Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Thomas Cousineau, Ritual Unbound: Reading Sacrifice in Modernist Fiction

Newark: University of Delaware Press, 2004
Philippe Birgy
p. 321-322
Bibliographical reference

Thomas Cousineau, Ritual Unbound: Reading Sacrifice in Modernist Fiction. Newark: University of Delaware Press, 2004, ISBN: 0-87413-851-5. 187 pp

Full text

1Thomas Cousineau aborde dans son dernier ouvrage en date la question de l’inscription du récit sacrificiel dans la fiction moderniste. Largement influencé par la critique anthropologique et se rapportant explicitement aux thèses de René Girard, Ritual Unbound prolonge celles-ci en valorisant la démarche singulière des écrivains modernistes.

2Ainsi que l’auteur l’expose dans un chapitre introductif d’une grande clarté qui prend en compte les propositions les plus récentes de la critique littéraire, c’est par la mise en place d’un dispositif de lecture complexe et ironique que la fiction moderniste se démarque d’une tradition vouée à une moralisation suspecte qui frappe les personnages d’ostracisme.

3Selon la formule girardienne, les formes de solidarités sociales et culturelles qui s’instaurent par l’exclusion d’un objet commun de fascination ou d’exécration donnent lieu à des récits de persécution. Or si l’écriture moderniste passe par ces figures convenues du récit – ajoute T. Cousineau – elle les dépasse aussi et en conjure la violence. En effet, la stratégie autoriale moderniste évente les subterfuges sacrificiels afin de créer une entente non-sacrificielle basée sur la reconnaissance du mécanisme victimaire.

4L’hypothèse posée, T. Cousineau se tourne vers un choix de textes dont il souligne les ressemblances. Ritual Unbound est ainsi divisé en cinq chapitres portant respectivement sur The Turn of the Screw de Henry James, Heart of Darkness de Joseph Conrad, The Good Soldier de Ford Madox Ford, The Great Gatsby de Scott Fitzgerald et To the Lighthouse de Virginia Woolf. L’auteur se donne alors du champ pour considérer des problèmes d’énonciation et de technique narrative spécifiques – ceux-ci étant abordés non pas sous une perspective formelle mais sous l’angle de la motivation.

5Dans le premier chapitre, il souligne l’ambivalence du texte de James envers la persécution : sa condamnation y est prononcée par l’entremise de la gouvernante, cependant l’accusation est déportée vers d’autres boucs émissaires : Peter Quint et Miss Jessel – cette substitution étant encore la manifestation du processus victimaire à l’œuvre dans la nouvelle. T. Cousineau consacre des pages très convaincantes à l’imbrication des récits dans The Turn of the Screw, démontrant comment la charge sacrificielle du rapport de la gouvernante est neutralisée par la reprise qu’en fait Douglas.

6Le même jeu de mise en abîme retient l’attention de l’auteur dans Heart of Darkness, et il nous invite à replacer le récit de Marlow dans une situation d’énonciation où l’établissement d’une complicité entre l’énigmatique narrateur et son auditoire masculin et occidental se réalise par exclusion d’un "autre," que celui soit africain ou féminin : "nous devons admettre qu’il [Marlow] ne se contente pas de décrire un rituel primitif mais qu’il accomplit un rituel dans lequel les Africains sont présentés comme bouc-émissaires – rituel rassurant tant pour lui-même que pour la communauté composée de ses auditeurs européens" (70).

7Dans le compte rendu critique de The Good Soldier que nous propose l’auteur, c’est le trait mimétique repéré par la critique anthropologique qui est mis en exergue : "chaque personnage est détruit par le désir qu’il a de s’approprier une vie qui ne lui appartient pas, puisqu’elle est déjà le propre d’une autre personne ou d’une autre époque. Suivant une variation de ce schéma, il sera précipité vers une fin tragique parce qu’il veut simultanément occuper deux positions qui sont mutuellement exclusives" (91). Mais le mimétisme mène au sacrificiel : le narrateur refuse de reconnaître les similitudes entre son comportement et celui de son entourage – et partant, la part de responsabilité qui lui échoit. Il cherche des coupables ailleurs, de sorte que c’est la cruauté de l’époque ou celle des épouses qui sont stigmatisées dans son récit.

8Il en va de même dans The Great Gatsby, où le narrateur occulte dans sa version des faits tout ce qui pourrait suggérer la ressemblance entre lui-même et les agents de la défaite de Gatsby. Il s’efforce donc de maintenir l’illusion d’une singularité exemplaire du protagoniste quand tout dans l’action la dément.

9Enfin dans To the Lighthouse, le jeu des rivalités ne cesse de se déplacer et de se diffuser, touchant tour à tour James, Mrs Ramsay, Charles Tansley et Lily Briscoe – qui conçoivent un sentiment double d’admiration et de haine pour la figure d’autorité masculine principale. La voix narrative refusant de collaborer activement au processus de construction et d’exécration de l’altérité, les retournements se succèdent donc : rejet et acceptation de l’ordre culturel et social incarné par le père ponctuent les parties du roman. Lily prétend s’affranchir de la tradition mais intègre finalement le cercle des producteurs de culture. La bourgeoisie retrouve son unité par sa mise à distance des représentants des classes ouvrières.

10En s’autorisant une certaine liberté dans la mise en œuvre de l’appareil critique – notamment en donnant une plus grande flexibilité aux termes d’"exclusion" et de "sacrifice," T. Cousineau parvient à rendre compte de la fluidité des affects et des états de pensée dans le roman de Woolf sans pour autant abandonner la cohérence thématique de son argumentation.

11L’ouvrage, en somme, présente de multiples intérêts : il s’impose comme une réflexion sur l’écriture moderniste, mais aussi comme une démonstration cohérente de l’efficacité de la position théorique privilégiée. De surcroît, il apporte, pour chaque analyse, une série d’arguments qui mériteront d’être pris en compte qui dans le champs des études conradiennes, qui dans celui des études woolfiennes.

Top of page

References

Bibliographical reference

Philippe Birgy, « Thomas Cousineau, Ritual Unbound: Reading Sacrifice in Modernist Fiction », Caliban, 19 | 2006, 321-322.

Electronic reference

Philippe Birgy, « Thomas Cousineau, Ritual Unbound: Reading Sacrifice in Modernist Fiction », Caliban [Online], 19 | 2006, Online since 13 December 2016, connection on 28 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/2529

Top of page

About the author

Philippe Birgy

Université Toulouse-Le Mirail

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals