Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

La revue Caliban a été fondée en 1964. Prenant le titre d’Anglophonia/Caliban de 1997 à janvier 2014, où elle paraissait annuellement en alternance avec la revue de linguistique Anglophonia/Sigma, elle a repris en 2014 le titre original de Caliban. Elle paraît au rythme de deux numéros par an. La revue est consacrée aux littératures et civilisations de langue anglaise (Iles britanniques, Etats-Unis, Canada, Afrique, Australie, Nouvelle-Zélande, Inde, Caraïbes, etc...). Chaque numéro est thématique et privilégie les recherches récentes dans les domaines de la littérature, de la civilisation et aussi des arts visuels. Il offre notamment aux jeunes chercheurs une possibilité de faire connaître leur recherche.

Illustration du bandeau: « L’Ile de la Tortue, vue de l’embouchure des Trois-Rivières », gravure sur bois originale, dessin de Th. Weber, d’après un croquis de Luis Antonio, in Edgar La Selve, La république d’Haïti, ancienne partie française de Saint-Domingue, Le tour du monde, 1871.

Dernier numéro en ligne
60 | 2018
La Vie de l’oubli dans la littérature britannique des XXe et XXIe siècles

The Life of Forgetting in Twentieth- and Twenty-First-Century British Literature
Sous la direction de Adèle Cassigneul et Sylvie Maurel
Couverture Caliban 60 - 2018
Informations sur cette image
Crédits : image de couverture : © Daisy Patton

Les textes présentés dans ce numéro sont issus de deux journées d’étude organisées par l’équipe d’accueil Cultures anglo-saxonnes en mars 2017 et mai 2018 à l’université Toulouse - Jean Jaurès. Ils s’intéressent à l’oubli dans la littérature britannique des XXe et XXIe siècles et cherchent à esquisser un ars oblivionis, une poétique de l’oubli, où les traces spectrales du passé sont investies d’un pouvoir libérateur et donnent lieu à de nouvelles configurations narratives. En se fondant notamment sur les travaux de Ricœur et d’Augé, ils envisagent la mémoire et l’oubli non comme les termes d’une opposition mais comme deux alliés indissociables : l’oubli n’est autre que « la condition de la mémoire » (Ricœur), « la force vive de la mémoire » (Augé). Explorant le lien fécond qui unit mémoire et oubli, les articles rassemblés ici mettent en évidence ce que Derrida nomme « la vie de l’oubli », l’appropriation vivante de présences oubliées, saisies dans leur perte même et transfigurées en présences inédites. Ainsi l’oubli n’est-il pas seulement « la condition de la mémoire » ; il est la forge de l’imaginaire, la condition de la créativité. De ses survivances lacunaires surgissent les poèmes et récits dont on nous parle ici.

  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search