Skip to navigation – Site map

HomeNuméros56"Glittering corpses" : les nature...

"Glittering corpses" : les natures mourantes dans les nouvelles de Rick Bass

Claire Cazajous-Augé
p. 152-162

Abstract

In Rick Bass’s short stories, the descriptions of the bodies of dead animals reveal how the author attempts to approach the mysteries of the nonhuman world without trying to capture them. When trying to describe a dead animal, the writing is faced with the challenge to name an object that is disappearing. Because Bass is well aware of the limitations of his descriptive project, he resorts to narrative dissections and hypotyposes, and goes as far as interlacing scientific terms and poetic digressions. The variations of the author’s writing do not hint at his wish to capture the otherness of animal worlds. They rather testify to the capacity of words to adjust themselves to the vibrant energy of the nonhuman world. With the descriptions of skeletons or rotting bodies that are not so much still-lifes as they are dying-lives, Bass invents a performative writing that exposes its author’s literary and activist project. Fiction does not only aim at testifying to the unspeakable suffering of animals; it also provides a vital model of regeneration for humans.

Top of page

Full text

1Dans "Styles Animaux", Marielle Macé rappelle que la littérature, en ce qu’elle amène à reconnaître la valeur d’autres formes de vie, joue un rôle éthique. Selon Macé, la littérature parvient à recréer la variété des "styles" qui composent le vivant. Lorsqu’un auteur décrit les façons dont un animal perçoit et traverse le monde, il attire l’attention sur une autre façon de donner sens au monde : "Tout style est […] une idée, non un savoir mais une proposition d’être, une direction d’individuation. Un style propose une nouvelle façon de 'se rapporter à', une nouvelle manière d’entrer en relation avec soi-même et avec les choses" (103). À l’heure où de nombreuses espèces animales sont menacées de disparition, la capacité de l’écriture à recréer les modes d’existence des animaux, et donc à laisser une trace de leur passage, représente une nécessité vitale. L’écriture remplit ainsi un rôle de témoignage et nous fournit des modèles de régénération indispensables à la survie du monde animal, mais aussi humain.

  • 1 Il arrive souvent que les narrateurs de Bass se contentent de descriptions animalières fragmentaire (...)
  • 2 La grande majorité des animaux morts présents dans les nouvelles ont été tués par l’homme, de maniè (...)

2Devant l’urgence de décrire la souffrance des animaux, l’écriture fait face à un défi éthique et ontologique. Comment témoigner pour des êtres qui ne peuvent pas s’exprimer par le langage articulé ? Comment recréer au niveau du texte des modes d’être qui sont menacés de disparaître ? Dans son ouvrage de non-fiction The Book of Yaak, Rick Bass exprime le dilemme qui anime son écriture, entre la tentation de montrer la fragilité du monde non-humain et la peur de la compromettre en la décrivant : "there are things in the world that, if touched and measured, disappear" (58). Bass redoute en effet que son écriture se présente comme une menace pour les éléments du non-humain qui sont nécessaires à notre survie, au lieu de contribuer à les sauver. Ainsi, afin de tenter de préserver la vitalité du non-humain, Bass recourt parfois à des ellipses et à des synecdoques qui tendent à faire disparaître les animaux vivants de la description.1 Mais il lui arrive aussi de décrire des corps d’animaux de manière précisément détaillée en recourant à un lexique scientifique et pictural, à des structures comparatives, à des mots composés ou bien encore à des images anthropomorphiques. Le plus souvent, Bass réserve ces procédés aux descriptions de corps d’animaux morts. Dans les nouvelles, les cadavres animaliers n’agissent pas uniquement comme des métonymies visant à illustrer la violence que les hommes infligent à l’ensemble de la nature.2 Loin de seulement montrer comment l’auteur se saisit de tous les outils en sa possession afin de donner voix à la souffrance du non-humain, la diversité des stratégies descriptives mises en œuvre dans les descriptions d’animaux morts révèle comment l’écriture parvient à s’ajuster de manière éthique et poétique aux transformations de la nature. De même que les corps d’animaux morts que Bass décrit se transforment au cours des processus de dissection et de décomposition, de même l’écriture se renouvelle au contact du non-humain. Partant, les descriptions détaillées de corps d’animaux morts concourent à manifester la vitalité du non-humain et de l’écriture. C’est à travers la substance même de l’écriture que Bass rend compte de la "finitude infinie" (Bailly 56) de la nature qui ne disparaît que pour mieux renaître.

3Derrière les fluctuations de l’écriture affleure l’idée que Bass n’envisage pas la mort comme une fin, comme un "effacement d’existence" (Bailly 82), mais comme une étape dans le cycle de nature. En ce sens, les descriptions de cadavres ou de restes d’animaux apparaissent moins comme des natures mortes que comme des natures mourantes. La diversité des procédés descriptifs et narratifs et la substance tangible de la langue contribuent alors à montrer que l’écriture de Bass ne se présente pas comme une sépulture pour les espèces menacées, mais comme un médium animé prenant part aux mouvements de la nature. J’essaierai de montrer dans un premier temps la manière dont les variations de l’écriture de Bass permettent dans un même mouvement de suggérer que les secrets de la nature demeurent impénétrables et d’illustrer la capacité de l’écriture à s’accorder aux métamorphoses du non-humain. Dans sa texture même, la langue montre qu’elle prend part aux mouvements naturels, révélant les liens dynamiques qui créent une continuité entre le texte et le monde, mais aussi entre la vie et la mort. Ceci m’amènera à aborder les pouvoirs de régénération de la fiction bassienne qui, en montrant comment l’écriture se renouvelle au contact du non-humain, rappelle aux hommes les vertus salvatrices d’une relation respectueuse aux divers styles de la nature.

Dissection

4Les corps exposés des animaux morts semblent à première vue offrir aux hommes l’occasion de cerner l’irréductible altérité de la nature en leur permettant d’observer longuement les cadavres et de les disséquer. Or, dans les nouvelles de Bass, la découverte de corps d’animaux morts contribue au contraire à présenter le caractère insaisissable du non-humain. À la manière d’Ismaël qui, disséquant un cétacé, prend conscience que son entreprise taxinomiste est vouée à l’échec—"I but go skin deep. I know him not, and never will" (Moby-Dick 318)—, les narrateurs et les personnages de Bass constatent qu’ils ne peuvent pas accéder à une connaissance totale de la nature.

5Philippe Hamon identifie deux postures du mode descriptif. Selon lui, une description ayant pour projet d’expliquer le réel allie des compétences descriptives à des compétences "décryptives" (60-64). La première tendance, dite "horizontale", vise à l’exhaustivité en s’appuyant sur un savoir encyclopédique et un quadrillage du réel. La deuxième tendance, dite "verticale", s’applique à décoder et déchiffrer le monde grâce à l’analogie et à la métaphore. Hamon conclut en rappelant que le "faire-savoir pédagogique" (64) de telles descriptions apporte un gain de savoir et un gain de plaisir au lecteur. On retrouve dans "Her First Elk", nouvelle faisant le récit de la traque d’un élan et de l’apprentissage de techniques d’équarrissage par une jeune femme, Jyl, les deux tendances du projet descriptif pédagogique énoncées par Hamon. D’une part, les listes et la technicité de la langue recréent d’un point de vue formel le regard expérimenté et les gestes précis de Bruce et Ralph, les deux frères qui enseignent à Jyl comment dépecer le mammifère et tirer profit de chaque partie de son corps. D’autre part, le lexique des couleurs et les métaphores incarnent, au niveau du discours, le regard novice et fasciné de Jyl qui tente d’appréhender une réalité qu’elle ne connaît pas encore. Or, les deux stratégies descriptives à l’œuvre dans la nouvelle ne remplissent pas seulement un rôle pédagogique. En effet, Bass n’entend pas faire de son écriture un instrument de dissection qui permettrait de détailler et de sonder les secrets du non-humain. Lorsque les narrateurs bassiens recourent à des connaissances scientifiques, à un lexique pictural et à des métaphores pour décrire des corps d’animaux morts, ce n’est pas pour montrer qu’ils se saisissent de tous les outils descriptifs en leur possession afin de mieux aborder l’altérité radicale de la nature. La diversité des stratégies descriptives montre au contraire que l’écriture bassienne se renouvelle sans cesse pour essayer d’approcher l’objet qu’elle tente de décrire mais qui demeure insaisissable.

6Le corps de l’élan que Jyl a tué emblématise une nature qui se dérobe et qui échappe au désir de capture de l’homme. D’abord immobile—"less vital" (The Lives of Rocks 35)—, l’élan semble ensuite s’animer de nouveau—"coming back to life and expanding" (37). Puis, il paraît perdre de sa dimension exceptionnelle—"less mythic and more steerlike" (41)—avant de quitter peu à peu le règne animal—"less an elk, less an animal than ever" (42). Alors que le récit de la chasse est très court, l’opération du démembrement de l’animal est extrêmement détaillée. À la manière des deux frères qui prennent le temps d’ouvrir le corps de l’animal pour montrer à Jyl ce qu’il cache, le narrateur crée une pause explicative dans le récit afin de déplier le réel et tenter d’en révéler les mystères. La précision scientifique et quasi-chirurgicale (38) de la description recrée sur la page les gestes rigoureux et maîtrisés des frères découpant le corps de l’animal selon un rituel codifié. Parce que la description de l’anatomie de l’élan remplit avant tout une fonction didactique, l’écriture s’applique à être aussi détaillée et objective que possible. Par le truchement de listes—"Ralph slit open the thick gray-skin drum of fascia that held beneath it the stomach and intestines, heart and lungs and spleen and liver, kidneys and bladder" (38)—l’écriture tente de nommer tous les organes et révèle son ambition d’offrir un savoir encyclopédique et exhaustif. En outre, la polysyndète suggère que le texte se contente de respecter l’ordre des étapes du démembrement de l’animal, concourant ainsi à transformer une partie de la nouvelle en manuel d’équarrissage. L’entreprise didactique repose également sur l’utilisation de métaphores permettant au narrateur d’associer des organes normalement cachés du corps animalier à des objets de la vie quotidienne—"the oversized heart, as big as a football" (38), "the guts, twice as large as any medecine ball" (38-39). Grâce à ces images, l’écriture parvient à aller "sous le réel, derrière le réel, chercher un sens, une vérité fondamentale derrière les apparences trompeuses ou accessoires d’une surface" (Hamon 62) en reliant "sémantiquement des isotopies différentes" (64). Mais le narrateur ne s’appuie pas uniquement sur des comparaisons didactiques. Tout au long de la nouvelle, la précision descriptive s’accompagne d’images poétiques qui concourent à mettre en lumière les mystères du monde.

7Alors que les frères s’appliquent à saigner, découper et vider le corps de l’élan, Jyl entreprend de recréer les connexions qui existent entre les différents éléments du monde naturel en s’appuyant sur des associations de couleur : "Surely all the colors had been present all along, but for her it was suddenly as if some gears had clicked or aligned, allowing her to notice them now, some subtle rearrangement or recombination blossoming now into her mind’s palette" (39). Or, même si l’écriture poétique révèle sa capacité à réordonner le monde et à recomposer un réel fragmenté, elle ne parvient pas à révéler tous les secrets du non-humain. La répétition du déterminant indéfini "some" contribue en effet à montrer les limites de l’écriture dans son projet consistant à nommer le monde. De même, le recours à la reformulation de compléments d’objet direct—"into a vertical position, an ascension" (39), "this outpouring, this torrent" (40)—participe à montrer les connexions invisibles de la nature tout en suggérant que le langage ne peut pas éclairer tous les secrets du non-humain. Contrairement à la comparaison, la reformulation dissimule les outils linguistiques liant les différents syntagmes nominaux. Le recours à la reformulation permet d’évoquer les liens entre les éléments naturels sans les expliciter. Ce qui importe ici, c’est de suggérer que l’homme peut pressentir les mystères de la nature même s’il ne parvient pas à les disséquer. De même que, à la fin de la nouvelle, le sang de l’animal s’écoule pour être ensuite absorbé par la terre (40), de même les secrets de l’animal semblent disparaître avec lui.

8Les différentes stratégies que le narrateur adopte dans la description de l’élan de "Her First Elk" révèlent le dilemme de l’écriture bassienne. Cette dernière aspire à nommer un animal qui, même mort, ne cesse de se dérober, tout en avouant son impuissance et son hésitation à le décrire. Face à l’échec du projet de nomination, l’écriture sollicite la substance du langage afin de s’ajuster à la dimension insaisissable du monde. Il ne s’agit alors pas de disséquer le monde, mais de s’accorder à lui.

Décomposition

9Dans "Pagans", Kirby évoque la manière dont la Sabine, une rivière polluée, peut révéler des traits de caractère de la mystérieuse Annie : "there was something about the sound, the harmonics, of that ravaged river and her ability to love it, and take pleasure in it, that released something within her: transforming in ancient alchemy the beautiful unseen into the beautifully tangible" (The Lives of Rocks 8). De même, l’écriture de Bass semble détenir le pouvoir de rendre tangibles des éléments cachés du paysage. L’analyse de la description du corps d’une aigrette morte que trois jeunes étudiants découvrent sur une île de la Sabine me permettra ainsi d’envisager la manière dont l’auteur manifeste les mouvements imperceptibles de la nature dans la substance même du langage.

10Ce qui se joue dans la description du corps en décomposition de l’aigrette, c’est la capacité de réinvention d’une écriture qui prend part aux transformations du monde non-humain. Les mots composés, les échos sonores et syntaxiques et les propositions incises confèrent une dimension concrète au texte. Au terme d’une description qui allie répétitions, reformulations et pulsations rythmiques, l’écriture montre qu’elle ne fait pas que traduire le dynamisme du monde non-humain. En parvenant à se modifier à mesure que l’objet décrit se transforme, l’écriture semble prendre part aux fluctuations du monde naturel. Ce faisant, le texte concourt à révéler les pouvoirs de régénération de la nature. De même que les coyotes et les corbeaux se nourrissent de cadavres de cerfs écrasés sur la route (The Hermit’s Story 168), de même l’écriture de Bass se saisit des éléments qui l’entourent pour se réinventer. En s’inspirant du cycle de la vie dans lequel la mort d’un animal permet à d’autres créatures de survivre, le texte montre que, loin d’indiquer une fin, la mort porte en elle un pouvoir de création et de renaissance.

11La capacité du discours à s’intégrer aux mouvements du vivant se manifeste tout d’abord par le recours aux mots composés. Le narrateur juxtapose ainsi plusieurs adjectifs composés pour décrire l’effet des éléments naturels sur le processus de décomposition de l’oiseau—"Sun-baked, rained-upon, wind-ruffled, ant-eaten" (The Lives of Rocks 14). L’utilisation de ces adjectifs vise avant tout à suggérer que les trois personnages, étudiants en biologie, posent un regard expert et attentif sur le corps qu’ils observent. En outre, le recours à une structure qui, en passant de la voix passive à un adjectif composé, fait l’économie du verbe et de la préposition "by", montre que la langue a la capacité de s’adapter à la disparition progressive du corps de l’oiseau. Bass s’appuie ainsi sur la malléabilité de la langue pour rendre compte des transformations liées au cycle de la vie. Mais les mots ne font pas qu’illustrer le flux de la nature, ils en font partie intégrante. Là où il n’y avait que pourriture et décomposition, l’accumulation des adjectifs et la régularité rythmique qu’ils respectent contribuent à redonner un souffle au texte et à suggérer que la vie continue à l’intérieur du corps de l’aigrette. De plus, les nombreux jeux rythmiques témoignent de la vitalité commune de la langue et du monde. Les anaphores (11), les rythmes ternaires—"stronger, wilder, fiercer", "oily, drippy, poisoned earth" (11)—, et les allitérations—"cracks and crevices" (14)—se substituent aux battements de cœur de l’oiseau désormais éteint.

12Ainsi, loin de seulement décrire le processus de transfiguration de l’aigrette, Bass parvient à le recréer dans la structure même de ses phrases.

As the egret decomposed, so too was revealed the quarry within—the last meal upon which it had gorged—and they could see within the bone basket of its rib cage all the tiny fish skeletons, with their piles of scale glitter lying around like bright sand. There were bumps and tumors, misshapen bends in the fishes’ skeletons, and as they rotted (flies feasting on them within that ventilated rib cage, as if trapped in a bottle, but free, also, to come and go) the toxic sludge of their lives melted to leave a bright metallic residue on the island, staining here and there like stripes of silver paint. (15)

13Dans cet extrait, Bass recrée au niveau du texte la disparition progressive du corps de l’oiseau. Par le truchement d’incises, la description s’interrompt à deux reprises pour se livrer à de courtes pauses explicatives. Mais la décomposition de la syntaxe ne montre pas l’échec de l’écriture à mener une description aboutie de l’animal. Les interruptions syntaxiques créent des fissures qui laissent l’espace nécessaire à l’apparition d’éclats lumineux. À la fin du paragraphe, la comparaison entre les restes liquéfiés de l’oiseau et des taches de peinture argentée évoque la possibilité de l’émergence d’une nouvelle forme de vie. De même, le corps de l’aigrette pourrit et s’efface pour mieux laisser place à d’autres existences animales, celles des mouches qui se nourrissent des restes de poissons que l’oiseau a ingurgités. L’écriture parvient ainsi non seulement à incarner les pouvoirs de transformation du monde naturel, mais aussi à fournir un modèle de régénération pour les hommes.

Régénération

14Dans ses nouvelles, Bass attache une attention particulière aux descriptions d’animaux dont la mort a été causée par l’homme. Il détaille abondamment les blessures du cerf de "Her First Elk", abattu par Jyl, celles de l’aigrette de "Pagans", morte à cause de la pollution de la rivière Sabine et celles de l’aigle doré de "The Sky, the Stars, the Wilderness", tué par les membres du Predators’ Club qui souhaitent éliminer les animaux menaçant leurs troupeaux. Dans Le Silence des bêtes, Elisabeth de Fontenay souligne que la fiction joue un rôle de témoignage et de veille essentiel face au "caractère aporétique du scandale de la souffrance animale" (22). En ce qu’elle a le pouvoir de donner la parole aux animaux, la littérature contribue à les sauver. Afin de donner voix à la souffrance silencieuse du non-humain, Bass s’attarde sur les blessures que l’homme a infligées aux animaux sauvages. Dans ses textes, l’auteur essaie de "couvrir le mutisme écrasant" (21) des poissons aux bouches béantes—"mouths gaped" (The Watch 33)—que l’on extrait de leur milieu lors de parties de pêche et des ours au rictus figé—"[the bear] seems to be crying out at the injustice, the utter uselessness" (The Lives of Rocks 75)—que l’on empaille en guise de trophées.

15Afin de témoigner de la souffrance des animaux privés de réponse face à la cruauté des hommes, Bass s’appuie avant tout sur des images anthropomorphiques. Parce que l’anthropomorphisme permet de souligner ce qui rapproche l’homme et l’animal tout en renforçant les divisions qui les séparent, il est à la fois un outil et un obstacle pour les auteurs écologistes. Selon Lawrence Buell, les écrivains n’ont pas d’autre choix que de composer avec ce trope : "Ban(ning) pathetic fallacy—were such a thing possible—would be worse than accept(ing) its unavoidable excesses. For without it, environmental care might not find its voice" (218). Dans ses nouvelles, Bass n’essaie pas d’éviter de recourir à l’anthropomorphisme. Il lui arrive même d’en faire un usage outrancier. La description du corps d’un aigle royal dans la nouvelle "The Sky, the Stars, the Wilderness" pourrait illustrer l’usage surprenant de l’anthropomorphisme que fait l’auteur. Dans l’un des nombreux souvenirs d’enfance qu’elle raconte dans son récit, la narratrice homodiégétique de cette nouvelle évoque sa découverte d’un corps blessé gisant sur le domaine de Prade Ranch, qu’elle a d’abord pris pour celui d’un homme endormi (147). Afin de décrire le corps criblé de balles du rapace, la narratrice recourt à une métaphore filée dans laquelle l’aigle royal acquiert une dimension christique. L’animal apparaît alors non seulement souffrir pour l’ensemble du monde non-humain—lorsque son sang s’écoule, il se mêle à la terre (148)—mais aussi pour les humains. Blessé par des hommes (147), son corps meurtri est ensuite attaché à un arbre comme sur une croix (149). Selon Yves-Charles Grandjeat, Bass choisit parfois de faire un usage presque démesuré de l’anthropomorphisme afin de rappeler qu’en dépit de ses efforts pour "entrer en contact avec l’animal en tant qu’animal" (116), le narrateur demeure dans un espace "sur-anthropisé [qui] laisse à l’animal la maîtrise de son propre territoire" (117). En d’autres termes, l’utilisation d’une image chrétienne ne vise pas à réduire l’altérité du non-humain mais à tenir l’animal à distance de toute tentation anthropocentriste.

  • 3 Dans "Swans" par exemple, Billy est condamné mais préfère aller pêcher que de se rendre à l’église.
  • 4 Martin Heidegger, avance que, contrairement à l’homme, l’animal n’a pas la conscience de sa propre (...)
  • 5 Thoreau est poussé par un idéal de pureté qui passe par un régime végétarien et ascétique, mais éga (...)

16En décrivant les blessures que l’homme inflige à l’animal, Bass ne vise pas uniquement à signifier les dangers qui menacent les mondes humain et non-humain. Parce que les descriptions d’animaux morts interviennent souvent lors de récits de renaissance physique et symbolique des narrateurs et personnages bassiens, elles révèlent aussi que le face à face avec la mort encourage à voir la valeur précieuse de la vie. La mort de l’animal renvoie inévitablement à la mort de l’homme et dans les nouvelles de Bass, l’évocation de la mort d’un animal se présente souvent comme un moyen détourné d’anticiper la mort d’un personnage. Ainsi, Bass met en scène de nombreux personnages malades qui préfèrent rechercher un soulagement dans le contact avec la nature que de penser à leur souffrance quotidienne et à la mort qui approche.3 Ils trouvent auprès du monde non-humain, qui s’appuie sur les sensations immédiates, l’occasion de contourner, un instant, l’inévitabilité de la mort. Dans "The Cave", Bass adopte une approche radicale pour suggérer que le monde des sens et des sensations peut apaiser la douleur de Russell, dont la maladie n’est pas nommée, mais qui crache du sang, et celle de Sissy, sa compagne. D’emblée, les deux personnages sont plongés dans l’obscurité et doivent mobiliser d’autres sens que la vue, et en particulier le toucher, afin de traverser le souterrain qu’ils explorent. Sous la terre, l’aveuglement littéral des personnages s’accompagne d’un aveuglement métaphorique, puisque les personnages ne mentionnent jamais la maladie de Russell. Ainsi, lorsque Russell se saisit du crâne d’un animal, il ne pense pas à sa propre mort, comme aurait pu le laisser croire l’intertexte avec Hamlet. Alors que la découverte du crâne de Yorick conduit le prince danois à s’interroger sur la vanité de la vie, le contact avec le squelette d’un cerf ne mène pas Russell à un questionnement sur le caractère éphémère et futile de l’existence. Ce qui compte, c’est la sensation de toucher les ossements—"sorting them by feel" (79)—et rétablir un contact tangible avec le réel. Le processus d’animalisation des personnages à l’œuvre dans la nouvelle passe aussi par un renforcement de leur désir charnel. Les amants communiquent en se touchant sans cesse, se répondant par des caresses plutôt que par des mots (82). Le "langage du toucher" (82) se substitue au langage articulé. Au niveau du discours, la rencontre sensible et immédiate avec le monde dont les personnages font l’expérience se traduit notamment par le recours à une syntaxe nominale. Ce procédé permet à Bass de montrer que Russell et Sissy s’initient à un autre mode de vie, celui de l’éternel présent des animaux qui ne savent pas qu’ils vont mourir.4 Les répétitions anaphoriques de "she imagined" (77) et "wondering" (82) suggérant que Sissy intellectualise son expérience souterraine au début de leur expédition laissent progressivement place à des propositions et à des phrases nominales : "A dull scent at one intersection, a bright scent at another. A breath, a bare whisper of a breath, of freshness or dampness. A variance—or so it seemed—in the gravity beneath their naked feet" (83). Pour Michel Collot, la syntaxe nominale permet de rendre compte d’une relation véritablement sensorielle au monde parce qu’elle "se prête tout particulièrement à l’expression d’une relation antiprédicative au monde, où le sujet ne se différencie pas de l’objet, et, comme dans l’émotion ou la sensation, antérieures à toute analyse et à tout jugement" (284). Alors que Thoreau se montrait réticent à accepter la sensualité qu’implique l’animalité,5 Bass souligne qu’un passage temporaire par l’animalité se révèle salutaire. L’"accès infini au sens" (82, ma traduction) dont les personnages font l’expérience contribue à renouveler leur relation au monde : "after having thus loved, and emerging transformed, metamorphosed, they would see and hear and taste and scent odors with an almost intolerable fullness" (82-3). À leur sortie du souterrain, les effets synesthésiques—"They could taste the green light on their bodies. It was a denser, more humid light […]" (88)—témoignent de la renaissance des personnages. À travers l’histoire de Sissy et Russell, Bass montre que la reconnaissance et la pratique d’autres façons de percevoir le monde sont salutaires en ce qu’elles permettent de conjurer, même temporairement, l’inéluctabilité de la mort.

17Dans ses descriptions d’animaux morts, Bass figure ainsi les pouvoirs de recréation de la nature et de l’écriture. À travers la diversité des stratégies descriptives et narratives qu’il emploie et la substance des mots, Bass montre la capacité de l’écriture à adopter les pouvoirs de renouvellement du non-humain. Partant, l’auteur fait de sa fiction un modèle de régénération essentiel pour les hommes ou, pour reprendre les termes de Jean-Paul Goux, "une œuvre contre le temps, une lutte contre le morcellement et la désintégration, contre l’irréversibilité du temps" (9). En décrivant le processus de disparition des corps d’animaux, la fiction de Bass propose aux hommes d’autres styles, d’autres façons d’être au monde, qui ont la capacité de remplacer l’obsession humaine de la mort par le modèle de recréation infinie de la nature naturante.

Top of page

Bibliography

Bass, Rick, The Watch, New York: Norton, 1994.

—, The Book of Yaak, New York: Houghton Mifflin, 1996.

—, The Sky, the Stars, the Wilderness, New York: Houghton Mifflin, 1997.

—, The Hermit’s Story, New York: Houghton Mifflin, 2002.

—, The Lives of Rocks, New York: Houghton Mifflin, 2007.

Buell, Lawrence, The Environmental Imagination. Thoreau, Nature Writing, and the Formation of American Culture, Cambridge: Harvard UP, 1995.

Collot, Michel, La matière émotion, Paris : PUF, 1997.

De Fontenay, Elisabeth, Le silence des bêtes  : la philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris : Fayard, 1998.

Goux, Jean-Paul, La fabrique du continu, Seyssel : Champ Vallon, 1999.

Grandjeat, Yves-Charles, "La place de l’animal dans la littérature d’environnement américaine" dans Engélibert Jean-Paul, Lucie Campos, Catherine Coquio, Georges Chapoutier (dir.), La question animale : entre science, littérature et philosophie, Rennes : PU de Rennes, 2011, 107-119.

Hamon, Philippe, Du descriptif, Paris : Hachette, 1994.

Heidegger, Martin, Essais et conférences, Paris : Gallimard, 1958.

Macé, Marielle, "Styles animaux", L’Esprit céateur 51.4, 2011, 97-105.

Melville, Herman, Moby-Dick; or, the Whale, New York: The Modern Library, 1926 [1851].

Thoreau, Henry David, Walden; or, Life in the Woods, Oxford: Oxford UP, 2008 [1854].

Top of page

Notes

1 Il arrive souvent que les narrateurs de Bass se contentent de descriptions animalières fragmentaires ou incomplètes ("The Watch", "The Distance", "Fires").

2 La grande majorité des animaux morts présents dans les nouvelles ont été tués par l’homme, de manière directe (chasse, pêche) ou indirecte (pollution, destruction des habitats animaux).

3 Dans "Swans" par exemple, Billy est condamné mais préfère aller pêcher que de se rendre à l’église.

4 Martin Heidegger, avance que, contrairement à l’homme, l’animal n’a pas la conscience de sa propre mort : "Seul l’homme meurt, l’animal périt." (212)

5 Thoreau est poussé par un idéal de pureté qui passe par un régime végétarien et ascétique, mais également par la virginité. Dans "Higher Laws," le passage dans lequel il évoque son désir de mordre dans la chair d’une marmotte sans pour autant passer à l’acte est emblématique de la tension qui anime l’ermite de Walden, entre refuge de la civilisation et tentation de se livrer à ses instincts sauvages.

Top of page

References

Bibliographical reference

Claire Cazajous-Augé, « "Glittering corpses" : les natures mourantes dans les nouvelles de Rick Bass », Caliban, 56 | 2016, 152-162.

Electronic reference

Claire Cazajous-Augé, « "Glittering corpses" : les natures mourantes dans les nouvelles de Rick Bass », Caliban [Online], 56 | 2016, Online since 01 October 2016, connection on 25 November 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/5821 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.5821

Top of page

About the author

Claire Cazajous-Augé

Université Toulouse-Jean Jaurès

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search