Navigation – Plan du site

AccueilNuméros116Comptes rendusCarmen Mena García, José Antonio ...

Comptes rendus

Carmen Mena García, José Antonio Díaz Reina, El abogado que dibujó el mundo, Martín de Enciso (1469-1533), Una biografía apasionante

Séville, Editorial Universidad de Sevilla, 2020, 300 p.
Bernard Lavallé
p. 213-215
Référence(s) :

Carmen Mena García, José Antonio Díaz Reina, El abogado que dibujó el mundo, Martín de Enciso (1469-1533), Una biografía apasionante, Séville, Editorial Universidad de Sevilla, 2020, 300 p.

Texte intégral

1Voici (enfin, serait-on tenté d’écrire) une biographie passionnante d’un personnage aussi complexe et important que mal connu. Quiconque s’est intéressé aux premières décennies de l’histoire américaine a forcément rencontré Martín Fernández de Enciso. Les historiens de cette période parlent de lui, mais, en général, sans s’attarder et presque toujours de façon négative ou avec à tout le moins des réserves, parfois sévères, quant à son action.

2Pour commencer, on ne connaissait presque rien de ses origines, de sa naissance dont même la date était incertaine. On sait désormais avec précision qu’il provenait de la Rioja, avait fait des études juridiques, sans doute à Salamanque, et avait acquis aussi de solides savoirs en géographie et en astronomie. Les auteurs de ce livre retracent également comment, grâce à ses appuis familiaux, il fut alcalde de Logroño puis teniente de corregidor de la ville tout en se livrant à des activités commerciales qui semblent n’avoir pas toujours été d’une clarté absolue et lui valurent quelques problèmes. C’est d’ailleurs à la suite d’un procès en diffamation qu’Enciso se vit condamné à l’exil de sa province et, en principe, à la privation de sa charge d’avocat, ce qui le conduisit à partir pour Séville et, au-delà, les Îles.

3La vie d’Enciso allait se dérouler dès lors en Amérique et dans les lieux de pouvoir espagnol de l’époque. Ses séjours américains sont la partie la mieux connue dans la mesure où les « chroniqueurs » parlent souvent de lui, encore qu’ils ne soient pas forcément des sources fiables étant donné les luttes et les rivalités de clans si vives dans la jeune Amérique et dans lesquelles Enciso fut loin d’être un intervenant secondaire. Ils soulignent aussi le caractère du personnage dont le comportement en ce qui concernait l’application et au respect de la loi, la défense égoïste de ses intérêts et sa relation aux autres semble bien avoir été pour le moins problématiques si l’on en juge par l’unanimité qu’il fit contre lui partout où il passa.

4Carmen Mena García, sans doute la meilleure spécialiste de l’histoire de ces régions à cette époque, le montre ainsi lors de ses premiers pas américains à Santo Domingo, puis sur le continent même dans le golfe d’Urabá et ensuite à Santa María de la Antigua alors « capitale » du précaire établissement espagnol sur cette partie du continent et qui fut fondée par ses hommes. Le bilan d’Enciso y fut maigre. Il y démontra à la fois son manque d’expérience dans les entreprises de conquête, ses piètres dons de meneur d’hommes et ne ressortit pas grandi de ses affrontements avec Vasco Núñez de Balboa avant qu’il ne soit victime d’une sorte de conspiration qui lui valut d’être un temps emprisonné et finalement expulsé des territoires où il avait exercé l’autorité suprême. Revenu en Espagne, il ne devait avoir de cesse de se venger et allait y employer tout son art d’avocat et de manipulateur dans l’ombre.

5Ces événements ont depuis longtemps été retracés. En revanche, son rôle auprès des instances du pouvoir en Espagne est moins connu, et il est à mettre au crédit de ce livre de s’y attarder longuement et de manière éclairante. Si l’histoire de la jeune Amérique espagnole s’écrivait alors dans le sang sur le terrain des conquêtes, elle se jouait aussi dans les débats juridiques, moraux et, en fin de compte, politiques que la nouveauté absolue des choses d’outre-Atlantique suscitait dans les milieux de gouvernement en Castille. Le chapitre consacré au rôle d’Enciso, au plus près du roi Ferdinand, sur la question des justes titres de la Couronne aux Indes ou à propos du sens et de rôle à donner au requerimiento est à cet égard très éclairant et, à bien des égards, neuf.

6En récompense, quelques mois avant la signature des fameuses lois de Burgos, Enciso fut nommé regidor du cabildo de Santo Domingo tout en continuant d’être auprès du roi un conseiller particulièrement proche pour les affaires américaines. Il en profita pour se faire nommer alguacil mayor de la Terre Ferme, poste parfait pour mener à bien son désir de vengeance contre Balboa.

7Le second séjour d’Enciso dans le Darién fut bref, moins de deux ans. Il s’allia avec Pedrarias Dávila contre Balboa et finit par arriver à ses fins, activité qui semble l’avoir davantage occupé que les correrías dans l’arrière-pays auxquelles il préférait le commerce et plus encore la chicane. Il rentra en Espagne au début de l’année 1516.

8Reprenant ses vieilles habitudes, il se rapprocha de la Cour alors dans l’attente du nouveau souverain, Charles premier. En bon arbitrista, il adressa au gouvernement des mémoires où il exposait les problèmes dont souffrait alors la relation avec les lointaines colonies, en particulier sur le plan fiscal, dans le domaine de l’augmentation considérable des prix pratiqués en Amérique et des difficultés à fournir au Nouveau Monde certains produits indispensables.

9Bien plus ambitieuse, et d’un autre ordre, fut la rédaction de la Suma de Geographía publiée à Séville en 1519 qui devait susciter plus tard des avis assez contrastés mais qui s’inscrit bien dans la tradition chorographique alors à la mode. On s’est plus intéressé à ce que dit la Suma des Indiens, puisque, on l’a vu, il fut au plus près des bureaux où se définissait l’attitude à avoir envers eux.

10On le retrouve d’ailleurs quelques années plus tard, en 1526, lorsque furent débattues les ordonnances sur le bon traitement des Indiens et quand il prit fait et cause pour la défense des intérêts coloniaux et royaux contre ceux que des problèmes moraux et religieux poussaient à remettre en cause bien des pratiques de la Conquête.

11Il en fut récompensé. Les conquêtes étant de nouveau autorisées, Enciso fut nommé gouverneur dans la région du Cabo de la Vela sur la côte aujourd’hui colombienne. Le livre relate tous les préparatifs mais aussi comment cette concession finit par être annulée à la fois pour des raisons qui sont expliquées mais aussi pour d’autres plus obscures et qui tenaient sans doute à l’incroyable somme de haines accumulées par Enciso.

12Ce livre extraordinairement bien documenté sait insister sur les points les plus intéressants et neufs de ce parcours vital étonnant. Il est indispensable pour compléter nos connaissances sur les rivalités et les jeux de pouvoir dans l’ombre sans lesquels on ne comprend guère l’arrière-fond des débats et des luttes sur les questions concernant alors l’Amérique et sur les décisions qui allaient marquer, dans des sens parfois contradictoires, la politique espagnole à son égard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Carmen Mena García, José Antonio Díaz Reina, El abogado que dibujó el mundo, Martín de Enciso (1469-1533), Una biografía apasionante »Caravelle, 116 | 2021, 213-215.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Carmen Mena García, José Antonio Díaz Reina, El abogado que dibujó el mundo, Martín de Enciso (1469-1533), Una biografía apasionante »Caravelle [En ligne], 116 | 2021, mis en ligne le 18 août 2021, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/11018 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.11018

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search