Skip to navigation – Site map

HomeNuméros575 - Of Transnational and Emblemat...Jean Viviès, Revenir / Devenir. G...

5 - Of Transnational and Emblematic Skunks

Jean Viviès, Revenir / Devenir. Gulliver ou l’autre voyage

Paris : Éditions Rue d’Ulm / Presses de l’École Normale Supérieure, 2016, 142 pages, ISBN : 978-2-7288-0555-6
Laure Faucon
p. 165-169
Bibliographical reference

Jean VIVIÈS, Revenir / Devenir. Gulliver ou l’autre voyage, Paris : Éditions Rue d’Ulm / Presses de l’École Normale Supérieure, 2016, 142 pages, ISBN : 978-2-7288-0555-6

Full text

1« Comment parler de Gulliver après tant d’autres ? Comment penser sérieusement que l’on peut encore proposer une lecture de ses voyages ? » (11). Telles sont les questions liminaires posées par Jean Viviès. L’angle de réflexion choisi est celui du retour du voyageur et plus particulièrement de « son retour comme problème » (20). L’accent est porté non seulement sur le trauma, l’impact de l’expérience sur le voyageur rendant son retour difficile, mais aussi sur le retour comme clé de lecture de Gulliver’s Travels et point de départ pour une redécouverte du texte.

2Jean Viviès affirme dès le départ l’ancrage de son étude non seulement dans le « corpus des récits de voyages maritimes » mais aussi dans l’ensemble de la « bibliothèque » dans laquelle se situe le livre de Swift, dans un début de dix-huitième siècle « en plein ’remue-ménage’ » (15), pour reprendre l’expression d’Alain Bony. La réflexion sur le sens même du nom « Gulliver » est brillamment mise au service de l’exposition des enjeux principaux de l’ouvrage.

3Le premier chapitre s’ouvre sur l’étude du paratexte qui, avec la mention « splendid mendax », ancre le récit dans la tradition du récit de voyage et de ses « travel-liars » (28). La comparaison avec Robinson Crusoe de Defoe soulève alors la question du rapport de Swift au réalisme du roman émergent. Dans un domaine comme dans l’autre, il apparaît rapidement que Gulliver’s Travels n’emploie les conventions que pour mieux les parodier. Swift remet ainsi en cause l’effet de vraissemblance, source d’erreurs chez Defoe, et crée un personnage et un lieu fragmentés. Il ne s’agit pas cependant d’un simple refus du roman ou du récit de voyage : les conventions génériques sont réemployées différemment, intégrées dans un ensemble. Toute une palette de genres littéraires trouve donc une place dans un texte qui simultanément en montre les limites afin de mettre en garde le lecteur contre la notion même de classification.

4Le chapitre 2 traite des « espaces de Gulliver, » et plus particulièrement de l’effet de défamiliarisation opéré par le mélange d’éléments familiers (climat tempéré, institutions sociales, cartes établissant un lien avec le monde connu du lecteur) et d’éléments hétérogènes (mesures et langue) : les invariants permettent une meilleure appréhension de cette variable que constitue l’homme. L’étude de l’emploi des emprunts qui apparaissent dans le texte, envisagés sous l’angle de la traductologie, y est particulièrement fructueuse. Ainsi JeanViviès montre-t-il comment « l’altérité vient […] s’installer dans le discours au lieu de demeurer à l’extérieur » (40). Les mots étrangers présents dans le texte « deviennent les métonymies de cet espace autre où ils ont été prélevés » (40).

5Le chapitre 3 passe en revue les divers types de retour et s’attache à définir la particularité de chaque voyage afin de mieux distinguer la différence de nature de chacun de ces retours. À Lilliput, l’accent est porté sur le corps, dans une « comédie de la relativité [qui] est une comédie de la perception » (48). A Brobdingnag, la désorientation, initiée par un excès de termes nautiques et prolongée par les difficultés de perception d’un Gulliver privé de vue d’ensemble, va plus loin encore : personnage et lecteur peinent à décrypter les signes. La question qui est posée cette fois est celle du statut de Gulliver, dont l’humanité est constamment remise en question. Le retour, décrit de manière réaliste dans les deux cas, devient logiquement plus problématique après le deuxième voyage : le réajustement de la vision et de la voix est difficile, tout comme les retrouvailles (une distance commence à s’instaurer envers Gulliver et sa femme). Le voyage à Laputa est marqué par une dislocation de l’unité de lieu mais aussi du récit qui, tels les insulaires, présente des « îles narratives et textuelles » (58) et non plus un tout unifié. Cette fois, l’absence de « retour narrativisé » (61) fait écho à une forme d’absence chez Gulliver, qui n’est plus que témoin, et non acteur. Enfin, la découverte des Houynhnms opère un « changement de focale » (62) : l’accent est moins porté sur la découverte de territoires et de peuples inconnus que sur l’effet produit sur le voyageur : « on passe des objets au sujet » (62). L’« assombrissement croissant  » (62) des retours atteint ici son apogée. La difficulté réside cette fois dans les « retrouvailles avec soi-même » (63). La déconstruction graduelle du sujet, voyage après voyage, atteint pour ainsi dire son point de non-retour. Le retour à l’ordre est impossible parce que « le véritable exil de soi est en Angleterre » (67). Il ne peut y avoir de Bildung non plus puisque « l’expérience, qui prend ici la forme autre du trauma et non celle de la formation ne conduit pas à la sagesse distanciée mais au refuge de la déraison » (67).

6Le chapitre 4 explore plus en détail le retour du pays des Houynhnms et plus particulièrement le rôle de Don Pedro de Mendez, rôle central malgré le peu de pages qui lui sont consacrées car il détermine la lecture qui doit être faite du quatrième voyage. Après un rappel concernant les deux écoles d’analyse (l’école soft voit en Gulliver la cible réelle de sa satire et l’école hard fait de lui « le porte-parole de Swift et de son dégoût du genre humain » (69)), Jean Viviès souligne le caractère ambigu de Don Pedro : sa générosité et sa compassion font en même temps de lui un « double antithétique » (74) de Gulliver et soulignent par contraste la déraison de ce dernier. Don Pedro joue alors le rôle d’« agent d’euphémisation du récit de Gulliver  » (75). L’éloge apparente de la raison peut dès lors être remise en question, particulièrement à posteriori : une fois dépassée la croyance du siècle des Lumières dans le pouvoir forcément bienfaisant de la raison, opposée à la barbarie, on peut avec George Orwell voir chez les Houyhnhnms des aspects anticipant l’idéologie qui a mené au totalitarisme et à l’extermination des Juifs par les nazis.

7Le chapitre 5 s’intéresse à « la figure de Gulliver », sujet fragmenté au Bildung impossible car il est « dénué de véritable identité personnelle » (89). Cet état de fait s’explique par l’influence de la philosophie humienne, ainsi que l’atteste la scène où le personnage de Swift, maintenu au sol par des ligatures, s’en remet à la perception empirique : « agrégat d’impressions successives qu’aucun ‘même’ ne transcende » (90), il ne peut avoir d’identité cohérente. Contrairement au narrateur à la première personne tel qu’il se définit dans les œuvres de Fielding, Richardson ou Sterne, Gulliver n’est qu’une voix, celle « d’un agglomérat fluctuant d’impressions, d’idées et de péripéties » (91). Cette voix, brouillant la frontière entre narrateur et personnage, est-elle celle d’un fou ? Voici la question que soulève pour finir Jean Viviès, envisageant le texte comme la narration de la genèse de la folie, aboutissement logique de la perte non seulement de simples repères, mais aussi de tout principe stable de catégorisation, qui mène à son identification impensable et impossible avec les Houyhnhnms.

8Le chapitre 6 envisage les implications de ce qui serait le cinquième voyage. A la lumière des réécritures et réinterprétations de l’Odyssée, on comprend mieux la nature ambivalente du retour de Gulliver, que tout semble pourtant opposer à celui d’Ulysse, calme et apaisant. Partant de l’idée de Jean Giono qui avait imaginé un Ulysse qui aurait tout inventé, Jean Viviès explore alors l’hypothèse selon laquelle le texte se présenterait comme le fruit de l’imagination de Gulliver. Il ne s’agirait pas des voyages effectués par Gulliver mais des voyages racontés par Gulliver. La véritable exploration serait alors celle de « son esprit dérangé, ses égarements et ses divagations intérieures » (106). Ce serait plus particulièrement le récit des quatre retours du personnage, récit à la structure insulaire narrant les « voyages de Gulliver vers lui-même, vers l’I-land (island) » (112). Ces retours sont à la fois centrifuges et centripètes : selon le principe de l’éternel retour de Nietzsche, le voyage de Gulliver est « le retour qui contient déjà en lui un possible nouveau départ » (112).

9L’approche de l’ouvrage est très riche. Les dix-huitièmistes et les lecteurs curieux apprécieront le fort ancrage dans le contexte philosophique, culturel et social (avec par exemple des explications éclairantes sur le rapport de l’œuvre avec les directives de la Royal society ou encore la perception de la folie comme spectacle prisé par les visiteurs) et biographique. L’analyse s’appuie également sur un corpus critique bien fourni qui fait la part belle aux études anglo-saxonnes mais aussi françaises, et une vaste gamme de théories, passant avec dextérité de Barthes, Greimas et Philipe Hamon à Umberto Eco, Gilles Deleuze, Michel Foucault ou encore Julia Kristeva.

10On l’aura compris, Jean Viviès aime mêler tradition et modernité. Ainsi ne se limite-t-il pas au contexte de l’œuvre : il prend également en compte l’effet produit à posteriori car si on ne lit plus le récit de la même manière après la Shoah, cela en dit long sur les ambiguïtés d’un texte qui ne se laisse pas facilement décrypter. Notre champ de vision est élargi par l’emploi fécond des réinterprétations modernes de Gulliver’s Travels, points de départ d’une constante redécouverte du texte. La palette de références littéraires déployées est impressionnante : au-delà des comparaisons brillamment menées avec Defoe et Fielding, le lecteur savourera les allusions à Thomas More, Cyrano de Bergerac et Lucien de Samosate, mais aussi à Conrad, Kafka, Céline, Borges et même Isaac Asimov.

11Enfin, l’écriture même de l’ouvrage est un bel hommage à Swift et à son obsession du langage. Il ne faut pas oublier que Swift fut aussi celui qui tourna en dérision les abus de langage et l’emploi de formules vidées de sens dans A Collection of Genteel and Ingenious Conversation (1738) et qui insista dans Proposal for Improving and Ascertaining the English Language (1712) sur l’importance d’établir des bases plus solides à travers un emploi plus précis des termes. Jean Viviès en revient toujours à l’étymologie, au sens originel des mots. Il dit de l’écriture de Swift dans Gulliver’s Travels :

Son récit ne cesse de mobiliser la polysémie inhérente à la langue et aux langues, mais parfois aussi, sans doute, la matérialité de la langue, la pure rencontre des phonèmes et des syllabes, le jeu dans la langue que ménage l’arbitraire du signe. (19)

12Ce jeu sur la polysémie ainsi que sur la matérialité de la langue, on le retrouve dans l’ouvrage, où l’histoire fausse est par exemple décrite comme « une blague, un bobard à bâbord du vaisseau amira  » (18) et où le voyage de Gulliver devient un « voyage au bout de l’inouï » (69). Ces belles tournures vont au-delà de la simple formule. Ainsi le titre du chapitre 4 s’explique-t-il par une mise en relation plus large avec l’œuvre de Céline.

13L’accent porté sur le retour dans cet ouvrage, aspect qui n’avait été que ponctuellement traité jusqu’ici, se justifie tout à fait à la lumière du paratexte, et en particulier de la lettre de Gulliver ajoutée à l’édition de 1727, qui d’emblée ancre le récit dans le retour et met implicitement l’accent sur sa nature problématique. Les réinterprétations que cette approche suscite sont originales. De nouvelles perspectives s’offrent alors au lecteur, ouvrant le champ des possibles, car comme l’écrit si bien Jean Viviès, « Gulliver a tôt fait de reprendre la mer quand on entend l’assigner à résidence critique. Ce corps sur la plage, ce corpus sur la plage, il reste toujours à inventorier, ou à inventer » (121).

Top of page

References

Bibliographical reference

Laure Faucon, “Jean Viviès, Revenir / Devenir. Gulliver ou l’autre voyageCaliban, 57 | 2017, 165-169.

Electronic reference

Laure Faucon, “Jean Viviès, Revenir / Devenir. Gulliver ou l’autre voyageCaliban [Online], 57 | 2017, Online since 12 June 2019, connection on 16 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/caliban/2826; DOI: https://doi.org/10.4000/caliban.2826

Top of page

About the author

Laure Faucon

Université Toulouse-Jean Jaurès, CAS

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search