Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia/Caliban29Contemporary ReworkingsKensington ou Tintin au pays des ...

Abstract

The following pages present a survey of the century-old, fairly heated debate over the most famous runic forgery of all time known as the Kensington inscription, from the name of the place where it was found at the very end of the nineteenth century by a Swedish farmer in the “Scandinavian” state of Minnesota.
Although crushing new evidence speaking against the authenticity of the monument surfaced a few years ago, a group of unwavering believers are still championing the cause of what they see as irrefutable proof of Scandinavian presence in the heart of the New World a century ahead of Columbus. We also suggest some of the (subconscious) causes of their “faith”.

Top of page

Full text

1Une revue scientifique, le Bulletin des Anglicistes Médiévistes (BAM) de l’Enseignement supérieur, dont nous savons qu’elle est chère au dédicataire du présent volume, nous avait ouvert ses pages (1994/46 : 911-25) voilà déjà un peu plus de quinze ans pour évoquer une question qui agite la rive américaine de l’Atlantique depuis un bon siècle et que la parution de la deuxième édition, remaniée et mise à jour, d’un ouvrage de R. A. Hall, Jr., The Kensington Stone is Genuine [1982], rebaptisé, assez gauchement, pour l’occasion The Kensington Rune-Stone―Authentic and Important [1994], rappelait à nouveau au souvenir des médiévistes en général et des runologues / scandinavistes en particulier.

2Nos propos d’alors sur la fameuse inscription « découverte » au Minnesota en 1898 et relatant une expédition malheureuse jusqu’au cœur du continent nord-américain (voir infra § 5.) ne se plaçaient d’ailleurs pas prioritairement sur le plan philologique, ainsi que nous l’annoncions dès l’introduction : « … et, au fond, c’est autant à ce titre : sociologie et psychologie de l’émigration scandinave au Nouveau Monde, que la « découverte » de monuments scandinaves précolombiens sur les rivages (ou à l’intérieur des terres !) d’Amérique doit intéresser le spécialiste, même européen ». Il est peu de dire que, plus d’une décennie et demie après notre modeste discussion de l’ouvrage évoqué supra, les choses ont, pour certains du moins, assez sensiblement évolué et qu’il est donc grand temps de revenir encore une fois sur cette passionnante énigme, dont la clé, ci-dessus suggérée, ne nous paraît pas avoir été invalidée entre-temps.

3Pour reprendre le débat, on dira très généralement de l’« affaire » de Kensington qu’elle a été non seulement polluée dès le départ par des tensions qui sont tout sauf scientifiques, ce dont on prend facilement conscience aujourd’hui encore en se rendant sur place, dans la petite ville d’Alexandria, voisine de Kensington, dans le Douglas County lui-même situé dans l’Etat « scandinave » du Minnesota, et en visitant le musée qui abrite la pierre. Mais encore, que les disputes d’ordre philologique et runologique, ainsi que les contestations multiples des circonstances de la découverte du pétroglyphe furent telles qu’on n’aperçut bientôt plus la forêt tant il y avait d’arbres. Rappelons donc tout d’abord rapidement :

L’ « intrigue »

  • 1 Le « dossier » Kensington est riche en dépositions sous serment (« affidavits ») recueillies auprès (...)

4Un fermier d’origine suédoise, un certain Olof (Olsson) Öhman (Ohman sous sa forme anglicisée), prétendit avoir découvert, un automne1 de la fin du XIXe siècle, enlacée dans les racines d’un arbre (un tremble) qu’il venait d’arracher sur un petit promontoire en défrichant un terrain lui appartenant, une pierre gravée de signes runiques (qu’il affirma ne pas avoir identifiés comme tels) sur sa face antérieure et son côté gauche. De fil en aiguille, après avoir été montrée aux érudits (archéologues et philologues) de la région, elle devint un beau jour la propriété d’un journaliste féru d’histoire du nom de Hjalmar R. Holand, qui devait consacrer sa vie à en assurer la promotion et à en prouver l’authenticité.

5A partir de là, deux camps s’affrontèrent et l’on pourrait dire sans trop exagérer, pour expliquer le terme de « pollution » que nous employions il y a quelques lignes seulement, que les deux rives de l’Atlantique se sont ici opposées l’une à l’autre depuis des décennies, avec des universitaires américains (E. Wahlgren, T. Blegen et d’autres), souvent d’origine nord-européenne, considérés par les convaincus de l’authenticité comme des ennemis de l’intérieur.

6La rive américaine se plaint, non sans raison parfois, d’être traitée de haut, avec mépris et arrogance par l’« establishment » de la runologie européenne qui n’a jamais voulu voir qu’un faux dans ladite inscription, le camp européen, quant à lui, classant sans suite, et ce depuis les débuts, l’affaire en question, il est vrai sans toujours y regarder de très près.

  • 2 Lui-même alors professeur à l’Université de Californie (UCLA).
  • 3 « Le Mystère de l’Inscription de Kensington est-il élucidé ? ».

7Robert A. Hall, Jr., alors professeur émérite de la prestigieuse université Cornell et depuis décédé, avait intitulé la première édition de son ouvrage The Kensington Stone is Genuine comme on l’a signalé supra afin de répondre au définitif The Kensington Stone : A Mystery Solved d’Erik Wahlgren2 (d’où, incidemment, le titre de notre propre article3 du BAM), publié en 1958 par les Presses de l’Université (« scandinaviste ») du Wisconsin. Des thèses analogues sont cependant également reprises par le même auteur dans un ouvrage (Vikings and America) plus récent (1986).

8Pour résumer les choses à grands traits, on dira qu’en général les runologues et les scandinavistes ne croient pas à l’authenticité de l’inscription américaine et que ceux qui la défendent contre vents et marées ne sont très généralement ni runologues, ni scandinavistes, ni même linguistes, mais, en revanche, dans leur écrasante majorité, d’enthousiastes amateurs, tous ou presque d’origine scandinave.

  • 4 L’autre exception, encore plus notable, est la personne du Norvégo-Américain Sivert N. Hagen qui, l (...)

9R. A. Hall, Jr., lui, fut une sorte d’exception4 partielle à cette règle : il n’était ni d’origine nordique, ni scandinaviste/runologue (et le reconnaissait d’ailleurs volontiers), mais en revanche c’était un linguiste (romaniste) respecté et c’est donc à ce titre que nous avions été attiré par son ouvrage. Ouvrage qui, du reste, n’était pas décevant―même si l’on n’accepte pas soi-même son « théorème » de l’authenticité de la pierre, comme c’est le cas de l’auteur des présentes lignes―car il consiste en grande partie en un inventaire, une présentation et une évaluation informés et intéressants (bien que biaisés), des thèses respectives des deux camps en présence et permet de se faire facilement une assez bonne idée de l’état du débat. Bien sûr, quand il s’agit d’évoquer E. Wahlgren le ton devient vite polémique, mais il faut en toute équité reconnaître que c’est un peu mérité, car Wahlgren était lui-même un procureur qui argumentait toujours à charge et ce avec une certaine acrimonie.

10Et, depuis la parution des deux éditions du petit livre de Hall, la controverse n’a fait que rebondir, comme on va le voir bientôt.

Les arguments philologiques

11Avant de nous pencher sur ce qui s’est produit de décisif depuis cette époque cependant, il ne semblera pas inutile de rappeler ici les principales raisons qui ont convaincu depuis le début les spécialistes de l’inauthenticité de l’inscription. Elles sont, sur le plan philologique, au nombre de quatre : la forme (aberrante) de certaines runes, l’utilisation de chiffres quinaires (« pentadic numerals »), la morphologie (flexionnelle) de la langue utilisée par le(s) graveur(s), le lexique. Ces trois derniers éléments présentant tous des anachronismes et, pour ce qui concerne le lexique, des cas de mélange (suédo-norvégo-anglais).

12Nous pensons d’ailleurs avec le grand runologue suédois S.B.F. Jansson que l’ennemie n° 1 de l’authenticité de l’inscription est avant tout la langue même de son texte. Nous renvoyons ici aussi à l’introduction des annexes (→§ 5.) pour une présentation un peu plus détaillée des faits qu’on vient d’énoncer.

L’état du débat

  • 5 Le grand linguiste norvégo-américain, Einar I. Haugen en personne, y fit la plus grosse partie de s (...)
  • 6 Intitulée « Kensingtonstenens gåta »—« The riddle of the Kensington runestone ».

13Hjalmar R. Holand, dont nous avons déjà mentionné la personne, était un Américain d’origine norvégienne, comme ses nom et prénom l’indiquent suffisamment clairement, qui avait fait de bonnes études de philologie scandinave à l’Université du Wisconsin, établissement qui a depuis toujours une excellente réputation dans ce domaine.5 C’est parce qu’il croyait de bonne foi à l’authenticité de la pierre et de son inscription qu’il passa sa vie à la défendre et à la faire voyager en dehors des frontières des États-Unis. Il mourut en 1963 après avoir rédigé un dernier ouvrage-acte de foi. Quelques années passèrent et, finalement, à partir de 1985, un enthousiaste amateur du Texas, mais d’origine danoise, un certain Richard (« Dick ») Nielsen (un temps associé dans « notre » affaire au géologue Scott F. Wolter), succéda à Holand dans le rôle de défenseur « officiel » de la pierre et de son inscription et collabora même avec Hall dans le cadre de la réédition de l’ouvrage de ce dernier. Il fit en outre tant et si bien qu’il réussit aussi à convaincre un spécialiste des antiquités scandinaves, Henrik Williams, professeur à la prestigieuse université d’Upsal en Suède, d’engager le débat avec lui. Non seulement cela, mais il parvint également à faire organiser fin 2003 / début 2004, par l’admirable Musée des Antiquités Nationales (Statens historiska museum) de Suède, à Stockholm, une exposition6 autour du pétroglyphe, exposition qui connut un tel succès qu’elle dut être prolongée et quitta même la capitale pour quelque temps.

14La caution que représentait la participation de H. Williams n’était pas mince, bien sûr, et les champions de l’authenticité crurent avoir remporté là une bataille décisive : leur argumentation sur le plan linguistique consistait notamment à arguer que les formes tenues pour aberrantes jusqu’alors ne l’étaient qu’en apparence et uniquement parce que les spécialistes, les « grands » professeurs scandinaves, n’avaient pas su / voulu se libérer de la langue norroise classique telle que « standardisée » pour et dans les manuels, alors que la langue de l’inscription et donc de son graveur était, elle, une variété dialectale bien vivante de la deuxième moitié du XIVe siècle.

15H. Williams, homme à l’esprit ouvert, ne disait pas que cela dût être a priori tout à fait écarté. On pouvait donc enfin commencer à respirer dans le camp des « croyants ».

  • 7 Documents dorénavant universellement connus sous l’étiquette de « Larsson papers ».

16Le hasard voulut cependant qu’un nouveau rebondissement se produisît, car l’affaire est vraiment digne d’une des aventures du célèbre jeune reporter belge. Une Suédoise, parfaitement anonyme, résidant en Allemagne était, peu de temps avant l’ouverture de l’exposition de Stockholm, en visite dans le sud (à Lund) de son pays d’origine où, accompagnée de sa sœur, elle devait, avant partage d’héritage, débarrasser l’appartement de leur mère récemment décédée. Elle tenait, entre autres choses, absolument à ce que les archives familiales fussent conservées en un lieu sûr. Dans ce but elle se mit en rapport avec l’un des membres, rencontré au hasard d’une conférence, de l’Institut de dialectologie, d’onomastique et d’ethnographie d’Umeå, ville universitaire du nord du pays. Or, parmi lesdites archives, se trouvaient justement des feuillets contenant des notes prises par son grand-père paternel, un certain Edward Larsson,7 tailleur itinérant de son état et parfait inconnu jusqu’alors lui aussi.

  • 8 N’oublions pas qu'Olsson/Öhman était arrivé en 1879 aux États-Unis, à l’âge de vingt-cinq ans. Il e (...)

17Sur ces entrefaites, l’exposition de Stockholm ouvrit ses portes ; un autre membre de l’institut d’Umeå s’y rendit et, à la demande d’un collègue, en rapporta une copie des runes de Kensington ainsi que le catalogue de l’exposition accompagné d’une ou deux brochures relatives à la fameuse pierre. Au retour de leur collègue, quelle ne fut pas la surprise parmi les membres de l’institut de constater que non seulement les runes jusqu’alors tenues pour aberrantes, mais également les chiffres « pentadiques » (quinaires) figurant sur l’inscription se trouvaient consignés dans des feuillets datés de la main même d’E. Larsson ! Or les dates en question portaient sur les années 1883 et 1885, soit de quinze à treize années avant la « découverte » de notre inscription, en sorte que tout pousse à croire bien sûr que, si quelqu’un comme Larsson pouvait connaître ces signes (peut-être en usage comme écriture secrète au sein d’une guilde), alors son compatriote Öhman,8 ou quelqu’un d’autre dans la communauté scandinave concernée dans le Middle West américain, pouvait également en avoir eu vent.

18On serait bien sûr en droit de penser que la découverte en question était de nature à enfoncer le dernier clou dans le cercueil de la pierre de Kensington et ce de manière assez définitive.

19Ce fut en tout cas l’effet produit sur le professeur Williams. Mais les Américains d’origine scandinave, comme R. Nielsen, y trouvèrent, eux, une nouvelle source d’inspiration.

20Jusqu’à l’apparition des « feuillets Larsson » en effet, les runes aberrantes de l’inscription amenaient de l’eau au moulin des sceptiques qui y voyaient une invention spontanée du graveur du XIXe, qui que cela fût, Öhman ou un de ses congénères transplantés sur le sol d’Amérique, en « panne » mémorielle ou en difficulté devant la notation de certains sons (phonèmes)... anachroniques. Sur ce point de détail ils avaient fait erreur, il est vrai, mais les notes d’E. Larsson leur donnaient malgré tout enfin raison sur l’essentiel : l’inscription ne date pas du XIVe mais bien du XIXe siècle.

21Pour les défenseurs de l’authenticité de la pierre, c’était en revanche bien la preuve que rien n’avait été inventé sur l’instant par un quelconque faussaire et que, si Larsson avait pu consigner ces symboles, c’est qu’ils avaient dû exister quelque part en Scandinavie des siècles auparavant, comme au XIVe, par exemple : quod erat demonstrandum.

  • 9 Rappelons incidemment que l’Age Viking est considéré par les historiens comme s’étendant de 800 à 1 (...)
  • 10 Banderole d’ailleurs apposée sur le bouclier de l’énorme Viking (« Big Ole »), mascotte acquise à l (...)

22Bref, la foi ne se discute pas, on l’a ou on ne l’a pas et il y a très fort à parier aussi que la petite ville d’Alexandria dont le musée « Viking »9 abrite la pierre ne retirera pas de si tôt la banderole10 qui la proclame si fièrement « berceau de l’Amérique » (« Alexandria, birthplace of America »).

Nos conclusions

23Car c’est en effet justement cela qui nous intéresse au sujet de la pierre de Kensington, cette volonté inébranlable de la tenir pour authentique plutôt que son authenticité elle-même, à laquelle il était de toute manière déjà bien difficile de croire, même avant 2004. Bien plus, c’est ce que nous raconte cet artefact de l’expérience de l’émigration scandinave en terre d’Amérique qui retient notre intérêt. N’oublions pas que cette émigration, surtout suédoise et norvégienne aux USA, islandaise au Canada, fut massive, que les pays en question y perdirent en quelques décennies leurs forces vives et qu’une fois sur place les « pionniers » scandinaves voulurent probablement faire reconnaître leur spécificité, leur contribution à l’histoire de leur nouvelle patrie, ainsi que leur droit au sol, en quelque sorte.

24En 1874, soit vingt-quatre ans avant la découverte d’Öhman, une personnalité tout à fait respectable, qui avait du reste fondé le département d’études scandinaves de l’Université du Wisconsin à Madison évoquée il y a quelques lignes, un certain Rasmus Bjørn Anderson, originaire de Norvège et dont les parents avaient eux-mêmes traversé l’Atlantique, publiait un ouvrage qui a dû beaucoup circuler au sein des communautés nordiques du Nouveau Monde. Il a d’ailleurs connu plusieurs rééditions. Son titre se passe de commentaire: America Not Discovered by Columbus: An Historical Sketch of the Discovery of America in the Tenth Century by the Norsemen.

  • 11 Leif Eiríksson, fils d’Eric le Rouge, est, on le sait, crédité par les sagas de la découverte du «  (...)

25Non seulement cela, mais R. B. Anderson fit tant et si bien qu’il finit par faire reconnaître, à côté du traditionnel Columbus Day, jour férié aux États-Unis, et à quelques jours d’intervalle seulement (le 9 octobre), un Leif Erikson Day11, d’abord, naturellement, par l’Etat du Wisconsin (1930), puis du Minnesota (1931) et enfin, en 1964 (voir ce qui suit), par l’Union tout entière.

  • 12 On se fera en outre une idée précise de cette épopée et de son époque en lisant la passionnante Sag (...)

26En effet, en 1898, l’année de la découverte de la pierre « runique », on était encore à plusieurs décennies d’une autre découverte, elle, essentielle et décisive, celle du site de l’Anse aux Meadows par l’explorateur norvégien Helge Ingstad et son épouse archéologue Anne Stine. Aujourd’hui ce site, accroché à la pointe nord de Terre-Neuve, à quelques encablures des côtes du Labrador, est universellement reconnu comme norrois (et d’ailleurs inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO), mais on est là dans les années soixante du XXe siècle. A la fin du XIXe en revanche, puisqu’on n’avait pas encore pu mettre au jour quoi que ce fût de probant et qui pût démontrer sans appel que la présence scandinave en Amérique était bien plus ancienne que l’immigration d’alors et que, par voie de conséquence, les immigrants en question12 avaient tous les droits de s’installer là où ils choisissaient de le faire, alors on « fabriqua » tout simplement la preuve dont on avait besoin. On le fit assez magistralement du reste puisque nous en parlons encore. Et, après tout, sur le fond, ces gens avaient finalement raison.

27Quant à l’auteur (les auteurs ?) de l’inscription et aux circonstances de son enfouissement, puis de sa « découverte », nous laissons aux amateurs de romans policiers historiques le soin de les trouver. C’est, là encore, une passionnante « saga » aux multiples rebondissements et dont la conclusion n’est toujours pas écrite, pour la bonne et simple raison que cette série d’énigmes n’est, elle, pas encore résolue.

Top of page

Bibliography

Anderson, R. B., America Not Discovered by Columbus: An Historical Sketch of the Discovery of America by the Norsemen in the 10th Century, Chicago: S.C. Griggs & Co., 1874/77/83/91.

Blegen, T., The Kensington Rune Stone: New Light on an Old Riddle, Saint Paul: Minnesota Historical Society, 1968.

Hagen, S. N., The Kensington Runic Inscription, Speculum 25 (1950): 321-56.

Hall, R. A., Jr., The Kensington Rune-Stone is Genuine. Columbia, SC: Hornbeam Press, 1982.

-----, The Kensington Rune-Stone—Authentic and Important, Lake Bluff, IL: Jupiter Press, 1994.

Holand, H. R., The Kensington Stone: A Study in Precolumbian American History, Ephraim, Wisc., 1932.

Ingwersen, F. & al. Nordic Immigration to North America, Madison, Wisc.: WITS, 2002.

Jansson, S.B.F., “'Runstenen' från Kensington i Minnesota’”. Norsk Tidskrift för Vetenskap 225 (1949): 377-45.

Kensingtonstenens gåta—The riddle of the Kensington runestone. Historiska Nyheter, specialnummer om Kensingtonstenen, Stockholm: SHM, 2003.

Musset, L., Introduction à la Runologie, Paris: Aubier-Montaigne, 1965.

Nielsen, R., New Linguistic and Runic Evidence which supports Hall’s Thesis that the Kensington Runestone is Genuine, 14th LACUS Conference. Toronto: York University, 1987.

Nielsen, R. & Wolter, S. F., The Kensington Rune Stone: Compelling New Evidence. Mason, Ohio: Outernet Publishing, 2005.

Wahlgren, E., The Kensington Stone: A Mystery Solved, Madison, Wisc.: University of Wisconsin Press, 1958.

-----, Vikings and America, New York: Thames & Hudson, 1986.

Top of page

Annex

Le lecteur trouvera un cliché de la pierre runique dite de Kensington (KRS), sur le site du musée d’Alexandria :<https://www.runestonemuseum.org>.

Nous reproduisons ci-après :

a) une copie de l’inscription avec translittération et traduction,
b) les deux feuillets déterminants d’E. Larsson.

a) La pierre

Une chose frappe tout de suite l’observateur familier des inscriptions runiques sur pierre lorsqu’il se trouve en présence du pétroglyphe,13 c’est la netteté des incisions représentant les signes runiques. On a l’impression d’un travail effectué très récemment à l’échelle runologique. Ceux qui croient à l’authenticité de l’inscription l’expliquent par le « récurage » répété de la pierre à l’aide de produits appropriés.

Pour l’anecdote, on remarque à la base du côté gauche de la pierre, celui portant l’inscription latérale, un H couché (même positionnement que les runes sur cette face), marque de propriété gravée par Holand après qu’il eut acheté la pierre à Öhman pour une poignée de dollars (dix, d’après la rumeur), une petite dizaine d’années après la « découverte ».

b) L’inscription

L’inscription à proprement parler comprend, quant à elle, deux cent-sept signes runiques14 à partir d’un système de trente symboles (en y incluant les chiffres « runiques », quinaires, soit vingt-trois + sept, donc).

Sur ces trente signes ceux qui sont les plus contestables et dont on ne peut donc douter qu’ils aient la même origine que ceux que l’on trouve chez Larsson, sont les symboles qui représentent /a, w, y [ = /ü/, dans <illy>, ligne 9, dernière rune], æ, œ/, les autres pourraient bien n’être que de simples variantes (/g, k/), attestées ou non par ailleurs. Cependant pour ce qui concerne /k/, ce serait bien le hasard s’il n’y avait « communauté » d’origine avec les feuillets Larsson.

Le symbole qu’on ne s’explique pas, en revanche, est le signe (comme celui d’ailleurs notant /ö/, très curieusement « bricolé » lui aussi) qui note /j/, avec une seule occurrence dans <skjar> (ligne 4, avant-dernier mot). Cette occurrence unique est d’autant plus surprenante que, normalement, c’était le même signe qui notait /i/, vocalique, et /j/, consonantique, la dissociation graphique (valant également pour /u/ et /v/) remontant au XVIe siècle. On a beau nous dire qu’on trouve cette rune dans des manuscrits médiévaux tardifs, nous ne sommes pas très convaincus.15 D’ailleurs le mot en question fait l’objet d’interprétations diverses à cause de ce symbole précis.

Par ailleurs, on distinguait aussi /b/ de /p/ dans la période épigraphique tardive par l’utilisation d’un point à l’intérieur de chaque boucle de <B> pour noter la sourde, alors que dans KRS on trouve un <B> avec des boucles non accolées l’une à l’autre mais séparées par un espace, contrairement à la notation de /b/.

Les chiffres « runiques », quinaires, utilisés pour dénombrer les membres (suédois [« göter »] : 8 et norvégiens [« norrmen »] : 22), les victimes (10) et les « factionnaires » (10) de l’expédition ainsi que pour indiquer la date (1362) de l’inscription, sont identiques à ce que l’on trouve dans les archives d’E. Larsson, qui les utilise du reste lui-même pour dater ses propres feuillets (1883 et 1885). Ces chiffres (les chiffres en général) sont non seulement inconnus sur les monuments authentiques16 jusqu’ici recensés, mais, dans les deux cas de composition ci-après, ils sont de plus disposés selon les règles de la numération arabe : 22 ou 1362 dans KRS (au lieu de [l’équivalent de] XXII et MCCCLXII), selon laquelle seule la position relative et non le nombre d’occurrences des symboles indique leur « poids » numérique.

Nielsen et Wolter y voient, quant à eux, des influences étrangères évidentes qu’ils vont jusqu’à mettre en rapport avec les Templiers. On le voit, le Da Vinci Code n’est plus très loin.

c) Le fond historique

Quant à l’expédition dont il est ici question, on a voulu la mettre en relation avec celle conduite par Paul Knutsson au Groenland. Et c’est peut-être là l’élément le plus contraint.

En effet, on n’est d’abord pas du tout certain que cette expédition, commanditée en novembre 1354 par le roi de Suède-Norvège Magnus Eriksson, inquiet de l’état de la foi chrétienne dans les lointains territoires groenlandais, ait jamais appareillé. Il devient par conséquent encore plus difficile de croire au scénario selon lequel, ne trouvant plus âme qui vive en arrivant dans la grande île arctique, Knutsson aurait suivi la trace des éventuels aspostats17 jusqu’au cœur du continent nord-américain afin de les ramener dans le droit chemin.

Quant à la « mer […. à quinze jours de voyage de cette île] » de l’inscription, d’aucuns (cf. Hagen 348) voudraient y voir la Baie d’Hudson. L’île étant, quant à elle, le promontoire des terres entre-temps asséchées du domaine d’Öhman, où ce dernier découvrit la pierre. Ces deux extrémités géographiques sont reliées l’une à l’autre par un réseau de rivières et de lacs (Nelson River—lac Winnipeg—Red River, entre autres) orienté nord-sud qu’auraient pu emprunter ceux des membres (deux tiers) de l’expédition qui allèrent jusqu’au Minnesota, gravèrent et érigèrent la pierre, puis repartirent, moitié moins nombreux au retour, vers leurs « embarcations ».

d) La langue

La dimension morphologique

C’est là, à notre sens, l’élément intrinsèque le plus confondant pour les théories de l’authenticité. Il est en effet extrêmement difficile de croire que même les variétés les plus progressistes du scandinave continental auraient pu démontrer une morphologie aussi dépouillée en ce début de deuxième moitié de XIVe siècle. Une morphologie qui, en fait, correspond quasiment parfaitement à celle des idiomes continentaux d’aujourd’hui : soit réduite au marquage du pluriel des noms (« göter », « norrmen »), de la flexion adjectivale (« röþe [af bloþ] »), pas de marquage du datif (SG ou PL) en revanche et, pour le verbe, simple marquage du temps (éventuellement aussi du mode ; on ne saurait en juger cependant car le texte est intégralement à l’IND, donc sans contraste de ce point de vue), mais non du nombre ni de la personne : « var » , « haþe » ou « fan[n] » pour « vārom » , « hafþom » et « funnom » respectivement posés pour cette époque.

Les formes lexicales hétérogènes

Entre autres et parmi les plus « gênantes », dano-norvégienne : « opþagelsefarþ » (< « opdagelse+færd ») ; anglaise : « þeþ » (<« dead »).

Ici aussi, bien sûr, on trouve des explications on ne peut plus logiques, Nielsen pour le premier mot, S.N. Hagen pour le deuxième : non « expédition de découverte », mais de « prise de possession des terres » (« uptakelse »), c’est-à-dire de colonisation, et participe passé d’un verbe (« þjá » en vieil islandais et qui pourrait avoir eu la forme [infinitive] « *þē(a) » en vieux suédois) signifiant « torturer » au lieu de l’adjectif « dead » retranscrit « à la norroise ».

On s’en rend facilement compte, il fallait, même avant l’apparition des « feuillets Larsson », avoir recours aux hypothèses les plus contraintes pour apporter réponse aux multiples questions que pose l’inscription.

Nous nous contenterons quant à nous de la voir comme un monument très ingénieux, plein d’esprit et plutôt émouvant, drossé par l’écume de la vague d’immigration scandinave au Nouveau Monde dans le dernier tiers du XIXe siècle, illustrant échanges et transformations entre Scandinavie et Nouveau Monde.

Notes de l’annexe

● Le grand runologue américain James E. Knirk (Université d’Oslo), entre autres, n’a cessé de dénoncer les ouvrages qui paraissent au fil des ans en faveur de l’authenticité de KRS.

On trouvera ses « chroniques » sur Hall, Nielsen et d’autres encore que nous n’avons pas pu citer ici (ils sont trop nombreux), dans les colonnes de la très sérieuse revue Scandinavian Studies de la Society for the Advancement of Scandinavian Studies américaine.

● Rétrospectivement le catalogue de la « malchanceuse » (« timing » malheureux !) exposition de Stockholm amuse par sa « pondération » et son refus de prendre partie pour ou contre l’authenticité de KRS, mais il est loin d’être dénué d’intérêt.

● Si la curiosité du lecteur pour la découverte scandinave de l’Amérique du Nord a été piquée par nos lignes, il lira les fameuses sagas du Vinland, Saga d’Éric le Rouge et Saga (ou Dit) des Groenlandais, soit dans la célèbre Bibliothèque de Philologie Germanique (vol. XVII. Traduites et présentées par M. Gravier), soit, avec des introductions et des notes plus à jour (prise en compte des découvertes archéologiques de L’Anse aux Meadows notamment), dans le volume de la Pléiade (Sagas islandaises) que nous devons à Régis Boyer ou encore dans la collection Penguin Classics (The Vinland Sagas), avec une solide introduction d’une quarantaine de pages rédigées par Gísli Sigurðsson. Et il compulsera enfin avec passion le magnifique catalogue qui accompagna la magistrale exposition itinérante qui, en 2000, marqua avec faste le millénaire de ladite découverte : Fitzhugh, William W. and Elisabeth I. Ward, eds., Vikings : The North Atlantic Saga. Washington: Smithsonian Institution Press, 2000.

Fig b (1 et 2)

Fig b (1 et 2)

Feuillets d’E. Larsson, “Institute for Dialectology, Onomastics and Folklore Research in Umeå”. <http://www.sofi.se/>. Première publication : <http:// www2.sofi.se/daum/katta/ katta13/katta13.pdf> in 2003. Image avec la permission du DAUM.

Top of page

Notes

1 Le « dossier » Kensington est riche en dépositions sous serment (« affidavits ») recueillies auprès des différents acteurs de cette « saga », notamment auprès d’Öhman lui-même, bien sûr, mais aussi de ses fils et voisins, entre autres. Et il y eut sur certains points différentes versions. Ainsi Öhman déclara d’abord avoir découvert la pierre gravée de runes en août, puis en novembre 1898. C’est cette dernière date que retient la recherche.

C’est en outre lui même qui avait changé son nom de famille d’Olsson en Öhman avant de gagner l’Amérique.

2 Lui-même alors professeur à l’Université de Californie (UCLA).

3 « Le Mystère de l’Inscription de Kensington est-il élucidé ? ».

4 L’autre exception, encore plus notable, est la personne du Norvégo-Américain Sivert N. Hagen qui, lui, était spécialiste de philologie germanique / runologie et qui publia en 1950 dans la revue d’études médiévales Speculum une défense assez convaincante de l’authenticité de l’inscription, argumentation d’ailleurs largement reprise par Hall. Malgré ce qui va suivre dans nos présentes pages on en conseillera encore la lecture.

5 Le grand linguiste norvégo-américain, Einar I. Haugen en personne, y fit la plus grosse partie de sa carrière (trente-et-un ans) avant d’être appelé à Harvard. Holand y avait, lui aussi, obtenu une maîtrise (M.A.) dans le domaine en question, ce qui lui confère une certaine autorité quand même ; ce n’était pas en tout cas le complet amateur (comme son successeur, R. Nielsen) que certains ont voulu décrier.

6 Intitulée « Kensingtonstenens gåta »—« The riddle of the Kensington runestone ».

7 Documents dorénavant universellement connus sous l’étiquette de « Larsson papers ».

8 N’oublions pas qu'Olsson/Öhman était arrivé en 1879 aux États-Unis, à l’âge de vingt-cinq ans. Il est décédé au Minnesota en 1935.

9 Rappelons incidemment que l’Age Viking est considéré par les historiens comme s’étendant de 800 à 1050 environ et que l’inscription, si on veut absolument la tenir pour authentique, déborde donc de trois bons siècles la période en question.

10 Banderole d’ailleurs apposée sur le bouclier de l’énorme Viking (« Big Ole »), mascotte acquise à la suite de l’exposition universelle de New York en 1964-65 et chef-d’œuvre de kitsch, qui, totem identitaire, veille maintenant sur la petite ville du fond de sa « Main Street ».

11 Leif Eiríksson, fils d’Eric le Rouge, est, on le sait, crédité par les sagas de la découverte du « Vínland » (= l’Amérique), cinq siècles avant C. Colomb. Le Columbus Day est, quant à lui, fêté le 12 octobre. Voir nos « notes annexes » en dernière page du texte.

12 On se fera en outre une idée précise de cette épopée et de son époque en lisant la passionnante Saga des Émigrants de Vilhelm Moberg, publiée chez le Livre de Poche dans l’admirable traduction de Ph. Bouquet ou bien encore, dans sa version anglaise, le Giants in the Earth de O. E. Rölvaag.

13 On le voit sur le cliché tel qu’il est présenté au musée d’Alexandria. Il s’agit d’un bloc (« slab ») de grauwacke très sombre (presque noir) qui mesure 79 cm de haut, 41 cm de large, 15cm d’épaisseur et pèse 91, 5 kg.

14 À côté de trois signes latins (AVM) et douze numéraux.

15 Voir, par exemple, le fuþark que L. Musset pose pour le XIVe (époque de notre inscription) à la page 318 de sa magistrale Introduction à la Runologie. Aucune trace non plus de ce symbole dans les grands manuscrits runiques médiévaux (Loi scanienne, Plainte de Marie, Codex runicus) connus.

16 Très rarement datés en outre.

17 En 1637 un évêque islandais, un certain Gisli Oddsson, aurait daté à 1342 l’abandon de la foi chrétienne par les Scandinaves du Groenland et leur départ subséquent pour les terres d’Amérique où ils se seraient mélangés aux populations autochtones.

Top of page

List of illustrations

Title Fig a
URL http://journals.openedition.org/caliban/docannexe/image/926/img-1.png
File image/png, 261k
Title Fig b (1 et 2)
Caption Feuillets d’E. Larsson, “Institute for Dialectology, Onomastics and Folklore Research in Umeå”. <http://www.sofi.se/>. Première publication : <http:// www2.sofi.se/daum/katta/ katta13/katta13.pdf> in 2003. Image avec la permission du DAUM.
URL http://journals.openedition.org/caliban/docannexe/image/926/img-2.jpg
File image/jpeg, 266k
Top of page

References

Bibliographical reference

Christophe Bord, « Kensington ou Tintin au pays des Runologues », Caliban, 29 | 2011, 341-354.

Electronic reference

Christophe Bord, « Kensington ou Tintin au pays des Runologues », Caliban [Online], 29 | 2011, Online since 15 May 2015, connection on 01 December 2020. URL : http://journals.openedition.org/caliban/926 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.926

Top of page

About the author

Christophe Bord

CAS, Université de Toulouse-Le-Mirail.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search