Skip to navigation – Site map

HomeNuméros544. The Literary Approach of Diplo...Les Ambassadeurs de Henry James :...

4. The Literary Approach of Diplomacy from the Early Modern to the Modernist Era / Lire la diplomatie de la première modernité au modernisme

Les Ambassadeurs de Henry James : de la rhétorique à la sémiotique

Marie-Odile Salati
p. 345-358

Abstract

This article focuses on the diplomatic use of language in Henry James’s late novel The Ambassadors, where the American family envoy attempts to entice the son and heir back home, away from his refined social circle and a life of pleasure in Paris. However the venture fails to meet the requirements traditionally expected of an ambassador’s mission. The protagonist soon finds to his dismay that his interlocutors are not playing the game according to the rules, that his straightforward speech is defeated by their ambiguous replies and that their duplicity precludes his using the rhetorical art of persuasion. Taking his cue from their behaviour, he switches from speech to reserve and observation, becoming alert to non-verbal signs likely to assist him in his quest for meaning. The goal of our analysis is ultimately to investigate the way in which the theme of diplomacy serves the novelist’s representational purposes and to identify the meeting-points of the two arts.

Top of page

Full text

  • 1 Dans son autobiographie The Education of Henry Adams parue en 1907, l’écrivain Henry Adams consacre (...)

1Le titre de l’avant-dernier roman achevé que l’écrivain américain Henry James publia en 1903, allusion explicite à la célèbre toile du même nom peinte au XVIème siècle par Hans Holbein le jeune, pourrait laisser attendre la mise en fiction d’une intrigue politique au plus haut niveau de l’État, si l’on se fonde sur les deux personnages centraux du tableau. Mais le point commun ne réside pas là. Contrairement à son contemporain Henry Adams, qui consigna dans son autobiographie ses souvenirs en tant que secrétaire particulier de son père ambassadeur à Londres, James ne disposait d’aucune expérience personnelle de la fonction.1 S’il met bien en scène une tentative de négotiation dans le cadre d’un affrontement entre deux approches culturelles opposées, la morale puritaine de la Nouvelle-Angleterre et l’hédonisme européen incarné par Paris, Babylone des temps modernes, il ne se réfère au personnage du plénipotentiaire que par analogie, pour l’appliquer au domaine privé d’une riche famille américaine. En effet, Lambert Strether est dépêché par Mrs Newsome, veuve d’un industriel de Woollett dans le Massachussets, pour ramener au bercail le fils de celle-ci, Chad, qui, parti se dégrossir en Europe, fait la sourde oreille aux suppliques maternelles, une résistance imputée aux charmes d’une Circée parisienne. La mission se solde par un échec, car ironie du sort, au lieu de rallier à sa cause l’âme supposée en perdition, l’ambassadeur se laisse lui-même convaincre de céder aux plaisirs sensuels procurés par le raffinement exquis du beau monde dans lequel il est introduit, et doit finalement être à son tour rappelé à l’ordre par un deuxième émissaire, la fille de la famille, Sarah Pocock. Il a ainsi opéré un complet revirement par rapport à sa position initiale jusqu’à en arriver à coïncider avec la vision opposée.

  • 2 À cet égard, Eric Savoy souligne l’évolution des préoccupations narratives dans les scénarios de ma (...)

2La pertinence de l’intertexte pictural se situe donc au niveau du procédé de représentation qui fait la célébrité du tableau, à savoir l’anamorphose, cette déformation optique nécessitant un changement de perspective pour que l’objet observé soit saisi avec netteté et prenne un sens. C’est alors à la diplomatie envisagée comme quête d’une convergence de points de vue que se réfère le technicien moderne de la focalisation narrative. Cet aspect a toutefois déjà été abondamment traité par la critique et il n’est nul besoin d’y revenir. Je souhaiterais plutôt m’attacher à la stratégie discursive mise en œuvre par les deux camps adverses dans les échanges verbaux, de façon à déterminer comment les ressorts de la représentation politique au sens large se muent en mode de représentation littéraire.2 En effet, la parole franche et sans ambages émanant de Mrs Newsome se heurte à la duplicité et au silence tandis que le fils prodigue se dérobe à la négociation, de sorte que la tâche de l’émissaire ne peut plus consister en un déploiement de rhétorique, un art de l’argumentation, ni même d’ailleurs en un art du dire. Entamant un véritable apprentissage du métier, Strether doit renoncer à une conception de son entreprise fondée sur une foi dans le langage comme communication univoque d’information pour l’envisager désormais comme une interprétation hasardeuse de signes.

3Nous verrons donc en un premier temps comment James met en scène l’échec d’une vision traditionnelle de la diplomatie, du fait que le protagoniste, parti d’Amérique doté de toutes les attributions usuelles de l’ambassadeur, fait d’emblée l’expérience du dévoiement de la fonction sous l’effet du décalage culturel. Nous examinerons ensuite la quête sémiotique dans laquelle il se lance, lorsque la défaillance du discours le conduit à s’intéresser aux signes extra-linguistiques. Enfin, nous tenterons d’établir en quoi le choix de la thématique rejoint les préoccupations littéraires de James au point d’ériger la diplomatie en art.

  • 3 Toutes les références de pages relatives à l’œuvre et indiquées entre parenthèses sans précision de (...)

4Aux yeux du clan de Woollett, la mission assignée à Strether répond à toutes les caractéristiques historiques de la fonction d’ambassadeur (Chazelle 129). En premier lieu, il fait oeuvre de représentation, puisqu’il effectue le voyage transatlantique en lieu et place de sa bienfaitrice, jouant littéralement le rôle de porte-parole (194).3 Le texte souligne la hâte de l’émissaire à s’acquitter de ses obligations dès le premier contact avec son interlocuteur (93), afin que l’information communiquée ne soit altérée ni par le temps ni par l’influence corruptrice de l’autre parti et des charmes parisiens. Le contenu du message est rapporté mot-à-mot sous forme de discours direct, pour témoigner de la mission honnêtement accomplie et mettre en relief la brutalité et l’univocité de l’énoncé, dans lequel ne s’est glissé aucun vague sémantique propre à ouvrir la voie à une erreur d’interprétation (94). La parole directe et impérieuse de Mrs Newsome a traversé l’océan intacte.

  • 4 Jacques Chazelle évoque la centralité de la négociation, "façon de composer pacifiquement les intér (...)
  • 5 Je renvoie à l’analyse détaillée de cette approche oblique conduite par Dominique Schooling dans so (...)

5L’activité diplomatique suppose aussi une négociation, afin de réduire la différence de vues dans un esprit pacifique et d’éviter tout conflit ouvert.4 Cet impératif explique l’apparition tardive de Chad, qui élude l’inévitable confrontation en s’éclipsant de la scène, de façon à laisser à l’envoyé de sa mère le temps d’apprécier la vie parisienne et de faire ainsi un pas dans sa direction. Strether, inversement, force Mme de Vionnet, la maîtresse française du jeune homme, à accomplir cet acte de conciliation lors de leur première entrevue (148). Mais tout en adoptant d’emblée une ligne dure pour honorer sa mission, il veille à ne pas enfreindre la règle tacite de courtoisie entre gens du monde, qui lui dicte de ne pas aborder frontalement l’objet du litige, la liaison hypothétique et les soupçons de mœurs condamnables attachés à elle.5

6La dame de Woollett attend, comme il se doit, de son ambassadeur qu’il protège inconditionnellement ses intérêts, sans dévier de son objectif (Chazelle 16). Aussi rompt-elle toute communication avec lui lorsque ce n’est plus le cas, lui dépêchant de nouveaux émissaires plus fiables. Enfin, dernier terme du mandat, Strether est envoyé en quête d’information (Chazelle 17), avec la tâche d’éclaircir la nature des liens qui retiennent Chad à Paris et de percer le mystère entourant ses agissements.

7Il s’agit donc d’une mission parfaitement définie, qui se révèle très vite purement théorique, une conception obsolète de la diplomatie, n’ayant plus cours que dans l’univers vertueux de Woollett et nécessitant un ajustement outre-Atlantique. L’apprenti ambassadeur constate d’entrée le dévoiement de la fonction hors de son environnement familier. Au lieu de promouvoir les "relations d’équilibre et d’échange" qu’Alain Plantey attribue à la "diplomatie du concert européen" au XIXe siècle (Plantey 30), le camp parisien instaure une relation unilatérale, gratifiant sa curiosité sans rien concéder en échange (112). La partie est inégale puisque Chad connaît clairement le mode de fonctionnement du représentant de sa mère et sait compter sur sa sincérité, alors que Strether ignore tout de ses interlocuteurs (129), et en particulier s’il peut leur accorder sa confiance. De plus, ces derniers ne font pas preuve de coopération, car si l’Américain répond candidement à leurs questions, eux sont avares de révélations, lui donnant le sentiment d’être attiré dans un piège, d’être victime d’un jeu (118) ou d’un mauvais tour (102). Chad a d’ailleurs changé les règles par sa métamorphose inattendue (106), qui le rend indéchiffrable à son compatriote. Strether a ainsi l’impression que le camp adverse ne joue pas le jeu. Or si l’on se réfère à l’analyse de Julie Diamond sur l’interaction verbale, le pouvoir appartient à celui qui fixe les règles : "The powerful member of a community is not the one who 'plays the game and wins', but the one who makes up the game’s rules" (Diamond 13).

8Autre altération de la fonction, Chad substitue à l’échange coopératif l’observation passive comme mode de réconciliation des points de vue et impose à Strether la pratique du suspens. Il le contraint à un double atermoiement, d’abord lors de son absence initiale, par laquelle il abandonne l’émissaire de sa mère à ses propres ambassadeurs, ses amis Little Bilham et Miss Barrace, ensuite lorsqu’il délègue la négociation à sa maîtresse, Mme de Vionnet, parangon du raffinement européen, dans l’espoir de différer la mise à exécution de l’injonction maternelle (187) et de faire coïncider la vision du nouveau venu avec la sienne (127). Le mandataire est alors encouragé à pratiquer à son tour l’art de la temporisation et à "faire patienter" son employeur (150), ce qui l’empêche de se poser en figure d’action conformément à ses instructions, et entraîne sa disgrâce.

9Enfin, le cercle parisien s’ingénie à faire échouer la négociation en privant Strether de la possibilité d’user de l’art de la persuasion, la rhétorique, fondée, comme le rappelle Marc Angenot, sur "un écart dialogique [entre un énonciateur et un destinataire] qui justifie la relation argumentative" (Angenot 51). Michel Meyer résume bien l’enjeu pour notre propos en énonçant que "La rhétorique est la négociation de la distance entre les sujets" (Angenot 55). Les ressources oratoires de Strether n’ont pas l’occasion de se déployer en raison du suspens temporel infligé, mais aussi et surtout parce que ce dernier est doublé d’un suspens sémantique, dont François Jullien souligne le désavantage pour le partenaire verbal : "le détour ne viserait pas tant à laisser entendre autre chose … qu’à maintenir l’autre dans l’inconfort d’un 'suspens' et s’arroger ainsi l’initiative de la manœuvre. Ce détour sert moins à nous informer différemment qu’à nous laisser désemparés. Il tendrait … à nous manipuler" (Jullien 19).

  • 6 Voir à cet égard l’article de Dominique Schooling, qui se réfère à l’analyse socio-linguistique de (...)

10Parmi les deux principales tactiques employées, l’une consiste à laisser les questions sans réponse, au moyen de divers procédés. La personne interrogée répond par une autre question sur un sujet différent mais non dépourvu de pertinence dans le contexte, par exemple renvoyant à l’émetteur lui-même une demande portant sur une tierce personne, le condamnant à poursuivre dans la nouvelle voie indiquée afin de ne pas conduire la conversation dans une impasse, car le principe de coopération est un fondement de tout échange verbal avant de s’appliquer au domaine de la diplomatie.6 Une autre manœuvre analogue est la diversion, comme la longue tirade par laquelle Little Bilham donne l’impression de satisfaire la curiosité de Strether concernant la métamorphose de l’héritier de Woollett, alors qu’il apporte des éclaircissements sur des aspects connexes non sollicités (111). Enfin, le déplacement permet de maintenir une apparence de réponse dans un énoncé qui élude le point sensible, par exemple à la question de savoir si Chad compte épouser sa maîtresse française, répondre que le jeune homme souhaite conserver la liberté de choisir, ce qui ne renseigne pas sur la nature des relations entre les deux personnes (112). La maîtrise du discours réside donc paradoxalement dans les blancs, les omissions et les silences.

11L’ambiguïté des termes employés constitue la deuxième forme de suspens sémantique. Les membres du cercle parisien jouent sur les mots, sachant que l’émissaire américain, en raison de son éducation puritaine, prêtera aux propos un sens vertueux et n’ira pas soupçonner la réalité moins édifiante. Ainsi, l’adjectif 'good' appliqué à Chad ne peut prendre qu’une acception morale pour Strether et endormir ses soupçons, alors que son interlocuteur l’entend socialement, en rapport avec les bonnes manières (112). L’indétermination des pronoms personnels et les tournures impersonnelles brouillent les pistes. La polysémie des lexèmes ou la pluralité d’interprétations possibles d’un syntagme ouvre la voie à l’erreur de lecture qui fait gagner du temps. Avec beaucoup d’habileté, Little Bilham s’arrange pour décaler l’enchaînement des répliques, produisant un énoncé compris comme répondant au précédent, alors qu’il renvoie à sa propre déclaration deux répliques plus haut (124) ou encore, il parle à demi-mot et ne fournit pas l’indice qui orientera adéquatement la réception. Il compte sur un mauvais déchiffrement des signes par l’envoyé de Woollett, qui ne dispose pas des clés pour décoder un langage dont il ne soupçonne pas qu’il est crypté. Tel un lecteur naïf, l’ambassadeur découvre progressivement la pluralité de la lecture.

  • 7 Cette prise de conscience n’est pas propre à Strether, mais constitue un élément récurrent de la fi (...)

12Entre les questions restées sans réponse et la duplicité des mots, Strether prend rapidement conscience que le discours ne lui livre pas l’information qu’il a charge d’obtenir mais le plonge au contraire dans l’incertitude. La pluralité d’interprétations résultant de l’ambiguïté équivaut à un blocage du sens. Face à la défaillance de la négociation verbale, il faut improviser une autre stratégie, se détourner des signes linguistiques peu fiables pour s’intéresser aux signes extra-linguistiques. D’abord, le protagoniste en vient à identifier comme indice ce qu’il prenait au départ pour un blanc, pour un défaut de signification, le silence.7 Si Little Bilham se tait face à certaines questions pour finalement changer de sujet, cette démission de la parole est malgré tout éloquente (179) et dévoile autant qu’elle masque (112). Pour reprendre Barthes, "[l]e silence est le signifiant d’un signifié plein." (Le Neutre 54). Fort de cette découverte, Strether s’emploie à décoder les silences (195). Ses progrès se mesurent à sa capacité à maîtriser la technique à son tour, censurant sa propre parole de façon à fournir un minimum de renseignements (161-162) et omettant, dans sa correspondance avec Mrs Newsome, tout fait susceptible de trahir son changement d’allégeance (153).

13S’il ne peut se fier au langage, l’émissaire va se rabattre sur les signes visuels et privilégier le voir au dire. Il y est d’ailleurs encouragé par Chad, qui, dans le but de gagner du temps, le presse d’aller se rendre compte par lui-même et d’obtenir des réponses à ses questions au moyen de son observation personnelle (143-144). Ce sont donc le langage corporel et les modes de communication non verbaux qui prennent le relais. Strether est à l’affût des sourires, des expressions du visage (241) et des yeux (190-191), des altérations de la voix, des menus gestes (191), des regards échangés, qui pourraient lui dévoiler ce que ses interlocuteurs lui dissimulent. Ainsi la nonchalance de Mme de Vionnet et les vibrations de sa voix apportent un surplus de sens favorisant une interprétation : "this confirmed precisely an interpretation of her manner, of her mystery … her voice itself, the light low quaver … seemed to make her words mean something that they didn’t mean openly" (177). Là encore, le protagoniste poursuit son initiation, dont le progrès se mesure à la totale imperméabilité de ses remplaçants à ce type d’indices, les Américains fraîchement débarqués qui se trouvent dans la même situation de néophyte que lui à son arrivée (213-214).

14Toutefois, il règne la même opacité dans le domaine visuel que dans la sphère linguistique. La difficulté consiste à identifier adéquatement ce qui relève du signe et ce qui n’en est pas. Strether est informé après coup par son amie Maria Gostrey, rompue aux mœurs parisiennes, qu’il a été aveugle à des indications éclatantes qu’elle-même n’a pas manqué de relever (106). L’ambassadeur, comme tout personnage jamesien américain immergé dans la société européenne, fait l’apprentissage de la duplicité engendrée par le culte de l’apparence. Habitué à ce que l’être coïncide avec le paraître dans son pays, le citoyen du Nouveau Monde découvre à ses dépens le fossé entre le raffinement des bonnes manières et les pratiques inavouables qu’elles dissimulent. Mme de Vionnet ainsi que Chad, modelé à l’image de celle-ci, constituent précisément le modèle le plus abouti de l’élégance parisienne, source de l’illusion qui met en échec la mission de l’ambassadeur. Il est révélateur que l’appartement de la maîtresse française, meublé avec une rare distinction et dégageant "un air de suprême respectabilité" (146), achève de mettre Strether sur une fausse piste et de le convaincre de la nature platonique de la relation.

15Au cours de son séjour européen, le fils Newsome a acquis une parfaite maîtrise des apparences, qui le rend indéchiffrable à son compatriote et alimente la lecture naïve d’une liaison vertueuse (186). Strether vient se heurter de façon répétée à sa façade trop lisse insondable et déplore sa propre propension à se trahir par des réactions spontanées (150). Chad a assimilé toutes les règles de la comédie sociale, en particulier l’art du dialogue, au point de toujours trouver le terme approprié (186) et la répartie adéquate, manipulant les mots comme un prestidigitateur les cartes: "he had it at his fingers' ends" (187). Cette aisance dans le discours est justement signalée comme un atout du métier d’ambassadeur à propos d’un véritable plénipotentiaire qui dérobe l’attention de Mme de Vionnet au néophyte américain mortifié d’être dépourvu de la magie du verbe érigée en art de la société : "he … led her away with a trick of three words; a trick played with a social art of which Strether, … felt himself no master" (130).

16Le protagoniste prend conscience du leurre des apparences ainsi que de la réalité trouble qui se dissimule sous la surface et qui résiste à son appréhension du fait de son inexpérience (158). Le décalage culturel est source d’erreur et il importe d’interpréter les comportements visibles en fonction des usages du lieu et non de ceux du pays d’origine (Plantey, 210). Maria Gostrey a alors pour rôle d’apprendre à Strether à regarder au-delà des apparences, de l’aider à décoder les signes et à guider son interprétation (194), de façon à restituer une cohérence à sa lecture (113).

  • 8 Le portrait du diplomate dressé dans une étude sociologique de la profession et articulé autour du (...)
  • 9 Julie Diamond dépeint les stratégies de la politesse au sein d’un groupe en des termes rappelant le (...)

17Il importe maintenant de nous interroger sur les raisons du choix de la diplomatie comme thématique par James et de déterminer en quoi les exigences de la fonction rejoignent ses préoccupations d’écrivain autour de l’activité commune de représentation. La diplomatie, envisagée comme un art dans le livre, fournit à l’auteur la possibilité de pousser à son plus haut point d’achèvement le genre du roman de mœurs qui a constitué son champ d’étude tout au long de sa carrière. Interaction humaine au sommet de l’État dans son acception habituelle, elle signifie le comble de la distinction et de la politesse pour un moraliste attaché à la noblesse des comportements dans les cercles de la bonne société.8 Les "stratégies de politesse," que la sociolinguiste Julie Diamond identifie dans les conversations,9 atteignent leur apogée dans les milieux plénipotentiaires où le conflit doit être évité à tout prix sous peine de rupture de communication. La conception jamesienne du raffinement s’assortit d’un rejet de toute bassesse et faute de goût dans la conduite individuelle, fustigées comme 'vulgarité'. Éthique et esthétique ne faisant qu’un pour le romancier, la politesse, tant pour le narrateur que pour le protagoniste, consiste à taire tout acte ou sujet offensant pour la morale. Concevoir des soupçons d’adultère chez des êtres aux manières irréprochables relève de la vulgarité et est indigne d’un homme du monde.

  • 10 Dans son article "Legible Reticence ", Karen Leibowitz souligne le lien entre réticence et respecta (...)
  • 11 On peut penser au bon mot de Sir Henry Wotton (1611) : "Legatus est vir bonus peregre missus ad men (...)

18En imputant à Chad une liaison coupable à Paris, le porte-parole de Woollett se rend fautif d’un manquement insigne à la bienséance à l’endroit d’un jeune américain métamorphosé en gentilhomme et de ce fait, se place d’emblée dans une position de faiblesse au seuil de la négociation à venir (101-102). Pour réparer ce faux-pas initial, Strether doit afficher un tact à la mesure de ses interlocuteurs et s’abstenir de toucher au sujet sensible de façon à ne pas courir le risque d’offenser.10 C’est pourquoi il s’interdit toute question directe propre à lever l’ambiguïté et accepte le mensonge diplomatique de l’ambassadeur de Chad, Little Bilham, qui, avant l’entrée en scène de l’intéressé, qualifie la relation du couple d’"attachement vertueux" (112). Diplomatie et éthique convergent dans ce mensonge énoncé pour le bien de tous, afin de préserver la respectabilité de l’interaction. En se soumettant à cette illusion, Strether s’enferme dans un monde de fiction, qu’il ne se résout pas à détruire quand la vérité lui éclate en pleine figure lors de la scène sur la rivière. Par un acte de suprême courtoisie, il se plie alors à l’ultime fiction ("make-believe") produite par Mme de Vionnet pour leur éviter à tous un embarrassant face-à-face avec la réalité crue et leur permettre de sortir dignement de la situation (315). L’oxymore utilisé pour figurer ce tour de passe-passe moral ("to make deception right" 320) rappelle étrangement les efforts déployés par tout bon ambassadeur.11

19La beauté des apparences garantie par la diplomatie efface la laideur de la duplicité effective (320). La supériorité de l’émissaire américain, proclamée par Mme de Vionnet lors de leur dernière entrevue, réside dans la pureté intacte de ses mœurs, car il n’a jamais quitté l’univers idéal de son imagination, contrairement à elle qui en vient à incarner la perfection déchue, pour avoir cédé aux basses tentations de la vie (325). Ce conflit éthique de l’être, tiraillé entre innocence spirituelle et expérience du monde, lui-même reflété par le balancement générique du romancier entre "romance" et réalisme, se retrouve justement dans le véritable monde diplomatique divisé, selon l’analyse de Constanze Villar, entre les "normativistes idéalistes" et les "réalistes", la dissimulation et la tromperie invoquée "au nom du réalisme" entraînant "un conflit avec l’impératif d’honnêteté postulé par les idéalistes" (Villar 198, 204, 203).

20En second lieu, c’est au niveau de l’ambiguïté que la diplomatie rejoint la technique jamesienne. L’initiation de Strether au métier d’ambassadeur consiste à accomplir une lecture adéquate d’un texte codé, à se livrer à un travail de déchiffrement sémiotique. Lorsqu’Alain Plantey définit la sphère diplomatique comme "un univers de signaux" et son style comme un moyen de "protéger son utilisateur contre l’insuffisance de son information, l’erreur de son jugement, la difficulté de l’analyse politique, les risques du métier" (Plantey 211), comment ne pas voir là une description appropriée du lecteur jamesien tout autant que du protagoniste du roman ? Dans ses échanges avec les acolytes du fils Newsome, Strether prend conscience de l’indétermination du sens et de l’instabilité du signifiant, expérience qui est avant tout celle de tout lecteur jamesien, en particulier dans les derniers romans. Le protagoniste s’initie aux aspects que Constanze Villar, au terme de son analyse sémiotique, définit comme "les deux traits pertinents et constitutifs du discours diplomatique", à savoir "une condition de manœuvre et un mode opératoire : l’ambiguïté et l’obliquité" (Villar 232). Or ce sont là précisément les deux termes qui définissent le mieux la poétique jamesienne et que l’on a coutume d’associer au romancier. L’objet de la quête de Strether, Chad, apparaît comme le texte à déchiffrer, ouvert à de multiples interprétations possibles qui diffèrent l’émergence du sens par leur coexistence, et dont la compréhension ne peut advenir qu’après l’exercice du jugement : "He’s obscure and that's why I'm waiting" (194).

21Enfin, l'enjeu de la narration romanesque comme du discours diplomatique en général s'est déplacé de la communication d'information à l'interaction verbale, entraînant sélection de la matière transmise—base de l'entreprise fictionnelle pour James—et attention accrue à la réception du message. En découvrant la nécessité de prendre en compte les usages du milieu étranger pour pouvoir interpréter correctement les propos et réactions de ses interlocuteurs, Strether intègre avant l'heure les analyses de la sociolinguistique insistant sur le rôle du contexte dans l'interaction verbale et la prise de conscience analogue en science diplomatique (Villar 202-203). Le modèle interactionnel de la communication met en lumière les processus pragmatiques de réajustement du sens à l'œuvre dans l'interprétation d'un message et applicables au discours diplomatique, dont les dialogues entre Little Bilham et l'émissaire américain fournissent une parfaite illustration : la réponse de l'interlocuteur est censée permettre au premier énonciateur de voir ses hypothèses confirmées ou infirmées, et au destinataire de vérifier si la compréhension mutuelle sur laquelle il se fonde est correcte (Schiffrin 377). Cette conception du langage comme action, sur laquelle repose l'activité diplomatique, entre en résonance avec l'intérêt grandissant de James pour la fonction performative du langage dans ses derniers romans (Savoy 103). Et Joseph Hillis Miller a également montré que c'est sous forme d'un complexe tissu d'actes de langage que l'auteur a représenté les relations sociales dans ses romans de mœurs (Miller 64).

22En somme, pour un écrivain qui concevait la complexité des rapports humains en termes de leurre, fondé sur l'écart entre les signes de l'apparence et le signifié soigneusement dissimulé, le contexte diplomatique offrait la possibilité de perfectionner la technique de représentation littéraire en articulant la duplicité essentielle du langage à celle des relations sociales portées au plus haut degré de raffinement.

Top of page

Bibliography

Adams, Henry, The Education of Henry Adams, Oxford: Oxford University Press, 2008 (1907).

Angenot, Marc, Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris : Mille et une nuits, 2008.

Barthes, Roland, Le Neutre, Cours au Collège de France (1977-1978), Paris : Traces écrites, Seuil/Imec, 2002.

Chazelle, Jacques, La Diplomatie, Paris : Presses Universitaires de France, 1962.

Diamond, Julie, Status and Power in Verbal Interaction, Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins Publishing Company, 1996.

James, Henry, The Ambassadors, S.P. Rosenbaum ed., New York: W.W. Norton, 1994 (1903).

Jullien, François, Le Détour et l'accès, Paris : Grasset, 1995.

Leibowitz, Karen, "Legible Reticence: Unspoken Dialogues in Henry James", The Henry James Review, 29-1, Winter 2008, 16-35.

Maingueneau, Dominique, "Contexte et scénographie", Contexte(s), P. Schmoll éd., Scolia 6 (1996), Université de Strasbourg 2, 185-198.

Miller, Joseph Hillis, Literature as Conduct. Speech Acts in Henry James, New York: Fordham University Press, 2005.

Plantey, Alain, De la politique entre les états. Principes de la diplomatie, Paris : Éditions A. Pedone, 1987.

Savoy, Eric, "The Narrative Poetics of La Reprise", Henry James and the Poetics of Duplicity, Dennis Tredy, Annick Duperray, Adrian Harding eds., Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars Publishing, 2013, 103-110.

Schiffrin, Deborah, Approaches to Discourse, Cambridge, USA, Oxford, UK: Blackwell Publishers, 1994.

Schooling, Dominique, "'The Virtuous Attachment' or the Making of a Euphemism. Linguistic Manipulations in Henry James's The Ambassadors", Empreintes de l'euphémisme. Tours et détours, Denis Jamet et Manuel Jobert éds., Paris : L'Harmattan, 2010, 231-247.

Villar, Constanze, Le Discours diplomatique, Paris : L'Harmattan, 2006.

Wotton, Henry, The Life and Letters of Sir Henry Wotton, Logan Pearsall Smith éd., Oxford: Clarendon Press, 1907.

Top of page

Notes

1 Dans son autobiographie The Education of Henry Adams parue en 1907, l’écrivain Henry Adams consacre plusieurs chapitres, dont le huitième, précisément intitulé "Diplomacy (1861)," à son expérience de la délicate mission de représentation américaine à Londres, aux côtés de son père, durant la guerre de Sécession.

2 À cet égard, Eric Savoy souligne l’évolution des préoccupations narratives dans les scénarios de manipulation entre les premiers romans jamesiens et les derniers, l’attention se déplaçant des motivations en jeu à l’ambiguïté du discours, accordant ainsi la priorité au signifiant sur le personnage (Savoy 104).

3 Toutes les références de pages relatives à l’œuvre et indiquées entre parenthèses sans précision de source renvoient à l’édition Norton mentionnée en bibliographie.

4 Jacques Chazelle évoque la centralité de la négociation, "façon de composer pacifiquement les intérêts antagonistes" (11).

5 Je renvoie à l’analyse détaillée de cette approche oblique conduite par Dominique Schooling dans son article sur l’euphémisme.

6 Voir à cet égard l’article de Dominique Schooling, qui se réfère à l’analyse socio-linguistique de H. P. Grice et ses quatre principes de la conversation (234).

7 Cette prise de conscience n’est pas propre à Strether, mais constitue un élément récurrent de la fiction jamesienne, dans laquelle le silence forme un signifiant à part entière, souvent moins opaque que les mots.

8 Le portrait du diplomate dressé dans une étude sociologique de la profession et articulé autour du concept bourdieusien, et éminemment jamesien, de "distinction " correspond en tous points au personnage fictionnel idéal du romancier : "la beauté du corps, la noblesse des gestes, la grandeur des sentiments, la hauteur de vue " (Meredith Kingston de Leusse, Diplomate. Une sociologie des ambassadeurs, Paris : L’Harmattan, 1998, 38, repris par Constanze Villar dans Le Discours diplomatique, 133).

9 Julie Diamond dépeint les stratégies de la politesse au sein d’un groupe en des termes rappelant les impératifs de la diplomatie : "participants do everything in their power to avoid outright confrontation and to keep the interaction flowing in a smooth and harmonious way" (118).

10 Dans son article "Legible Reticence ", Karen Leibowitz souligne le lien entre réticence et respectabilité sociale pour James : "Like James himself, the characters in James’s novels recognize the social value of reticence, its capacity to signify gentility, chastity, and consideration" (16).

11 On peut penser au bon mot de Sir Henry Wotton (1611) : "Legatus est vir bonus peregre missus ad mentiendum rei publicae causa" "[Un ambassadeur est un honnête homme qu’on envoie mentir à l’étranger pour le bien de son pays], The Life and Letters of Sir Henry Wotton, 120-121.

Top of page

References

Bibliographical reference

Marie-Odile Salati, « Les Ambassadeurs de Henry James : de la rhétorique à la sémiotique », Caliban, 54 | 2015, 345-358.

Electronic reference

Marie-Odile Salati, « Les Ambassadeurs de Henry James : de la rhétorique à la sémiotique », Caliban [Online], 54 | 2015, Online since 01 December 2015, connection on 22 January 2021. URL : http://journals.openedition.org/caliban/3144 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.3144

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search