Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Manuel Hernández González, Liberalismo y masonería entre Europa y América, Diego Correa (1772-1843)

Santa Cruz de Tenerife, Ediciones Idea, 2017
Bernard Lavallé
p. 229-230
Référence(s) :

Manuel Hernández González, Liberalismo y masonería entre Europa y América, Diego Correa (1772-1843), Santa Cruz de Tenerife, Ediciones Idea, 2017, 245 p.

Texte intégral

1Ce livre se situe à la croisée de plusieurs thèmes de recherche que son auteur mène depuis maintenant de nombreuses années : le rôle des Canariens des deux côtés de l’Atlantique entre la fin du xviiie siècle et le début du suivant, l’action idéologique et politique de la franc-maçonnerie à cette époque-clé du devenir de l’empire, les chemins parfois détournés de l’émancipation des colonies espagnoles. En 1992, M.  Hernández González avait déjà publié une biographie de Diego Antonio Correa Gorbalán, né à La Laguna en 1773, puis il a édité ses textes alors connus. Les nombreux chantiers de recherche de l’auteur au cours des vingt dernières années l’on souvent fait croiser la route de Correa, lui ont permis de retrouver des ouvrages oubliés dans les archives de la Péninsule, des Canaries, voire des États-Unis.

2Le présent livre est donc une mise à jour prenant en compte toutes ces nouveautés. On y suit Correa au cours de sa jeunesse canarienne, lors de sa participation aux moments très troublés et complexes de la Junta Suprema de Canarias, en tant que soldat pendant la Guerre d’Indépendance. On le retrouve ensuite à Philadelphie, centre de l’activisme indépendantiste hispano-américain, à Cadix au moment des Cortes, journaliste à El Diario Mercantil et à El Duende de los Cafés.

3Ce n’était là que le début d’un parcours extrêmement riche, varié et infatigable. Ensuite Correa vécut à Londres, capitale européenne des partisans, et des acteurs, de l’Indépendance des colonies espagnoles, où son libéralisme tout à la fois acheva de se construire et trouva une expression politique plus complète.

4L’acceptation forcée de la Constitution par Ferdinand VII en mars 1820, permit à Correa de revenir en Espagne et de s’installer à Madrid. Il s’y montra particulièrement actif dans les milieux maçonniques et libéraux. Promu colonel grâce à ses appuis, il fut désigné administrateur des douanes de Querétaro au Mexique, mais la victoire des indépendantistes dans ce pays eut pour effet d’interrompre son voyage à Cuba où il séjourna avec son fils à un moment compliqué du devenir de l’Île. Il travailla notamment à l’unification des obédiences maçonniques. L’auteur en profite pour analyser, dans le chapitre le plus long et le plus fouillé du livre, les relations tendues entre libéraux exaltés et francs-maçons, la Grande Loge ayant pris la défense des classes dominantes cubaines hostiles à tout type d’aventure révolutionnaire qui aurait entraîné des changements significatifs dans l’ordre économique et social.

5Correa regagna l’Espagne en 1823. Ses expériences passées et les incertitudes de l’époque l’amenèrent à écrire beaucoup afin de renforcer l’ordre constitutionnel que certains de ses proches abandonnèrent. Il appela, en vain, dans diverses proclamations à défendre la Constitution ; en particulier il demanda à l’Armée de s’opposer aux Cent mille Fils de Saint Louis.

6Avec le retour de l’absolutisme, force lui fut de repartir en Angleterre où il ne cessa pas, bien au contraire, d’écrire sur les sujets qui lui tenaient à cœur. Il ne devait revenir en Espagne qu’en 1835, sous le nouveau règne d’Isabel II et un certain libéralisme. Son retour en grâce fut rapide. Il fut confirmé dans son grade de colonel, en 1836 fut désigné Intendant de province aux Philippines, promotion qui était aussi, il faut bien le reconnaître, une sorte d’exil étant donné l’éloignement de l’Archipel. Une fois retraité, en 1837, il entreprit la défense de la cause libérale aux Philippines et n’hésita pas à croiser le fer avec ses ennemis, en particulier José Manuel del Regato qui s’écharna contre Correa, jusqu’à sa mort survenue aux Philippines en janvier 1843.

7Dans le dernier chapitre, l’auteur dresse un bilan de cette vie à certains moments frénétique, complexe, toujours poussée par la recherche de promotions personnelles et marquée par l’expérience militaire où il crut déceler la capacité d’une minorité à faire prévaloir la Constitution et le régime libéral. Aussi bien en Espagne qu’à Cuba, il put voir cependant que l’idée d’une révolution libérale était contrôlée par les groupes privilégiés, sans intermédiaires avec les secteurs populaires qui leur faisaient peur.

8« Su ideología representaba el grupo más radical de la revolución liberal burguesa española, pero de una concepción del poder definida por el triunfo de los postulados centralistas de la burguesía española frente a los intereses autonomistas de los criollos cubanos. » (p. 231) D’où une attitude souvent « contradictoire et hésitante » face à l’émancipation américaine que Correa considéra toujours, non sans raison, comme l’œuvre d’une révolte conservatrice de l’oligarchie créole, hostile au libéralisme qui, selon lui, ne pouvait venir que de l’Espagne. Pareille attitude, qu’il ne fut pas le seul à assumer, devait le conduire à des compromissions, voire des contradictions qui ne furent pas pour rien dans son échec et celui du libéralisme espagnol de l’époque, trop faible et appelé à pactiser avec les forces de la continuité.

9Au-delà d’un cas personnel, aussi intéressant soit-il, l’auteur a analysé, dans le cadre à la fois péninsulaire et hispano-américain, les propositions, et les limites, d’un secteur idéologique et social dont l’histoire en Espagne allait être marquée par les contradictions et les échecs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « Manuel Hernández González, Liberalismo y masonería entre Europa y América, Diego Correa (1772-1843) », Caravelle, 109 | 2017, 229-230.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « Manuel Hernández González, Liberalismo y masonería entre Europa y América, Diego Correa (1772-1843) », Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2551

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals