Skip to navigation – Site map

HomeNuméros63Dynamiques de l’effondrement dans...« Fade to Grey » : conflits, cult...Effondrement ou ensevelissement :...

Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF
« Fade to Grey » : conflits, cultures et amenuisement

Effondrement ou ensevelissement : les modalités d’une logique conservatrice dans The Mists of Avalon

Manon Berthier
p. 95-115

Abstracts

This paper aims at exploring the dynamics of erosion and collapse that can be observed throughout a neo-pagan rewriting of the Matter of Britain, The Mists of Avalon by Marion Zimmer Bradley (1982), that played a significant part in the popularization of the literary sub-genre that is Arthurian fantasy. By making Morgan Le Fay the narrator and the protagonist of what until then was an essentially masculine narrative, and by reintroducing magical and spiritual elements, the writer offers an original updating and raises the question as to what ideological systems the official story conceals. The disappearance of the Great Goddess’s traditions, which establishes a religious and political turning point in the novel, coupled with a specific regime of historicity, will be used as references for this research study.

Top of page

Full text

  • 1 Bradley, Marion Zimmer, The Mists of Avalon (New York : Ballantine Books, 1984), 802.
  • 2 Lorsqu’elle est évoquée dans le corpus arthurien, Morgan le Fay est d’abord souvent mentionnée pour (...)
  • 3 Bradley, The Mists of Avalon, ix-xi.
  • 4 Il ne faudrait cependant pas que cet article serve de support à une lecture monolithique qui consac (...)

1« How could she turn this omen, for omen it surely was, aside from the impending destruction of Avalon?1 » La foudre vient de frapper le grand chêne d’Avalon, et avec celui-ci, le druide que Morgaine avait fait condamner à mort pour trahison. Cette question rhétorique que se pose alors la prêtresse est immédiatement suivie d’un pressentiment sans appel : « Now it is too late ». The Mists of Avalon, roman de fantasy médiévaliste publié en 1982 par Marion Zimmer Bradley (1930-1999), est une réécriture de la légende arthurienne à travers la perspective de ses personnages féminins. Le renversement opéré sur le personnage de Morgaine constitue l’un des intérêts majeurs du roman : traditionnellement représentée comme une ensorceleuse malfaisante2, elle est ici la narratrice de sa propre histoire et affirme dès le prologue que les récits qui nous parviennent ne sont qu’une question d’interprétation3. L’intrigue suit le parcours de cette prêtresse d’Avalon au service de la Grande Déesse qui cherche à combattre la christianisation progressive de la Grande-Bretagne, celle-ci menaçant la façon de vivre païenne — dans son rapport aux autres et à l’environnement — ainsi que la place même des femmes dans la société. Le texte laisse donc voir l’effondrement d’un modèle de société, une fin en apparence inéluctable, dont nous subirions — et en particulier les femmes — aujourd’hui encore les conséquences. À titre liminaire, il convient d’observer qu’afin de traiter les dynamiques de l’érosion et de l’effondrement qui traversent le roman, je n’examinerai qu’un aspect de la narration, celui qui concerne les traditions de la Déesse et l’espace féminin que constitue Avalon (et non l’actualisation des motifs courtois autour de Camelot et de ses habitant·es)4.

  • 5  Le XIXe siècle, siècle de l’industrialisation, avait déjà marqué une rupture. Voir Deléage, Jean-P (...)
  • 6  Engélibert, Jean-Paul, « La fiction et l’effondrement qui vient », AOC media — Analyse Opinion Cri (...)
  • 7 Sur l’importance des mondes secondaires de la fantasy, voir par exemple James, Edward, « Tolkien, L (...)
  • 8 Greer, John Michael, « How Civilizations Fall: A Theory of Catabolic Collapse », 2005, consulté le (...)
  • 9 Je reprends l’expression de Hartog, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du (...)

2Si elle n’est pas nouvelle5, la notion d’effondrement, liée aux catastrophes écologiques dont les hommes seraient à l’origine, a repris ces dernières années une place de choix dans l’espace public, les débats scientifiques ou dans la fiction. Tout récit, toute réflexion sur l’avenir est en effet avant tout une fiction, construite à partir de notre point de vue sur le présent. C’est ce qui amène Jean-Paul Engélibert à conclure que, « quand il s’agit du futur, mieux vaut sans doute lire des romans ou regarder des films qu’écouter des futurologues. Romans et films ne prétendent pas dévoiler le futur, ils nous conduisent à nous en inquiéter, ce qui est plus intéressant6 ». La science-fiction, apocalyptique ou dystopique, semble à première vue être la forme littéraire la plus à même de nous familiariser avec cette éventualité du pire en se projetant vers la représentation d’un monde détruit pour réfléchir à rebours aux moyens de l’éviter. Or, la capacité de la fantasy à servir de miroir à la réalité est un aspect important de ce genre littéraire, malheureusement souvent ignoré par son lectorat occasionnel. Né dans l’Angleterre du XIXe siècle sur fond d’industrialisation et de transformation sociale rapides, ce genre se fait au cours du siècle suivant le réceptacle et le vecteur de préoccupations très contemporaines : alors que les progrès technologiques accentuent la domination de l’homme sur la nature et sur ses semblables, la fantasy parvient à proposer des alternatives en construisant des mondes secondaires, plus ou moins proches du nôtre ou reculés dans un passé mis en fiction7. The Mists of Avalon peut être lu comme un roman du deuil et de la nostalgie ; deuil d’un monde chéri qui disparaît dans les brumes, et nostalgie d’un âge d’or des femmes et de leurs traditions. La question de la temporalité de l’effondrement est cruciale : sera-t-il soudain et brutal (peut-être imminent), ou s’agit-il d’un processus lent, amorcé depuis longtemps, « catabolique » — pour reprendre le terme de « catabolic collapse » popularisé par le néo-druide, auteur de fantasy et militant écologiste John Michael Greer8 ? Notre roman donne à voir des dynamiques sous-jacentes lentes et longues qui participent plus de l’érosion que de la destruction foudroyante, à travers un régime d’historicité9 particulier qu’il faudra étudier.

3Comment expliquer le lien de causalité introduit par M. Z. Bradley entre la disparition des vieilles croyances et le rôle nouveau assumé par les femmes ? Celui-ci est incarné par la paire dichotomique que forment Morgaine, prêtresse de la Déesse et souveraine en Avalon, et Gwenhwyfar, la reine chrétienne d’Arthur. En lisant Le Morte d’Arthur de Sir Thomas Malory, texte arthurien « canonique » de 1485 et lui-même une réappropriation de légendes françaises et anglo-saxonnes pré-existantes, l’autrice remarque la différence de traitement entre les personnages masculins et féminins au sein du corpus médiéval. Elle cherche à comprendre pourquoi ces figures féminines si réprouvées n’ont pas simplement été supprimées et remplacées comme ont pu l’être d’autres éléments de la légende : selon sa lecture, la société celte s’est transformée avec l’arrivée des Romains en une société davantage patriarcale qu’elle ne l’était auparavant. Une « sainte horreur » de la sexualité féminine, inhérente au christianisme selon elle, aurait constitué un terreau particulièrement fertile au conflit culturel qui émerge en Grande-Bretagne à l’arrivée des premiers Pères de l’Église au IIIe siècle, la situation politique entre l’Empire romain et les populations locales contribuant à l’émergence d’un climat délétère :

  • 10  Bradley, « Thoughts on Avalon », Marion Zimmer Bradley Literary Work Trust, 1986, consulté le 19 j (...)

[...] in the originals, now lost, Morgan and the Lady of the Lake were absolutely integral to the whole story and it was unthinkable to tell tales of Arthur without also telling tales of the women involved. [...] Malory could not get rid of them entirely. And the key to that, of course, is simply—or so I felt—that they were at the heart of the whole cultural and religious shift at that time, from Goddess-oriented, female-validating religion to God-oriented, Middle Eastern/Oriental woman-fearing religion.10

  • 11 Bradley, The Mists of Avalon, ix.

C’est ce tournant culturel et religieux qui offre à l’autrice à la fois une perspective nouvelle sur la légende arthurienne et la justification de celle-ci : comme l’affirme Morgaine, l’histoire a été réécrite par les vainqueurs, c’est-à-dire les hommes chrétiens11. J’entends montrer que ce rapport singulier à l’histoire et des modalités narratives spécifiques permettent tout à la fois, dans un dialogue entre passé fictionnalisé et préoccupations très contemporaines, d’éclairer le présent et un avenir possible.

« Will Camelot too go into the mists?12 »

  • 12 Bradley, The Mists of Avalon, 850.
  • 13 Léonard, Alexis, « De la légende arthurienne à la fantasy : l’“enserrement” du religieux », Actes (...)

4Le roman se conclut sur la disparition dans les brumes de l’utopie chérie que constitue Avalon, reprenant ainsi l’une des composantes des romans médiévaux : l’idée de « fin des temps aventureux » matérialisée par exemple par l’« enlèvement » du roi Arthur vers Avalon, à la fois perte de la Grâce et promesse de son retour13. Ici, c’est surtout le retrait d’Avalon loin du monde physique suite à la christianisation de celui-ci qui marque cette idée de monde finissant, au moins provisoirement. L’île est en effet un foyer de femmes au pouvoir, et en tant que tel cet espace s’éloigne progressivement d’un monde qui se christianise et dans lequel l’oppression masculine s’exerce de plus en plus violemment. La séparation de la communauté païenne des femmes avec le reste de la société, masculine et chrétienne, correspond au repli physique graduel d’Avalon par rapport au monde extérieur. En raison de ce retrait, il n’est plus possible à la fin du roman de voyager entre Avalon et la Grande-Bretagne que nous connaissons, excepté pour un nombre réduit d’initié·es : dernier endroit à ne pas avoir été atteint par la persécution, l’île, qui demeure le foyer du culte de la Déesse, dérive toujours plus loin dans les brumes.

  • 14 Pratique spirituelle qui prend ses sources dans l’ère païenne pré-chrétienne. Redéfinie par Ge (...)
  • 15 Bradley, The Mists of Avalon, 593.

5Ce conflit entre une spiritualité féministe, ou du moins orientée vers les femmes, et une chrétienté oppressive et patriarcale a des retombées sur la forme même de la société en Grande-Bretagne. L’inversion des rapports genrés de pouvoir est particulièrement visible dans les rituels inspirés de la wicca14 : pour obtenir la bénédiction des prêtresses et par extension celle du Vieux Peuple, un futur roi doit adopter le rôle du Dieu Cornu, consort de la Déesse Mère. Lorsque Morgaine endosse enfin la charge de Dame d’Avalon à la toute fin du roman, elle tire sa légitimité d’une source bien plus ancienne et puissante que la monarchie humaine : « And for the folk of the hills she is queen too, whoever may sit on the throne in the Roman fashion. For them, the king is he who dies yearly among the deer, but the queen is eternal15 ».

  • 16  Duvezin-Caubet, Caroline, « Dragons à vapeur : vers une poétique de la fantasy néo-victorienne (...)

Le peuple des collines fait référence aux fées, qui reconnaissent la sorcière comme une des leurs et ravivent une royauté plus ancienne et naturelle. Dans cette vision mystique du pouvoir, le trône est un objet sans importance, un symbole vidé de son pouvoir, imposé par l’envahisseur romain. Loin d’être une matrice destinée à concevoir un héritier (quitte à mourir en couches), la reine est une incarnation de la déesse éternelle et au lieu d’être le réceptacle d’un corps immortel politique, le roi est assimilé à un animal qu’on mène rituellement (« yearly ») au sacrifice.16

  • 17  Bradley, The Mists of Avalon, 716.

6En conséquence du remplacement de ce système symbolique par celui des chrétiens, le pouvoir des femmes décroît lui aussi, et celui qu’elles ont sur l’intronisation des rois est l’un des derniers à disparaître. Une grande partie de l’intrigue concerne donc l’allégeance d’Arthur à une foi ou une autre, car celle-ci permet de poser une question plus large : qui devrait exercer le pouvoir politique, et notamment celui d’instituer les rois et les reines ? Le rite chrétien exclusivement masculin est opposé au rituel païen qui repose entre les mains des femmes, et tous les efforts de Viviane pour placer Arthur sur le trône de Grande-Bretagne visent à protéger le pouvoir politique féminin autant que la religion de la Déesse. Les deux sont expressément liés, et ce pouvoir féminin inquiète les chrétiens influencés par le modèle de la Rome impériale. Il s’agit donc non seulement de marginaliser le paganisme par opposition à la religion chrétienne — « A day will come when all false Gods shall vanish and all pagan symbols shall be put to the service of the one true God and his Christ17 » — mais aussi l’ensemble des femmes à travers le mode de vie romain :

  • 18 Bradley, The Mists of Avalon, 90.

[Igraine] could do nothing but wait. It was a woman’s fate to sit at home, in castle or cot—it had been so since the Romans came. Before that, the Celtic Tribes had followed the counsel of their women, and far to the north there had been an island of women warriors who made weapons and tutored the war chiefs in the use of arms…18

  • 19 Bradley, The Mists of Avalon, ix.

7Après l’âge de la Déesse, où les femmes étaient égales si ce n’est supérieures aux hommes, la Grande-Bretagne se tourne donc vers le christianisme romain, qui les assujettit. Cette évolution n’a pas seulement des conséquences pour les femmes, elle influence profondément la façon de concevoir le monde sur le territoire tout entier : comme l’assène Morgaine dès la première page, « the world itself has changed19 ».

  • 20 Hildebrand, Kristina, The Female Reader at the Round Table: Religion and Women in Three Contemporar (...)

Whereas the Goddess religion emphasised the fertility of the land and people, held sexuality to be sacred, and created rulers who would participate in the rites to ensure good harvests, Christianity, in contrast, is depicted as a religion obsessed with sin and shame, contemptuous of the earth and of women.20

  • 21 Bradley, The Mists of Avalon, 189.
  • 22 Bradley, The Mists of Avalon, 153.
  • 23 Bradley, The Mists of Avalon, 826.

Il ne s’agit donc pas simplement d’une question religieuse, mais bien d’une transformation profonde, qui se lit comme un avertissement. La question de la responsabilité individuelle est explicitement posée autour de l’allégeance d’Arthur : responsabilité de celui-ci envers le territoire sur lequel il doit régner, et responsabilité des prêtresses pour qui le principal moyen d’action semble être leur capacité ou non à influencer cet homme. On peut alors se demander s’il faut lire le personnage d’Arthur comme un constat que les femmes sont finalement déjà dépossédées de leur agentivité directe sur le monde, ou comme un outil passif que tentent de s’arracher deux camps opposés dans une lutte dont l’issue ne serait pas encore déterminée. « I should exact from him a pledge. [...] Then perhaps the tide will turn, and Avalon will return from the mists, and it is the monks and their dead God who will go into the shadows and the mists, while Avalon shines again in the light of the outer world21 ». Ce vœu de Viviane, exprimé au début du roman, laisse entrevoir deux futurs possibles, offre un espoir au terme de cette lutte des personnages qui cherchent désespérément à empêcher l’effondrement de leur culture et de leurs pratiques. Néanmoins, quelques pages auparavant, Morgaine avait mentionné une disparition antérieure, celle du monde des fées et de l’âge d’or qui aurait été le leur : « the elf country… it has moved further than Avalon into the mists, that is all22 ». Plus tard, dans les dernières pages du roman, il est suggéré que Camelot lui-même, pourtant siège du pouvoir royal et chrétien d’Arthur, serait menacé : « We could not find Camelot in the mists, no more than Avalon—23 ». À travers ces deux informations, c’est une conception cyclique du temps historique comme éternel recommencement d’âges successifs qui semble émerger : avec l’arrivée des premiers chrétiens, un premier effondrement a déjà eu lieu, et celui des peuples païens n’est même pas totalement achevé que déjà les vainqueurs sont menacés. Avertissement, donc, pour le lectorat contemporain qu’il n’est lui-même peut-être pas à l’abri de reproduire les mêmes erreurs et de provoquer un effondrement similaire.

  • 24 Voir en particulier Besson, Florian, « Sortir des Moyen Âge imaginaires : le rythme historique de (...)

8L’univers fictionnel a bien une histoire, mais il est gouverné par des mécanismes historiques particulièrement lents, un immobilisme presque total qui a pu durer des siècles avant la soudaine accélération que constitue l’accession au trône d’Arthur, annonciatrice d’un basculement vers les temps modernes. La lenteur du temps historique de la fantasy a déjà été remarquée24, et une datation approximative des événements ainsi qu’une échelle temporelle séculaire l’illustrent dans ce roman. Ici, par exemple, Viviane réfléchit au conflit qui oppose Avalon aux moines chrétiens, et à l’évolution dramatique de l’amitié première qui exista entre eux et les druides :

  • 25 Bradley, The Mists of Avalon, 113.

[The Glastonbury monastery] had been there for a long time, she knew, though she had never set foot upon its grounds. Centuries ago—so the Merlin had told her, and she believed him—a little band of priests had come here from the south, [...] and the story went that Jesus himself had been schooled there [...]. And years later, when—so the story ran—their Christ had been brought to sacrifice, playing out in his life the old Mystery of the Sacrificed God which was older than Britain’s very self [...].25

Les marqueurs temporels sont particulièrement vagues mais se placent sur une échelle qui est celle des siècles, tandis que des incises insistent sur le caractère presque légendaire de ce passé : même si Viviane assure ne pas avoir de raison de douter, « so the Merlin had told her » et « so the story ran » marquent la confusion entre l’histoire et les récits qui en sont faits, tant pour le personnage de la prêtresse que pour le lectorat.

« Who will tell the last tale?26 »

  • 26 Bradley, The Mists of Avalon, ix.
  • 27 Cette question a été largement étudiée, voir notamment deux articles d’Anne Besson dont le cycle de (...)
  • 28 « For me the key to “female personality development” in my revisionist, or better, reconstructionis (...)
  • 29  Voir par exemple Hildebrand, Kristina, The Female Reader at the Round Table, 30-34 ; ou plus spéci (...)
  • 30 Bradley, The Mists of Avalon, xi.
  • 31 Bradley, The Mists of Avalon, ix-x.
  • 32 Bradley, The Mists of Avalon, ix.
  • 33  Notons d’ailleurs que la pagination de son prologue est faite en chiffres romains, tout comme les (...)

9Une confusion volontaire est donc entretenue par l’autrice entre la légende et l’histoire, un motif fréquent en fantasy27. Le roman se déroule dans l’actuelle Grande-Bretagne, évoquant un certain nombre de lieux connus du lectorat (Glastonbury, les Cornouailles...), et il s’inscrit dans un médiéval réinventé, à la temporalité imprécise. En combinant les thèmes et motifs du corpus arthurien à une perspective féministe et néo-païenne, et en y réintroduisant du merveilleux et du spirituel, M. Z. Bradley propose une actualisation originale du mythe et de ses enjeux. Une technique narrative particulière permet quant à elle dapprécier le roman comme un récit historique sincère adressé à une audience postérieure. L’autrice fait le choix de personnages féminins comme narrateur (Morgaine) et focalisateurs (Gwenhwyfar, Igraine, Viviane, Niniane, Nimue), ce qui favorise l’identification de ses lectrices28. Plutôt qu’Arthur, c’est donc sa demi-sœur qui est le personnage principal de l’œuvre, et celle-ci représente l’alternative wiccane aux religions traditionnelles occidentales considérées comme oppressives, ou du moins excluantes pour les femmes29. Le texte alterne entre sa perspective rétrospective à la première personne et une narration omnisciente, émanant de Morgaine aussi, à la troisième personne — les récits des autres personnages étant relayés par elle. Cette dualité de la technique narrative a des conséquences sur l’identification du lectorat : la narration à la troisième personne les encourage à s’imaginer à la place du personnage principal, tandis que l’interaction narratrice/lectorat intervient dans la narration à la première personne. Ce lien est renforcé par la façon dont le texte encourage l’identification du lectorat avec les narrataires, à travers notamment des interpellations directes : « this is my truth; I who am Morgaine tell you these things, Morgaine who was in later days called Morgan le Fay30 ». Ici, le lecteur ou la lectrice n’est pas différencié·e du narrataire, un effet renforcé par le fait que Morgaine ne suppose pas que son lectorat lui soit contemporain. Au contraire, c’est pour une audience future qu’elle raconte son histoire : « the tale should be told as it was before the priests of the White Christ came to cover it all with their saints and legends. [...] And so I will tell this tale. For one day the priests too will tell it, as it was known to them. Perhaps between the two, some glimmering of the truth may be seen31 ». Le lien entre narrataire et narratrice est aussi favorisé par la connivence qu’établit cette dernière en partageant ses impressions ou des informations privilégiées, par exemple lorsqu’elle mentionne la façon dont l’histoire, son histoire, sera modifiée : « in sober truth, I think it is the Christians who will tell the last tale32 ». Cette connivence est facilitée par le fait que nous appréhendons généralement l’Arthuriana comme un corpus chrétien — du moins à l’origine. Morgaine est ainsi confirmée dans son rôle de narratrice fiable et sincère, présentée comme l’autrice même du roman33, tandis que la narration à la troisième personne laisse entrevoir une expérience plus collective.

  • 34 « Many currents in feminism attempt to theorize grounds for trusting especially the vantage points (...)
  • 35 Haraway, « Situated Knowledges », 583.
  • 36 Bradley, The Mists of Avalon, x-xi.

10Dualité de la technique narrative et multiplicité des points de vue : ces pratiques discursives rompent l’illusion d’universalité en ouvrant au contraire un espace aux points de vue minoritaires. L’expérience féminine est favorisée, puisque les personnages masculins ne sont vus qu’à travers le regard des femmes qui les entourent, et leurs mobiles comme leurs pensées demeurent généralement inconnus. À l’inverse, des personnages féminins de générations et de croyances différentes se succèdent pour servir de focalisateurs au récit de Morgaine et constituer un faisceau de regards parfois divergents sur une légende traditionnellement racontée à travers une perspective masculine. Ces considérations font écho à la théorie de la perspective partielle de la philosophe et historienne des sciences Donna Haraway : cette dernière affirme qu’il faut « faire d’abord confiance au point de vue des assujettis » car « la vue est meilleure de dessous les super plateformes spatiales des puissants34 », et défend les savoirs situés et encorporés contre les différentes formes de prétention à un savoir non localisable et donc irresponsable (c’est-à-dire auquel on ne peut pas demander des comptes). « There is a premium on establishing the capacity to see from the peripheries and the depths35 », conclut-elle, et nous ne pouvons que remarquer combien cette parole fictionnelle donnée à des figures marginales permet ici un regard réflexif sur le concept d’histoire. Qui parle, et pour qui ? Dès le prologue, Morgaine annonce : « There is no such thing as a true tale. Truth has many faces [...]. But this is my truth36 ». Le récit qui va suivre n’est donc qu’une version de l’histoire de la Grande-Bretagne, mais il s’agit d’un récit situé, produit depuis les marges par celles qui ont été les victimes de ce changement de paradigme et de l’effondrement qui en a découlé.

  • 37 Bradley, The Mists of Avalon, 876.
  • 38 Bradley, The Mists of Avalon, 263-264, 268, 272 pour Gwenhwyfar par exemple.
  • 39 Bradley, The Mists of Avalon, 72.
  • 40 Bradley, The Mists of Avalon, 308-309, 329.
  • 41 Bradley, The Mists of Avalon, 481-482, 546-547.
  • 42 Bradley, The Mists of Avalon, 71.
  • 43 Gage, Matilda Joslyn, Woman, Church and State. The Original Exposé of Male Against the Female Sex (...)

11La forme que prend le récit — celui qu’assure explicitement Morgaine, et celui de l’histoire de la Grande-Bretagne qui transparaît en contrepoint — est donc troublante ; elle nous force à remettre en question notre vision de l’histoire et à nous interroger sur la notion de point de vue. Le roman se conclut sur la disparition d’Avalon dans les brumes et le retour de Morgaine sur son île : « Her work was done37 », qu’il s’agisse de ses efforts impuissants à empêcher l’inéluctable ou de son travail de mémoire pour relater les événements qui ont mené à cet effondrement. Pas besoin, en effet, de narrer ce qui advint ensuite, car les lecteurs — et plus encore les lectrices — sont bien conscient·es des conséquences qu’eut ce changement de paradigme, et le dialogue entre passé fictionnalisé et préoccupations contemporaines se retrouve également dans la représentation des violences patriarcales. Mise à la marge du pouvoir politique, oui, mais aussi marchandisation des corps féminins38, utilisation du viol comme outil de maintien des hiérarchies existantes39, imposition de la conjugalité procréative40, hétéronormativité41… L’exemple du mariage arrangé d’Igraine avec Gorlois est significatif, puisqu’il nous apprend que même les femmes païennes n’échappent plus à ce contrôle masculin qui fait passer les femmes d’individus souverains à de simples atouts dans les transactions économiques et politiques de leurs pères puis époux : « [the Merlin] used her as men had always used their daughters since the Romans came, pawns who should marry this man or that as their fathers desired42 ». Nous pouvons peut-être y lire une conséquence directe de l’arrivée des Romains en Grande-Bretagne ; le peuple d’Avalon n’aurait pas eu d’autre choix que de s’adapter aux traditions de ces derniers pour tenter d’empêcher le pouvoir de lui échapper. M. Z. Bradley fait le récit d’une persécution généralisée des femmes, qui traduit et amplifie les préjugés à leur égard en particulier lorsqu’elles sont païennes, sages, puissantes. Un parallèle peut en ce sens être fait avec les chasses aux sorcières qui eurent lieu en Europe et aux États-Unis : lorsque pour « sorcières » (ou prêtresses dans notre cas) nous choisissons de lire « femmes », nous accédons à une meilleure compréhension des cruautés infligées par les hommes, et notamment par l’Église, à cette portion de l’humanité43. Concernant The Mists of Avalon, je choisis donc de lire le roman comme un rappel, à travers le filtre de l’imaginaire, des représentations forgées et perpétuées au fil des siècles qui continuent de produire au mieux des obstacles au pouvoir féminin, au pire de l’hostilité voire de la violence.

« The Goddess was only another name for the great unknowns of nature44 »

  • 44 Bradley, The Mists of Avalon, 398.
  • 45 Gange, Françoise, Les Dieux menteurs. Notre mémoire ensevelie : l’humanité aux temps de la Dées (...)
  • 46 Bradley, The Mists of Avalon, 677, par exemple.
  • 47 Bradley, The Mists of Avalon, 217, 324.
  • 48 Bradley, The Mists of Avalon, 171-181.
  • 49 Voir par exemple Larrère, Catherine, « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe (...)
  • 50 L’un des objectifs du Aquarian Order of the Restoration, fondé par M. Z. Bradley et son deuxième ép (...)
  • 51 Voir par exemple Oboler, Regina Smith, « Negotiating Gender Essentialism in Contemporary Paganism » (...)
  • 52 Je pense notamment au travail fondateur de Judith Butler, dont l’une des idées centrales est le car (...)

12Les prêtresses d’Avalon étant sur le déclin, tout comme la vision du monde qu’elles défendent, nous pouvons nous demander si elles ne constituent pas également une préfiguration de la Déesse Mère universelle dont elles assurent le culte, « reine d’un monde en agonie » dont la philosophe et socio-ethnologue Françoise Gange évoque l’« ensevelissement » lors de l’avènement du patriarcat en nous invitant à la relecture de nos grands mythes fondateurs45. Effondrement ou ensevelissement, les deux métaphores géologiques sont ici très intéressantes, et ce d’autant plus que M. Z. Bradley met fréquemment en relation ses personnages féminins avec la nature46. La sexualité, résolument hétérocentrée, est appelée « flow of nature » ou « flow of life », « the tides of the Goddess47 » ; et la hiérogamie entre le Roi Cerf et la Déesse qui assure annuellement la fertilité du territoire est l’un des rituels les plus importants du roman puisqu’il permet le sacre d’Arthur comme souverain choisi d’Avalon48. Ces éléments font écho à l’attention portée depuis les années 1970 à l’exploitation parallèle des femmes et de la nature49, et mettent en lumière l’archétype d’une féminité sacrée, harmonieuse et organique. Cet archétype est particulièrement présent dans les textes et rituels wiccans à l’époque où écrit l’autrice, bien que cela ait pu évoluer plus récemment : une grande importance est accordée à l’idée d’équilibre, d’harmonie entre des éléments complémentaires50, qui passe notamment par la binarité des sexes et une naturalisation du féminin/masculin ainsi que des « énergies » associées à ces pôles51. Bien sûr, les travaux féministes de la seconde vague, puis des années 1990, nous ont appris l’importance d’envisager le genre comme expérience plutôt que comme essence52, et la réitération de ces idéologies binaires renforce les distinctions de genre autant qu’elle enferme les personnages de M. Z. Bradley dans des stéréotypes dont les femmes ont longtemps tenté de se libérer. Mais The Mists of Avalon est justement parfaitement ancré dans son époque, qu’il s’agisse de présupposés essentialistes ou de la façon dont il lie critique en creux du christianisme et éloge des cultes pré-chrétiens, ou encore spiritualité et pouvoir féminin.

  • 53 Larue, Anne, Fiction, féminisme et postmodernité : Les voies subversives du roman contemporain à (...)
  • 54 Starhawk, Dreaming the Dark. Magic, Sex and Politics (Boston : Beacon Press, 1988), xxv.
  • 55 Il s’agit de l’un des débats clés de l’étude de la fantasy : serait-elle une « littérature de la su (...)
  • 56 À ce sujet, voir par exemple Sourisseau, Valérie, « “La Déesse” au XXe siècle : écritures théorique (...)
  • 57 Stone, Merlin, When God Was a Woman (New York : Dial Press, 1976).
  • 58 Bradley, The Mists of Avalon, 16.
  • 59 Rubin, Gayle, « The Traffic in Women: Notes on the “Political Economy” of Sex », Toward an Anthropo (...)

13La fantasy, historiquement habitée par le sens du sacré, voit augmenter depuis les années 1980 le nombre de romans de grande diffusion inspirés de la mémoire contre-culturelle du New Age. La wicca, envisagée comme « mouvement “spirituel” à la fois fictionnalisé et politique53 », parvient à combiner le féminisme et les aspirations politiques de la gauche américaine de l’époque — notamment écologiques et altermondialistes — à travers la restauration du lien entre combats politiques et engagement spirituel. « A change in paradigms, in consciousness [...]. To reshape the very principle of power upon which our culture is based, we must shake up all the old divisions54 », affirme l’une des plus célèbres wiccanes et militante écoféministe. Dans notre roman, les prêtresses de la Déesse luttent pour préserver un monde sur le déclin, menacé par une idéologie délétère, la chrétienté patriarcale. La mise en avant de l’effondrement n’est donc pas nécessairement un appel au progrès, mais aussi et surtout une remontée vers les origines, mouvement parfois considéré comme caractéristique de la fantasy. Pour autant, faut-il lire The Mists of Avalon comme la manifestation d’un conservatisme qui serait propre à ce genre55 ? Je choisis d’interpréter le roman comme une ressource permettant au contraire de rompre avec l’ordre traditionnel des choses. En prenant pour support un corpus légendaire suffisamment connu du lectorat occidental pour pouvoir lui tenir lieu de passé lointain et mythique, et en mêlant critique sociale et postulat d’un matriarcat primitif, M. Z. Bradley parvient à éclairer le présent et à interroger l’avenir. Ce postulat s’inscrit dans la lignée des travaux d’archéologues et anthropologues comme Jane Ellen Harrison, Arthur Evans ou Marija Gimbutas, dont les théories sur l’existence de religions préhistoriques matriarcales ont largement inspiré tout un pan du milieu artistique et féministe, et tout particulièrement dans les années 1970-8056 — c’est d’ailleurs à When God Was a Woman de Merlin Stone57 que M. Z. Bradley impute sa lecture de la christianisation de la Grande-Bretagne dans son article « Thoughts on Avalon ». Si l’existence au fil des siècles de sociétés matrilinéaires et matrifocales comme Avalon58 est reconnue par la plupart des anthropologues, ces théories autour d’un matriarcat préhistorique sont toujours discutées, c’est-à-dire qu’on ne peut affirmer avec certitude que des sociétés matriarcales (au sens de sociétés où les hommes seraient traités comme les femmes le sont sous le patriarcat) ont un jour existé. Il n’est de toute façon pas question d’inverser l’oppression, ce qui ne saurait être l’horizon du féminisme, mais bien d’abolir, de faire s’effondrer le système sexe/genre59.

  • 60 Voir Hildebrand, Kristina, The Female Reader at the Round Table, 121-122.
  • 61 « [M]y revisionist, or better, my reconstructionist version ». Bradley, « Thoughts on Avalon ».
  • 62 Sur cette question, voir en particulier Farwell, Marilyn, « Heterosexual Plots and Lesbian Subtexts (...)

14Si The Mists of Avalon promeut parfois en creux les discours mêmes que l’autrice tente de dénoncer (c’est le cas de certaines représentations essentialisantes mais aussi de son traitement du personnage de Morgause60), le roman parvient néanmoins à ouvrir de tels espaces, et nous force à douter de la valeur absolue des hiérarchies et des binarités imposées comme absolument naturelles. Comme exposé plus haut, ce processus passe en premier lieu par la production d’un savoir élaboré depuis et pour les marges, et par la remise en question de l’histoire officielle : c’est bien là le pouvoir de la fiction et de l’approche révisionniste, « reconstructionniste61 », de l’autrice, qui ne nécessite pas que ses postulats soient scientifiquement avérés. Plus qu’une Déesse ou un matriarcat éventuel, c’est finalement la réhistorisation des oppressions liées au genre (une des catégories les plus naturalisées qui soient) comme produits d’un rapport social et non un état naturel des choses qui permet de poser la question du pouvoir et des résistances à opposer au patriarcat. À travers les modalités narratives et le régime d’historicité qu’elle met en œuvre, M. Z. Bradley est en mesure d’affirmer qu’un retour à cet âge d’or supposé — ou le passage à un nouvel âge — pourrait survenir grâce au rétablissement de la Déesse et d’un système de symboles qui ferait des femmes des sujets, ou plus généralement, à travers une communauté sororale qui romprait leur isolement. Les études féministes de la narratologie nous permettent en effet une autre approche du roman à partir de la notion d’espace narratif lesbien : la transgression ne se situerait pas dans la tension entre Avalon et Camelot, mais dans l’espace caractérisé par la sameness qu’ouvre la communauté féminine d’Avalon, et qui détruit la dépendance de l’île et de son culte envers l’hétérosexualité et la différenciation sexuelle. Sans m’y attarder62, je dirai simplement que l’autrice semble pointer du doigt comme causes de l’effondrement les convictions construites par des oppositions binaires, réputées indiscutables, qui structurent les rapports de force et déterminent qui a le pouvoir dans un environnement donné.

  • 63 Bradley, The Mists of Avalon, 398.
  • 64 « For this is the great secret, which was known to all educated men in our day: that by what men th (...)

15Entre distance nostalgique et deuil à venir, le texte est à la fois menace et promesse. Menace parce qu’il nous avertit de ce qui attend celles et ceux qui s’éloignent de la nature et du respect de chaque être vivant : « it is not we who have the dominion over nature, but she who has dominion over us63 », nous rappelle Morgaine, et le grand secret, désormais oublié, est que nous créons le monde autour de nous par la façon dont nous pensons64. Alors :

  • 65 Bradley, The Mists of Avalon, 809 (c’est moi qui souligne).

While the ancient Gods, the Goddess, were seen as benevolent or life-giving, so indeed had nature been to them; and when the priests had taught men to think of all nature as evil, alien, hostile, and the old Gods as demons, even so they would become, surging up from within that part of man which he now wished to sacrifice or control, instead of letting it lead him.65

Promesse parce que, malgré tout, ce message laisse entendre que la possibilité de construire un monde différent repose entre nos mains. On est alors en droit de se demander s’il faudrait mobiliser non pas contre, mais pour l’effondrement — du système patriarcal, et des aberrations du capitalisme.

Top of page

Bibliography

BESSON, Anne. « Le mythe culturel en fiction : deux relectures de la préhistoire arthurienne par la fantasy contemporaine ». Images du Moyen Âge. Isabelle Durand-Le Guern, éd. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2006, 175-184.

BESSON, Anne. « Usurper la médiévité : stratégies archaïsantes des réécritures arthuriennes contemporaines ». Fantasmagories du Moyen Âge : Entre médiéval et moyen-âgeux. Élodie Burle-Errecade, Valérie Naudet, éds. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2010, 27-35.

BESSON, Florian. « Sortir des Moyen Âge imaginaires : le rythme historique de la fantasy médiévaliste ». Anne Besson, éd. Fantasy et Histoire(s). Actes du colloque des Imaginales 2018, Chambéry : ActuSF, 2019, 171-193.

BOULD, Mark, Sherryl Vint. « Political Readings ». The Cambridge Companion to Fantasy Literature. Edward James, Farah Mendlesohn, éds. Cambridge/New York : Cambridge University Press, 2012, 102-112.

BRADLEY, Marion Zimmer. The Mists of Avalon. New York : Ballantine Books, 1984.

BRADLEY, Marion Zimmer. « Thoughts on Avalon ». Marion Zimmer Bradley Literary Work Trust. 1986, consulté le 19 juin 2019. http://www.mzbworks.com/thoughts.htm.

BUTLER, Judith. Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity. New York : Routledge, 1990.

DELEAGE, Jean-Paul. « Utopies et dystopies écologiques ». Ecologie politique, vol. 37, no 3 (2008) : 33‑43.

DUVEZIN-CAUBET, Caroline. « Dragons à vapeur : vers une poétique de la fantasy néo-victorienne contemporaine ». Thèse de doctorat, Université Côte d’Azur, 2017.

ENGELIBERT, Jean-Paul. « La fiction et l’effondrement qui vient ». AOC media — Analyse Opinion Critique. 1er septembre 2019, consulté le 6 novembre 2019. https://aoc.media/analyse/2019/09/02/la-fiction-et-leffondrement-qui-vient/.

FARWELL, Marilyn. « Heterosexual Plots and Lesbian Subtexts: Toward a Theory of Lesbian Narrative Space in Marion Zimmer Bradley’s The Mists of Avalon ». Arthurian Women: A Casebook. Thelma Fenster, éd. New York : Routledge, 2015 [1996], 319-330.

FLOOD, Allison. « SFF Community Reeling After Marion Zimmer Bradley’s Daughter Accuses Her of Abuse ». The Guardian. 27 juin 2014, consulté le 15 février 2020. https://www.theguardian.com/books/2014/jun/27/sff-community-marion-zimmer-bradley-daughter-accuses-abuse.

GAGE, Matilda Joslyn. Woman, Church and State. The Original Exposé of Male Against the Female Sex. Chicago : C. H. Kerr, 1893.

GANGE, Françoise. Les Dieux menteurs. Notre mémoire ensevelie : l’humanité aux temps de la Déesse. Tournai : La Renaissance du Livre, 2002.

GREER, John Michael. « How Civilizations Fall: A Theory of Catabolic Collapse ». 2005, consulté le 7 février 2020. https://www.ecoshock.org/transcripts/greer_on_collapse.pdf.

GUREVITCH, Danielle. « Analytical Psychology Approach to the Love-Hate Relationship between King Arthur and Morgan le Fay in Malory’s Le Morte D’Arthur ». Mirator, octobre 2005 : 1-17. Mirator archives, consulté le 14 février 2020. http://www.glossa.fi/mirator/pdf/arthurandmorgan.pdf.

HARAWAY, Donna Jeanne. « Savoirs situés : question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle ». Denis Petit, Nathalie Magnan, trad. Manifeste cyborg et autres essais : Sciences — fictions — féminismes. Laurence Allard, Delphine Gardey, Nathalie Magnan, éds. Paris : Exils, 2007, 29-105.

HARAWAY, Donna Jeanne. « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective ». Feminist Studies, vol. 14, n° 3 (1988) : 575-599.

HARTOG, François. Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps. Paris : Le Seuil, 2003.

HILDEBRAND, Kristina. The Female Reader at the Round Table: Religion and Women in Three Contemporary Arthurian Texts. Uppsala : Uppsala University Library, Studia Anglistica Upsaliensia, 2001.

JACKSON, Rosemary. Fantasy: The Literature of Subversion. Londres/New York : Routledge, 1981.

JAMES, Edward. « Tolkien, Lewis and the Explosion of Genre Fantasy ». The Cambridge Companion to Fantasy Literature. Edward James, Farah Mendlesohn, éds. Cambridge/New York : Cambridge University Press, 2012, 62-78.

KELSO, Sylvia. « The God in the Pentagram: Religion and Spirituality in Modern Fantasy ». Journal of the Fantastic in the Arts, vol. 18, n° 1, 69 (2007) : 61-82.

LARRÈRE, Catherine. « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe ». Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 22 (2012) : 105-121. OpenEdition. 21 mai 2014, consulté le 14 février 2020. http://journals.openedition.org/traces/5454.

LARUE, Anne. Fiction, féminisme et postmodernité : Les voies subversives du roman contemporain à grand succès. Paris : Classiques Garnier, 2010.

LÉONARD, Alexis. « De la légende arthurienne à la fantasy : l’“enserrement” du religieux ». Actes du colloque du CRELID. Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui. Anne Besson, Myriam White-Le Goff, éds. Paris : Bragelonne, 2007, 143-154.

OBOLER, Regina Smith. « Negotiating Gender Essentialism in Contemporary Paganism ». The Pomegranate: The International Journal of Pagan Studies, vol. 12, n° 2 (2010) : 159-184.

PAXSON, Diana. « The Priestess of Avalon — A Memoir of Marion Zimmer Bradley (1930-1999) ». SageWoman. 1999, consulté le 19 juin 2019. https://avalonbooks.net/about-authors/the-priestess-of-avalon/.

RUBIN, Gayle. « The Traffic in Women: Notes on the “Political Economy” of Sex ». Toward an Anthropology of Women. Rayna R. Reiter, éd. New York/Londres : Monthly Review Press, 1975, 157-210.

SOURISSEAU, Valérie. « “La Déesse” au XXe siècle : écritures théoriques et poétiques (James Frazer, Jane Harrison, Robert Graves, André Breton, Cesare Pavese, Sylvia Plath) ». Thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 2014.

STARHAWK. Dreaming the Dark. Magic, Sex and Politics. Boston : Beacon Press, 1988 [1982].

STONE, Merlin. When God Was a Woman. New York : Dial Press, 1976.

YOUNG, Helen. Race and Popular Fantasy Literature: Habits of Whiteness. New York : Routledge, 2016.

Top of page

Notes

1 Bradley, Marion Zimmer, The Mists of Avalon (New York : Ballantine Books, 1984), 802.

2 Lorsqu’elle est évoquée dans le corpus arthurien, Morgan le Fay est d’abord souvent mentionnée pour ses pouvoirs de guérison (textes du XIIe siècle en particulier). Par la suite, elle sera généralement le pendant négatif de figures féminines idéales et idéalisées comme Guenièvre, réceptacles de valeurs religieuses et/ou paradigmes de l’ange de la maison (« angel in the house ») de l’époque victorienne. « Thus, it is hardly a coincidence to find that one of the most bitter rivals to the monarchy, the chosen structural antagonist violating order, is an ambitious and deceitful feminine figure ». Gurevitch, Danielle, « Analytical Psychology Approach to the Love-Hate Relationship between King Arthur and Morgan le Fay in Malory’s Le Morte D’Arthur », Mirator, vol. 1 (2005) : 7, Mirator archives, consulté le 14 février 2020, http://www.glossa.fi/mirator/pdf/arthurandmorgan.pdf.

3 Bradley, The Mists of Avalon, ix-xi.

4 Il ne faudrait cependant pas que cet article serve de support à une lecture monolithique qui consacrerait M. Z. Bradley comme autrice de fantasy féministe : comme j’aurai l’occasion de l’évoquer plus bas, le système de croyances et, plus largement, l’univers fictionnel, restent construits autour d’une binarité du genre qui participe d’un essentialisme fondé sur la complémentarité ; et si elles ne seront pas traitées ici, certaines représentations du viol, de l’inceste, de la sexualité féminine ou encore de l’avortement sont problématiques. Par ailleurs, les accusations de violences sexuelles et psychologiques que firent ses enfants après la mort de l’autrice nous imposent de tenir compte de ce contexte dans l’analyse de ses textes. Flood, Allison, « SFF Community Reeling After Marion Zimmer Bradley’s Daughter Accuses Her of Abuse », The Guardian, 27 juin 2014, consulté le 15 février 2020, https://www.theguardian.com/books/2014/jun/27/sff-community-marion-zimmer-bradley-daughter-accuses-abuse.

5  Le XIXe siècle, siècle de l’industrialisation, avait déjà marqué une rupture. Voir Deléage, Jean-Paul, « Utopies et dystopies écologiques », Écologie politique, vol. 37, no 3 (2008) : 33‑43.

6  Engélibert, Jean-Paul, « La fiction et l’effondrement qui vient », AOC media — Analyse Opinion Critique, 1er septembre 2019, consulté le 6 novembre 2019, https://aoc.media/analyse/2019/09/02/la-fiction-et-leffondrement-qui-vient/.

7 Sur l’importance des mondes secondaires de la fantasy, voir par exemple James, Edward, « Tolkien, Lewis and the Explosion of Genre Fantasy », The Cambridge Companion to Fantasy Literature, Edward James, Farah Mendlesohn, éds. (Cambridge/New York : Cambridge University Press, 2012), 62-78. Sur le potentiel politique de la fantasy, voir dans le même ouvrage Bould, Mark, Sherryl Vint, « Political Readings », The Cambridge Companion to Fantasy Literature, 102-112.

8 Greer, John Michael, « How Civilizations Fall: A Theory of Catabolic Collapse », 2005, consulté le 7 février 2020, https://www.ecoshock.org/transcripts/greer_on_collapse.pdf.

9 Je reprends l’expression de Hartog, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps (Paris : Le Seuil, 2003), 19-20.

10  Bradley, « Thoughts on Avalon », Marion Zimmer Bradley Literary Work Trust, 1986, consulté le 19 juin 2019, http://www.mzbworks.com/thoughts.htm.

11 Bradley, The Mists of Avalon, ix.

12 Bradley, The Mists of Avalon, 850.

13 Léonard, Alexis, « De la légende arthurienne à la fantasy : l’“enserrement” du religieux », Actes du colloque du CRELID. Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, Anne Besson, Myriam White-Le Goff, éds. (Paris : Bragelonne, 2007), 147.

14 Pratique spirituelle qui prend ses sources dans l’ère païenne pré-chrétienne. Redéfinie par Gerald Garner dans les années 1950, il en existe de nombreux courants, mais elle est en général caractérisée par un culte de la nature et une inspiration tirée du chamanisme, du druidisme et des mythologies païennes. M. Z. Bradley fut elle-même à la tête d’un coven exclusivement féminin, le Darkmoon Circle. Voir Paxson, Diana, « The Priestess of Avalon - A Memoir of Marion Zimmer Bradley (1930-1999) », SageWoman, 1999, consulté le 19 juin 2019, https://avalonbooks.net/about-authors/the-priestess-of-avalon/.

15 Bradley, The Mists of Avalon, 593.

16  Duvezin-Caubet, Caroline, « Dragons à vapeur : vers une poétique de la fantasy néo-victorienne contemporaine » (thèse de doctorat, Université Côte d’Azur, 2017), 106.

17  Bradley, The Mists of Avalon, 716.

18 Bradley, The Mists of Avalon, 90.

19 Bradley, The Mists of Avalon, ix.

20 Hildebrand, Kristina, The Female Reader at the Round Table: Religion and Women in Three Contemporary Arthurian Texts (Uppsala : Uppsala University Library, Studia Anglistica Upsaliensia, 2001), 108.

21 Bradley, The Mists of Avalon, 189.

22 Bradley, The Mists of Avalon, 153.

23 Bradley, The Mists of Avalon, 826.

24 Voir en particulier Besson, Florian, « Sortir des Moyen Âge imaginaires : le rythme historique de la fantasy médiévaliste », Fantasy et Histoire(s). Actes du colloque des Imaginales 2018, Anne Besson, éd. (Chambéry : ActuSF, 2019), 171-193.

25 Bradley, The Mists of Avalon, 113.

26 Bradley, The Mists of Avalon, ix.

27 Cette question a été largement étudiée, voir notamment deux articles d’Anne Besson dont le cycle de M. Z. Bradley fait partie des corpus : « Le mythe culturel en fiction : deux relectures de la préhistoire arthurienne par la fantasy contemporaine », Images du Moyen Âge, Isabelle Durand-Le Guern, éd. (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2006), 175-184 ; et « Usurper la médiévité : stratégies archaïsantes des réécritures arthuriennes contemporaines », Fantasmagories du Moyen Âge : Entre médiéval et moyen-âgeux, Élodie Burle-Errecade, Valérie Naudet, éds. (Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2010), 27-35.

28 « For me the key to “female personality development” in my revisionist, or better, reconstructionist version, is simply this. Modern women have been reared on myths/legends/hero tales in which the men do the important things and the women stand by and watch and admire but keep their hands off. Restoring Morgan and the Lady of the Lake to real, integral movers in the drama is, I think, of supreme importance in the religious and psychological development of women in our day ». Bradley, Marion Zimmer, « Thoughts on Avalon ».

29  Voir par exemple Hildebrand, Kristina, The Female Reader at the Round Table, 30-34 ; ou plus spécifiquement sur l’utilisation de la magie et du pouvoir expérientiel pour rétablir des religions païennes antiques dans la fantasy : Kelso, Sylvia, « The God in the Pentagram: Religion and Spirituality in Modern Fantasy », Journal of the Fantastic in the Arts, vol. 18, n° 1, 69 (2007) : 61-82.

30 Bradley, The Mists of Avalon, xi.

31 Bradley, The Mists of Avalon, ix-x.

32 Bradley, The Mists of Avalon, ix.

33  Notons d’ailleurs que la pagination de son prologue est faite en chiffres romains, tout comme les « Acknowledgments » de M. Z. Bradley elle-même, ce qui nous encourage à placer les deux locutrices sur le même plan — en termes de légitimité notamment.

34 « Many currents in feminism attempt to theorize grounds for trusting especially the vantage points of the subjugated; there is good reason to believe vision is better from below the brilliant space platforms of the powerful ». Haraway, Donna Jeanne, « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, vol. 14, n° 3 (1988) : 583. La traduction utilisée est celle de Denis Petit et Nathalie Magnan. Haraway, Donna Jeanne, « Savoir situés : question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », Manifeste cyborg et autres essais : Sciences — fictions — féminismes, Laurence Allard, Delphine Gardey, Nathalie Magnan, éds. (Paris : Exils, 2007), 118.

35 Haraway, « Situated Knowledges », 583.

36 Bradley, The Mists of Avalon, x-xi.

37 Bradley, The Mists of Avalon, 876.

38 Bradley, The Mists of Avalon, 263-264, 268, 272 pour Gwenhwyfar par exemple.

39 Bradley, The Mists of Avalon, 72.

40 Bradley, The Mists of Avalon, 308-309, 329.

41 Bradley, The Mists of Avalon, 481-482, 546-547.

42 Bradley, The Mists of Avalon, 71.

43 Gage, Matilda Joslyn, Woman, Church and State. The Original Exposé of Male Against the Female Sex (Chicago : C. H. Kerr, 1893), 291.

44 Bradley, The Mists of Avalon, 398.

45 Gange, Françoise, Les Dieux menteurs. Notre mémoire ensevelie : l’humanité aux temps de la Déesse (Tournai : La Renaissance du Livre, 2002), 269.

46 Bradley, The Mists of Avalon, 677, par exemple.

47 Bradley, The Mists of Avalon, 217, 324.

48 Bradley, The Mists of Avalon, 171-181.

49 Voir par exemple Larrère, Catherine, « L’écoféminisme : féminisme écologique ou écologie féministe », Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 22 (2012) : 105-121, OpenEdition, 21 mai 2014, consulté le 14 février 2020, http://journals.openedition.org/traces/5454.

50 L’un des objectifs du Aquarian Order of the Restoration, fondé par M. Z. Bradley et son deuxième époux dans les années 1960, était par exemple : « To restore to the world that equilibrium which has become unbalanced ». Paxson, Diana, « The Priestess of Avalon — A Memoir of Marion Zimmer Bradley (1930-1999) », SageWoman, 1999, consulté le 19 juin 2019, https://avalonbooks.net/about-authors/the-priestess-of-avalon/.

51 Voir par exemple Oboler, Regina Smith, « Negotiating Gender Essentialism in Contemporary Paganism », The Pomegranate: The International Journal of Pagan Studies, vol. 12, n° 2 (2010) : 159-184.

52 Je pense notamment au travail fondateur de Judith Butler, dont l’une des idées centrales est le caractère performatif du genre. Voir Butler, Judith, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity (New York : Routledge, 1990).

53 Larue, Anne, Fiction, féminisme et postmodernité : Les voies subversives du roman contemporain à grand succès (Paris : Classiques Garnier, 2010), 24.

54 Starhawk, Dreaming the Dark. Magic, Sex and Politics (Boston : Beacon Press, 1988), xxv.

55 Il s’agit de l’un des débats clés de l’étude de la fantasy : serait-elle une « littérature de la subversion », comme le suggère Rosemary Jackson, ou nécessairement conservatrice et réactionnaire ? Voir par exemple Jackson, Rosemary, Fantasy: The Literature of Subversion (Londres/New York : Routledge, 1981), ou plus récemment, Young, Helen, Race and Popular Fantasy Literature: Habits of Whiteness (New York : Routledge, 2016).

56 À ce sujet, voir par exemple Sourisseau, Valérie, « “La Déesse” au XXe siècle : écritures théoriques et poétiques (James Frazer, Jane Harrison, Robert Graves, André Breton, Cesare Pavese, Sylvia Plath) » (thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 2014).

57 Stone, Merlin, When God Was a Woman (New York : Dial Press, 1976).

58 Bradley, The Mists of Avalon, 16.

59 Rubin, Gayle, « The Traffic in Women: Notes on the “Political Economy” of Sex », Toward an Anthropology of Women, Rayna R. Reiter, éd. (New York/Londres : Monthly Review Press, 1975), 157-210.

60 Voir Hildebrand, Kristina, The Female Reader at the Round Table, 121-122.

61 « [M]y revisionist, or better, my reconstructionist version ». Bradley, « Thoughts on Avalon ».

62 Sur cette question, voir en particulier Farwell, Marilyn, « Heterosexual Plots and Lesbian Subtexts: Toward a Theory of Lesbian Narrative Space in Marion Zimmer Bradley’s The Mists of Avalon », Arthurian Women: A Casebook, Thelma Fenster, éd. (New York : Routledge, 2015), 319-330.

63 Bradley, The Mists of Avalon, 398.

64 « For this is the great secret, which was known to all educated men in our day: that by what men think, we create the world around us, daily new ». Bradley, The Mists of Avalon, ix.

65 Bradley, The Mists of Avalon, 809 (c’est moi qui souligne).

Top of page

References

Bibliographical reference

Manon Berthier, “Effondrement ou ensevelissement : les modalités d’une logique conservatrice dans The Mists of AvalonCaliban, 63 | 2020, 95-115.

Electronic reference

Manon Berthier, “Effondrement ou ensevelissement : les modalités d’une logique conservatrice dans The Mists of AvalonCaliban [Online], 63 | 2020, Online since 20 July 2021, connection on 24 May 2024. URL: http://journals.openedition.org/caliban/7345; DOI: https://doi.org/10.4000/caliban.7345

Top of page

About the author

Manon Berthier

Manon Berthier is a doctoral student at Université Paris-Est Créteil. Her dissertation focuses on political readings of fantasy, through the prism of gender and queer studies in particular; she is interested in the relationship between gender and literary genre, between history (or histories) and margins, and she reflects on the extent to which fantasy literature opens areas for transgression. She wrote an article on lesbian narrative space in the works of Estelle Faye, to be published in the proceedings of a conference organized in March 2020 by the Laboratoire des Imaginaires at Université Rennes 2, and another on ecofeminism, to be published in 2021, in the journal Itinéraires.

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search