Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia/Caliban31I. Ancestors and New Identities"Italian America in the Making"

I. Ancestors and New Identities

"Italian America in the Making"

Quand américanité et italianité se rejoignent
Marie-Christine Michaud
p. 43-57

Abstract

The presence of immigrants has undoubtedly contributed to the construction of the American nation. In such a process, the Italians have played an important role but interaction between the American environment and the Italian background has led to a new identity among the recent generations of Italians in the United States. It can be called Italian-Americanness. Though Richard Alba maintained that European immigrants had been fusing into a new European-American group especially since the 1980s, an assimilative process that induced a "twilight" of ethnicity among them, Rudolph Vecoli and Richard Gambino rather thought that Italian-American ethnicity was in a "new dawn". This paper maintains that, in early 21st-century multicultural American society, the Italian Americans’ ethnicity may be said to have reached a "zenith" with regard to their economic and social positions and the place that their cultural heritage stands for in the larger society that might be on its way to become postethnic.

Top of page

Full text

  • 1 D’après le recensement de 2000, 5,6% de la population totale du pays revendiquent des origines ital (...)

1Le caractère multiculturel de l’identité américaine semble rendre celle-ci difficile à définir (Gleason 1983 ; Mead 1942 ; Lacorne 1997). Cette situation provient sans doute de l’importante présence des immigrés qui, générations après générations, ont contribué à accroître la population sur le territoire ; ils ont également participé à l’élaboration de la mémoire collective américaine et à la construction de la nation. Parmi tous ces groupes, celui des Italiens est particulier. Leur arrivée massive à partir de la seconde moitié du XIXe siècle et leur proportion aujourd’hui,1 ainsi que leur influence dans le paysage socio-culturel et politique attestent que ces migrants ont participé à la construction de l’identité nationale américaine même si la société dominante a simultanément altéré leur patrimoine ethnique. L’interaction entre les deux phénomènes, les "interférences" (Fischer 201) d’un patrimoine culturel à un autre, ont donné naissance à une nouvelle identité parmi les Américains d’origine italienne : l’italo-américanité.

2La possibilité de concevoir cette identité comme une partie intégrante du multiculturalisme étatsunien et, pour les Italo-américains, de la considérer comme une source de fierté conduit à penser que l’ethnicité de ces hommes et de ces femmes a atteint une sorte de zénith de son développement, contrairement à ce que Richard Alba soutient.

Vers la disparition de l’identité italienne ?

  • 2 Le Risorgimento a entraîné l’unification de l’Italie entre les années 1860 et la Première Guerre mo (...)

3Comme l’avance l’historien Rudolph Vecoli (1985), l’identité des Italiens des Etats-Unis, dont les nouvelles générations seront appelées "Italo-américaines" pour souligner le fait que leur identité s’est construite à partir des interférences entre culture italienne et environnement américain, n’est pas à chercher en Italie mais aux Etats-Unis. Leur expérience de migrants s’accompagne de la construction d’un sentiment de faire partie d’un même groupe, de partager un nationalisme qui ne prend forme qu’au début du XXe siècle. Celui-ci, qui n’existait pas dans la péninsule européenne avant le Risorgimento,2 émerge en Amérique alors que les hommes se rassemblent autour d’institutions communes (l’Eglise catholique entre autres), de symboles culturels (le drapeau italien par exemple), et l’utilisation d’une langue qu’ils se mettent à partager. La campagne d’américanisation des étrangers qui se développe à la fin du XIXe siècle a stimulé la formation de ce nouveau groupe d’Italiens immigrés en encourageant l’intégration de ces hommes et de ces femmes qui adaptent leur mode de socialisation et leur nouvelle identité collective à leur société d’accueil. Comme les autres migrants européens arrivés aux Etats-Unis avant l’adoption des lois sur les quotas dans les années 1920, les Italiens sont influencés par la société dominante anglo-américaine qui cherche à homogénéiser les populations étrangères. Puis, après la Seconde Guerre mondiale notamment, l’émergence de nouvelles générations nées et élevées en Amérique a accéléré l’intégration des parents encore attachés à leur patrimoine culturel. L’ensemble de ces processus a conditionné la formation d’une identité italo-américaine et a permis à ces individus de s’intégrer au mainstream, c’est-à-dire le groupe majoritaire d’origine anglo-américaine, blanc et essentiellement protestant, qui peut servir de modèle d’assimilation aux étrangers.

4L’évolution de leur statut pousse Richard Alba à formuler l’hypothèse de la naissance d’un nouveau groupe qui rassemble les Américains d’origine européenne. Selon lui, cette situation apparaît nettement après la Seconde Guerre mondiale alors que le mouvement des droits civiques mené par les Noirs bouleverse l’ordre social et racial aux Etats-Unis, et qu’une nouvelle vague migratoire de couleur, consécutive à l’adoption de l’immigration act de 1965, met en danger la prédominance des Blancs. Le contexte particulier des années 1960 aurait accéléré l’érosion du patrimoine culturel des descendants des migrants européens blancs en stimulant une prise de conscience de leur appartenance à un groupe défini a priori comme plus prestigieux que celui des manifestants noirs et des nouveaux arrivants puisque la couleur de la peau a toujours été un critère de discrimination ou d’assimilation en Amérique. Les Européo-américains, et les Italo-américains dans le cas qui nous intéresse, se sont alors inventé une culture distincte de celle du reste de la population, une culture dite "pan-ethnique" (Gans 210) afin d’asseoir leur statut au sein du mainstream. L’émergence de cette culture pan-européo-américaine coïnciderait avec le déclin progressif des identités ethno-nationales qui ne s’exprimeraient plus qu’à travers des symboles. Pour Richard Alba, ce phénomène rendrait l’identité des Européo-américains superficielle et fragile.

  • 3 En 1920, plus de 95% des mariages comprenant des migrants italiens sont endogames ; en 1980, 6% des (...)

5L’intégration des nouvelles générations dans le système anglo-américain, visible à travers l’augmentation du taux des mariages mixtes3 et l’adoption de valeurs anglo-américaines, comme la résidence dans des banlieues hors du foyer des parents et à un comportement plus individualiste, tendrait à rendre conforme leur mode de vie et à éroder leur patrimoine culturel, d’où la notion de déclin, ce que Richard Alba définit comme le crépuscule de leur ethnicité, the twilight :

Italian Americans stand on the verge of the twilight of their ethnicity. ‘Twilight’ appears an accurate metaphor for a stage when ethnic differences remain visible but only faintly so, when ethnic forms can be perceived only in vague outline. The groups that were assimilated were racially similar to the core and, given their origins on the European continent, not that distant from it culturally (Alba 1985b, 159).

6Mais Richard Alba semble oublier la discrimination intense et les préjugés persistants dont les Italiens du sud ont été ou sont encore victimes. Ils n’étaient pas considérés comme des hommes blancs lors de leur arrivée massive (Guglielmo and Salerno 2003) ; dans les années 1920, ils deviennent la cible de l’anti-catholicisme qui se développent fortement depuis l’arrivée massive des Irlandais dans les années 1830-1840, et ils souffrent des campagnes racistes menées par des associations nativistes tels que le Ku Klux Klan (Bennett 1995, 217-222) ; de nos jours, ils continuent de se différencier des autres white ethnics notamment en raison de leur attachement à l’Eglise catholique.

7Après des années de lutte pour être reconnus comme membres du mainstream, les Italo-américains expriment leur identité ethnique essentiellement grâce à des symboles, le drapeau italien, la cuisine traditionnelle, l’opéra, la langue italienne, etc., qu’ils revendiquent et autour desquels ils se regroupent à des moments ponctuels et choisis, comme les feste (célébrations du Saint patron du village dont ils sont originaires) ou les fêtes de famille, ce qui fait dire à Herbert Gans qu’il s’agit d’une "ethnicité symbolique" (Gans 193). Or, pour Richard Alba comme pour Herbert Gans, le recours presque exclusif aux symboles est une preuve de la superficialité de l’ethnicité des Italo-américains qui devient pensée, choisie, subjective, alors qu’elle était intrinsèque à l’identité des migrants. Elle ne fait plus partie de leur mode de vie quotidien mais apparaît de façon intermittente alors que, tous les jours, ces hommes et ces femmes ont une attitude qui suit le modèle anglo-américain. Cette identification symbolique témoigne du "stade crépusculaire" de l’ethnicité. L’impact de la société anglo-américaine sur l’identité des générations successives d’Italiens a provoqué une érosion culturelle irrévocable. Ainsi, le groupe des Italo-américains serait en voie de disparition.

Pour le maintien d’une italianité

8Si, pour les chercheurs cités ci-dessus, les années 1960 ont représenté un tournant dans l’élaboration d’une nouvelle identité pour les Italo-américains parce que cette période coïncidait avec l’émergence d’une identité européo-américaine, elle constitue également une période charnière pour les historiens et sociologues qui réfutent la théorie du crépuscule : pour ces derniers, elle serait plutôt une période de prise de conscience de son identité et de lutte accrue pour défendre les intérêts de son groupe d’appartenance (Novak 1971 ; Glazer and Moynihan 1963).

  • 4 Le pourcentage d’élèves italo-américains qui fréquentent des écoles privées catholiques est supérie (...)

9Pour Rudolph Vecoli (1995, 150-152), l’identité des Italo-américains est pérenne justement parce qu’elle repose sur le choix des individus de la maintenir grâce à des signes visibles, identifiables et symboliques. L’attachement de la communauté à des valeurs spécifiques, comme la famille et les principes catholiques, l’établissement de paroisses distinctes de celles des autres catholiques (les Irlando-américains ou les Hispaniques) ou d’écoles privées,4 révèlent les efforts des Italo-américains pour conserver une identité communautaire propre. De même, la recherche constante de leurs origines, ce que Rudolph Vecoli (1985, 89) appelle rootsmania, empêche leur identité ethnique de disparaître ; et ce n’est pas parce que celle-ci est différente de celle de leurs aïeux ou "cousins" d’Italie que cela implique sa disparition. En effet, l’identité est susceptible de changer puisque la culture, qui définit le groupe, se réinvente à chaque génération.

  • 5 Les Italiens d’Italie n’éprouvent pas le besoin de commémorer l’événement car l’entreprise de Colom (...)

10Ainsi, l’identité des Italo-américains est en perpétuelle (re)construction, comme l’est celle de tous les Américains en raison des transformations engendrées par le processus d’intégration et par le développement intrinsèque de la société. Le fait qu’elle dépende de l’auto-identification des individus ainsi que de leur volonté, subjective et par conséquent volontaire, de la perpétuer, peut être considéré comme un vecteur de continuité. L’ethnicité des Italo-américains n’est donc pas résiduelle. Elle est une nouvelle forme d’italianité, fruit de la renégociation de l’identité originelle de leurs aïeux adaptée au contexte américain. C’est la raison pour laquelle les Italo-américains ont inventé de nouvelles traditions (Hobsbawm and Terence 1983). Par exemple, à la fin du XIXe siècle, ils se sont mis à organiser la célébration de Columbus Day, commémoration de la découverte du continent américain par Christophe Colomb, navigateur génois, alors qu’elle n’est pas célébrée en Italie :5 cette nouvelle tradition leur a permis de prouver leur participation au destin de l’Amérique tout en célébrant la culture italienne. Ils fêtent Thanksgiving, célébration typiquement américaine, mais ils l’ont "italianisée", c’est-à-dire qu’ils y ont incorporé des éléments issus du patrimoine italien (des recettes culinaires et des séances de chants traditionnels) : ils ont intégré certains de leurs traits culturels à l’environnement américain tout en empruntant une partie de la mémoire collective du groupe dominant, signe des interférences. Cette situation a favorisé leur insertion dans le mainstream même si leur ethnicité perdure, ce qui peut sembler paradoxal : comment être membres de la majorité tout en revendiquant une spécificité ethnique ? Ceci amène Donald Tricarico (260) à soutenir que l’italo-américanité est une "mainstream ethnicity".

11Comme celle des autres descendants de migrants européens, l’ethnicité des Italo-américains est une réponse aux exigences de la société qui a accueilli leurs parents migrants. Elle est une stratégie qui permet de défendre ses intérêts car elle peut montrer la force potentielle du groupe ainsi que sa cohésion. Aussi, elle engendre une redéfinition de l’identité et de la culture dont l’expression est devenue essentiellement symbolique. Le cas des Italo-américains est d’autant plus révélateur que le contexte du phénomène migratoire a accéléré l’émergence de leur sentiment national au début du XXe siècle. Aux Etats-Unis, les migrants ont acquis une nouvelle identité nationale ; ils sont devenus des Italiens en dépassant les limites des sentiments régionalistes, c’est-à-dire le campanilisme ; à partir de cette nouvelle identité nationale, leurs enfants se sont construit une identité ethnique : ils sont devenus des white ethnics, du fait de leur adaptation à la société dominante. Puisque la construction des identités est un processus, cette évolution ne signifie pas nécessairement sa disparition mais une ré-évaluation du statut face au milieu environnant.

  • 6 Leur taux de réussite scolaire s’améliore : alors que seuls 5,3% sont titulaires de l’équivalent d’ (...)
  • 7 Nous considérons que l’exemple de New York est révélateur car c’est dans la mégapole que la concent (...)
  • 8 Les Italo-américains quittent le centre des villes pour s’installer dans les banlieues. A New York, (...)
  • 9 La catastrophe a fait quelque 180 morts, 1500 blessés et 50000 sans abri d’après la NIAF. A titre d (...)

12Bien que les Italo-américains se définissent comme des Américains à part entière et que leur ascension socio-économique ait induit des bouleversements dans leur mode de vie,6 ils demeurent un groupe distinct grâce à certaines caractéristiques, culturelles, religieuses et sociales surtout. Ils sont majoritairement contre l’homosexualité, le divorce et l’avortement notamment parce que ceux-ci sont condamnés par Rome. Ils adoptent une orientation politique assez conservatrice et soutiennent le parti républicain depuis le mouvement des droits civiques, ce qui s’est confirmé dans les années 1980 avec, entre autres, dans l’Etat de New York, l’élection du sénateur Al D’Amato puis de Rudolph Giuliani à la mairie de New York.7 Ils tendent à résider en banlieue. Si l’on prend l’exemple de la ville de New York, on constate qu’ils se concentrent à Bensonhurst et à Canarsie, à Brooklyn, ou à Staten Island et dans le comté de Westchester, par envie de partager certaines activités avec leurs voisins, d’intégrer des paroisses catholiques ou des associations ethniques.8 Leur système de socialisation est fondé sur un réseau d’associations qui met en avant leurs origines ainsi que des intérêts culturels et/ou professionnels communs (comme the American Association of Teachers of Italian, the Pirandello Society of America, the American Italian Historical Association, etc.), facteurs de la perpétuation du patrimoine italo-américain. Ils restent sensibles à l’actualité italienne. Lors du séisme qui a détruit la ville d’Aquila, dans les Abruzzes, le 6 avril 2009, les Italo-américains se sont mobilisés et des associations, menées par la National Italian American Foundation (NIAF), ont créé the Abruzzo Relief Fund.9 Cette attention portée au destin du pays d’origine montre les liens profonds qui sont pérennisés et qui sont typiques d’une nouvelle forme de transnationalisme (Bourne 1977).

  • 10 Voir les récentes productions cinématographiques telles que The Goodfellas (Martin Scorcese, 1990), (...)

13Aussi, est-il possible de dire que les Italo-américains continuent de former un groupe particulier même si leur quotidien ne les différencie pas véritablement des autres white ethnics. C’est ce qui fait dire à Richard Alba que leur identité a atteint un stade crépusculaire. Richard Gambino, en réponse à cette théorie, reprend la métaphore de la rotation de la terre autour du soleil pour affirmer que leur ethnicité ne cherche qu’à se développer dans l’Amérique multiculturelle. Pour cet historien italo-américain, l’ethnicité de sa communauté est plutôt dans une phase montante, de renaissance, comme au moment de l’aube : "Today’s Italian American ethnicity has evolved ; that it has not ‘melted’; and that it is not in a twilight mode. Moreover, Italian American ethnicity is in fact in a new dawn" (Gambino 1997, 162). Gambino prend l’exemple de la discrimination dont les Italo-américains sont encore victimes en raison de leur association avec la mafia, ce que le cinéma ne manque pas de rappeler,10 pour contredire la théorie du crépuscule selon laquelle les Italo-américains deviennent invisibles dans le groupe des Européo-américains. Au contraire, une telle situation nourrit la conscience collective du groupe, repoussant toute forme de déclin de leur identité ethnique.

L’identité italo-américaine à son zénith ?

14En ce début de XXIe siècle, il semble que les Italo-américains ont atteint un certain degré de maturité, ce qui peut nous amener à penser qu’une nouvelle étape a été franchie dans le processus de construction identitaire. Et, pour reprendre les images relatives aux astres (de crépuscule et d’aube), nous pouvons nous demander si un zénith de leur ethnicité n’aurait pas été atteint pour décrire leur place incontestable dans le mainstream. L’italo-américanité ne se définit pas en termes de rupture avec des traditions et une identité originelle mais en termes d’adaptation au contexte. Et comme ils constituent des membres reconnus, influents même de la majorité dirigeante, on peut émettre l’hypothèse, provocatrice et qui demande à être encore approfondie, que leur ethnicité aurait atteint une sorte d’apogée.

15La position sociale, économique et politique des Italo-américains dans l’ensemble de la société américaine depuis le renouveau ethnique des années 1970 confirme que l’italo-américanité est non seulement pérenne mais qu’elle a atteint un stade supérieur dans le système hiérarchisé racial et ethnique qui caractérise la société américaine : la revitalisation de leur patrimoine culturel, le dynamisme des associations et le développement des études ethniques entre autres, montrent une adaptation positive de la culture italienne à la société américaine. Aujourd’hui, leur influence est telle que ces hommes sont placés sur un degré élevé, pratiquement au sommet, de l’échelle de la contribution des groupes dits ethniques aux Etats-Unis. La création d’un musée des Italo-américains à New York en juin 2001 pour faire apprécier leur contribution à la construction de la nation en est une illustration symbolique. Ils trouvent avantageuse la comparaison de leur expérience avec celle des Hispaniques que font certains sociologues qui concluent qu’ils pourraient servir de modèles d’intégration aux nouvelles vagues migratoires (Massey 1995 ; Perlmann 2005). Aussi, leur ethnicité reflète un sentiment d’autosatisfaction. Elle leur sert à se définir par rapport au reste de la population autant qu’à valoriser leur position dans la société. Les Italo-américains sont doublement fiers : fiers d’être américains et fiers d’avoir des origines italiennes. La co-existence de ces deux éléments les gratifie comme s’ils s’étaient forgé une identité unique et sans égale. Ainsi, leur ethnicité peut être considérée comme à son apogée, à son zénith.

  • 11 Même si Christophe Colomb fut envoyé dans les Amériques par la reine d’Espagne Isabelle la Catholiq (...)

16Cette nouvelle identité a répondu pleinement à leur volonté de devenir partie intégrante de la société d’adoption ; ils ont acquis une stabilité sociale et politique qui les place au cœur du fonctionnement de la société. Alors qu’au début du XXe siècle, le salaire annuel moyen des Italiens était inférieur à celui des Noirs, de nos jours, il est d’environ mille dollars supérieur à la moyenne nationale (Gambino 1976, 30). Leur réussite économique est par exemple symbolisée par la carrière de chefs d’entreprise tels que Lee Iacocca (président de Chrysler) et Edward De Bartolo (homme d’affaires qui fut, entre autres, le propriétaire de l’équipe professionnelle de football des 49ers de San Francisco pendant plus de vingt ans). Leur notoriété dans le système politico-institutionnel, et à des postes de pouvoir, prestigieux même, est également à noter : Peter Pace, général commandant en chef des armées américaines, Geraldine Ferraro, candidate démocrate à la vice-présidence aux élections de 1984 ou Antonin Scalia, juge à la Cour Suprême fédérale, ne sont que des exemples parmi les plus connus. Des monuments portent des noms d’Italiens (le pont Verrazano à New York et les monuments édifiés en l’honneur de Christophe Colomb dans de nombreuses villes)11 et on ne saurait remettre en cause les origines italiennes de célébrités du monde artistique tels que Frank Stella, Madonna ou Al Pacino. Dans l’ensemble, les Italo-américains ont mieux réussi que d’autres groupes dont les aïeux sont arrivés d’Europe centrale à la même époque (Juliani 63). Pourtant ils conservent un attachement fort à leur ethnicité, sans doute à cause des valeurs familiales et religieuses que leur patrimoine véhicule.

17La théorie de Marcus Lee Hansen selon laquelle la troisième génération de migrants fait revivre l’identité ethnique de son groupe, alors qu’elle était reléguée au second plan, voire cachée, par les parents (c’est-à-dire la seconde génération), peut être tenue pour un élément constitutif de la renaissance ethnique des communautés d’origine étrangère. Non seulement les Italo-américains n’ont plus peur d’exprimer leur ethnicité mais ils en sont fiers. Le complexe d’infériorité des secondes générations s’est transformé en sentiment d’être spécial, de posséder des qualités différentes voire supérieures, dans certains cas, à celles des autres. Même si cette ethnicité repose essentiellement sur le recours à des symboles, et à des moments choisis, ces individus y sont attachés et la possibilité de se différencier de la masse est au cœur du processus de perpétuation de leur italo-américanité comme le souligne Mary Waters : "Symbolic ethnicity fulfills this particularly American need to be ‘from somewhere’. Having an ethnic identity is something that makes you both special and simultaneously part of a community" (Waters 150).

18Ils peuvent choisir de rendre leur ethnicité visible dans certaines circonstances, comme lors des fêtes ethniques, ou décider de ne pas l’exprimer. Pendant le renouveau ethnique des années 1970 par exemple, alors que les Etats-Unis vivaient une période de crise, avec l’enlisement au Vietnam, les assassinats des frères Kennedy et de Martin Luther King, le scandale du Watergate, il était valorisant de ne pas être 100% américain. Revendiquer des origines étrangères, italiennes en l’occurrence, pouvait procurer une certaine respectabilité : ils voulaient se distinguer de ceux qui appartenaient à la majorité dirigeante et qui avaient trahi le peuple américain.

19Ce sentiment, conscient et volontaire, peut être une garantie de la survie, de l’effervescence même, de l’italo-américanité, car il repose sur l’autosatisfaction des individus qui la font ressurgir lorsqu’un homme politique d’origine italienne est élu, lorsqu’un événement artistique met sur le devant de la scène le génie italien, lors de Columbus Day par exemple. Cette commémoration, introduite par l’élite étatsunienne pour affirmer l’exceptionnalisme américain face à la couronne britannique pendant la période coloniale, illustre l’assise indéniable des Italo-américains dans la société américaine. Bien que ce soit une fête fédérale, ce sont des associations italo-américaines qui l’organisent aujourd’hui et qui l’ont finalement transformée en manifestation ethnique puisque c’est principalement la culture italienne ainsi que la contribution des Italo-américains à la société américaine qui y sont célébrées (Michaud 2011). Ainsi, ils peuvent choisir de revendiquer leurs origines italiennes même s’ils ont adopté un mode de vie qui peut être considéré comme typique de la société moderne et urbaine américaine. Or, si une alternance entre américanité et italianité est envisageable, c’est que, d’une part, ils sont assez forts pour la pratiquer (d’un point de vue culturel, social et politique), et que, d’autre part, leur italo-américanité leur paraît profitable dans la société moderne. En fait, si ce choix est possible, c’est que leur identité est composée des deux éléments, de façon plus ou moins égale, et l’un ou l’autre peuvent s’exprimer plus ostensiblement, suivant les situations. Aussi, leur ethnicité est-elle optionnelle et contextuelle (Conzen et al. 3-41). Elle se construit par besoin et se nourrit par plaisir et par stratégie socio-politique. C’est une nouvelle forme d’identité ethnique, et non pas une forme en déclin. De façon ironique, ce que l’on voulait cacher (quand les migrants étaient encore considérés comme peu assimilés avant la Seconde Guerre mondiale) ressort aujourd’hui par estime de soi-même, et ce qui était source de préjugés peut s’avérer source de créativité.

  • 12 Notons toutefois que, contrairement à la masse des Italo-américains, des associations telles que th (...)
  • 13 The New York Times, 12 octobre 1992, 1.

20L’image des Italo-américains que donne la série The Sopranos, produite depuis 1998, reflète l’originalité de leur ethnicité ainsi que son zénith. La série présente un chef de famille italo-américain, Tony Soprano, comme le parrain du crime organisé dans la région de New York. Malgré certaines valeurs qui continuent de le définir comme un Italo-américain, tout d’abord son association à la mafia, mais également son affiliation à l’Eglise catholique, le caractère sacré qu’il donne à l’institution familiale et son image de macho face aux femmes, son quotidien semble être celui d’un chef d’entreprise de la classe supérieure. Il est incontestablement membre de la société américaine, et, symboliquement, il ne parle pas italien. Si les Italo-américains n’avaient pas acquis une position satisfaisante, voire enviable, au sein de la société américaine et s’ils n’appartenaient pas aujourd’hui au mainstream, ils ne pourraient pas devenir les héros d’une série télévisée à succès. Les stéréotypes associés à la communauté sont mis en exergue non plus pour les dénoncer (comme si la mafia faisait partie du paysage social des Etats-Unis) mais par souci de rendre la série plus populaire, pour gagner un public plus important comme si cette mise en situation n’était qu’un outil dramatique. Les spectateurs italo-américains n’ont pas réagi massivement contre la série parce qu’ils ne se sont pas sentis directement visés ni leur communauté mise en danger, ce qui témoigne d’une maturité collective évidente.12 Toutefois, la seule réserve notoire face à cette réussite est bien l’association, contraignante, des Italo-américains avec la mafia. Cette situation explique la création d’associations pour défendre leur image, the American Italian Anti-Defamation League notamment, et le fait que certains jugent qu’ils restent trop peu nombreux à occuper des postes de direction au sein des grandes entreprises (De Conde 376-377). Certaines figures politiques, également, ne savent plus si elles doivent insister sur leurs origines pour garantir le soutien du vote italo-américain ou les taire pour ne pas écarter le vote de ceux qui continueraient de faire l’amalgame entre Italiens et mafia. D’après le New York Times, la rumeur selon laquelle l’époux de Geraldine Ferraro avait des relations avec le crime organisé lui aurait porté préjudice aurait fait perdre des voix à la candidate (et aux démocrates) lors des élections de 1984.13

21Cette identité double, au sein de laquelle les deux éléments, italien et américain, se complètent et qui continue de les rendre différents des autres white ethnics, leur permet d’appartenir en même temps au mainstream et à un groupe spécifique, comme le constate Jerre Mangione (369) : "[They are] ethnics at large, with one foot in [their Italian] heritage, the other in the American mainstream". En ce sens leur ethnicité est typique d’une Amérique multiculturelle. On pourrait même dire postethnique (Hollinger 116). Les frontières identitaires étant fluides, mouvantes et poreuses, la perspective d’une Amérique postethnique est préférable au multiculturalisme qui maintient des divisions en exacerbant les différences ethniques. David Hollinger propose de favoriser le dépassement des frontières existantes en promouvant la solidarité entre les individus ainsi que les nouvelles affiliations. L’identité américaine, réceptacle de toutes ces identités nouvelles, serait postethnique, démocratique, égalitaire. Puisque l’on peut extérioriser certains aspects de son identité ; puisque l’on peut choisir de taire ses origines et s’affilier, individuellement, à une autre communauté de laquelle on se sent plus proche (religieuse par exemple) ; ou puisque l’on peut avoir de multiples affiliations par delà celles héritées à la naissance, l’ethnicité ne doit pas être considérée comme une donnée biologique mais bien comme une construction sociale et culturelle. Or, comme les Italo-américains peuvent alternativement ou simultanément se définir comme des Américains et des descendants d’Italiens, il est possible de dire que leur italo-américanité a bien atteint un stade de zénith et qu’elle s’inscrit dans la logique de l’élaboration d’une Amérique postethnique même si celle-ci est encore en construction.

22L’interaction entre le patrimoine culturel de la société dominante anglo-américaine et celui des descendants des migrants a donné naissance à l’ethnicité. Celle-ci, volontaire et consciente, n’est en aucun cas semblable à l’identité des étrangers lors de leur arrivée aux Etats-Unis. Ainsi, l’italo-américanité, comme les autres formes d’ethnicité, ne doit pas être perçue comme une pâle copie de l’identité authentique des "cousins" d’Europe, et ici des Italiens vivant en Italie, mais comme le produit de l’expérience des générations successives d’immigrants aux Etats-Unis.

23Les identités ethniques, éléments intrinsèques de l’identité nationale américaine, ne sont pas des facteurs de division du pays, tel que le craint Arthur Schlesinger (1992), mais des acteurs de la construction de la nation américaine qui repose sur la collaboration, le partage et les échanges entre les groupes qui co-habitent. Ainsi, l’élaboration de l’italo-américanité est un des éléments constitutifs du processus d’invention culturelle à partir duquel l’identité américaine se construit, et le stade de zénith qui semble avoir été atteint par cette communauté devrait être le signe que la diversité culturelle n’est pas incompatible avec l’identité américaine nationale mais plutôt qu’elle en est une des caractéristiques.

Top of page

Bibliography

Alba, Richard, Ethnicity and Race Toward the 21st Century, Boston: Routlege and Kegan Paul, 1985(a).

-----, Italian-Americans into the Twilight of Ethnicity, Englewood Cliffs: Prentice Hall, 1985(b).

Battistella, Graziano, Italian Americans in the ‘80s. A Sociodemographic Profile, New York: CMS, 1989.

Bennett, David, The Party of Fear. The American Far Right from Nativism to the Militia Movement, New York: Vintage Books, 1995.

Bourne, Randolph, The Radical Will. Selected Writings, 1911-1918, New York: Urizen Books, 1977.

Conzen, Kathleen Neils, David Gerber, Ewa Morawska, George Pozzetta et Rudolph Vecoli, "The Invention of Ethnicity: A Perspective from the U.S.A.", Journal of American Ethnic History, 12, (1), Fall 1992, 3-41.

De Conde, Alexander, Half-Bitter, Half-Sweet. An Excursion into Italian-American History, New York: Charles Scribner's, 1971.

Fischer, Michael, "Ethnicity and the Post-Modern Arts of Memory", Writing Culture: The Poetics and Politics of Ethnography, James Clifford et George Marcus dir., Los Angeles/Berkeley: University of California Press, 1986.

Foner, Nancy, In a New Land: A Comparative View of Immigration, New York: New York University Press, 2005.

-----, New Immigrants in New York, New York: Columbia University Press, 1987.

Gambino, Richard, "Are Italian Americans in ‘the Twilight’ or a New Dawn ? ", Industry, Technology, Labor and the Italian American Communities, Aste, Mario, Krase, Jerome, Napolitano-Carman, Louise et Janet Worrall dir., New York: AIHA, 1997.

-----, "The Case for Ethnicity", Italian-American Magazine, November 1976, 28-31.

Gans, Herbert, "Symbolic Ethnicity: The Future of Ethnic Groups and Cultures in America", On the Making of Americans, Gans, Herbert, Glazer, Nathan, Gusfield, Joseph et Christopher Jencks dir., Philadelphie: University of Pennsylvania Press, 1979.

Glazer, Nathan et Daniel Moynihan, Beyond the Melting Pot. The Negroes, Puerto Ricans, Jews, Italians and Irish of New York City, Cambridge, MA: MIT Press, 1963.

Gleason, Philip, "Identifying Identity. A Semantic History", Journal of American History, 69, (4), March 1983, 910-931.

Guglielmo, Jennifer and Salvatore Salerno dir., Are Italians White? How Race is Made in America, New York: Routledge, 2003.

Hansen, Marcus L., The Problem of the Third Generation. Alberta, Canada: Augustana College Library, 1987 (paper presented in 1937).

Hobsbawm, Eric et Roger Terence dir., The Invention of Tradition, New York: Cambridge University Press, 1983.

Hollinger, David, Postethnic America. Beyond Multiculturalism, New York: Basic Books, 1995.

Juliani, Richard, "The Position of Italian-Americans in Contemporary Society", The Melting Pot and Beyond: Italian Americans in the Year 2000, Krase, Jerome et William Egelman dir., New York: AIHA, 1985.

Krase, Jerome, "Little Italies in New York City: A Semiotic Approach", Italian American Review, 5, (1), Spring 1996, 103-115.

Lacorne, Denis, La Crise de l’identité américaine. Du Melting Pot au multiculturalisme, Paris : Fayard, 1997.

Mangione, Jerre, An Ethnic at Large. A Memoir of America in the Thirties and Forties, New York: Putnam’s Sons, 1978.

Massey, Douglas, "The New Immigration and Ethnicity in the United States", Population and Development Review, 21, (3), September 1995, 631-652.

Mead, Margaret, And Keep Your Powder Dry. An Anthropologist Looks at America, New York : Morrow and Co, 1942.

Michaud, Marie-Christine, Columbus Day et les Italiens de New York, Paris : Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2011.

Novak, Michael, The Rise of the Unmeltable Ethnics. Politics and Culture in the Seventies, New York : McMillan Company, 1971.

Pedraza, Silvia et Ruben Rumbaut dir., Origins and Destinies. Immigration, Race, and Ethnicity in America, New York: Wadsworth Publishing Company, 1996.

Perlmann, Joel, Italians Then, Mexicans Now: Immigrant Origins and Second-Generation Progress, 1890-2000, New York : Russell Sage Foundation, 2005.

Schlesinger, Arthur, The Disuniting of America. Reflections on a Multicultural Society, New York : Norton and Co, 1992.

Tricarico, Donald, "In a New Light: Italian American Ethnicity in the Mainstream", Ethnic Enigma. The Salience of Ethnicity for European-Origin Groups, Peter Kivisto dir., Philadelphia : Balch Institute Press, 1989.

Vecoli, Rudolph, "Are Italian Americans Just White Folks?", Italian Americana, 12, (2), Summer 1995, 149-165.

-----, "The Search for an Italian American Identity: Continuity and Change", Italian Americans – New Perspectives, Tomasi, Lydio dir., New York : Center for Migration Studies, 1985.

Waters, Mary, Ethnic Options. Choosing Identities in America, Berkeley : University of California Press, 1990.

Top of page

Notes

1 D’après le recensement de 2000, 5,6% de la population totale du pays revendiquent des origines italiennes ou la nationalité italienne et quelque 4,5 millions de migrants italiens sont venus aux Etats-Unis entre 1860 et 1924. Bureau of the Census, Washington D. C.

2 Le Risorgimento a entraîné l’unification de l’Italie entre les années 1860 et la Première Guerre mondiale. Avant cette période, l’Italie n’existait pas en tant qu’entité culturelle et politique. Aussi n’y avait-il pas de sentiment national ni de conscience collective parmi les habitants de la péninsule. D’ailleurs, les Italiens du nord, perçus comme des conquérants par les habitants du Mezzogiorno (les territoires du sud de Rome) pendant le Risorgimento, méprisaient ces derniers qu’ils considéraient comme des paysans incultes et des êtres inférieurs. Alors que les régions du nord étaient plus développées et industrialisées, le mode de vie des Italiens du sud reposait sur les principes ruraux et païens du campanilisme, c’est-à-dire une solidarité fondée sur l’appartenance au village – en fait, le territoire dominé par le campanile. Chaque village avait son propre mode de vie, des coutumes distinctes : par exemple, les habitants des divers villages ne priaient pas les mêmes Saints et ne parlaient pas la même langue. Lors de leur immigration massive aux Etats-Unis, entre 1870 et 1910, les Italiens n’avaient donc pas véritablement de conscience nationale.

3 En 1920, plus de 95% des mariages comprenant des migrants italiens sont endogames ; en 1980, 6% des Italiens ou Italo-américains de plus de 65 ans sont issus de mariages exogames contre 81% des enfants de moins de 5 ans, ce qui atteste des changements de mentalité (Alba 1985b, 151).

4 Le pourcentage d’élèves italo-américains qui fréquentent des écoles privées catholiques est supérieur au pourcentage des élèves blancs inscrits dans des établissements privés (de confessions diverses). En 1980, sur l’ensemble du territoire, il est de 17,6% contre 11,6% (Battistella 89).

5 Les Italiens d’Italie n’éprouvent pas le besoin de commémorer l’événement car l’entreprise de Colomb n’a pas eu d’effets directs en Italie. Notons toutefois que Mussolini tenta d’institutionnaliser une célébration en 1925 afin de renforcer l’esprit d’initiative, voire l’engouement pour une politique impérialiste, parmi la population italienne mais sans succès (New York Times, 11 octobre 1925, p. 7).

6 Leur taux de réussite scolaire s’améliore : alors que seuls 5,3% sont titulaires de l’équivalent d’une licence en 1980, ils sont 17,3% dans ce cas en 2005. Dans l’ensemble des Etats-Unis, en 1990, le taux de pauvreté des Italo-américains est inférieur à celui de l’ensemble de la population (8% contre plus de 9%) et 81% des Italo-américains sont propriétaires de leur logement/maison contre 68% de la population totale blanche non-hispanique ; plus de 10% travaillent à leur compte contre 7,7% pour l’ensemble des Américains (Pedraza and Rumbaut xvi-xix).

7 Nous considérons que l’exemple de New York est révélateur car c’est dans la mégapole que la concentration d’Italiens, toutes générations confondues, est la plus importante aux Etats-Unis. Aujourd’hui, la population italo-américaine (et italienne) y représente 11,5% de la population totale (Foner 1987, 64-66).

8 Les Italo-américains quittent le centre des villes pour s’installer dans les banlieues. A New York, entre 1980 et 1990, leur proportion passe de 14,2% à 11,5% (Krase 106-110).

9 La catastrophe a fait quelque 180 morts, 1500 blessés et 50000 sans abri d’après la NIAF. A titre d’exemple, les fonds récoltés par la NIAF ont été en priorité destinés à reconstruire l’université d’Aquila et à financer des bourses pour permettre à des étudiants italiens de venir étudier aux Etats-Unis pendant l’année 2009-2010 en attendant que leur université ouvre à nouveau. <http:// www.niaf.org>, consulté le 10 janvier 2010.

10 Voir les récentes productions cinématographiques telles que The Goodfellas (Martin Scorcese, 1990), Casino (Martin Scorcese, 1994) ou Staten Island, New York (James De Monaco, 2009) ainsi que les séries télévisuelles telles que The Untouchables (1959), The Sopranos (1998) ou Boardwalk Empire (2009).

11 Même si Christophe Colomb fut envoyé dans les Amériques par la reine d’Espagne Isabelle la Catholique, les Italo-américains insistent sur son lieu de naissance, Gênes, pour voir en lui le "père" de tous les immigrants italiens, c’est-à-dire le premier Italien à avoir foulé le sol américain. Ils s’approprient la figure héroïque du navigateur afin de légitimer leur présence en Amérique et de prouver que leur "peuple" a pleinement contribué au développement de l’Amérique.

12 Notons toutefois que, contrairement à la masse des Italo-américains, des associations telles que the American Italian Anti-Defamation League et the National Italian American Foundation ont dénoncé la série car, selon elles, The Sopranos nourrissait les préjugés à l’encontre de la communauté italo-américaine.

13 The New York Times, 12 octobre 1992, 1.

Top of page

References

Bibliographical reference

Marie-Christine Michaud, « "Italian America in the Making" », Caliban, 31 | 2012, 43-57.

Electronic reference

Marie-Christine Michaud, « "Italian America in the Making" », Caliban [Online], 31 | 2012, Online since 16 March 2015, connection on 15 April 2021. URL : http://journals.openedition.org/caliban/375 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.375

Top of page

About the author

Marie-Christine Michaud

Université de Bretagne Sud

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search