Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Asunción Lavrin, Las esposas de Cristo. La vida conventual en la Nueva España

México, FCE, 2016
Marie-Cécile Bénassy-Berling
p. 211-214
Référence(s) :

Asunción Lavrin, Las esposas de Cristo. La vida conventual en la Nueva España, México (trad. A. Pérez-Sáez), México, FCE, 2016, 513 p. (Original : Brides of Christ. Conventual life in Colonial Life, Stanford University Press, 2008)

Texte intégral

1Même si le lecteur apprend beaucoup sur les 58 couvents de femmes que comptait la Nouvelle Espagne, ce livre n’est pas exactement leur histoire. Par exemple on y cherchera en vain un exposé méthodique sur les circonstances des fondations, sur la vie financière des maisons, sur l’éducation des nombreuses petites filles accueillies, sur la survie et la fin dramatique des monastères lors de la Reforma. On ne trouvera pas non plus une tentative d’explication psychanalytique (ou autre) des visions, miracles, etc., qui émaillaient la vie quotidienne (cf. p. 23). L’objet recherché est plus ambitieux : pénétrer dans la mentalité des moniales, les faire voir telles qu’elles-mêmes se voyaient et se sentaient.

2L’immense érudition d’Asunción Lavrin sur le sujet, sa familiarité avec les textes hagiographiques, lui ont permis de gagner un pari difficile : la bibliographie a 40 pages dont 4 pour ses propres travaux et 14 pour les sources primaires manuscrites ou imprimées trouvées au Mexique ou en divers pays. Celles-ci ont pour auteurs les religieuses, les confesseurs, les inquisiteurs, etc. Le professeur Lavrin a bénéficié des patientes recherches d’autres citoyennes (et de quelques citoyens) de sa nation. Ceux-ci ont pu faire leur profit des impressionnantes ressources locales. D’ailleurs sur 13 documents d’archive placés en illustration, 6 sont mexicains, 7 états-uniens ; dans la bibliographie secondaire les titres en anglais sont peut-être plus nombreux que les titres en espagnol. La liste des « agradecimientos » occupe deux pages. Mais au final la clé de la réussite, c’est la vertu d’empathie (sans complicité) qui rend d’ailleurs ce gros ouvrage beaucoup moins austère qu’on pourrait l’imaginer.

3L’introduction annonce la couleur ; il s’agit de « el ámbito interno del convento », de « la experiencia total de ser monja » (p. 18). Dans le public, l’image des religieuses du Nouveau Monde n’est pas fameuse : les cas scandaleux à Lima ou à Quito, le luxe de beaucoup de nonnes mexicaines ne plaident pas en leur faveur. Le paysage de Las esposas de Cristo va être « la interacción de los diversos intereses de su vida » (p. 159). L’auteure parle de « diálogo constante entre lo terrenal y lo espiritual, » d’un « sútil entramado que formaba el patrón completo de la existencia de una religiosa » (p. 161). Et il ne s’agit pas uniquement des 22 monastères de la capitale ; en particulier Puebla occupe une place singulière. Loin de la cour vice-royale, c’était alors une des villes les plus pieuses de la catholicité. Ses 11 maisons ont parfois abrité de vraies Sainte Thérèse au petit pied. Ses cloîtres avaient déjà leur historienne, Rosalva Loreto López, collaboratrice de longue date d’Asunción Lavrin.

4Dans cette sorte de récit de voyage ce qui est dit de la nourriture, des médicaments, des fêtes, intéresse aussi la vie locale en général. Mais nous avons surtout le détail quotidien de la vie matérielle des nonnes : leur vie religieuse, la hiérarchie, les élections, les nombreuses célébrations, etc. Vu la notoire longévité des sœurs, les excès dans les pénitences sont peut-être relativement modérés. Et nous touchons du doigt la grande complexité des situations économiques communes et individuelles. Les sources de financement sont variées. Le luxe souvent affiché n’empêche pas qu’ailleurs on souffre de pénurie. L’héritage des défuntes va souvent au couvent, mais pas toujours. Les religieuses pauvres reçoivent parfois des autres certaines aumônes, etc.

5Les pages consacrées au sexe sont moins « riches » qu’on aurait pu le supposer (ou l’espérer !). Un cas mémorable est arrivé jusqu’à l’Inquisition. Un autre a été dénoncé et jugé par l’archevêque. Une religieuse complice, voisine de l’amoureuse, avait creusé une ouverture dans le mur entre sa propre cellule et un appartement contigu au couvent. Les rencontres avec le religieux séducteur durèrent quatre ans et la malheureuse Sor Antonia accoucha secrètement d’une petite fille qui fut recueillie ailleurs. Mais le plus souvent, les religieuses « sollicitées » par leur confesseur en choisissaient un autre et évitaient le scandale. Le langage de la tendresse, l’« imaginería sexual », la délectation morose existaient parfois, mais le lecteur a l’impression que la sublimation de la sexualité fonctionnait finalement plutôt bien chez les nonnes de Nouvelle Espagne.

6Alors qu’au xvie siècle les essais éducatifs en leur faveur avaient été très décevants, plus tard, les servantes et les oblates (donadas) indiennes des couvents offrirent quelques beaux exemples édifiants. Ce qui amena le xviiie siècle mexicain à apporter une nouveauté unique dans l’Amérique espagnole : des cloîtres réservés à des indiennes de famille noble, lesquels excluaient les métisses et les « blanches ». Malgré de nombreuses oppositions, y compris chez certains jésuites, l’acharnement et la munificence de quelques personnages dont le vice-roi Baltasar de Zúñiga, marquis de Valero, parvinrent, non sans quelques accrocs, à imposer cette nouveauté à México en 1724 dans l’Ordre franciscain. Dès la mort de la fondatrice « créole » en 1773, la prieure du monastère Corpus Christi fut une indienne. On en fonda deux autres à Oaxaca, puis à Antequera/Morelos. Et leur réputation fut excellente. Une prieure d’Oaxaca eut même droit à un sermon mémorable lors de ses obsèques.

7Le chapitre IX devrait faire la joie de certaines féministes car hommes et femmes s’y opposent frontalement. Deux évêques « ilustrados » se sont mis en tête entre 1765 et 1779, de diminuer le nombre des domestiques et des « niñas » dans les couvents et aussi d’établir la vie commune en supprimant les cuisines particulières. Ils voulaient imposer « la règle » à des Mexicaines qui avaient professé dans une tout autre ambiance. Celles-ci disposaient de la sympathie du public et de celle, discrète mais parfois agissante, des autorités civiles. Il est fort instructif de suivre les phases d’un combat de plusieurs années mené par des femmes qui en fait défendaient l’identité mexicaine. Tous les arguments étaient bons. Toutes les astuces pouvaient servir. Au total, elles parvinrent à limiter sérieusement les changements. Ces monastères étaient quand même un lieu unique de fonctionnement autonome pour des femmes.

8Le dernier et le plus long chapitre est consacré à un immense sujet : « La escritura en los claustros ». L’usage de la plume y était constant : courriers divers, poésie ou théâtre pieux, innombrables éloges funèbres et textes édifiants. La question des rapports avec le confesseur est particulièrement développée. Solliciter le difficile compte rendu de la vie spirituelle lui permettait à la fois le contrôle de la moniale, l’édification, et parfois, ultérieurement, l’accaparement éditorial après le décès de la véritable auteure, avec la possible altération du texte. Mais parfois le talent et/ou la piété de la « pénitente » renversaient les rôles.

9Ne reprochons pas à ce livre des répétitions d’un chapitre à l’autre : certaines sources s’imposent à plusieurs reprises. Les couvents vraiment observants comme les carmélites n’ont pas la part belle, mais justement ils offrent moins de matière. N’attachons pas trop d’importance à certaines erreurs sur la biographie de la célèbre Sor Juana Inés de la Cruz (ex. : p. 260) : son dossier est énorme et en grand renouvellement.

10Nous ne ferons que trois remarques mineures. D’abord ne pas avoir souligné la nouveauté des couvents de la Enseñanza. Cet Ordre peu connu, fondé par une nièce de Montaigne, était destiné précisément à l’enseignement (avec de vraies classes de niveau). Une orpheline mexicaine, María Ignacia Ortiz y Echeverz consacra à une (difficile) fondation sa fortune et sa vie, elle partit faire son noviciat en Espagne, puis rentra à México avec des sœurs espagnoles et fit fonctionner une première école en 1753. L’année 1811 vit même à la Guadalupe une fondation pour les Indiennes. La clôture était pour les religieuses de cet Ordre une fâcheuse nécessité imposée par le droit canon. Elles ne se sentaient pas « moniales ». En fait, ici, elles sont presque hors sujet. Le dernier vrai « monastère » mexicain est fondé en 1805 à Querétaro.

11Ensuite, le cas de la malheureuse sor Antonia est tellement emblématique qu’il aurait pu être encore plus développé : d’après l’historien Antonio Rubial, c’était une enfant pauvre, elle est tombée dans le piège d’une offre de dot trop flatteuse pour être refusée ; elle se serait contentée d’un amour platonique mais son séducteur a excité sa jalousie ; enfin, en contradiction avec le Droit canon, l’archevêque a déclenché lui-même un scandale pour faire honte à un provincial des Augustins indifférent à la discipline. Cet Ordre, très riche, avait alors nettement mauvaise réputation.

12Enfin, sur le même sujet, une particularité de l’Inquisition et du pouvoir religieux en général n’apparaît pas assez clairement dans le livre : autant la « sollicitation » lors de la confession était vue comme gravissime, même si la victime n’était pas une religieuse, parce que c’était un sacrilège, autant (sauf chez les jésuites) le simple concubinage bénéficiait d’une remarquable indulgence.

13Les estudiosos savaient déjà qu’en Nouvelle Espagne le vœu de pauvreté était une fiction, que les sœurs vivaient à l’affût des nouvelles de l’extérieur, et aussi que ces institutions prestigieuses étaient un des piliers de la formation de l’identité mexicaine : les anticléricaux les plus enragés ont toujours admis les mérites culinaires des nonnes. Mais dans ce livre le lecteur trouvera des faits étonnants : p. 185 : la Encarnación a bénéficié au xviiie siècle d’une équipe de sœurs fort compétentes en matière de finance ; p. 285 : Sor Juana n’a pas été la seule à se passer à la fin de sa vie de directeur de conscience car une Sor María Marcela de Querétaro en a fait autant pendant 16 ans. La dévotion à la Vierge de Guadalupe n’est guère notoire que dans un couvent hiéronymite de Puebla qui vénérait au départ la Guadalupe espagnole. Et deux religieuses mystiques eurent droit à ces obsèques presque folles où la population arrache comme reliques des morceaux d’habit du défunt : une, moniale à Puebla, auteur d’ouvrages de dévotion, l’autre, esclave noire du couvent de Jesús Maria à México dont la réputation de sainteté avait franchi la clôture et qui fut autorisée à prononcer ses vœux sur son lit de mort. On pourrait continuer la liste.

14Cet ouvrage est unique en son genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Asunción Lavrin, Las esposas de Cristo. La vida conventual en la Nueva España »Caravelle, 109 | 2017, 211-214.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Asunción Lavrin, Las esposas de Cristo. La vida conventual en la Nueva España »Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2532

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy-Berling

Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals