Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guillermina Del Valle Pavon, Donativos, préstamos y privilegios, los mercaderes y mineros de la ciudad de México durante la guerra anglo-española de 1779-1783

México, Instituto de Investigaciones Dr José Luis Mora, CONACYT, 2016
Bernard Lavallé
p. 227-229
Référence(s) :

Guillermina Del Valle Pavón, Donativos, préstamos y privilegios, los mercaderes y mineros de la ciudad de México durante la guerra anglo-española de 1779-1783, México, Instituto de Investigaciones Dr José Luis Mora, CONACYT, 2016, 227 p.

Texte intégral

1Après la guerre de Sept Ans (1756-1763) marquée par la prise de La Havane et de Manille, deux places essentielles dans le dispositif du commerce impérial, la politique de Charles III entreprit de restaurer la suprématie espagnole dans ses colonies. Une série de mesures alors prises eut pour but d’y parvenir. Il faut citer en particulier le Règlement du Commerce Libre édicté en 1765, la création de nouveaux Consulados pour les marchands dans un certain nombre de villes, et l’ouverture du Commerce Libre, en 1778 et 1779, à pratiquement tous les ports américains et espagnols.

2Sur ces entrefaites survint la guerre hispano-anglaise de 1779-1783. La Couronne mit alors en œuvre une série de mécanismes visant à obtenir l’aide et la contribution de l’économie de Nouvelle-Espagne pour renforcer la Flotte et soutenir l’effort financier rendu nécessaire par le conflit. Dans la mesure où ces ponctions intervinrent dans un contexte économique et commercial bien particulier, l’auteure commence en fait son analyse en 1774, année où fut autorisé le commerce de produits locaux entre les possessions espagnoles riveraines du Pacifique, décision qui, comme l’a bien montré M. A. Bonialian, ouvrit une époque nouvelle, et pas seulement pour les échanges dans le Pacifique.

3Après une longue et brillante introduction d’une vingtaine de pages très précises et documentées sur le contexte, l’époque et la bibliographie les concernant, comme annoncé dans le titre, le premier chapitre étudie des contributions sollicitées par le Ministère des Indes en Nouvelle-Espagne afin de renforcer la Marine de guerre, seule capable d’assurer le fonctionnement de l’ensemble du circuit commercial espagnol. L’auteure montre dans quelles circonstances eut lieu l’octroi par le Consulado de Mexico et par la corporation des propriétaires de mines, d’une somme énorme destinée en principe à la construction de navires.

4Chose intéressante du point de vue de la politique générale de la Couronne, G. del Valle Pavón essaie aussi de déceler quelles contreparties ces corps devaient, ou pensaient, obtenir de dons aussi considérables. Ensuite, avec beaucoup de détails très parlants, on voit comment fut obtenu auprès des corporations de Mexico le donativo universal de 1781, en particulier du Tribunal mercantil et des marchands.

5Le livre consacre à la conjoncture économique un chapitre très riche et nourri en examinant les flux généraux créés par les nouvelles possibilités offertes au commerce des provinces espagnoles du Pacifique. Ces pages étudient successivement les échanges de biens européens et asiatiques, le rôle du cacao de Guayaquil et des textiles, enfin la question complexe de l’interdiction d’envoyer par les ports du Pacifique mexicain des marchandises asiatiques ou européennes vers le Pérou.

6Le troisième chapitre analyse avec la même précision les moyens extraordinaires demandés par le gouverneur militaire de La Havane afin de subvenir aux besoins des campagnes de 1782 et 1783. Tous participèrent à cet effort, aussi bien les marchands créoles et les principaux vecinos de la capitale de Nouvelle-Espagne que les comisionistas péninsulaires installés à Mexico et à Jalapa où se tenaient les foires. Là encore, l’auteure s’interroge sur les raisons de cette bonne grâce et ce qui en était attendu en retour. Elle montre en particulier comment la corporation des mineros put ainsi accroître ses privilèges et surtout son indépendance grâce aux Ordenanzas del cuerpo de minería à venir. Quant aux marchands, ils obtinrent une amélioration sensible de l’alcabala qui pesait de façon toute particulière sur leurs activités.

7Une des conséquences de cette politique fut évidemment l’apparition d’une dette interne appelée à ne cesser de croître. Elle eut aussi pour effet de montrer la loyauté des sujets de Nouvelle-Espagne, mais en même temps de leur faire gagner des compensations non négligeables qui favorisèrent leurs affaires, donc leur position sociale et politique, en affermissant d’ailleurs encore le rôle prépondérant de Mexico dans la vice-royauté puisque c’est de cette ville que provint l’essentiel des sommes réunies.

8Une autre question importante est soulevée : la majeure partie des fonds partit vers La Havane vu les demandes expresses des autorités de l’Île. Comment furent-ils utilisés ?

9Ce livre montre également que si Charles III prétendait rationnaliser sa politique fiscale, dans la pratique il eut recours néanmoins, vu les urgences, à des mesures exceptionnelles finalement bien acceptées. Cet aspect est important. Il démontre, et l’auteure insiste sur ce point, que dans le cadre d’une constante négociation, les corporations et les particuliers fortunés étaient prêts à négocier, de bon gré, avec la Couronne en échange de nouveaux avantages et du maintien de l’ancien régime de leurs privilèges.

10Qu’en serait-il lorsque la pression deviendrait trop grande, de façon répétée pour ne pas dire constante avec les guerres contre la France (1793-1795) et surtout l’Angleterre (1796-1802 et 1804-1809) ?

11Si l’on ajoute la précieuse bibliographie de l’ouvrage, on a avec ce livre non seulement un outil remarquable pour la compréhension de la politique et de l’économie mexicaines de ces années, mais aussi un exemple qui amène sans doute à réfléchir sur la politique éclairée dans d’autres régions de l’ex-empire espagnol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Guillermina Del Valle Pavon, Donativos, préstamos y privilegios, los mercaderes y mineros de la ciudad de México durante la guerra anglo-española de 1779-1783 », Caravelle, 109 | 2017, 227-229.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Guillermina Del Valle Pavon, Donativos, préstamos y privilegios, los mercaderes y mineros de la ciudad de México durante la guerra anglo-española de 1779-1783 », Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2549

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals