Skip to navigation – Site map

HomeNuméros592 - L’esthétique de littérature d..."Looking through nature to signif...

2 - L’esthétique de littérature de voyage et d’exploration / Exploration and the Aesthetics of Travel

"Looking through nature to significance" : Le non-humain comme métaphore politique dans quelques récits d’histoire naturelle américains des XVIIIème et XIXème siècles

Laurence Machet
p. 57-72

Abstract

This paper examines two natural history books: Travels (short title), botanist William Bartram’s only book, published in 1791 and Alexander Wilson’s nine-volume American Ornithology (1808-1814). It argues that both books, using Buffon’s degeneration theory as leverage, offer descriptions of nonhuman animals that help delineate the country’s political identity.

Top of page

Full text

1Lorsque l’on examine le nombre considérable d’ouvrages en tout genre, du traité au compte rendu ou au récit de voyage jusqu’à l’encyclopédie, publiés d’abord en Europe puis aux Etats-Unis entre le XVIIème et le XIXème siècles et dont le but était la description de phénomènes naturels, on peut se demander pourquoi cette période a nourri une telle fascination pour ce que l’on nomme l’histoire naturelle.

2Mais au-delà de leurs fonctions de description, ces récits hybrides n’ont-ils pas une teneur politique, où le non-humain se trouve utilisé comme métaphore ? Cet article s’intéressera tout particulièrement à l’ouvrage de William Bartram, Travels through North and South Carolina, Georgia, East and West Florida, the Cherokee Country, the Extensive Territories of the Muscogulges or Creek Confederacy, and the Country of the Chactaws publié en 1791 (titre abrégé en Travels), et à American Ornithology (1808-1814), d’Alexander Wilson, prédécesseur de John James Audubon et qualifié à ce titre de "père de l’ornithologie américaine".

Les récits d’histoire naturelle, porteurs d’un enjeu politique ?

3Avant d’examiner ces deux œuvres, toutefois, il convient donc de les replacer dans le cadre plus large des écrits d’histoire naturelle, dont la teneur dépasse souvent la définition pourtant très vaste qu’en donne le Comte de Buffon. Si elle est en effet "une Histoire immense, elle embrasse tous les objets que nous présente l’Univers" (Buffon tome 1, 3), il n’en demeure pas moins qu’elle peut aussi donner lieu chez certains auteurs à la recherche d’un autre sens, plus métaphorique et moins directement évident.

4Au cours des premières décennies de colonisation de la côte est du continent nord-américain par les Anglais, nombreux sont les explorateurs à ne pas s’être contentés de relater leurs aventures, mais à avoir également tenté de décrire la nature américaine telle qu’ils la découvraient. Ces descriptions, prenant en général la forme de pauses dans la narration du voyage lui-même, s’adressaient tout particulièrement aux colons potentiels ou déjà installés et à un auditoire anglais friand de nouveautés exotiques. Il était en effet capital pour les colonisateurs d’identifier tout ce qui pouvait être consommé sans danger sur le nouveau continent. Non moins crucial était le besoin de conceptualiser leur nouvel environnement afin de l’apprivoiser et de s’y projeter, comme le soutient Paul Lawrence Farber (Farber 1). Cataloguer et lister un Nouveau Monde foisonnant de plantes et bêtes inconnues était un moyen d’en contenir l’étrangeté : "America must be diminished from a world to a list of words (and things), from a vast hemisphere to a convenient perceptual or moral formula" (Franklin 27). Mais les récits d’exploration n’ont pas été cantonnés à ces seules fonctions.

5En effet, contrairement au développement des colonisations espagnole et portugaise, financées et contrôlées par leurs monarchies respectives, la colonisation anglaise s’est construite sur un modèle fortement décentralisé selon lequel l’exploration des colonies était financée par des investisseurs privés. Dans un tel contexte, les récits d’exploration ont souvent servi à promouvoir l’entreprise même de colonisation et le territoire décrit afin d’y attirer capitaux et moyens humains : "In late 16th-century England the drive towards the extension of maritime trading operations and the establishment of colonial planting and settlement enterprises to rival those of Spain produced a significant volume of print publications, culminating in Richard Hakluyt’s monumental Principall Navigations, Voiages, and Discoveries of the English Nation (1589)" (Clucas 1). Parmi ces récits de voyage/pamphlets promotionnels, on compte A Briefe and True Report of the New Found Land of Virginia rédigé par Thomas Harriot, illustré par John White et publié en 1588 à la suite de la seconde expédition Roanoke menée par Sir Richard Grenville, et A New Voyage to Carolina publié par John Lawson en 1709. À propos des auteurs de A Briefe and True Report, Stephen Clucas soutient: "Harriot and White were fully implicated in the economic nature of the enterprise, and while their work may have generated knowledge which to 20th-century eyes at least has an objective value of its own, their work was fundamentally driven by the financial aims of the expedition" (Clucas 17). Ce lien étroit entre motivations économiques et investigation scientifique de l’environnement, que Clucas nomme "knowledge economy", est également mis en évidence par Paula de Vos qui souligne la naissance concomitante d’un ordre économique global et le développement d’une approche scientifique de la nature : "[…] early modern natural history was well-suited to the needs and goals of expanding European nations" (De Vos 211). Cette convergence d’objectifs se retrouve d’ailleurs dans la deuxième charte accordée en 1663 par Charles II à la Royal Society1: "We have long and fully resolved ourself to extend not only the boundaries of Empire but also the very arts and sciences" (Second Charter).2 Le début de cette charte, en exprimant la double volonté royale d’étendre l’empire et de promouvoir les sciences, semble en effet bien lier les deux objectifs, la conquête de la nature devenant un impératif politique entre les XVIème et XVIIIème siècles (Smith & Findlen 3).

  • 3 Carl Linné, Systema Naturae, sive, Regna tria naturae systematice proposita per classes, ordines, g (...)
  • 4 Au XVIIIème siècle, l’utilisation métaphorique des termes d’histoire naturelle est d’ailleurs fréqu (...)
  • 5 Introduit en 1866 par Haeckel.
  • 6 https://www.merriam-webster.com consulté le 06/02/2018.
  • 7 Mary Louise Pratt définit ainsi le concept: "the strategies of representation whereby European bour (...)

6Au cours de cette période, l’histoire naturelle se mue donc, comme l’explique Mary Louise Pratt, en un outil corollaire de la colonisation qui, en cataloguant et renommant la nature indigène, permet aux Européens d’imposer leur vision du monde (Pratt 35). En effet, lorsqu’en 1735, le suédois Linné publie son Système de la Nature,3 son but avoué est de créer de l’ordre là où auparavant régnait le chaos de la nature et des dénominations diverses. La version anglaise des termes que Linné utilise pour subdiviser le règne vivant en différentes catégories présente d’ailleurs des analogies avec le champ lexical de l’organisation politique et sociale.4 Chaque domaine est en effet divisé en règnes (kingdoms), eux-mêmes subdivisés en embranchements. Le terme anglais correspondant, phylum,5 vient du grec phyle, qui désigne "the largest political subdivision among the ancient Athenians" (Merriam-Webster).6 Apposer ces termes sur le monde du vivant, en disqualifiant totalement au passage la connaissance indigène de cet environnement, c’est le faire passer de ce qui est, aux yeux des Européens, le chaos, à la "civilisation ». Il s’agit bien d’une forme de conquête ou plutôt, toujours selon les termes de Mary Louise Pratt, d’une anti-conquête7 contribuant à créer "a utopian, innocent vision of European global authority" (Pratt 39). Si le naturaliste/explorateur est en général pacifique, il est donc toutefois difficile d’ignorer la dimension à la fois économique et politique de son entreprise d’inventaire de la nature : "early modern natural history was well-suited to the needs and goals of expanding European nations" (De Vos 211).

7Avec la guerre d’indépendance américaine et la naissance de la jeune république américaine en 1776, les récits d’histoire naturelle acquièrent encore une dimension supplémentaire. Sous la plume de naturalistes qui sont désormais citoyens américains, ils se muent graduellement en outils permettant d’opposer le jeune pays à l’ancienne puissance coloniale, la définition de son identité territoriale servant de levier pour accéder à une existence politique et culturelle propre. Comme le soutient Christopher Looby, "knowledge of the names and qualities of the beings in nature was not only the basis of the American’s control over his environment but might also be, in some sense, the foundation of the collective life of the new nation of which he was a member" (Looby 252).

8Selon moi, William Bartram, pourtant généralement qualifié d’auteur "apolitique" (Silver 597), se trouve effectivement engagé dans une telle démarche dans certains passages de Travels (1791). Quant à Alexander Wilson, il systématise l’utilisation du non-humain comme métaphore politique dans les neuf volumes de son ornithologie publiés entre 1808 et 1814, à un moment où les jeunes Etats-Unis tentent de consolider leur existence.

L’opposition à l’Europe

  • 8 Il a par exemple accompagné son père lors d’un premier voyage d’exploration en Floride en 1765-66 e (...)
  • 9 Correspondance avec Peter Collinson ou journal de bord lors de son voyage en Floride.
  • 10 Des témoignages attestent l’existence du récit dès 1783.

9William Bartram (1739-1823) est le fils du premier botaniste américain John Bartram nommé Botaniste du Roi George III en 1765. Si William s’inscrit dans une tradition familiale, bénéficiant des liens forgés par son père de part et d’autre de l’Atlantique ainsi que de son expérience,8 il a toutefois adopté, lors de son exploration du sud-est américain ainsi que dans le récit qu’il en a livré des années plus tard, une démarche qui lui était toute personnelle. Là où le père se contentait de tenir un journal de bord des espèces rencontrées et collectées,9 le fils nous livre en effet un véritable récit du périple qu’il entreprit seul entre mars 1773 et janvier 1777 afin d’explorer les Carolines, la Géorgie et la Floride. Remanié pendant des années,10 l’unique ouvrage de William Bartram publié près de 15 ans après son retour au domicile familial de Kingsessing propose une vision originale de la nature, à travers un double prisme : l’expérience personnelle et sensorielle de son auteur mais également l’observation scientifique.

  • 11 Il devient citoyen américain en juin 1804.
  • 12 Mark Catesby (1683-1749) et George Edwards (1694-1773) sont respectivement les auteurs de Natural H (...)
  • 13 John James Audubon (1785-1851) est l’auteur de The Birds of America, publié entre 1827 et 1839.

10Alexander Wilson est quant à lui né à Paisley, en Ecosse, en 1766, a émigré aux Etats-Unis et s’est établi dans la région de Philadelphie en 1794. C’est là qu’il rencontre William Bartram, qui encourage son intérêt pour le dessin et l’ornithologie. Animé par ce qu’il nomme "the most ardent love of my adopted country" (Hunter 225), et par l’idée que sa citoyenneté toute nouvelle11 lui donne une légitimité que n’avaient pas les Européens Mark Catesby ou George Edwards12 avant lui, Wilson se lance donc dans une étude des oiseaux qui le conduit, juste après Lewis et Clarke, à sillonner le pays à la recherche de spécimens et de souscripteurs pour son American Ornithology. Au moment de sa mort en 1813, il avait pratiquement achevé les neuf volumes de l’ouvrage et était devenu l’autorité de référence sur les oiseaux américains, avant que John James Audubon13 ne lui ravisse ce titre quelques années plus tard.

11Ces deux auteurs écrivent une fois l’indépendance américaine acquise. Mais si, comme l’affirme Russel Blayne Nye, "independence meant more than political sovereignty. It meant a severance of ties with Europe and its conservative influences, as well as conversion from a colonial to a national psychology" (Nye 3), leurs ouvrages sont l’expression de cette mutation.

12Bartram rédige Travels en pleine polémique autour de l’infériorité supposée des espèces animales et végétales du Nouveau Continent. Le naturaliste français George Louis Leclerc, Comte de Buffon (1707-1788) avait en effet formulé dans son Histoire Naturelle Générale et Particulière en 36 volumes parue entre 1749 et 1788 la théorie d’une dégénérescence physique des différentes formes de vie en Amérique, c’est-à-dire une déviation des caractéristiques propres à chaque espèce. Selon lui, cette dégénérescence s’expliquait par l’influence du climat du continent nord-américain, plus extrême que le climat européen. Dans le volume V, paru en 1766, il arguait notamment que, en Amérique :

La Nature vivante [y] est donc beaucoup moins agissante, beaucoup moins variée, et nous pouvons même dire beaucoup moins forte ; car nous verrons, par l’énumération des animaux de l’Amérique, que non seulement les espèces en sont en petit nombre, mais qu’en général tous les animaux y sont incomparablement plus petits que ceux de l’ancien continent […]. (Buffon tome 9, 86-87)

13L’œuvre monumentale de Buffon connut un succès majeur en Europe et au-delà. Thomas Jefferson, ambassadeur à Paris entre 1784 et 1789 et passionné d’histoire naturelle, contribua à la faire connaître aux Etats-Unis. Dans son unique ouvrage, Notes on the State of Virginia (1785), il résume lui-même ainsi la polémique :

The opinion advanced by the Count of Buffon is 1. That the animals common both to the old and new world, are smaller in the latter. 2. That those peculiar to the new, are on a smaller scale. 3. That those which have been domesticated in both, have degenerated in America: and 4. That on the whole it exhibits fewer species. (Jefferson 169)

14La reprise quelque peu outrancière de cette théorie et son application systématique à l’homme par le Hollandais Cornelius de Pauw dans Recherches Philosophiques sur les Américains (1768-69) finit d’établir sa renommée. De Pauw décrit ainsi cette terre "frappée de putréfaction"(De Pauw 7) : "Le climat de l’Amérique était au moment de la découverte, très contraire à la plupart des animaux quadrupèdes, qui s’y sont trouvés plus petits d’un sixième que leurs analogues de l’ancien continent. Ce climat était surtout pernicieux aux hommes abrutis, énervés et viciés dans toutes les parties de leur organisme d’une façon étonnante"(De Pauw 4) (c’est moi qui souligne).

15Une attaque si systématique contre la nature et l’homme américains ne pouvait être dépourvue d’arrière-pensées politiques, tout particulièrement après la révolution américaine : "Historians of the debate over North American physical nature have usually emphasized the changing terms of the debate, after American Independence, as the politics and egalitarian societal structure of the United States became a threat to European elites" (Eaton 175). Comme le soutient Lee Alan Dugatkin: "While financial opportunities in this New World certainly awaited risk takers, the idea that Europeans could now emigrate and obtain vast tracts of land on the other side of the globe was not necessarily appealing to Old World monarchs" (Dugatkin 36).

  • 14 L’ouvrage faisait partie de sa bibliothèque.

16Jefferson, à la fois naturaliste et homme d’état, ne s’y trompa pas et entreprit de réfuter directement la théorie de Buffon et, partant, de défendre les Etats-Unis contre les attaques européennes, consacrant à la question le plus long chapitre de Notes on the State of Virginia. William Bartram, quant à lui, s’attaqua à la question de manière plus oblique, sans y faire aucune référence explicite même s’il a été établi qu’il avait lu Buffon.14 Le récit qu’il fait de sa rencontre avec des alligators (Travels 113-118) prend ainsi un relief particulier. Alors qu’il vient d’établir son camp sur les berges du fleuve St John, en Floride, William Bartram est le témoin du combat titanesque entre deux rivaux :

Behold him rushing forth from the flags and reeds. His enormous body swells. His plaited tail brandished high, floats upon the lake. The waters like a cataract descend from his opening jaws. Clouds of smoke issue from his dilated nostrils. The earth trembles with his thunder. When immediately from the opposite coast of the lagoon, emerges from the deep his rival champion. They suddenly dart upon each other. (Bartram 114)

17La narration de cet épisode permet dans un premier temps à Bartram de capter l’intérêt du lecteur, qu’il apostrophe directement via l’impératif. Il offre un récit vivant, davantage évocateur d’une bataille épique entre monstres mythologiques que des observations minutieuses d’un naturaliste. Si l’on compare le récit de William Bartram avec la manière dont son père John raconte sa rencontre au même endroit avec les mêmes animaux des années auparavant, on est frappé par l’aspect très euphémique et probablement plus réaliste de ce qu’il a à en dire : "saw four or five alligators which soon dived into the river before we came near them" (John Bartram, 23). Les alligators de William Bartram sont en revanche bien éloignés des spécimens dégénérés qu’évoque de Pauw : "Il paraît même, selon les observations de Mr. du Pratz & et de quelques autres, que les Caïmans & les Crocodiles Américains n’ont ni l’impétuosité, ni la fureur de ceux de l’Afrique"(De Pauw 9).

18Ayant établi par la description de ce combat la puissance des alligators, qui acquièrent ici valeur d’allégorie de toute la faune américaine, Bartram se met en scène en train de combattre ces mêmes alligators qui l’attaquent alors qu’il se prépare à aller pêcher sur son canoë :

I was attacked on all sides, several endeavouring to overset the canoe. My situation now became precarious to the last degree: two very large ones attacked me closely, at the same instant, rushing up with their heads and part of their bodies above the water, roaring terribly and belching floods of water over me. They struck their jaws together so close to my ears, as almost to stun me, and I expected every moment to be dragged out of the boat and instantly devoured, but I applied my weapons so effectually about me, though at random, that I was so successful as to beat them off a little; (Bartram 115) (c’est moi qui souligne).

19Pour relater sa propre rencontre, il utilise des phrases plus longues et plus complexes, riches en adverbes et en conjonctions. Cette complexité accrue est censée rendre la difficulté et le danger de la situation de l’explorateur-narrateur américain aux prises avec la nature sauvage américaine. Bartram prend donc à mon sens position de manière implicite par rapport aux idées avancées par les naturalistes européens et affirme ainsi métaphoriquement la force et la vigueur de la jeune république représentée par sa faune mais aussi par lui-même, le courageux explorateur qui n’hésite pas à s’y mesurer. En effet, si le voyage de Bartram a essentiellement lieu dans l’Amérique coloniale, ce dernier le retravaille sans cesse pendant les dix ans qui suivent son retour et il n’est publié qu’en 1791, alors que le pays a déclaré son indépendance quinze ans auparavant et cherche à s’affirmer sur la scène internationale.

20Dans American Ornithology, Wilson insiste quant à lui de manière répétée sur la spécificité des oiseaux du continent américain. À ceux qui soutiennent que les espèces américaines ne sont qu’une branche des espèces européennes, il répond : "It has been frequently said, that numbers of birds are common to the United States and Europe ; at present, however, I am not aware of many" (Wilson vol. 1, 139). Pour chaque espèce, de fait, Wilson entreprend de corriger les erreurs et mythes propagés par les naturalistes étrangers. Il revient lui aussi sur la controverse initiée par Buffon. Si Bartram restait dans la métaphore implicite, Wilson, qui écrit avec quarante ans de recul, s’y réfère explicitement très fréquemment, souvent de manière ironique, afin de montrer à quel point les assertions de Buffon sont ridicules. Par exemple, dans sa description du geai du Canada, il feint d’adhérer à la théorie de Buffon pour mieux la tourner en dérision :

Were I to adopt the theoretical reasoning of a celebrated French naturalist, I might pronounce this bird to be a debased descendant from the common Blue Jay of the United States, degenerated by the influence of the bleak and chilling regions of Canada; or perhaps a spurious production, between the Blue Jay and the Cat-bird; or what would be more congenial to the Count’s ideas, trace its degradation to the circumstance of migrating, some thousand years ago, from the genial shores of Europe, where nothing like degeneracy or degradation ever takes place among any of God’s creatures. (Wilson vol. 1, 140)

21Au début du XIXème siècle, la controverse n’est donc pas morte. Elle s’est graduellement déplacée du terrain de l’histoire naturelle à celui de la politique (Eaton 175) et sert d’arrière-plan à une utilisation métaphorique du non-humain. Wilson réactive même cette controverse de manière systématique. Dans son article sur le pic aux ailes dorées, il reprend ainsi point par point les éléments de la description de Buffon et les réfute, alors même que dans ce cas Buffon ne s’attaquait pas spécifiquement à la faune américaine :

  • 15 Wilson se réfère à la description suivante : "Et de tous les oiseaux que la Nature force à vivre de (...)

The abject and degraded character which the Count de Buffon, with equal eloquence and absurdity, has drawn of the whole tribe of Woodpeckers, belongs not to the elegant and sprightly bird now before us. […] He is not "constrained to drag out an insipid existence in boring the bark and hard fibres of trees to extract his prey", for he frequently finds in the loose mouldering ruins of an old stump (the capital of a nation of pismires), more than is sufficient for the wants of a whole week. He cannot be said to "lead a mean and gloomy life, without an intermission of labor", who usually feasts by the first peep of dawn, and spends the early, and sweetest hours of morning, on the highest peaks of the tallest trees, calling on his mate or companions; […] Can it be said that "necessity never grants an interval of sound repose" to that bird, who, while other tribes are exposed to all the peltings of the midnight storm, lodges dry and secure in a snug chamber of his own constructing? (Wilson vol. 1, 173)15

  • 16 A mettre en parallèle avec ce que dit Crèvecoeur de la vie des Américains : "The meanest of our log (...)

22La riposte de Wilson peut paraître de prime abord quelque peu exagérée, les pics étant aussi présents en Europe. Cependant, parce que Buffon insiste sur leur présence bien plus nombreuse en Amérique et en Afrique, au point que les espèces européennes "sont presque isolées et sans variétés dans nos climats, semblent s’être échappées chacune de leur famille dont les espèces sont nombreuses dans les climats chauds des deux continents », le lecteur peut comprendre ce que dit Buffon de la vie "triste et chétive"du pic comme une allégorie de la vie de labeur de l’immigrant en Amérique, "occupé sans relâche à ce travail de nécessité"(Buffon, tome 22, 2-3). L’attrait que la jeune république américaine pouvait exercer sur des Européens devant faire face à la pauvreté et aux inégalités était sans nul doute perçu comme suffisamment dangereux pour y riposter en dressant un portrait peu flatteur de la vie laborieuse qui attendaient les candidats à l’émigration16 : "charges of degeneracy went even further, threatening the existence of a society of farms and log cabins" (Eaton 187). Par le biais de l’industrie du pic, c’est le mode de vie américain lui-même, l’idée que par le travail on peut atteindre la subsistance et un niveau de confort supérieur à ce dont on peut rêver en Europe, qui est défendu ici par Wilson.

23Mais chez ce dernier ainsi que chez Bartram, l’utilisation métaphorique du non-humain sert également de fondement à la construction d’une identité nationale bien distincte.

L’affirmation d’une identité nationale

  • 17 John Josselyn, par exemple, dans New England’s Rarities (1672), se fait l’écho des superstitions en (...)
  • 18 "Col. Gadsden presented to the Congress an elegant standard, such as is to be used by the commander (...)

24Tout au long de leurs ouvrages, Bartram et Wilson affirment en effet l’existence d’une identité naturelle spécifiquement américaine, différente et indépendante de la nature européenne. Dans Travels, les mentions répétées du serpent à sonnette, indigène au continent américain, que Bartram qualifie à plusieurs reprises et assez étonnamment de "wonderful", "generous" et "magnanimous creature" (Bartram 223) participe de cette construction identitaire, le serpent servant de vecteurs aux qualités américaines. Cette représentation positive va à l’encontre des descriptions qu’en font, au XVIIème et XVIIIème siècles, des naturalistes britanniques horrifiés par la taille du serpent et le danger qu’il représente.17 On est bien loin de ces images chez William Bartram : son serpent à sonnette se rapproche bien plus du reptile courageusement dressé sur le drapeau des Patriotes souhaitant se défaire du joug britannique.18 Le serpent y est représenté debout sur ses anneaux, prévenant l’ennemi qu’en cas d’attaque, il ripostera. Ce même serpent est aussi utilisé par Benjamin Franklin à la veille de la déclaration d’indépendance pour symboliser l’esprit américain dans un essai adressé au Pennsylvania Journal à la fin de 1775 :

She never begins an attack, nor, when once engaged, ever surrenders: She is therefore an emblem of magnanimity and true courage. […] she never wounds till she has generously given notice, even to her enemy, and cautioned him against the danger of stepping on her.—Was I wrong, Sir, in thinking this a strong picture of the temper and conduct of America? (Pennsylvania Journal n° 1725)

25Bartram reprend donc à son compte la métaphore et les adjectifs de Franklin, qui avait déjà utilisé à des fins politiques l’image du reptile dans son dessin Join or Die en 1754.

26À la suite de son ami et mentor, Wilson systématise l’utilisation des animaux, les oiseaux dans son cas, pour affirmer la particularité américaine. Sa description du tyrant flycatcher ou kingbird (moucherolle en français) est de ce point de vue particulièrement révélatrice. Wilson le décrit comme un oiseau extrêmement agressif pendant la période de reproduction: "At that season his extreme affection for his mate, and for his nest and young, makes him suspicious of every bird that happens to pass near his residence, so that he attacks without discrimination, every intruder" (Wilson vol. 2, 128). Wilson insiste sur le fait que, malgré sa petite taille, cet oiseau parvient à chasser des oiseaux plus gros et plus puissants. En ce sens, il représente parfaitement l’esprit combattif de l’Amérique révolutionnaire, moins armée pour combattre que ne l’était la Grande-Bretagne et pourtant victorieuse. Mais une fois la menace passée, ou la saison de la reproduction terminée, le tyrant flycatcher redevient pacifique. En d’autres termes, il n’attaque, tout comme les Etats-Unis, que si on l’y pousse, afin de se défendre ou de défendre les siens, une image qui fait écho au serpent à sonnette de Bartram. L’un de oiseaux chassés par le moucherolle, c’est l’aigle à tête blanche, choisi comme emblème de la république. Franklin était opposé à ce choix car l’aigle était selon lui non seulement un voleur mais aussi un lâche et faisait précisément partie des oiseaux que pouvait mettre en fuite le moucherolle : "He is […] by no means a proper emblem for the brave and honest Cincinnati ;" (B. Franklin, Lettre à Sarah Bache, 26 janvier 1784). Wilson, quant à lui, choisit de se concentrer plutôt sur les qualités de l’aigle à tête blanche qui nourrit abondamment ses petits ("No bird provides more abundantly for its young than the Bald Eagle") (Wilson vol. 1, 34), tout comme le pays le fait pour ses citoyens, y compris lorsqu’ils sont nouvellement arrivés comme Wilson lui-même.

27Ce qui rend l’œuvre de Wilson vraiment particulière, cependant, c’est que la métaphore politique n’est pas toujours utilisée pour chanter les louanges de son pays d’adoption, mais également pour en dénoncer les possibles défauts. On peut supposer que c’est ce qu’il fait lorsqu’il décrit le geai bleu. Après avoir précisé que cet oiseau est typiquement un oiseau américain ("This elegant bird is… peculiar to North America", vol. 1, 134), et donc avoir conduit son lecteur à établir une adéquation entre l’oiseau et son territoire, il explique qu’il est l’ennemi impitoyable de la chouette :

No sooner has he discovered the retreat of one of these, than he summons the whole feathered fraternity to his assistance, who surround the glimmering solitaire, and attack him from all sides, raising such a shout, as may be heard, in a still day, more than half a mile off. The war becomes louder and louder, and the Owl, at length forced to betake himself to flight, is followed by the whole train of his persecutors, until driven beyond the boundaries of their jurisdiction. (Wilson, vol. 1, 135)

28Si la description est fidèle à ce qui effectivement se produit lorsqu’un geai bleu découvre une chouette sur son territoire, les mots que choisit Wilson ("guerre"/ "persécuteurs"/"frontières"/ "juridiction") évoquent de nouveau l’idée de la jeune république boutant la Grande-Bretagne impérialiste hors de ses frontières. Mais ce qui est particulièrement intéressant dans cet exemple, c’est que Wilson ne s’en tient pas là. Quelques lignes plus loin, il s’attaque au geai qui n’est finalement guère plus recommandable que la chouette car il devient "in his turn, the very tyrant he detested […] plundering every nest he can find of its eggs, tearing up the callow young by piecemeal, and spreading alarm and sorrow around him." (Wilson vol. 1, 135-136) (c’est moi qui souligne).

29On peut supposer qu’ici, le geai bleu représente les précoces visées expansionnistes des jeunes Etats-Unis. Wilson, dans sa correspondance, déplore en effet souvent l’intérêt trop important de ses compatriotes pour l’argent, la spéculation sur les terres, le développement et l’expansion incessante vers l’ouest :

Wherever you go you hear people talking of buying and selling land; no readers, all traders. The Yankees, wherever you find them, are all traders. […] Every man you meet with has either some land to buy or sell, some lawsuit, some coarse hemp or corn to dispose of; and if the conversation does not lead to any of these he will force it. (Ord, cxlvii)

30L’utilisation du non-humain afin de véhiculer un message politique plus ou moins caché n’était bien sûr pas une nouveauté lorsque Bartram et Wilson ont rédigé leurs ouvrages. Les animaux ont souvent été utilisés comme vecteurs d’une critique sociale ou politique, notamment dans des fables satiriques. Mais ces animaux-là avaient valeur de stéréotypes, contrairement aux spécimens réellement observés par Bartram et Wilson. La teneur politique des récits d’histoire naturelle semble par conséquent moins évidente à repérer dans la mesure où ces ouvrages se présentent avant tout comme des traités scientifiques. Néanmoins, parce qu’ils mettent en scène les relations des Européens avec les populations indigènes et inventorient les ressources disponibles pour la colonisation ou l’expansion, ils dépassent le simple rapport factuel et sont chargés des préjugés et attentes de leurs auteurs.

31Cette "coloration" politique se double, chez William Bartram et Alexandre Wilson, d’une véritable prise de position qui me semble signaler un changement de rôle du voyageur-explorateur et une nouvelle fonction, en prise plus directe avec les enjeux de l’époque, de ce type de récit. En ce sens, leurs écrits jettent les bases de ce que nous connaissons sous le nom de nature writing.

Top of page

Bibliography

BARTRAM, John, "Diary of a Journey through the Carolinas, Georgia, and Florida, from July 1st, 1765, to April, 10, 1766", Harper Francis ed., Transactions of the American Philosophical Society, New Series, vol. 33, n° 1, (Dec. 1942), 1-120.

BARTRAM, William, Travels through North and South Carolina, Georgia, East and West Florida, the Cherokee Country, the Extensive Territories of the Muscogulges or Creek Confederacy, and the Country of the Chactaws. Containing an Account of the Soil and Natural Productions of Those Regions; Together with Observations on the Manners of the Indians (1791), Slaughter Thomas ed., New York: The Library of America, 1996.

BORM, Ian, "Defining Travel: On the Travel Book, Travel Writing and Terminology", Perspectives in Travel Writing, Hooper Glenn and Tim Youngs eds., Aldershots: Ashgate, 2004, 13-26.

BUFFON, George Louis Leclerc Comte de, Œuvres Complètes, http://www.buffon.cnrs.fr/ consulté le 30 juin 2017.

CLUCAS, Stephen, "Thomas Harriot’s A briefe and true report: Knowledge-making and the Roanoke Voyage", European Visions: American Voices, Sloan Kim ed., London: British Museum Research Publication, 2009, 17-23.

CREVECOEUR, Hector St John de, Letters from an American Farmer (1782), London: Everyman’s Library, 1971.

DE PAUW, Cornelius, Recherches philosophiques sur les Américains, ou, Mémoires intéressants pour servir à l’histoire de l’espèce humaine, Berlin : Jacques Decker, 1768.

DE VOS, Paula, "Pursuit of Empire in Eighteenth Century Spain", Eighteenth Century Studies, vol. 40, n° 2 (Winter 2007), 209-239.

DUGATKIN, Lee Alan, Mr. Jefferson and the Giant MooseNatural History in Early America, Chicago and London: The University of Chicago Press, 2009.

EATON, Joseph, "Enlightenment Theories of Nature’s Degeneracy and the Origins of Anti-Americanism", Tamkang Journal of International Affairs, vol. 10, n° 4, (April 2007), 175-193.

FARBER, Paul Lawrence, Finding Order in Naturethe Naturalist Tradition from Linnaeus to E.O. Wilson, Baltimore: John Hopkins UP, 2000.

FRANKLIN, Benjamin, Papers, http://franklinpapers.org/franklin//framedVolumes.jsp consulté le 29 juin 2017.

FRANKLIN, Wayne, Discoverers, Explorers, Settlers: The Diligent Writers of Early America, Chicago: University of Chicago Press, 1979.

HAMILTON, Alexander, James MADISON & John JAY, The Federalist Papers, Genovese Michael ed., New York: Palgrave MacMillan, 2009.

HOOPER Glenn & Tim YOUNGS eds., Perspectives in Travel Writing, Aldershots: Ashgate, 2004.

HUNTER, Clark ed., The Life and Letters of Alexander Wilson, Philadelphia: American Philosophical Society, 1983.

JEFFERSON, Thomas, Notes on the State of Virginia (1785), San Bernardino: Readaclassic, 2010.

JOSSELYN, John, New England’s Rarities Discovered (1672), Boston: William Veazie, 1865.

LOOBY, Christopher, "The Constitution of Nature: Taxonomy as Politics in Jefferson, Peale and Bartram", Early American Literature 22.3 (1987), 252-73.

NYE, Russel Blayne, The Cultural Life of the New Nation, 1776-1830, New York: Harper and Row, 1960.

ORD, George. Sketch of the Life of Alexander Wilson: Author of the American Ornithology, Philadelphia: Harrison Hall, 1828.

PRATT, Mary Louise, Imperial Eyes: Travel Writing and Transculturation, New York: Routledge, 1992.

SILVER, Bruce, "William Bartram’s and Other Eighteenth-Century Accounts of Nature", Journal of the History of Ideas, vol. 39, No. 4 (Oct. - Dec., 1978), 597-614.

SMITH, Pamela & Paula FINDLEN, Merchants and Marvels: Commerce, Science and Art in Early Modern Europe, New York: Routledge, 2002.

WILSON, Alexander, American Ornithology or the Natural History of the Birds of the United States (1808-1814).

Top of page

Notes

1 Dont l’appellation complète est Royal Society of London for the Improvement of Natural Knowledge.

2 https://royalsociety.org/~/media/Royal_Society_Content/about-us/history/Charter2_English.pdf?la=en-GB

3 Carl Linné, Systema Naturae, sive, Regna tria naturae systematice proposita per classes, ordines, genera, & species, Leiden, Apud Theodorum Haak, Ex Typographia Joannis Wilhelmi de Groot, 1735.

4 Au XVIIIème siècle, l’utilisation métaphorique des termes d’histoire naturelle est d’ailleurs fréquente, comme en témoigne cet extrait du Federalist n°37, dans lequel James Madison explique la difficulté à séparer les prérogatives de l’État fédéral de celles des états. "The boundaries between the great kingdom of nature, and, still more, between the various provinces, and lesser portions, into which they are subdivided, afford another illustration of the same important truth. The most sagacious and laborious naturalists have never yet succeeded in tracing with certainty the line which separates the district of vegetable life from the neighboring region of unorganized matter, or which marks the termination of the former and the commencement of the animal empire. A still greater obscurity lies in the distinctive characters by which the objects in each of these great departments of nature have been arranged and assorted" (The Federalist Papers 76).

5 Introduit en 1866 par Haeckel.

6 https://www.merriam-webster.com consulté le 06/02/2018.

7 Mary Louise Pratt définit ainsi le concept: "the strategies of representation whereby European bourgeois subjects seek to secure their innocence in the same moment as they assert European hegemony" (Pratt 7).

8 Il a par exemple accompagné son père lors d’un premier voyage d’exploration en Floride en 1765-66 entrepris à la suite de la nomination de ce dernier comme Botaniste du Roi.

9 Correspondance avec Peter Collinson ou journal de bord lors de son voyage en Floride.

10 Des témoignages attestent l’existence du récit dès 1783.

11 Il devient citoyen américain en juin 1804.

12 Mark Catesby (1683-1749) et George Edwards (1694-1773) sont respectivement les auteurs de Natural History of Carolina, Florida and the Bahama Islands (1729-1747) et A Natural History of Uncommon Birds (1743-1751).

13 John James Audubon (1785-1851) est l’auteur de The Birds of America, publié entre 1827 et 1839.

14 L’ouvrage faisait partie de sa bibliothèque.

15 Wilson se réfère à la description suivante : "Et de tous les oiseaux que la Nature force à vivre de la grande ou de la petite chasse, il n’en est aucun dont elle ait rendu la vie plus laborieuse, plus dure que celle du pic : elle l’a condamné au travail, et pour ainsi dire, à la galère perpétuelle ; tandis que les autres ont pour moyens la course, le vol, l’embuscade, l’attaque ; exercices libres où le courage et l’adresse prévalent ; le pic assujetti à une tache pénible, ne peut trouver sa nourriture qu’en perçant les écorces et la fibre dure des arbres qui la recèlent ; occupé sans relâche à ce travail de nécessité, il ne connaît ni délassement ni repos ; souvent même il dort et passe la nuit dans l’attitude contrainte de la besogne du jour ; il ne partage pas les doux ébats des autres habitants de l’air ; il n’entre point dans leurs concerts, et n’a que des cris sauvages, dont l’accent plaintif, en troublant le silence des bois, semble exprimer ses efforts et la peine : ses mouvements sont brusques ; il a l’air inquiet ; les traits et la physionomie rudes ; le naturel sauvage et farouche ; il fuit toute société, même celle de son semblable ; […] Tel est l’instinct étroit et grossier d’un oiseau borné à une vie triste et chétive" (Buffon, Histoire Naturelle, tome 22, 2-3).

16 A mettre en parallèle avec ce que dit Crèvecoeur de la vie des Américains : "The meanest of our log-houses is a dry and comfortable habitation" (Crèvecoeur 40).

17 John Josselyn, par exemple, dans New England’s Rarities (1672), se fait l’écho des superstitions entourant le serpent à sonnette qui empoisonne par son souffle : "The Rattle Snake (who) poysons (sic) with a Vapour that comes through two crooked Fangs in their Mouth" (Josselyn 77).

18 "Col. Gadsden presented to the Congress an elegant standard, such as is to be used by the commander in chief of the American navy; being a yellow field, with a lively representation of a rattle-snake in the middle, in the attitude of going to strike, and these words underneath, "DON’T TREAD ON ME!" (Journal of the South Carolina Provincial Congress, 9 February 1776).

Top of page

References

Bibliographical reference

Laurence Machet, « "Looking through nature to significance" : Le non-humain comme métaphore politique dans quelques récits d’histoire naturelle américains des XVIIIème et XIXème siècles », Caliban, 59 | 2018, 57-72.

Electronic reference

Laurence Machet, « "Looking through nature to significance" : Le non-humain comme métaphore politique dans quelques récits d’histoire naturelle américains des XVIIIème et XIXème siècles », Caliban [Online], 59 | 2018, Online since 01 June 2018, connection on 27 February 2021. URL : http://journals.openedition.org/caliban/3717 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.3717

Top of page

About the author

Laurence Machet

Université de Bordeaux Montaigne.
Laurence MACHET est agrégée d’anglais et maître de conférences à l’Université Bordeaux-Montaigne. Après une thèse, un ouvrage et des articles consacrés à Josiah Wedgwood et, plus largement, à l’histoire industrielle britannique des XVIIIème et XIXème siècles, elle travaille depuis 2011 sur la thématique "Peuples Indigènes et Environnement" et coédite la revue Elohi. Elle s’intéresse en ce moment plus particulièrement aux récits de voyage des premiers écologues américains.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search