Skip to navigation – Site map
II. Exchanges and Border Crossings

Entre les deux mon cœur balance : citoyens américains … mais toujours mexicains ?

Isabelle Vagnoux
p. 73-86

Abstract

Although figures have been improving in recent years, Mexicans are traditionally one of the immigrant groups with the lowest naturalization rate in the United States. This paper first examines the reasons for this phenomenon, but also the efforts by the Mexican government to promote protection through integration. Relying on a number of interviews with immigrants, organizations and Mexican diplomats, this paper will attempt to determine why a growing number of Mexican legal permanent residents (LPRs) now choose to take the plunge and to become U.S. citizens. This essay concludes on an evaluation of the ambivalent ties the newly-naturalized develop with both countries.

Top of page

Full text

1La citoyenneté est une notion très complexe qui revêt de multiples dimensions : légales, politiques, psychologiques. Fruit d’une expérience à la fois collective et individuelle, elle constitue, en outre, un tremplin pour toute une série de droits (Colom González 39). "Nation d’immigrants", selon la formule de J.F. Kennedy, même si les portes n’ont pas toujours été ouvertes à tous, les Etats-Unis sont également celle du melting pot ou de la mosaïque, où se mêlent assimilation et fidélité aux cultures d’origine. En outre, à l’heure de la mondialisation accélérée, les limites territoriales s’étendent, grâce aux migrants, au-delà des frontières officielles. Les transferts réguliers d’argent vers le Mexique (remesas) participent pleinement de ce double ancrage et de la "transnationalisation" de la migration. Cette existence "transnationale" est facilitée par des moyens de communication instantanée (Internet, téléphone), une mobilité accrue, et l’existence de réseaux internationaux. Les gouvernements des pays d’origine eux-mêmes se rendent compte du potentiel que représentent leurs expatriés. Le Mexique n’hésite pas à l’affirmer : "c’est une nation qui s’étend au-delà de ses frontières" (González Gutiérrez 2000, 107). Du coup c’est la notion traditionnelle même d’Etat-nation qui est remise en cause, puisque ces populations prennent théoriquement part à la vie citoyenne de deux pays. Ce phénomène a été maintes fois dénoncé par les nostalgiques des anciens modèles d’immigration pour lesquels l’assimilation aux valeurs américaines était plus complète et l’interaction avec le pays natal bien moindre (Huntington 181-260). A "double nationalité", ils répondent "double loyauté", sous-entendant une loyauté moins absolue au pays d’accueil.

  • 1 11,747 millions exactement, d’après les dernières statistiques calculées par le Pew Hispanic Center (...)
  • 2 Selon les services officiels mexicains (INEGI), la population mexicaine comptait 112 336 538 person (...)

2Nous nous proposons dans cette étude de nous pencher sur le cas des immigrés mexicains, qui se caractérisent par une hyper concentration dans un seul pays, le voisin états-unien, pour 98% d’entre eux. Cette dépendance entraîne fatalement de fortes réactions diplomatiques chaque fois que sont prises des mesures hostiles aux immigrants. Premier groupe immigré aux Etats-Unis avec près de 12 millions d’âmes (Pew Hispanic, 2012),1 soit 10,4% de la population du Mexique,2 ils se distinguent par une forte extraterritorialisation et l’un des taux de naturalisation les plus bas du pays. Pourquoi hésitent-ils à franchir le pas de la naturalisation, traditionnellement perçue comme la meilleure preuve d’assimilation ? Dans quelle mesure les décisions prises à leur égard par le gouvernement mexicain depuis les années 1990 ont-elles influé sur leur choix ? Qui franchit le pas ? Pour quelles raisons ? Quel lien gardent-ils avec le Mexique une fois naturalisés américains ?

  • 3 Sur un groupe d’une vingtaine de personnes, seules deux étaient naturalisées ou en voie de l’être.

3Cet article constitue la première étape d’une étude empirique plus vaste sur le passage du statut de résident permanent à celui de citoyen américain et mexicain ainsi que sur les conséquences de cet acte sur la relation avec la vie citoyenne aux Etats-Unis et au Mexique. Il s’appuie sur des entretiens menés en 2006 auprès de diplomates du consulat général du Mexique à San Diego, puis à Carlsbad, Californie, auprès d’un groupe d’immigrés originaires de l’Etat de Oaxaca ;3 en 2010, auprès de diplomates de l’ambassade du Mexique à Washington, ainsi qu’à la National Association of Latino Elected Officials (NALEO) qui mène régulièrement des campagnes pour  la naturalisation des résidents permanents et leur inscription sur les listes électorales; en 2011, en Virginie, auprès de l’association Virginia Coalition of Latino Organizations. Dans tous les cas, les questions posées faisaient partie d’un ensemble plus vaste, lors d’entretiens semi-directifs. Le groupe d’immigrés du Oaxaca, notamment, souhaitait nous informer très précisément sur la façon dont il fonctionnait en tant que groupe et sur leurs relations avec leur village d’origine. Les propos spontanés se sont révélés au moins aussi intéressants que les réponses aux questions posées.

4Nous avons pleinement conscience que, dans cette première étape, le nombre limité d’entretiens menés ne permet pas de dégager des conclusions définitives et qu’il convient de considérer ces témoignages comme des "vignettes", des illustrations. Toutefois, les raisons invoquées pour ne pas franchir le cap de la naturalisation ou bien, au contraire, pour le faire, ont été confirmées par des associations, telle NALEO, ou bien les diplomates mexicains rencontrés, en contact avec des milliers de résidents. Cet article vise donc modestement à lancer des pistes de réflexion pour de futurs travaux, et non à livrer un résultat définitif.

Nombreux mais… lanterne rouge de la naturalisation

  • 4 Calculé d’après les statistiques du Department of Homeland Security (DHS), Table 21. <http://www.dh (...)

5S’ils constituent annuellement le plus gros bataillon des naturalisés (près d’un million entre 2001 et 2010, soit 15% de l’ensemble des naturalisations de la décennie),4 les Mexicains qui résident légalement et de façon permanente aux Etats-Unis (les LPR, Legal Permanent Residents) peuvent se targuer d’un des taux de naturalisation les plus bas parmi les groupes d’immigrés vivant dans ce pays. Représentant 35% des immigrés éligibles pour la naturalisation, ils ne comptent que 13% des citoyens naturalisés (Pew 2007), bien que sur la décennie 1995-2005 ils enregistrent la plus forte augmentation, preuve que cette disproportion peut s’effacer avec le temps. En fonction de la date de l’obtention du statut de résident permanent aux États-Unis, les immigrés asiatiques présentent un taux de naturalisation variant entre 60 et 70% ; les Européens entre 40 et 60% et les Mexicains entre 20 et 50%. Dans les dix années qui suivent l’obtention du statut de résident permanent légal, les Asiatiques figurent en tête du taux de naturalisation, suivis par les Européens, "les autres" groupes nationaux et, lanterne rouge, les Mexicains (DHS 2007 et 2011).

  • 5 La proximité de la frontière peut en partie seulement expliquer certaines variations. D’autres expl (...)

6Plurielles, les raisons de ce phénomène peuvent être réparties en deux catégories : les caractéristiques du groupe d’origine, qui tendent à figer le groupe dans une attitude donnée, et le contexte qui, lui, permet d’expliquer les variations importantes existant au sein du même groupe national en fonction des Etats et des comtés de résidence. Des chercheurs du Woodrow Wilson Center ont ainsi montré que, sur les résidents permanents mexicains naturalisés en 2004, le taux de naturalisation atteignait 31,3% en Illinois, 27,9% en Californie, 20,4% au Texas et 16,5% au Nouveau-Mexique, avec des variations considérables au sein d’un même Etat. Ils indiquent, par exemple, un taux de 37,9% à San Francisco et de 15-17% seulement dans les comtés de la Central Valley en Californie (Bada et al. 42-43). Si le contexte local conduit à de telles disparités,5 cela signifie que les résultats ne sont pas figés et qu’une amélioration des conditions d’accueil ou de préparation à la naturalisation peut amener une nette augmentation de ces taux.

7Dans la première catégorie, on trouvera un mélange de raisons d’ordre psychologique, culturel et géographique. Historiquement, pendant longtemps, ces migrants furent perçus par l’élite de leur nation comme des traitres à la construction nationale, des pochos (fruits pourris) qui préféraient se réfugier chez le voisin  impérialiste. S’y ajoutait le racisme classique de l’élite à l’égard de migrants issus très majoritairement des classes pauvres, rurales et métissées. Depuis une vingtaine d’années cependant, le discours est tout autre. L’accord de libre-échange nord-américain, qui hisse le Mexique au rang de partenaire de la puissance américaine et du solide Canada, lui a permis de laisser derrière lui ses guêtres de pays en voie de développement et de jouer dans la cour des grands. Du coup, partir s’installer aux Etats-Unis n’est plus considéré comme une trahison, n’est plus vécu comme un acte honteux pour la nation. L’émigré est, au contraire, valorisé par sa famille, ses proches, ses voisins mais aussi par les autorités fédérales ou locales. Par l’argent qu’il envoie régulièrement à sa famille, il devient un petit mécène.

8L’attachement au pays natal, le traditionnel México lindo, demeure, en effet, très fort et même ceux dont les enfants sont nés aux Etats-Unis caressent le rêve de retourner chez eux. La plupart ne le feront pas et resteront mais, psychologiquement, ne pas devenir citoyen américain c’est rester proche du retour et rester fidèle à sa patrie, dont on connaît les relations historiques tumultueuses et douloureuses avec le grand voisin du nord. Géographiquement, la proximité du Mexique est un piège. Elle entretient le rêve du retour facile et peut retarder le passage à l’acte. Cela ne signifie nullement que le taux de retour soit plus important que pour d’autres groupes, mais la proximité permet mentalement au moins un va-et-vient entre les deux pays et peut donc retarder l’ancrage définitif.

  • 6 Une description détaillée de la procédure de naturalisation est disponible sur le site officiel de (...)

9A cheval entre les deux catégories se situent les raisons matérielles qui constituent un frein réel. Le coût de la naturalisation est fort dissuasif : de 60 dollars en 1989 il est passé à 595 dollars aujourd’hui, auxquels s’ajoutent 85 dollars pour l’enregistrement informatique des empreintes digitales, soit un total de 680 dollars.6 Un coût réel pour les faibles revenus, surtout si plusieurs membres d’un même foyer veulent être naturalisés en même temps (c’est souvent une action accomplie en couple). S’y ajoutent enfin les contraintes de temps et la barrière linguistique. Toute naturalisation comporte un test "civique", certes basique, sur l’histoire et les institutions américaines, et il est nécessaire de maîtriser l’anglais, sauf pour les personnes de plus de 50 ou 55 ans ayant vécu aux États-Unis en tant que résidents permanents pendant respectivement 20 et 15 ans. Dans ce cas, à la condition qu’ils viennent accompagnés d’un interprète, le test peut être passé en espagnol. A priori, ces conditions ne paraissent pas représenter un obstacle particulier, sauf que pour nombre de résidents peu instruits, étudier les bases de la culture américaine, s’exprimer en anglais devant un jury, représentent une difficulté que beaucoup n’osent pas surmonter. Les plus isolés peuvent ne pas connaître le processus administratif. Les statistiques dégagées par les chercheurs du Woodrow Wilson Center montrent qu’il existe en Californie un réel fossé entre certaines villes et les zones rurales. Ces disparités s’expliquent par la différence de niveau d’instruction et donc de maîtrise de l’anglais entre une population urbaine vivant dans un espace multiethnique et une population rurale parfois plus isolée, mais aussi par les infrastructures, en termes de cours du soir et d’assistance à l’élaboration du dossier, qui relèvent directement de la deuxième catégorie, le contexte local, puisque l’investissement financier des autorités fédérales dans l’intégration des immigrés est aujourd’hui beaucoup plus faible que dans les années 1980.

10S’y ajoutent les contraintes matérielles (distance du lieu de travail, proximité ou éloignement des structures d’accompagnement à la naturalisation) et administratives. En 2007, il fallait compter entre 16 et 18 mois pour obtenir la nationalité américaine après dépôt du dossier. Les délais tendent à se réduire aujourd’hui mais les résultats varient considérablement d’un bureau à l’autre, ce qui retentit sur le taux de naturalisation.

11A l’évidence, les raisons de cette hésitation à franchir le pas apparaissent plus complexes que ne le suggère la seule approche culturaliste, et le contexte local, par définition variable, doit être pris en compte pour produire une analyse affinée.

"Même si tu es loin, nous sommes avec toi"7

  • 7 Slogan de l’Instituto de los Mexicanos en el Exterior dans les premières années de son existence.

12Prenant acte de l’évolution historique des parcours des migrants qui, de plus en plus, s’installent définitivement aux Etats-Unis, le Congrès mexicain a adopté en 1996 une loi qui permet de balayer les hésitations d’ordre affectif des candidats potentiels à la naturalisation : la loi de "non perte de la nationalité" (no pérdida de la nacionalidad). En d’autres termes, nul ne peut renoncer à la nationalité mexicaine. Tout ressortissant peut alors adopter autant de nationalités qu’il le souhaite, il ne perdra jamais celle de sa naissance. En théorie, le voisin américain, lui, n’accepte pas la double nationalité… mais il ferme les yeux. Entre diplomatie, psychologie, statut juridique et fierté nationale, ce compromis libère les "enfants de l’étranger" (los hijos de afuera) en leur permettant de s’intégrer totalement à leur pays d’accueil tout en restant mexicains, donc susceptibles de revenir au pays à tout moment, voire de participer à sa vie citoyenne, et gardant tous leurs droits en termes de propriété et d’héritage. De plus, ainsi, ils n’ont pas l’impression de "trahir". Tout un symbole.

13La date de cette législation majeure n’est pas innocente. Elle survient dans un contexte de rapprochement (acercamiento) des autorités mexicaines envers leurs expatriés dès 1991 et la mise en place du Programme pour les communautés mexicaines de l’étranger (PCME) dépendant du Ministère des Affaires étrangères. La loi de “non perte de la nationalité ” survient également après l’entrée en vigueur de l’ALENA, en 1994, alors que le crédo officiel ne perçoit plus les Etats-Unis comme l’ennemi historique mais comme un partenaire, une chance même, pour le Mexique. En outre, en 1994 toujours, la Californie, première terre d’accueil de la diaspora mexicaine, adopte la Proposition 187 qui vise à priver les clandestins de l’accès aux services publics tels que les hôpitaux et les établissements scolaires. Juridiquement, cette Proposition—qui sera d’ailleurs rapidement invalidée par les instances fédérales américaines—ainsi que les possibilités qu’offre la nouvelle loi sur la nationalité ne concernent pas les mêmes personnes. Aucun clandestin n’est directement naturalisable. Qu’importe, l’impact est psychologique et c’est ce qui compte pour les immigrants. Ainsi, ils peuvent, s’ils sont en situation irrégulière, franchir le pas de la régularisation et ensuite postuler à une rassurante naturalisation, sans pour autant couper le lien symbolique avec le Mexique. C’est enfin une période où toute une série d’Etats latino-américains accordent à leurs ressortissants la possibilité d’avoir une double nationalité : République dominicaine, Costa Rica, Colombie, Equateur, Brésil. La différence entre "double nationalité" et "non perte de la nationalité" est purement symbolique.

14La loi de "non perte de la nationalité" entre en vigueur en 1998. Dix mois plus tard, quelque 12 388 demandes de  récupération de la nationalité, émanant de Mexicains déjà naturalisés, parviennent aux autorités mexicaines. C’est à la fois beaucoup et peu au regard des quelque 583 747 Mexicains naturalisés entre 1991 et 1997. La loi stipulait initialement que la récupération devait avoir lieu avant 2003. Cette limite a depuis été supprimée et le Mexique continue à envoyer des milliers de certificats garantissant le maintien de la nationalité mexicaine à ceux qui ont pris le temps de la réflexion.8

  • 9 Les premiers programmes sont d’ordre économique et visent à organiser, dès les années 1990, les ver (...)

15Cette loi, de même que le droit de vote à l’étranger pour les expatriés, s’inscrivent en outre dans une volonté claire du gouvernement mexicain d’organiser, de "coopter" (co-opt) (Escobar 60) ses millions d’émigrés vivant aux Etats-Unis.9 Tout consulat se doit d’assurer la protection de ses ressortissants à l’étranger. Dans le cas du Mexique, le secteur Protection  peut atteindre les trois-quarts de l’activité de certains consulats. En leur donnant la possibilité de devenir américains sans renoncer à leur nationalité mexicaine, Mexico assure à ses ressortissants une sorte de "protection par l’intégration". Les objectifs officiellement avancés sont la volonté d’accompagner les expatriés dans leur intégration aux Etats-Unis, de leur assurer une meilleure stabilité, de meilleures conditions de vie, mais aussi de "souligner le prix politique à payer pour les promoteurs de futures lois anti-immigrants" (González Gutiérrez 2006, 198). En d’autres termes, donner aux nouveaux naturalisés les armes pour se défendre, par leur vote, contre d’éventuelles législations discriminantes. Qu’importe si les groupes concernés par ces dernières ne sont pas les mêmes. Enfin, il s’agit de maintenir un relais politique en "développant une relation privilégiée avec des leaders de plus en plus puissants aux Etats-Unis" (González Gutiérrez 2006, 187), même si les débats sur l’ALENA ont montré la disparité des positions des élus mexicains-américains et donc l’absence d’un lobby mexicain. Cette politique de rapprochement prend plus d’envergure encore sous le gouvernement de Vicente Fox, en 2002. Celui-ci crée alors l’Institut des Mexicains de l’étranger (IME), assorti d’un Conseil consultatif constitué de cent migrants (la plupart nés au Mexique), élus par leur communauté, afin d’institutionnaliser les relations et d’informer régulièrement, lors des deux réunions annuelles à Mexico, le gouvernement mexicain des attentes et des besoins des expatriés.

16En 2005, le gouvernement mexicain va plus loin dans sa politique d’extraterritorialisation en accordant aux expatriés (naturalisés ou pas) le droit de voter par correspondance lors des élections. Au nom de la "démocratie par le bas" cette loi était réclamée par les plus actifs des expatriés depuis des décennies. Longtemps, le parti au pouvoir (PRI) a fait la sourde oreille. Après tout, ces expatriés avaient quitté le pays parce qu’ils ne pouvaient s’y épanouir, le risque était donc élevé qu’ils votent pour l’opposition. Ce n’est donc pas un hasard s’il a fallu attendre la défaite historique du PRI—après 70 ans de pouvoir—pour qu’une telle loi soit sérieusement envisagée. La pression citoyenne, l’organisation de la diaspora voulue par le président Fox, ainsi que la gestion des élections par un institut électoral indépendant (Instituto federal electoral, IFE) ont enfin rendu la chose possible, malgré la difficulté d’empêcher toute tentative de fraude. Certains Etats, émetteurs d’importants flux d’émigrés, vont même jusqu’à permettre l’élection de binationaux ou d’émigrés (un poste sur sept au Zacatecas, par exemple), ou le vote pour le poste de gouverneur (Michoacán).

Qui franchit le pas ?

  • 10 Cette augmentation exponentielle s’explique également en partie par la naturalisation massive des m (...)

17Dans ce contexte ambigu, où le Mexique souhaite éviter de perdre ses expatriés à jamais, tout en reconnaissant qu’il faut donner la priorité à leur intégration et tout en ayant conscience que le lien se distend fortement avec la deuxième génération, quels éléments poussent les "résidents" à demander la naturalisation américaine ? En règle générale, chaque loi hostile aux immigrants génère une augmentation des naturalisations. Compte tenu des délais administratifs, on remarque une forte poussée deux ans après le passage d’une telle loi. Ainsi, en 1996, près de six fois plus de naturalisations de Mexicains ont été enregistrées par rapport à 1994, date de la funeste Proposition 187.10 En interdisant aux résidents de bénéficier des coupons (food stamps) et du revenu complémentaire (Supplemental Security Income), le Personal Responsibility and Work Opportunity Reconciliation Act de 1996 les a également conduits à franchir le pas de la naturalisation. De même, en 2008, après le climat délétère de 2005-2006, lorsque le Congrès s’oppose au projet des sénateurs Ted Kennedy et John McCain (soutenus par la Maison-Blanche) qui prévoit une forme de régularisation pour les immigrés en situation irrégulière. Au contraire, ce sont des mesures drastiques de contrôles et d’expulsion qui sont adoptées. Que ces lois visent les clandestins seulement ou bien l’ensemble des immigrés, c’est le climat de suspicion, la peur du délit de faciès, que ces lois sèment, mais aussi le non-accès à certains avantages sociaux qui inquiètent et qui poussent à choisir la "sécurité", raison souvent invoquée par les immigrés pour expliquer leur décision de franchir le pas de la naturalisation.

18Plus de la moitié des immigrés mexicains, tous statuts confondus, craignent aujourd’hui l’expulsion, pour eux-mêmes ou un proche. D’autant que les familles sont souvent mixtes : l’un peut être résident et l’autre sans-papiers. En cas d’expulsion de ce dernier, ou bien la famille se désintègre, ou bien tous partent ensemble. En revanche, tout citoyen américain, naturalisé ou par naissance, peut "parrainer" (sponsor) son époux, ses enfants, ses parents ou ses frères et sœurs pour l’obtention du sésame, la carte verte. Ces deux dernières possibilités n’existent pas pour un simple résident permanent. La conjonction d’un climat délétère envers les immigrés, des expulsions, de la crise économique et de l’augmentation du coût du renouvellement de la carte verte à 450 dollars—soit un montant à peine moins onéreux que la naturalisation définitive—explique ce flux de naturalisations en 2008, ce mouvement vers la "sécurité".

19Les immigrés sont aidés dans leur démarche par de nombreuses organisations latinos, au premier rang desquelles NALEO, le National Council of La Raza—notamment grâce à leur programme civique conjoint Ya es hora—mais aussi par les consulats mexicains en vertu du principe de "protection par l’intégration" puisque les naturalisés demeurent envers et contre tout mexicains. Pour les associations œuvrant à l’augmentation de la visibilité politique des Hispaniques, comme pour la diplomatie mexicaine qui, à défaut d’un lobby, cherche des relais chez le voisin américain, le potentiel est énorme. Si toute la population mexicaine adulte et résidente (excluant donc les illégaux) franchissait le pas de la naturalisation cela doublerait le nombre de naturalisés, portant ainsi le taux de 22% à 46%, soit le taux moyen de naturalisation dans le pays (Terrazas 2010). Il s’agit donc là d’un travail de longue haleine qui, in fine, si la baisse actuelle de la migration vers le nord se confirme sur plusieurs années, aboutira à l’intégration humaine qui fait tant défaut à l’accord purement économique que constitue l’ALENA.

20Tous ceux qui franchissent le pas de la naturalisation ne sont pas mus par les mêmes raisons et il est difficile d’établir un profil type. Tous ne perçoivent pas leur identité de la même façon non plus. Certains demeurent plus attachés au Mexique que d’autres. Aux deux extrêmes, l’on trouve les seniors, résidant aux Etats-Unis depuis parfois plusieurs décennies et qui prennent conscience qu’ils ne retourneront plus au Mexique (c’est par exemple le cas des parents d’un de nos témoins, Gabriela, qui n’ont franchi le pas de la naturalisation qu’après l’âge de 60 ans). Si la dispense de maîtrise de l’anglais après 50 ans peut jouer un rôle dans cette décision, la motivation familiale paraît prépondérante (rester proches de ses enfants installés aux Etats-Unis, voire de ses petits-enfants), ainsi que, même s’il n’est pas avoué, le désir de profiter des droits sociaux acquis tout au long d’une vie de labeur. En outre, pour tous ceux qui n’ont pas construit de logement au Mexique pendant leur expatriation, ils n’ont rien vers quoi retourner. Enfin, la loi de non perte de la nationalité mexicaine a certainement joué un rôle incitatif.

  • 11 Figuier de Barbarie.

21A l’autre extrême, les immigrés récents, souvent jeunes, désireux de trouver rapidement leur place dans la société américaine et qui prennent conscience qu’ils pourront beaucoup mieux protéger leurs droits en tant que citoyens américains (par exemple Félix et Carmelino, interviewés à Carlsbad) qu’en tant que simples résidents. Dans le cas de ceux qui sont venus aux Etats-Unis sans papiers, ils ont régularisé leur situation dans les meilleurs délais. Ainsi, Félix, la quarantaine, arrivé comme ouvrier agricole deux décennies auparavant, a souhaité lutter à sa manière contre l’exploitation des ouvriers et les conditions de travail inhumaines qui leur étaient imposées. Les associations, les syndicats ne lui inspirent aucune confiance. Il a préféré suivre une voie individuelle, obtenir dès que possible la naturalisation, pour mieux agir et peser sur la vie civique aux Etats-Unis. Leader du groupe Migrantes por Ayoquezco, il constitue un intermédiaire incontournable pour le consulat général du Mexique à San Diego. Seul du groupe à posséder un ordinateur qu’il met à la disposition des autres, Félix s’est imposé dans la vie américaine, en conseillant les immigrés, en les aidant en cas de démarches, en faisant l’interface avec les collectivités locales. Il demeure cependant actif vis-à-vis du Mexique également, dans sa relation avec le consulat mais aussi en tant qu’organisateur d’une entreprise transnationale qui importe en Californie des nopals récoltés et conditionnés dans son village natal.11 Mexicain et américain, Félix est l’archétype du naturalisé qui met sa nouvelle nationalité au service de sa communauté. Courtisé par les diplomates de son pays d’origine, il a refusé de faire partie du Conseil consultatif de l’IME. Même s’il reconnaît les bonnes intentions de l’institution, il lui reproche son manque de contacts avec les communautés et d’actions sur le terrain. Félix se méfie des structures sur lesquelles il ne peut exercer aucun contrôle.

22Carmelino, quant à lui, est un jeune homme en colère. En colère contre un Mexique qui n’a pas pu lui donner sa chance, qui l’a contraint à émigrer pour pouvoir vivre dans des conditions décentes. Au moment de notre entretien, il n’était pas naturalisé mais son intention était clairement de franchir le pas dès que possible et de tourner ainsi rapidement la page mexicaine. Contrairement à Félix, il ne tient pas à tisser des liens économiques ou politiques avec son pays d’origine. Son expatriation est un acte individuel qui ne s’inscrit pas dans une approche transnationale. Son activité est plutôt dirigée vers les jeunes qu’il encadre, et auxquels il apprend à être reconnaissants envers les opportunités offertes par les Etats-Unis. Un futur naturalisé exemplaire pour ces derniers.

23Autre cas de figure, Lena, diplômée de l’enseignement supérieur et mariée à un Américain. "Sans la loi de non perte de la nationalité, jamais, jamais, je n’aurais franchi le pas, mais grâce à elle on ne perd pas son identité", déclare-t-elle. Le statut de résidente permanente lui convenait parfaitement... jusqu’à ce qu’elle apprenne qu’en cas de décès de son époux, sa situation sociale deviendrait précaire. Dans son cas, comme dans bien d’autres, c’est la crainte de se trouver un jour en difficulté avec l’administration ou les autorités qui pousse à la naturalisation. Pour "être tranquille".

24Souvent, les immigrés les plus actifs au sein de leur communauté perçoivent rapidement les avantages de la naturalisation qui leur permet de peser davantage, localement comme au Mexique. Lena est de ceux-là. En Virginie, elle représente un lien important entre les immigrés, la section consulaire, et les collectivités locales. Le lien avec le Mexique ne faiblit pas, même si elle reconnaît volontiers que c’est l’ancrage dans le pays d’accueil qui importe pour les immigrés, la possibilité de changer la société dans laquelle ils vivent—et non celle qu’ils ont quittée—, d’où l’importance du vote… aux Etats-Unis beaucoup plus qu’au Mexique, droit dont seuls les naturalisés peuvent jouir.

Fidèles à deux pays… mais différemment

25Si tous maintiennent le lien économique avec le Mexique et envoient régulièrement de l’argent pour aider leur famille ou, dans une moindre mesure, participer à l’amélioration des infrastructures de leur village d’origine, la participation à la vie politique mexicaine, déjà faible avant la naturalisation, tend à disparaître. Comme tout expatrié, ils peuvent théoriquement voter à distance mais, pour éviter la fraude, le processus relève du parcours du combattant : obtenir une carte d’électeur émise au Mexique (ce qui implique un déplacement pour de très nombreux ressortissants qui ne possèdent pas ce document, qui plus est non valable d’une élection présidentielle sur l’autre), obtenir ensuite le formulaire d’inscription sur les listes électorales—disponible depuis cette année sur Internet mais encore faut-il disposer d’une imprimante pour l’imprimer­—, envoyer sa demande puis son vote par courrier recommandé seulement, impliquant de se rendre dans un bureau de poste et d’assumer le coût d’un courrier surtaxé (10 dollars). Au total, une participation effective très faible à l’élection présidentielle de 2006 : 32 632 sur les 4 millions attendus, et les statistiques n’indiquent pas la part des naturalisés. De plus, la Constitution mexicaine interdit aux candidats de faire campagne à l’étranger, d’où un impact très ténu sur les électeurs. A l’évidence, les partis politiques mexicains ne montrent, au mieux, qu’un intérêt mitigé pour encourager ce vote : le PRI, au pouvoir jusqu’en 2000, y est, lui, hostile ; le PRD, parti d’opposition de gauche y était favorable mais a été déçu des résultats de 2006 ; le parti actuellement au pouvoir, le PAN, qui a rendu la chose possible, demeure divisé sur la question. On peut raisonnablement penser que les choses n’étant guère plus simples pour l’élection de 2012, ceux qui ont opté pour la naturalisation préféreront se concentrer sur les élections américaines, là où ils habitent, là où se joue leur avenir, là où ils sont très courtisés par les démocrates comme par les républicains. C’est ainsi que malgré toute l’attention que les autorités mexicaines portent à leurs concitoyens, le lien politique et civique se distend très rapidement, d’autant que beaucoup d’expatriés ne participaient pas à la vie citoyenne dans leur région natale. Beaucoup découvrent la démocratie et la capacité d’agir aux Etats-Unis.

26Tous se déclarent mexicains dans l’âme … mais les reproches faits au pays natal sont nombreux et tous reconnaissent les avantages de la vie démocratique américaine–malgré les conditions de vie difficiles que certains ont pu connaître. Au-delà des craintes véhiculées par les tenants d’un "défi mexicain" (Huntington 224-260), force est de constater que la possibilité pour les Mexicains d’opter pour la nationalité américaine tout en conservant celle d’origine a contribué, et contribuera de plus en plus, à faire d’eux des citoyens américains à part entière, qui font leur le "projet de vie" américain, loyaux jusque dans la défense de leur nouvelle patrie. Tout comme les vagues d’immigrés précédentes, ils s’investissent pleinement dans la vie économique et civique de leur pays d’accueil qu’ils contribuent à transformer, ajoutant leurs couleurs à la mosaïque états-unienne. Mexicains toujours, dans l’âme, dans la préservation de la culture et de leur langue, mais bel et bien américains dans la réalité du quotidien.

Top of page

Bibliography

Bada, Xochitl, Jonathan Fox, Robert Donnelly et Andrew Selee, Context Matters : Latino Immigrant Civic Engagement in Nine U.S. Cities, Reports on Latino Immigrant Civic Engagement, National Report, Washington, D.C. : Woodrow Wilson International Center for Scholars, June 2010.

Colom Gonzalez, Francisco, Razones de Identidad, Barcelone : Anthropos, 2001.

Department of Homeland Security, Trends in Naturalizations Rates, December 2007,

<http://www.dhs.gov/xlibrary/assets/statistics/publications/ntz_rates508.pdf>

Department of Homeland Security, U.S. Naturalizations, 2010, April 2011,

<http://www.dhs.gov/xlibrary/assets/statistics/publications/natz_fr_2010.pdf>

Escobar, Cristina, "Extraterritorial Political Rights and Dual Citizenship in Latin America", Latin American Research Review, Vol. 42, n° 3, 2007, 43-75.

González Gutiérrez, Carlos dir., Relaciones Estado—Diáspora : aproximaciones desde cuatro continentes, Mexico DF : Miguel Angel Porrúa, 2006.

González Gutiérrez, Carlos, "Los mexicanos de fuera en el futuro de la política exterior de México", in Roberta Lajous Vargas dir., Los retos de la política exterior de México en el siglo XXI, México DF : Instituto Matias Romero, 2000.

Huntington, Samuel P., Who are We? America’s Great Debate, Londres : The Free Press, 2005.

Pew Hispanic Center, Growing Share of Immigrants Choosing Naturalization, March 28, 2007.

Pew Hispanic Center, U.S. Foreign-Born Population: How Much Change from 2009 to 2010, January 9, 2012.

<http://www.pewhispanic.org/2012/01/09/u-s-foreign-born-population-how-much-change-from-2009-to-2010/>

Terrazas, Aaron, "Mexican Immigrants in the United States", Migration Information Source, February 2010.

<http://www.migrationinformation.org/USFocus/display.cfm?ID=767>

Top of page

Notes

1 11,747 millions exactement, d’après les dernières statistiques calculées par le Pew Hispanic Center. Consulté le 24 janvier 2012.

2 Selon les services officiels mexicains (INEGI), la population mexicaine comptait 112 336 538 personnes en 2010. <http://www2.inegi.org.mx/sistemas/mapatematicomexicocifras3d/default.aspx?e=0&mun=0&sec=M&ind=1002000001&ani=2010&src=0&i=>, consulté le 24 janvier 2012.

3 Sur un groupe d’une vingtaine de personnes, seules deux étaient naturalisées ou en voie de l’être.

4 Calculé d’après les statistiques du Department of Homeland Security (DHS), Table 21. <http://www.dhs.gov/files/statistics/publications/YrBk10Na.shtm> consulté le 5 août 2011.

5 La proximité de la frontière peut en partie seulement expliquer certaines variations. D’autres explications sont développées plus bas.

6 Une description détaillée de la procédure de naturalisation est disponible sur le site officiel de l’US Citizenship and Information Services (Department of Homeland Security) <http://www.uscis.gov/portal/site/uscis/>

7 Slogan de l’Instituto de los Mexicanos en el Exterior dans les premières années de son existence.

8 Entretien à l’ambassade du Mexique à Washington, avril 2010. http://www.sre.gob.mx/tramites/juridico/estadisticas.htm

9 Les premiers programmes sont d’ordre économique et visent à organiser, dès les années 1990, les versements des émigrés (remesas/remittances), à les canaliser vers les infrastructures locales plutôt que vers la consommation ou l’aide directe aux familles. Les programmes Dos por uno puis Tres por uno, engagent les autorités fédérales et les collectivités locales à investir les mêmes sommes que celles envoyées par les émigrés, dans la construction ou la réhabilitation d’infrastructures nécessaires au développement du village. Ces versements individuels ou collectifs, par l’intermédiaire des hometown associations, constituent depuis deux décennies une des principales sources de revenus du Mexique (plus de 21 milliards de dollars en 2010) et sont désormais considérés par les gouvernements et la Banque mondiale comme une aide au développement, une alternative aux traditionnelles aides bilatérales ou internationales.

10 Cette augmentation exponentielle s’explique également en partie par la naturalisation massive des migrants ayant pu régulariser leur situation grâce à l’Immigration Reform and Control Act de 1986.

11 Figuier de Barbarie.

Top of page

References

Bibliographical reference

Isabelle Vagnoux, « Entre les deux mon cœur balance : citoyens américains … mais toujours mexicains ? », Caliban, 31 | 2012, 73-86.

Electronic reference

Isabelle Vagnoux, « Entre les deux mon cœur balance : citoyens américains … mais toujours mexicains ? », Caliban [Online], 31 | 2012, Online since 16 March 2015, connection on 25 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/387 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.387

Top of page

About the author

Isabelle Vagnoux

Université de Provence.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals