Navigation – Plan du site
Comptes rendus

José María Imízcoz Beunza, Andoni Artola Renedo (coord.), Patronazgo y clientelismo en la monarquía hispánica (siglos xvi-xix)

Universidad del País Vasco, 2016
Evelyne Sanchez
p. 220-225
Référence(s) :

José María Imízcoz Beunza, Andoni Artola Renedo (coord.), Patronazgo y clientelismo en la monarquía hispánica (siglos xvi-xix), Universidad del País Vasco 2016, 430 p.

Texte intégral

1Ce livre collectif, publié dans une édition soignée, est ambitieux tant par son approche que par son contenu. Il s’inscrit en effet dans la ligne des études sur les liens sociaux – les réseaux qui se constituent autour de relations hiérarchisées – et une histoire culturelle du politique. En effet, une large part est faite à l’analyse des valeurs partagées sur lesquelles s’appuie le patronage en tant que relation non contractuelle et qui constituent un socle non négligeable sur lequel repose l’édifice de l’Ancien Régime. Il est également ambitieux car il aspire à présenter une vision globale de la Monarchie espagnole – dans ses différents territoires, les Amériques, les Flandres, l’Italie et bien évidemment l’Espagne, et même dans ses représentations externes avec un chapitre sur un ambassadeur nommé à Paris – au cours des trois siècles de l’époque moderne. Si l’on ajoute à cela qu’il se s’agit pas d’une simple succession de monographies sur chacun des territoires de la Monarchie car les textes soulignent l’articulation que permettait le clientélisme entre ces territoires, que le rôle des acteurs civils et ecclésiastiques est pris en compte et enfin que ce rôle est analysé aussi bien au prisme de leur pouvoir politique que de leur influence culturelle et de leur contrôle des ressources économiques, on peut alors prendre la mesure de ce projet collectif.

2Dix-sept chapitres organisés en quatre parties constituent ce volume et, bien que seulement deux chapitres portent spécifiquement sur les Amériques – signés par Pilar Ponce Leiva et Arrigo Amadori – sa présentation dans Caravelle se justifie par l’imbrication des politiques, des stratégies et des ressources mises à disposition notamment du monarque dans l’ensemble de ses territoires pour mener une politique à l’échelle de la Monarchie espagnole. Celle-ci était, comme l’a démontré François-Xavier Guerra, l’identité première revendiquée par les élites américaines qui la divisaient entre ses deux piliers, l’un américain, l’autre européen. Car au-delà des nécessaires disparités territoriales, la pratique du clientélisme semble à la lecture de l’ensemble, assez homogène : des liens personnels sont tissés entre des personnes qui occupent des positions différentes dans la hiérarchie et ont un accès différencié aux ressources, mais s’appuient toujours sur des structures – notamment institutionnelles – qui formalisent ces liens. Les sources orientent certainement l’historien vers ces structures visibles (charges occupées dans une institution, prébende ecclésiastique, etc.) mais force est de constater que les relations sont d’autant plus solides qu’elles sont formalisées grâce aux ressources institutionnelles.

3L’ouvrage est organisé de manière à mettre en évidence les évolutions et « basculements » du pouvoir exercé par le patronage en faveur du roi depuis la fin du Moyen Âge. L’analyse des pratiques sociales permet ainsi d’écrire une histoire politique qui mène à l’absolutisme, sans pour autant oublier les stratégies des élites locales pour conserver une certaine autonomie, et qui en montre aussi les faiblesses lorsque l’augmentation des clients de la monarchie devient supérieure à celle des ressources à sa disposition.

4Les trois premiers chapitres du livre proposent une approche théorique sur le patronage et le clientélisme. J. M. Imízcoz Beunza explique la démarche commune des auteurs qui consiste à ne plus penser l’inégalité en termes de séparation et d’opposition, souvent mises en exergue par les sources judiciaires, mais comme un lien constitué autour des relations de distributions. On peut d’ailleurs souligner que, dans le cadre des sociétés dites modernes, ou post Ancien Régime, cette approche n’est pas étrangère aux études sur le paternalisme. Ainsi, une économie verticale distributive crée des liens entre tous ceux qui approvisionnent et ceux qui captent les rentes (commerçants, artisans…). Dans ce cadre, l’augmentation des ressources de la monarchie renforce la dépendance des grandes familles régionales, ce qui souligne l’importance des ressources américaines dans la constitution de la Monarchie espagnole dans son ensemble. Le nombre de charges et de prébendes à distribuer sont autant d’opportunités pour le roi d’exercer la grâce et de se créer des obligés. J.-P. Dedieu s’appuie quant à lui sur le concept de convention, défini comme règle de coordination, intégrée au point d’être mise en œuvre de façon inconsciente. Les conventions royale et divine opèrent pendant l’Ancien Régime. Lorsqu’elles s’effondrent, et avant l’apparition des conventions nationale et laïque, d’autres conventions de l’Ancien Régime prennent le relais, qui étaient en second plan et n’apparaissent clairement qu’au moment de la transition (d’où l’intérêt du processus de Cadix). L’auteur montre, en s’appuyant notamment sur le terrain chilien, que la convention du royaume, qui va devenir nation, est celle qui fait le lien entre la convention royale et la société du royaume. Relevons notamment ici en guise d’exemple, l’intéressante réflexion (pages 53-57) sur les stratégies de transmission du patrimoine menées malgré les lois au cours desquelles le roi et l’Eglise se chargent de trouver aux puînés des charges, et évitent ainsi des conflits au sein des familles des élites. La convention sert ainsi la stabilité et renforce l’arbitrage du roi. Le chapitre de P. Ponce Leiva clôture cette partie avec une comparaison de l’historiographie sur les pratiques le patronage et le clientélisme en Amérique et en Europe. L’auteur y souligne notamment que l’historiographie américaine est centrée sur l’analyse des comportements (par rapport aux lois) mais est oublieuse de la théorie politique. Il est à cet égard dommage que les travaux de Federica Morelli sur le thomisme n’aient pas été mentionnés comme exception à cette règle. Au-delà de l’historiographie, l’auteur compare également les situations. Ainsi, la vénalité des charges a-t-elle en Amérique des conséquences particulières car, appliquée à une société coloniale à tendance ploutocratique, l’argent non seulement permet d’acheter des charges, modifiant ainsi le contenu du patronage royal, mais « blanchit » également qui peut se les offrir. Ajoutons à cela un point qui n’est pas abordé dans ce chapitre : le patronage seigneurial ne s’est pas développé dans les territoires américains contrairement à la métropole ou dans une situation marginale (encomienda) à l’échelle des trois siècles de colonisation.

5C’est d’ailleurs le patronage seigneurial qui est l’objet du chapitre d’A. Carrasco Martínez, inaugurant la partie sur le patronage des « puissants ». Le seigneur se trouve dans la confortable situation de jouir d’une grande autonomie tout en profitant de la légitimité royale puisqu’il peut exercer certaines attributions du monarque. Le pouvoir seigneurial établit des liens – souvent familiaux – avec d’autres juridictions (ecclésiastique, municipalités, roi) et est donc partie intégrante de l’Ancien Régime et non un résidu du féodalisme. Le chapitre de L. Salas Almeda analyse le patronage exercé par la maison du duc de Medina Sidonia au cours des xvie et xviie siècles. Les ducs étaient capables de « participer à la distribution de la grâce royale » ; ainsi, de leur position d’intermédiaires obligés découlaient leur autorité, leur influence et leur légitimité. Mais l’auteur n’en resta pas là et analyse le cas de Medina Sidonia dans son rôle de tête de réseaux construits autour de ses quatre agences seigneuriales, sortant ainsi de la seule représentation de la grâce royale. Il montre que si les agences étaient des instruments importants, les ducs n’avaient toutefois qu’une confiance relative en leurs clients et en leur efficacité. Ils multipliaient donc les contacts afin de créer une opinion favorable – par exemple auprès d’un tribuna – jouant ainsi la carte du nombre. A. Atienza López analyse quant à elle le patronage exercé par les élites sur les couvents au moyen des fondations. Les ressources ainsi acquises (espace pour le caveau familial, place au couvent pour les filles non mariées, obtention de prêts de la part des institutions ecclésiastiques) étaient utilisées tant au bénéfice direct du lignage du patron que de ses obligés. L’auteur met bien en lumière la particularité de ce type de patronage car la relation patron/couvent est contractuelle et peut donc être objet de négociation et de plaintes, souvent du couvent contre le patron. Comme par ailleurs le patronage de couvents est un investissement recherché, ceux-ci se trouvent souvent dans une position de force, ce qui consolide encore son caractère particulier. La contribution d’A. Irigoyen López sur le patronage exercé par les évêques espagnols observe la spécificité du patronage ecclésiastique depuis un angle qualitatif en montrant que son contenu change selon qui cherche à établir la relation, du patron ou du client. Or les évêques sont à la fois patrons et clients, clients du roi en vertu du Real Patronato, et patrons des prélats dont ils proposent la nomination. Cette situation les oblige à s’attacher un personnel capable de les aider à remplir les tâches définies par le Concile de Trente tout en étant des agents du roi qui assument des tâches de gouvernement. Le patronage apparaît ici comme un « contrat moral » dans lequel les deux parties s’engagent, situation dont une lecture en simples termes d’intérêts partagés ne saurait rendre compte. Le chapitre de J. Zorrozua Santisteban sur le mécénat finit cette partie en soulignant l’importance du rôle des indianos – et donc des ressources américaines – dans les activités artistiques et culturelles de la métropole.

6Suivent cinq chapitres sur le patronage royal et le gouvernement de l’Empire sous les Habsbourg. M. Diago Hernando analyse les relations entre les oligarchies urbaines et la monarchie au prisme du patronage, alors que les charges électives et annuelles des édiles tendent à devenir de plus en plus des charges à vie souvent transmises à un parent. La politique des monarques est à cet égard parfois chaotique ; augmentant puis limitant les charges (l’auteur cite ainsi Cordoue qui passe de 24 à 89 charges avant de revenir à 34), ils n’en influencent pas moins la formation des élites politiques des villes de Castille. Dans ce contexte, la crise de succession qui suit le décès d’Isabelle la Catholique et qui dure jusqu’en 1520 complique la situation : l’existence de factions fait que le patronage peut devenir un facteur d’instabilité ; la reprise en main par Charles premier a d’ailleurs débouché sur la révolte des comuneros. Le rétablissement des charges à vie lui attache les familles de l’oligarchie mais la vente de charges municipales en 1543 modifie encore la relation entre monarchie et ville en permettant l’accès aux charges à de nouvelles familles récemment enrichies. R. Rodríguez Pérez s’intéresse quant à lui au poids culturel des élites en analysant le patronage culturel de la Maison des Vélez au cours de trois siècles. S. Duc emmène le lecteur dans le duché de Milan. Son chapitre – rédigé en français – souligne le point de vue des clients qui ont, comme dans le cas des couvents, le choix du patron – François 1er, Charles Quint et Francesco II Sforza, protégé par Charles Quint – à ceci près que les victoires et défaites militaires et les stratégies des monarques orientaient les choix. Ainsi, contrairement à François 1er, Charles Quint a opté pour reconnaître l’autorité des élites locales et a obtenu leur soutien sans réserve tout en leur octroyant le prestige de servir l’Empereur. Soulignons que Charles Quint apparaît ici comme un fin stratège politique alors que sa maladresse ressort dans un précédent chapitre sur les élites municipales. Le gouverneur nommé à Milan doit alors transmettre les noms des pressentis pour occuper des charges et faire remonter les suppliques locales. Sous Philippe II, les familles lombardes prospèrent grâce à leur insertion dans l’empire espagnol et maintiennent la Lombardie fidèle au roi d’Espagne alors même que son autorité est discutée dans les Flandres. C’est précisément dans cette région de la Monarchie que nous mène le chapitre de J. E. Hortal Muñoz. Les liens avec la Monarchie y connaissent des soubresauts, tout d’abord avec la concurrence des élites déployée lors de la crise qui a suivi la mort d’Isabelle la Catholique, le malaise ressenti par les élites de Castille à l’arrivée de Charles 1er et enfin la concurrence des royaumes (Castille, maison de Bourgogne, Flandres) finit par marginaliser ce territoire. L’analyse en termes de patronage royal permet ici de proposer une grille d’interprétation alternative à celle des guerres de religion et des révoltes paysannes. Enfin, le chapitre d’A. Amadori nous ramène à ce qui nous intéresse le plus ici : le lien entre l’Amérique et sa métropole. C’est bien sûr le Conseil des Indes qui occupe le rôle central dans le patronage royal et de la cour. L’auteur part de l’hypothèse que les ressources américaines ont permis à la Couronne d’accomplir ses obligations de patronage et de mettre en œuvre des projets dans plusieurs territoires de la monarchie, affirmation vérifiée de manière tangentielle dans les autres chapitres. Au xviie siècle la question se pose en ces termes : si le valido (Olivares) ne pouvait prétendre à l’exercice de la grâce pour ne pas créer des réseaux de clientèle parallèle à celui qui émane du roi, son influence sur le monarque lui a donné un rôle-clef dans la gestion du patronage exercé grâce aux ressources américaines. Le problème consistait donc à éviter la constitution de factions adverses. L’auteur analyse alors les liens très étroits entre les membres-clefs du Conseil des Indes et Olivares, qui ne privent pas pour autant l’institution d’une marge de manœuvre.

7La dernière partie réunit quatre chapitres qui proposent une approche de la crise monarchique à partir de l’analyse des liens de clientélisme. Le premier, de J. Sánchez Márquez, se situe aux marges de la monarchie espagnole en présentant l’arrivée très préparée du nouvel ambassadeur d’Espagne en France, Campoflorido, alors que les Bourbons régnaient des deux côtés des Pyrénées. Campoflorido était Sicilien et était ambassadeur à Venise quand il fut envoyé à Paris, héritant du poste du Marquis de la Mina au moment où une guerre entre l’Espagne et l’Angleterre rendait nécessaire l’alliance transpyrénéenne. Si les conseils et avertissements reçus par le nouvel ambassadeur avant même son arrivée permet de reconstituer les rapports de pouvoir à la Cour, l’analyse est ici faite plus en termes de réseau que de clientélisme ou de patronage. Les deux chapitres suivants, de C. González Caizán et de A. Calvo Maturana et M. A. González Fuertes, présentent respectivement les liens de patronage créés par Ensenada, marquis tout puissant puis en disgrâce, et ceux très critiqués de Charles et Godoy. Le premier montre une organisation partisane en plusieurs cercles hiérarchisés et composés d’hommes de confiance qui ont en commun le fait de vouloir collaborer à la mise en œuvre d’un projet politique, tandis que le second montre comment Godoy s’est évertué à désarticuler le réseau constitué par Floridablanca pour le remplacer par ses fidèles. Ce faisant, il eut la maladresse de ne pas prendre en considération les exigences de mérite et de capacité que la culture des Lumières encourageait pour légitimer l’accession aux postes-clefs des administrations. Enfin, le chapitre d’A. Artola Renedo clôt cet ouvrage par une analyse des tentatives de Joseph 1er de se créer une légitimité en usant des bénéfices ecclésiastiques pour se créer un réseau de dépendants. Ce travail ne se limite pas aux seules charges ecclésiastiques car l’auteur met constamment en contexte l’utilisation de cette ressource par le monarque avec d’autres moyens, comme la distribution de titres de noblesse, la création de l’Ordre Militaire d’Espagne en 1808 devenu Ordre Royal d’Espagne l’année suivante, et qui ont accompagné la suppression d’anciennes institutions (autres ordres militaires, suppression de la dîme, des ordres religieux, etc.). De même, Joseph 1er prétendait imposer une réinterprétation du mérite pour obtenir une prébende puisqu’il fallait désormais faire la propagande de la dynastie pour y prétendre. Mais le monarque ne disposait pas de ressources suffisantes pour créer un réseau dense qui reposerait sur des obligations fermes et serait apte à concurrencer la légitimité revendiquée à Cadix.

8Les deux coordinateurs de cet ouvrage ont réussi leur pari en présentant des textes qui proposent une vision globale de la Monarchie espagnole constituée autour d’une armature faite de liens rendus possibles par l’inégalité opérante dans la société d’Ancien Régime. Autour de ces liens, les vastes ressources – notamment américaines – ont consolidé la monarchie jusqu’à ce que ces mêmes ressources deviennent inaccessibles sous Joseph 1er. La gestion décentralisée, l’autonomie exercée par les élites locales et par les institutions, montrent que la dépendance des acteurs et leur inégalité ne peuvent être interprétées qu’en termes de domination et de carence de légitimité. L’objectif que les coordinateurs s’étaient proposé est donc atteint.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evelyne Sanchez, « José María Imízcoz Beunza, Andoni Artola Renedo (coord.), Patronazgo y clientelismo en la monarquía hispánica (siglos xvi-xix) »Caravelle, 109 | 2017, 220-225.

Référence électronique

Evelyne Sanchez, « José María Imízcoz Beunza, Andoni Artola Renedo (coord.), Patronazgo y clientelismo en la monarquía hispánica (siglos xvi-xix) »Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2544

Haut de page

Auteur

Evelyne Sanchez

CNRS-FRAMESPA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals