Skip to navigation – Site map

Introduction

Françoise Besson, Philippe Birgy, Roland Bouyssou, Jean-Louis Breteau, Jean-Paul Débax, Albert Poyet and Marcienne Rocard
p. 15-25
Translation(s):
Introduction

Editor's notes

Les auteurs de cet article ont été rédacteurs en chef ou co-responsables de Caliban ou d'Anglophonia/Caliban entre 1964 et 2014.

Full text

  • 1 Ernest Renan a publié en 1878 un drame philosophique intitulé Caliban.

Le présent recueil d'articles a été constitué dans la liberté la plus complète pour ses participants [...]. Restait à choisir [...] un nom, un titre particulier. Nous avons opté pour celui de CALIBAN. L'on nous demandera pourquoi..."Et pourquoi pas ?" répondrons-nous. L'ombre de Renan, croyons-nous, ne nous en tiendra pas rigueur.1 Au surplus, on s'accorde pour reconnaître à l'étrange personnage de La Tempête, incomplètement compris et toujours discuté, quelque intérêt en raison même souvent de ses incertitudes. Puisse-t-il en être de même de notre "Caliban".
Victor Dupont, Caliban n° 1, 1964

1Caliban, le personnage de la pièce de Shakespeare et Caliban, la revue qui, au départ était celle de la "Section d'Anglais" de la Faculté des Lettres de Toulouse, ont été dès le début étroitement liés et le choix du nom de l'esclave shakespearien pour donner à une revue dont le fondateur revendiquait la liberté constituait déjà en soi un acte et une pensée qui se démarquaient de la norme. Pour célébrer le cinquantenaire de la revue, il était, non pas normal, mais juste, d'évoquer les libertés prises par le personnage de Caliban au fil des siècles, des cultures et des arts.

2La liberté de la revue apparaissait dans les choix de ce premier numéro qui allait de Christopher Marlow (J.-J. Denonain) à W.M. Thackeray (Christian Lapart), de la pêche à la ligne vue sous l'angle littéraire d'un Izaac Walton et d'un Charles Cotton (Francisque Costa) et d'un "poème spéléologique" du même Charles Cotton (J. Clottes) à Marcel Proust vu par Samuel Beckett (John Fletcher), de la littérature anglaise pastorale à la littérature américaine de la ville avec les "esquisses de la vie new-yorkaises" de Stephen Crane (J. Cazemajou), de Shakespeare (Fernand Lagarde) à Brassens (Victor Dupont) et qui faisait le lien entre le monde anglo-saxon et notre région : Toulouse, grâce à Matthew Arnold voyant dans le Lycée de Toulouse un "Eton toulousain" (Françoise Lafourcade) et les Pyrénées grâce à Ann Radcliffe s'inspirant des "Mémoires du Comte de Comminge" (Maurice Lévy). Puisse le "Testament" de Georges Brassens traduit dans le premier numéro de Caliban par son fondateur être ce testament de liberté autour des textes et des cultures de langue anglaise défendu par le Caliban de 2014.

  • 2 Le fondateur de Caliban, Victor Dupont présentait ainsi le premier numéro de la revue : "Ce numéro (...)

3La revue Caliban naquit en 1964, sous l’impulsion du Professeur Victor Dupont.2 Si le Caliban de Shakespeare a connu de nombreux avatars comme le montre le présent numéro, le Caliban de Toulouse est aussi un avatar. Il est né d'une métamorphose d'une revue de la Section d'Anglais, intitulée Links. Fondée, comme Caliban, par le Professeur Victor Dupont, tout au début des années 50, elle était ouverte aux universitaires et aux étudiants. Les résonances du titre étaient multiples : il évoquait non seulement un lien, un trait d'union, mais un travail d'avant-garde car "link" signifiait aussi "flambeau"—a link-boy était un porte-flambeau qui précédait ceux qui circulaient à la nuit tombée. Ce flambeau a été confié à Caliban dont le premier numéro est donc paru en 1964.

  • 3 Corinne Renou, ""Caliban," une revue de vulgarisation culturelle ?", in Vingtième siècle. Revue d'h (...)

4Vingt-quatre ans plus tôt, en août 1940, une autre revue portant le titre du Français dans la clandestinité avait vu le jour. Une fois la guerre finie, une partie du groupe fondateur crée un second périodique répondant au nom de Caliban (1947). Dans le troisième numéro, un jeune journaliste du nom de Jean Bensaïd exprimait au nom du comité éditorial un désir commun de provoquer, par leurs chroniques, "Une fissure de la réflexion… avec ou sans l’accord de toutes les Eglises."3 Il signait avec le nom de plume de Jean Daniel. Dès lors, il le conserva. En 1986, c’est aux Etats-Unis qu'apparaît un autre Caliban à l'initiative de Lawrence R. Smith. Ce dernier veut contrer le formalisme littéraire ambiant. En 2010, la publication est rebaptisée Calibanonline. Elle met en valeur les littératures d’avant-garde mais aussi la peinture, les vidéos artistiques et les compositions musicales.

5Caliban, c’est le personnage qui génère la révolte ; esclave insoumis, il est de toutes les luttes pour la liberté. A l’occasion du cinquantenaire de "notre " Caliban, ses éditeurs passés et présents souhaiteraient rendre un hommage au Caliban né dans les années sombres de la seconde guerre mondiale pour défendre la liberté d’abord et la littérature ensuite : tissage des pensées où un personnage fictif est chaque fois choisi pour parler un langage de la rébellion. Toutes les fois qu’un homme ou un groupe d’hommes a fait naître un Caliban, sous forme de revue, c’était pour manifester un désir de liberté dans la littérature et l’art, ou par la littérature, comme ce fut le cas pendant la guerre.

  • 4 Maurice Lévy, "Bond ou la subversion," Caliban XXI [1984] : 118.

6Le choix du nom de la revue, fait par Maurice Lévy, dont l’anti-conformisme s’est toujours manifesté dans ses ouvrages et ses articles, montre l’orientation qu’il souhaitait donner à notre publication : "Quoi de plus subversif au monde, que de suggérer à l’homme qu’il est libre ?"4 écrivait-il. C'est dans le sens de cette liberté de penser et de pensée que Jean-Paul Débax nous offre un article bilingue, comme la revue, au titre ludique faisant de celui-ci une parodie de roman d'espionnage, mêlant le Caliban de Shakespeare et la revue qui fête ses cinquante ans d'existence. A travers le texte de la pièce et les aventures de la revue, en passant par un roman de Milan Kundera, La fête de l'insignifiance, dans lequel un Caliban pakistanais, acteur raté, offre une vision parodique de son homonyme shakespearien, l'auteur nous donne une vision profonde de l'être humain, que le théâtre traduit, parfois en débordant sur la vie d'une revue. Comme Montesquieu, qui suggérait de "faire les choses frivoles sérieusement et gaîment les choses sérieuses," Débax nous invite à la réflexion avec un humour qui raconte une histoire à travers le théâtre de Shakespeare et une de ses réappropriations les plus contemporaines.

7La Tempête de Shakespeare a de multiples implications et l'une d'elles nous est présentée dans une lecture originale par Irina Kantarbaeva-Bill qui s'interroge sur la possibilité de voir la pièce comme une "métaphore de l’association anglo-ottomane." S'il est vrai que la pièce est souvent vue comme une métaphore de la colonisation, "du Nouveau Monde ou de l'Irlande," la situation de la pièce sur une île permet d'autres déplacements. Peut-on voir "l'Empire Ottoman féminisé dans l'image de 'l'ignoble sorcière Sycorax'" (Kantarbaeva-Bill)? L'auteur analyse les déplacements de l'Empire Ottoman dans une lecture de l'île méditerranéenne qui peut évoquer la culture classique de Shakespeare autant que le signe politique. Caliban devient alors un être dont la soif de pouvoir rappelle l'Empire Ottoman dans la vision qu'en ont les Anglais. Cette lecture de la pièce à la lumière des relations anglo-ottomanes de l'époque ajoute encore une autre facette à cette pièce protéiforme et à ses personnages qui portent en eux des multitudes de symboles.

8Les implications politiques de la pièce passent aussi par le choix des mises en scène. Ainsi Robert Lepage, dont les choix de mises en scène invitent à un théâtre total, nous conduit à travers La Tempête au cœur des Premières Nations, comme le montre l'article de Françoise Besson. Une mise en scène théâtrale à Wendake, dans le village de la nation Wendat au Québec, dans une forêt naturelle, avec plusieurs acteurs des Premières Nations, montre clairement la volonté du metteur en scène de lire dans ce "Caliban libéré de ses chaînes" qui "s'empare de la hache de celui qui a abattu l'arbre de son île," "l'exploitation pratiquée par les colons" (Besson) et la volonté de libération des Premières Nations, volonté qui se lit dans le texte et les gestes de Caliban. L'autre mise en scène mêle le théâtre, la musique et la danse et l'île n'est plus un espace naturel mais l'espace construit et artistique de la Scala de Milan dans l'opéra de Thomas Adès. Et lorsque Prospero libère ses esclaves à la fin du spectacle, c'est de réconciliation que parle l'opéra revisitant la pièce de Shakespeare. La dimension politique de la pièce est soulignée par ces mises en scène créatives qui parlent des Premières Nations dont la présence est suggérée par les costumes et les tatouages (de Caliban et Prospero) qui ne font que visualiser la dimension politique du texte de Shakespeare.

  • 5 On retrouve cette image dans l'article de Cyril Camus.

9Et précisément, les arts visuels sont très importants dans les représentations de Caliban et de La Tempête. Les quatre illustrations proposées en couverture de ce numéro sont un échantillon de la variété de formes qu'a pu prendre le personnage de La Tempête. Dans la peinture, une image du peintre toulousain Edmond Dulac qui illustrait une traduction de la pièce de Shakespeare, unit le local et l'universel. Dulac (Toulouse, 1882-Londres, 1953) était toulousain et il a fait la plus grande partie de sa carrière en Angleterre où il est plus connu qu'en France. Sa vision poétique d'un Caliban en haut d'une falaise, observant l'arrivée de Prospero qui met un pied sur son île, est bien différente de ce Caliban "Art nouveau," mi-menaçant mi-craintif, mi-masculin mi-féminin, mi-être humain mi-bête qui avait été choisi pour illustrer le programme de la célébration du tricentenaire de la mort de Shakespeare en 1916. Le théâtre proprement dit ne pouvait pas être absent de cette porte d'entrée dans l'univers de Caliban. C'est un Caliban vêtu d'une peau de bête, dont l'apparente sauvagerie est contrebalancée par le désespoir, qui apparaît dans la photographie de Nicola-Frank Vachon où le clair-obscur semble refléter la double appartenance de Caliban à l'ombre et à la lumière. C'est le ténor Frédéric Antoun qui interprète le personnage shakespearien, réunissant théâtre et musique dans l'opéra de Thomas Adès représenté au Grand Théâtre de Québec dans une mise en scène de Robert Lepage. Caliban est aussi entré dans l'univers de la bande dessinée et de la fantasy : l'image de l'ouvrage d'Alan Moore illustré par Kevin O Neill5 nous montre un Prospero magicien placé au centre et encadré par ses deux faire-valoir, le discret Ariel dans l'ombre et un gigantesque Caliban au visage grimaçant et agressif, qui tient dans sa main un crâne éclaté, ce Caliban-là devenant un reflet détourné de Hamlet. Edouard Lekston, quant à lui, évoque sa propre vision de La Tempête qu'il fait aussi entrer dans l'univers de la bande dessinée. L'île y retrouve toute sa symbolique :

  • 6 Edouard Lekston (2010). "Une île pleine de bruits, ou l'invention du territoire d'un magicien". Sha (...)

Sur une île sauvage, toute nouvelle société (ou toute société idéale) est à construire comme l'exprime si bien Gonzalo dans la pièce. Il exprime là aussi la mise en abîme (sic) du travail de l'auteur qui s'échoue sur une île "mentale" vierge.6

10Du théâtre à la musique et de la peinture à la bande dessinée, Caliban se multiplie d'un art à l'autre sur cette "île 'mentale' vierge." Il est présent dans les arts visuels et nous y ramène. Il faut parler de la mer pour comprendre Caliban, de sa sauvagerie et de sa beauté telle que l'a vue Turner. Caliban est nécessairement lié à l'eau par son isolement même sur une île. C'est par Turner que Malcolm Andrews retrouve l'esclave shakespearien en étudiant la relation du peintre anglais à la mer. Il associe sa vision de la mer avec la poésie marine chez Swinburne et Gerard Manley Hopkins. Présentant le peintre comme un mélange de Prospero et de Caliban, il voit dans son extrême sensibilité devant la sauvagerie et la beauté de la mer une réaction instinctive devant la musique de la nature rappelant celle de Caliban. Et la vision de la mer que Malcolm Andrews révèle chez le peintre anglais, mer caractérisée par sa "mobilité musculaire," éclaire le personnage shakespearien qui apparaît alors comme une image de la mer tourmentée que Turner allait représenter deux siècles plus tard.

11Dans la peinture, on connaît les célèbres tableaux d'Odilon Redon qui a composé "Le sommeil de Caliban." Plus récemment, dans son "Joyeux Théâtre" (aquarelle, 2009), Jean-Marc Brugeilles a proposé une nouvelle vision de La Tempête, avec un Caliban à corps d’homme mais à tête d’iguane et aux oreilles de lièvre. Caliban ouvre les portes d’un imaginaire libre et poétique.

12Caliban, c’est encore le cinéma, avec les multiples adaptations de La Tempête de Shakespeare et des œuvres de fantasy qui s'y rattachent. Raphaelle Costa de Beauregard étudie l'adaptation filmique de Peter Greenaway dans The Tempest: Prospero’s Books. Le film est non seulement un film "muet," c’est surtout un film expérimental qui fait appel aux "effets spéciaux" de l’illusionniste, comme pour faire contrepoids à la magie de Prospero. Il transforme donc le discours narratif shakespearien en un discours narratif non verbal, "muet," où l’accent est mis essentiellement sur le corps et une gestuelle parfois acrobatique. Le cinéaste a recours à la chorégraphie du danseur Michael Clark, accompagnée par la musique de Michael Nyman. Le mouvement perpétuel présenté par le danseur fait de Caliban une métaphore de la vie elle-même et, partant, un authentique habitant de l’île. De plus, en donnant à l’image de Caliban à l’écran un caractère mystérieux, évasif, il transforme le personnage de Shakespeare en une sorte d’anti-héros dont le mal-être face au monde moderne reflète les problèmes inhérents au post-colonialisme.

13On retrouve un possible double de Caliban dans un manga japonais, Zetsuen No Tempest, ou The Civilization Blaster, où le personnage de Samon Kusaribe peut évoquer Caliban tandis que la magicienne Hakaze, enfermée dans un tonneau sur une île, peut apparaître comme un mélange d'Ariel, l'esprit emprisonné, et de Prospero, le magicien qui le délivre. Comme le suggère la couverture de ce numéro, Caliban est présent dans la bande dessinée et Neil Gaiman raconte l'écriture de La Tempête dans Sandman où le personnage de Caliban apparaît dans un récit enchâssé qu'étudie Cyril Camus qui aborde aussi les œuvres de Tad Williams et Nigel A. Sellars dans lesquelles Caliban est "le narrateur des réécritures de La Tempête" (Camus). Le personnage de Shakespeare est également un personnage des romans de science-fiction de Roger MacBride Allen (Le Robot Caliban) et de Dan Simmons (Ilium et Olympus) où les personnages de La Tempête rencontrent ceux de l'Iliade. En se fondant sur plusieurs de ces œuvres, C. Camus montre comment "à partir d’une tradition préexistante d’interprétations contradictoires de Caliban, un dialogue conflictuel, esthétique et idéologique, se perpétue dans la fiction fantastique et merveilleuse" (Camus). C'est chez Tolkien et The Lord of the Rings que Jean-Louis Breteau trouve judicieusement une parenté entre le personnage de Gollum et le Caliban de Shakespeare. Dans une étude approfondie, J.-L. Breteau analyse les liens qui peuvent exister entre ces deux personnages liés par l'eau et le caractère monstrueux que leur créateur leur a donné pour conduire le lecteur à se laisser porter par ce "compagnonnage imaginaire de Caliban ou de Gollum" (Breteau). Se situant dans un registre fantastique également, l'article de Suzanne Voogd examine les adaptations de La Tempête à destination de la jeunesse. Elle distingue deux classes d'âge : les enfants et les adolescents. Mais il ressort en général de cette littérature pour la jeunesse que Caliban devient un symbole du statut de l'enfant, le monstre qui se rebelle car il ne satisfait jamais les exigences des adultes et doit suivre les règles que ceux-ci lui imposent. Cependant, alors que, dans la pièce d'origine, Caliban occupe une fonction ambiguë, car le discours qui le condamne provient d'un seul et même personnage, les monstres contemporains obtiennent leur rédemption et incitent alors les jeunes lecteurs à s'affranchir des préjugés transmis par la famille et la société.

14La réappropriation du personnage shakespearien soulève des questions, comme le suggère Charlotte Bruner :

  • 7 Charlotte H. Bruner, "The Meaning of Caliban in Black Literature Today," Comparative Studies, vol. (...)

Several recent critics of African literature have described the African writer as a Caliban; yet these critics are not only sympathetic but also appreciative of the very writers they so label. Even more strangely, some of these writers themselves have accepted the label. Is this act of acceptance a mark of shame, of defiance, of brutish depravity? Is it perhaps acceptance of others’ rejection so that subsequent regeneration can occur?"7

  • 8 "As today's black writers have taken the appellation Caliban for their own, this image has changed (...)

Ou est-ce seulement une manière de changer le "cannibal indigène-Indien-Caribéen" en un "esclave noir africain colonisé" pour finalement en faire le "révolutionnaire triomphant du Tiers-Monde ?"8

15Les romanciers et romancières d'Afrique ont emprunté le personnage de Caliban pour évoquer la dépossession des peuples colonisés. Ainsi Marie-Jeanne Gauffre étudie trois nouvelles et le dernier roman de Chimamanda Ngozi Adichie. C’est à la lumière du Prospero et du Caliban de Shakespeare que l’article aborde, de façon très intéressante, la question des relations Noirs/Blancs, de l’esclavage, de la colonisation puis du néo-colonialisme chez la Nigériane Adichie. Les avatars féminins de Caliban dans le texte de cette femme noire ont une double fonction : mettre en exergue non seulement la résistance à la domination coloniale et les métamorphoses de celle-ci aujourd’hui, mais encore le rôle majeur du langage dans la colonisation puis dans la décolonisation mentale. Le texte d’Adichie examine aussi les séquelles du discours colonial ; ses récits en effet invalident le mode de pensée binaire et préconisent une autre dialectique des rapports humains que celle du maître et de l’esclave, où s’affrontent Prospero et Caliban. La relation que les personnages africains et afro-américains entretiennent avec le reste du monde, mais aussi l’hostilité qui oppose Africains et Afro-Américains, sont mises en évidence, entre autres, par l’expérience de la migration vécue personnellement par Adichie, une des thématiques de son récent roman, Americanah.

16C'est vers la culture des peuples d'Amérique que nous conduit l'article de Wendy Harding. Le Caliban Codex est l'œuvre de l'artiste Cherokee Jimmie Durham, qui y remet en question les représentations culturelles dans lesquelles est piégé le personnage de Caliban. "Trickster" dans le droit fil de la tradition indienne, Durham intervertit les rôles en présentant Caliban, l'apprenti, tentant de subvertir lui-même les leçons de son maître Prospero. Caliban démonte le système même de représentation inscrit dans les livres du magicien Prospero, par l'écriture, le dessin et la sculpture, tournant ainsi en dérision et avec humour les mécanismes de l'oppression colonialiste afin d'en révéler les failles et la violence. Par exemple, il s'essaie à dessiner correctement le nez de Prospero et finit par ne façonner qu'un humble masque de boue. Ce masque, comme le reste du Codex, suggère que le sujet colonisé a bien intériorisé les leçons du maître, mais avec une ironie à double tranchant, qui tout en révélant l'ambivalence du discours colonial en pervertit l'autorité.

17La littérature de la nature elle aussi peut mettre en scène des personnages évoquant Caliban. Ainsi, Céline Rolland retrouve la présence de Caliban dans une étude où elle compare le personnage de Shakespeare et un personnage de Jim Harrison, Brown Dog, dans un roman éponyme. Le symbolisme de l'île, espace préservé et réservé à la nature sauvage, constitue un premier élément de rapprochement entre les deux personnages qui tous deux apparaissent comme des "figures primitives" et des "personnages pulsionnels obéissant à des instincts prédateurs" (Rolland). Se rebellant l'un comme l'autre contre l'envahisseur venu asservir le peuple autochtone, ils sont aussi unis par la poésie que fait entendre leur voix. Shakespeare et Harrison ont créé deux personnages à mi-chemin entre l'humain et l'animal, "qui reconfigurent l’opposition entre le sauvage et le civilisé" (Rolland).

18Caliban se retrouve dans les poésies du monde entier, de l'Angleterre et de l'Amérique de Ted Hughes et Sylvia Plath aux Antilles, à l'Afrique et aux Caraïbes comme nous le montre la série d'articles et de traductions qui clôt ce numéro. Catherine Lanone, partant de l'ouverture des Jeux Olympiques de Londres en 2012 et du spectacle offert par le réalisateur anglais Danny Boyle qui, de toutes les pièces de Shakespeare, choisit d'inclure dans ce spectacle d'ouverture le discours de Caliban dans La Tempête, nous fait faire un voyage poétique à travers "des métamorphoses intertextuelles contemporaines" (Lanone) dont le point de départ est l'île de Caliban et le texte de Shakespeare. De la poésie de T.S. Eliot à la poésie expérimentale de Tom McCarthy qui s'apparente à un système radiophonique, C. Lanone suggère que le discours de Caliban et ses mots sur "l'île pleine de bruits," "annoncent notre monde moderne" (Lanone). Elle nous invite à un voyage dans les réécritures modernes de Caliban à travers d'abord une pièce radiophonique d'Angela Carter, Come Unto These Yellow Sands qui nous ramène à La Tempête shakespearienne mais aussi au peintre victorien Richard Dadd. On passe de La Tempête comme "alibi dégradé de la Révolution Industrielle" à un Orientalisme, dans la pièce de Carter, né de "l'envie des classes moyennes de fuir la réalité." Puis Lanone nous conduit à la lecture de La Tempête par Ted Hughes qui "explore le trauma et une variation de l'attachement œdipien" (Lanone). Le poète retrouve dans la pièce de Shakespeare la mythologie classique et l'histoire de Didon qui va le conduire à parler de l'utilisation des mythes chez Sylvia Plath. La réappropriation poétique de La Tempête nous conduit ainsi à un cheminement où les poètes se répondent dans des échos qui donnent un sens continuellement réinventé à l'île et aux bruits qu'elle y fait entendre.

19De La Tempête de Shakespeare à ses réécritures dans la poésie moderne expérimentale et à la pièce d’Aimé Césaire, Une tempête, Caliban vit et se transforme dans les littératures du monde. On le retrouve dans celles d’Afrique, comme symbole de l’homme opprimé par la colonisation : "First seen as a figure of dispossession among the colonized, Shakespeare’s Caliban has evolved into a constant and complex, if not controversial metaphor in the discourse of African languages and literatures," écrit Christiane Fioupou.

  • 9 John Pepper Clark, "The Legacy of Caliban," The Example of Shakespeare (Londres: Longman, 1970), 1- (...)
  • 10 Niyi Osundare, "Caliban’s Curse: the English Language and Nigeria’s Underdevelopment," Ufahamu xi.2 (...)
  • 11 Ayi Kwei Armah, "The Caliban Complex," West Africa (18 March 1985) : 521-522 and West Africa (25 Ma (...)
  • 12 Christiane Fioupou, Editorial, "Seuils/Thresholds," Anglophonia/Caliban n° 7, Toulouse : Presses Un (...)

Indeed African and Caribbean writers have endeavoured to go beyond the threshold of their political and linguistic situations, appropriating "The Legacy of Caliban"9—the legacy of language—, "Caliban’s Curse" and "Caliban’s Gamble"10 or disparaging "The Caliban Complex,"11 to name but a few titles using Caliban as a colonial or "post-colonial" icon.12

20Dans ce numéro, deux poèmes illustrent la réappropriation de Caliban : un poème d'Aimé Césaire, qui, dans sa pièce Une tempête, a revu l'image de Caliban pour en faire le poète et la voix des peuples opprimés, a été traduit en anglais britannique par John Fletcher, qui faisait déjà partie des auteurs du numéro 1 de Caliban en 1964. Ce poème, "Stèle obsidienne pour Aloune Diop," est un hommage à Aloune Diop, fondateur de la revue Présence africaine. Textes et traductions se tissent et se croisent : traduction d'un poète francophone en anglais et traduction d'un poète anglophone en français. C'est un poème de l'écrivain sierra-leonais Syl Cheney-Cooker, intitulé "Caliban," qu'a traduit Christiane Fioupou. La force de ce poème nous conduit à voir un Caliban qui est la société créole-Krio de Sierra-Leone comme l'explique le poète lui-même. Il nous révèle un Caliban qui, loin d'être la créature monstrueuse de La Tempête de Shakespeare, est un être de l'entre-deux, tentant de "créer son propre langage et son identité" (Syl Cheney-Cooker, article de C. Fioupou). Eric Doumerc quant à lui, nous invite à découvrir une autre réécriture de La Tempête avec le poème "Caliban" de l'auteur caribbéen Edward Kamau Brathwaite. Ce Caliban-là est un joueur de steel pan et un danseur de limbo à travers lequel le poète "interroge la nature même de la culture caribéenne" et montre "le cheminement de Caliban depuis l'Afrique jusqu'aux Caraïbes" (Eric Doumerc).

  • 13 Bruce Chatwin, In Patagonia [1977], Stuttgart : Philipp Reclam jun., 2003.
  • 14 Thomas Wharton, Les Champs de glace, traduit de l’anglais par Anne Damour (Paris : Rivages, 2000), (...)
  • 15 Jane Goodall et Dale Peterson, Visions of Caliban: On Chimpanzees and People (University of Georgia (...)

21Caliban voyage et il est d'ailleurs présent dans le récit de voyage d'où La Tempête est sans doute née. Bruce Chatwin l'évoque dans son ouvrage In Patagonia,13 où il considère que l'action de La Tempête est fondée sur un récit de voyage sud-américain (chapitre 49). Lawrence Durrell intitule le récit de son séjour dans l'île de Corfou, Prospero's Cell (L'île de Prospero, dans sa traduction française). Le voyage d'exploration entré dans la fiction fait aussi écho à la pièce de Shakespeare puisque dans le roman canadien de Thomas Wharton, Icefields,14 "les rythmes du monologue de Caliban dans La Tempête […] se mêlent au crissement du schiste" sous les pas d’un explorateur. Caliban nous aide à préserver la planète : pour parler de la nécessité de préserver les espèces et évoquer les menaces qui pèsent sur l'habitat des chimpanzés, la célèbre primatologue Jane Goodall et Dale Peterson ont choisi la métaphore de Caliban dans leur ouvrage Visions of Caliban: On Chimpanzees and People,15 dans lequel ils montrent notre lien avec ces animaux. Le discours de Caliban se fait ainsi entendre de la poésie au roman en passant par la littérature d'exploration revisitée, les combats pour les droits de l'homme et pour ceux de l'animal, et aussi par le spectacle d'ouverture aux Jeux Olympiques de Londres où le personnage de Shakespeare est aussi présent musicalement dans une chanson d'Underworld, "Caliban’s Dream." Et il est présent aussi au Printemps de Bourges où la sculpture d'Alexandre Calder intitulée "Caliban" accueille le visiteur dans le hall de la Maison de la Culture de la ville depuis 1964 (la même année que "notre" Caliban), date de l'inauguration officielle du lieu par André Malraux. Et la liste de ses métamorphoses ne s'arrête bien évidemment pas là.

22Création de revues, littératures du monde, peinture, sculpture, cinéma, bande dessinée et musique : Caliban, l’esclave, ne cesse de briser ses chaînes et de faire entendre des voix—celles que l’on cherche à étouffer ou simplement celle que l'on veut faire partager.

Top of page

Notes

1 Ernest Renan a publié en 1878 un drame philosophique intitulé Caliban.

2 Le fondateur de Caliban, Victor Dupont présentait ainsi le premier numéro de la revue : "Ce numéro des "Annales," préparé par l'Institut d'Etudes Anglaises et Nord-Américaines de la Faculté des Lettres de Toulouse, sera, nous l'espérons, le premier d'une longue série. Ainsi, à son tour, notre Section d'Anglais prend la responsabilité d'une publication annuelle, chacun de ses membres apportant à cette entreprise commune, ses compétences, son orientation, son tempérament propres." Victor Dupont, "Caliban," Caliban, Annales publiées par la Faculté des Lettres de Toulouse, Institut d'Etudes Anglaises et Nord-Américaines, n° 1, Janvier 1964, 5. Au départ, revue de la section d'anglais de la Faculté des Lettres de Toulouse, Caliban est devenu au fil des ans une revue nationale et internationale. Portant depuis 1997 le titre d'Anglophonia/Caliban, la revue reprend à partir de ce numéro du cinquantenaire son titre initial de Caliban.

3 Corinne Renou, ""Caliban," une revue de vulgarisation culturelle ?", in Vingtième siècle. Revue d'histoire, année 1993, vol. 40, n° 40, 76.

4 Maurice Lévy, "Bond ou la subversion," Caliban XXI [1984] : 118.

5 On retrouve cette image dans l'article de Cyril Camus.

6 Edouard Lekston (2010). "Une île pleine de bruits, ou l'invention du territoire d'un magicien". Shakespeare en devenir - Les Cahiers de La Licorne - N°2 - Saison 2009-2010 | L'Œil du Spectateur | Espace Libre : autour de La Tempête.
[En ligne] Publié en ligne le 26 juillet 2010.
URL : http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=375
Consulté le 6/09/2014.

7 Charlotte H. Bruner, "The Meaning of Caliban in Black Literature Today," Comparative Studies, vol. 13, 2003, Septembre 1976, 240.

8 "As today's black writers have taken the appellation Caliban for their own, this image has changed from native-Indian-Caribbean-cannibal—to Black African colonized slave—to triumphant Third-World revolutionary." (Bruner 240)

9 John Pepper Clark, "The Legacy of Caliban," The Example of Shakespeare (Londres: Longman, 1970), 1-38.

10 Niyi Osundare, "Caliban’s Curse: the English Language and Nigeria’s Underdevelopment," Ufahamu xi.2 (1982) : 96-107 ; "Caliban’s Gamble :" The Stylistic Repercussions of Writing African Literature in English," Language in Nigeria, ed. Kola Owolabi (Ibadan : Grop Publishers, 1995), 340-363.

11 Ayi Kwei Armah, "The Caliban Complex," West Africa (18 March 1985) : 521-522 and West Africa (25 March 1985) : 570-571.

12 Christiane Fioupou, Editorial, "Seuils/Thresholds," Anglophonia/Caliban n° 7, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2000, 3.

13 Bruce Chatwin, In Patagonia [1977], Stuttgart : Philipp Reclam jun., 2003.

14 Thomas Wharton, Les Champs de glace, traduit de l’anglais par Anne Damour (Paris : Rivages, 2000), 27. Icefields (Edmonton : NeWest Publishing, 1995).

15 Jane Goodall et Dale Peterson, Visions of Caliban: On Chimpanzees and People (University of Georgia Press, 2000). Les éditeurs remercient Scott Slovic qui leur a fait découvrir cet ouvrage important.

Top of page

References

Bibliographical reference

Françoise Besson, Philippe Birgy, Roland Bouyssou, Jean-Louis Breteau, Jean-Paul Débax, Albert Poyet and Marcienne Rocard, « Introduction », Caliban, 52 | 2014, 15-25.

Electronic reference

Françoise Besson, Philippe Birgy, Roland Bouyssou, Jean-Louis Breteau, Jean-Paul Débax, Albert Poyet and Marcienne Rocard, « Introduction », Caliban [Online], 52 | 2014, Online since 22 April 2015, connection on 05 December 2019. URL : http://journals.openedition.org/caliban/537

Top of page

About the authors

Françoise Besson

By this author

Philippe Birgy

By this author

Roland Bouyssou

By this author

Jean-Louis Breteau

By this author

Jean-Paul Débax

By this author

Albert Poyet

Marcienne Rocard

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals