Skip to navigation – Site map

HomeNuméros57Anne Stefani, Unlikely Dissenters...

Anne Stefani, Unlikely Dissenters: White Southern Women in the Fight for Racial Justice, 1920-1970

Gainesville, FL : University Press of Florida, 2015, 334 pages, ISBN : 978-0-8130-6076-7
Hélène Le Dantec-Lowry
p. 169-171
Bibliographical reference

Anne Stefani, Unlikely Dissenters: White Southern Women in the Fight for Racial Justice, 1920-70, Gainesville, FL : University Press of Florida, 2015, 334 pages, ISBN : 978-0-8130-6076-7

Full text

1Cet ouvrage combine une approche chronologique, des années 1920 à la fin des années 1960, et une étude de thèmes divers (segregation, white ladyhood, respectability, southern sisterhood, race over gender...) qui construisent le portrait d’une communauté distincte de femmes blanches dans le Sud ségrégationniste, jusque-là peu étudiée (10). Anne Stefani fournit une analyse complexe et détaillée de l’engagement de ces femmes—à la fois victimes en tant que femmes et oppresseurs car blanches—dans la lutte contre la ségrégation puis pour l’égalité raciale. Au moyen de sources de première main variées incluant des (auto)biographies et journaux intimes, les archives de diverses organisations auxquelles elles appartenaient, ainsi que des lettres personnelles et des entretiens réalisés pendant la période considérée ou menés, plus récemment, par l’auteure elle-même, Anne Stefani démontre brillamment les raisons pour lesquelles ces femmes décidèrent de prendre position contre la suprématie blanche, à l’encontre de leur groupe socio-racial, de leur éducation en tant que “white ladies” et de leur église, et comment leur lutte au sein d’organisations diverses leur permit de se libérer progressivement des contraintes raciales puis, ensuite, des normes genrées emblématiques de leur région.

2Unlikely Dissenters présente deux générations de femmes et se penche plus précisément sur 32 d’entre elles (des notices biographiques les concernant font l’objet d’une annexe (255-266) tout à fait appréciable et quelques photos au milieu du livre les rendent particulièrement vivantes). La première génération, composée avant tout de femmes aisées, celle d’avant l’arrêt Brown rendu par la Cour suprême fédérale en 1954—qui permit d’enclencher la déségrégation, scolaire d’abord—comprend des femmes nées entre la fin du XIXe siècle et la Première Guerre mondiale ; elle connut la Grande Dépression et le New Deal—marqué par des courants progressistes—et vécut dans l’ensemble jusqu’à la mise en place de la déségrégation. Ces femmes choisirent le plus souvent de se battre au sein d’organisations déjà en place (YMCA, League of Women Voters, Commission on Interracial Cooperation de l’Église méthodiste, parmi d’autres exemples). Elles utilisèrent leur rôle dans la société sudiste en tant qu’épouses et mères et firent appel à la notion de respectabilité blanche et féminine, si prégnante dans la culture sudiste, pour demander l’intégration des écoles, la fin des lynchages ou des réformes du travail, sans jamais se départir de leur position de “white ladies.

3La deuxième génération, plus diversifiée socialement et plus frontalement militante (180), comprend des femmes nées autour de la Seconde Guerre mondiale qui devinrent actives au moment où commençaient les actions du mouvement pour les droits civiques, ce qui les incita à rejoindre certaines des organisations créées par les Noirs—en particulier le SNCC—et à prendre part aux actions que ceux-ci organisaient (les Freedom rides). Elles partageaient avec eux la non-violence et la solidarité interraciale, mettant alors directement à mal les fondements mêmes de la ségrégation.

4Certaines, en dépit de leur âge ou en fonction de leur choix de pratiques militantes, n’appartenaient pas franchement à l’une ou l’autre génération (C. Curry, A. Braden, L. Smith). Leur rôle fut pourtant primordial car elles réussirent à créer des liens entre les deux générations et servirent régulièrement de guides et conseillères pour les plus jeunes.

5Au cours de 6 chapitres, qui s’achèvent tous par de courts résumés fort utiles, Anne Stefani examine d’abord les facteurs qui lient ces femmes : leur statut dans une société fortement hiérarchisée et définie dans tous ces aspects par la ségrégation raciale ; leur religiosité ; une culture genrée qui leur impose manières et conduites strictement définies et délimitées ; un fort sentiment de culpabilité au vu du statut inférieur des Noirs. Elle s’intéresse ensuite à l’engagement de ces femmes au fil du temps (sans remettre profondément en question les normes raciales et genrées dans un premier temps ; par un militantisme plus direct et radical ensuite ; avec une posture morale, y compris pour les plus radicales—voir par exemple la sous-partie “Moral Radicals” (138) et la page 166). Enfin, le livre se termine par l’examen de l’incidence de leur combat au niveau individuel et collectif et notamment une émancipation qui leur permit de passer du statut de “southern lady” à celui de militante et une prise de conscience qui les poussa vers une forme de féminisme spécifiquement sudiste. L’auteure décrit également le lourd prix à payer pour ces femmes perçues comme des traitresses et souvent ostracisées par leur famille, leurs pairs et leur groupe socio-racial, et ce pour très longtemps parfois. Au-delà des différences entre ces générations on voit bien la constance dans l’engagement, l’émergence de la conscience d’une féminité partagée (Southern sisterhood (204)) et leur amour pour le Sud, malgré ses problèmes.

6Régulièrement, Anne Stefani souligne les efforts de ces femmes pour briser les barrières raciales prégnantes dans le Sud : serrer pour la première fois la main d’un homme noir ou s’assoir à ses côtés ; choisir de rester en retrait dans les organisations interraciales pour ne pas mettre en danger des militants noirs régulièrement accusés de harcèlement envers des Blanches (on regrettera ici peut-être que les rapports avec les femmes noires soient un peu moins étudiés, même si on croise les militantes Ella Baker et Rosa Parks). Dans une analyse qui montre que les questions raciales et genrées étaient nécessairement croisées dans le Sud ségrégationniste, l’auteure démontre finement que la lutte de ces Blanches du Sud contribua à la remise en cause de l’infériorité institutionnelle des Noirs et qu’elle permit également d’ébranler les définitions étroites de la féminité blanche, deux aspects qui se trouvaient au cœur même du régime de la suprématie blanche.

7Cet ouvrage apporte avec bonheur aux études sur les relations raciales aux États-Unis, sur le Sud et sur l’histoire des femmes et du genre. Par son intérêt pour les années 1920 et 1930, il participe au renouveau des études sur le mouvement pour les droits civiques dans la logique d’un long Civil Rights Movement, initiée par Jacquelyn Dowd Hall en 2005. Il contribue également de façon innovante au débat sur l’intersection des questions raciale, genrée et sociale (intersectionality) tout en y ajoutant celle, d’importance majeure, de l’identité régionale et de son impact sur les individus et les groupes.

Top of page

References

Bibliographical reference

Hélène Le Dantec-Lowry, “Anne Stefani, Unlikely Dissenters: White Southern Women in the Fight for Racial Justice, 1920-1970Caliban, 57 | 2017, 169-171.

Electronic reference

Hélène Le Dantec-Lowry, “Anne Stefani, Unlikely Dissenters: White Southern Women in the Fight for Racial Justice, 1920-1970Caliban [Online], 57 | 2017, Online since 12 June 2019, connection on 24 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/caliban/2836; DOI: https://doi.org/10.4000/caliban.2836

Top of page

About the author

Hélène Le Dantec-Lowry

Université Sorbonne Nouvelle

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search