Skip to navigation – Site map

HomeNuméros53Introduction

Introduction

Héliane Ventura and Françoise Besson
p. 7-15
This article is a translation of:
Introduction

Full text

1Se remémorer, se souvenir, est-ce oublier le démembrement opéré par la guerre ou au contraire reconstruire les corps mutilés en leur redonnant leur nom, leur image, leur histoire ? La langue, par ses racines, peut raconter en deux mots l’histoire du monde : "dismember" et "remember" se font écho dans la langue anglaise. Une partie du monde démembre ses semblables tandis qu’une autre partie, en se souvenant, leur rend hommage sans doute, mais pour que leur sacrifice empêche ces mutilations organisées qui depuis la nuit des temps et en particulier depuis le siècle dernier, creusent la terre de cicatrices pour en faire une gigantesque tombe collective.

  • 1 Ce colloque sur la Guerre de 14 a été organisé à l'Université Toulouse-Jean Jaurès les 19 et 20 sep (...)

2En cette période de commémoration de la Grande Guerre, les images se multiplient : images d’archives, films et photographies, affiches, peintures et sculptures, la guerre se regarde dans toute son horreur cent ans après. Les images ne peuvent restituer toute l’horreur de cette tragédie planétaire qui a creusé le sol de France de cicatrices qui racontent la guerre dans ces espaces creux que la nature se réapproprie mais sans effacer la trace de souffrance et de mort laissée par le cratère. Dans son ouvrage Flanders Fields, le photographe allemand Stefan Boness a montré ces lieux de la Grande Guerre tels que les paysages des Flandres nous les re-présentent aujourd’hui. Image des livres, comme celui d’Annette Becker, Voir la Grande Guerre, un autre récit, qui a voulu se "placer à hauteur d’œil, voir ce qui a été senti, perçu, restitué du conflit et ce dans le monde entier" (Becker 12) ; images photographiques et cinématographiques, images des textes et images des paysages décomposés et recomposés par la guerre. Le monde cherche à voir pour mieux se souvenir d’une horreur qu’il n’a pas vue en direct et qui a déterminé l’existence du monde libre. Le titre d’un colloque en écho au livre de Didi-Huberman, "Images malgré tout,"1 suggère la réticence qu’il peut y avoir à montrer l’inmontrable, qui pourtant peut apparaître comme un moyen de résistance à l’horreur de la guerre, comme un pas vers la résilience collective qui ne signifie pas l’oubli mais la reconnaissance reconstructrice.

  • 2 L’artiste de guerre officiel William Topham a représenté sa "demeure" pendant qu’il servait dans la (...)

3L’art comme réponse à la violence absolue. Romans, poèmes, pièces de théâtre, musique, films qui évoquent la Première Guerre Mondiale sont explorés dans ce numéro. Dessins de soldats et photographies sont également présents dans le roman de Timothy Findley, et la couverture de ce volume suggère l’importance de la mémoire visuelle. Une tranchée à Verdun en 1916 montre des hommes tristes dans un paysage dévasté où ces arbres calcinés qui apparaissent si souvent dans les représentations de la guerre — dans les tableaux de Paul Nash, les photographies ou les premières séquences du film de Charles Chaplin The Great Dictator —, reproduisent dans le paysage le démembrement des hommes et de la terre transformée en espace vidé de toute vie. Ces arbres mutilés sont aussi le paysage qui entoure le peintre-soldat canadien William Topham. Seul dans un paysage dévasté, devant son abri, il peint ou il écrit.2 Il est dans la guerre, dans ce paysage de mort et de destruction ; il répond au vide et à l’horreur par l’acte tranquille de l’artiste qui dessine ou écrit, geste de survie qui va devenir mémoire pour ceux qui n’ont pas vu l’horreur, une mémoire où les arbres mutilés qui sont pourtant dans le dos de l’artiste, sont présents. "L’artiste à Bottom Wood" ne peut les voir mais le soldat ne peut les effacer et les conserve dans son regard même lorsqu’il ne les voit pas.

4La sélection de romans, poèmes, musique et films que l’on trouve dans ce numéro montre la Première Guerre Mondiale réécrite dans la culture littéraire canadienne comme dans la poésie nigériane, la musique d’avant-garde allemande ou le cinéma anglo-saxon.

  • 3 Walter Seymour Allward (1876-1955), sculpteur de Toronto, en fut le maître d'œuvre et une équipe de (...)

5Si le Canada tient une place importante dans ce volume c’est que les troupes canadiennes ont eu un rôle prépondérant dans l’issue de la guerre. En 1914, le Canada comptait huit millions d’habitants dont six cent mille furent engagés dans cette guerre ; soixante mille d’entre eux moururent pendant le conflit. Le discours officiel au Canada et en dehors a mis l’accent sur la bataille de Vimy qui eut lieu le lundi de Pâques, en 1917. Au cours de cette bataille, quatre divisions de soldats canadiens avancèrent sur une crête dont ils parvinrent à s’emparer. Ce moment est officiellement considéré comme un moment clé de l’histoire de la nation canadienne. Parlant de Vimy en 2007, pendant la cérémonie au cours de laquelle le monument érigé sur la crête était à nouveau consacré, la reine déclara : "ceux qui se demandent à quand remonte le moment fondateur de la grandeur du Canada en tant que tel feront bien de commencer ici à Vimy." le Premier Ministre Steven Harper alla dans le même sens et déclara : "toute nation a un récit de création à faire ; la Première Guerre Mondiale et la bataille de Vimy sont des moments fondamentaux dans l’histoire de notre pays." (Cambridge Companion to the Literature of the First World War). Vimy, lieu fondateur de la nation canadienne, a donné lieu à de nombreuses représentations artistiques. Le monument lui-même, les Portes du Ciel, rend hommage aux 3 598 Canadiens tués et 7 000 blessés pour que l’Europe reste libre. Il est en même temps l’image de la réponse qu’offre l’art à la guerre. Sculpté par des artistes canadiens et italiens3 dans une pierre venue de Croatie et placé sur un territoire canadien situé sur le sol français, peut-être inspiré par les dessins d’un décorateur de théâtre anglais pour la représentation par un dramaturge autrichien d’une tragédie grecque, le monument canadien efface les frontières. Et lorsqu’on le voit se dresser sur la colline au-dessus de la plaine du Pas-de-Calais, près des pelouses vallonnées apparemment paisibles où paissent les moutons, on entend cette terre dont les vallons sont des cratères d’obus habités à nouveau par la vie de la nature, une nature qui montre la paix mais laisse entendre le cri sourd de la terre dont les cicatrices sont partout autour du monument de Vimy. Vimy habite aussi la littérature canadienne, comme le roman de Jane Urquhart The Stone Carvers ou la pièce de Vern Thiessen, Vimy, dont parle Jan Lermitte dans la troisième partie de ce numéro.

6Vimy suscite des œuvres d’art et des discours politiques. Et les exemples de discours officiels comme ceux de la reine d’Angleterre ou du Premier Ministre canadien, qui glorifient la guerre sont à rapprocher de la poésie et des romans patriotiques qui chantent le courage et les souffrances des soldats, et commémorent leur sacrifice. Des romanciers ou des poètes canadiens tels que Bliss Carman, Robert Service, Duncan Campbell Scott, E. J. Pratt, Charles C. D. Robert ou Lucy Maud Montgomery ont parfois écrit de tels hommages mais plus récemment, la littérature canadienne s’est mise à proposer une vision plus critique en révélant le bain de sang dans lequel les soldats ont été entraînés. Les romans de Jane Urquhart, non seulement The Stone Carvers mais également The Underpainter, ou Broken Ground de Jack Hodgins, par exemple, ou encore les poèmes de Madeleine Bowering, sont des dénonciations de l’horreur générée par les guerres.

  • 4 Les articles proposés dans la première partie de ce numéro sont issus de communications présentées (...)
  • 5 Florence Calvet, Jean-Paul Demonchaux, Régis Lamand et Gilles Bornert, "Une brève histoire de la co (...)

7Le roman de Timothy Findley, The Wars est fondé sur cette dénonciation. La première partie de ce numéro lui est consacrée.4 Cette œuvre renouvelle notre vision de la guerre en intégrant des protagonistes rarement évoqués dans les récits de guerre, les animaux. Pourtant, chevaux, mulets de guerre, chiens démineurs, pigeons voyageurs ont eux aussi payé un lourd tribut aux conflits des hommes. A Lille, un monument rend hommage aux 20 000 pigeons tués du côté français.5 Le roman de Timothy Findley nous parle de lapins, de coyotes, de chiens, de chevaux, de hérissons, de grenouilles, il nous parle d’êtres humains devenus autres, devenus animaux, devenus imperceptibles, d’êtres humains qui font alliance avec le monde animal quand le monde humain devient bestial. Le roman de Findley est une œuvre ambivalente qui ne parle pas seulement de la bestialité des guerres et de l’humanité des animaux, mais qui demeure aussi empreinte d’un humanisme profond en dépit des atrocités commises par les hommes. Sherrill Grace aborde la relation entre la vie du romancier et les documents d’archives qu’il a utilisés dans son écriture fictive de la guerre de 14. C’est aux dessins de soldats et aux photographies apparaissant dans le roman que s’intéresse Liliane Louvel. L’ekphrasis y est analysée et elle montre comment" le processus de visualisation d’une image révèle ce qui compte." Corinne Bigot explore l’héritage littéraire de Findley en analysant parallèlement à The Wars le roman de Joseph Boyden Three Day Road pour opérer un décentrement de l’histoire en mettant l’accent sur l’expérience personnelle et celle des individus marginalisés, telles les Premières Nations du Canada. Helen Goethals situe la puissance de The Wars dans la combinaison très particulière du conte et de l’effet poétique. Elle montre à la fois comment la poésie s’insinue dans la prose de ce court roman et comment les sources du roman de Timothy Findley sont les témoignages de la Grande Guerre tels qu’ils ont été découverts et travaillés par les historiens et les critiques culturels dans les années 1970.

8Les poètes et musiciens apportent un autre type de réponse à l’horreur de la guerre : c’est ce qu’étudie la deuxième partie du numéro. Roland Bouyssou nous conduit au cœur de la poésie de Wilfred Owen, "poète de la fraternité et du chagrin" et "poète-prophète," poète "visionnaire même lorsqu’il décrit des scènes de massacre" ou peut-être visionnaire parce qu’il voit le massacre. Lui qui était "tiraillé entre l’objection de conscience et son devoir de solidarité," profondément pacifiste mais qui a choisi de rejoindre ses camarades au front où il a été tué une semaine avant l’armistice, peint la réalité et l’absurdité de la guerre en étant toujours le "poète de la compassion." De la tranchée à la mangrove : Wilfred Owen, comme d’autres poètes combattants britanniques, a influencé les poètes nigérians entre 1966 et 1970, lors de la guerre du Biafra, comme l’explique Nelly Segers. Et les musiciens allemands d’avant-garde du groupe Einstürzende Neubauten rendent hommage aux victimes du conflit en rappelant comment un régiment de musiciens afro-américains, les Harlem Hellfighters, introduisit le jazz en Europe. Maxime Lachaud part d’un entretien qu’il a réalisé avec Blixa Bargeld autour de la performance Lament pour aborder cet élément culturel et historique peu connu.

9La troisième partie offre une perspective pan-européenne et transatlantique sur la guerre dans sa représentation à la scène et à l’écran. Jan Lermitte examine l’élément fondateur qu’a été la bataille de Vimy à travers la pièce de Vern Thiessen et l’approche théâtrale et non réaliste qui est faite de cet événement. Le cinéma a lui aussi beaucoup représenté la guerre. Raphaelle Costa de Beauregard analyse deux adaptations cinématographiques du roman d’Erich Maria Remarque, A l’Ouest rien de nouveau, l’une réalisée peu de temps après la guerre, en 1930, l’autre plus de soixante ans après, en 1980. La guerre n’a pas toujours été traitée sur le mode tragique et cela pose une question : peut-on représenter la tragédie par le rire ? Charles Chaplin répond souvent à cette question. Françoise Besson explore la représentation burlesque que fait le cinéaste de la guerre de 14 dans Shoulder Arms et aussi dans les premières séquences de The Great Dictator. Est examinée la remotivation du langage par la pantomime ; suggérant de voir dans ces films un monde en creux dessiné par une écriture visuelle de l’ellipse, l’article démontre que, loin d’éluder le tragique, Chaplin apparaît comme un satiriste et un humaniste.

10Le volume consacre une dernière partie à la première œuvre du Prix Nobel de littérature Alice Munro, Dance of the Happy Shades avec trois essais de Nicola Chadwick, Lucile Rouet-Bentley et Karis Shearer. 

11Des batailles des Flandres évoquées dans le roman de Timothy Findley The Wars aux Champs Elysées suggérés dans le titre de la première œuvre d’Alice Munro, ce numéro propose un itinéraire à travers les arts — littérature, poésie, théâtre, musique et cinéma ; par ce voyage de mémoire, il s’agit sans doute de rendre hommage mais aussi de suggérer avec des mots le type de réparation que l’on peut tenter de proposer face à l’indicible des actes commis. Il s’agit aussi de montrer comment les artistes œuvrent, par les mots ou les images, pour dire non à la guerre en la dévoilant.

Top of page

Notes

1 Ce colloque sur la Guerre de 14 a été organisé à l'Université Toulouse-Jean Jaurès les 19 et 20 septembre 2014 par Philippe Birgy (CAS), Adèle Cassigneul (CAS), Elsa Cavalié (CAS), Jean-Yves Laurichesse (PLH), Philippe Maupeu (PLH), Laurent Mellet (CAS) et Sylvie Vignes (PLH).

2 L’artiste de guerre officiel William Topham a représenté sa "demeure" pendant qu’il servait dans la Somme, qui fut plus tard détruite par un incendie causé par un obus. "Ma demeure à "Bottom Wood" — à peu près à mi-chemin entre Mametz et Contalmaison. Dans la tranchée, on peut voir l’entrée d’un vieil abri allemand. Le toit en tôle ondulée est recouvert de branches pour le dissimuler à la vue des avions." 
William Topham, catalogue du Musée Canadien de l'Histoire,

http://collections.civilization.ca/public/pages/cmccpublic/emupublic/Display.php?irn=1015791 consulté le 31 mars 2015.

3 Walter Seymour Allward (1876-1955), sculpteur de Toronto, en fut le maître d'œuvre et une équipe de sculpteurs notamment italiens y participa. Voir Jacqueline Hucker, and Julian Smith. Vimy. Canada's Memorial to a Generation (Ottawa: Sanderling Press, 2012). Je tiens aussi à exprimer toute ma reconnaissance à Gilbert Billaud, pyrénéen et habitant de Vimy, pour toutes les recherches qu'il a effectuées sur le monument avant de partir au-delà des "Portes du Ciel" sculptées au-dessus de la plaine.

4 Les articles proposés dans la première partie de ce numéro sont issus de communications présentées lors d'une journéee d'étude consacrée à Timothy Findley et organisée par Héliane Ventura le 13 décembre 2013 à l'Université de Toulouse-Jean Jaurès : "L'image de guerre et la représentation de la violence/ Relire  The Wars de Timothy Findley."

5 Florence Calvet, Jean-Paul Demonchaux, Régis Lamand et Gilles Bornert, "Une brève histoire de la colombophilie," in Revue historique des armées 248 (2007) : 93-105. [En ligne], 248 | 2007, mis en ligne le 13 juin 2008, consulté le 3 novembre 2014. URL : http://rha.revues.org/1403

Top of page

References

Bibliographical reference

Héliane Ventura and Françoise Besson, « Introduction », Caliban, 53 | 2015, 7-15.

Electronic reference

Héliane Ventura and Françoise Besson, « Introduction », Caliban [Online], 53 | 2015, Online since 24 August 2015, connection on 23 January 2022. URL : http://journals.openedition.org/caliban/949 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caliban.949

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search