Navigation – Plan du site

AccueilNuméros109Comptes rendusJean-Michel Wissmer, Las Leyendas...

Comptes rendus

Jean-Michel Wissmer, Las Leyendas de Sor Juana o como construir un icono

Toluca de Lerdo, Fondo Editorial Estado de México (FOEM), 2016
Marie-Cécile Bénassy-Berling
p. 215-216
Référence(s) :

Jean-Michel Wissmer, Las Leyendas de Sor Juana o como construir un icono, (ensayo) Toluca de Lerdo, Fondo Editorial Estado de México (FOEM), 2016, 142 p.

Texte intégral

1Un beau sujet pour l’écrivain chercheur genevois ! Juana est un phénomène et, depuis toujours, la légende lui colle à la peau. Pendant son enfance les gens lui attribuaient la science infuse. Le xixe siècle inventa le chagrin d’amour comme motif de l’entrée au couvent. Le sujet de ce livre, ce sont les légendes actuelles qui en effet foisonnent. L’une d’elles occupe de nos jours pratiquement toute la place dans le roman et le cinéma (même chez Netflix dans un assez joli film), ce sont les amours saphiques entre la religieuse et la vice-reine María Luisa de Paredes. La chose est parfaitement invraisemblable puisque les vers d’amour exalté de Sor Juana ont été édités de son vivant, sous son nom et avec l’approbation du censeur ecclésiastique : le public d’alors n’y voyait que de la littérature et une adulation usuelle envers les grands. Ici, au lieu de partir en guerre contre une erreur qu’il ne partage évidemment pas, l’auteur préfère examiner avec finesse le type d’hermaphrodisme intellectuel de Sor Juana.

2Par contre on est surpris de son indulgence à l’égard de l’étrange invention, à la fin du xxe siècle, d’un procès ecclésiastique secret contre Sor Juana par un professeur qui inspirait confiance, légende qui s’est éteinte faute du moindre document. En outre Wissmer simplifie un peu la légende pieuse qui fait de Sor Juana à la fin de sa vie une sainte pénitente. Quelques années après la mort de la « Décima Musa », une autorité jésuite tenta en vain de lancer cette nouvelle dévotion. Des catholiques ont repris le thème au xxe siècle. Un chercheur mexicain – par ailleurs méritant – essaie actuellement de l’imposer, mais il est fort isolé dans la profession. On a le droit de mettre en doute l’existence d’une persécution en règle subie par Sor Juana à la fin de sa vie, sans lui attribuer pour autant une conversion exemplaire. Dans ce livre, certains documents récemment découverts (et en outre les Trampas de la fe, d’Octavio Paz, 1982) figurent de façon trop allusive. En particulier une lettre de l’évêque de Puebla, pleine de pieuses exhortations, prouve qu’après sa rupture avec le directeur spirituel Núñez, Sor Juana ne l’a pas remplacé : inévitablement la lettre aurait fait allusion au « confrère ».

3Le vrai sujet ici est de montrer que les légendes cachent toujours quelque vérité et d’étudier le rôle de Sor Juana dans la construction de sa propre image. Il est vrai que celle-ci était son unique fonds de commerce. Y veiller était pour elle une affaire de survie.

4Ce livre est fait plutôt pour deux publics : d’une part le vrai novice curieux qui veut avoir une idée du monde de Sor Juana et des écueils du « sorjuanisme », d’autre part le chercheur déjà assez bien informé qui apprend beaucoup. Il bénéficie de plusieurss bonnes analyses de textes. Il approfondit des sujets encore insuffisamment développés : l’histoire des villancicos qui se recyclent indéfiniment d’un auteur à l’autre, la signification des Enigmas adressées par Sor Juana aux nonnes portugaises, le thème inépuisable du narcissisme. Ajoutons quelques thèmes inattendus comme l’importance du père Calleja, le correspondant espagnol qui apparaît un peu comme un frère, la curieuse apparition à Mexico d’une sainte indienne canadienne pour justifier au début du xviiie l’accès à la vie religieuse de filles de caciques, enfin l’incroyable épisode du grand Samuel Beckett invité par Octavio Paz en 1950 à traduire du Sor Juana en anglais, alors qu’il ignorait l’espagnol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Jean-Michel Wissmer, Las Leyendas de Sor Juana o como construir un icono »Caravelle, 109 | 2017, 215-216.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy-Berling, « Jean-Michel Wissmer, Las Leyendas de Sor Juana o como construir un icono »Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 18 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2538

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy-Berling

Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search