Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia/Caliban31Hommage à Maurice Levy

Hommage à Maurice Levy

p. 267-315

Image 100000000000043700000520F986D384.png

Maurice,

Je fais partie, comme plusieurs d’entre nous ici de ceux qui ont eu la grande chance de vous avoir comme professeur, comme collègue et comme ami, et pour tout cela je vous dis MERCI !

Merci pour vos cours si vigoureux, si stimulants, si innovants en ces années 1960. Votre dévouement envers les étudiants était tellement rassurant ! Je n’ai pas oublié votre préparation à l’agrégation de 1966 où vous aviez sacrifié toute une belle journée ensoleillée de 1er mai à nous faire travailler sur William Blake, quelques jours à peine avant le concours. Blake était, comme on dit, "sorti" à l’écrit et, lors des résultats, le président du jury avait cherché à savoir qui avait si bien préparé les Toulousaines à cette épreuve.... Je vous dois donc, comme beaucoup d’autres, une bonne partie de ma réussite au concours.

Merci aussi au collègue si prévenant et si humain dans ses relations avec tous les membres du département d’Anglais et avec les jeunes arrivants en particulier. Merci pour votre engagement syndical, sincère et responsable, animé par votre souci des autres. Vous aviez cette autorité morale naturelle qui faisait de vous la voix dominante et sage dans toutes ces réunions, assemblées, palabres, que l’université affectionne en particulier en temps de crise....

Merci au chercheur brillant dont la grande thèse sur le "gothique" a éclairé tant d’étudiants et de collègues. Merci au "fantastiqueur", spécialiste de Lovecraft et au fondateur du CERLI, le Centre de Recherche sur les Littératures de l’Imaginaire, qui a passionné et passionne encore tant d’entre nous. Merci pour vos communications, pétries de votre immense culture et de votre humour si délicat, communications toujours attendues et savourées avec gourmandise par votre auditoire. Merci pour tous les écrits que vous nous laissez et en particulier pour cette biographie de Boswell, Boswell, un libertin mélancolique, publiée en 2001, biographie d’une lecture tellement jubilatoire !

Merci au membre du CNU que vous avez été longtemps et qui s’est penché avec sollicitude sur la carrière et la promotion de beaucoup d’entre nous.

Merci au Directeur de la Maison Française d’Oxford qui, certes, représentait l’Université française toute entière, mais qui a été aussi un motif de fierté pour Toulouse-le Mirail et pour notre département.

Et puis, merci à l’ami que vous avez été pour Albert et pour moi, l’ami généreux, accueillant, disponible, qui a été souvent notre "Monsieur S.O.S. informatique" ces dernières années.... Merci pour tous les bons moments partagés avec Ellen et vous. Ellen, autre raison de notre gratitude envers vous, car sans vous, nous ne l’aurions peut-être pas gardée à Toulouse !

Merci de tout cœur, Maurice, pour ce précieux privilège qu’ont été pour moi votre amitié et votre affection.

Toulouse, lundi 26 mars 2012

Françoise Poyet

Université de Toulouse-Le Mirail

Maurice Lévy a donné à la profession les clefs du gothique, brisant les frontières canoniques pour affronter les labyrinthes obscurs, traquer les jeunes filles en détresse et les monstrueux tyrans, du château d’Otrante au moine séduit par Satan. Avec audace, il a introduit ces territoires mouvants, instables, au sein des cursus universitaires ; il a radicalement modifié le paysage littéraire, et il n’est pas un colloque, en France ou à l’étranger, ayant trait au gothique où il ne soit lu, cité, notamment à l’International Gothic Association.

C’était un maître pour ses étudiants et ses doctorants. Et pour ceux qui, comme moi, n’ont pas eu la chance de l’avoir comme professeur, il a toujours fait don de son savoir en ami, offert la discussion. Il est toujours venu participer à nos réunions de recherche, nos colloques, pour y faire une communication, souvent avec un Powerpoint présentant de fascinantes images de tableaux et de gravures ; ou il venait simplement pour écouter avec bienveillance, et quand son ouïe le lui permettait, prendre part à la discussion. Il se disait sourd avec l’âge, et pourtant personne n’était d’une telle écoute.

Il a continué de faire partie de l’université, de l’incarner en ce qu’elle a de meilleur, et il était du Mirail, sans décalage de générations, de même qu’il était chez lui à Oxford et Cambridge. Sa curiosité intellectuelle ne s’est jamais démentie, et jusqu’au bout, avec une belle édition du Moine et des gravures de Vivant Denon, il a lu, écrit, réfléchi, donné, publié ; c’est un de ces êtres qui font penser qu’il est beau de vieillir, que la vie est là jusqu’au bout, dans toute sa richesse et sa plénitude.

Car si Maurice Lévy était un maître, c’était aussi, et ce qui est plus rare encore, un maître en ce difficile art de la vie. Il savait en capter la beauté avec ses photographies qui offraient plus que l’image d’une personne, son regard et son essence. Sensible au génie du lieu, il cueillait ça et là des paysages, des replis et des sculptures, médiévales et gothiques. Et s’il préférait souvent le noir et blanc, c’était par choix ; la technologie moderne n’avait pas de secrets pour lui, et c’était un expert en matière d’ordinateur, à qui tout le monde faisait appel en cas de problème.

Jamais passéiste, c’était un humaniste qui croyait en Dieu et en les hommes. La vie ne lui avait pas épargné les épreuves, mais comme un galet poli par les eaux cela ne l’avait rendu que plus généreux. Il était très attaché à ses enfants et petits-enfants. Avec Ellen, son épouse, il était d’une chaleureuse hospitalité, accueillant pour le thé, ou recevant des amis anglais ou américains de passage. Il suivait les gens, leurs parcours, se souciait de ce qu’ils faisaient, de ce qu’ils "avaient sur le feu", comme il avait coutume de dire. L’un de ses derniers voyages, le dernier peut-être, ce fut de se rendre en train, en chaise roulante, pour accompagner un ami atteint de cécité, dont il transcrivait l’œuvre.

Comme les vrais hommes de bien, Maurice avait aussi le sens de l’humour, et de la modestie. Il dirait, "non sum dignus". Et pourtant il était digne, infiniment digne, un homme de dignité et de générosité. C’est un bonheur d’avoir connu Maurice Lévy.

Catherine Lanone

Université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle

Lettre à Maurice

Image 100002010000008500000075E82B2E19.png

Fidèle à l’exemple que tu incarnais, Maurice, j’entends parler ici clair et net, fût-ce au prix d’une certaine provocation, en refusant le discours consensuel, dithyrambique et compatissant de mise dans ce type d’hommage à un ami disparu.

Je bénis le ciel, mais oui, Maurice ! de t’avoir "rencontré" dans les turbulences de "mai 1968", époque où se révélaient les âmes fermes et droites, de même que se trahissaient les esprits pleutres et inconstants. Je sais maintenant que ton attitude sereine et combattante de ces jours-là n’était pas le fruit d’une réaction circonstancielle aux événements, mais l’aboutissement d’une vie de militantisme professionnel, syndical et politique, semblable à "l’épreuve qualifiante" chère aux sémioticiens. Cette adéquation entre ton comportement et tes convictions profondes, peut en quelque sorte être appelé la foi ; l’esprit de la foi, bien entendu, et non sa lettre – lecture littérale et dogmatique, dont je sais que tu n’avais que faire – attitude qui tire son inspiration d’un texte qui t’était familier, le Sermon sur la Montagne. Et d’avoir ainsi mis sans équivoque en pratique les principes que tu professais, d’avoir bâti les fondements de ta maison sur le roc, aujourd’hui tu es heureux, comme te l’a promis le Dieu en qui tu croyais.

Militant de l’esprit, tu te montrais conciliant et courtois dans les relations amicales et professionnelles, tout en restant fidèle à une ligne de conduite généreuse mais inflexible. Ainsi es-tu devenu, pour notre communauté, référence, repère moral, source de sérénité dans ces temps agités de mutation, enclins à la violence. Cette clarté et la force de ton choix fondamental et inébranlable en faveur de la liberté et des valeurs humanistes t’ont permis de réaliser une synthèse harmonieuse, rare car à priori périlleuse, entre des origines algériennes dont tu n’as jamais renié le souvenir, et ton engagement fondamental contre l’injustice et la brutalité du colonialisme. De même, tu as su allier les exigences de deux engagements spirituels, dont les cheminements historiques et les incarnations sociologiques peuvent faire penser qu’ils sont inconciliables, et les réunir dans une cohabitation fructueuse et tranquille, au point de faire appel, au moment de quitter ce monde, aux liturgies de l’un et de l’autre.

Tu as rempli avec passion et bonheur ta mission de chercheur et ton rôle d’érudit. La recherche n’était pas pour toi une activité solitaire, bien au contraire ; et bien avant l’époque des colloques multipliés et des publications envahissantes, tu réunissais déjà un groupe de curieux, et tu publiais les résultats de leurs travaux dans ces premiers Cahiers du CERLI, qui sont toujours sur les rayons de ma bibliothèque. Comme il est émouvant de retrouver ces témoins du temps des publications bricolées à la machine à écrire et à la Gestetner ! Aux environs de la même époque, tu étais un membre, et non des moindres, du comité de rédaction de la nouvelle revue de notre département, CALIBAN. Tu étais présent dès le premier numéro, avec un brillant article sur "Une nouvelle source d’Anne Radcliffe : les mémoires du Comte de Comminge", et tu devais par la suite y contribuer régulièrement. Longtemps tu as veillé à la qualité tant physique (présentation) que scientifique de cette publication qui est restée parmi les institutions pérennes de notre Département. Tu n’étais pas un chercheur d’occasion : après les exercices obligatoires de la thèse, et les différents programmes d’Agrégation que tu as assurés, tu as continué tes investigations dans deux directions, qui étaient loin d’être étrangères l’une à l’autre : l’anglaise (le roman gothique) et l’américaine (le fantastique). Tu as travaillé et publié jusqu’à ton dernier souffle : et par une curieuse (mais éloquente) ironie du temps, ton dernier travail, l’édition (avec illustrations retrouvées) de The Monk de M.G.Lewis, est une publication posthume !

Enfin, il serait injuste de passer sous silence le moment le plus prestigieux de ta carrière, Maurice. Dédaignant les fonctions d’autorité dans l’Université française (à notre grand regret et malgré des prières renouvelées), tu as choisi la situation qui te permettait de cumuler les prérogatives du Conseiller Culturel et celles de l’Ambassadeur, la direction de la Maison Française d’Oxford. Tu y fus le digne successeur d’ Henri Fluchère, fondateur et premier directeur de cette institution, que j’avais connu étant étudiant à Oxford, dans les années 1957-59. Je sais que le corps académique d’Oxford a particulièrement apprécié chez ces deux directeurs, leur courtoisie et leur désir de s’intégrer discrètement, mais avec fermeté, dans le dispositif de leur vénérable université, ainsi que le décalage entre leur propre culture et leurs traditions pédagogiques et celle des universitaires français. C’est un motif de fierté pour nous autres Toulousains que, malgré les invitations répétées, tu aies toujours refusé de quitter le Mirail pour une université plus prestigieuse,… pour, en fin de compte, ne troquer notre université que contre Oxford, "illuminatio tua".

Tu as été, Maurice, pour tous ceux qui t’ont aimé "trop tôt fatigué de cette vie" ; mais je t’imagine, vision consolatrice, arrivant devant le Juge Suprême "armé du bourdon et de la croix de la rédemption", et fredonnant avec confiance

"I know He’ll understand,

And He’ll say well done"

Jean-Paul Débax

Université de Toulouse-Le Mirail

Maurice Lévy, un universitaire à l’avant-garde

La personnalité de Maurice Lévy, ancien directeur de Caliban, rayonnait bien au-delà de l’Université de Toulouse-Le Mirail. A Paris, à Oxford, aux Etats-Unis, il était connu pour l’élégance de son savoir.

Face aux coutumes et traditions universitaires, cet esprit audacieux s’est toujours placé à l’avant-garde, — à l’avant-garde des réformes de l’Université, à l’avant-garde des techniques de la critique littéraire, à l’avant-garde d’une pédagogie moderne. Maurice Lévy était un novateur audacieux. Dans de nombreux domaines, il proposait des idées originales et séduisantes, et grâce à l’aisance de son élocution, parvenait à convaincre les esprits les plus conservateurs de se lancer dans des projets qu’ils avaient d’abord jugés aventureux. Son talent d’instigateur était souvent sollicité, car ses jugements étaient à la fois courtois et stimulants.

Comme l’attestent ses écrits, Maurice Lévy savait délester son érudition de tout fatras et, grâce à son style enlevé, séduire le lecteur. Cet artiste du langage et de la pensée avait de l’esprit. Il aimait les traits hardis, justes et vifs, tout ce qui peut animer une étude, un débat ou une conversation. Maurice Lévy avait de la distinction.

Roland Bouyssou

Université de Toulouse 2-Le Mirail

Image 100000000000037B00000546AA29B7B6.png

Image 10000000000000BB000001389C2A8F36.png

Image 10000000000004D30000062B649622FF.png

Image 1000000000000255000003F0AFA6B933.png

Maurice Lévy, le pionnier

Image 10000000000000B7000000B3412C11F5.png

C’est un privilège d’avoir connu Maurice Lévy mais un bien triste honneur de lui rendre ici hommage en son absence. Je voudrais naturellement saluer l’universitaire et le chercheur de renom, en France et à l’étranger, mais aussi l’homme de bien qu’il était. Tout le monde connaît son apport précieux aux études gothiques : son ouvrage magistral et érudit, Le Roman "gothique" anglais, 1764-1824, est une référence incontournable, qui n’a cessé d’être rééditée depuis sa parution initiale en 1968. Maurice a d’ailleurs fait œuvre de pionnier en France en se consacrant à ce genre littéraire qui, dans les années 1960 et 1970, était loin d’être considéré comme respectable et digne de figurer dans le canon et les programmes universitaires, ou d’attirer l’attention critique. Grâce aux travaux de premier ordre de Maurice (citons aussi Images du roman noir, 1973 ou son Lovecraft ou du fantastique, paru en 1985), le gothique a acquis chez nous ses lettres de noblesse. En fondant en 1979 le CERLI (Centre d’Études et de Recherche sur les Littératures de l'Imaginaire) à l’Université de Toulouse-le-Mirail, en le dirigeant avec énergie, enthousiasme et rigueur jusqu’en 1989, et en faisant de lui l’un des ateliers de la SAES, Maurice a fait entrer le gothique de plain-pied dans le paysage universitaire français et a débarrassé les "littératures de l’imaginaire" de leur étiquette de "paralittératures" en leur donnant le statut et la place estimable qu’elles méritaient. Je me rappellerai toujours l’acharnement (justifié !) de Maurice à défendre les définitions et les usages stricts du terme gothique et à s’insurger en puriste contre les dérives lexicales et génériques que suscitait souvent ce mot.

Outre ses travaux dans le domaine littéraire anglophone (par exemple, en 2001, la direction de l’édition Folio de ce classique du genre qu’est The Mysteries of Udolpho, d’Ann Radcliffe), Maurice a également exhumé des textes gothiques français rares et tombés dans l’oubli comme en témoigne la parution récente de La Nuit anglaise de Bellin de la Liborlière, en 2006, que nous lui devons aussi.

Les qualités de chercheur et l’envergure de Maurice sont presque de l’ordre du lieu commun, quoiqu’il faille bien sûr leur rendre un vibrant hommage, mais je voudrais aussi saluer l’homme, son sens de l’humour, sa personnalité chaleureuse, sa bienveillance, sa sincérité, sa générosité, sa droiture, et son honnêteté intellectuelle et morale. Il était rigoureux et exigeant, y compris (et surtout) envers lui-même, ce qui ne l’empêchait pas de faire preuve de beaucoup d’humanité, notamment envers ses étudiants. Au début des années 1980, d’une de mes amies avait décidé d’accomplir son mémoire de maîtrise sur le roman gothique à l’Université de Toulouse-le-Mirail, et s’était naturellement tournée vers Maurice (que je ne connaissais pas encore personnellement et que j’ai connu une fois devenue universitaire) pour qu’il soit son directeur de recherche, et je me souviens de son étonnement et de sa reconnaissance d’avoir été si bien encadrée et suivie, avec beaucoup de rigueur scientifique mais aussi d’une manière personnelle et attentive. Elle savait que "Monsieur Lévy" était un Professeur de renom et un grand spécialiste du gothique et pourtant, il faisait preuve de simplicité, et restait toujours abordable, non seulement avec ses étudiants, mais avec ses jeunes collègues.

À titre personnel, je me souviens avec reconnaissance de ses encouragements et de son soutien au moment où j’ai repris en 2000 la direction du CERLI qu’il avait lui-même fondé. Il m’avait fait l’honneur de venir à Paris pour participer au premier colloque du CERLI que j’organisais en octobre 2001, et y présenter une communication sur "Les Images du nouveau roman noir" où il comparait les couvertures des "Gothics" américains des années 1960-80 aux illustrations des romans gothiques du XVIIIe siècle. Le choix de ce sujet montre bien à quel point il s’intéressait au gothique dans toutes ses manifestations ; de fait, il nous a livré des analyses de premier plan sur les textes, mais aussi sur les images et les illustrations des textes gothiques. Je me rappelle également sa très belle communication au colloque CERLI de 2005 sur les "Aspects du corps gothique : histoire, discours et fantasme". Pendant les sept années où j’ai été responsable du Centre, et pendant lesquelles il a été un membre actif et indispensable du comité de lecture, sa confiance et son soutien indéfectibles ont été pour moi une source d’énergie et de fierté.

C’était toujours un grand plaisir de revoir Maurice à Paris lors des colloques du CERLI, ou dans le Sud, lors de ceux organisés par la très dynamique équipe angliciste de l’Université de Toulouse 2-le-Mirail. Ainsi, en tant que Toulousaine ("exilée" depuis de nombreuses années au nord de la Loire), je ressens d’autant plus fortement encore la perte de quelqu’un que je considère comme un "compatriote", un modèle et un ami.

Françoise Dupeyron-Lafay

Université Paris Est Créteil, ex. Paris 12

Le fondateur du CERLI

Image 1000000000000394000002647E8C4E76.png

Au moment même où je finissais de relire la magnifique entrée de Maurice Lévy dans le Dictionnaire de l’Imaginaire (à paraître), évidemment consacrée au roman gothique, j’apprenais la nouvelle du décès du créateur du CERLI (Centre d’Etudes et de Recherches sur les Littératures de l’Imaginaire). Quelque peu irrité par les tribulations du mot "gothique", Maurice débutait son entrée par ces mots :

"Peu de mots ont eu une évolution sémantique aussi tourmentée que le mot "gothique". Sans doute est-il normal que les termes désignant des concepts de critique littéraire évoluent : les mots vivent et leur sens se transforme. Mais l'histoire du vocable "gothique" étonne, tant ses dérives sont notoires et radicales. Á l'origine utilisé pour qualifier une école littéraire particulière, le terme en est venu à désigner tout ce qui, en littérature, sur nos écrans ou dans la vie, inspire peur, terreur, horreur, angoisse ou épouvante. Mais l'épithète désigne aussi, aujourd'hui, une culture, une noire manière d'être au monde, des choix vestimentaires très typés et des préférences musicales affirmées, partagées en groupe. Horace Walpole suffoquerait sans doute de découvrir aujourd'hui les multiples emplois d'un mot qui pour lui n'avait de sens qu'architectural, ou historique."

Il concluait en disant : "Le gothique est donc aujourd'hui devenu le véhicule de tout ce qui intéresse l’humain. Le concept permet de relire l'histoire, la philosophie, la culture de l'humanité."

Cet article correspond tout à fait à l’approche intellectuelle et humaniste de Maurice Lévy. Son souci de rigueur le conduisait à l’agacement mais il était le premier à reconnaître les développements inattendus d’un thème historique et littéraire d’un intérêt désormais anthropologique et transculturel.

Rigueur et ouverture d’esprit – Maurice Lévy fut un ouvreur et un passeur pour le CERLI qu’il fonda en 1979. Celui-ci regroupait originellement des anglicistes venant de diverses universités et qui participaient activement à l’atelier "Fantastique" du congrès annuel de la SAES. Devenu équipe de recherches basée à Toulouse, le CERLI, centre consacré à l’étude de l’imaginaire aux XIXe et XXe siècles, s’est progressivement ouvert à d’autres spécialistes : enseignants de littérature comparée, germanistes, hispanistes, philosophes. Quelques amateurs de science-fiction et de fantastique, ne faisant pas nécessairement partie du corps enseignant, se sont par la suite joints aux Cerlistes. Chaque année a été organisé un colloque qui a donné lieu à publication dans Les Cahiers du CERLI. Le centre a connu des phases diverses, ascendantes comme descendantes, mais sa vitalité est intacte, et pas une seule année ne s’est passée sans que son colloque se déroule dans l’université de l’un de ses membres. Jusqu’au bout, Maurice Lévy nous a soutenus, nous laissant même espérer une participation à notre dernier colloque d’Angers (novembre 2011) mais la maladie nous a privés de sa présence. Je voudrais, parmi cent souvenirs, évoquer le colloque de janvier 1993 à la Maison Française d’Oxford que Maurice dirigea de 1991 à 1994. L’accueil reste inoubliable et les intervenants (R. Bozzetto, G. Menegaldo, C. Fierobe, M.-N. Zeender et S. Geoffroy-Menoux) doivent partager mon émotion en ravivant ce souvenir.

J’aimerais, pour terminer, rappeler combien stimulant fut le concours de Maurice Lévy à la promotion de l’étrange, du surnaturel ou du fantastique en général. Nombre de thèses dirigées ou présidées par ses soins ont permis de donner leurs lettres de noblesse à des genres négligés jusque là, voire dédaignés, par le monde académique. On mesure aujourd’hui l’étendue du chemin parcouru. Nul doute que les œuvres de Maurice Lévy continueront d’éclairer les amoureux du gothique et de l’insolite. Les Cerlistes ne l’oublieront pas et lui rendront hommage à leur façon en lui dédiant un recueil dans les délais les plus brefs.

Lauric Guillaud

Université d’Angers

Président du CERLI

Hommage des Cerlistes1

  • 1 Gilles Ménégaldo et les signataires de ce texte ont rendu hommage à Maurice Lévy auprès de la commu (...)

Suite au texte publié dans Anglophonia/Caliban et signé par Lauric Guillaud, actuel président du CERLI, nous avons, nous aussi, souhaité rendre hommage à Maurice Lévy qui fut pour beaucoup d’entre nous, membres "historiques" du CERLI, une figure tutélaire et un initiateur, un "ouvreur et un passeur". Maurice Levy a fondé le CERLI en 1979 et l’a dirigé pendant de nombreuses années, regroupant autour de lui de nombreux jeunes chercheurs dans le domaine du gothique, du fantastique et de la science fiction.

Le CERLI originellement composé d’anglicistes et d’américanistes venant de diverses universités françaises a pris assez vite une dimension interdisciplinaire et européenne, rassemblant aussi des comparatistes, germanistes, hispanistes, philosophes et historiens de l’art. Le Centre, consacré à l’étude de l’imaginaire aux XIXème et XXème siècles, est devenu équipe de recherches basée d’abord à Toulouse, puis à l’ENS Fontenay St Cloud, ensuite à Paris XII, puis à Angers ; elle s’est progressivement ouverte à l’étude de l’image fixe et du cinéma. Quelques amateurs passionnés de science-fiction et de fantastique, ne faisant pas nécessairement partie du corps enseignant, se sont également joints aux Cerlistes.

Chaque année a été organisé un colloque qui a donné lieu à publication dans Les Cahiers du CERLI. En 1995, un volume de Mélanges a déjà été consacré à Maurice afin de lui rendre hommage en tant que chercheur mais aussi en tant que collègue et ami, ce qu’il était devenu pour plusieurs d’entre nous. Le CERLI a ensuite été dirigé par d’autres collègues, mais Maurice a continué à s’impliquer et à participer aux différents colloques jusqu’à une date récente et nous avions espéré le voir au dernier colloque d’Angers en novembre dernier, mais la maladie nous a hélas privés de sa présence. Nous avons tous gardé un vif souvenir du premier colloque du CERLI à Toulouse et du colloque de janvier 1993 à Oxford, également organisé par Maurice, alors directeur de la Maison Française. Le CERLI doit beaucoup à l’énergie infatigable de Maurice, à son érudition, à son charisme, mais au-delà, nous lui sommes tous (signataires de ce texte et jeunes chercheurs issus de la pépinière de "fantastiqueurs" qu’a toujours été le CERLI) redevables car il a grandement contribué à donner une légitimité à l’étude du gothique, du fantastique et de la SF par ses propres travaux et aussi en dirigeant et en formant de nombreux chercheurs dans ces domaines.

Nous tenons à rendre hommage à son œuvre critique considérable et novatrice et nous espérons prochainement organiser une journée d’études qui lui sera dédiée. Nous n’oublierons pas sa gentillesse, sa disponibilité, son dévouement à ses étudiants, les conseils qu’il a pu dispenser aux uns et aux autres, les anecdotes dont il a pu nous gratifier, son humour, sa passion pour les textes, mais aussi les images, et en particulier la photographie, en un mot son humanité profonde.

Roger Bozzetto,
Université de Provence, Aix Marseille I

Alain Chareyre-Méjan
Université de Provence, Aix Marseille I

Max Duperray,
Université de Provence, Aix Marseille I

Gaïd Girard
Université de Brest

Lauric Guillaud
Université d’Angers
Président du CERLI

Jean Marigny,
Université de Grenoble 3

Gilles Menegaldo,
Université de Poitiers
Vice-président du CERLI 

Au nom de tous les membres anciens et nouveaux du CERLI

Image 10000000000002B50000043F8D4F53D8.png

Memories from America

Image 10000000000003490000021DFA0864F6.png

The death of Maurice Lévy marks for me the loss of a very dear friend, as well as one of the finest and most respected scholars in eighteenth-century English studies. I first met him, nearly a quarter of a century ago, at a conference in Dijon honouring the retirement of Michel Baridon, another French master of English letters, also born in Algeria, and also becoming one of the leading lights of English studies in France. I last saw Maurice and Ellen at their home in Toulouse last October, and spent a precious and joyful weekend with them. It is a tribute to his generous and warm character that, though manifestly weakened by illness, he thought only of making sure that his friends enjoyed themselves to the full.

He was a critic, historian, and biographer of the greatest distinction. His work on the Gothic novel in both England and France is a standard resource. His biography of James Boswell (I believe the only one in French) is a model of wise and vivid compression, written partly at a time when I was directing the Yale Boswell Editions, and when I had the pleasure of seeing him at Yale. I still remember the excellent lecture he gave at Paul-Gabriel Boucé’s colloquium in Paris when he completed that book. More recently I have been enjoying his editions of Bellin de la Liborlière’s La Nuit anglaise and Célestine, ou les Époux sans l’être, which are the delightful fruits of his alert and learned leisure. His translation of Lewis’s The Monk has just appeared, but alas he will not see it.

I remember too the principled urbanity with which for several years he directed the Maison Française at Oxford. His hospitality as an official host was only outmatched by his generosity and warmth in welcoming personal friends. He made many friends in Oxford and his work there is recalled with gratitude and respect. Since then, his English activities have been centred on Cambridge, where he was a Fellow of Robinson College, and where he and Ellen liked, until recently, to spend their summers. They were both dedicated users of the University Library, and as convivial to their friends in Cambridge as they always were in Toulouse and Oxford. I had deeply hoped to see them again this year, but the sad discourtesy of death has ruled that it was not to be.

Claude Rawson

Yale University

Image 1000000000000313000004C46C14A865.png

Le biographe de Boswell2

  • 2 Il y a quelques années, Jean Viviès avait écrit ce texte sur la biographie que Maurice Lévy avait f (...)

Image 100000000000034D000002360D613E4E.png

  • 3 MAURICE LÉVY. — Boswell un libertin mélancolique. Sa vie, ses voyages, ses amours et ses opinions. (...)

Que saurions-nous de Boswell sans la découverte du trésor d’Auchinleck ? Dans le premier chapitre de la superbe biographie qu’il consacre à James Boswell3, Maurice Lévy raconte la saga des "Papiers Boswell", son journal intime et sa correspondance miraculeusement retrouvés et rendus accessibles après bien des péripéties. Il ne serait, et c’est déjà beaucoup, que le biographe de Samuel Johnson, au fond un second rôle tandis que les fascinants volumes de son Journal révèlent beaucoup d’autres facettes de sa personnalité. Boswell connut la vie exceptionnelle que promettaient ses contradictions. Vaniteux et grave, insupportable et désarmant, jouisseur et neurasthénique, conservateur et rebelle, il ne cessa de chercher des figures de substitution à un père roide et austère (qu’il trouva en Rousseau, Voltaire, Paoli, et surtout en Johnson) tout en menant la vie dissolue d’un "Casanova venu du froid". Maurice Lévy retrace dans le détail les mille et une aventures d’une vie mouvementée que plusieurs biographes anglo-saxons avant lui avaient explorée, mais s’attache aussi à l’interpréter, à décrypter la personnalité complexe d’un être tiraillé entre désirs et sublimations et qui surprend encore quand on croit l’avoir compris. Libertin ô combien, et ses fredaines font l’objet de pages savoureuses, Boswell fut aussi un "hypocondriaque" désespéré. Le courtisan obséquieux des hommes illustres fut aussi le confident fasciné des criminels condamnés à mort. Cette nouvelle biographie, la première en français, suit Boswell en Ecosse, en Hollande, en Allemagne, en Italie, en Corse, en France et à Londres, la ville magique "aux mille attraits et cent mille dangers", entre prétoires et tavernes, dans sa quête inlassable d’hommes d’esprit et de filles de joie. Celui qui ne craignait pas à vingt-quatre ans de se présenter à Jean-Jacques Rousseau comme un homme "d’un mérite singulier" joua tous les rôles et vécut intensément ses sincérités multiples. L’histoire de cette vie, racontée d’une plume alerte mais nourrie aux sources de la plus sûre érudition, en restitue la complexité, débusquant la gravité derrière la désinvolture, à moins que ce ne fût l’inverse, dépeignant sans fard mais avec bienveillance un homme qui conjugua générosité et calcul, luxure et méditation et pour qui le remords fut le compagnon permanent du péché. A bien des égards c’est une vie double que mena Boswell, partagée entre une origine aristocratique fièrement revendiquée et une identité acquise par l’écriture. C’est tout le XVIIIe siècle qui défile dans les pages de l’ouvrage, comme aimanté par la figure d’un écrivain qui voua sa vie d’adulte à la relation d’un autre destin mais qui eut aussi le sien propre. Cette biographie, qui s’accompagne d’une bibliographie, d’un index et d’une chronologie, permettra au lecteur d’approfondir sa compréhension d’un être qui savait au plus haut point susciter l’attention et attirer le regard. Les écrits qu’a laissés le Boswell que connaissaient ses contemporains (son Etat de la Corse, son Voyage dans les Hébrides, sa Vie de Samuel Johnson) ne peuvent laisser dans l’ombre les volumes de son exceptionnel Journal intime dans lequel écrire et vivre se fondent et se confondent. C’est en effet au point de rencontre entre l’écriture et la vie que ce libertin mélancolique a sans doute trouvé sa part d’éternité.

Image 100000000000030D000004C03B344602.png

Jean Viviès

Université de Provence

Président de la SAES

Souvenirs de Cambridge

Image 100000000000023A00000334CA9D3FFD.png

La dernière fois que j'ai croisé Maurice Lévy dans la bibliothèque de Cambridge, il m'avait dit travailler sur le texte d'un ami dont la vue faiblissait. C'était, à l'évidence, un travail de longue haleine, qu'il accomplissait avec patience et plaisir. Je me dis à présent que Maurice prêtait temporairement ses yeux à cet ami, et que c'était avec la même libéralité qu'il prêtait son temps, son attention, sa culture et son intelligence à ceux qui croisaient son chemin. Lorsque cet érudit mettait à disposition d'autrui les connaissances que le travail intellectuel avait rassemblées et éclaircies, cela n'était finalement qu'un aspect de l'extraordinaire sens de l'hospitalité qu'il cultivait, avec Ellen, dans tous les pans de sa vie d'être humain. Dans les lieux dont il était familier, que ce soit l'Angleterre, l'Université, les demeures de la littérature gothique, Maurice Lévy confiait au nouveau venu les clés de la maison. Il la rendait hospitalière, compréhensible, habitable. Au nom de ceux qui, à un moment ou un autre, ont été ainsi accueillis par Maurice, je le remercie du bien qu'il a fait, de sa présence rassurante, et aussi de la force de son exemple.

Aurélie Guillain

Université de Toulouse-Le Mirail

Maurice Lévy était sans aucun doute un grand homme, un de ceux qui savent vous guider, tant dans vos recherches que dans votre parcours professionnel. Un homme qui savait vous dire quand vous vous trompiez ; un homme qui savait vous montrer la voie qu’il fallait suivre lorsque vous vous retrouviez perdu au milieu d’une bibliographie dont il trouvait toujours les titres et les pages manquantes, et qui allait même jusqu’à installer le dictionnaire dont vous aviez besoin sur votre ordinateur. C’était aussi pour beaucoup d’entre nous un repère. Car Maurice Lévy n’était pas seulement un repère dans le département d’anglais de Toulouse–Le Mirail ou dans le champ des études sur les littératures fantastiques. Il l’était aussi et surtout pour ceux d’entre nous qui, chaque été, traversions la Manche pour travailler tout au fond d’une bibliothèque. Chaque été, c’est à Cambridge que nous nous retrouvions ; et chaque été Maurice était là, Ellen toujours à ses côtés – Maurice et Ellen à la bibliothèque, Maurice et Ellen dans les rues de Cambridge, Maurice et Ellen traversant un parc ou faisant leurs courses. Un repère pour quelques Toulousains loin de chez eux et souvent un peu perdus, rassurés de savoir que Maurice, assis tous les jours dans un coin de la bibliothèque, était là, et qu’Ellen ne devait sans doute pas se trouver très loin. Ces souvenirs-là ne sont pas ceux du chercheur, spécialiste du roman noir, même assis dans une bibliothèque. Ce ne sont pas non plus ceux du professeur, devant une salle de classe, enseignant les rouages d’un genre peuplé des monstres et fantômes. Ni même ceux de celui qui fut pendant plusieurs années le directeur de la Maison Française d’Oxford. Ce sont ceux qui rendent compte de la place que Maurice tenait pour nous en tant qu’homme – des souvenirs personnels ; des images de discussions devant un vélo par un soleil d’août un cadenas à la main ; d’autres de repas pleins de saveurs que Maurice et Ellen nous invitaient à partager, les meilleurs currys de Cambridge dont les épices ne manquaient pas de parfumer le salon dès que l’on ouvrait les sacs ; d’autres encore de rires et fous rires à l’écouter résumer certains romans ou pièces ou parler d’actualité. Alors, au moment de faire nos réservations pour aller passer quelques semaines outre-Manche, nous posions toujours la question à Ellen : ‘quand serez-vous à Cambridge ?’ Car il n’était pas question d’y être sans eux. De ne pas trouver Maurice assis au fond de la bibliothèque. De ne pas savoir quelles nouvelles fleurs Ellen avait trouvé à ramener à Toulouse, remplissant la voiture pour le voyage retour, et faisant sourire Maurice à chaque nouveau paquet, sac ou carton à charger avant la fin de l’été. Maurice Lévy était aussi cela, avec toutes ces qualités humaines qui marquent les grands hommes, ceux qui vous aident à avancer même lorsque vous n’y croyez pas, qui ne manquent jamais de vous encourager ou de vous soutenir dans vos idées et projets, ceux que l’on n’a jamais envie de voir partir.

Laurence Talairach-Vielmas

Université de Toulouse-Le Mirail

Maurice Lévy : Témoignage

Image 100000000000054E0000061AFC74476D.jpg

Lorsque je décidai d’entreprendre une thèse, après quelques années d’enseignement secondaire, mon ancien professeur de la Faculté de Toulouse, le regretté Fernand Lagarde, me conseilla de m’adresser à son jeune collègue dix-huitiémiste, Maurice Lévy. J’avais jadis suivi les cours de Jean Dulck sur Fielding, écrit un mémoire de maîtrise sur Tom Jones, et restais très intéressé par la période. C’est ainsi que je me retrouvai quelque temps plus tard rue Auguste Dide, où je fus reçu par Maurice Lévy avec beaucoup d’amabilité. Il paraissait soucieux et me dit d’emblée, très discrètement, qu’il avait des problèmes familiaux. De remarquables photos en noir et blanc ornaient son bureau. Comme il me semblait que les sujets que je lui proposais ne suscitaient pas un grand enthousiasme, je lui dis que je m’intéressais aussi à la littérature fantastique et que j’avais beaucoup aimé un auteur américain, un certain Lovecraft. Je vis alors comme une lueur passer dans ses yeux, un sourire perplexe éclaira son visage et il me déclara que, justement, il publiait un ouvrage sur Lovecraft, ce dont, évidemment, je n’avais pas la moindre idée ! À partir de ce moment, la scène s’anima, nous examinâmes diverses possibilités, il me fit des suggestions, me prêta quelques ouvrages – Blackwood, Arthur Machen etc.

Ce fut Algernon Blackwood, dont j’avais lu jadis quelques nouvelles, qui me séduisit, et ainsi commença une longue aventure au cours de laquelle Maurice Lévy ne ménagea jamais ses encouragements, me soutenant dans ma demande d’une Bourse Fulbright qui me permettrait de « suivre » mon auteur aux États-Unis, ou, plus tard, à l’issue d’une période où des ennuis de santé m’avaient fait abandonner ma thèse, m’encourageant fortement à la reprendre et m’aidant activement à résoudre des problèmes administratifs.

Auparavant, en 1978, j’avais apprécié qu’il acceptât ma proposition de créer un atelier de littérature fantastique lors du congrès de la SAES de Limoges, et de présider cet atelier. Il y eut une longue suite et ce fut le prélude à une autre aventure, celle du CERLI, créé, si je me souviens bien, l’année suivante à Strasbourg sur la proposition de Jean Marigny et dont Maurice Lévy fut président pendant de nombreuses années. Il y avait chez lui une autorité tranquille et il ressentait sans doute, à juste titre, mais sans qu’elle fut jamais exprimée, la satisfaction d’avoir réussi une belle carrière ; mais ni l’une ni l’autre n’excluait l’ouverture aux autres ni les remises en question, et toutes deux se doublaient, me semble-t-il, d’une grande humilité. Il savait que, au-delà des problèmes littéraires, du jeu intellectuel, de l’étude de théories parfois fascinantes, il y avait l’humain, avec sa richesse et sa diversité, sa petitesse et sa grandeur, et la vie, avec ses dons, ses joies et ses épreuves. Je ne saurais oublier les mots amicaux qu’il nous adressa lors du décès de notre fils Charles. La disparition de sa fille, quelques années plus tard, nous rapprocha encore. Et je voudrais dire ici combien, plus particulièrement en ces jours où il vient de nous quitter, je pense aux siens et à Ellen, toujours si accueillante, et qui l’a si bien accompagné.

Il fut probablement très affecté, au cœur de sa maladie, par les récents événements tragiques de Montauban et Toulouse, ravivant chez lui des blessures anciennes, jamais totalement refermées, et par leur conclusion, à deux pas de la rue paisible où il habitait. Je savais son engagement chrétien, très discrètement évoqué à l’une ou l’autre de nos rencontres, qui témoignait d’une recherche au-delà des apparences bien plus profonde que celles en littérature gothique ou fantastique. Il me revient à son propos une image, issue d’une des lectures faites alors que je tentais de retracer l’itinéraire spirituel de Blackwood, celle qu’utilise l’ésotériste d’inspiration chrétienne Dion Fortune, créatrice de la Society of the Inner Light : oui, Maurice Lévy possédait cette lumière intérieure qui fait que nous ne l’oublierons pas et qui lui a permis — comme le suggérait le Père dominicain qui conduisit ses obsèques — de rencontrer dans la Lumière Celui qu’il cherchait depuis toujours.

Jean-Louis Grillou

Université de Limoges

L’ami fidèle

Image 100000000000016E000000FA638AB4DB.png

Je n’ai malheureusement pas connu Maurice Lévy directement en tant que collègue puisqu’il avait quitté Nancy pour Toulouse, cinq années avant mon arrivée en 1967. Le département d’anglais était alors dirigé par Pierre Danchin qui avait été son jeune professeur à Alger dans la fin des années quarante, Maurice Lévy ayant enseigné à Nancy de 1956 à 1962. Mon premier contact personnel fut cette proposition qu’il me fit en 1972 de présenter ma candidature à Toulouse, proposition qui ne put malheureusement être matérialisée. Il y eu ensuite ce récit, La Nuit anglaise (1799), préfacé par lui et publié en 2006, qu’il m’offrit avec humour ("pour faire peur… ou rire") parce qu’il savait que je m’intéressais au roman gothique. Plus tard vint ma découverte qu’il venait souvent à Nancy, traversant une grande partie de la France pour poursuivre avec Monsieur Danchin, handicapé par sa vue de plus en plus défaillante, la préparation des derniers volumes de l’ouvrage monumental Prologues and Epilogues of the Restoration de ce dernier, ensemble devant aller de 1660 à 1800 et interrompu au XVe volume (1788). Il s’agissait en fait d’une collaboration éditoriale de plusieurs années, de recherches portant sur l’appareil critique, de la mise en forme informatique et parfois même de la retranscription du texte, collaboration complétée par de nombreux voyages de Toulouse à Nancy, jusqu’à plusieurs fois dans la même année. Sur la base des fichiers que lui envoyait Madame Danchin, Maurice Lévy travaillait longuement à l’élaboration finale de ces textes dont la composition paginale est très complexe, allant jusqu’à s’enquérir d’un éditeur en ligne lorsqu’il devint évident que les Presses universitaires de Nancy ne pourraient pas publier les derniers volumes. Grâce à cette aide majeure, l’ensemble est maintenant quasiment terminé. Il reste cependant en attente de publication en ligne. Telle était la fidélité en amitié, l’engagement sans mesure de Maurice Lévy, jusqu’à cette dernière rencontre entre lui et Madame et Monsieur Danchin, à Paris en novembre dernier, lorsqu’il était déjà bien malade. Telle était son intensité dans l’action, ce que d’autres collègues ont pu constater sur d’autres terrains encore. On ne peut qu’être ému rétrospectivement par une action aussi discrète, peu de personnes étant au courant de cet effort majeur, aussi approfondie et prolongée ainsi des années durant. Qu’il soit remercié pour ce modèle exceptionnel qu’il nous a donné, et nous laisse à tous. Dans sa démarche aussi éclairée que chaleureuse, Maurice Lévy incarnait l’université idéale telle qu’on la rêve.

Michel Morel

Université de Nancy 2

Ancien Président de la S.A.E.S.

Image 10000000000002BE00000475B5C5D85B.png

Le directeur de la Maison Française d’Oxford

Image 10000000000003520000023FF87BE0A1.png

Maurice Lévy a été directeur de la Maison Française d’Oxford de 1991 à 1994. Il y a laissé un souvenir marquant auprès de ses collaboratrices, Claire Stevenson, et Anna Rosenschild-Paulin, qui ont tenu à participer à cet hommage en envoyant deux photographies dont elles ont rédigé les légendes. Luc Borot, actuel directeur de la Maison Française d’Oxford a tenu ainsi à rendre "hommage à cet excellent homme et charmant collègue. Il a laissé à Oxford un très bon souvenir, et pas seulement dans le personnel." Il ajoutait : "Je n'ai personnellement rencontré Maurice Lévy que deux fois dans ma vie, ce qui m'a donné un aperçu de sa dimension humaine et intellectuelle."

Maurice Lévy lors de la Garden Party de la Maison Française d’Oxford en juin 2010.

Image 10000000000003F000000578C55C1BFF.jpg

Crédits photographiques : collection Maison Française d’Oxford

Image 10000201000002C60000044C60DD686E.png

Crédits photographiques : collection Maison Française d’Oxford

Le Professeur humaniste

Image 10000000000006BB00000995D4935B5C.jpg

C’est en 1979 que j’ai assisté pour la première fois à un cours de Maurice Lévy, qui a guidé des générations d'étudiants et de chercheurs sur les chemins du "gothique" et bien au-delà. Des romans "gothiques" ou non, comme Roderick Random, à la poésie et au théâtre anglais, de l’Ecosse de James Hogg à l’Amérique de Faulkner, Maurice Lévy nous offrait des cours somptueux et inoubliables sur tous les auteurs : ses cours d’agrégation portaient aussi bien sur les auteurs de romans "gothiques" que sur les poètes, William Blake ou Robert Browning, les auteurs de théâtre modernes, Edward Bond ou John Arden ; et sur la littérature américaine, des classiques comme Hawthorne, Faulkner ou Melville, aux modernes, comme Walker Percy. Car si Maurice Lévy était le grand spécialiste français et international du roman "gothique" anglais, il était aussi un grand spécialiste de littérature américaine et ce numéro consacré à l’identité américaine est, par les hasards de la vie, une manière de plus de rendre hommage à celui qui a écrit de si belles pages sur H.P. Lovecraft, Edgar Allan Poe, Flannery O’Connor ou William Faulkner (sur qui il aurait voulu travailler au départ si les auteurs "gothiques" ne lui avaient pas été imposés) et qui avait réalisé en 1973 pour Caliban une interview de l’essayiste et romancière américaine Susan Sontag.

Et puis il y avait eu son magnifique cours sur 1984…Aujourd’hui encore, quand je fais un cours sur le roman d’Orwell, je cite le cours d’agrégation que Maurice Lévy avait fait en 1984. En commentant un extrait de l’œuvre avec des étudiants de Lettres Modernes, le matin du 26 mars 2012, je me suis tout à coup rendu compte que nous étions dans la salle où il nous faisait cours sur ce même roman vingt-huit ans plus tôt. J’entendais sa voix ; je voyais son regard profond et généreux. Cette année-là, dès qu’il avait connu les résultats de l’admissibilité, il avait téléphoné à mes parents dans la soirée pour leur dire immédiatement que j’avais été admissible et pour qu’ils me le transmettent dans le collège aveyronnais où j’étais alors. Et lors de l’oral où il avait accompagné Catherine, sa fille, Marie-Christine Noailles-Pizzolato se souvient qu’il venait ravitailler les agrégatives toulousaines en bananes, faute d’avoir trouvé les croissants qu’il voulait leur apporter, en même temps qu’il en portait à Catherine. Le père attentif et le grand professeur prenait soin tout simplement de tous ses étudiants, y compris pour les empêcher de défaillir au moment d’une épreuve qu’il savait difficile.

  • 4 Michel Baridon, "Entre architecture et paysage : le gothique au jardin", Caliban n° 33, Le Gothique (...)
  • 5 Maurice Lévy, Images du roman noir, Paris : Eric Losfeld, 1973, IX.

Il avait sorti de l’oubli et dépoussiéré les auteurs de romans "gothiques" dont il a éclairé les couloirs obscurs avec une passion qu'il a transmise à un si grand nombre d'entre nous. "De ces demeures du songe, il a montré tous les sortilèges en ajoutant encore à leur puissance", écrivait de lui Michel Baridon.4 Et l’on suivait avec lui "cette chère Ann Radcliffe", comme il l’appelait, tant s’était créée entre eux une intimité malicieuse, et ce Moine qui l’a accompagné jusqu’au bout de la vie — par un de ces clins d’œil du destin, M.G. Lewis était né un 9 juillet, comme Maurice Lévy — lui permettant de nous offrir un ultime cadeau dans cette édition corrigée et annotée par ses soins et illustrée de ces gravures de Vivant Denon qu’il avait traquées pendant cinquante ans, comme il l’avait dit dans sa belle communication sur "la montagne et la manière noire", qu’il nous avait offerte lors du colloque sur la montagne, ces gravures qui "méritaient de revivre", comme il l’écrivait ;5 ce Moine est sorti le 28 mars, une semaine après son départ… comme un signe de ce chemin sur lequel il nous guidera toujours, ce Moine qui "[voit] le jour dans ses habits d’origine", comme il l’avait écrit récemment à la responsable des PUM dans une de ces jolies formules dont il avait le secret.

Après les préparations à l’agrégation, j’ai retrouvé Maurice Lévy à chaque étape de ma vie universitaire : président du jury de mon DEA, de ma thèse et de mon habilitation, il faisait de ces moments une fête pour l’esprit et pour le cœur aussi. Il croyait dans les autres, leur donnait la confiance et savait lire au fin fond de leurs yeux des ressources qu’eux-mêmes ne soupçonnaient pas et que sa confiance générait. Son intelligence brillante, sa simplicité, la finesse de son humour et son regard juste sur les autres ont accompagné ma route, notre route à tous, et jusqu'au bout, il nous a transmis sa force et son regard lumineux. Photographe des êtres et des choses, son regard intérieur voyait ce qui est invisible au regard. Tous ceux qui l'ont connu et qui l’aiment (c’est un verbe auquel le passé ne convient pas) sont tristes et ressentent le vide immense de son absence. Mais nous sommes aussi pleins de ce qu'il nous a donné. Nous sommes pleins de son enseignement, de son regard libre et généreux sur le monde, de cette générosité sans faille qui consiste à aider encore les autres quand on ne reste attaché à cette vie que par un fil de plus en plus ténu, en donnant toujours à l'autre plus d'importance qu'à soi.

Chaque rencontre avec lui était un moment rare et il avait ce don de donner à l’autre l’impression de progresser sur son chemin de vie. La dernière fois que je l’ai vu, à la fin du mois de janvier, lorsque Maurice et Ellen me recevaient une fois de plus avec ce sens de l’hospitalité, cette chaleur qui vous donnaient toujours l’impression que vous faisiez partie de la famille, ce sont Maurice et Ellen qui m’ont donné de l’énergie. Avec la vivacité d’esprit qui était la sienne, nous avons parlé de choses graves joyeusement et de choses plus légères mais qui toutes avaient autant de force par la force que tous deux leur donnaient. En ressortant de chez Maurice et Ellen, ce jour-là, j’avais eu l’impression d’avoir vécu un moment de grâce, un moment qui ne parlait que de la vérité de l’Amour, l’Amour donné aux autres, à tous les autres, à travers deux regards éternellement unis.

Il avait eu la chance d’être l’étudiant de Gaston Bachelard à la Sorbonne — et il gardait pour son maître une admiration humble — et tous ceux qui ont été ses étudiants ont eu cette même chance, de croiser la route de Maurice Lévy et d’écouter son enseignement. L’étudiante lui dit merci pour tout ce qu'il lui a appris, et en utilisant les dictionnaires électroniques qu’il lui avait installés pour lui faciliter, comme à tant d’autres, le travail futur, en lisant ses pages, elle se souviendra de ses mots et verra entre les lignes son regard ; et celle qui a eu le bonheur infini qu’il lui offre son amitié lui dit merci pour tout ce qu'il laisse dans son cœur, pour les chemins "gothiques", pour une grammaire islandaise, pour le thé avec Ellen et Maurice, pour la fière démarche d’un chat ne saluant que la housse de l’ordinateur, pour une conversation à Nancy sur les forêts lorraines qu’il aimait et pour les montagnes du monde, livre message. La directrice éditoriale d’Anglophonia/Caliban lui dit merci pour tout ce qu’il a donné à cette revue depuis le début ; il en a été le rédacteur en chef pendant plusieurs années alors que Fernand Lagarde en était le directeur, avant de prendre la relève et de devenir directeur à la mort de Monsieur Lagarde en 1982 et jusqu’en 1988, où il a accompli cette tâche en collaboration avec Roland Bouyssou. C’est aussi à Maurice Lévy que Caliban doit son nom, qu’il avait suggéré alors que le Professeur Victor Dupont dirigeait la revue à sa création en 1964. Il me l’a dit tout doucement, lors de la cérémonie en hommage à son ami Jean-Paul Débax, où il avait tenu à venir le 30 novembre dernier. C’était la dernière fois qu’il venait dans cette Université à laquelle il a tant donné. Il me l’a dit avec beaucoup de bonheur dans les yeux, comme une transmission, un passage de témoin.

  • 6 Michel Baridon, Caliban n° 33, 6.

Toujours, son esprit et sa voix resteront en nous et nous guideront. L'enseignement de Maurice Lévy ne s'arrête pas. Il continuera à se transmettre et à éclairer des générations d'étudiants, à éclairer l'université française dont il est l'honneur et l'exemple à suivre. Toujours il nous accompagnera. Et dans "les nuages qui passent là-bas, les merveilleux nuages", on se prend à deviner une conversation lancée il y a longtemps par Maurice Lévy et Michel Baridon, qui disait en 1996, dans l’article qu’il écrivait pour lui rendre hommage : "Nous avons, lui et moi, fait assez de chemin ensemble pour que nous prolongions la promenade un peu en passant dans ces jardins […]."6

Françoise Besson

Université de Toulouse-Le Mirail

Directrice-éditoriale de Anglophonia/Caliban

Image 1000000000000358000004E283AB9C0B.png

Image 100000000000035E000004E65C3CEE8E.png

Image 10000000000002F6000004AB180FD4DB.png

"Quoi de plus subversif au monde, que de suggérer à l’homme qu’il est libre ?"7

  • 7 Maurice Lévy, "Bond ou la subversion", Caliban XXI [1984] : 118

Image 100000000000011300000140E51CBE66.png

Au début d’un très bel article publié il y a une huitaine d’années dans cette revue Caliban à la destinée et à l’essor de laquelle il a si longtemps et si remarquablement contribué, Maurice Lévy écrivait : "After all, it is not the job of academics to answer questions, but to ask them. Imagine what life would be like, if we, teachers, had to provide our students with adequate responses to the questions that may arise during their university years !" ("FAQ : What is Gothic", Anglophonia / Caliban 15 (2004) : 23-24) Sa remarque s’appliquait en l’occurrence au domaine de la littérature gothique dont il était, comme l’on sait, l’un des spécialistes les plus renommés, mais elle pourrait tout aussi bien illustrer l’ensemble de sa carrière universitaire. En effet, Maurice Lévy ne s’est jamais dérobé à aucune des tâches qui incombent traditionnellement à un professeur de l’enseignement supérieur : enseignement, recherche, mais également administration (il a été, entre autres, Vice-Président de l’Université de Toulouse-Le-Mirail, Directeur de la Maison Française d’Oxford et a longtemps siégé au Conseil National des Universités). Il ne méprisait aucune d’elles, aussi humble pût-elle paraître à d’autres, et soulignait volontiers, pour sa part, leur imbrication mutuelle. Enseigner à l’université, c’était pour lui provoquer dans le meilleur sens du terme ; ainsi qu’il le soulignait dans une autre contribution à notre revue, en conclusion d’un article sur le dramaturge Edward Bond : "Quoi de plus subversif au monde, que de suggérer à l’homme qu’il est libre ?" ("Bond ou la subversion", Caliban XXI [1984] : 118). Enseigner, c’était inviter ses auditeurs à exercer sans crainte leur liberté, sans satisfaire au conformisme des modes passagères. Il s’est intéressé, dès leur naissance, à toutes les méthodes qui, au cours des dernières décennies, sont apparues dans le champ de la critique littéraire, mais sans jamais en être prisonnier, ni même entretenir de dogmatiques et dangereuses illusions à leur sujet. Ce qu’il leur demandait, c’était de pouvoir interpeller à chaque fois le texte littéraire de manière nouvelle, sans jamais en épuiser la merveilleuse richesse. Il prenait ainsi le risque de déconcerter d’aucuns qui préféraient la sécurité de recettes éprouvées, car Maurice Lévy espérait toujours qu’ils en viendraient finalement à se frayer librement leur propre chemin. Aussi témoignait-il à l’égard de chaque personne rencontrée sur sa route, quels que fussent son âge et sa situation, un profond respect et une inlassable bienveillance souvent accompagnée d'une pointe d'humour. Jamais sa grande rigueur scientifique et son immense culture ne se teintaient de dédain pour quiconque. Chrétien convaincu, mais également soucieux jusqu’à la toute fin de sa vie d’honorer ses racines juives, et défenseur vigilant de la laïcité républicaine, il était intimement convaincu que toute personne humaine est unique, irremplaçable et peut, si elle le désire et si on lui en donne la possibilité, apporter sa propre pierre au grand édifice que l’humanité construit au fil des âges. À ses yeux, la part ainsi prise par chacun, aussi modeste fût-elle, aidait à forger la destinée commune et, dans le même temps, le sort de chaque homme importait à tous. Maurice Lévy aurait donc pu faire sienne la méditation de John Donne : "No Man is an Island, entire of itself ; every man is a piece of the Continent, a part of the Maine …". Puisse son exemple inspirer beaucoup de nos étudiants et collègues dans l’université française d’aujourd’hui !

Jean-Louis Breteau

Université de Toulouse-Le Mirail

Image 10000000000003810000056762128A73.png

Lettre à Maurice Lévy

Image 10000000000002DD000001EBA1DCD620.png

Cher Maurice,

Je vous adresse cette lettre par-delà le miroir que vous avez traversé pour gagner le royaume des vérités éternelles, y rejoindre les êtres chers qui vous y ont précédé, comme votre fille et votre sœur. Ces quelques mots vous diront notre affection et nos remerciements pour ce que vous avez été, ce que vous nous avez donné, les remerciements de notre communauté d'études anglophones, et les miens en particulier.

Dans le domaine de la recherche, vous nous avez montré l'excellence scientifique alliée à une grande modestie et beaucoup de gentillesse. Vos travaux sur le XVIIIème siècle et en particulier sur le roman gothique vous ont acquis une réputation internationale. De nos jours, où la valeur est mesurée aux citations dont on bénéficie dans les publications de ses pairs, vous êtes, et vous resterez classé très haut dans cette échelle de la qualité. Sur le roman gothique, vous nous laissez des analyses fines, novatrices, à la pointe de la critique littéraire, et toujours claires, accessibles au lecteur non-spécialiste. Vous avez mis à notre disposition des éditions critiques savantes de William Beckford, d'Ann Radcliffe ; vous avez fait découvrir Lovecraft à plus d'un, etc. Je ne saurais être exhaustive dans cette lettre.

Mais votre regard ne s'est pas arrêté à ce genre littéraire. Vous avez revisité d'autres auteurs, d'autres œuvres, avec la même plume pénétrante. Votre volumineuse biographie de Boswell, "libertin mélancolique", composée à partir de manuscrits inédits, nous renseigne sur lui et sur son temps au moins autant que sa Vie de Johnson, pour laquelle son nom est passé à la postérité. Vos ouvrages, comme ceux de ces deux éminents chroniqueurs du XVIIIème siècle, resteront à jamais pour nous la référence dans votre domaine d'élection.

A cette excellence, vous avez joint une authentique modestie. Je n'en citerai qu'un exemple, mais chacun de nous pourrait en donner d'autres. A deux reprises au moins, notre Institut du Monde Anglophone de la Sorbonne Nouvelle vous a offert un poste. Mais vous avez décliné l'invitation de venir ainsi à Paris, mobilité par d'aucuns considérée comme une consécration dans la carrière d'un enseignant-chercheur. Vous avez préféré rester fidèle à votre université de Toulouse, et c'est là, dans votre thébaïde de la rue Auguste Dide, que vous avez contribué à donner ses lettres de noblesse à la critique littéraire française.

Cette thébaïde toulousaine, je la connais. J'ai eu le plaisir d'y être invitée, lorsque nous avons eu à travailler ensemble. En effet, vous avez guidé mes premiers pas dans le domaine de l'édition, lorsque Paul Bacquet — dont je tiens à saluer ici la mémoire — vous a confié le soin de coordonner cet ouvrage — mon premier ouvrage- intitulé Roman et société en Angleterre au XVIIIème siècle (PUF, 1978). Entre vous et Jean Ducrocq, notre co-auteur, la jeune maître de conférence que j'étais alors était très impressionnée. Mais vous m'avez accompagnée, encouragée avec cette compétence et cette gentillesse qui vous caractérisaient. Je garde de cette expérience un impérissable souvenir. Depuis, il n'est pas un livre que vous ayez publié sans m'en offrir un exemplaire, et, à ce jour, je recommande à mes doctorants la lecture de tel ou tel de vos ouvrages.

Votre participation, vos interventions aux colloques organisées chaque année par notre centre de recherche de Paris 3, CREA XVIII, étaient une fête de l'esprit et de l'amitié. Je conserve des photos prises à l'Ecole normale supérieure, Boulevard Jourdan, qui accueillait nos rencontres avec générosité. On vous y voit aux côtés de Paul-Gabriel Boucé, de Claude Rawson, d' Hermann Real, de George Rousseau, de Gerald Butler, de Habib Ajroud, la fine fleur des dix-huitiémistes de notre génération. L'ambiance y était chaleureuse, conviviale, faite d'estime et de plaisir partagé, le plaisir de se retrouver ainsi chaque année entre amis et d'écouter des communications de haute qualité.

Plus qu'un collègue et un mentor, vous étiez pour moi comme un frère. Nous avions tant de souvenirs communs à partager ! Notre Algérie natale, nos familles qui se connaissaient et Paulette, mon professeur d'anglais du lycée de Constantine, qui me parlait avec admiration de son éminent cousin et qui était si heureuse et fière de voir travailler ensemble ce parent et son ancienne élève !

Un des derniers souvenirs que je garde en mémoire, est celui de cette dernière visite que vous m'avez rendue en Normandie avec Ellen, au retour d'un séjour à Cambridge, avant de vous rendre en Bretagne. Vous êtes arrivés les bras chargés de chocolats exquis et nous avons déjeuné ensemble face à la mer, déjeuner rapide car vous deviez reprendre la route, mais avec la promesse de revenir, plus à loisir, l'été suivant. Il n'y a pas eu d'autre visite. Vous étiez déjà fatigué cette année-là. A mes demandes de nouvelles, par la suite, vous m'avez dit être en traitement … Pourtant, lorsque j'ai reçu votre carte de vœux en janvier dernier, écrite et signée de votre main, comme d'habitude, je me suis prise à espérer que tout était rentré dans l'ordre —- jusqu'à ce message de la SAES annonçant l'irréversible, l'irréparable …

Aujourd'hui vous reposez en paix auprès de ceux que vous avez aimés et vous veillez sur les êtres chers que votre départ plonge dans l'affliction, sur Ellen qui vous a accompagné avec tant d'amour. A nous tous, vous laissez le souvenir d'une personnalité chaleureuse et loyale, de votre humour accompagné d'une foncière gentillesse. Nous restent aussi le modèle de l'excellence scientifique que vous avez incarnée et vos travaux qui inspireront des générations à venir de chercheurs. Merci pour tout, cher Maurice ; vous avoir connu, côtoyé a été pour nous tous un réel bénéfice intellectuel. Avoir eu le privilège d'être votre amie a été pour moi, personnellement, un grand bonheur.

Suzy Halimi

Université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle

L’œil de Maurice

Image 10000000000003E8000002C05FB0C854.png

Maurice Lévy était passionné par tout ce qui était visuel, comme en témoigne sa dernière publication à laquelle il avait consacré toutes ses forces pour que soient connues les gravures du Moine d’après les dessins de Dominique-Vivant Denon, comme en témoigne aussi son beau livre sur les Images du roman noir publié dès 1972 ou encore ses cours sur Robert Browning dans lesquels il nous faisait découvrir avec enthousiasme la peinture de Fra Lippo Lippi. C’est tout au long de sa vie qu’il a recherché l’image, celle que d’autres avaient gravées ou peintes ou celle qu’il voyait, lui, dans le monde qui l’entourait et dont il retrouvait la vérité invisible dans l’objectif. Ce sens de l’observation et cette passion pour l’image se sont retrouvés toute sa vie dans sa passion pour la photographie car Maurice était un remarquable photographe. La photographie qui ouvre ce texte est de Maurice Lévy lui-même. L’œil de Maurice…capté dans le miroir par son appareil et sa vision. Le regard qui, en se révélant, nous regarde…

Maurice Lévy aimait à redécouvrir les labyrinthes obscurs du gothique, les auteurs plus oubliés (comme Louis François Marie Belin de la Liborlière) comme les auteurs phares (Lewis et son Moine). Mais entre Maurice Lévy et le gothique, c’était une affaire de regard, plus que d’érudition universitaire. Il prêtait autant attention aux gravures qu’aux textes ; et lui-même était d’une infinie patience lorsque, cadrant, changeant d’objectif, tenant l’appareil ou usant d’un trépied, il puisait dans les plus fines ressources de la technique pour obtenir l’image telle qu’il la concevait, puis avec l’ordinateur, découpait le contour hétérogène, faisait jouer la lumière, le clair et l’obscur, pour retrouver l’image, la gravure, dans toute sa pureté, son relief, son atmosphère. Il y avait de la magie chez Maurice Lévy photographe ; il avait maints objectifs à sa portée, comme un prestidigitateur, et il savait quel était l’outil juste, pour tel ou tel travail. Il y avait surtout un regard d’artiste. Une tour de pierres sèches sur ciel gris, les ciselures de sculptures médiévales, une gargouille plus intriguée que grimaçante, tel était l’escalier de l’imaginaire visuel qu’il savait bâtir, photo par photo, arrachant au papier plat le relief de la sculpture, toute l’imposante démesure du noir et blanc. Et l’humain s’imposait avec la même évidence, à travers des portraits simples, dépouillés, et pourtant irradiants, chevelures ondoyantes, la force de Thérèse, la lumière des yeux d’Ellen. Mais c’est aussi tout simplement, en se promenant, avec une sacoche, avec l’appareil en bandoulière, que Maurice Lévy, changeant d’objectif, prenait la vie, tout simplement comme on cueille l’essence d’un moment, instants heureux d’Oxford ou d’Amérique, souvenirs de Toulouse, amis de face ou de dos, simplement, en mouvement. En marche. 

La photographie pour capter, distiller, comme le bon vin qu’il aimait, la saveur amoncelée de la vie. Jamais fixer, mais redonner.

Catherine Lanone

Université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle

Image 10000000000004E6000006BD6BC56215.png

I loved Maurice's eyes

They were deep, dark, enamoured of the visual world, inquisitive of what lay beyond it. Looking was his hobby ; seeing was his art.

From the time he was a young father, in his early thirties, photography was his passion. Oh, the Leicas he longed for ! Oh, the Hasselblads and Nikons he dreamt of ! He lusted after lenses, caressed them, held them lovingly in his hands, exploring their contours. Removing them from their black leather lens bags and fitting them carefully into place while holding the exchanged lens, fondly, so that it would not feel rejected, in his practiced palm.

For many years he developed his own black-and-white pictures in a darkroom carved out of a little room next to the garage. He photographed the Romanesque architecture of southern France, he photographed tympana, capitals, gargoyles, carvings climbing the sides of holy buildings. We once drove all over the Saintonge visiting churches in scattered villages ; I was his assistant, carrying an extra bag of lenses and learning for the first time, if not to observe, at least, to some degree, to notice what I was missing : the elephants and fishes that strangely danced across cloistral columns, the self-portraits of anonymous sculptors peering mischievously out of the rock.

Later, when I could entice him to walk with me in the Pyrenees, I discovered that Maurice related most comfortably to the natural world seen through a lens. The beauty of a flower was confirmed in close-up. The silhouettes of mountains best rendered by a telephoto. There was communion in the meeting of eye and subject, the camera the channel of agape.

When he was too ill to go to Paris and visit museums, he would order the catalogues of the exhibitions that particularly interested him. Then he would set up his tripod on the dining room table and photograph all the illustrations in the catalogue, as if it were only by taking pictures of the pictures that he could truly penetrate the work, make it his own, hold it firmly in his mind. And when computers were added to his passions, he would turn the catalogues into revolving dioramas, slow, dancing displays on his screen.

One day, after over fifty years of a distinguished career as a literary historian and critic, he thought out loud to me that perhaps he had chosen the wrong branch of studies : really, he might have preferred to be an art historian. In his last publication, these two lines converged, as he was able to bring together Vivant Denon's illustrations of Lewis's The Monk with the book for which they had been conceived.

Maurice had beautiful eyes. Warm. Soulful. Thoughtful. Humorous. Intelligent. Eyes that held you and made you feel safe. When I seek for them now, I find them in the world he loved watching.

Ellen Lévy

Université de Toulouse-Le Mirail

Image 10000000000004EA000006C52BDAD1F9.png

L’ENSEIGNANT et le CHERCHEUR

Image 1000000000000A2000000F20680FBA18.jpg

Bio-Bibliographie8

  • 8 Nous remercions Jean-Pierre Mouchon de nous avoir autorisés à utiliser ici la notice bio-bibliograp (...)

Maurice Lévy est né à Constantine en Algérie le 9 juillet 1929.

Il obtient la licence et un DES à l'université d'Alger (1949-1952) ; l’agrégation d'anglais en 1953, (où il est reçu 11e), un doctorat ès lettres avec deux thèses, la principale portant sur Le roman gothique anglais : 1764-1824, et la complémentaire sur H.P.Lovecraft, ou Du Fantastique (Sorbonne, 21 mars 1969).

Il est Professeur agrégé d'anglais au lycée Albertini de Sétif (Algérie) de 1953 à 1962 ; Professeur agrégé d'anglais au lycée de Blida (Algérie) de 1955 à 1956 ; Assistant puis maître-assistant à l'université de Nancy de1956 à 1962 ; Chargé d'enseignement, Maître de Conférences, puis Professeur à la faculté des lettres de l'université de Toulouse de 1962 à1971 ; Professeur à l'Université de Toulouse-Le Mirail de1971-1990 ; Directeur de la Maison française d'Oxford de 1991-1994 ; Professeur émérite des Universités (1994-2004).

Image 10000000000003660000023FFF0811C5.png

BIBLIOGRAPHIE

L’angliciste

Ouvrages

Le Roman gothique anglais : 1764-1824 (Toulouse : Publications de la faculté des lettres, 1968), Paris : Albin Michel, 1995. (Avec nouvelle préface et compléments bibliographiques).

Images du Roman noir, Paris : Losfeld, 1973.

Roman et société en Angleterre au XVIIIe siècle, (avec Jean Ducrocq et Suzy Halimi) Paris : PUF, 1978.

Ann Radcliffe. The Mysteries of Udolpho, Paris : Didier-Erudition, CNED-Didier-Concours, Agrégation d’anglais,1996.

Boswell. Un libertin mélancolique. Sa vie, ses voyages, ses amours et ses opinions, Grenoble : Ellug, 2001.

Etudes pour la manière noire, recueil d’articles et d’essais, inédit.

Editions critiques

Vathek et les Épisodes, édition critique, préface et notes de Maurice Lévy, Paris : Flammarion, 1981.

Anne Radcliffe, Les Mystères d'Udolphe, traduction de Victorine de Chastenay, revue et corrigée, édition critique, préface et notes de Maurice Lévy, Paris : Gallimard, 2001.

La Nuit Anglaise, Bellin de la Liborlière, préface de Maurice Lévy. Toulouse : Anacharsis, 2006.

Célestine , ou les Epoux sans l'être, Bellin de la Liborlière, édition critique de Maurice Lévy. Paris : Classiques Garnier, 2011.

Le Moine, Matthew Gregory Lewis, traduction originale de Léon de Wailly (1840), revue, corrigée et annotée par Maurice Lévy, avec les illustrations de Dominique-Vivant Denon, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2012.

Articles

"Le Roman noir et la société anglaise à la fin du 18e siècle", Actes du congrès de Caen de la SAES, Didier, 1963, 97-106.

"Une nouvelle source d'Ann Radcliffe : Les Mémoires du comte de Comminges", Caliban, I, 1964, 149-156.

" Shakespeare et le roman gothique", Caliban, II, 1965, 47-63.

"Le manuscrit du moine", Caliban, III, 1966, 129-131.

" A Gothic Tale, by several hands", Caliban, IV, 1967, 57-72.

"De la spécificité du texte fantastique", Ranam, VI, 1973, 3-13.

"Du fantastique", in Du fantastique à la science-fiction, Paris : Didier, 1974, 13-26.

"English Gothic and the French Imagination : a Calendar of Translations, 1767-1828", G.R. Thomson ed., The Gothic Imagination : Essays in Dark Romanticism, Olympia : Washington State University Press, 1974, 150-176.

"Bibliographie du roman gothique anglais en traduction française", Romantisme noir, Paris, Cahiers de l'Herne, 1978, 368-375.

"Approches du texte fantastique", Caliban, XVI, 1979, 1-15.

"Gothique et fantastique", Europe, n° 611, mars 1980, 41-44.

" Jean Ray et le genre noir", Jean Ray, Paris : Cahiers de l'Herne, 1980, 187-190.

"Lecture plurielle du Château d'Otrante", in La mort, le fantastique, le surnaturel : du XVIe siècle à l'époque romantique, Lille : Centre de recherches de l'Angleterre des Tudors à la Régence, 1980, 149-154.

"Images du Roman noir", Die Buchillustration im 18. Jahrundert, Heidelberg, 1980, 156-165.

" Les illustrations du Roman noir en France à la fin du XVIIIe siècle", Les cahiers de Varsovie, Varsovie, 1982, 123-134.

" Les ruines dans l'art et l'écriture : esthétique et idéologie", Bulletin de la Société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, Lille, 1981, 141-158.

" Roderick Random, héros mythique ?", CARA, n° 3, 1982, 57-66.

" Le roman gothique, genre anglais ?", Europe, n° 659, mars

1984, 5-13.

" Bond, ou la Subversion ?", Caliban XXI, mars 1984, 109-118.

" Orwell : prophète ou psychopathe ?", Cahiers du C.E.R.L.I. IX, 1984.

" Heurs et malheurs d'un mot : gothique. Critiques et sémantique", in Du verbe au geste, mélanges en l'honneur de Pierre Danchin, Nancy : PU de Nancy, 1986, 331-345.

" Mythe et fantastique", Cahiers du C.E.R.L.I., XIV, 1987, Bruxelles, 5-20.

"Lovecraft et providence", Lovecraft, Bruxelles : Éditions Phenix, 1988, 9-15.

" Quand s'entr'ouve la nuit", in W.H.Hodgson, The Boats of the Glen Carrig, Amiens, Encrages, 1988, 227-240.

"La décadence et la grâce : ou les convertis de la période jaune", in Fins de siècle : Terme-évolution-révolution ? Actes du congrès de la Société française de littérature générale et comparée, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1989, 381-391.

"Boswell, Rousseau, Voltaire", Interfaces, n° 4, Dijon, 1993, 51-66.

"Dans la tourmente herméneutique : ou les tribulations d'un dix-huitièmiste en quête de discours critique", Séminaire d'études doctorales, université de Toulouse-le-Mirail, 1996, 3-20.

"Gothic and the Critical Idiom", in Allan Lloyd Smith & Victor Sage, Gothick Origins and Innovations, Costerus New Series 91, 1-15.

"A propos des Mystères d'Udolphe : Ann Radcliffe et la poétique du caché", Études anglaises, tome 49, n° 4, 1996, 402-412.

"Mélodrame et carnaval, ou les contre-codes du Roman noir", avec illustrations, in Simone Bernard-Griffiths & Jean Sgard, Mélodrames et romans noirs, Toulouse, PU du Mirail, 2000, 299- 310.

"Goths en Arcadie" XVII-XVIII, Bulletin de la Société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles n° 51, novembre 2000, 167-310.

"Faq : what is Gothic ?" Anglophonia/Caliban n° 15, Toulouse : PUM, 2004.

"La montagne et la manière noire", Anglophonia/Caliban n° 23, Toulouse : PUM, 2008, 165-172.

"La ville et la cité selon Charles Williams", Anglophonia/Caliban n° 25, Toulouse : PUM, 2009, 275-284.

"Mountains, Mezzotints and Gothic Imagery", Mountains Figured and Disfigured in the English-Speaking World, Newcastle-upon-Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2010.

Préfaces

Introduction à The Fatal Revenge de C.R.Maturin, New York : Arno Press, 1974, VII-XIV.

Préface à Fatale vengeance ou la famille de Montorio de C.R. Maturin, Paris : José Corti, 2000.

Préface à Histoires de vampires de J.Marigny, Paris : Librairie des Champs-Elysées, 1978, 7-9.

Préface à Ann Radcliffe and Her Influence on Later Writers, de J.M.S. Tompkins, New York : Arno Press, 1980, 1-13.

"Unde Hoc Monstrum ?" Préface à Frankenstein, Paris, Autrement, 1998. Châteaux", préface au n° 12 de la revue Otrante : Art et littérature fantastiques, automne 2002, 7-10.

Préface à Le lierre et la chauve-souris : réveils gothiques, emergence du roman noir anglais d’Elizabeth Durot-Boucé, Paris : PSN, 2004, 12.

L’américaniste

Ouvrages

H.P.Lovecraft, ou Du Fantastique, Paris : Bourgois, 10/18, 1972.

Lovecraft, Paris : Bourgois, 1985.

Lovecraft, a Study in the Fantastic, Detroit : Wayne State University Press, 1988.

Articles

"Edgar Poe et la tradition gothique", Caliban., V, 1968, 35-61.

"Fascisme et fantastique, ou le cas Lovecraft", Caliban ,VII, 1970, 67-78.

"Poe and the Gothic Tradition", E.S.Q., XVIII, 1972, 151-164.

"Albee : un théâtre qui fait peur", Caliban., VIII, 1972, 19-29.

"Entrevue avec Susan Sontag", ("Texte du questionnaire établi par Gérard Cordesse, Yves Le Pellec, Annie Le Rebeller, Maurice Lévy et un groupe d’étudiants du C2 : Le Roman américain contemporain. Propos recueillis par Maurice Lévy"), Caliban, X, 1973, 93-111.

"Pym, conte fantastique ?", Études anglaises, janv.-mars 1974, 38-44.

"L'écriture catholique de Flannery O' Connor" (Revue française d'études américaines, I, 1976, 125-133).

" Entre fascisme et socialisme" : Lovecraft ", Europe, n° 707, mars 1988, 64-76.

"Etranges étrangers : ou le fantastique selon Lovecraft", CARA, n° 9, mars 1989, 219-237.

"Lovecraft et les vampires", Littératures, P.U.M., n° 26, 1992, 59-67.

"Gothique, grotesque : préface à l'ébauche d'une réflexion sur une possible relation", in Regards européens sur le monde anglo-américain, hommage à M.P.Gautier, collection "Rule Britannia", Paris : Paris-Sorbonne, 1993, 157-166.

"L'exil et le royaume selon Walker Percy", in L'exil et le royaume, Paris : Centre de recherche littérature et religion, université de Paris-Nord, 1993, 155-172.

"L'écriture et la grâce : ou la fiction de Flannery O'Connor" (Mélanges offerts à Guy Bourquin, 2003).

"Lovecraft, trente ans après" (H.P.Lovecraft : fantastique, mythe et modernité, Paris, Dervy, 2002).

Volumes publiés en l’honneur de Maurice Lévy

Cahiers du CERLI n° 6, "Mélanges Maurice Lévy", 1995.

Caliban n° 33, Le gothique et ses métamorphoses. Mélanges en l'honneur de Maurice Lévy, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 1996.

  • 9 Maurice Lévy, Le roman « gothique » anglais 1764-1824, Paris : Albin Michel, 1995, 659-660, extrait (...)

"L’homme demain aura-t-il encore droit au rêve? […] Peut-on "habiter oniriquement" un appartement urbain, une "tranche" d’immeuble collectif, sans racines dans la Terre-Mère, sans crypte, sans cave, sans passé, national ou familial? […]
Déjà, il nous semble que le rêve déserte la demeure des hommes, quitte la terre et gagne le cosmos, devançant les vaisseaux spatiaux. Déjà s’amorce une grande mutation de l’Imaginaire, dont les structures basculent vers le vide inter-sidéral. Déjà surtout la Peur change d’objet, renonce aux spectres et aux Inquisiteurs du passé et se projette dans l’avenir: la Bombe determine déjà, de façon irréversible, la création fantastique. […] Puissent les apothéoses d’épouvante, les bouleversements cataclysmiques qu’annoncent déjà certains auteurs rester à tout jamais du seul domaine de la fiction."
Maurice Lévy9

  • 10 Citation, écrite de la main de Maurice Lévy, communiquée par Ellen, et que Maurice avait toujours s (...)

"J'ai trouvé ma propre identité en réconciliant en moi-même la foi de mes origines avec le mystère de la foi catholique, sans rupture de communion avec quiconque."10
Frère Roger Taizé

Image 10000000000002640000036B147853DB.png

Annex

Crédits photographiques
Page 267 © Constance Stuart Larrabee11 (1914-2000), D.R. aux ayants droit. Cette photographie privée a été prise à Chestertown par Constance Stuart Larrabee et offerte à Maurice Lévy. 
P. 271, 285, anonyme ; p. 275, cliché Christiane Fioupou ; p. 289, cliché Françoise Besson ; p. 281, cliché Frank Crewdson ; pp. 283, 291, 299, 307, 315, clichés Ellen Lévy ; p. 287, cliché Jean-David Lévy ; p. 291-292, collection Maison Française d’Oxford ; p. 293, cliché Jean-Luc Dott ; p. 297, cliché Larry Epstein ; pp. 277, 303, 304, 306, 308, clichés Maurice Lévy.

Top of page

Notes

1 Gilles Ménégaldo et les signataires de ce texte ont rendu hommage à Maurice Lévy auprès de la communauté des anglicistes à travers la S.A.E.S. Ils ont accepté de nous offrir ce texte afin de participer à l’hommage rendu à Maurice Lévy par Anglophonia/Caliban.

2 Il y a quelques années, Jean Viviès avait écrit ce texte sur la biographie que Maurice Lévy avait faite sur Boswell, Boswell un libertin mélancolique. Sa vie, ses voyages, ses amours et ses opinion. Jean Viviès, dont Maurice Lévy avait dirigé la thèse, a tenu à être présent dans ces pages pour rendre hommage à celui dont il "admirait la figure et les livres", en nous offrant ce texte qu’il avait écrit en 2001 pour Etudes Anglaises.
Nous tenons à remercier Etudes Anglaises et Pascal Aquien qui nous ont autorisé à reproduire ce texte en hommage à Maurice Lévy. Pascal Aquien, comme tous ceux qui l’ont connu, admirait beaucoup Maurice Lévy, qu’il avait eu comme professeur à l'Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud quand il avait passé l'agrégation en 1977 (Vathek était alors au programme): "Sa disparition m'a beaucoup touché et je suis heureux de contribuer, même indirectement, à cet hommage."

3 MAURICE LÉVY. — Boswell un libertin mélancolique. Sa vie, ses voyages, ses amours et ses opinions. (Grenoble : ELLUG, Université Stendhal, collection "L’Écosse en questions", 2001.

4 Michel Baridon, "Entre architecture et paysage : le gothique au jardin", Caliban n° 33, Le Gothique et ses métamorphoses. Mélanges en l’honneur de Maurice Lévy, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1996, 13.  

5 Maurice Lévy, Images du roman noir, Paris : Eric Losfeld, 1973, IX.

6 Michel Baridon, Caliban n° 33, 6.

7 Maurice Lévy, "Bond ou la subversion", Caliban XXI [1984] : 118

8 Nous remercions Jean-Pierre Mouchon de nous avoir autorisés à utiliser ici la notice bio-bibliographique qu’il avait consacrée à Maurice Lévy dans le Dictionnaire bio-bibliographique des anglicistes et assimilés (du XIXe au début du XXIe siècle). Jean-Pierre Mouchon, qui n’avait connu Maurice Lévy que par téléphone, disait à quel point c’était un homme "pénétré d’humanisme".
Cette bio-bibliographie est faite à partir de l’ouvrage de Jean-Pierre Mouchon, Dictionnaire bio-bibliographique des anglicistes et assimilés (du XIXe au début du XXIe siècle). Complément de lʼEsquisse de lʼenseignement de lʼanglais et des études anglaises en France au XXème siècle, Terra Beata, 2010 (publié sous forme de CD-ROM).

9 Maurice Lévy, Le roman « gothique » anglais 1764-1824, Paris : Albin Michel, 1995, 659-660, extrait de la magnifique conclusion de la deuxième edition de son ouvrage.

10 Citation, écrite de la main de Maurice Lévy, communiquée par Ellen, et que Maurice avait toujours sur l’étagère face à lui.

11 La photographie qui ouvre cet hommage (267) a été prise par la grande photographe anglaise Constance Stuart Larrabee (1914-2000).
Née en Angleterre, elle a passé son enfance à Pretoria en Afrique du sud avant d’étudier la photographie à Londres de 1933 à 1935 et au Bavarian State Insitut for Photography à Munich de 1935 à 1936. Elle installe ensuite son studio en Afrique du sud et elle y photographiera les grandes figures politiques de l’époque. C’est aussi à partir des années 1930 qu’elle photographie les peuples d’Afrique du sud. Pendant le seconde guerre mondiale, elle est la première femme correspondante de guerre en Afrique du sud. Elle s’installe aux Etats-Unis après son mariage en 1950. Elle a publié de nombreux livres et réalisé de nombreuses expositions (archives du Smithsonian Institution Research Information System : http://siris-archives.si.edu/ipac20/ipac.jsp?uri=full=3100001~!97461!0, consulté le 10 avril 2012).
C’est à Chestertown, où elle était installée, que Maurice Lévy l’a rencontrée.
Rencontre de deux regards…

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search