Skip to navigation – Site map
3 - Des monstres fantastiques à la littérature pour enfants / From Fantastic Monsters to Children's Literature

Monstres libérateurs

Suzanne Voogd
p. 145-156

Abstract

Shakespeare’s Caliban character has been adapted in children’s and young adults’ literature. This article examines how the original character’s features have been transformed to fit different readerships and how he has a liberating influence on young protagonists.

Top of page

Full text

1Caliban, le personnage libidineux et traître de Shakespeare, ne semble pas a priori apte à figurer dans la littérature pour la jeunesse, car il boit, il jure et il transgresse des tabous. Toutefois, de nombreux auteurs anglophones parviennent à renouveler le personnage en l’adaptant au type de récit voulu et à l’âge du lectorat.

2Il existe de nombreuses adaptations de The Tempest à destination de la jeunesse : il est intéressant de voir quels éléments constitutifs du personnage d’origine ces récits conservent et ceux qui sont passés sous silence. Les monstres des albums pour les plus jeunes lecteurs qui ne sont pas directement apparentés au personnage de Caliban présentent des caractéristiques communes avec lui, ou du moins avec ses versions adaptées.

3C’est cependant dans les romans pour adolescents que Caliban accède à un véritable statut de personnage. Sa présence, qu’elle se manifeste sous la forme d’un autre personnage ou bien dans une mise en scène particulière de la pièce, modifie en profondeur le cours de la narration.

Les adaptations de The Tempest pour les enfants

4Caliban, dans la présentation des personnages de The Tempest, est décrit ainsi : "a savage and deformed slave" (Shakespeare 96). Les adaptations de la pièce à destination des enfants reprennent ces éléments et, comme il s’agit de récits, les auteurs agrémentent leurs descriptions de détails qui renforcent les notions de sauvagerie et de difformité. Dans l’adaptation de Charles et Mary Lamb (1878), Caliban est présenté comme suit : "an ugly monster" ; "a strange misshapen thing, far less human in form than an ape." Dans sa version plus moderne, Andrew Matthews reprend la notion d’étrangeté, mais il y rajoute des traits physiques plus précis : "a strange creature … It was shaped like a man, but its skin was covered with glistening green scales, and its eyes were as yellow as a lizard’s" (Matthews 15). Rosie Dickins, qui écrit une version pour les lecteurs débutants, ne s’embarrasse pas d’une description compliquée et offre de Caliban un portrait plus humain, mais très éloigné de l’original. Voici comment elle le présente dans la galerie des personnages : "Caliban, Prospero’s servant. Very grumpy" (Dickins 2). Le récit ne développe pas réellement ce portrait, favorisant une description sommaire : "a huge, scowling man" (Dickins 29). La monstruosité de Caliban est effacée pour ne laisser que des marques de son mauvais caractère.

5Une autre modification notable par rapport au personnage de Shakespeare survient dans cette version. En effet, son statut passe de celui d’esclave à celui de serviteur. Dickins contourne ainsi un problème rencontré par tous ceux qui souhaitent adapter la pièce pour la jeunesse : comment justifier le traitement que Prospéro lui inflige sans parler de son côté libidineux et violent, sans parler de la tentative de viol sur Miranda ? Les Lamb expliquent qu’il a mauvais fond : "the bad nature which Caliban inherited from his mother Sycorax, would not let him learn anything good or useful ; therefore he was employed like a slave." L’adverbe "therefore" suggère que l’esclavage est une punition, une conséquence directe de son mauvais comportement. Pour sa part, Matthews avance une raison plus précise : "you repaid my kindness by trying to kidnap my daughter" (Matthews 18). Le viol est ainsi transformé en enlèvement, beaucoup moins dérangeant dans un livre pour la jeunesse.

6Mis à part les grommellements qui ont un effet comique plutôt que de montrer la dangerosité potentielle de Caliban, il reste très peu de la violence et de la volonté de vengeance de l’original. Même l’acte le plus grave dont il est accusé dans la pièce originale est complètement omis ou bien fortement dilué dans les adaptations pour la jeunesse. Caliban devient un monstre qui n’inquiète pas et qui semble n’être exploité que pour les scènes comiques, comme quand Ariel le tourmente ou lorsque Trinculo et Stephano le prennent pour un poisson.

Monstres charmants

7Le processus qui tend à rendre les monstres plus sympathiques est à l’œuvre dans l’ensemble de la littérature pour enfants. Dans les albums, qui sont souvent destinés à un public jeune, les gentils monstres ont depuis longtemps chassé les méchants. Physiquement, ils possèdent les caractéristiques propres aux monstres, mais sans être très effrayants. L’ogre dans There Was Once a Boy Called Tashi possède les attributs du méchant monstre : il est immense, formé d’une sorte de poussière noire, possède cent quatre dents et mange les humains. Pourtant, ses grands yeux et sa bouche dont les coins tirent vers le bas offrent l’image d’un ogre malheureux qui inspire la compassion du lecteur.

8Les célèbres monstres de Where the Wild Things Are de Sendak, sont eux aussi pourvus de tout l’équipement du monstre parfait : ils ont des cornes, des dents pointues, des écailles, des griffes, des pattes ou des becs d’oiseaux et des pelages de toutes les couleurs. Cette abondance de caractéristiques, plutôt que d’impressionner, rend ces créatures drôles et attachantes. Leur hybridité est si poussée qu’ils exhibent même des pelages à rayures, bariolés comme des chaussettes d’enfant. La multiplicité des attributs effrayants est exploitée dans The Gruffalo, l’album de Donaldson et Scheffler : afin d’éloigner les animaux qui veulent la manger, une souris imagine les traits les plus terribles pour décrire le monstre avec lequel elle dit avoir rendez-vous. A la fin du récit, l’ensemble se présente sous la forme d’un Gruffalo terrifié par la souris plus maligne que lui. Dans cette histoire de prédateurs, c’est finalement la créature la plus inoffensive qui triomphe.

9Les relations entre prédateurs et victimes sont souvent explorées dans les livres pour enfants. Le monstre, dans de nombreux contes traditionnels et dans les livres pour enfants, est un mangeur d’hommes ; la proximité phonétique entre "Caliban" et "cannibale" est, à juste titre, soulignée par les critiques. Dans l’album de Sendak, lorsque la mère de Max se plaint de son côté sauvage ("WILD THING!" 14) Max menace de la croquer : "I’LL EAT YOU UP!" (14). Contrairement à la lutte de pouvoir entre Caliban et Prospero, celle entre Max et sa mère est brève. Le petit monstre est immédiatement envoyé au lit sans manger. C’est là, plongé dans son imagination, qu’il rencontre de véritables monstres sur lesquels il va régner à la façon de Prospero. Comme le magicien de Shakespeare, Max arrive sur une île et y soumet les créatures autochtones par la magie : "Max said 'BE STILL' and tamed them with the magic trick of staring into all their yellow eyes without blinking once" (Sendak 28-29). Le pouvoir de Max n’est pas issu de grimoires magiques, mais de l’expérience de la cour d’école. Une fois qu’il a établi sa supériorité, Max peut se venger sur les monstres à sa merci de l’impuissance qu’il ressent face aux règles des adultes : "[Max] sent the wild things off to bed without their supper" (Sendak 38). Il met ainsi en pratique une version bénigne de ce que Caliban rêve de faire subir à son maître.

10Les monstres imaginés par Max lui permettent d’évacuer sa colère et sa frustration d’enfant puni : ce sont les manifestations d’une partie de sa personnalité. Eux aussi menacent de manger Max lorsqu’il quitte l’île : "Oh please don’t go—we’ll eat you up—we love you so!" (Sendak 40). La menace que Max profère à l’encontre de sa mère est ainsi expliquée comme un acte d’amour. La position des monstres dans la narration se voit alors remise en question : sont-ils vraiment méchants, ou bien ne savent-ils pas exprimer leurs sentiments à la manière des humains ?

  • 1 Ce thème est récurrent dans la littérature pour enfants. J. K. Rowling l’exploite en profondeur dan (...)

11De même, l’ogre Gloomin dans l’album d'Anna et Barbara Fienberg est par définition censé manger des humains, pourtant ce n’est pas son premier instinct : "Gloomin stole chickens from Second Uncle and a pig from Third Aunt. But when he started to eye people for his cooking pot, Tashi knew he would have to do something" (Fienberg 18). L’ogre commence par se nourrir d’animaux et il ne représente donc pas un danger immédiat. Le véritable méchant de l’histoire est le Baron, sa fonction étant rendue explicite par l’adjectif "wicked" qui précède systématiquement son titre de noblesse. Parce que celui-ci a volé le chat de Gloomin, l’ogre accablé de tristesse est venu s’installer dans le village. Les sentiments humains attribués à l’ogre nous font reconsidérer son statut de monstre. Les lecteurs sont ainsi poussés à réfléchir sur les préjugés et à se montrer tolérants envers ceux qui ne fonctionnent pas comme eux.1

12En ce qui concerne le personnage de Mulch Diggums, dans la série d’Eoin Colfer, il fait appel à la sympathie du lecteur par l’intermédiaire de l’humour, comme le souligne Celia Keenan : "Like Caliban, although without his sense of sexual menace, Diggums is the figure that is most likely to give pleasure to children" (262). Ce nain est lui aussi une créature de la terre et ses capacités très particulières sont à l’origine d’une grande partie de l’humour scatologique et grivois de la série. Il s’agit d’un nain voleur qui creuse des tunnels sous les maisons pour pouvoir subtiliser tout ce qu’il y a de précieux. Sa technique est décrite ainsi : "Like some members of the reptile family, dwarf males can unhinge their jaws, allowing them to ingest several kilos of earth a second. This material is processed by a super-efficient metabolism, stripped of any useful minerals and… ejected at the other end, as it were. Charming" (Colfer 162). L’intervention du narrateur par l’intermédiaire des points de suspension et des commentaires encourage le lecteur à rire de ce qui est sale et tabou. Le sujet est délicieusement subversif pour les jeunes lecteurs. Le même type d’humour scatologique est exploité tout au long du livre et repris dans plusieurs autres volumes. La présence du nain dans les récits augmente à mesure que les intrigues deviennent plus graves, le rire offrant un bref répit dans la tension de la narration.

13Dans la littérature pour enfants, les monstres sont normalisés. Lorsqu’ils transgressent des tabous, ils le font de façon métaphorique ou pour l’effet comique. Ils sont rarement effrayants et n’inquiètent pas comme peut le faire Caliban. L’humour ou les qualités humaines et morales des créatures les rendent acceptables. Les éléments de subversion, toutes les petites transgressions donnent un exutoire aux frustrations de l’enfant qui, comme le monstre, cherche une place dans un univers qui lui est imposé par les autres et dont les règles ne sont pas toujours compréhensibles.

Caliban pour les plus grands

14La sophistication d’un lectorat plus âgé permet deux types de présence de Caliban dans les œuvres pour les adolescents ou jeunes adultes : soit les auteurs font figurer un personnage qui se nomme Caliban sans autre référence explicite à la pièce de Shakespeare, soit la pièce est étudiée ou mise en scène par les personnages qui côtoient ainsi le rôle de Caliban.

15Lorsqu’un personnage est nommé Caliban, l’auteur sait que le lecteur va chercher des similitudes avec le premier du nom et il peut en jouer. Kenneth Oppel, l’auteur d’une trilogie sur les chauves-souris, introduit dans le deuxième livre un certain Caliban : "'Didn’t hear me, did you?' said the strange bat. 'I could’ve been anything. Owl, tree snake, cannibal. And you’d be dead.' … 'Who are you?' Shade asked. 'Caliban, from the northwest forests' " (Opel 149-150). Le jeu sur la proximité entre "Caliban" et "cannibale" est mis en évidence à nouveau, et avec une importance accrue, car des chauves-souris cannibales sont effectivement présentes dans la trilogie. La méfiance du lecteur est ainsi redoublée. Shade, le personnage principal, n’éprouve pour sa part aucune méfiance particulière : "Shade trusted Caliban on instinct" (Opel 170). La culture du lecteur vient s’opposer à l’instinct du personnage. La différence entre les attentes du lecteur—que Caliban trahisse les personnages comme dans la pièce de Shakespeare—et la confiance aveugle de Shade crée une tension qui sera maintenue longtemps. Elle s’ajoute en outre aux obstacles potentiellement mortels que les chauves-souris rencontrent au cours de leur voyage. La méfiance du lecteur installée par la narration se révèle toutefois infondée : voilà encore un Caliban victime de préjugés injustes.

16La première apparition du personnage créé par Jasper Fforde dans la série des "Nursery Crimes" est elle aussi trompeuse. A première vue, sa version propose un Caliban apparemment ramené à son aspect le plus primitif et rappelant la créature simiesque des Lamb : "something small and misshapen popped its head out of a cardboard box … The creature was an ugly little monkey-like brute with matted hair and skin ingrained with the dirt of a thousand missed bath nights. What was worse was that it had a chillingly human-like face" (Fforde 82-83) ; "a large snout surrounded a mouth that was filled with brown teeth that were anything but straight. Small eyes stood below a wrinkled brow, and its ears, pixie-like, stuck out at odd angles from the side of its potato-shaped head" (Fforde 192). Les adjectifs "monkey-like," "human-like," "pixie-like" accentuent l’hybridité de cette créature. Sa description subit une évolution : il passe du singe à l’humain puis au lutin. Cette transformation reflète l’évolution de la place du personnage dans le foyer de Jack Spratt, le héros de The Fourth Bear. D’abord introduit au sein de la famille en tant qu’animal de compagnie par le fils de Jack, il prend lui-même petit à petit la place d’un enfant qui fait des bêtises : "[Caliban] reappeared a moment later pulling Stevie’s trike. He placed it under the table and stood precariously on top, the trike wobbling dangerously. Caliban put out two hands, picked up the shiny vase and and looked at it admiringly" (Fforde 192). La petite taille de Caliban et l’utilisation d’un jouet pour atteindre un objet fragile et interdit suggèrent un enfant. Ce rôle évolue progressivement vers celui d’un adulte moqueur, mais compatissant vis-à-vis des problèmes de couple du héros.

17Il s’agit d’un personnage qui transcende son apparence monstrueuse et le rôle dans lequel les autres personnages voudraient l’enfermer. En outre, il ne se laisse pas enfermer dans la pièce de Shakespeare non plus. La particularité des livres de Fforde est en effet d’utiliser des personnages de fiction déjà connus et de les extraire de leurs univers d’origine : "'You’re a Person of Dubious Reality?’ asked Jack of the little ape. ‘From where?’ ‘The Tempest,' replied Caliban with a twinge of pride" (Fforde 300). A la différence des monstres dans les albums, cette version de Caliban n’évolue pas seulement dans l’opinion du lecteur, mais aussi par sa fonction narrative, en prenant de l’importance dans le récit à mesure qu’il subit des changements.

18Dans The Wednesday Wars, de Gary D. Schmidt, Caliban prend deux formes : une forme animale figée servant de fond humoristique et une forme littéraire qui influence directement le cours de la vie du narrateur. Avant même que Holling Hoodwood ne découvre le personnage en lisant The Tempest, il côtoie et libère malgré lui Caliban et Sycorax, les deux rats de la classe. Ces rats égrènent le récit en terrorisant les professeurs et les écoliers.

19Lorsque Holling doit lire la pièce, il est confronté à des personnages qui ne correspondent pas à l’idée qu’il s’était faite d’une pièce de Shakespeare. Il s’étonne que certains passages ne soient pas censurés et se délecte de ce qui est absent des autres livres qu’il doit étudier : "characters drinking until they’re dead drunk … Caliban—the monster in the play, not the escaped rat—he knew cuss words. I mean, he really knew cuss words" (Schmidt 50). L’oralité qui s’insère dans la narration par l’utilisation de "I mean" et la répétition avec "really" marque le plaisir que cette découverte procure à Holling. Il s’entraîne ensuite à jurer comme Caliban, qui est véritablement le personnage qui va le faire entrer dans l’univers de Shakespeare. Il semble reprendre à son compte le reproche de Caliban à Prospero : "You taught me language and my profit on’t is I know how to curse" (Shakespeare I.ii, 121). L’auteur inverse l’idée avec humour puisque, au lieu d’une malédiction, il s’agit pour Holling d’un moyen de pénétrer dans la pièce de théâtre. Ces injures vont être reprises par d’autres enfants de l’école et petit à petit, de nouveaux lecteurs de Shakespeare émergent.

20Fort heureusement, le narrateur du roman ne retient pas uniquement les injures et, comme dans tout roman initiatique, Holling évolue et grandit en acquérant de l’expérience. Les pièces que le professeur de Holling lui fait lire offrent au jeune narrateur une grille d’analyse de son propre univers. Voici comment il résume le personnage de Shylock, issu de la première pièce qu’il lit :

'He isn’t really a villain … He’s more like someone who wants…' 'Who wants what, Mr Hoodhood?' 'Someone who wants to become who he’s supposed to be,' I said. Mrs Baker considered that. 'And why couldn’t he?' she asked. 'Because they wouldn’t let him. They decided he had to be a certain way, and he was trapped. He couldn’t be anything except for what he was,' I said. (Schmidt 48)

21Son analyse de la situation de Shylock annonce la sienne. Au fur et à mesure de la progression du livre, Holling va se sentir de plus en plus piégé dans le rôle que son père veut lui attribuer : "I smiled and nodded like I was supposed to, since I’m the Son Who Is Going to Inherit Hoodhood and Associates" (133). Les majuscules officialisent avec humour un titre imaginé par le jeune narrateur pour expliquer le parcours que son père a tracé pour lui. Son avenir semble figé, son individualité est cristallisée en un héritage qu’il n’a pas choisi. Une conversation avec Mrs Baker rend enfin ce sentiment explicite :

'I just don’t want to be [my father] already.'
...
'Anyone can see that you have the soul of an architect.'
'Maybe, I said.
'But you want to decide for yourself,' said Mrs Baker.
I nodded. I wanted to decide for myself. (Schmidt 219-220)

22Holling n’est pas encore tout à fait prêt et c’est son professeur qui formule les idées à sa place. Pour l’instant il ne fait que les répéter avant de les faire siennes.

23Les jurons de Caliban constituent la première transgression que Holling commet contre l’autorité de son père, de son professeur et des brutes de l’école. Ils sont disséminés dans le roman comme un mantra permettant au héros de s’affirmer peu à peu pour enfin devenir lui-même. Le personnage de Mrs Baker essaie déjà de guider son élève dans cette voie en imaginant une fin alternative pour Caliban :

I wonder if perhaps Shakespeare might have let something happen that would at least have allowed a happy ending even for a monster—some way for him to grow beyond what Prospero thought of him. There is a part of us that can be so awful. And Shakespeare shows it to us in Caliban. But there’s another part of us, too—a part that uses defeat to grow. I wish we could have seen that by the end of the play. (Schmidt 70)

24Cette prolepse résume l’évolution que va subir Holling qui montre d’abord son manque de compassion puis qui apprend de ses échecs pour enfin grandir et dépasser le rôle dans lequel il s’est laissé enfermer.

25Un processus similaire de délivrance d’un personnage est à l’œuvre dans le roman de Lisa Shanahan. Raven est un garçon de la même école que Gemma, la narratrice. Issu d’une famille dont le père et les grands frères ont passé du temps en prison, il est le "délinquant" de leur année et la narratrice rappelle souvent l’opinion négative des camarades d’école et des habitants de la ville à son encontre. Gemma et Raven s’inscrivent tous les deux au théâtre de l’école qui prépare une représentation de The Tempest. Afin de répéter pour les auditions, Gemma se rend chez Raven, à contrecœur et pleine de préjugés : "I didn’t know where to look. My head felt full of mean thoughts; they clustered over me, the way flies huddle over road kill. Everything I saw kept confirming my worst opinions" (Shanahan 74). L’image des mouches et des animaux écrasés reflète bien le dégoût que la maison de Raven lui inspire. Raven lui-même subit les préjugés de la narratrice : "I was horrible. There was obviously something wrong with me. Maybe I had a disease. How else could I explain how automatic it was for me to despise Raven because his life was shabby?" (Shanahan 87). Gemma éprouve des difficultés à se lier d’amitié avec Raven, tout en ne sachant pas pourquoi. Elle cherche alors à justifier son ressenti en évoquant une potentielle maladie. Les sentiments contradictoires de la narratrice sont une source de culpabilité. Elle sait qu’elle devrait lutter contre son dégoût infondé, ce qui va se faire grâce à la pièce de théâtre, comme le font remarquer Stover et Zitlow : "It is through working together on a production of The Tempest that Gemma gains the courage to reach across barriers of class to connect with a classmate" (Stover 131).

26Lorsque Raven se voit contraint d’improviser dans le rôle de Caliban, un basculement de la narration est entamé :

Everyone else had performed Caliban as if he were merely naughty. But Raven’s Caliban was transparent with hunger. When he spoke, his skin was only a thin membrane around all the pulses drumming greedily in his body.
I could see how he could haunt Miranda. As I watched, I felt scared. Scared like a little child who was staring at the bathwater swirling down the plughole—that swirling, grasping dark hole that gobbled and sucked whatever it was given and was never full. (Shanahan 194)

27Raven était déjà considéré comme un monstre par les autres, raison pour laquelle il souhaite à tout prix éviter de jouer le rôle de Caliban. La description montre comment l’enveloppe charnelle de Raven s’estompe pour laisser apparaître ce qui se trouve à l’intérieur : un gouffre effrayant de désir insatiable. Ce gouffre est l’image qu’utilise la narratrice à un âge où la sexualité s’éveille, où les pulsions sont encore largement inconscientes. Son langage métaphorique est très marqué par l’obscurité et la mort et il reflète les changements profonds qui sont à l’œuvre chez la jeune fille.

28Après l’exercice d’improvisation, Gemma change d’avis au sujet de Raven, malgré sa peur affirmée, mais pour l’instant elle est la seule. Raven reste emprisonné par la vision que les autres ont de lui. Ce n’est qu’en acceptant finalement le rôle qu’il peut s’en affranchir. Une fois qu’il joue Caliban sur scène et que la pièce est un succès, un nouveau basculement a lieu : Nick devient à son tour un avatar de Caliban. Nick est au départ le portrait inversé de Raven : il est l’élève populaire et élégant issu d’une famille riche par lequel la narratrice est attirée. Dans la pièce il obtient le rôle de Prospero et au fur et à mesure des répétitions, une inversion des rôles s’opère malgré lui. Le professeur en charge de l’activité théâtre souhaite que le rapport entre les personnages se rééquilibre et demande aux jeunes acteurs de recommencer une scène : "'Nick, I want you to go through your 'Abhorred slave' speech to Caliban again,' she said. 'At the moment, Prospero is coming across too much like the villain'' (Shanahan 230-231).

29L’ambiguïté du rapport entre Prospero et Caliban, la difficulté de définir des bons et des méchants modifient le rapport entre Nick et Raven. A la fête qui suit la représentation, Nick glisse vers le rôle de Caliban en embrassant Gemma (qui joue Miranda dans la pièce) contre son gré :

suddenly, he was lunging forward, sticking his tongue down my throat with the urgency of a search and rescue party. For a moment, I was so shocked I didn’t know what to do. I stood there, tasting his great, big, cheddary tongue.
'Yuck!' I said, wrenching my head. 'Yuck! Nick! Stop!'
Nick’s mouth lunged for mine again like an industrial vacuum.
'Come on, Gemma,' he said. He smelt of onion and waxy, greasy sweat. I pulled away, but he held on tight. (Shanahan 287)

30Plusieurs sens de la jeune fille sont agressés simultanément : le garçon la touche avec la délicatesse "d’un aspirateur industriel," son goût est assimilé à du fromage et son odeur à "de l’oignon et de la sueur." Toutes les illusions que Gemma se faisait à son sujet et toute son attirance sont balayées d’un coup. Il ne se passe rien de plus, mais la pièce de Shakespeare inscrite en filigrane permet de suggérer la tentative de viol sur Miranda sans la nommer. La dernière phrase, construite autour de l’opposition des mouvements de Gemma et Nick montre à quel point la violence est latente.

31Une fois que la transformation de Nick est effective et après un drame grave au sein de la famille de Raven, celui-ci se métamorphose en un nouveau personnage de Shakespeare dans la scène finale du roman. En effet, Gemma se trouve sur un balcon, dans un costume de cygne lorsqu’elle entend Raven déclamer :

But, soft! what light through yonder window breaks?
It is the east, and Juliet is the swan!
Arise, fair swan, and kill the envious moon,
Who is already sick and pale with grief,
That thou her maid art more fair than she. (Shanahan 331-332)

32En remplaçant "sun" par "swan," Raven adapte le discours de Romeo à Juliette pour se moquer du costume de la jeune fille tout en rejouant une scène romantique présente à l’esprit de la narratrice et des lecteurs ou lectrices du roman. En passant par le personnage de Caliban, en incarnant ce que tous pensent déjà de lui, Raven peut se libérer de l’opinion des autres. Il parvient, une fois qu’il a vraiment révélé son côté sombre, à se construire en dehors du moule imposé par les habitants de la ville. Il révèle alors son individualité et se transforme, aux yeux de la narratrice, en personnage romantique par excellence.

33Raven n’est toutefois pas le seul personnage à se libérer d’une prison psychologique. En effet, Gemma elle-même se trouve transformée : "And I walked across the balcony, past the ashtrays, plastic chairs and beer glasses and down the stairs, my webbed feet slapping against the tiles. Because it’s not for me—that cool, safe place, that little cupboard with a swallowed key. Because even though this life scares me, I still want to fly" (Shanahan 333).

34La trivialité des objets qui jonchent son chemin s’oppose à l’effondrement de sa barrière mentale : Gemma n’est plus prisonnière des préjugés de classe sociale avec lesquels elle a grandi. En partageant les sentiments de Raven elle s’affranchit de la fausse sécurité dans laquelle elle s’était enfermée et peut prendre son envol, indépendamment de l’opinion de son entourage.

35Dans la littérature pour la jeunesse, Caliban devient un symbole du statut de l’enfant. C’est le monstre qui se rebelle, car il ne satisfait jamais les exigences des adultes et doit suivre les règles qui lui sont imposées par eux. Caliban et les autres monstres hybrides des albums pour enfants offrent un moyen de se libérer un instant des règles qui régissent la vie quotidienne. Tandis que dans la pièce d’origine Caliban occupe une fonction ambiguë, car le discours qui le condamne provient principalement d’un seul et même personnage, les monstres contemporains obtiennent leur rédemption et poussent les lecteurs vers une plus grande tolérance envers la différence.

36Caliban permet aux protagonistes et aux lecteurs adolescents de s’affranchir des préjugés transmis par la famille ou par la société. Les adolescents ainsi libérés sont encouragés à réfléchir par eux-mêmes, à comprendre leur propre fonctionnement et à ne plus craindre les sentiments contradictoires qui les animent. Le personnage de Shakespeare offre à ceux qui l’incarnent les moyens de prendre leur véritable place au sein de leur entourage.

Top of page

Bibliography

Colfer, Eoin, Artemis Fowl, Londres : Puffin Books, 2002.

Dickins, Rosie, The Tempest, Christa Unzner illus., Londres : Usborne Publishing Ltd., 2010.

Donaldson, Julia, The Gruffalo, Axel Scheffler illus., Londres : Macmillan Children’s Books, 2009.

Fforde, Jasper, The Fourth Bear, Londres : Hodder & Stoughton, 2007.

Fienberg, Anna, Barbara Fienberg, There Once Was a Boy Called Tashi, Kim Gamble illus., Crows Nest, Australie : Allen & Unwin, 2006.

Keenan, Celia, "Who’s Afraid of the Bad Little Fowl", Children’s Literature in Education, 35 (3), Kluwer Academic Publishers-Plenum Publishers, 2004, 257-270.

Lamb, Charles, Mary Lamb, "The Tempest", Tales from Shakespeare, 1878, site de Bartleby, <http://www.bartleby.com/>

Matthews, Andrew, The Tempest, Tony Ross illus., Londres : Orchard Books, 2003.

Oppel, Kenneth, Sunwing, New York : Aladdin Paperbacks, 2000.

Schmidt, Gary D., The Wednesday Wars, New York : Sandpiper, 2007.

Shakespeare, William, The Tempest, Stephen Orgel ed., Oxford : Oxford University Press, 1998.

Shanahan, Lisa, My Big Birkett, The Sweet, Terrible, Glorious Year I Truly, Completely Lost It, Crows Nest, Australie: Allen & Unwin, 2006.

Sendak, Maurice, Where the Wild Things Are [1963], New York : Harper Collins Publishers, 1991.

Stover, Lois T., Connie S. Zitlow, Portrait of the Artist as a Young Adult: The Arts in Young Adult Literature, Plymouth : Scarecrow Press, Inc., 2014.

Top of page

Notes

1 Ce thème est récurrent dans la littérature pour enfants. J. K. Rowling l’exploite en profondeur dans la série des Harry Potter, notamment en proposant différentes réactions de ses trois personnages principaux face à l’esclavage des elfes de maison. Les réponses variées y reflètent les attitudes qui existent dans le monde réel face aux problèmes des préjugés et de l’esclavage.

Top of page

References

Bibliographical reference

Suzanne Voogd, « Monstres libérateurs », Caliban, 52 | 2014, 145-156.

Electronic reference

Suzanne Voogd, « Monstres libérateurs », Caliban [Online], 52 | 2014, Online since 22 April 2015, connection on 29 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.604

Top of page

About the author

Suzanne Voogd

Traductrice indépendante

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals