Navigation – Plan du site
Canne à sucre en Caraïbe

Révolution et migration : la route du sucre dans les Amériques

Nathalie Dessens
p. 31-43

Résumés

À la fin du XVIIIe siècle, Saint-Domingue était la plus riche colonie antillaise et le moteur du commerce français. La Révolution haïtienne (1791-1803) est venue bouleverser cette domination parfaitement établie. Le présent article examine la reconfiguration de l’économie sucrière américaine consécutive à cette révolution et le rôle de la diaspora des réfugiés de Saint-Domingue dans celle-ci, mettant à jour l’importance de l’étude des circulations dans l’espace de la Grande Caraïbe.

Haut de page

Texte intégral

1Le développement économique, en particulier lorsqu’il est lié à la production agricole, est généralement attribué à des facteurs géographiques (latitude, qualité des sols, climat), sociaux (présence d’une main-d’œuvre adaptée, d’une organisation sociale adéquate) ou politiques (positionnement dans un système d’échanges, existence d’une volonté politique nationale), mais plus rarement à des facteurs migratoires. Le cas de la diaspora des réfugiés de Saint-Domingue atteste pourtant de l’importance des facteurs migratoires dans les évolutions économiques, dans le cas présent celle de l’économie sucrière des Amériques.

2À l’aube de la Révolution haïtienne, Saint-Domingue était la plus riche colonie des Antilles et la cheville ouvrière du capitalisme commercial français. La Révolution haïtienne (1791-1803) est venue bouleverser cet équilibre parfaitement établi. Créant un vide productif sans précédent, elle a ouvert la porte au développement d’autres centres de production, permettant à d’autres colonies de la Caraïbe (Cuba principalement mais pas exclusivement), d’Amérique latine (le Brésil essentiellement) et d’Amérique du Nord (la Louisiane) de prendre rang parmi les colonies sucrières du monde. Cette analyse est très présente dans l’historiographie et ce facteur est essentiel dans les restructurations que connut l’espace sucrier dans les Amériques au XIXe siècle. La chute de la production sucrière dans la nouvelle république indépendante d’Haïti, si elle a été le facteur le plus évident de ce transfert productif, n’en est pas la seule explication mécanique. Si la révolution sucrière américaine aurait sans doute eu lieu sans les conséquences migratoires particulières induites par la Révolution haïtienne, la diaspora des réfugiés de Saint-Domingue a joué un rôle important dans ces mutations économiques en ce qu’elle a accéléré le processus de déplacement de la culture sucrière dans les Amériques et a favorisé certaines destinations qui ne semblaient pas alors être destinées à devenir des économies sucrières particulièrement dynamiques.

3Le présent article propose d’examiner ce développement des colonies sucrières américaines consécutif à la Révolution haïtienne et le rôle qu’a joué la communauté des réfugiés dans cette mutation, mettant à jour l’importance des circulations au sein de l’espace de la Grande Caraïbe dans l’économie des Amériques. Après une présentation rapide du contexte migratoire dans lequel la présente étude s’inscrit, cet article fournira une cartographie de la production sucrière américaine au début du XIXe siècle, avant de prendre comme exemple le cas de la Louisiane.

La chute de la Perle des Antilles

  • 1 D’après le recensement de 1789, la population se répartissait de la façon suivante : 30 831 Blancs, (...)
  • 2 Comme élément de comparaison, la partie espagnole d’Hispaniola, Santo Domingo comptait une populati (...)
  • 3 Lacroix, P. (de), p. 395-99 ; Laurent-Ropa, D., p. 161-162.
  • 4 Girod, F., p. 10.
  • 5 Cauna, J. (de), p. 12-13.

4À la fin du XVIIIe siècle, la colonie française de Saint-Domingue était le fleuron de l’empire colonial français. Comptant une population approchant le demi-million d’habitants en 17891, Saint-Domingue était la seule île caribéenne dont la population était composée à 90 % d’esclaves2. Elle était aussi la plus riche colonie française, de très loin, ayant bénéficié de la fin de l’exclusif britannique dans les colonies du nord du continent consécutive à la Révolution américaine. Tandis que sa voisine espagnole, Santo Domingo, avait cessé ses exportations et produisait essentiellement du tabac et des cultures vivrières pour sa propre consommation, Saint-Domingue était réputée pour être vingt fois plus productive que sa voisine dont la superficie était pourtant supérieure. À la veille de la Révolution, la colonie française produisait trois quarts du sucre mondial et bénéficiait d’un revenu de 137 millions de livres, représentant 70 % du revenu colonial français et un tiers du commerce extérieur de la France. Un Français sur huit vivait directement ou indirectement du revenu lié à la colonie. Les ports de la colonie française accueillaient annuellement 1 500 bateaux pour un volume total de 220 000 tonnes. Chaque année, elle était visitée par 80 000 personnes et, en moyenne, par 750 grands vaisseaux3. Durant la seule année 1789, la moitié des 700 vaisseaux français au départ des colonies antillaises avaient fait voile depuis Saint-Domingue4. Selon Barbé-Marbois, l’intendant de la colonie, elle comptait, en 1789, 793 sucreries, dont 180 produisaient du rhum, 54 plantations de cacao, 3 151 indigoteries, 3 117 cafèteries, 789 plantations de coton. L’île était déjà sur la voie de la mécanisation et comptait une large avance sur ses voisines : elle comptait 370 fours à chaux, 26 briquèteries, 29 poteries. On y comptait aussi 40 000 chevaux, 50 000 mules et 250 000 têtes de bétail5. Si l’économie de l’île était très diversifiée et si sa prospérité ne reposait pas entièrement sur la production et l’exportation du sucre, cette activité représentait 50 % de sa fortune commerciale.

5La Révolution haïtienne sema la déroute dans cette économie florissante. Durant 12 ans, de 1791 à 1803, les combats firent rage entre les esclaves insurgés et les colons, soutenus par l’armée coloniale, puis par l’armée anglaise, et, à partir de 1802, par le Corps expéditionnaire commandé par le Général Leclerc et envoyé par Napoléon Bonaparte dans l’espoir vite déçu de reprendre possession de sa colonie la plus profitable dans le but d’en faire le fer de lance d’un nouvel Empire français en Amérique. Les ravages subis par l’île, en particulier les incendies systématiques de plantations, détruisirent l’économie tout entière, d’autant que les combats avaient fait cesser tout travail agricole dont le maintien avait été rendu fortement improbable par la révolte des esclaves contre le système esclavagiste.

  • 6 Des registres existent sans être toujours disponibles. L’auteur du présent article en a vu un dans (...)
  • 7 Toussaint Louverture, conscient de la nécessité de bénéficier de l’expertise des planteurs ayant re (...)

6Les départs incessants des anciens colons fuyant l’île expliquent aussi, en partie, cette évolution. Durant toute la période révolutionnaire, en effet, les Blancs mais aussi de nombreux libres de couleur, souvent accompagnés par un petit nombre de leurs esclaves, quittèrent l’île. Il est difficile de suivre les vagues migratoires avec une grande précision pour plusieurs raisons. D’une part, les départs étaient souvent précipités, les fuyards montant dans les bateaux disponibles, sans choisir nécessairement leur destination, et sans que des listes de passagers soient forcément établies6. En outre, les départs ne furent pas nécessairement définitifs, la prise de pouvoir par Toussaint Louverture en 1794 ayant donné lieu à des retours7 qui rendent le décompte difficile. Ces départs, parfois suivis de retours et de nouveaux départs, eurent lieu tout au long de la Révolution. Des grandes vagues migratoires peuvent toutefois être distinguées. Le déclenchement de la Révolution, en 1791, donna lieu à une première vague de départs, suivie, en 1793, par celle consécutive à l’incendie du Cap Français qui vit fuir environ 10 000 personnes. Le retrait des troupes anglaises, en 1798, en déclencha une autre, de même que le retrait du Corps expéditionnaire français, en 1803. La prise de pouvoir par Jean-Jacques Dessalines et la proclamation de la République d’Haïti en provoqua une dernière, Dessalines ayant lancé une large vague d’épuration ethnique visant à anéantir la population blanche de l’île. En 1804, il ne restait plus de Blancs en Haïti et une grande partie des libres de couleur avaient pris la fuite ou trouvé la mort. L’exode avait donc déplacé des dizaines de milliers d’habitants de l’île.

  • 8 Geggus, D., p. 14.

7La destruction des plantations, l’effondrement de la production agricole et l’isolement relatif de l’ancienne colonie française, par crainte d’une contamination aboutissant à l’abolition du système esclavagiste dans les colonies et nations voisines, détruisirent entièrement le potentiel productif de l’île, en particulier le potentiel sucrier. En effet, en raison même de la localisation géographique et de la taille respective des plantations de sucre et de café, ce sont les plantations sucrières qui subirent les conséquences les plus drastiques. Le résultat de cet état de faits fut un arrêt complet de la production haïtienne, suivi d’une augmentation fulgurante du prix du sucre, ce qui provoqua un appel d’air permettant le développement de nouveaux centres de production (dans les îles espagnoles de la Caraïbe et dans le sud des Antilles) et la revitalisation de centres existants (en particulier en Jamaïque et au Brésil)8.

8Mais la Révolution haïtienne avait aussi déplacé des milliers de colons, des Blancs et des gens de couleur libres, dont la connaissance de l’industrie sucrière bénéficia à de nombreuses colonies où ils trouvèrent refuge. Ils étaient parfois accompagnés de certains de leurs esclaves ayant au moins quelques rudiments en matière d’exploitation sucrière, en particulier dans la culture de la canne, l’extraction du jus de canne, l’entretien des moulins, la cristallisation ou le raffinage du sucre. Si l’implication des réfugiés dans le développement de la culture du café fut plus flagrante encore, parce que la culture du café requérait moins d’espace de culture et moins de main-d’œuvre et fut plus facile à mettre en œuvre par des réfugiés dénués de capacités financières, le chemin de leur exil américain trace, en quelque sorte, la route du sucre.

La route du sucre

  • 9 Pour plus de détails, voir Dessens, N., 2007a, p. 15-21.

9Les destinations d’accueil des anciens habitants de Saint-Domingue furent nombreuses, là encore avec une difficulté flagrante à estimer les chiffres9. Quelquesuns, les Blancs en particulier, rejoignirent la France mais la métropole ne fut jamais un lieu d’accueil majeur, les anciens colons n’ayant souvent gardé que peu de contacts avec elle, surtout lorsque leurs familles étaient à Saint-Domingue depuis plusieurs générations. En outre, le fait que les fuyards étaient souvent accompagnés de quelques-uns de leurs esclaves, qui constituaient, la plupart du temps, leur seul capital économique, n’en faisait pas une destination aisée. Les colonies françaises de la Caraïbe, dans lesquelles l’esclavage avait été aboli en 1794, n’étaient pas plus attirantes que la France métropolitaine, pour des raisons semblables. La Louisiane, dans un premier temps, encore largement imprégnée de culture française, bien qu’espagnole jusqu’en 1800, n’en accueillit pas non plus de grandes quantités, en partie parce que les anciens colons de Saint-Domingue craignaient une contamination abolitionniste, rendue plus prégnante encore par la rétrocession, quoique brève et transitoire, du territoire à la France en 1800. Les destinations principales furent la côte Est des États-Unis (pour les 10 000 réfugiés ayant quitté le Cap Français en 1793, par exemple), la Jamaïque (surtout au moment de l’évacuation des troupes anglaises, en 1798), la partie espagnole d’Hispaniola, pour des raisons géographiques évidentes de proximité (même si les réfugiés durent trouver d’autres lieux d’asile lorsqu’après une brève parenthèse française, Santo Domingo revint à l’Espagne en 1808) et Cuba (pour laquelle les chiffres sont un peu plus précis, allant de 25 000 à 30 000). Les autres colonies de la Caraïbe accueillirent des anciens habitants de Saint-Domingue, quoiqu’en plus petit nombre. On trouve des réfugiés partout au début du XIXe siècle, de Porto Rico à Trinidad en passant par Curaçao et toutes les îles environnantes.

10Les raisons de ces destinations sont assez faciles à expliquer : une fuite terrestre pour Santo Domingo, l’emplacement de Cuba à quelques dizaines de milles nautiques de la côte Ouest de Saint-Domingue, l’évacuation des troupes anglaises et la proximité géographique pour la Jamaïque, la proximité relative des États-Unis et les conditions de navigation favorables qui y conduisaient les navires quittant Saint-Domingue. Pendant longtemps, et même jusqu’à la reconnaissance officielle d’Haïti par la France en 1825 et au paiement d’indemnités aux anciens colons au tournant des années 1830, les anciens habitants de la colonie française gardèrent l’espoir de pouvoir revenir sur leurs terres. Ils ne s’éloignèrent donc guère de leur île géographiquement. Les États-Unis, nouvellement indépendants mais ayant conservé l’institution de l’esclavage, étaient aussi un modèle politique d’autonomie qui convenait aux réfugiés. Cuba et la Jamaïque étaient des destinations évidentes dans la mesure où elles offraient des situations similaires à celles que les réfugiés avaient connues à Saint-Domingue tant en matière de conditions climatiques que d’organisation économique, sociale et institutionnelle.

  • 10 Voir, par exemple, Geggus, D. ou encore Jackson M. et Bacon J., dans la bibliographie.
  • 11 Voir Dessens, N., 2007 a, pour une présentation générale des influences des réfugiés dans leurs div (...)

11Depuis trois décennies, la recherche a beaucoup progressé sur les différents asiles de ces réfugiés, même si elle se concentre souvent sur leurs influences intellectuelles et politiques qui furent significatives10. Pourtant, partout, et surtout quand ils y étaient en nombre important, comme en Jamaïque, à Cuba, sur la côte Est des États-Unis et en Louisiane, dont le cas sera examiné à part pour des raisons conjoncturelles, leur arrivée fut suivie de phénomènes importants. Un examen de leurs lieux d’accueil démontre des conséquences semblables dans l’ensemble de leurs lieux d’asile. Partout, ils apportèrent des innovations techniques et culturelles dues à l’avancement de la société de Saint-Domingue par rapport aux colonies (ou aux anciennes colonies nouvellement indépendantes) dans lesquelles ils s’installèrent. Ils fondèrent écoles (et parfois même universités), journaux, théâtres, librairies, cafés, commerces, écoles d’escrime, de musique, ou de danse. Ils sont aussi crédités d’avancées spectaculaires en matière d’urbanisation, d’innovations techniques, de progrès agricoles. Les régions qui les accueillirent en grand nombre, comme l’Oriente cubain et la côte atlantique des États-Unis, connurent, grâce à eux, un important développement culturel et économique11.

  • 12 Ce chiffre est bas par rapport à d’autres lieux d’accueil de la Caraïbe, compte tenu des chiffres d (...)
  • 13 Diego, E. (de), p. 22.
  • 14 González Mendoza, J. R., « Puerto Rico’s Creole Patriots and the Slave Trade », in Geggus, D., p. 6 (...)
  • 15 Diego, E. (de), p. 19.
  • 16 Ibid., p. 25.
  • 17 Voir l’exemple du Baron de Montalembert qui acheta une plantation sucrière à St Ann sur laquelle il (...)

12Toutes les colonies de la Caraïbe furent aussi le lieu, à la chute de SaintDomingue, d’un développement significatif de leur production sucrière. Si l’on pourrait penser que l’expansion sucrière a simplement bénéficié du vide productif laissé par l’effondrement de l’économie haïtienne, il est facile de montrer que l’expansion suit souvent la route de leur exil et est proportionnelle au nombre de réfugiés accueillis. La production sucrière a, en effet, connu une légère augmentation dans les autres colonies françaises comme la Martinique (qui connut une brève période de domination anglaise entre 1794 et 1802) ou la Guadeloupe, qui ne reçurent que peu de réfugiés, ceux-ci préférant éviter les colonies dans lesquelles la première abolition française de 1794 s’appliquait (ou risquait de s’appliquer, dans le cas de la Martinique). En revanche, ce phénomène est constatable de manière plus notable (et plus rapide) dans les colonies qui eurent la faveur des anciens habitants de SaintDomingue : à Porto Rico ou Trinidad, par exemple, où ils furent plus nombreux, mais surtout en Jamaïque et à Cuba qui accueillirent des flux plus importants encore. Au début du XIXe siècle, Porto Rico bénéficia d’un flux migratoire relativement important (environ 3 500 personnes dont 1 105 esclaves)12, en majorité des Français parmi lesquels de nombreux réfugiés de la Révolution haïtienne13, dont les apports essentiels furent dans les domaines agricoles et commerciaux (pour un tiers du capital introduit sur l’île) et pour lesquels l’historiographie portoricaine reconnaît à la fois le caractère entreprenant et l’ouverture sur le monde. Des réfugiés furent à l’origine du développement de quelques-unes des plus belles propriétés de café et de sucre de l’île, en particulier dans la zone occidentale de celle-ci, la plus proche d’Hispaniola14. Dans la même période, la culture sucrière progressa de manière fulgurante, la surface cultivée étant multipliée par 8 entre 1785 et 1848. Entre 1814 et 1848, la production passa d’un peu moins de 20 000 à plus d’un million de quintaux par an15. Un Français, Juan Donzac, est crédité de l’introduction sur l’île du premier moulin à sucre à vapeur, en 181616. Trinidad reçut, elle aussi, des planteurs sucriers en provenance de Saint-Domingue qui, arrivés sur l’île, reprirent leur activité initiale17.

  • 18 Monzote, R. F., n. p.
  • 19 Childs, Matt, « A Black Frenc General Arrived to Conquer the Island », in Geggus, D., p. 138.
  • 20 Renault, A., p. 256-277.

13Dans la Caraïbe, ce sont toutefois les deux colonies qui accueillirent le plus de réfugiés, la Jamaïque et Cuba, qui connurent les évolutions les plus flagrantes. Pendant une brève période, la Jamaïque devint le premier producteur de sucre au monde, avec une production maximale de 100 000 tonnes en 1805. Mais cette domination fut rapidement supplantée par celle de Cuba. L’économie sucrière cubaine connut, en effet, dès le début du XIXe siècle, un développement aussi rapide qu’important. Dès 1820, le sucre dominait l’économie cubaine et l’île était devenue la plus riche colonie du monde, supplantant ainsi, en moins de trois décennies, Saint-Domingue. Dès 1800, 350 moulins y produisaient 41 165 tonnes de sucre. Après une légère baisse durant l’ère napoléonienne, la production reprit pour atteindre 54 906 tonnes en 1820, la seule juridiction de La Havane comptant alors 625 moulins. En 1827, Cuba produisait 76 669 tonnes de sucre, chiffre atteint par Saint-Domingue à l’aube de la Révolution, dans 1 000 moulins18. En 1840, Cuba était devenue le premier producteur mondial de sucre19. Le rôle des réfugiés dans le développement de la culture du tabac et du sucre en Jamaïque est souvent évoqué et leur rôle dans l’expansion des économies caféière et sucrière à Cuba est plutôt bien connu. Si c’est leur rôle dans l’expansion de la culture du café dans l’Oriente qui est le plus souvent documenté, la tactique qu’ils déployèrent pour l’acquisition de propriétés détaillée pour cette région explique aussi leur implication dans le développement de la culture de la canne à sucre, dans la région Ouest de l’île, à proximité de La Havane20.

  • 21 Geggus, D., p. 250.

14Si le développement de la culture sucrière suit la route de l’exil des réfugiés de la Révolution haïtienne, il serait possible d’arguer qu’il s’agit d’une simple coïncidence, l’appel d’air provoqué par l’effondrement de cette culture dans le premier centre de production mondiale et leur migration vers des terres et des climats propices à cette culture ayant favorisé cette coïncidence. Les historiens de la Caraïbe pensent généralement que la révolution sucrière aurait eu lieu dans les Amériques, plus lentement, sans doute, et différemment sans la Révolution haïtienne et sans la diaspora des réfugiés, même s’il est désormais reconnu qu’ils ont joué un rôle important dans la culture de la canne dans la majorité de leurs asiles caribéens. Il est évidemment impossible de formuler des hypothèses crédibles sur ce qui se serait passé en matière de production sucrière dans la Caraïbe si la Révolution haïtienne avait eu lieu sans entraîner les flux migratoires mentionnés ici. Il est un cas, en revanche, qui suggère qu’il n’y a rien d’accidentel dans cette convergence entre migration et réorganisation de l’économie sucrière, celui de la Louisiane21.

La Louisiane, cas d’étude particulier

15Le cas de la Louisiane est un peu à part, tant en matière démographique qu’en ce qui concerne la culture de la canne à sucre. Ce fut, en effet, une destination importante pour les anciens habitants de Saint-Domingue puisqu’elle accueillit entre 15 000 et 20 000 réfugiés sur son sol, même si ce ne fut qu’une destination seconde pour de nombreux fugitifs, essentiellement après la proclamation de l’indépendance haïtienne. Ce fut aussi la seule destination où les afflux massifs ne furent pas suivis de départs et où la population réfugiée fut un apport à la fois considérable et durable à la population locale. Les arrivées directes ne se comptent qu’en centaines sur la décennie que dura la Révolution haïtienne (essentiellement au moment de la proclamation de l’indépendance). En revanche, de très nombreux réfugiés arrivèrent dans un deuxième temps en Louisiane. Ils venaient (là encore pour plusieurs centaines d’entre eux) de la côte Est des États-Unis, essentiellement après l’achat de la Louisiane par la jeune République américaine (puisqu’ils ne craignaient plus que la première abolition française de l’esclavage, décrétée en 1794, ne puisse s’appliquer en Louisiane). La Louisiane leur offrait un environnement états-unien mais une société linguistiquement, culturellement, religieusement et institutionnellement proche de celle qu’ils avaient quittée à Saint-Domingue. Les politiques napoléoniennes furent aussi l’occasion de l’arrivée de milliers de réfugiés en Louisiane. De Jamaïque, d’abord, d’où les Français non naturalisés furent expulsés en 1803 et 1804, entraînant plus d’un millier de réfugiés vers la Louisiane, puis de Cuba, pour la dernière vague d’arrivées d’envergure, la plus importante numériquement et aussi la mieux documentée. Le 27 janvier 1810, un rapport du maire de la Nouvelle-Orléans publié dans Le Moniteur de la Louisiane, le premier journal de la ville, fondé par un réfugié en 1794, indiquait l’arrivée de 9 059 personnes, 2 731 Blancs, 3 102 libres de couleur et 3 226 esclaves. Des arrivées s’étant échelonnées sur les six premiers mois de l’année, le chiffre total de réfugiés venus de Cuba en Louisiane est supérieur à 10 000.

  • 22 Sitterson, J. C., p. 11.
  • 23 Hunt, A., p. 62-63.

16Arrivant à la Nouvelle-Orléans où la population comptait, en 1805, 3 551 Blancs, 1 566 libres de couleur et 3 105 esclaves, et où les réfugiés restèrent quasiment tous (on estime à 90 % le nombre des nouveaux arrivants qui s’établirent dans la ville), cette augmentation fut d’une ampleur considérable. Elle fit doubler la population esclave et tripler la population de couleur libre. Malgré cette augmentation fulgurante, un silence historiographique entoura cet afflux massif pendant environ un siècle et demi et leurs trajectoires ne commencèrent à être explorées qu’à partir du milieu du XXe siècle. Pourtant de nombreuses sources d’époque attestent du rôle que ces réfugiés jouèrent dans le développement de l’économie sucrière22. Embryonnaire, voire inexistante, au moment où les premiers réfugiés arrivèrent en Louisiane, elle bénéficia de l’arrivée des anciens planteurs de Saint-Domingue et de leurs esclaves dont on dit qu’ils étaient parfois des esclaves « à talents », bénéficiant d’une connaissance approfondie de l’ingénierie des moulins à sucre, mais qu’ils étaient aussi souvent « semi-qualifiés », ayant été en contact avec les procédés de la culture de la canne mais aussi avec les divers procédés de transformation industrielle, même si les esclaves qui vinrent en Louisiane étaient généralement des esclaves domestiques plutôt que des esclaves agricoles23.

  • 24 Dessens, N., 2007a, p. 79-81.
  • 25 Conrad, G., Lucas, R., p. 8.
  • 26 Henri de Sainte-Gême à Gentilly, qui acquit sa plantation par mariage, ou le médecin Christian Milt (...)
  • 27 Entre autres la canne connue sous le nom de Bourbon dans les colonies françaises et Otaheite dans l (...)
  • 28 Sitterton, J. C., p. 10.
  • 29 Dessens, N., 2007a, p. 81.

17Cela faisait plusieurs décennies que les Louisianais essayaient de cultiver de la canne et de faire cristalliser du sucre. Dès le milieu du XVIIIe siècle, les Jésuites avaient tenté de se lancer dans cette culture, sans succès. Joseph Villars Dubreuil était parvenu à lancer une toute petite production commerciale. La culture de la canne à sucre était donc possible mais ne parvenait pas à se développer à grande échelle. La première production d’envergure eut lieu sur la plantation de Villars Dubreuil, revendue ensuite à Joseph Solis qui est souvent qualifié de pionnier de cette culture en Louisiane, parce qu’il parvint à produire de la mélasse qu’il distillait pour produire du tafia, l’ancêtre du rhum. Sa propriété, plantée de canne et dotée d’un moulin, fut vendue en 1794 à Antonio Mendez, avant d’être achetée par Étienne de Boré en 1795. Si celui-ci est considéré comme le premier sucrier de la région, c’est qu’il fut le premier à parvenir à cristalliser le sucre et à le produire à grande échelle. Mais s’il parvint à ce résultat, c’est qu’en même temps qu’il avait acquis la plantation de Mendez, il avait aussi recruté son ingénieur sucrier, Antoine Morin, un réfugié de Saint-Domingue. La première tentative de Morin, en 1795, fut couronnée de succès. Dès la première année, la production atteignait les 100 000 livres de sucre et générait un large bénéfice24. Dès 1797, la Louisiane en exportait 550 000 livres. En 1801, la production atteignait 5 millions de livres et la Louisiane comptait 75 moulins à sucre. Le bénéfice estimé, sans compter celui généré par les mélasses et le tafia, était de 400 000 dollars25. Dès le début du XIXe siècle, les réfugiés de Saint-Domingue étaient en forte demande dans les plantations louisianaises. Des esclaves semi-qualifiés, qui avaient été formés à la culture sucrière à Saint-Domingue, aux libres de couleur et aux Blancs, fortement recherchés comme gérants ou ingénieurs sucriers, la demande était forte. Certains parvinrent même à devenir planteurs26. D’autres se contentèrent de devenir gérants ou assistants techniques, en particulier pour la cristallisation et le raffinage du sucre. Ils importèrent aussi des espèces nouvelles de canne à sucre, plus adaptées au climat louisianais, plus petites et moins onéreuses27. Le salaire d’un sucrier expérimenté venu de Saint-Domingue pouvait s’élever à 1 500 dollars28. Les journaux louisianais de l’époque en témoignent par les annonces qu’ils publient de réfugiés proposant leurs services. Une annonce, publiée en juillet 1809 dans Le Courrier de la Louisiane, par exemple, offrait les services d’un réfugié pour administrer une plantation ou superviser la fabrication de sucre et proposait même de fournir au planteur qui l’embaucherait trois Noirs expérimentés dans la culture du sucre. Une autre annonce, dans le numéro du 30 août de la même année, proposait à un propriétaire de contracter un partenariat dans lequel le propriétaire proposerait l’usage de ses terres, tandis que l’ancien habitant de Saint-Domingue fournirait son expertise en matière de culture sucrière et ses esclaves29. Le sucre devint une des principales productions louisianaises et permit à la région, qui avait connu des vicissitudes économiques jusque-là, d’entrer dans une nouvelle phase de prospérité, même si, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le coton, moins soumis aux caprices du climat et moins risqué à cultiver, remplaça peu à peu le sucre en tant que première culture agricole de la Louisiane.

18L’exemple de la Louisiane, où la canne à sucre est toujours cultivée aujourd’hui, démontre le rôle essentiel des réfugiés de Saint-Domingue dans son installation et son développement. Si les Louisianais tentaient, depuis près d’un demi-siècle, d’installer cette culture, c’est l’arrivée des réfugiés qui transforma ces tentatives commercialement infructueuses en réussite économique et plaça la Louisiane au rang des producteurs de sucre des Amériques.

19L’effondrement définitif de la production sucrière de Saint-Domingue au terme des douze ans de la Révolution haïtienne fut le premier facteur de la restructuration de l’espace sucrier américain. Il permit à certaines colonies (ou anciennes colonies) de prendre leur place au premier rang des producteurs de sucre mondiaux. L’exemple du Brésil, à l’écart des migrations américaines et en particulier de celle des réfugiés de Saint-Domingue, en est un exemple frappant.

20Toutefois, si l’appel d’air occasionné par la chute de la production haïtienne est un facteur essentiel, il ne permet pas d’interpréter l’ensemble des réorganisations qui eurent lieu, en particulier en ce qui concerne les nouveaux lieux de production sucrière et les évolutions techniques qui se développèrent dans la zone caraïbe. Les migrations, même si elles demeurent directement liées à la Révolution haïtienne, sont un facteur, lui aussi, essentiel. La diaspora des réfugiés de Saint-Domingue a, en effet, joué un rôle prépondérant dans la modification de la carte du sucre en Amérique du Nord, en Amérique centrale et dans la Caraïbe. S’il est facile de montrer que l’expansion sucrière a suivi la route de leur exil, c’est l’exemple de la Louisiane qui est le meilleur appui à cette argumentation. L’arrivée des réfugiés de Saint-Domingue a été le facteur qui a permis à ce territoire, pourtant propice à la culture de la canne à sucre, comme l’ont démontré les deux siècles qui se sont écoulés depuis, d’installer durablement cette production louisianaise, la seule dans l’espace états-unien jusqu’à l’annexion d’Hawaii en 1 898.

21Lorsque l’on étudie les Amériques du XIXe siècle, il est donc important de prêter une attention toute particulière aux phénomènes migratoires, d’autant qu’ils ont été, à cette époque, très nombreux dans l’espace caraïbe et qu’ils ont longtemps été oubliés des historiographies nationales qui considéraient les colonies dans leurs liens exclusifs avec leurs métropoles. L’histoire atlantique, renouveau historiographique majeur de la fin du XXe siècle, a permis de revoir la perspective et de prendre davantage en compte le rôle des liens intracontinentaux dans la formation des colonies puis des nations américaines. Mais si les XVIIe et XVIIIe siècles ont bien été ceux de l’espace atlantique, il est possible d’affirmer que le XIXe a été celui d’un espace Caraïbe, les circulations ayant mis en constant contact les différentes colonies de la Caraïbe, la Louisiane tout nouvellement étatsunienne, le Mexique en train de s’émanciper de la tutelle espagnole et les pays d’Amérique centrale aux prises avec leurs propres combats pour l’indépendance. Ces circulations caribéennes sont essentielles à une meilleure compréhension du développement économique, politique et culturel de l’espace de la Grande Caraïbe et il est peut-être temps de tourner la page atlantique ou, du moins, d’ajouter une nouvelle page à l’historiographie des Amériques au XIXe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Brereton, Bridget, « Hé St Domingo, songé St Domingo: Haiti and the Haitian Revolution in Political Discourse of Nineteenth-Century Trinidad », in Munro, Martin, Walcott-Hackshaw, Elizabeth (dir.), Reinterpreting the Haitian Revolution and its Cultural Aftershocks, Jamaica, Barbados, and Trinidad and Tobago, University of the West Indies Press, 2006, p. 123-149.

Cauna, Jacques (de), Au temps des îles à sucre : Histoire d’une plantation de SaintDomingue au XVIIIe siècle, Paris, Karthala, 1987, 285 p.

Conrad, Glenn, Lucas, Ray F., White Gold: A Brief History of Louisiana Sugar Industry, 1795-1995, Lafayette, Center for Louisiana Studies, University of Southwestern Louisiana, 1995, 102 p.

Dessens, Nathalie, From Saint-Domingue to New Orleans: Migration and Influences, Gainesville, University Press of Florida, 2007, 257 p.

Dessens, Nathalie, « Anatomie d’un oubli historiographique : les réfugiés de SaintDomingue à la Nouvelle-Orléans », in Dessens, Nathalie, Le Glaunec, Jean-Pierre (dir.), Haïti, regards croisés, Paris, Manuscrit de l’Université, 2007, p. 69-94.

Dessens, Nathalie, « Napoléon et la Louisiane : Nouvelles Perspectives Atlantiques », in Belaubre, Christophe, Dym, Jordana, Sauvage, John (dir.), Napoléon et les Amériques : Histoire atlantique et empire napoléonien, Toulouse, Méridiennes, 2009, p. 63-77.

Dessens, Nathalie, « Saint-Domingue Refugees », in Burnard, Trevor (dir.), Oxford Bibliographies in Atlantic History, New York, Oxford University Press, 2012. [http://www.oxfordbibliographies.com/view/document/obo-9780199730414/obo-9780199730414-0107.xml (consulté le 20/05/2017)].

Dessens, Nathalie, Creole City: A Chronicle of Early American New Orleans, Gainesville, University Press of Florida, 2015.

Dessens, Nathalie, « Du Sud à la Caraïbe ; La Nouvelle-Orléans, ville créole », E-rea, 15.1, 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016 [http://erea.revues.org/5216 (consulté le 14/04/2017)].

Diego, Emilio de, « El azucar y el mundo puertorriqueño en la primera mitad del siglo XIX », in Guicharnaud-Tollis, Michèle (dir.), Le sucre dans l’espace caraïbe hispanophone XIXe et XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 17-29.

Geggus, David P. (éd.), The Impact of the Haitian Revolution in the Atlantic World, Columbia, University of South Carolina, 2001, 261 p.

Girod, François, Une fortune coloniale sous l’ancien régime : la famille Hécquet à Saint-Domingue, 1724-1794, Paris, Les Belles Lettres, 1970, 209 p.

Jackson, Maurice, Bacon, Jacqueline (éd.), African Americans and the Haitian Revolution, New York, Routledge, 2010, 259 p.

Hunt, Alfred, Haïti’s Influence on Antebellum America: Slumbering Volcano in the Caribbean, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1988, 196 p.

Lacroix, Général Pamphile (de), Mémoires pour servir à l’histoire de la Révolution de Saint-Domingue, 1819, republié sous le titre La révolution de Haïti, Paris, Karthala, 1995, 525 p.

Laurent-Ropa, Denis, Haïti : Une colonie française, 1625-1803, Paris, L’Harmattan, 1993, 346 p.

Monzote, Reinaldo Funes, « Sugar Cane and Agricultural Transformation in Cuba »,

Latin American History Oxford Research Encyclopedias, Online Publication Date March 2016 [http://latinamericanhistory.oxfordre.com/view/10.1093/acrefore/9780199366439.001.0001/acrefore-978019366439-e-4 (consulté le 15/05/2017)].

Renault, Agnès, D’une île rebelle à une île fidèle. Les Français de Santiago de Cuba (1791-1825), Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2012, 528 p.

Sainte-Gême Papers, MS 100, Williams Research Center, The Historic New Orleans Collection, New Orleans.

Sitterton, J. Carlyle, Sugar Country: The Cane Sugar Industry in the South, 17531950, Lexington, University of Kentucky Press, 1953, 423 p.

Yacou, Alain, L’émigration à Cuba des colons français de Saint-Domingue au cours de la révolution, thèse de doctorat d’histoire, Université de Bordeaux, 1975, 660 p.

Haut de page

Notes

1 D’après le recensement de 1789, la population se répartissait de la façon suivante : 30 831 Blancs, 24 848 gens de couleur libres, 434 429 esclaves. Si les chiffres sont mis en doute par certains historiens qui estiment, pour diverses raisons, que le recensement n’a pas été conduit de manière suffisamment rigoureuse, leurs révisions ne remettent pas fondamentalement en question les proportions (voir Dessens, N., 2007a, p. 178, note 5).

2 Comme élément de comparaison, la partie espagnole d’Hispaniola, Santo Domingo comptait une population totale de seulement 125 000 habitants dont 30 000 esclaves.

3 Lacroix, P. (de), p. 395-99 ; Laurent-Ropa, D., p. 161-162.

4 Girod, F., p. 10.

5 Cauna, J. (de), p. 12-13.

6 Des registres existent sans être toujours disponibles. L’auteur du présent article en a vu un dans le musée de Baracoa à Cuba sans parvenir à obtenir la possibilité de le consulter. Le passage, depuis cette date, de deux cyclones destructeurs à Baracoa ne garantit pas qu’il existe encore.

7 Toussaint Louverture, conscient de la nécessité de bénéficier de l’expertise des planteurs ayant rendu possiblesles retours, nombre d’anciens colons revinrent dans l’île sous son régime. Voir l’exemple de Jean Boze dont l’itinéraire est détaillé dans Dessens, N., 2015 (chapitre 1).

8 Geggus, D., p. 14.

9 Pour plus de détails, voir Dessens, N., 2007a, p. 15-21.

10 Voir, par exemple, Geggus, D. ou encore Jackson M. et Bacon J., dans la bibliographie.

11 Voir Dessens, N., 2007 a, pour une présentation générale des influences des réfugiés dans leurs divers lieux d’accueil et pour une étude détaillée du cas louisianais. Pour un traitement détaillé des influences de la communauté des anciens habitants de Saint-Domingue dans l’Oriente cubain, voir Renault, A., en particulier le chapitre sur Santiago de Cuba (p. 323-375). Pour une bibliographie détaillée de la diaspora des réfugiés de Saint-Domingue, voir Dessens, N., 2012.

12 Ce chiffre est bas par rapport à d’autres lieux d’accueil de la Caraïbe, compte tenu des chiffres de la population portoricaine (200 000 habitants en 1815) mais non négligeable dans le cadre de la présente étude.

13 Diego, E. (de), p. 22.

14 González Mendoza, J. R., « Puerto Rico’s Creole Patriots and the Slave Trade », in Geggus, D., p. 62.

15 Diego, E. (de), p. 19.

16 Ibid., p. 25.

17 Voir l’exemple du Baron de Montalembert qui acheta une plantation sucrière à St Ann sur laquelle il installa 150 esclaves expérimentés importés de Jamaïque dont certains sont peut-être originaires de Saint-Domingue, précise Bridget Brereton (Brereton, B., p. 127).

18 Monzote, R. F., n. p.

19 Childs, Matt, « A Black Frenc General Arrived to Conquer the Island », in Geggus, D., p. 138.

20 Renault, A., p. 256-277.

21 Geggus, D., p. 250.

22 Sitterson, J. C., p. 11.

23 Hunt, A., p. 62-63.

24 Dessens, N., 2007a, p. 79-81.

25 Conrad, G., Lucas, R., p. 8.

26 Henri de Sainte-Gême à Gentilly, qui acquit sa plantation par mariage, ou le médecin Christian Miltenberger dans la paroisse de Plaquemines ou encore Paul Mathias Anatole Peychaud, propriétaire d’un millier d’hectares et d’une vingtaine d’esclaves dans la paroisse de Tammany (Dessens, N., 2007a, p. 80).

27 Entre autres la canne connue sous le nom de Bourbon dans les colonies françaises et Otaheite dans les colonies anglaises, adaptée à des climats moins chauds, rapportée de Polynésie par Bougainville dans les colonies françaises de l’Océan Indien et par Cook dans les colonies britanniques. On la trouve mentionnée dans les sources primaires sous l’appellation de « créole », par Auvignac Dorville, par exemple, le gérant de la plantation de Sainte-Gême à Gentilly (Correspondance de Dorville à Sainte-Gême, Sainte-Gême Papers, MS100).

28 Sitterton, J. C., p. 10.

29 Dessens, N., 2007a, p. 81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Dessens, « Révolution et migration : la route du sucre dans les Amériques », Caravelle, 109 | 2017, 31-43.

Référence électronique

Nathalie Dessens, « Révolution et migration : la route du sucre dans les Amériques », Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2430 ; DOI : 10.4000/caravelle.2430

Haut de page

Auteur

Nathalie Dessens

Université de Toulouse - Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals