Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Brian R. Hamnett, The End of Iberian Rule on the American Continent 1770-1830

Cambridge, Cambridge University Press, 2017
Bernard Lavallé
p. 225-227
Référence(s) :

Brian R. Hamnett, The End of Iberian Rule on the American Continent 1770-1830, Cambridge, Cambridge University Press, 2017, 364 p.

Texte intégral

1Brian Hamnett a déjà publié sur l’époque de l’Indépendance des pays de l’ancien empire espagnol des travaux qui ont fait date. Si le premier, paru en 1971, et plusieurs fois réédité, portait sur le Mexique (Politics and Trade in Southern Mexico, 1750-1821), d’autres concernaient la Colombie (Popular Insurrection and Royalist Reaction : Colombian Regions 1810-1823) et dans une perspective comparatiste assez rare, à la fois le Mexique et le Pérou (Revolución y contrarrevolución en México y el Perú. liberales, realistas y separatistas, 1800-1824 [1978 et 2011]).

2L’objet du présent livre n’est pas d’en ajouter un à la bibliographie déjà énorme sur l’Indépendance. Il se singularise en effet de plusieurs manières. La première est d’envisager ensemble les empires espagnol et portugais, chose peu fréquente jusqu’à présent, deux empires qui, malgré leurs différences, eurent en commun de vouloir préserver leurs monopoles commerciaux avec leurs colonies et de rester longtemps relativement à l’écart des luttes impériales du xviiie siècle et de leurs prolongements outre-mer.

3Comme il le dit dès le début de son introduction, l’objectif principal de Hamnett a été de comprendre et d’expliquer pour quels motifs les deux empires ont duré aussi longtemps, pour quelles raisons ils avaient une aussi forte identité et comment en fin de compte l’Espagne et le Portugal ont perdu leurs territoires américains.

4Tels qu’étaient organisés ces deux empires, l’Espagne et le Portugal n’en étaient que deux éléments constitutifs, et, à l’époque considérée, la crise s’étendit pour les deux d’un côté et de l’autre de l’Atlantique. Dans les deux cas, Brian Hamnett a voulu montrer le processus d’Indépendance en relation avec une série de déterminants structurels du collapsus impérial qui eut lieu dans les deux métropoles.

5Dans ses pages liminaires, l’auteur se situe aussi avec beaucoup de finesse et de nuance par rapport aux diverses options historiographiques qui se sont consacrées à l’Indépendance, avec pour certaines une prédilection marquée pour telle ou telle région. Il offre un panorama particulièrement éclairant et suggestif des apports, et des faiblesses relatives, de ces différentes « écoles ». Il précise aussi qu’il ne s’est pas placé dans le cadre bien connu de l’Atlantic history chère au monde anglo-saxon. Son intérêt pour le monde andin, les échanges américains interrégionaux, notamment sur les côtes du Pacifique, l’expliquent en partie. Avec la délicatesse qui le caractérise, B. Hamnett n’hésite d’ailleurs pas à faire la critique du terme Atlantique qui, pour l’histoire de l’Amérique, lui semble à la fois contraignant, voire étroit, et mériter d’être reconsidéré afin de n’être pas un simple placage ou une subordination mécanique à un modèle loin d’être pertinent à tous égards.

6Le livre est composé de trois parties. La première (One sole monarchy, « one sole nation » -advocates, critics and challangers) étudie les systèmes de négociation, les réseaux et les liens qui fonctionnaient dans les empires ibériques et assuraient à la fois leur solidité et leur pérennité dans le cadre de monarchies sans doute composites. Ces réalités amènent à reconsidérer le sens du mot absolutisme, à revoir les limites du concept de colonialisme et à évaluer le rôle des élites locales ou régionales et des municipalités. B. Hamnett donne comme exemple ce qui se passait à Puebla et le rôle des liens communautaires des milieux marchands dans les Andes.

7Il consacre aussi un sous-chapitre aux perceptions andines de la monarchie hispanique travaillées par le sentiment néo-inca, les grandes rébellions des années 1780 et les distances séparant la religion officielle de celle pratiquée par le peuple. La première partie se termine sur une réflexion autour du concept d’une nation impériale unie, et se demande dans quelle mesure il a été la cause, ou la conséquence, d’une modification du centralisme métropolitain. L’ouvrage consacre aussi des analyses critiques aux clivages entre Péninsulaires et aux regards différents qui pouvaient être portés sur l’empire, par exemple à Cuba, avant de conclure sur l’échec de l’expérience du concept lié sans doute aux crises que traversèrent les métropoles à la fin du xviiie siècle et au début du suivant.

8La seconde partie du livre (Salvaging the greater nation – Constitutionalism or absolutism) a précisément pour objet ces crises avec, d’un côté les monarchies cherchant la solution dans des juntas en Espagne et en Amérique espagnole, des congrès et des constitutions et, de l’autre, leurs territoires américains en proie à une violence souvent difficile à contrôler. B. Hamnett montre successivement la situation à Mexico, Quito, dans le Haut-Pérou, les pays de la Caraïbe, du Río de la Plata et au Chili, mais aussi au Brésil où s’était transportée la couronne portugaise.

9Le projet libéral espagnol suscita également de fortes oppositions. Les discussions achoppèrent sur des points importants dont pouvait dépendre l’avenir : monocamérisme ou bicamérisme, nation et attributs de la souveraineté, question religieuse, suprématie du législatif ou de l’exécutif, relation avec les territoires américains, problèmes de fiscalité, etc. Dans ce prolongement, l’auteur examine ensuite comment s’est développée et mise en place une véritable contre-révolution qui diabolisa le constitutionnalisme libéral tant en Espagne qu’en Amérique et chercha la restauration de l’absolutisme dans le cadre compliqué de la politique européenne de l’époque.

10La troisième partie (Shattering the greater nation : fragmentation, separate sovereign states and the search for legitimacy) montre en action les forces qui se manifestèrent au cours de la décennie des années 1820-1830. Il fait un sort particulier à la séparation (à l’amiable ?) du Portugal et du Brésil, insiste sur la défaite du libéralisme dans les deux pays de la Péninsule ibérique et compare l’empire du Brésil, un État à l’ancienne, et les tropismes de la sécession, puis du séparatisme et du républicanisme en Amérique espagnole où s’effondra le rêve de Bolivar, en suivant des routes diverses comme le montrent les exemples du Mexique et du Pérou.

11Ce livre, très clair, solidement construit et argumenté, produit d’une vie de recherche et de réflexion, nourri d’une connaissance sans faille de l’historiographie concernant ces thèmes et cette époque (la bibliographie compte près de trente pages) est un apport de première grandeur et ne tardera pas à devenir un classique, une référence obligée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Brian R. Hamnett, The End of Iberian Rule on the American Continent 1770-1830 », Caravelle, 109 | 2017, 225-227.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Brian R. Hamnett, The End of Iberian Rule on the American Continent 1770-1830 », Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2547

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals