Navigation – Plan du site

AccueilNuméros117Comptes rendusMaría Inés Tato, Luis Esteban Dal...

Comptes rendus

María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (dir.), La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo xx. Una historia social y cultural

Rosario, Prohistoria Ediciones, 2020, 184 p.
Frédérique Langue
p. 227-230
Référence(s) :

María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (dir.), La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo xx. Una historia social y cultural, Rosario, Prohistoria Ediciones, 2020, 184 p.

Texte intégral

1Un autre ouvrage sur les Malouines ? Devant la profusion des études, articles, œuvres de fiction et autres exégèses consacrées au seul conflit guerrier international auquel l’Argentine a participé au cours du xxe siècle, face aux récurrences mémorielles, politiques et médiatiques du sujet, revenir sur un épisode ancré dans un imaginaire à la fois politique et culturel et une histoire récente amplement partagée voire consensuelle (notamment pendant les 74 jours que dura le conflit) ne manque cependant pas d’intérêt. Et plus encore lorsque les contributeurs – au premier titre María Inés Tato – sont des spécialistes reconnus des conflits armés, en particulier de la Ire Guerre mondiale, et qu’un témoin direct de cette histoire du temps présent, un vétéran de la Guerre des Malouines, participe lui aussi à cette réélaboration à plusieurs mains. Une dimension est en effet fréquemment oubliée lorsqu’on aborde l’événement : celle d’une souveraineté argentine qui s’inscrit de fait dans le long terme. La question de l’identité nationale s’est en effet posée dès 1833, lors de l’occupation par le Royaume-Uni de cet archipel austral. Le conflit suivant, celui de 1862, allait réactiver un nationalisme qui couvait sous la cendre, et que nombre de gouvernements n’hésitèrent pas à invoquer ultérieurement, comme le montrent plusieurs chapitres de l’ouvrage. Les interprétations du conflit sont certes plurielles, et l’une des qualités premières de l’ouvrage est à cet égard, non seulement de faire la part des choses dans une historiographie profuse, mais également de convoquer aussi bien l’interprétation militaire et l’explication politique classiques qu’une approche, beaucoup plus novatrice et ouverte, en termes d’histoire sociale et culturelle.

2Le « conflit de l’Atlantique sud » de 1982, puisque telle est également sa dénomination, ne se réduit donc pas ici à sa seule dimension diplomatico-militaire et par conséquent étroitement chronologique, ou à des interprétations générales dérivées du seul contexte politique national. Les interactions entre le phénomène de la guerre et la société civile sont en effet au cœur de cette réflexion, aussi bien du point de vue de la méthodologie adoptée que des conséquences, pas toujours perceptibles, que le conflit entraîna sur le plan social et culturel. À partir d’un objet devenu dans le contexte argentin un objet classique de la réflexion historienne, des questions nouvelles sont formulées, autrefois considérées comme marginales. Cette perspective rejoint de la sorte une orientation majeure de l’historiographie de la guerre, davantage portée sur les imaginaires et les représentations sociales, les formes de mobilisations, l’appréhension du combat autrement que par les armes et en recourant à une institution militaire. De même convient-il de relativiser la nature des acteurs en présence, combattants ou non, aussi bien individuels que collectifs, de considérer les assignations de genre, de revisiter les émotions convoquées ou vécues, et, enfin, les mémoires de l’événement à ses différentes échelles. L’ouvrage s’appuie en effet sur des témoignages, ceux des vétérans, ainsi que sur les « mémoires sociales » du conflit.

3Le concept de mobilisation lui-même est pris en compte dans une perspective globale : la mobilisation de l’opinion publique, telle que la définit John Horne, acquiert une importance décisive car étroitement liée aux incertitudes de l’identité nationale. Elle est certes dépendante de l’impulsion donnée par l’État, mais obéit tout aussi bien de considérations individuelles. La « culture de guerre », en d’autres termes l’ensemble des représentations du conflit, oscillant entre violence et consentement, implique dès lors un imaginaire commun et des pratiques partagées à même de légitimer le conflit pour l’ensemble de la société argentine et de l’ériger en cause nationale. La propagande de guerre y trouva un terreau idéal dans la désignation de l’ennemi tout au long des différentes phases du conflit. La presse, vecteur par excellence sur le plan politique des courants nationalistes du xxe siècle, s’en fit l’écho sans grande hésitation. L’ouvrage se divise ainsi en trois grands ensembles à dominante chronologique : l’avant 1982, la guerre proprement dite et la mobilisation sociale et culturelle, et enfin, plus rapidement, les enjeux liés à la question des Malouines dans l’après-guerre.

4La première contribution, celle de María Inés Tato, reflète d’entrée ces questionnements historiographiques en se situant dans une double perspective : celle de la « guerre globale », à l’image de la période 1914-1918 (qui, aux Malouines, signe la défaite navale de l’Allemagne), et d’une culture de guerre au potentiel de mobilisation de toute évidence intact lorsque le conflit éclate en 1982. Elle détaille ainsi les usages de la propagande, y compris allemande, contre la Grande-Bretagne (« la “sangsue du monde”, le rival économique permanent), dans la mesure où les Malouines relèvent désormais pour l’Allemagne d’une stratégie globale, ou étatsunienne, compte tenu de la neutralité argentine au cours de la Première Guerre mondiale. Ce chapitre décrit clairement la manière dont la presse nationale et les débats politiques vont alimenter des questionnements récurrents dans le débat public autour de l’identité nationale tout en assurant la mobilisation de la société argentine. Cette analyse qui met en exergue l’impérialisme britannique, sa négation du droit et l’usage de la force, ainsi que sa contrepartie irrédentiste s’appuie sur des sources hémérographiques mais également sur les archives argentines et britanniques. La question des Malouines est en effet invoquée afin d’affaiblir l’adhésion argentine à la cause alliée pendant la Grande Guerre, mettant en évidence les interconnexions entre le global et le local.

5Les positionnements intellectuels sur une question des Malouines ancrée dans le passé font l’objet d’une deuxième analyse, de Gonzalo Rubio García, pour la période 1930-1950, dans une perspective régressive depuis l’année 1982. Malgré l’hétérogénéité des prises de position, le révisionnisme critique du rôle des élites et l’exaltation de la figure de Rojas, ardent défenseur en son temps de la souveraineté argentine, l’anti-impérialisme rejoint ici les propos nationalistes et s’inscrit dans un imaginaire durable, inspiré à l’occasion du radicalisme local et dont un auteur comme Moreno présentera une véritable sociologie. Certains intellectuels feront même de la question des Malouines un leitmotiv afin de critiquer l’impérialisme britannique et les relations de l’oligarchie argentine avec les représentants de la Grande-Bretagne.

6Le rôle de la presse dans la mobilisation de l’opinion publique, la gestion des premières pages, les titres utilisés et les différentes éditions, le rôle des images et de la photographie de presse, est ensuite abordée par Gustavo Carrère Cadirant, à partir du quotidien Crónica, l’un des plus importants du pays dans les années soixante et soixante-dix. Crónica se présentait comme un véritable « acteur politique », fort de son slogan – « Crónica. Firme junto al pueblo » –, jouant de son influence sur le gouvernement, auprès des partis, des groupes d’intérêts ou des mouvements sociaux. Pendant le gouvernement de María Estela Martínez de Perón (1974-1976), il se proposait même de recruter des volontaires afin de récupérer les Malouines. Plusieurs événements en sont le prétexte : des expéditions, comme les atterrissages de Fitzgerald à Port Stanley) ou encore l’« opération Condor » (1966). Le directeur du journal, Héctor Ricardo García, qui se définissait comme nationaliste mais non péroniste, passe ainsi de la relation des faits au témoignage assumé et à une nouvelle sensibilité éditoriale. Telle est l’une des origines de l’activisme qui caractérisera précisément la presse nationale en 1982, engagement qu’illustrent les revues Billiken et Croniquita analysées par Augustín Desiderato, revues destinées à un public infantile. Après une discussion de l’historiographie de la « culture de guerre » et de travaux récents sur l’enfance dans la guerre, cette contribution montre comment ennemis et héros apparaissent clairement désignés dans les bandes dessinées. Elle détaille la stratégie discursive, pédagogique et parfois hautement symbolique, qui conduit à poser la culture comme étant « en guerre », y compris dans les salles de classe. Les deux revues mobilisent un ensemble de « représentations culturelles, aussi bien artistiques qu’intellectuelles et littéraires », exaltant les valeurs de sacrifice et d’engagement et la ferveur patriotique pendant les années que dura le conflit, associant également leurs lecteurs à la publication, par leurs lettres et leurs dessins.

7La culture de et en guerre est également présente à travers le sport comme le montre Maximiliano Britos et ses représentants, et plus encore quand il s’agissait d’affronter l’« ennemi ». Comment construire un récit sportif en période de guerre, comment dépasser ou conforter un rôle de caisse de résonnance des discours officiels au service d’une « cause juste » (participation des sportifs eux-mêmes aux efforts de propagande, leur solidarité manifeste, ou, à l’opposé, de boycott de l’ « ennemi » notamment dans les sports collectifs), telle est l’interrogation qui préside à la construction de la figure parfois démoniaque et dans tous les cas dépourvue d’humanité de l’ennemi. Celui-ci va s’incarner sans grande difficulté en la personne de Margaret Thatcher. Ce langage de la mobilisation apparaît également dans l’étude de Felipe Mistretta à partir du journal Crónica, à la fois revendicatif et humoristique (la femme en guerre, reconquête et capitulation, M. Thatcher femme à combattre y compris dans son propre pays). La construction d’une image négative de l’ennemi, telle est également la teneur de la contribution d’Iván Rey à propos des journaux de la télévision publique qui contribuent de même à forger et à entretenir cette culture de la guerre par la relation des affrontements y compris sur la scène diplomatique.

8L’ouvrage se clôt enfin sur une contribution plus analytique de Luis Dalla Fontana sur ces facteurs de la discorde qui fondent dans le même temps une épopée nationale. Partant de la théorie des controverses qui alimentent cette histoire sociale et culturelle de la guerre ainsi qu’une histoire des émotions encore peu mobilisée par les historiens du fait 1982, ce chapitre insiste sur la diversité des perceptions de la guerre des Malouines en tant qu’héritage politique toutefois sujet à controverses (la responsabilité des militaires) mais dont certains auteurs soulignent qu’elle a permis d’accélérer le retour de l’Argentine à des formes de gouvernement plus démocratiques, représentatives et fédérales. À la lecture de ces pages et des discussions historiographiques mobilisées, l’inscription de cet ouvrage dans le champ disciplinaire de l’histoire sociale et culturelle de la guerre ne fait donc pas le moindre doute. Nombre de pistes sont ouvertes, quant au rôle de la presse ou la mobilisation de l’opinion publique, y compris infantile (et tel n’est pas le moindre apport de cet ensemble), en fonction de supports variés, ou encore le comparatisme esquissé du côté britannique, et le rôle des émotions dans la couverture de la guerre et la mobilisation sociale. Telles sont vraisemblablement certaines des pistes les plus fécondes ouvertes par cet ouvrage, bien au-delà des représentations manichéennes et médiatiques de l’événement, et qui en font une lecture de référence pour qui s’intéresse à la « culture de guerre » et à la mobilisation des représentations et des sensibilités collectives dans une perspective comparée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (dir.), La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo xx. Una historia social y cultural »Caravelle, 117 | 2021, 227-230.

Référence électronique

Frédérique Langue, « María Inés Tato, Luis Esteban Dalla Fontana (dir.), La cuestión Malvinas en la Argentina del siglo xx. Una historia social y cultural »Caravelle [En ligne], 117 | 2021, mis en ligne le 01 février 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/11909 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.11909

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search