Navigation – Plan du site

AccueilNuméros92Comptes RendusGuilberto GUEVARA NIEBLA, 1968. L...

Comptes Rendus

Guilberto GUEVARA NIEBLA, 1968. Largo camino a la democracia

México D.F., Ediciones Cal y Arena, 2008
Nadia Errachidi
p. 288-290
Référence(s) :

Guilberto GUEVARA NIEBLA, 1968. Largo camino a la democracia, México D.F., Ediciones Cal y Arena, 2008, 243 p.

Texte intégral

1Issu d’une famille modeste de l’état du Sonora, Guilberto Guevara Niebla quitte le foyer familial en 1964 pour intégrer la faculté de biologie de la UNAM, à Mexico. Quelque temps après son arrivée dans la capitale, il devient membre de la Jeunesse Communiste, une organisation du Parti Communiste Mexicain (PCM) qui avait pour ambition de recruter et de former la jeunesse mexicaine. A l’époque, les membres du Parti Communiste et de la Jeunesse Communiste agissaient dans la clandestinité, le parti n’était pas reconnu légalement et souffrait de nombreuses persécutions de la part du Parti de la Révolution Institutionnelle (PRI), le parti gouvernemental au pouvoir de 1929 à 2000. Guilberto Guevara entre rapidement en désaccord avec l’orientation politique et la direction du parti. Il quitte la Jeunesse Communiste et est élu, peu de temps après, représentant de la Sociedad de Alumnos, l’organisation étudiante de sa faculté. Mais c’est surtout son engagement en 1968 en tant que représentant du Conseil National de Grève (CNH), l’organe décisionnel du mouvement, qui va faire de lui une figure importante du mouvement, en même temps que cela va bouleverser sa vie. Après le massacre du 2 octobre 1968, Guevara Niebla est emprisonné pendant deux ans, puis exilé au Chili et au Pérou. A son retour au Mexique, il lui est difficile de reprendre une vie normale, hanté par les souvenirs douloureux de cette expérience traumatique. Alors qu’il avait entamé une formation en biologie, il décide de se consacrer à l’éducation. En ce qui concerne sa vie personnelle, il ne réussit pas à sauver son mariage, et tombe dans l’alcoolisme et la dépression. Ce n’est que dix ans plus tard, en 1978, qu’il commence un véritable travail de mémoire et de deuil en racontant son expérience. Toutefois, Guevara Niebla ne se contente pas de témoigner de son histoire personnelle. Dans tous ses ouvrages sur le sujet, qu’il s’agisse de La democracia en la calle, ou de La libertad nunca se olvida, publiés en 1988 et 2005, il propose aussi une analyse des faits, de leurs causes et de leurs conséquences. Ses écrits ont ainsi permis d’enrichir une historiographie plus riche en témoignages qu’en ouvrages d’analyse à proprement parler.

2Publié en 2008, 1968. Largo camino a la democracia, est une synthèse des réflexions que l’auteur a nourries sur le mouvement et la vie politique mexicaine durant les quarante dernières années. Dans cet ouvrage, qu’il adresse plus particulièrement à la nouvelle génération dont il regrette le peu d’intérêt pour la politique, il ne revient pas sur le déroulement des faits, mais insiste davantage sur leurs conséquences politiques et sur certains aspects problématiques de ce mouvement.

3En introduction, il annonce que son analyse est construite à partir d’une prise de position démocratique : «Mis juicios se construyen desde una postura democrática». L’argument que Guevara Niebla défend dans tous ses ouvrages porte effectivement sur la nature démocratique du mouvement, et il insiste sur cet aspect en opposition à d’autres lectures du mouvement. En 1968, deux conceptions s’affrontaient au sein du CNH, d’un côté les réformistes, qui voyaient dans le pleito petitorio (les six demandes faites par les étudiants et adressées au gouvernement en 1968) et la lutte pour l’ouverture démocratique du pays une fin en soi, et de l’autre, les défenseurs de l’idée révolutionnaire, pour qui l’objectif final était le socialisme. Cet aspect est fondamental pour comprendre l’après 1968 et la trajectoire de la gauche mexicaine. L’expérience de Guevara Niebla au sein du Parti Communiste quelques années avant 1968 lui a probablement permis d’acquérir une maturité politique que beaucoup d’étudiants n’avaient pas à l’époque. Ses connaissances de la vie politique mexicaine l’ont amené à se montrer plus vigilant et plus lucide quant aux objectifs à atteindre et à la manière d’agir politiquement, de formuler les demandes auprès du gouvernement, etc. Pour lui, comme pour d’autres membres importants du CNH, tel Raúl Alvarez Garín, le Mexique n’était pas prêt pour une révolution socialiste, il fallait avant tout poser les bases d’une démocratie digne de ce nom. L’année 1968 est le point de départ d’une réflexion plus large sur la société mexicaine et sur son long processus de démocratisation. Pourtant, l’idée qui consiste à voir dans le mouvement le début de ce processus démocratique n’est défendu que partiellement. Pour Guevara Niebla, on ne peut pas réduire le mouvement à cet unique aspect sans risquer de tomber à nouveau dans l’idéalisation et le mythe. 1968 n’est pas que cela, il s’agit d’un phénomène plus complexe, et si le mouvement a permis d’ouvrir les voies de la démocratie, l’auteur ne manque pas de rappeler que ce chemin a été, et reste, semé d’embûches.

4L’ouvrage est divisé en trois chapitres et pour chacun d’entre eux, l’auteur organise sa réflexion autour de grands thèmes qui suivent un ordre chronologique. Dans un premier temps, il propose une vision rétrospective de l’après 1968 et revient surtout sur les effets néfastes du mouvement. La répression du 2 octobre a provoqué une très forte rupture, à la fois morale et politique. La déception collective, la perte de confiance dans la démocratie ont amené à la dépolitisation d’une partie de la population, et à la radicalisation d’une autre. Pour l’auteur, les événements de 68 ont aussi déterminé la trajectoire de « la gauche » mexicaine à partir des années 1970. Guilberto Guevarra Niebla se définit comme un homme de gauche («La izquierda, en la cual me reconozco», p. 16), pourtant, il est l’un des auteurs les plus critiques de « la gauche » mexicaine. Il dénonce aussi bien les faiblesses et les contradictions de la gauche de parti, en particulier celle du Parti Communiste Mexicain qui n’a pas soutenu les étudiants en 68, que la gauche radicale qui se développe après 1968 et dont le mouvement de guérrilla des années 1970 est l’exemple le plus parlant. Toutefois, il nuance son analyse en rappelant que 1968 a aussi permis un certain renouvellement de « la gauche » mexicaine avec la création de nouveaux partis, et abouti à la création de Parti de la Révolution Démocratique (PRD) en 1988.

5Il revient ensuite sur un autre aspect problématique de l’histoire de ce mouvement qui est celui de la mémoire. L’auteur fait une analyse critique de l’historiographie du mouvement, et veut écrire en marge des mythes. Aussi bien ceux de la gauche qui exagère les conséquences de 1968, que ceux de la droite qui les minimise («Quiero escribir al margen de los mitos de la izquierda que exageran el sgnificado de 1968; mitos de la derecha que descalifican la protesta de aquel año», p. 16). Il convoque les grands théoriciens de la mémoire, tel Maurice Halbwasch, pour rappeler que la mémoire n’est pas seulement une faculté individuelle, mais qu’il s’agit aussi un phénomène social. Selon lui, la mémoire de 68 s’est diluée au fil du temps et des interprétations, et le Mexique a besoin de revoir son passé afin de faire un véritable travail de deuil.

6Dans une dernière partie enfin, il revient sur le contexte social et politique des années 1970. Il insiste sur certains aspects essentiels de cette période tels que les problèmes de l’université, de l’éducation, la difficile modernisation du pays, il évoque aussi la culture et la contre-culture de ces années-là, le manque de libertés individuelles, etc. Pour Guevara Niebla, il s’agit d’une période décisive dans l’histoire du Mexique contemporain, celle d’une mutation culturelle qui a transformé les institutions qu’elle questionnait, telles que l’Etat, la famille, l’école et les médias.

7La capacité critique et autocritique dont fait preuve l’auteur dans cet ouvrage permet de renouveler l’historiographie sur le sujet. Guevara Niebla ne propose pas seulement une réflexion sur le passé, il pose aussi les bases d’une réflexion plus approfondie sur des thèmes d’actualité. En choisissant de travailler par thèmes, l’auteur fait véritablement le tour de la question et rend son travail très abordable. Nous pouvons dire sans exagérer qu’il s’agit d’un outil indispensable pour comprendre l’évolution sociale et politique du Mexique depuis 1968, et l’un des rares qui soit l’oeuvre d’un ancien membre du mouvement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Errachidi, « Guilberto GUEVARA NIEBLA, 1968. Largo camino a la democracia »Caravelle, 92 | 2009, 288-290.

Référence électronique

Nadia Errachidi, « Guilberto GUEVARA NIEBLA, 1968. Largo camino a la democracia »Caravelle [En ligne], 92 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/10299 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.10299

Haut de page

Auteur

Nadia Errachidi

Université de Toulouse-Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search