Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Comptes RendusPablo E. PÉREZ-MALLAINA BUENO, La...

Comptes Rendus

Pablo E. PÉREZ-MALLAINA BUENO, La metrópoli insular : rivalidad comercial canario-sevillana (1650-1708)

Sta. Cruz de Tenerife, Ediciones IDEA, 2008
Michel Bertrand
p. 283-285
Référence(s) :

Pablo Emilio PÉREZ-MALLAINA BUENO, La metrópoli insular : rivalidad comercial canario-sevillana (1650-1708), Sta. Cruz de Tenerife, Ediciones IDEA, 2008, 136 p.

Texte intégral

1Dans un nouveau petit livre, le spécialiste des espaces maritimes coloniaux qu’est Pablo E. Pérez-Mallaina Bueno revient sur un sujet très classique mais non dénué d’intérêt, à savoir les échanges commerciaux entre Espagne et Amérique à l’époque coloniale. Plus précisément, les deux textes ici réunis abordent la question pour la seconde moitié du XVIIe siècle à partir d’un angle d’attaque commun, à savoir la rivalité commerciale quasi permanente entre commerçants sévillans et canariens. Depuis 1503 et la création de la Casa de la Contratación, les premiers s’étaient vu attribuer le monopole de ces échanges commerciaux alors que les seconds profitaient de la situation des îles Canaries, escale obligée entre Séville et les ports américains autorisés. En d’autres termes, la problématique de l’ouvrage renvoie aux dénonciations des premiers accusant les seconds de mettre à mal leur privilège en s’adonnant à ce qu’ils assimilent à de la contrebande. Quant aux seconds, ils justifient leur participation en en minimisant la réalité économique tout en s’appuyant sur les concessions qui leur étaient régulièrement délivrées.

2Le premier texte analyse l’argumentation de chacune des deux parties dans ce conflit au long cours en examinant les arguments mobilisés par les deux corporations en présence et en les confrontant aux sources disponibles même si, et par définition, mesurer la réalité d’une contrebande reste chose particulièrement difficile. Partant des dénonciations des Sévillans, la première conclusion à laquelle débouche l’auteur est celle de la réalité de cette « contrebande », les échanges des Canariens dépassant largement les limites qui leur étaient légalement imposées. Dans un second temps, il s’attache à la reconstruction du système de contrebande permettant de tels abus. Dans ce domaine, il retrouve ce que d’autres, sous d’autres latitudes coloniales, qu’il s’agisse de Veracruz ou de Buenos Aires, avaient déjà mis en évidence. Aux Canaries comme ailleurs, on retrouve la présence de commerçants étrangers résidant en Andalousie, le recours à des commerçants insulaires servant d’intermédiaires, l’intervention de marins acceptant d’accompagner la marchandise et enfin le silence complice des autorités locales percevant en échange le fameux «buen pasaje».

3Face à ces dénonciations, quels sont les arguments des Canariens afin de plaider leur cause ? A leurs yeux, l’essentiel repose sur l’idée de laisser à ces îles suffisamment d’autonomie afin de leur permettre d’assurer la défense des îles, garantie évidente à la pérennité de la route des Indes. Autrement dit, loin de se défendre sur le fond de la querelle, ils mettent en avant les avantages qu’en retire très directement la couronne. Pourtant, comme le démontre l’auteur dans son analyse, les profits tirés du non-respect des restrictions légales imposées au commerce canarien étaient loin d’être marginaux pour ses bénéficiaires : les gains obtenus de ces opérations commerciales irrégulières étaient cinq fois supérieurs à celles respectant les règles de la Carrera de Indias

4Le second texte du livre s’appuie sur les débats suscités dans l’entourage de la couronne à propos de la situation du commerce transatlantique à l’aube du XVIIIe siècle. La période ne résulte bien sûr pas du hasard : correspondant à la guerre de Succession d’Espagne, elle coïncide avec une époque durant laquelle la moindre capacité espagnole à assurer le contrôle de la Carrera est la plus manifeste. C’est cette situation de crise qui suscita auprès de la nouvelle dynastie propositions et suggestions afin de restaurer un commerce vital pour la métropole.

5Après avoir étudié la situation de ce commerce sous l’angle de la participation canarienne, l’auteur propose une analyse des débats menés au sein de la Junta de Restablecimiento del Comercio. Il souligne d’abord l’importance acquise par le commerce des Canaries à une période où la métropole n’arrive que très marginalement à maintenir son lien commercial. Cette position acquise se manifeste d’ailleurs dans le simple fait que ladite junte, destinée au départ à réfléchir sur le commerce espagnol, consacra une part de son travail de réflexion à la question canarienne. Dans le même temps, les ports métropolitains à monopole – à savoir Séville et Cadix – n’eurent de cesse de défendre leurs intérêts auprès de la Junte, freinant ainsi toute velléité réformatrice radicale. Il est vrai qu’ici les deux parties ne jouaient pas à armes égales. Pour l’essentiel, les Canariens ne trouvaient à mobiliser que leurs arguments traditionnels. A l’inverse, les Andalous pouvaient faire valoir les nombreux prêts octroyés à la couronne pour répondre à la situation de crise dans laquelle elle se trouvait et faire ainsi valoir leurs intérêts… Aussi, si des mesures radicales furent bien débattues dans le cadre de cette junte – suppression des flottes, disparition du monopole portuaire – les Andalous imposèrent finalement sans réelle difficulté leur point de vue. Pourtant, et contrairement à ce que ces derniers affirmaient, les responsables du déclin du commerce espagnol des Indes n’étaient pas vraiment les Canariens, leurs traditionnels rivaux. La cause de l’effondrement commercial espagnol aux Indes au début du XVIIIe siècle est en réalité davantage à rechercher dans la présence des commerçants étrangers, tout spécialement français. Ces derniers, forts de l’Union des deux Couronnes, virent s’ouvrir largement à eux le marché américain et l’inondèrent de marchandises sans passer par leurs intermédiaires légaux habituels. Si les Canariens tirèrent probablement mieux leur épingle du jeu que les Andalous, ils n’en restèrent pas moins, à cette époque, dans une position secondaire par rapport aux commerçants étrangers.

6Ce petit livre de Pablo-Emilio Pérez-Mallaina vient apporter un éclairage, sans doute ponctuel mais richement documenté, sur l’état du commerce transatlantique de la seconde moitié du XVIIe siècle. A ce titre il offre, sur un sujet certes déjà largement balisé, des compléments de connaissances d’un réel intérêt et d’une grande précision d’analyse à partir de sources parfaitement maîtrisées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Pablo E. PÉREZ-MALLAINA BUENO, La metrópoli insular : rivalidad comercial canario-sevillana (1650-1708) »Caravelle, 92 | 2009, 283-285.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Pablo E. PÉREZ-MALLAINA BUENO, La metrópoli insular : rivalidad comercial canario-sevillana (1650-1708) »Caravelle [En ligne], 92 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/10284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.10284

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search