Navigation – Plan du site

AccueilNuméros116Comptes rendusSébastien Rozeaux, Préhistoire de...

Comptes rendus

Sébastien Rozeaux, Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au xixe siècle

Le Poisson Volant, 2019
Laurent Vidal
p. 227-228
Référence(s) :

Sébastien Rozeaux, Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au xixe siècle, Le Poisson Volant, 2019.

Texte intégral

1Avis aux amateurs ! La bibliothèque dédiée à l’amitié luso-brésilienne vient de s’enrichir d’une nouvelle enquête. Et son auteur, Sébastien Rozeaux, n’a pas mesuré son investissement pour construire cette Préhistoire de la lusophonie, ou plutôt, cette généalogie – car il s’agit évidemment bien d’une histoire ! Certes, la période étudiée se situe bien en amont de la date de l’institutionnalisation d’une communauté lusophone interétatique, avec la création de la Communauté des pays de langue portugaise en 1996. Mais pour autant, durant le siècle qui suit la date de l’indépendance du Brésil (1822), c’est bien une histoire qui se noue entre intellectuels, romanciers, critiques et même migrants du Portugal et du Brésil, pour donner forme, au-delà des mouvements pan-nationalistes, à l’ébauche d’un espace culturel luso-brésilien.

2C’est ainsi dans le cadre d’une histoire culturelle transnationale, aussi exigeante que rigoureuse, que s’inscrit l’étude de Sébastien Rozeaux. La formation, d’un rivage à l’autre, d’un champ littéraire mais aussi d’un espace de presse culturelle et illustrée est au cœur de cette enquête. On y trouve des passeurs, à l’exemple d’Inocêncio Francisco da Silva, auteur d’un Dicionário bibliográfico português en 9 volumes (publié en 1858 et 1870), qui « connecte progressivement les lettres portugaises et brésiliennes dans la deuxième moitié du xixe siècle » (p. 55). On y trouve également des revues aussi, à l’exemple de la revue Atlântida, ce « mensuel artistique, littéraire et social pour le Portugal et le Brésil » (p. 201) fondé en 1915 sous la direction conjointe de João de Barros et João do Rio, qui envisage de fonder une « confédération luso-brésilienne ». On y trouve évidemment des correspondants de presse, des éditeurs et des écrivains, sans oublier les sociétés culturelles implantées dans la colonie portugaise de Rio de Janeiro, telles le Grêmio Literário Português ou le Retiro Literário Português.

3Dans le cadre de cette démarche transnationale, l’auteur n’oublie pas d’évoquer la mise en place d’un réseau international d’information (p. 226-232), ou encore le rôle des correspondants de presse (fonctions souvent occupées par des écrivains se transformant en chroniqueurs). C’est assurément l’un des points forts de l’enquête. On aurait peut-être aimé, à l’heure de la synthèse, que l’auteur tente d’aller encore au-delà de la lecture en ligne droite de ces relations, pour mettre en lumière des processus de triangulation et la place de ces relais (hors espace lusophones), afin de montrer combien l’invention de cette amitié luso-brésilienne, au xixe siècle, a aussi été dépendante de métropoles culturelles internationales.

4Organisée en deux parties (« L’espace littéraire luso-brésilien, une utopie ? », « Le Brésil, “terre d’avenir” ») cette enquête s’achève sur un paradoxe : « si les Portugais sont très souvent à l’initiative pour faire vivre l’esprit de communauté entre les deux pays, force est de constater que c’est le Brésil qui se montre le plus ouvert à la littérature portugaise » (p. 283), grâce notamment à la diffusion des revues, bien plus accessibles financièrement que les livres. Elle souligne également combien, à l’heure du centenaire de l’Indépendance, prend forme une nouvelle distanciation, entre un Brésil qui se tourne vers l’Europe et l’Amérique du Nord « pour se construire comme nation autonome, alors que le Portugal peine à détourner les yeux de l’ancien joyau de son empire » (p. 291).

5Nul doute, au terme de cette lecture, que l’ouvrage figurera en bonne place dans les bibliothèques dédiées à la lusophonie, sans oublier celles des histoires culturelles transnationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Vidal, « Sébastien Rozeaux, Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au xixe siècle »Caravelle, 116 | 2021, 227-228.

Référence électronique

Laurent Vidal, « Sébastien Rozeaux, Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au xixe siècle »Caravelle [En ligne], 116 | 2021, mis en ligne le 18 août 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/11064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.11064

Haut de page

Auteur

Laurent Vidal

Université de La Rochelle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search