Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guillermo Schmidhuber de la Mora, Olga Martha Peña doria, Familias paterna y materna de Sor Juana, Hallazgos documentales

pról. Manuel Ramos Medina, Mexico, Centro de Estudios de Historia de México Carso/Escribanía S. A. de C. V., 2016
Marie-Cécile Bénassy-Berling
p. 214-215
Référence(s) :

Guillermo Schmidhuber de la Mora, Olga Martha Peña doria, Familias paterna y materna de Sor Juana, Hallazgos documentales, pról. Manuel Ramos Medina, Mexico, Centro de Estudios de Historia de México Carso/Escribanía S. A. de C. V., 2016, 110 p. 2016

Texte intégral

1Le ménage Schmidhuber pratique avec un enthousiasme infatigable et de beaux succès la recherche de documents sur Sor Juana. Parmi leurs trouvailles : La Segunda Celestina, une comedia écrite en collaboration, ce n’est pas rien. Cette dernière publication nous offre la reproduction de 64 documents d’archive dont 55 sont inédits. En fait, elle n’intéresse pas seulement les « sorjuanistes », elle nous apprend beaucoup sur la société de Nouvelle Espagne, sur ce que l’on se permet d’appeler sa classe moyenne. Le tableau généalogique de la famille maternelle compte 72 noms et 5 générations. On voit par exemple que, le fameux « amasiato », le couple irrégulier était minoritaire mais accepté : la solidarité familiale n’était pas brisée. Sans surprise on trouve aussi beaucoup de religieux des deux sexes, mais aucun jésuite. Les familles sont parfois très nombreuses : une mère a eu 17 enfants dont 13 ont vécu et 5 sont entrés en religion.

2Dans le cas de Sor Juana, les problèmes qui se posaient, étaient surtout la date de naissance et la personnalité de son père. Grâce à plusieurs actes de baptême, le livre établit la fausseté de l’année mentionnée dans la Fama y obras postumas de 1700. Elle n’a pas été baptisée le 12 novembre 1651, mais le 2 décembre 1648. La preuve est toute simple : fin 1651 sa mère Isabel était enceinte d’une petite sœur. On ignore quelle est la part de Sor Juana elle-même dans cette légende.

3Nous trouvons du nouveau sur l’identité du mystérieux père de Sor Juana, mais non sur sa vie professionnelle. Depuis l’an 1700, on le nomme Asbaje, y compris sur le mur du Sénat de Mexico. Pourtant la vraie orthographe Asuaje était connue car elle figure dans le texte de la profession religieuse. Mais Asbaje sonne mieux et la parenté entre u, v, et b le fait apparaître comme acceptable. Ce livre vient nous apprendre que Pedro de Asuaje enfant a bel et bien débarqué à Veracruz venant de la Grande Canarie. Il réduit en cendres la vieille légende d’une origine basque de Sor Juana. Il serait étrange que ce père soit né en Biscaye comme le prétend (sous la plume de Sor Juana !) la première édition du Segundo volumen d’œuvres de Sor Juana en 1692. Elle était bien loin pour pouvoir relire les épreuves. Le maître d’œuvre, basque lui-même, a pu sortir de son rôle en jouant l’enjoliveur…

4Nous apprenons en même temps que ce père était assez âgé. En 1598, quand sa grand-mère demande à traverser l’Atlantique, il a déjà un petit frère futur dominicain. Il a donc une bonne cinquantaine d’années quand il engendre Sor Juana. Un décès vers la soixantaine devient plus probable qu’un abandon de famille. Par contre, on se perd toujours en conjectures sur les raisons de cette curieuse union libre alors que les trois sœurs d’Isabel se sont mariées. Le livre va jusqu’à évoquer un possible vœu religieux antérieur. Quant à la déclaration apparemment mensongère de légitimité lors de la profession de Sor Juana, les auteurs se demandent si la vice-reine Mancera n’aurait pas obtenu une légitimation en règle de l’archevêque Fray Payo qui lui-même était né hors mariage d’un père vice-roi de Catalogne. Il semble néanmoins que, pour la société mexicaine et en partie pour les lecteurs espagnols, la « tache » ait réellement été vue comme telle.

5Une belle étape et l’espoir d’autres trouvailles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Guillermo Schmidhuber de la Mora, Olga Martha Peña doria, Familias paterna y materna de Sor Juana, Hallazgos documentales », Caravelle, 109 | 2017, 214-215.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Guillermo Schmidhuber de la Mora, Olga Martha Peña doria, Familias paterna y materna de Sor Juana, Hallazgos documentales », Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2535

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy-Berling

Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals