Navigation – Plan du site
Canne à sucre en Caraïbe

En Atlantique, dans le parfum du grogú : la valorisation de la canne à sucre aux îles du Cap-Vert

Michel Lesourd
p. 91-108

Résumés

L’histoire de l’archipel du Cap-Vert est indissociable de celle de la canne à sucre. Appréciée des paysans pour ses avantages malgré des conditions hydriques peu favorables, elle est présente dans tous les systèmes de production agricoles. Avec d’autres plantes, elle a contribué à perpétuer la structure foncière et sociale inégalitaire de l’archipel. L’actuelle demande, nationale, diasporique et touristique, porte le renouveau de sa culture qui s’exprime dans un rhum artisanal, le grogú, compris comme marqueur identitaire et produit « de terroir » aux normes qualifiantes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Les Cap-Verdiens utilisent le terme crioula (créole) pour caractériser leur identité sociétale, fo (...)

1Le Cap-Vert, république indépendante depuis 1975 est un État-archipel de 4 033 km2 de l’Atlantique centre-oriental, composé de 10 îles (9 habitées) et d’îlots. Situé à 500 km à l’ouest des côtes sénégalo-mauritaniennes, marqué par le volcanisme et un climat tropical sahélien générateur de sécheresses-famines, il fait partie du groupe des archipels de Macaronésie. Inhabitées mais connues, les îles furent « découvertes » entre 1456 et 1462 par les Portugais, qui en prirent possession. L’archipel compte aujourd’hui près de 550 000 hts. D’identité crioula1, il se rattache au monde lusophone. Son importante diaspora péri-atlantique contribue, par son aide, à limiter la pauvreté (IDH : 0,636). Sa croissance est dépendante de l’aide internationale. Les secteurs industriel et agricole sont modestes, et l’économie de l’archipel repose sur les services (75 % du PIB), notamment touristiques (22 % du PIB). Nouvelle destination parmi les « paradis insulaires » mondialisés, il accueille désormais annuellement plus de 500 000 visiteurs, consommateurs des produits de l’archipel.

2Dans ce contexte, la culture de la canne à sucre, plante historique coloniale, une des plantes emblématiques de l’archipel, occupe une place importante dans les paysages ruraux. Le rhum (grogue, grogú), eau-de-vie (aguardente) de canne des îles, est devenu au fil des siècles une boisson identitaire. Cependant, la canne à sucre a tenu une place plus modeste dans l’économie et l’histoire sociale et culturelle de l’archipel que dans celles de la plupart des îles Caraïbes. Elle n’a que partiellement façonné l’organisation sociale et les paysages, et n’a pas joué un rôle symbolique comparable.

3Sur des terres sahéliennes, aux pluies utiles concentrées en trois mois, aux années sèches récurrentes, dévastatrices, il n’y eut jamais de monoculture de la canne à sucre dans les premières îles peuplées de l’archipel. La canne fut, certes, le produit des maîtres Blancs qui s’étaient approprié les rares fonds de vallée de Santiago et un peu plus tard de Santo Antão puis São Nicolau, mais d’autres produits de terres humides (banane, café), ou plus sèches (pourghère, vigne), de cueillette (orseille), d’élevage (peaux) et de chasse-pêche (viande, chair et écailles de tortue, ambre), d’extraction (sel), aisés à collecter, constituèrent dès le VIe siècle, plus souvent en même temps que successivement, le fond des ressources coloniales : en 1872, l’archipel n’exportait plus vers Lisbonne, qui depuis longtemps s’approvisionnait à Madère et au Brésil, que 384 tonnes de sucre. En 1901, il devenait importateur net et deux ans plus tard, la province en importait plus de 525 tonnes !

4Avec l’accroissement de la population, les pentes et les planèzes (achada, chã) furent plus intensément cultivées en maïs et haricots, renforçant le dualisme paysager sequeiros-regadios (terres de cultures « sèches » sous pluie ‒ terres humides) qui structure partout les paysages des îles agricoles. Aujourd’hui, dans les regadios, la canne à sucre est toujours présente, mais le bananier, les vivriers comme le manioc, les choux et d’autres légumes, les arbres fruitiers enfin occupent les mêmes surfaces, et rapportent davantage, même si la canne, désormais, se développe de nouveau comme matière première du grogú, l’aguardente nationale.

5Le Portugal ne renonça jamais à cette diversité, pour cause de besoins métropolitains et commerciaux, et le sucre de l’archipel, dont le monopole portugais avait été mis à mal par les puissances rivales dès la fin du XVIsiècle, et qui fut exporté sous contrôle direct de la Couronne jusqu’à la fin du XIXe siècle, ne compta guère plus pour elle que d’autres produits : dans la géostratégie économique impériale de captage des ressources, le Cap-Vert comptait moins, dès le XVIIIe siècle, que le Nordeste du Brésil et les îles proches comme Madère. L’on comprend mieux alors que la canne à sucre ne soit pas la « plante cap-verdienne » la plus caractéristique, au contraire du couple nourricier maïs-haricot.

  • 2  Source : António Carreira, 1983, p. 412.

6Dès le XVIIe siècle, la décision de la Couronne de se réserver l’exclusivité des produits de la colonie du Cap-Vert et d’interdire la vente et le troc des produits de l’archipel aux non-Portugais, entraîna le déclin de la venue d’esclaves dans les îles. Leur rareté conduisit au XVIIIe siècle à l’abandon des plantations et l’affranchissement de nombreux esclaves. Dans la première moitié du XIXe siècle, lorsque fut relancée l’économie agricole de l’archipel, les petits propriétaires métis et la main-d’œuvre noire libre mais sans terre étaient les plus nombreux. En 1582, 13 700 esclaves vivaient dans l’archipel, soit 87,5 % de la population, mais ils n’étaient plus que 5 123 en 1827, et 6,4 % de la population2.

7À cette époque, où la couleur de la peau jouait un rôle plus important que la richesse, l’organisation sociale de l’archipel était dominée par les morgados, descendants des aristocrates portugais qui avaient reçu des terres en donation ; les esclaves constituaient une faible minorité en bas de l’échelle sociale. Les métis, composés en partie d’anciens esclaves affranchis, étaient les plus nombreux, occupant de nombreux métiers surtout subalternes dans l’administration, le commerce et le clergé.

8Mais la canne à sucre a contribué à l’asservissement de la population laborieuse : les journaliers, les fermiers et les métayers ont été longtemps, au moins partiellement, payés en grogue.

9Composante des systèmes de production agricole en transformation avec l’essor actuel des regadios, l’économie de la canne à sucre, confrontée à l’enjeu de la mondialisation, promeut des spiritueux à base de jus de canne à sucre pour la satisfaction du marché national, des besoins touristiques et celui de la diaspora.

10Nous nous intéresserons plus particulièrement ici à la trajectoire historique de la canne à sucre dans l’archipel du Cap-Vert, à sa contribution à l’identité crioula de l’archipel, mais également à sa place actuelle dans les systèmes productifs et à son rôle dans le maintien d’un système foncier inégalitaire et de structures sociales contrastées, enfin aux perspectives que lui offre une mondialisation par sa diaspora et sa mise en tourisme récente.

La canne à sucre, plante coloniale

11La canne à sucre constitue une permanence de l’histoire de la mise en valeur du Cap-Vert. Elle n’est pas seulement une « plante coloniale », mais demeure, quarante-deux ans après l’indépendance du pays, une plante de « développement  » autant qu’un des symboles de la « cap-verdianité ».

La première culture d’exportation

12La canne à sucre, apportée par les Arabes dans la péninsule ibérique aux XIIe-XIIIe siècles, fut introduite dans l’île de Madère dès le XVe siècle et aux Canaries en 1503. Elle est signalée dès 1490 dans les deux îles de Santiago et Fogo du Cap-Vert, comme plante de la conquête, avec l’importation d’esclaves pour la cultiver. Son adaptation aux sols basaltiques fut rapide et sa culture s’étendit rapidement dans les îles voisines de Brava, Santo Antão, São Nicolau et Maio. Jusqu’au XVIIIe siècle, l’eau-de-vie de canne servait de monnaie d’échange sur les côtes des Rios de Guiné auprès des chefs locaux, pour se procurer des esclaves. Ceux-ci étaient installés dans les îles, mais surtout vendus au Cap-Vert même pour le Brésil et les Antilles.

13La colonie fut une pourvoyeuse de sucre pour le Portugal, de la fin de XVe siècle jusqu’au début du XXe siècle. Selon Auguste Chevalier, qui visita l’archipel en 1935, « la culture prospéra de 1520 à 1650 » (Chevalier, 1935, p. 120). Pour sa part, E. Andrade (1996) estime que la canne, avec d’autres produits, apporta beaucoup à l’économie de l’archipel et a profondément marqué son organisation sociale et économique coloniale en mettant en place le dualisme entre les morgados, grands propriétaires esclavagistes exportateurs, maîtres des regadios (terres irriguées), et le « povo », cette main-d’œuvre de descendants d’esclaves affranchis et petits propriétaires libres.

Un déclin rapide

14Du fait de l’ancienneté de sa colonisation et de sa mise en valeur partielle, le Cap-Vert a été jusqu’au XXe siècle soumis à des « cycles » d’exploitation successifs d’un ou plusieurs produits demandés par Lisbonne, vendus sur place pour l’avitaillement des navires et surtout exportés : sucre, puis coton, plantes tinctoriales, peaux et viande séchée, sel, pourghère. La culture du coton, matière première pour le tissage de pagnes, alors monnaie d’échange sur le continent voisin, fut lancée par la Couronne dès le XVIsiècle, reléguant la canne à sucre au second plan.

15Si la canne à sucre fut durant un siècle et demi la principale plante d’exportation de l’archipel, son relatif déclin ultérieur est à mettre en relation avec plusieurs facteurs qui affectèrent le commerce des îles au cours du XVIIe siècle : en premier lieu, l’établissement de comptoirs exportateurs d’esclaves sur les côtes des Rios de Guiné qui signèrent le déclin de ceux de l’île de Santiago et intensifièrent la fourniture de main-d’œuvre pour les plantations de la colonie du Brésil ; puis, la réglementation de Lisbonne interdisant la vente des pagnes de coton tissés au Cap-Vert à des non-Portugais, ce qui entraîna le déclin du commerce des esclaves, manquant de main-d’œuvre, les propriétaires blancs de la colonie émigrèrent au Brésil ou retournèrent au Portugal ; au début du XVIIIsiècle, la Couronne donna le monopole du commerce à des compagnies à charte qui s’intéressèrent peu au sucre ; la concurrence du Brésil commençait ; enfin, l’appauvrissement des terres humides des fonds de vallée est une autre raison du déclin puisque les morgados (planteurs blancs) ne se préoccupèrent jamais de restituer aux sols leur fertilité.

16Durant la « période d’abandon » (fin du XVIIe siècle/1re moitié du XVIIIe siècle), les cultures vivrières se développèrent dans les regadios désertés par leurs maîtres partis au Portugal, mais canne à sucre et coton continuèrent d’être cultivés par des paysans libres et d’anciens esclaves affranchis. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les descendants des anciens maîtres revenus dans l’archipel reprirent possession de leur terre et s’engagèrent dans d’autres productions : banane, café, pourghère. Mais canne à sucre et coton furent toujours cultivés, surtout à Santo Antão et Santiago. La fin de l’esclavage au Cap-Vert (officiellement en 1869) puis la lourde taxation par Lisbonne en 1881 du sucre importé des colonies pour protéger celui de Madère eurent raison de l’économie sucrière de l’archipel.

D’autres matières premières en concurrence

17La canne à sucre occupa une place toujours notable dans les stratégies productives des colonisateurs portugais, mais jamais prépondérante, sauf au début de la mise en valeur des îles. D’autres plantes furent introduites en même temps que la canne ou dans les deux siècles qui suivirent (vigne, coton, café, tabac, maïs), exportées ou consommées localement. D’autres ressources exportées concurrençaient la canne à sucre. Les élevages prospéraient dans les « îles de création » comme São Vicente et Maio, en particulier les chèvres, qui contribuèrent à ruiner une végétation sahélienne fragile. Les animaux étaient vendus vivants, ou sous forme de viande salée, aux équipages des navires qui relâchaient dans les aiguades de l’archipel, comme Ribeira Grande à Santiago. Les peaux étaient un commerce lucratif, comme la chair de tortue, et le commerce de matières premières ramassées ou cueillies : plantes tinctoriales, comme l’orseille et l’anil (indigo), et plus tard le sisal et le sel.

18Dès la fin du XVIe siècle, la canne à sucre n’était plus la spéculation agricole exportable dominante. Les propriétaires des morgados, équivalent des « habitations » aux Antilles, produisaient ce qui rapportait et aussi ce qu’exigeait la Couronne, celle-ci détenant le monopole de l’achat de la plupart des produits locaux.

19Si le Cap-Vert fut toujours handicapé par la rareté de l’eau disponible pour irriguer, d’autres éléments contribuèrent à la désaffection des planteurs de l’archipel envers la canne. Les terres humides des fonds de vallée, trop sollicitées par cette culture et faute d’entretien de leur fertilité, s’appauvrirent, alors que la population croissait et que les besoins locaux et métropolitains augmentaient. Avec la diminution des rendements de la canne, l’archipel, encore exportateur de sucre en 1875, devint importateur net au début du XXe siècle (Lesourd 1996, p. 83). Un autre fait important fut la montée d’une rude concurrence brésilienne, soutenue par la Couronne de Portugal, qui favorisa son essor au détriment du sucre des îles et contribua à ruiner les planteurs cap-verdiens.

Du sucre à l’aguardente

20Dans l’île de Santo Antão, principale région productive, Martins (1891) signale que, au milieu du XIXe siècle, la canne à sucre était moins répandue que le café, pourtant tardivement introduit (en 1790) dans cette île. Mais dès 1873, selon Pires Ferreira (2011), la canne a sucre avait supplanté le café. L’eau-de-vie supplanta le sucre. Cet essor qui dura jusqu’au début du XXe siècle est à rapprocher de la mise en valeur de la baie abritée du Porto Grande et sa ville-port, Mindelo, à partir de 1832, escale des clippers puis relais charbonnier des vapeurs sur les routes maritimes atlantiques vers l’Afrique, l’Asie et l’Amérique du Sud. Pour l’eau-de-vie de canne à sucre, le grogú, le débouché commercial de la ville-port de Mindelo fut une chance exceptionnelle : les équipages des navires et le petit peuple des dockers et des ouvriers furent une source inépuisable de consommation. Les élites de cette cité cosmopolite créée par les Anglais, portugaises, créoles et étrangères, consommaient pour leur part whisky et ginger ale

21La guerre ralentit la production d’aguardente, mais la chute des cours du café, dans les années trente, relança brièvement la culture de la canne pour la production de sucre. Puis la canne à sucre retrouva sa position seconde, le grogue restant la boisson populaire, et le sucre local était moins onéreux que le sucre importé.

À l’indépendance : de la « plante des colons » à la relance par l’irrigation

  • 3  Lesourd, op. cit.
  • 4  Cf. infra, 3.

22Après l’indépendance du pays, quelques grands propriétaires absentéistes de Santiago, Fogo et Brava virent leurs domaines nationalisés et leurs terres redistribuées aux paysans sans terre3. Il en fut différemment à Santo Antão. Les grands planteurs étaient souvent aussi commerçants : très attachés à leur vallée, soucieux de développer leur production basée sur le métayage, ils restèrent pour l’essentiel au Cap-Vert, participèrent parfois à la consolidation de la jeune république, mais s’opposèrent pour la plupart à la réforme agraire que voulut imposer le parti-État PAIGC-PAICV (Parti Africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert) au début des années quatre-vingts4.

23Les années de lutte de libération anti-coloniale, mais surtout celles qui suivirent l’indépendance furent une période de sécheresses récurrentes qui firent baisser la disponibilité en eau souterraine utilisée pour l’irrigation. De plus, le PAIGC-PAICV avait interdit de planter la canne à sucre, « plante du colon », sur les rares espaces irrigués nouvellement aménagés. Mais ces divers facteurs conjoncturels n’empêchèrent pas la canne à sucre de se maintenir dans les exploitations agricoles du pays.

24L’avènement de la Deuxième république, au début des années quatre-vingt-dix, a donné au pays le pluripartisme démocratique et engagé l’archipel dans une politique économique libérale, jamais remise en question depuis ces années de Mudança (Mutation). Le début du XXIe siècle s’est accompagné d’une ouverture migratoire et touristique constituant un nouveau marché pour les produits de la canne. En même temps, la relance de l’irrigation par les barrages accroît les possibilités agricoles et contribue à la relance de la culture de la canne à sucre.

Une plante identitaire parmi d’autres

Les élites, le peuple et la caboverdianidade

25Il n’est guère possible de parler, au Cap-Vert, de « barons du sucre » (ou d’autres plantes) : la canne à sucre n’est qu’une composante, parmi d’autres plantes, de la fortune des planteurs. Au moment de l’indépendance, on ne trouvait plus, sauf dans une certaine mesure à Fogo et Brava, de familles de Blancs et l’équivalent, par exemple, du phénomène Béké antillais. Les vieilles familles de Santo Antão, métissées, restées sur place, avaient diversifié leurs activités dès le XIXe siècle, en investissant dans le commerce et l’artisanat du grogue.

26Un autre aspect mérite aussi d’être pris en considération. La deuxième moitié du XIXe siècle voit apparaître, parmi les élites, idées libérales et affirmation du sentiment identitaire d’un Cap-Vert métissé crioulo face à l’autoritarisme de la Couronne. Plus tard, dans les années 1930-1960, dans un combat plus intellectuel que politique mené à Mindelo par le groupe littéraire Claridade, dirigé par Baltasar Lopes da Silva, la défense des valeurs culturelles cap-verdiennes, assimilées à celles du monde occidental – de l’Europe à l’Amérique du Sud – n’incitait pas les planteurs à rejoindre le Portugal métropolitain. La promotion de l’idée de « régionalisme européen » du Cap-Vert, basé sur la caboverdianidade (la cap-verdianité), dans laquelle la canne à sucre ainsi que d’autres plantes avaient leur place, suscita pourtant de nombreuses critiques de la part d’autres nationalistes : mise en cause de l’injuste ordre social colonial portugais, réhabilitation de la forte part d’africanité dans la culture populaire, encore bridée voire interdite par l’Estado Novo salazarien. Mais l’engagement dans la lutte de libération anti-coloniale et la victoire du parti indépendantiste, le PAIGC, ne pouvaient remettre en cause une canne à sucre que le peuple, sous une forme ou sous une autre, s’était depuis longtemps approprié.

  • 5  Hoppfer Almada, 1997.

27L’archipel du Cap-Vert a connu le même « destin » que les îles atlantiques tropicales. Leurs colonisateurs blancs ne furent jamais en capacité de mettre en valeur le pays qu’ils colonisaient au moyen de la seule population immigrante. Au Cap-Vert, très peu nombreux, et confrontés à des conditions climatiques qu’ils jugèrent souvent « trop difficiles » pour leur permettre de travailler, les Portugais et autres Européens eurent systématiquement recours à une main-d’œuvre esclave africaine. Celle-ci d’abord abondante, puis rare dès la fin du XVIIe siècle, partiellement affranchie au XVIIIe, formera, bien avant l’abolition, le petit peuple des sans terre, des fermiers et des métayers. Cette société hétérogène, aux racines africaines diverses mais « ladinisée » (christianisée) élaborera et exprimera sa culture dans des pratiques agricoles, sociales et artistiques originales, où la canne à sucre, comme plante et source du grogú tient sa place dans la société paysanne aux côtés du couple maïs-haricot, couple identitaire fondamental de l’identité crioula cap-verdienne5.

Travail champêtre et canne à sucre

28Si l’on connaît du Cap-Vert les chants et danses populaires que sont la coladera et la morna popularisées dans les espaces lusophones et francophones par Cesaria Évora, et dans une moindre mesure les danses de Sotavento et en particulier le funaná, l’on connaît peu les chants paysans traditionnels accompagnant les travaux agricoles. Pour ce qui est de la canne à sucre, plus que le travail de coupe, c’est le trapiche, moulin à sucre également appelé engenho qui est au cœur de l’activité. Lors de l’élaboration du grogue, le travail au trapiche s’accompagne des mélopées nostalgiques des Toada de aboio chantées en mode pentatonique, accompagnant le pas lent des bœufs qui, marchant autour du moulin, font tourner les rouleaux métalliques qui broient les tiges de canne.

Photo 1 – Aire du trapiche, Garça da Alta, Ribeira Grande (Santo Antao)

Photo 1 – Aire du trapiche, Garça da Alta, Ribeira Grande (Santo Antao)

© Michel Lesourd

29Les cantigas de curral de trapiche, « chants de l’aire du moulin », furent sans doute d’abord les plaintes chantées des esclaves qui poussaient les bras du moulin. Depuis que les bœufs les ont remplacés, le meneur leur adresse une complainte d’encouragement, comme une confidence qui raconte le dur destin des métayers pendant une année sans pluie qui contraste avec les jours de travail au curral, quand la nourriture et le grogue sont abondants. Ces aboio, encore nommés coláboi (boi = bœuf, colar : parler fort, mais aussi « coller » en dansant, et aussi pour les bœufs au joug) sont surtout répandus à Santo Antão, où la culture de la canne à sucre est plus importante que dans les autres îles. Mais à Santiago, les moteurs ont commencé à remplacer les animaux…

Aboio

Ô boi,

Para a tua manha

Pára que te possa instalar sob o jugo

Anda firme e dá voltas

  • 6  « Ô bœuf, arrête ta ruse / Que je t’installe sous le joug / Marche ferme et fais les tours / Veill (...)

Cuida deste moinho que dá sumo bom6

30Le trapiche est aussi le symbole actif des rapports de domination des propriétaires. Le Colá Boi de Mário Lúcio Sousa exprime en paroles à peine voilées autant la critique du Cap-Vert d’aujourd’hui que la contestation de l’ordre colonial. Beaucoup de chants de contestation, anciens et contemporains, le font sur des rythmes de coladera et de funaná.

Colá Boi

Ô Boi

Ouá c’ma ess mundo ta chei’ d’ofronta

(maldade) de gente grande té d’más

Ouá c’ma ofronta é pior de que fóia dbnenera

  • 7  « Bœuf, / Prends garde, le monde d’aujourd’hui est malade / Des gens importants / Prends garde, ce (...)

El n’da tapá el n’da sombrá7

31En revanche il ne semble pas qu’il existe des chants particuliers pour la coupe de la canne : ce sont les traditionnels « chants de sarclage », chantés pendant les travaux champêtres concernant toutes les cultures qui sont chantés à cette occasion.

Le grogue comme boisson de fête

32Si la canne à sucre ne fait l’objet d’aucune promotion, son sous-produit, que l’on pourrait d’ailleurs, ici qualifier plutôt de « sur-produit », accompagne toutes les fêtes. Le grogue est une boisson de fête. L’aguardente est présent lors des fêtes religieuses, notamment les fêtes patronales de village, celles de juin (les « Juninas  ») : celles de saint Jean, saint Pierre, saint Jean-Baptiste, fêtes qui coïncident avec le solstice d’été et les prémisses des pluies de la saison pluvieuse. Mais l’on boit aussi le grogue à l’occasion de fêtes de famille, même si les catégories sociales les plus aisées préfèrent le whisky au « grogue di terra ».

33Le grogue est chanté à Mindelo (Spínola, 1997). La capitale de l’île de São Vicente fut et est toujours un port prospère. Les mercerias (épiceries-buvettes) et les nombreux bars sont fréquentés tard dans la nuit. Les chants célèbrent le grogue et sont très populaires. « Dia quinz » raconte les nuits des tournées d’amis partis boire :

Dia quinze

Dizem que dia 15 o grogue vai faltar

Já imaginei que trarei todas reservas para beber mais

Coragem para a garrafa,

  • 8  « On dit que le 15 du mois le grogue viendra à manquer / J’ai déjà imaginé que j’amènerai toutes l (...)

Coragem para o copo8!

34Mais le grogue, boisson identitaire n’est pas une boisson exclusive dans le pays. Pour le plus grand nombre, la bière, omniprésente dans les repas, les réunions apéritives et les loisirs familiaux, est devenue un marqueur aussi important : comme dans de nombreux pays, notamment africains, la bière nationale tient sa place, et la publicité s’est emparée de cela avec son slogan promouvant la bière nationale A mi é Strelista (« je suis amateur de Strela ») pour concurrencer les bières étrangères et surtout les portugaises, toujours très appréciées, alors qu’il n’existe aucune publicité pour la promotion du grogú.

35La bière pour la fête populaire et les alcools importés sont aussi des marqueurs des hiérarchies sociales anciennes et nouvelles. Lors des mariages et d’autres fêtes familiales et dans les soirées entre amis des classes moyennes et supérieures, si le grogue est toujours présent parmi les boissons apéritives et surtout digestives, la meilleure place est réservée au whisky, au cognac, voire aux rhums d’importation.

Dynamiques productives : la canne à sucre résiliente

36Cultivée dans toutes les îles, même sur de très modestes surfaces, Saccharum officionarum est toujours présente dans les paysages insulaires, même les plus arides. Elle a marqué les paysages agraires de l’archipel, mais ce sont les îles de Santo Antão, et dans une moindre mesure Santiago, qui en montrent le mieux la permanence historique. Cette « résilience » se comprend pour des raisons agricoles, foncières et culturelles.

Une plante utile facile à cultiver

37La canne à sucre est d’abord pour le paysan une plante utile pour son système de cultures. En système mixte sec-irrigué, elle est associée au couple maïs-haricot avec élevage et, en irrigué, à divers légumes, fruits et également à l’élevage. Dans ces systèmes complémentaires plus qu’opposés et complexifiés par diverses solutions foncières, la canne à sucre est utile car elle offre de nombreux sous-produits : feuilles pour nourrir le bétail, tiges comme couvre-sol, plumets blancs, délicats pour fleurir les églises. Pour la famille, elle est un aliment sucré. Son jus préparé a de multiples usages : en mel, jus bouilli, consommé en lieu et place du miel et du sucre ; en assucar escuro, sucre roux vendu et consommé localement ; en vinaigre (vinho de calda) ; en alcool (aguardente, grogue) ; en ponche : boisson alcoolisée à base de grogue auxquels on ajoute du mel ou une écorce de fruit : orange, citron, fruit de la passion, noix de coco, mangue ; avec des herbes médicinales, il contribue aussi à la pharmacopée locale.

38Plante pérenne rustique supportant la pénurie d’eau, la canne à sucre peut venir à maturité sans irrigation dans les parties hautes de l’archipel en raison d’une relative abondance de pluies saisonnières pouvant dépasser 1 000 mm en quatre mois, mais la production se fait surtout sur des terres irriguées de plein champ et de jardin. Au Cap-Vert, les terres irrigables couvrent une superficie d’environ 3 100 ha, y compris les 65 ha récemment aménagés avec le barrage de Poilão dans la Ribeira Seca de Santiago, soit 7 % des terres cultivables de l’archipel. Pour des raisons orographiques et hydrogéologiques, elles sont concentrées dans trois îles : Santo Antão (61 % du regadio national), Santiago (30 %) et 9 % dans les autres îles, principalement à São Nicolau.

Photo 2 – Parcelle de canne à sucre et autres cultures. Regadio de Poilão, Ribeira Seca (Santiago)

Photo 2 – Parcelle de canne à sucre et autres cultures. Regadio de Poilão, Ribeira Seca (Santiago)

© Michel Lesourd

39Cependant, les superficies réellement irriguées annuellement dépendent de la recharge des eaux souterraines et des nappes phréatiques, et, depuis 2006, de la recharge de la retenue du barrage de Poilão par des eaux pluviales. Selon les années, la pluviométrie connaît d’importantes variations, et le ministère de l’agriculture du Cap-Vert estime à moins de 2 000 ha/an en moyenne la superficie du regadio réellement utilisée. Selon le recensement agricole réalisé au début des années 2000, les cultures pérennes en regadio couvraient 1 154 ha, principalement la canne à sucre (900 ha), les bananeraies (200 ha) et diverses cultures (54 ha). Les autres cultures, principalement légumières et maraîchères à cycle court avec deux récoltes annuelles, représentaient environ 750 ha cultivés, soit un total d’à peine 1 904 ha (INE, 2004). La canne à sucre occupe donc 47,2 % des superficies irriguées de l’archipel, en culture pure ou associée à d’autres plantes. Elle continue d’affirmer sa prépondérance et l’intérêt que lui portent petits et grands agriculteurs, intérêt renouvelé par la régularité des revenus qu’elle procure par sa vente et surtout la commercialisation des produits de plus en plus demandés issus de sa transformation.

Le métayage et la canne : une relation positive

  • 9  Pour diverses raisons, parmi lesquelles l’intérêt que les élites de Santo Antão et de Mindelo port (...)
  • 10  Ces dimensions sont à rapprocher de celles observées dans les autres îles atlantiques orientales : (...)
  • 11  Lesourd, 1996, p. 230.

40Le système de la canne à sucre renvoie à l’histoire foncière de l’archipel et à l’exiguïté des terres irrigables, même après captage des sources d’altitude comme à Santo Antão9. Pour le « grand » propriétaire (rappelons que la superficie moyenne d’une «  grande propriété  » en irrigué dans l’archipel est d’environ 3,8 ha), le développement du métayage à Santo Antão (ou du fermage à Santiago) avait été une réponse à la question de la main-d’œuvre bien avant l’abolition de l’esclavage : beaucoup de paysans sans terre et leur famille furent ainsi « sécurisés » par un contrat de métayage contracté « à vie », et dont la transmission à leurs descendants était garantie, mais très injuste puisque 55 % de la récolte allait au propriétaire. Ces contrats furent acceptés par les sans terre et les micro-propriétaires car ils concernaient souvent des regadios, dont l’accès avait à leurs yeux la valeur inestimable d’une sécurité productive anti-risque sécheresse pour leur exploitation. Rappelons ici qu’un regadio rapporte, à surface égale, environ 25 fois plus en valeur qu’un sequeiro. Ceci explique la recherche obstinée d’une terre irriguée, même minuscule (moins de 100 m2)10 et en métayage11. La parcellisation extrême et l’importance de la micro-propriété ont contraint les micro-propriétaires à adopter des systèmes mixtes (faire-valoir direct + métayage ou fermage) permettant les compléments de ressources, autorisant une exploitation grâce à laquelle une famille peut survivre. Ceci se combine avec le souhait, pour le possesseur d’une parcelle de sequeiro, de disposer aussi d’un petit regadio.

  • 12  Barbe, 2002, p. 267-268.

41Mais la fin de l’esclavage dans l’archipel n’est qu’une explication parmi d’autres de la faiblesse du nombre d’esclaves et du développement du métayage et du fermage ainsi que d’autres types de contrats : la « période d’abandon » fit naître des affranchis, paysans libres, comme les « marrons » ; durant le XVIIIe siècle, l’archipel n’importa qu’un nombre très réduit d’esclaves et, pour cette raison, les terres de nombreux morgados étaient déjà, à cette époque, exploitées par des fermiers et/ou des métayers. Jusqu’au milieu du XXe siècle, l’archipel était peu peuplé et la main-d’œuvre était rare, car les sécheresses-famines et les épidémies eurent toujours des effets dévastateurs sur la population, parfois contrainte d’émigrer12. Ajoutons que, dans le cas particulier de Santo Antão, le rôle de l’émigration des « sans terre » vers l’île voisine de São Vicente, dès avant 1850, où ils trouvaient aisément des travaux de docker et d’ouvrier avec les activités portuaires en pleine expansion du Porto Grande de Mindelo. Le développement du métayage à Santo Antão fut donc aussi un « compromis nécessaire » où chacune des parties trouvait un avantage, certes de manière très inégale.

42La complexité des situations agraires et l’importance prise par les systèmes d’exploitation mixtes dans l’île de Santo Antão et les autres îles expliquent la farouche opposition des paysans à la réforme agraire tentée au lendemain de l’indépendance du pays par le parti-État PAIGC-PAICV, dont le but était de résoudre le problème des « sans terre » et d’éliminer le métayage. Il en est de même en ce qui concerne l’interdiction de planter de la canne à sucre sur des regadios nouvellement créés : les dirigeants du pays, faute d’une connaissance approfondie de la diversité insulaire et de la complexité foncière ne comprirent pas que la « plante des colons » était une sécurité financière pour les paysans. Ainsi la canne se maintint-elle dans les regadios.

Une plante sécurisante

  • 13  Lesourd, 1996, p. 225.
  • 14  Rocha Nascimento, 2017.

43La canne à sucre constitue l’un des piliers des systèmes de cultures irriguées, également et dans une moindre mesure, quand elle est associée aux systèmes de culture pluviale. Le système de culture dominé par la canne à sucre est le plus important et le plus répandu. Dans les dernières années du XXe siècle, elle n’apparaissait en culture pure que dans des exploitations représentant 21 % des surfaces agricoles utilisées, mais on la retrouvait en association dans le système banane-manioc avec d’autres plantes, et dans le système dominé par les tubercules (manioc, patate douce, pomme de terre), avec d’autres cultures13. Avec la croissance de la demande urbaine, le système associant cultures maraîchères et légumes « traditionnels » (patate douce, manioc) s’est étendu dans les regadios péri-urbains, et récemment dans celui du barrage de Poilão à Santiago, mais l’on trouve toujours en association la canne à sucre sur de petites surfaces14.

44Peut-on dire que la permanence de la présence de la culture de la canne à sucre dans ces associations variées fait d’elle une culture de rapport parmi d’autres ? Sans doute pas, puisque la canne est très utilisée de diverses façons dans le système d’exploitation et la consommation familiale. Elle a partout son utilité, comme production au service de la famille et du bétail et éventuellement pour produire ou, plus souvent, faire produire le grogue familal. Et, en raison du nouveau débouché que constitue la consommation touristique pour les spiritueux locaux, les petits producteurs peuvent aisément vendre leur canne auprès des planteurs-producteurs et associations de producteurs de grogue et de ponche.

Valoriser la canne à sucre : le grogú, produit di terra labellisé

  • 15  Chaléard, 1996.

45Dans l’économie agricole du Cap-Vert, la canne à sucre est un produit secondaire face à la montée en puissance des cultures marîchères et fruitières et du « vivrier marchand »15. Cependant, avec le marché d’approvisionnement alimentaire urbain, l’émigration internationale et l’essor des services touristiques, des opportunités de valorisation des sous-produits de la canne existent. L’exemple du grogue est édifiant. La canne à sucre sert principalement à fabriquer le grogue (grogú), aussi dénommé cana sacarina, c’est-à-dire un alcool préparé exclusivement avec du jus de canne à sucre fermenté et distillé. La majeure partie de la production vient des îles de Santo Antão et dans une moindre mesure de Santiago, mais São Nicolau, Maio, Brava en produisent aussi.

Le renouveau de la production de canne à sucre

46Depuis le début des années 2000, porté par la croissance d’une demande en grogú locale, diasporique et touristique, le renouveau de la culture de la canne ne faiblit pas. De vieilles familles de commerçants, planteurs aisés, propriétaires de trapiche – le moulin à sucre –, élaborent artisanalement un alcool de qualité, cana agrícola ou grogú velha (3 à 6 ans d’âge) et secondairement des ponches fruités. Aux nouveaux venus soucieux de rentabilité rapide, pratiquant des techniques moins traditionnelles, parfois douteuses, s’oppose l’action de l’Association nationale des producteurs de grogú, qui cherche à promouvoir un produit « de terroir » compris comme un « marqueur identitaire » et une ressource « authentique » du pays selon des normes internationales qualifiantes.

47Plusieurs éléments encouragent la culture de la canne à sucre :

  • l’attachement des Cap-Verdiens de l’archipel et des « îles extérieures », les émigrés, à leurs produits di terra  (de terroir), et notamment le grogú, un des « produits identitaires » de l’archipel ;

  • l’accroissement du pouvoir d’achat de la classe moyenne urbaine, consommatrice d’alcool ;

  • l’essor de la demande touristique en produits locaux, notamment en ponches de fruits ;

  • la dégradation de la qualité de l’aguardente au début des années 2000. Durant ces années les importations de sucre, jamais réglementées, ont bondi, la production de grogue a augmenté, tandis que celle de canne à sucre restait stable ! Cette tromperie au grogue de açúcar a ému les producteurs honnêtes, soucieux de conserver auprès des consommateurs la qualité de leur produit, et le gouvernement a interdit, par le décret-loi n° 11/2015 du 12 février, la production de rhum de sucre et réglementé la production de grogue velha (grogue vieux).

48Ce faisceau de raisons a entraîné un sensible accroissement des superficies cultivées, qui semble confirmé par la part prise par la canne dans les regadios récemment créés, même dans un contexte de concurrence avec les cultures maraîchères plus rémunératrices.

Lutter pour l’authenticité et la qualité

49Dans le but de promouvoir un grogue de qualité, une confrérie a vu le jour à Santo Antão. Son but est de proposer des projets et organiser des manifestations. La Confrérie du Grogue de Santo Antão (CONGROG) est une association dont l’objectif est la promotion du rhum du Cap-Vert, particulièrement celui de l’île de Santo Antão, première région productrice de l’archipel. Créée en 2008 par José Pedro Chantre de Oliveira, descendant d’une des plus anciennes familles de planteurs de l’île de Santo Antão et l’un des entrepreneurs les plus efficaces du Cap-Vert, elle regroupe les producteurs les plus expérimentés des petites et grandes plantations de l’île, particulièrement celles des vallées et terroirs de Ribeira Grande, Paúl, Garça, Ribeira das Patas et Janela.

50Dans l’archipel, la confrérie s’est d’abord fait connaître par son exigence de qualité et sa lutte contre les producteurs peu scrupuleux d’eau-de-vie de sucre, en sensibilisant les autorités au problème. Lors de ses chapitres annuels, la confrérie réfléchit aux moyens de promouvoir le produit grogue de Santo Antão, en valorisant l’appellation grogue, qu’elle souhaite voir réservée au seul rhum de cette île, le rhum produit dans les autres devant être dénommé aguardente et non pas grogue. Elle cherche à donner au produit grogue un statut international protégé par une labellisation (Expresso das Ilhas, 2015).

Un produit de terroir à valoriser : le rhum des îles du Cap-Vert

51La qualité et les arômes diffèrent selon la variété de canne. La canne « brésilienne », plus productive, donne un jus moins parfumé que les cannes di terra, comme la cana vermelha, comparable à la célèbre « canne bleue » de Martinique. Plusieurs variétés sont utilisées : cana verde, cana branca, cana preta, sont des variétés rustiques. La culture est dominée par trois variétés introduites : cana Brasil, cana Bourbon et la canne rayée de Cayenne.

52Il est curieux de constater que le rhum du Cap-Vert est élaboré selon la tradition française à partir de jus de canne fermenté, et non pas de mélasse, comme dans la tradition hispanique du ron, comme à Cuba par exemple, ni celle des rhums de tradition anglo-saxonne (le rum) plutôt utilisé pour les cocktails. Le rôle que les planteurs de Santo Antão jouèrent dans l’élaboration du grogue renvoie peut-être aux influences françaises non négligeables qui ont existé dans cette île, quelques grandes familles émigrées de France, telle celle des Rocheteau ayant prospéré ici depuis le XIXe siècle.

  • 16  Sanches, 2005.

53La préparation du grogú se fait, comme ailleurs, avec une suite d’opérations techniques. Au Cap-Vert, où la production artisanale demeure le mode quasi-exclusif de production, la qualité est évidemment un défi fort : cannes de qualité plutôt qu’à fort rendement, fraîcheur de la coupe, qualité de la fermentation naturelle du jus, double distillation dans des alambics de qualité, choix des techniques de vieillissement. En ce domaine, beaucoup reste à faire en termes de normes de labellisation16 même si certains producteurs offrent depuis longtemps des grogues de qualité internationale.

Conclusion

  • 17  Lesourd, 2015.

54Appréciée par les paysans pour ses avantages, la canne à sucre demeure un élément fondamental des systèmes de production agricoles de l’archipel. Elle a contribué, avec d’autres cultures « de rente », à développer et perpétuer la structure foncière très inégalitaire et les problèmes agraires qui caractérisent aujourd’hui l’archipel. Résiliente, elle fait partie, comme d’autres produits originaux, tel le vin de lave de l’île de Fogo17, du patrimoine paysager, gastronomique et culturel de l’archipel.

55Depuis quelques années, la canne à sucre a trouvé des débouchés autres que la consommation des locaux et de la diaspora : on trouve désormais du grogue de Cabo Verde et des ponches artisanaux dans les lojas (boutiques) de nombreux hôtels et resorts touristiques des îles de Sal et Boa Vista, et dans tous les restaurants du pays. Cependant, la production, surtout agricole et plus rarement velha de ce rhum, demeure, à l’échelle internationale, tout à fait confidentielle. La faiblesse quantitative de la production ne peut guère permettre à ce rhum original et méconnu de se faire une place et de s’affirmer sur un marché dominé par quelques géants mondiaux des spiritueux et où les goûts sont façonnés depuis de nombreuses années par des producteurs ayant su allier une typicité particulière à un marketing de « terroir » extrêmement efficace.

Haut de page

Bibliographie

Andrade, Elisa Silva, Les Îles du Cap-Vert, de la « Découverte » à l’indépendance nationale (1460-1975), Paris, L’Harmattan, 1996, 349 p.

Barbe, André, Les Îles du Cap-Vert. De la découverte à nos jours, une introduction, Paris, L’Harmattan, 2003, 285 p.

Carreira, António, Formação e Extinção de uma Sociedade Escravocrata (1460-1878), Praia, Instituto Cabo-Verdeano do Livro, 1983, 548 p., planches.

Chaléard, Jean-Louis, Temps des villes, Temps des vivres. L’essor du vivrier marchand en Côte d’Ivoire, Paris, Karthala, 1996, 661 p.

Chevalier, Auguste, « Les Îles du Cap-Vert, géographie, biogéographie, agriculture, flore de l’archipel », Revue de Botanique Appliquée et d’Agriculture Tropicale, Tome XV, n° 170-171, oct.-nov. 1935, p. 739-1090.

Hoppfer Almada, David, « Le maïs dans le façonnement du système symbolique du peuple capverdien », in Veiga, Manuel (dir.) : Insularité et littérature, chap. 5, Paris, Karthala, 1997, p. 65-84.

Instituto Nacional de Estatística (INE), Recenseamento Nacional Agrícola, Praia, Cabo Verde, 2004.

Lesourd, Michel, État et société aux Îles du Cap-Vert, Paris, Karthala, 1996, 520 p.

Lesourd, Michel, Le Cap-Vert aujourd’hui, Paris, Les Éditions du Jaguar, 2006, 280 p.

Lesourd, Michel, « Quels produits du terroir au service du développement de l’archipel du Cap-Vert ? », Cahiers Géographiques du Salignacois, AgPS, n° 3, 2013, p. 83-93.

Lesourd, Michel, « Un vin des tropiques, le « vin de lave » de l’île de Fogo (Cap-Vert) », Cahiers Géographiques du Salignacois, AgPS, n° 5, 2015, p. 95-105.

Martins, João, Agusto, Madeira, Cabo Verde e Guiné, Lisboa, Livraria de Antonio Maria Pereira, 1891.

Massa, Françoise, et Massa, Jean-Michel, Dictionnaire encyclopédique et bilingue Cabo Verde - Cap-Vert, Rennes, EDPAL (Université de Haute Bretagne), 2001, 280 p.

Ramos, Ailton, César, Neves, Caracterização de Aguardente de Cana-de-açúcar « Grogue de Cabo Verde », Dissertação para obtenção do Grau de Mestre em Gestão da Qualidade e Segurança Alimentar, Escola Superior de Turismo e Tecnologia do Mar – Peniche, Instituto Politécnico de Leiria, 2015, 99 p.


Pires Ferreira, José, Manuel, Revolta de 1894 em Santo Antão pela Republica, Praia, Editura-Central Comum de Edições do Ministério de Cultura, 2011.

Rocha Nascimento, Januário, Gestion intégrée de l’eau et développement durable. Le cas du Cap-Vert, thèse de doctorat en géographie, Mont-Saint-Aignan, Université de Rouen Normandie, 2017, 545 p.

Spínola, Daniel, « Mornas eram as noites », in Veiga, Manuel (dir.) : Insularité et littérature, chap. 16, Paris, Karthala, 1997, p. 215-218.

Sanches, Celestino, Ramos, A cana-de-açúcar em Cabo Verde : Cultivo, Transformação e Comercialização, dissertação de Mestrado em História Contemporanea, Instituto Superior de Educação da Universidade Portucalense, Praia, Outubro de 2005, 160 p.

Haut de page

Notes

1  Les Cap-Verdiens utilisent le terme crioula (créole) pour caractériser leur identité sociétale, fondée sur l’usage de leur langue nationale, le crioulo, langue maternelle de tous, et la reconnaissance des métissages humains et culturels produits par cinq siècles d’apports humains notamment africains et d’évolution des conditions d’existence dans l’archipel. Le terme a pris cette signification par l’usage littéraire qui en a été fait, notamment durant la première moitié du XXe siècle.

2  Source : António Carreira, 1983, p. 412.

3  Lesourd, op. cit.

4  Cf. infra, 3.

5  Hoppfer Almada, 1997.

6  « Ô bœuf, arrête ta ruse / Que je t’installe sous le joug / Marche ferme et fais les tours / Veille bien sur ce moulin au bon jus », Traduction du crioulo par Jean-Yves Loude, in Jean-Yves Loude et Viviane Lièvre, Cap-Vert. Un archipel de musiques, 2 CD, Ocora Radio France-Centre culturel français du Cap-Vert, Paris, septembre 1999.

7  « Bœuf, / Prends garde, le monde d’aujourd’hui est malade / Des gens importants / Prends garde, ce mal est pire que les feuilles de bananiers / Qui ne nous cachent pas, qui ne nous donnent pas d’ombre », Colá Boi – Tribute a ilha de Santo Antão de Mário Lúcio Sousa, Simentera, Cabo Verde en Serenata, 2000, Piranha Musik Produktion Lt Verlag AG.

8  « On dit que le 15 du mois le grogue viendra à manquer / J’ai déjà imaginé que j’amènerai toutes les réseves pour boire encore / Courage à la bouteille / Courage au verre », “Dia quinz” – Traduction du crioulo par Jean-Yves Loude, in Jean-Yves Loude et Viviane Lièvre, op. cit.

9  Pour diverses raisons, parmi lesquelles l’intérêt que les élites de Santo Antão et de Mindelo portaient aux courants libéraux dans la deuxième moitié du XIXe siècle, l’archipel ne connut jamais le système des roças existant à São Tomé e Principe employant des ouvriers agricoles misérablement salariés sous contrat.

10  Ces dimensions sont à rapprocher de celles observées dans les autres îles atlantiques orientales : à Madère, la superficie moyenne des exploitations est de 30 ares ; aux Canaries, 74 % des exploitations ont moins de 3 ha (Odouard, 1972, cité par Lesourd 1996).

11  Lesourd, 1996, p. 230.

12  Barbe, 2002, p. 267-268.

13  Lesourd, 1996, p. 225.

14  Rocha Nascimento, 2017.

15  Chaléard, 1996.

16  Sanches, 2005.

17  Lesourd, 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 – Aire du trapiche, Garça da Alta, Ribeira Grande (Santo Antao)
Crédits © Michel Lesourd
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/2481/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Photo 2 – Parcelle de canne à sucre et autres cultures. Regadio de Poilão, Ribeira Seca (Santiago)
Crédits © Michel Lesourd
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/2481/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Lesourd, « En Atlantique, dans le parfum du grogú : la valorisation de la canne à sucre aux îles du Cap-Vert », Caravelle, 109 | 2017, 91-108.

Référence électronique

Michel Lesourd, « En Atlantique, dans le parfum du grogú : la valorisation de la canne à sucre aux îles du Cap-Vert », Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2481 ; DOI : 10.4000/caravelle.2481

Haut de page

Auteur

Michel Lesourd

Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals