Skip to navigation – Site map

HomeNuméros592 - L’esthétique de littérature d...L’environnement comme objet de mé...

2 - L’esthétique de littérature de voyage et d’exploration / Exploration and the Aesthetics of Travel

L’environnement comme objet de médiation littéraire dans les récits d’exploration de Zebulon Pike et Zadok Cramer dans la vallée du Mississippi

Gaëlle Lafarge
p. 73-87

Abstract

Questioning the inclusion of exploration writings in the field of travel literature leads to examine the definition of this type of text. The genre’s complexity requires to think travel narratives in terms of continuity rather than in terms of categories based on scientific and literary features. However, understanding exploration writings as a branch of literary travel narratives seems to depend on the reconsideration of their scientific value and objectivity.
In the early 19th century, Zebulon Pike and Zadok Cramer’s writings offer a verbal depiction of the abundance of the Mississippi Valley, among which landscape descriptions. The explorers’ points of views propel the reader not in a geographical space but in a literary one.
Nathalie Blanc, Thomas Pughe and Denis Chartier question "the link between environmental awareness and literary esthetics" (
Blanc, Chartier, Pughe 2008, 36). Studying the link between nonhuman encounter and the literarity of these narratives also questions the link between environment and imagination, as well as the link between what is described by the traveller and what is received by the reader.
We will examine the environmental knowledge which appears in Cramer’s
Navigator (Cramer 1811) as well as in Pike’s Exploratory Travels (Pike 1810) connected to their literary scope. We will determine why and how some elements from the Mississippian naturein particular the beauty of the river and the abundance provided by its surroundingsraise in the explorer and the reader an awareness of what is around, if not a feeling of wonder at the sight of nature which becomes an object of literary mediation.

Top of page

Full text

1Parce qu’ils répertorient l’espace, la nature, les récits de Zebulon Pike et de Zadok Cramer s’inscrivent a priori dans la tradition des récits de voyage scientifiques qui se sont multipliés pendant le siècle des Lumières. En ce sens, Raynaud se réfère au récit de voyage en signalant son "aspect documentaire" voire "extra-littéraire" (Raynaud 1995, 25). Pere Gifra-Adroher (Gifra-Adroher 2000, 74) note lui aussi un "conflit" entre récits de voyages littéraires et récits de voyages scientifiques. Au contraire, pour Philippe Antoine, en tant qu’objet littéraire, le voyage oblige à repenser ces catégories. En ce sens, Edwin Fussel (Fussell 1965, 12) met en évidence le lien entre récits d’exploration et construction de la littérature alors que François Brunet (Brunet 2005, 437) souligne le lien entre récit d’exploration et éveil de l’imagination. Si les Expéditions et le Navigateur se prétendent fondés sur des données scientifiques, leur intention de convaincre le lecteur de l’abondance des ressources de la vallée du Mississippi fait osciller le texte du côté de la fiction, c’est-à-dire du côté de la "littérature et de ses mensonges" (Le Huenen 1987, 45).

2Comment les descriptions de la nature mississippienne créent-elles alors un lien entre les récits d’exploration étudiés dans ce travail et la littérature ? Il s’agit donc d’analyser les éléments du discours, conscients ou non, qui en décrivant la nature mississippienne contribue à l’atténuation des limites entre fiction et non-fiction. Nous nous intéresserons particulièrement au récit du voyage comme expérience sensitive pour le lecteur. Qu’il s’agisse du guide de navigation ou du rapport militaire, le lecteur participe au voyage et est intégré à l’environnement mississippien. Cette recherche s’appuie donc sur les théories de la réception du lecteur pour aborder la perception de cet environnement mais aussi sur les théories concernant la phénoménologie pour appréhender le caractère sensoriel de cette perception.

Le Navigateur et les Expéditions : la rencontre avec le Mississippi comme argument géopolitique

3En 1803, les États-Unis doublent la superficie de leur territoire en achetant la Louisiane à la France de Napoléon sous la présidence de Thomas Jefferson. S’il faut cartographier et recenser le territoire, il faut également construire l’identité nationale encore fragile. La guerre d’indépendance a libéré les treize colonies de la domination britannique mais elle a créé des tensions entre les fondateurs et entre les états eux-mêmes. À la fin du XVIIIème siècle, le paysage politique se scinde entre républicains et fédéralistes. Avec l’achat de la Louisiane quelques années plus tard, c’est le paysage américain qui se divise entre l’est décrit comme civilisé, et l’ouest décrit comme sauvage. Par ailleurs, en raison de la colonisation par les grandes nations européennes, la population américaine est mixte dès l’origine. Christopher C. Apap souligne l’instabilité géographique du territoire qui a découlé de l’achat de la Louisiane. "New states and territories were added regularly, and the very shape of the nation itself changed almost annually" (Apap 2008, 4). Au lieu d’être envisagée comme une acquisition économiquement favorable, la Louisiane devient un sujet de conflit.

Federalist critics howled that the Constitution nowhere permitted the federal government to purchase new land. Jefferson was troubled by the inconsistency, but in the end decided that the Constitution’s treaty-making provisions allowed him room to act.
(U.S. History,
http://www.ushistory.org/​us/​20c.asp)

4Les fédéralistes imaginent qu’une nouvelle révolution pourrait aboutir à la sécession entre les états fondateurs et les nouveaux territoires qui ont par ailleurs déjà fait l’objet de multiples expéditions et de récits d’exploration sur la vallée du Mississippi. Ainsi, en 1680, le prêtre et missionnaire Louis Hennepin a déjà parcouru le Grand Fleuve qu’il appelle alors le fleuve Colbert (Hennepin 1880, 196). Son récit de la rencontre avec le non-humain porte la trace des intérêts géopolitiques des grandes nations européennes dont fait alors partie la France. En 1775, William Bartram entreprend un voyage vers le Mississippi alors qu’il traverse la Floride et rencontre la nation Cherokee. Son voyage s’effectue alors pour le compte du gouvernement britannique. Ainsi, aucun récit décrivant le Mississippi au tout début du XIXème siècle, n’appuie les intérêts géopolitiques de la nouvelle nation américaine.

5En 1802, avant même que le président Jefferson n’entreprenne l’achat de la Louisiane, Zadok Cramer, un des plus importants éditeurs de Pittsburgh, publie le Navigateur. Comme le rappelle Charles Dahlinger1, Cramer sait que le développement de l’Ouest dépend de la maîtrise et de la connaissance du territoire qui deviennent une priorité à partir de 1803 : "He had been in Pittsburgh but a short time when he realized the necessity for a publication giving detailed information for navigating the Western rivers." Son guide de navigation, mis à jour et publié régulièrement jusqu’en 1821, détaille la descente du fleuve de Saint Louis à la Nouvelle Orléans. Il donne les directions à suivre, il situe les obstacles de manière précise et il recense les espèces végétales et animales. Dans l’édition de 1802, il n’effectue pas lui-même la rencontre avec le Mississippi. Il évoque des "gentlemen of observations" mais aussi "plusieurs personnes qui ont navigué sur ces rivières pendant quinze ans" (Cramer 1802, 1). Les conditions de recueil des données scientifiques et topographiques concernant le fleuve restent incertaines et questionnent dès le départ la valeur scientifique du guide. Les dates et les moyens techniques mis à disposition pour mesurer et recenser le territoire ne sont effectivement pas ou peu mentionnés. Cramer utilise des adjectifs subjectifs forts pour compenser le manque de scientificité de ses propos :

To speak of the beauty of this river, and the many advantages which it has over other rivers, does not come altogether within the limits of this book; suffice it to say, that few, and perhaps no river in the known world surpasses it in either. (Cramer 1802, 11)

6Ainsi, la beauté du Mississippi excuse l’absence d’argument scientifique, ou du moins doit la faire oublier. L’édition de 1802, alors qu’elle est une des premières du Navigateur, abonde d’affirmations de cette nature. En effet, ni la description textuelle en termes de données topographiques, ni les cartes ne sont encore présentes dans le guide. Le texte tend presque vers la prose:

No scene can be more pleasing to a philosophic mind than this, which presents to his view, a floating town as it were, on the face of a river whose gentle rapidity and flowered banks add sublimity to cheerfulness […]. (Cramer 1802, 11)

7Cramer ne s’adresse pas à un explorateur : le terme "sublimity" ne rappelle pas le vocabulaire pragmatique du pionnier. On peut s’interroger sur la véritable nature de ces tournures de phrase qui sont par ailleurs récurrentes. Si la valeur propagandiste de cet extrait, qui tente de maquiller un développement économique et urbain juste naissant, est évidente, la valeur littéraire que l’auteur veut donner à son texte ne peut toutefois pas être remise en cause. En réalité, le caractère littéraire de la description de cet affluent du Mississippi sert à embellir le territoire, à le rendre hospitalier. En effet, le guide de Cramer a pour objectif d’attirer de potentiels migrants. L’explorateur doit donc compenser la description de la rudesse de la vie dans la vallée du Mississippi, exprimée par les données purement scientifiques. Ainsi, l’utilisation de termes issus de la littérature est ici associée à une description positive et attractive du fleuve.

8Le manque d’informations mesurables sur la vallée du Mississippi se ressent lors des passages présentant des descriptions plus informelles des paysages mississippiens qui atténuent le caractère scientifique de l’ouvrage : "[t]he appearance of the country about the mouth of the Illinois is truely delightful, and some are of opinion that this is the spot called by some French writers the ’Terrestrial Paradise’" (Cramer 1802, 11). Ce commentaire n’a rien de scientifique et son manque d’objectivité l’éloigne de son intention initiale, et donc d’une catégorisation a fortiori inadéquate telle que celle proposée par Le Huenen. Par ailleurs, la comparaison du territoire illinois avec le "Paradis Terrestre" en évoquant des écrivains français, sans les citer n’est pas anodine. Cette comparaison n’est pas nouvelle et n’est pas non plus exclusive au Mississippi, mais elle a son importance dans la valorisation du territoire vis-à-vis des nations européennes. En 1680, Louis Hennepin vante l’abondance de la nature dans la vallée du Mississippi et permet à Louis XIV de revendiquer un territoire à son nom. À travers la rencontre avec le non-humain, on retrouve cet entrelacement des discours religieux, politique et scientifique. Aussi, on remarque que cette référence n’apparaît pas dans l’édition de 1802 du Navigateur lorsque la Louisiane appartient encore à la France. Paradoxalement, la référence biblique devient un outil scientifique de description, qui sert finalement le caractère littéraire du guide, bien qu’il ne soit ni revendiqué par l’auteur ni admis par les travaux sur le récit de voyage. En effet, cette rencontre entre le voyageur et la vallée du Mississippi, avec la description de l’abondance qui la décrit, reprend un symbole biblique entre mythe et réalité. Cramer amplifie l’idée de nature luxuriante : il faut montrer aux nations européennes le potentiel de ce nouvel espace. Le récit permet donc de confronter le vieux continent à l’abondance du nouveau monde :

It may be said with truth that, for fertility of soil, no part of the world exceeds the borders of the Mississippi; the land yields an abundance of all the necessaries of life, and almost spontaneously; very little labor being required in the cultivation of the earth. (Cramer 1806, 86)

9Parallèlement aux publications successives du Navigateur, plusieurs expéditions ont lieu dans les nouveaux territoires. À la demande du président Jefferson, Meriwether Lewis et William Clark partent vers l’Ouest en suivant le Missouri. Un an plus tard, le lieutenant Zebulon Pike part de Saint Louis à la recherche des sources du Père des Eaux, sous les ordres du général Wilkinson. Tout au long du voyage, il a également pour mission d’instaurer la paix entre les Sioux, les Sauteurs, les Fols Avoins et les Chipeways. Enfin, il doit obtenir la cession de certains territoires en négociant avec ces mêmes nations. James P. Ronda rappelle que la tâche attribuée à Pike dans ce voyage est particulièrement délicate : "Pike was a soldier of empire on a mission as complex as any of his age" (Ronda 1994, 7). Le lecteur s’attend alors à ce que chacune de ces missions, surtout lorsqu’elles sont accomplies, soit largement décrite et étayée par des données chiffrées. Or, il ne consacre pas un passage très détaillé à son arrivée aux sources du Mississippi le 1er février 1806. Malgré le caractère symbolique de la rencontre avec les sources du Grand Fleuve, Pike abrège la description du lac Sang Sue en expliquant que seule une branche du lac Winipie est navigable sur une distance de cinq lieues, au bout desquelles, selon lui, la navigation n’est plus possible : "The lake Winipie branch is navigable, from thence to Red Cedar Lake, for the distance of five leagues, which is the extremity of the navigation" (Pike 1810, 66). Son affirmation ne laisse aucune place à la discussion alors qu’aucune preuve scientifique ne vient la vérifier. En effet, le rapport du lieutenant légitime l’appropriation du territoire par les Américains, son statut militaire lui conférant sa valeur scientifique et politique. Visiblement, le lac Leech n’est pas un territoire inconnu puisque Pike sait qu’il veut s’y rendre et qu’il va y trouver les sources. Autrement dit, il a déterminé les sources du Mississippi avant même de découvrir le lac, ce qu’il aurait pu faire sans l’expédition. Ainsi, cette rencontre avec le non-humain est calculée. En effet, pour le gouvernement américain, ces récits de voyages servent à affirmer sa souveraineté et à confirmer les limites, et par là l’étendue, de son territoire. Sachant que l’intention de ces récits révèle d’autres objectifs que celui de recenser les ressources du territoire, la rhétorique utilisée dépasse nécessairement le registre scientifique, voire le détourne ou y recourt à mauvais escient.

Les cartes : une autre écriture de la rencontre ?

10Dans son édition de 1895 de Exploratory Travels, Elliott Coues rappelle que ce procédé est des plus courants à l’époque de Pike. "It is simple justice to Pike to state here that, in making this widely erroneous statement, he reflected common report of his day, and that he elsewhere himself qualifies the assertion" (Coues 1895, 152). Elliott Coues qualifie d’"erronée" l’affirmation de Pike puisque les sources officielles du Grand Fleuve, situées sur les bords du lac Itasca, ont été découvertes en 1832 par Henry Schoolcraft. Ainsi, on peut se demander si la volonté de Pike n’est pas d’écourter son expédition pour être sûr que les sources du fleuve se situent aux États-Unis et non pas au Canada. Au début du XIXème siècle, les frontières entre les différentes colonies et les différents états ne sont pas clairement définies et sont par ailleurs à l’origine de conflits. La cartographie est alors une arme géopolitique, et la publication de cartes dans les récits de voyages officiels permet de légitimer les frontières de la nation américaine, comme le rappelle JR Short :

Various expeditions were sent out to map this new land in the course of territorial appropriation that brought the land and its peoples under political control, scientific understanding and national recognition. (Short 2009, 82)

11S’il n’émane d’une demande officielle, le Navigateur de Cramer bénéficie, à partir de l’édition de 1808, d’une note du Congrès lui conférant une valeur scientifique :

In conformity to the act of the Congress of the United States, intituled, "An Act for the Encouragement of Learning, by securing the Copies of Maps, Charts, and Books, to the Authors and proprietors of such Copies during the times therein mentioned." And also to the Act, entitled "An Act supplementary to Act, entitled, "An Act for the Encouragement of Learning, by securing the Copies of Maps, Charts, and Books, to the Authors and Proprietors of such Copies during the times therein mentioned," and extending the Benefits thereof to the Arts of designing, engraving, and etching historical and other prints. (Cramer 1808, 1)

12En effet, le gouvernement a besoin de ces ouvrages qui attestent des limites et des ressources du territoire, notamment par les cartes. Plus qu’une image du territoire, ces représentations visuelles du Mississippi et de sa vallée révèlent les intentions de la rencontre. La carte de Pike ne montre pas seulement le parcours du fleuve et les campements amérindiens.

13Elle présente la soumission des peuples premiers par le dessin du pygargue à tête blanche tenant des flèches dans son bec. Cette représentation peut être comprise comme la rencontre de l’humain et du non-humain en ce sens que l’aigle, animal vivant, incarne la nation américaine, et que les flèches, objets inanimés, symbolisent les Amérindiens. En ce sens, Susan L. Roberson indique que les premiers voyageurs décrivaient déjà les Amérindiens comme des éléments du décor : "Early travel writers represented Native Americans as part of the landscape" (Roberson 2016, 357). Ces derniers sont portraits comme étant sous le contrôle de la nation américaine et deviennent alors des éléments du décor, déshumanisés. Pike réécrit cartographiquement la rencontre avec les nations amérindiennes, et satisfait alors un fantasme collectif : en réduisant leur présence sur la carte, il rassure le lecteur qui lui appréhende cette rencontre. Autrement dit, l’explorateur fictionnalise la réalité puisque la présence amérindienne le long du Mississippi, au début du XIXème, est encore marquée par un nombre important de tribus et d’individus.

14La rencontre avec le grand fleuve est donc aussi un voyage didactique pendant lequel le lecteur-citoyen doit prendre conscience de son appartenance aux États-Unis. En effet, la division du fleuve, segment par segment, aide à la compréhension du Mississippi dont le parcours est jugé périlleux dans les nombreux récits l’ayant décrit jusque-là. Les cartes, présentées par section, mentionnent a priori peu d’éléments : le numéro des cartes pour que le lecteur puisse se repérer, les villes importantes qui jalonnent le fleuve, la numérotation des bancs de sable. Par ailleurs, la multiplication des cartes doit également rendre compte de longueur du fleuve qui est le plus long d’Amérique du Nord. Ici, les cartes doivent faciliter la rencontre entre le lecteur et le fleuve, que cette rencontre reste textuelle ou se concrétise par le voyage.

15Parce que Cramer choisit d’intercaler les cartes avec le texte, à l’inverse de Pike qui n’en propose qu’une seule en début d’ouvrage, ces dernières permettent au lecteur d’avoir une vision globale du Mississippi. Ainsi le texte n’a pas seulement un caractère descriptif mais il prend aussi les attributs de la narration. En effet, l’association texte-image révèle une chaîne d’événements de nature topologique qui construit le voyage de Saint Louis à la Nouvelle Orléans :

Wolf island, N° 5, 4 24 This is a large island lying to the right, though when opposite its head, it seems to divide the current equally, the right hand pass turning oil suddenly to the right around the island. Wolf islands and bar begins at the head of the island, and spreads out so far as to occupy 3/4 of the breadth of the river, conning the channel to the left bank, where at its narrowest point it is not more than a quarter of a mile broad; the bar then declines towards the island, extending in length three miles, and about one mile at its broadest part, the river being a mile and a quarter wide opposite the settlement. And nearly two miles across at the head of the island. When this bar is covered there is no danger, it is observed by boatmen, from any of the bars lower down. There are several clusters of willows on this bar particularly near the island, where there appears to be a high water pass performing immediately under Mr. Hunter’s settlement. This island is six miles long on its left side, while the right is ten, and 5 miles broad, containing 15000 acres of the rst rate land, well timbered having near its middle is beautiful prairie, high and dry, producing the nest grass for cattle. Grapes grow on the island in great abundance. A Mr. James Hunter, the only man I ever knew who seemed to take a pride in letting it be known that he was a professed gambler, is the only occupant of Wolf Island at present. He says he has on it 1000 head of hogs, and a large stock of cattle, with whose beef and pork he supplies boats, barges, keels, etc passing up and down the river, together with butter, milk, etc. I saw at his house a pair of wild geese tamed, running with the common geese, without any wish to leave them; I observed, however, they always kept close together, and generally in the rear of the others; they were caught when goslins. This kind of wild and tame goose will not breed beyond the rst generation. (Cramer, 147, 148, 149)

16Ce sont les lectures conjointes de cet extrait avec la carte 1 qui permettent au lecteur de situer les différents éléments cités dans le texte et de les replacer sur la carte en faisant passer le récit du schéma de voyage au schéma narratif. Dans le passage cité, Cramer ponctue les informations topologiques d’éléments narratifs et descriptifs auxquels le schéma du Mississippi confère la continuité nécessaire pour qu’elles soient interprétées comme une histoire. En ce sens, la vie de M. Hunter sur une île du Mississippi participe au mythe du pionnier. Toutefois, s’agissant d’un personnage ponctuel, elle n’apporte pas la cohérence globale nécessaire au texte pour être compris comme une histoire dans son ensemble. Néanmoins, ces anecdotes alimentent l’identité du Mississippi qui se construit au fil du voyage et qui, avec l’aide des cartes, apparaît comme l’élément récurrent du récit. La mise en intrigue se situe alors sur le déroulement du parcours. En effet, le récit ne peut s’arrêter avant l’arrivée à la Nouvelle Orléans, il y a par conséquent un horizon d’attente. En postulant que les explorateurs sont impliqués dans la construction d’une cartographie imaginaire, Paul Smethurst sous-entend que les cartes n’apportent pas uniquement des données factuelles : "Explorers were engaged in the construction of imaginary cartographies" (Smethurst 2016, 228). Si les cartes permettent la constitution d’un imaginaire c’est parce les éléments qui y figurent ne relèvent pas seulement du factuel. Les cartes représentent finalement le squelette du Grand Fleuve, l’élément permanent, alors que le texte le remplit de caractéristiques inconstantes qui forgent sa personnalité et le font évoluer, le tout formant un portrait complexe du Mississippi. Aussi, l’enchaînement des cartes donne au fleuve un caractère animé qui transforme ainsi la nature de la rencontre entre le voyageur et le non-humain.

Le lecteur à la rencontre du Mississippi

17La rencontre avec le Mississippi, sa mise en texte et sa représentation par les cartes permet d’identifier certaines caractéristiques du lectorat visé : les ennemis géopolitiques, c’est-à-dire les nations européennes. Les récits de voyages de Pike et Cramer comprennent également dans leur lectorat les potentiels habitants de la vallée du Mississippi qu’il s’agit de convaincre de venir s’installer dans la région. Nelson Close explique que les habitants jouissant d’une réussite dans les états à l’est ne se risquent pas à se réadapter à la dureté de la vie dans une région sous développée. Aussi, Close décrit les migrants comme des "personnes pauvres ou inhabituellement ambitieuses et pleines d’espoir" (Close 1964, 135). Il s’agit alors d’un lectorat déjà convaincu. Concernant la composition de la population, Nye ajoute qu’au début du XIXème siècle la société était majoritairement rurale : "The United States at the beginning of the nineteenth century was an overwhelmingly rural society" (Nye 1960, 124). Dans ce cadre, la vallée du Mississippi, ses habitants et son décor deviennent des éléments récurrents des descriptions publiées dans les récits de voyages qui permettent d’unifier la population mais aussi de familiariser et de rassurer le futur habitant de l’Ouest. En effet, Christopher C. Apap rappelle les difficultés rencontrées par les États-Unis alors que le territoire, en s’agrandissant régulièrement, accueille de nouvelles populations :

The United States was a nation in flux. The growth did imply a certain national vitality. But it also posed familiar and disturbing problemsthose involved with assimilating new regions, populations, political interests and linguistics groups into the nation. (Apap, 4)

18Ainsi, identifier le lectorat de ces récits permet de comprendre comment il participe à l’évolution du récit d’exploration vers la littérature. En effet, Susan Suleiman et Inge Crosman s’interrogent sur la manière dont "des changements dans la composition du lectorat ont contribué à l’émergence de nouvelles formes littéraires" (Suleiman, Crosman 1980, 32). La connaissance du profil du lecteur devient déterminante puisque le contenu des récits de voyages du début du XIXème siècle dépend en partie des attentes du lectorat. Anne-Gaëlle Weber affirme que le récit de voyage scientifique consiste à "concilier les attentes du public et le nécessaire renouvellement des règles du genre "(Weber 2006, 59). Aussi, pour que la lecture engendre une création propre à chaque lecteur, il faut que le texte sollicite ses qualités inventives. Il faut donc aller au-delà de ce que le lecteur attend et donc de ce qu’il connait déjà. Ainsi, Wolfgang Iser postule que "c’est seulement en sollicitant l’imagination du lecteur que l’auteur peut espérer l’impliquer et lui faire comprendre les intentions de son texte" (Iser 1986, 57) :

The fact that completely different readers can be differently affected by the "reality" of a particular text is ample evidence of the degree to which literary texts transform reading into a creative process that is far above mere perception of what is written. The literary text activates our own faculties, enabling us to recreate the world it presents. The product of this creative activity is what we might call the virtual dimension is not the text itself, nor is it the imagination of the reader: it is the coming together of text and imagination. (Iser, 54)

19Le récit littéraire doit apporter au lecteur les éléments nécessaires pour que la lecture se transforme en "processus créatif " qui va au-delà de la simple perception. L’éveil de l’imagination devient la condition de l’implication et de la compréhension du lecteur.

20Aux États-Unis, au début du XIXème siècle, la frontière suscite un véritable engouement et représente un sujet opportun pour la littérature. En ce sens, Smith souligne que l’ouvrage de Pike vient à point pour solliciter l’imagination du public : "Pike’s journey came at the right time to capture the public imagination” (Smith 2007, 41-2). Smith démontre alors le lien entre imagination et récit de voyage scientifique. Russell Blaine Nye précise que "la population des États-Unis a doublé entre 1790 et 1820, ce qui signifiait deux fois plus de lecteurs, sachant que quatre-vingt-dix pour cent d’entre eux savaient lire et écrire "(Nye, 250). Par ailleurs, Hollon souligne l’intérêt que l’ouvrage de Pike a suscité pour la Haute vallée du Mississippi (Hollon 1949, 454). La publication des Exploratory Travels révèle alors l’intention d’atteindre certaines catégories du public. Il s’agit ainsi de montrer l’intention d’éveiller l’imagination du lecteur et de montrer le rôle de la rencontre avec les territoires de l’Ouest pour y parvenir :

The country round the Osage villages is one of the most beautiful that the eye ever beheld. The three branches of the river, viz. the large eastern fork, the middle one, (up which we ascended) and the northern all winding round and past the villages, giving the advantages of wood and water, and at the same time the extensive prairie, crowned with rich and luxuriant grass and flowers, gently diversified by rising swells and sloping lawns, presenting to the warm imagination the future seats of husbandry, the numerous herds of domestic animals, which are no doubt destined to crown with joy these happy plains. (Pike 172)

21La rencontre de Pike avec ce nouvel espace doit faire naître chez le lecteur l’envie de faire également cette rencontre. Pour séduire le lecteur, Pike utilise à nouveau l’image d’une nature généreuse qui peut nourrir ses habitants. Les ouvrages de Pike et Cramer visent donc les personnes cherchant de nouvelles opportunités. Ils ciblent les travailleurs de la terre: "The soil of the prairies from above the falls is sandy, but would raise small grain in abundance; the bottom is rich and fit for corn or hemp" (Pike, 50). Ainsi, beaucoup d’autres passages font l’éloge du territoire mississippien et de ses innombrables ressources. En effet, la fertilité du sol est un thème récurrent dans le récit de Pike (15, 18, 20, 50, 70, 76, 123, 170) et dans celui de Cramer (2, 14, 115). Les deux récits offrent alors au lecteur une rencontre préalable à une migration effective vers la vallée du Mississippi. Cramer et Pike anticipent sur la réussite de cette rencontre qui est essentielle pour eux comme pour la nation.

22En décrivant une rencontre virtuelle avec la vallée du Mississippi, Pike et Cramer racontent surtout une rencontre imaginaire qui entraîne un basculement du récit d’exploration vers le récit de voyage fictionnel et par certains aspects, littéraire. Le lecteur se meut en voyageur et en citoyen idéal pour s’installer dans un environnent auquel il doit être capable de s’adapter. Les récits de voyages de Pike et Cramer servent de médiateur à cette rencontre en proposant des descriptions et des cartes qui préparent le lecteur au voyage mais aussi aux valeurs et à la souveraineté assumées par la nouvelle nation.

Top of page

Bibliography

Sources primaires

CRAMER Zadok, The Navigator, Pittsburgh: John Scull, 1802.

CRAMER Zadok, The Navigator, Pittsburgh: Cramer and Spear, 1808.

CRAMER Zadok, The Navigator, Pittsburgh: Cramer, Spear and Eichbaum, 1811.

HENNEPIN Louis, A Description of Louisiana, New York: John G. Shea, 1880.

PIKE Zebulon M., The Expeditions of Zebulon Montgomery Pike, Philapdelphie: C. & A. Conrad, and Co., 1810.

Sources secondaires

ANTOINE, Philippe & Marie-Christine GOMEZ-GERAUD, Roman et récit de voyage. Paris: Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001.

APAP, Christopher, America: Unbound: The Early American Geographical Imagination and the Shaping of the Nation, Ann Harbor: New York University Press, 2008.

CLOSE, Nelson, A Concise Study Guide to the American Frontier, Lincoln: University of Nebraska Press, 1964.

COUES, Elliott, The Expeditions of Zebulon Montgomery Pike, New York: Francis P. Harper, 1895.

DAHLINGER, Charles, W., From Pittsburgh: A Sketch of Its Early Social Life, Downtown: Zadok Cramer: www.clpgh.org/exhibit/neighborhoods/downtown/town_n124.html, Décembre 2015.

HOLLON, Eugene W., "Zebulon Montgomery Pike’s Mississippi Voyage. 1805-1806", The Wisconsin Magazine of History, 1949, 445-455.

LE HUENEN, Roland, "Le récit de voyage : l’entrée en littérature", Etudes littéraires 20.1, 1987, 45-61.

ISER, Wolfgang, "The Reader Process: A phenomenological Approach", J. P. Thompkins, Reader-Response Criticism. From Formalism to Post-Structuralism, Baltimore: Johns Hopkins University Press, 1986, 50-69.

NYE, Russell B., The Cultural Life of the New Nation. 1776-1830, New York: Harper and Row Publishers, 1960.

RAYNAUD Jacques, Ecrivains anglais et américains en France entre 1764 et 1830, Lille : Atelier national des reproductions des thèses, 1995.

ROBERSON, Susan L., "North America/United States of America, C. Thompson, The Routledge Companion to Travel Writing, New York: Routledge, 2016, 351-360.

RONDA, James P., "A Moment in Time: The West: September 1806". Montana: The Magazine of Western History 44.4, 1994, 2-15.

SHORT JR., Geographic Encounters, Londres: Reaktion Books, 2009.

SMETHURST, Paul, "Discoveries and Explorers", C. Thompson ed., The Routledge Companion to Travel Writing, New York: Routledge, 2016, 227-236.

SMITH, Thomas R., River of Dreams: Imagining the Mississippi before Mark Twain, Bloomington: Indiana University Press, 2013.

SULEIMAN, Susan R., Inge CROSMAN, The Reader in the Text, Princeton: Princeton University Press, 1980.

U.S. History, "Jeffersonian America: A Second Revolution?", Westward Expansion: The Louisiana Purchase, available at http://www.ushistory.org/us/20c.asp, 2014. Accessed on 18 July 2018.

WEBER Anne-Gaëlle, "Le genre romanesque du récit de voyage scientifique au XIXème siècle", Société et représentations, 2006, 59-77.

Top of page

References

Bibliographical reference

Gaëlle Lafarge, « L’environnement comme objet de médiation littéraire dans les récits d’exploration de Zebulon Pike et Zadok Cramer dans la vallée du Mississippi  », Caliban, 59 | 2018, 73-87.

Electronic reference

Gaëlle Lafarge, « L’environnement comme objet de médiation littéraire dans les récits d’exploration de Zebulon Pike et Zadok Cramer dans la vallée du Mississippi  », Caliban [Online], 59 | 2018, Online since 01 June 2018, connection on 02 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/caliban/3744 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.3744

Top of page

About the author

Gaëlle Lafarge

Université de Lorraine, I.D.E.A.
Enseignante et directrice d’école dans le premier degré depuis onze ans, Gaëlle LAFARGE est doctorante en première année à l’Université de Lorraine et membre de l’équipe de recherche I.D.E.A. Sa thèse porte sur le discours qu’accueillent les récits de voyages mississippiens du XIXème siècle. Sa recherche étudie le contexte dans lequel ce type de récit va faire son entrée en littérature en observant les techniques littéraires ajoutées au discours scientifique.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search