15L’histoire nous révèle qu’à ses origines, la politique étasunienne dans l’espace caraïbéen a consisté essentiellement à installer et à maintenir un rempart contre les potentiels envahisseurs venus d’Europe. Depuis la Guerre Froide, qui vit la partition du monde en deux blocs farouchement antagonistes, l’envahisseur était uniquement le bloc soviétique, avec son idéologie marxiste-léniniste inacceptable aux yeux des capitalistes. Depuis la victorieuse révolution castriste qui installa à Cuba un régime communiste maintenu dans le pays par une loi d’airain, le Gouvernement de Washington a décidé de redoubler de vigilance pour "contenir," endiguer ce mal, en empêchant sa propagation. Dans ce but, il alla jusqu’à mettre sous tutelle économique et politique les pays qui étaient tentés de prêter une oreille trop attentive aux sirènes communistes. Avec l’effondrement du bloc de l’Est, mettant ainsi fin à la "Guerre Froide," les États-Unis concentrent désormais tous leurs efforts dans la lutte contre un fléau tout aussi insidieux et pernicieux, la drogue. De géopolitique, l’interventionnisme états-unien est devenu prioritairement géonarcotique.

16Toutefois, il est sans doute utile de rappeler que les États-Unis, à de très nombreuses reprises, sont intervenus militairement dans la Caraïbe, directement ou indirectement, en fournissant armes, logistique et assistance technique et financière à des groupes en rébellion contre le pouvoir établi de certains pays considérés comme hostiles aux intérêts de Washington ou du monde capitaliste (anti-sandinistes "contras" et réfugiés anticastristes, par exemple). Ainsi, de 1900 à 1902, ce fut l’occupation de Cuba. En 1904, brève intervention des "marines" en République Dominicaine. De 1906 à 1909, nouvelle intervention armée à Cuba. En 1911, les forces états-uniennes vinrent exercer des pressions en République Dominicaine, comme au Honduras et au Nicaragua, pour récupérer des avoirs financiers. De 1912 à 1917, ce fut une nouvelle intervention à Cuba. En 1914 : intervention directe en République Dominicaine. L’année suivante, des forces militaires américaines débarquèrent en Haïti. Elles allaient y rester près de deux décennies (1915-1934). Parallèlement, de 1916 à 1924, des "marines" stationnèrent en République Dominicaine.

17Après l’entrée triomphale des "barbudos" de Castro à la Havane le 1er janvier 1959, les relations entre Cuba et Washington se dégradèrent rapidement, envenimées par les vagues de nationalisation des biens de citoyens états-uniens entreprises par le "lider maximo" Fidel Castro. Le 16 avril 1961, une brigade d’exilés cubains, formée et financée par la CIA, tentait d’envahir Cuba et de renverser le régime communiste castriste. Mais cette tentative d’invasion de la Baie des Cochons fut un véritable fiasco qui ternit quelque peu le début de la présidence de John Kennedy. Ce dernier entreprit alors de laver l’affront en utilisant des moyens plus subtils, tel l’embargo économique décrété contre Cuba.

  • 4 Propos recueillis par Jean-Michel Caroit et cités dans Les États-Unis, gendarmes du monde (Ajchenba (...)
  • 5 Propos de J-M Caroit cités dans Les États-Unis, gendarmes du monde, 28.

18À la suite de cette déconvenue, en Avril 1965, le président Lyndon Johnson ordonna une intervention armée massive (quarante mille soldats) en République Dominicaine, où un soulèvement militaire et civil réclamait le retour au pouvoir de l’ancien Président Juan Bosch, renversé par un coup d’État sept mois après son élection de 1962. L’Administration Johnson, qui s’enlisait au Vietnam, voulait à tout prix empêcher l’apparition d’un nouveau Cuba à la faveur des troubles constatés en Dominicanie. Or, selon des sources diplomatiques officielles, "le retour de John Bosch serait contraire aux intérêts des États-Unis, en raison de la présence d’extrémistes dans le coup et du soutien des Communistes à Bosch."4 Avec John Bosch réinstallé au pouvoir, on assisterait certainement à l’instauration d’un régime communiste dans moins de six mois dans le pays. Fort de cette conviction, le Président Johnson décida, dans la nuit du 28 Avril 1965, un débarquement immédiat, après avoir pris soin d’organiser l’évacuation du millier de civils étatsuniens installés dans le pays. Dans un discours télévisé adressé à la Nation, le 2 Mai, le Président Johnson rendit enfin publiques les véritables raisons de la massive intervention armée à Saint Domingue : "Une bande de conspirateurs communistes, pour beaucoup entraînés à Cuba, ont pris le contrôle de ce mouvement qui avait commencé comme une révolution populaire et démocratique."5 Cette invasion allait secouer l’Organisation des États Américains et provoquer d’âpres discussions et de houleux débats aux Nations-Unies. À l’intérieur des États-Unis, les organes de presse les plus influents, comme le Washington Post et le New York Times, initièrent une campagne de protestation en dénonçant ce qu’ils considéraient comme les contradictions et les mensonges de l’Administration Johnson.

19Mais le pouvoir a souvent la mémoire courte. En effet, moins de vingt ans après, en 1983, les États-Unis, sous Ronald Reagan, envahirent un autre pays de l’archipel des Antilles, l’île de Grenade, toujours dans le but de faire obstacle au communisme et d’empêcher la reproduction du modèle cubain dans la région. Aux yeux du Président ultra conservateur Ronald Reagan, le régime progressiste (le New Jewel Movement) mis en place en 1979 par Maurice Bishop à Grenade était inacceptable. Après le Nicaragua et Cuba, la Grenade devenait un autre pion de l’Union Soviétique sur l’échiquier géopolitique de la Caraïbe. Ceci n’était pas supportable, d’autant moins que les dirigeants du New Jewel Movement de Maurice Bishop avaient entrepris, avec l’aide de Cuba, la construction d’un aéroport à Point Salines, aéroport doté d’une piste d’atterrissage considérée par les experts comme bien trop longue pour les seuls besoins des avions de tourisme. Tout comme le projet de rampes de fusées pour des missiles soviétiques installées à Cuba, il fallait faire échec aux visées de l’ennemi communiste en terre grenadienne. Le régime de Bishop devait donc être éliminé. Mais comment faire ? Il avait le soutien du petit peuple de la Grenade et faisait l’admiration d’autres pays de la Caraïbe, comme la Jamaïque et Cuba. Il fallait ruser, attendre une opportunité plus politique que militaire. Cette occasion rêvée fut offerte à Reagan en Octobre 1983 par le coup d’État fomenté par des camarades de parti de Maurice Bishop, Bernard Coard (Vice Premier Ministre) et Hudson Austin, général des forces armées révolutionnaires, qui commanditèrent son assassinat, entraînant la réprobation générale et la colère des grenadiens. En fait, les deux conjurés avaient la réputation d’être encore plus farouchement pro-cubains que Maurice Bishop lui-même ; il fallait donc prendre prétexte des troubles internes pour les mettre hors d’état de nuire. Devant "l’atmosphère de violente incertitude," le "vide politique" et l’absence totale d’autorité du petit État antillais, Ronald Reagan, flanqué de Mrs Eugénia Charles, Premier Ministre de la Dominique, et Président en exercice de l’OECS (Organisation des États de la Caraïbe Orientale), déclara à l’opinion internationale médusée que l’invasion de la Grenade était décidée. Elle eut lieu le 25 octobre 1983, en violation flagrante du droit international. Mais les États-Unis furent bien vite absouts de ce forfait militaire, parce qu’ils avaient su "restaurer l’ordre et la démocratie" et prévenir le chaos dans l’île aux épices.

  • 6 Lire à ce propos l’ouvrage de Christophe Wargny, Haïti n’existe pas : 1804-2004, deux cents ans de (...)

20La dernière intervention militaire étatsunienne en date eut lieu en 2004 en Haïti, là encore sous le prétexte d’instaurer la démocratie et rétablir l’autorité de l’État, après l’anarchie consécutive à l’échec du général Raoul Cedras, puis de Jean-Bertrand Aristide.6 Le "prêtre-Président," ramené de son exil forcé, fut réinstallé dans ses fonctions en 1994, sous la protection des Marines, pour terminer son mandat. On le voit, la situation en Haïti est loin d’être clarifiée, et le rôle joué par les États-Unis dans cette crise s’avère particulièrement ambigu. On peut s’interroger sur les raisons de cette apparente non-ingérence et cette frilosité de l’intervention des États-Unis. La politique du "gros bâton" n’aurait-elle plus cours ?

21Après avoir initié et expérimenté avec Théodore Roosevelt la "Politique du Gros Bâton" (Big stick policy), notamment en Amérique Centrale, en Haïti et en République Dominicaine, les États-Unis, sous la Présidence de William Taft et de Woodrow Wilson, adoptèrent une politique d’intervention plus subtile, moins agressive, connue sous l’appellation de la "Diplomatie du Dollar." "Big stick policy" et "dollar diplomacy" constituent, en quelque sorte, le bâton et la carotte brandis en même temps pour parvenir au maintien de la stabilité économique et politique dans la région Caraïbe, tout en prévenant les troubles sociaux et les conflits entre États voisins. La "diplomatie du dollar" fut appliquée par le Président TAFT dans les républiques d’Amérique Centrale, telles le Guatémala et le Honduras, mais surtout dans la première république noire de la région, Haïti.

22Haïti a toujours connu une instabilité politique jugée inquiétante, voire menaçante, pour les États-Unis et la région des Caraïbes. En effet, les troubles se succédaient à l’intérieur du pays et, en 1915, avaient atteint leur paroxysme avec l’assassinat de Vilbrun Guillaume Sam qui s’était autoproclamé Président après son coup d’État réussi. La corruption et la féroce répression qui régnaient dans le pays amenèrent les États-Unis à intervenir, au nom du fameux "corollaire de la Doctrine de Monroe" édicté par Théodore Roosevelt en 1904. Devant la menace d’invasion à la fois par les Allemands et les Français, le Président William Hartley Taft prit les devants en débarquant à Port-au-Prince des troupes de marine qui contraignirent le Gouvernement haïtien à signer, le 11 novembre 1916, un traité qui plaça les finances de la république noire déjà exsangue entre les mains d’émissaires états-uniens.

23Ce contrôle financier doublé d’une occupation de fait d’Haïti pour y assurer la stabilité et la paix sociale dura jusqu’en 1934, avec l’adoption par le Président Franklin Roosevelt d’une politique de bon voisinage ("Good Neighbor Policy") destinée à réduire l’interventionnisme direct des États-Unis et masquer leurs visées dominatrices. C’est alors que "la diplomatie du dollar" fut reprise avec toute son efficacité dans la région Caraïbe, y subissant néanmoins quelques avatars au fil des ans, pour faire face à la fois à la délinquance liée aux drogues illicites et à la menace communiste (situation que pouvaient aggraver la misère et le sous-développement) mais aussi pour s’assurer un marché captif dans une vaste zone de libre-échange inter-américain. Le C.B.I. (Initiative pour le Bassin Caraïbe) en est l’exemple le plus significatif.

24Pour les États-Unis, en effet, l’arme économique s’est révélée particulièrement efficace sous la forme de tarifs préférentiels accordés par le gouvernement fédéral pour favoriser l’intégration de la Caraïbe et des Antilles dans le grand ensemble américain. Cette politique a été mise en œuvre par le "Caribbean Basin Initiative" (CBI), programme économique sur douze ans destiné à impulser le développement de la région. Tel était l’objectif proclamé par Ronald Reagan, en Février 1982, devant les membres de l’Organisation des États Américains réunis à Miami, carrefour caribéen par excellence.

25Outre le soutien économique affiché, on peut discerner trois objectifs majeurs fixés au C.B.L par le Président Reagan : d’abord assurer la sécurité régionale en faisant de la "Méditerranée américaine" une réalité géostratégique affirmée ; ensuite promouvoir la sécurité intérieure en limitant l’émigration des Caraïbes vers les États-Unis une fois les économies locales consolidées dans le marché libéral pourvoyeur d’emplois. Enfin, renforcer la sécurité interaméricaine face à une narco-délinquance internationale de plus en plus agressive, en obtenant la signature d’accords maritimes bilatéraux avec de petits "narco-états" antillais plutôt réticents à céder une part de leur souveraineté territoriale à un pays étranger, fût-il ami et bienfaiteur.

26Le "Caribbean Basin Initiative" était une formidable innovation, car les 24 pays concernés rassemblaient pour la première fois de leur histoire les cinq pays hispanophones d’Amérique Centrale, le Bélize (ex-Honduras Britannique, anglophone donc) et les îles de la Caraïbe, anglophones pour la plupart. Plus important encore, le C.B.L a contribué à asseoir la mainmise des États-Unis sur les échanges commerciaux de pays traditionnellement tournés vers les marchés européens, sans parvenir pour autant à enlever à l’Europe tous ses débouchés commerciaux.

27S’il faut tirer un bilan de l’impact réel de "l’initiative pour le Bassin Caraïbe," on peut affirmer que les institutions démocratiques locales et le développement économique furent très inégalement et surtout très imparfaitement affectés par ses retombées positives. Les rapports du système économique latino-américain indiquent même que, globalement, entre 1984 et 1990, les exportations des pays signataires vers les États-Unis ont chuté de 13 %. Cette analyse fut confirmée par l’économiste Jean Grugel, qui déclara que les exportations vers les USA des 24 États bénéficiaires du CBI ont décliné, entre 1983 et 1988, de 8,7 milliards de dollars à 6,18 milliards, et l’économiste de conclure :

  • 7 J. Grugel. Politics and Development in The Caribbean Basin: Central America and the Caribbean in th (...)

C.B.I. has not made a significant impact on the development of the Caribbean Basin countries (...) market shares have declined absolutely and relative to other developing areas, and the balance of trade picture with the US has reversed itself to the disadvantage of Caribbean Basin countries and continues to deteriorate.7

  • 8 François Taglioni, Géopolitique des Petites Antilles : Influences européennes et nordaméricaines.

28On peut même avancer que le CBI semble avoir profité surtout aux États-Unis. En effet, selon les statistiques, à l’inverse du phénomène constaté dans les États de la Caraïbe, les exportations états-uniennes vers les îles de la Caraïbe Orientale (OECS) et la Barbade ont augmenté de près de 250 % en cinq ans, de 1983 à 1988, tandis que la part relative des importations depuis les pays signataires du CBI ont chuté aux États-Unis de 100 %.8

  • 9 Lire à ce sujet l’opuscule d’Ernest Harsch : US Intervention in Jamaica (1981).

29Parallèlement, ni les investissements privés des États-Unis dans la zone, ni les quelque 350 millions de dollars accordés en assistance économique aux pays cosignataires ne suffirent à enclencher un développement économique conséquent et durable. En réalité, très peu de pays ont pu bénéficier de cette manne financière. Aux Antilles, si seule la Jamaïque d’Edward Seaga s’est vu octroyer les millions de dollars promis, c’était parce que l’Administration Reagan voulait faire de ce pays un exemple, un modèle d’orientation néo-libérale conforme aux visées des USA et du FMI, contrairement à la politique menée par le progressiste Michael Manley, vraisemblablement chassé du pouvoir par la CIΑ.9

30Dès lors, face à ce que l’on peut considérer comme un échec du CBI, fort logiquement, il s’est développé sous Bill Clinton une nouvelle formule géostratégique et géoéconomique panaméricaine avec le "Projet d’Initiative pour les Amériques" ("Enterprise for the Americas Initiative") qui a vu le jour à Miami en 1994, l’année où le CBI devait venir à expiration après ses 12 années d’existence, tandis qu’entrait en application la NAFTA (North American Free Trade Agreement), acronyme rendu en français par l’ALENA (Accord de Libre Echange Nord-Américain).

31La récente création de la ZLEA (Zone de Libre Echange des Amériques) à l’initiative de George W. Bush ne semble pas devoir changer radicalement la position hégémonique des Etats-Unis en terre d’Amérique.

32En définitive, on peut dire qu’entre les États-Unis et les Antilles, il existe bien plus que des liens de proximité géographique. Comme le pensait fort justement les Présidents Jimmy Carter et Bill Clinton, à l’instar de tant d’autres, c’est une véritable relation d’intimité qui unit entre elles toutes ces terres baignées par la Mer des Antilles ou qui circonscrivent la Caraïbe, ce "Bassin des ouragans" comme le rappelle l’écrivain Édouard Glissant.

33Tête de pont et pôle d’attraction pour les États-Unis, "nouvelle Frontière" ou avant-poste frontalier du Continent, pour les îles de l’archipel, elles sont, à l’exception peut-être de Cuba, isolé par l’embargo imposé par les USA, indissolublement liées par une relative interdépendance économique et une communauté de destin que ne peuvent oblitérer les barrières linguistiques et la diversité culturelle.

34Cela dit, poser la problématique "des Antilles, espaces et terres d’Amérique," c’est se placer dans la dialectique à la fois spéculaire et diffringente du Même et de l’Autre, du faible et du fort, du dominant et du dominé, traduite en termes animaliers dans le folklore local par Compère Lapin (le Br’Rabbit du sud des USA) face à Compère Tigre ou à Compère Singe. De quelque côté que l’on se place donc, dans cette région du globe, il y aura toujours EUX et NOUS, "Notre Amérique" face à "l’Autre Amérique." La question du rattachement identitaire est certes cruciale, mais la réponse mérite d’être nuancée. Pour ce faire, il faut se situer à la fois sur les plans géohistorique, géopolitique, géostratégique et géoéconomique et, depuis la dernière décennie, sur le plan géonarcotique, nouveau concept né de la situation particulière des Antilles, de la Caraïbe et des États-Unis, par rapport à l’univers des drogues illicites et de la délinquance polymorphe y afférant. C’est sans doute là l’un des défis les plus sérieux auxquels l’Amérique, dans ses diverses composantes et, par voie de conséquence, le monde entier, auront à faire face en ce début du vingt-et-unième siècle.

Top of page

Bibliography

Ajchenbaum, Yves-Marc, ed. Les États-Unis, gendarmes du Monde. Paris : Librio / Le Monde, 2003.

Griffith, Ivelaw. "Caribbean geopolitics and geonarcotics: New Dynamics, same old Dilemma." The political economy of Drugs in the Caribbean. New York: Praeger, 1991.

Grugel, Jean. Politics and Development in the Caribbean Basin Central America and the Caribbean in the New World Order. Bloomington: Indiana University Press, 1995.

Harsch, Ernest. US Intervention in Jamaica: How Washington Toppled the Manley Government. New York: Pathfinder Press, 1986 [1981].

Seymour, Jean-Jacques. La Caraïbe face à la mondialisation. Petit-Bourg : Ibis Rouge éditions, 1998.

Taglioni, François. Géopolitique des Petites Antilles. Paris : Karthala, 1995.

Wargny, Christophe. Haïti n’existe pas. 1804-2004 : deux cents ans de solitude. Paris : Coll. Frontières/Autrement, 2004.

Top of page

Notes

1 La région que l’on évoque sous le terme générique "La Caraïbe" comporte, en réalité, diverses entités culturelles et linguistiques. On devrait plutôt dire les Caraïbes, au nom de ce pluralisme. Cette région du globe, véritable carrefour de cultures, regroupe une trentaine de pays que se partagent 180 millions d’hispanophones, 10 millions de français et de francophones (Haïti), 6 millions d’anglophones et environ 2 millions de néerlandophones (Surinam, Aruba, Bonaire, Curaçao, et une partie de Saint Martin).

2 Cité par Jean-Jacques Seymour, dans La Caraïbe face à la mondialisation, 184. C’est nous qui soulignons. Citation en français dans l’ouvrage.

3 Seymour, 184. Citation en français dans l’ouvrage.

4 Propos recueillis par Jean-Michel Caroit et cités dans Les États-Unis, gendarmes du monde (Ajchenbaum ed.)

5 Propos de J-M Caroit cités dans Les États-Unis, gendarmes du monde, 28.

6 Lire à ce propos l’ouvrage de Christophe Wargny, Haïti n’existe pas : 1804-2004, deux cents ans de solitude.

7 J. Grugel. Politics and Development in The Caribbean Basin: Central America and the Caribbean in the New World Order, 134.

8 François Taglioni, Géopolitique des Petites Antilles : Influences européennes et nordaméricaines.

9 Lire à ce sujet l’opuscule d’Ernest Harsch : US Intervention in Jamaica (1981).

Top of page

References

Bibliographical reference

Lionel Davidas, « L’archipel des Antilles, terres d’Amérique ? : la nouvelle "New Frontier" et ses implications », Caliban, 19 | 2006, 161-170.

Electronic reference

Lionel Davidas, « L’archipel des Antilles, terres d’Amérique ? : la nouvelle "New Frontier" et ses implications », Caliban [Online], 19 | 2006, Online since 13 December 2016, connection on 22 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/2438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.2438

Top of page

About the author

Lionel Davidas

Professeur, université des Antilles et de la Guyane

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals