Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Inés Quintero (coord.), Más allá de la guerra

Caracas Editorial Alfa, 2016 (2008)
Frédérique Langue
p. 213-233
Référence(s) :

Inés Quintero (coord.), Más allá de la guerra, Caracas, Editorial Alfa, 2016 (2008), 307 p.

Texte intégral

1La période 1810-1830 demeure, de toute évidence, la séquence historique favorite de l’historiographie vénézuélienne, et plus encore à la suite des ­commémorations du Bicentenaire de l’Indépendance, opportunément récupérées par le régime chaviste et son histoire officielle. Un temps fondateur d’une nation, d’une idée républicaine visant à mettre fin à l’Ancien Régime gouverné depuis la Péninsule, d’un imaginaire politique inscrit dans la longue durée également. Alors même que le sujet du roi d’Espagne se transforme en citoyen, que privilèges et autres fueros touchent à leur fin, à tout le moins dans la perspective des théories politiques mises en exergue à l’occasion de cette décennie indépendantiste, il n’y a que peu ou pas d’études consacrées à la société elle-même, à son quotidien, guerrier ou non. La seule exception résiderait dans l’évocation de sa dimension épique, inévitablement héroïque, de ses gloires militaires, ou encore des immenses pertes matérielles et humaines, et des ruines occasionnées par une guerre parfois doublée d’une « guerre civile » comme l’avait argumenté Germán Carrera Damas. L’histoire « par le bas », pratiquée à outrance sous d’autres cieux, ne rencontre ici, à de rares exceptions prés, qu’un vide sidéral, explicable certes par la rareté relative des sources, que vient rompre précisément cet ouvrage collectif, opportunément réédité en des circonstances difficiles pour le Venezuela.

2L’ensemble de ces contributions donne à voir des figures fort diverses de la société criolla en ces premières années du xixe siècle, en une perspective certes pointilliste qui retrace bien, cependant, l’état d’une société parcourue de conflits et de revendications sociales depuis plusieurs décennies. « Au-delà de la guerre » et des déterminismes que véhicule le concept et l’hagiographie républicaine y compris dans sa version universitaire, cet ouvrage propose une approche catégorielle et des pratiques au quotidien de cette société oscillant entre Ancien Régime, Révolution et République, s’appuyant sur des documents d’archives et plus particulièrement sur des fonds judiciaires. Les esclaves tout d’abord, présents des « deux côtés », avec un enjeu renouvelé : la liberté, sans garantie aucune dans un premier temps, comme le montrent les « histoires de vies » ici proposées (Johanna Vergara). Certains d’entre eux prirent parti en effet pour la « juste cause du Roi », option choisie par l’esclave Ramón Piñero lors de sa demande de liberté en 1815 ou encore Juan José Ledezma, chef de division de l’armée de Sa Majesté et propriété d’un patriote du Guárico. Fait essentiel, et plus encore face à l’imposition de nos jours d’une histoire officielle déterministe et peu soucieuse des faits, les esclaves ne se mobilisèrent cependant pas au-delà de cette aspiration individuelle à la liberté.

3Autre catégorie revisitée dans cet ouvrage : les vagabonds et autres âmes errantes, préoccupation incessante de la Couronne hostile à une oisiveté mère de tous les vices puis d’une République privilégiant de la même manière contrainte, répression, et enfermement (Lionel Muñoz). Il est fort justement rappelé que le recours aux dispositions de la période coloniale afin de défendre des diversions « licites et honnêtes » s’explique cependant par la restauration de la Capitainerie générale, de 1814 à 1821. Les jeux de hasard, qu’ils se pratiquent dans l’espace public ou dans la sphère privée, retombèrent ainsi sous le coup de ces dispositions anciennes, amendes et châtiments (enrôlement compris), et de la surveillance exercée par les alcaldes de barrio. De même les corridas, les tavernes et autres débits de boisson facteurs de troubles à l’ordre public et moral.

4Les aspirants au mariage en temps de guerre constituent enfin un autre chapitre de ce quotidien en proie à la guerre. Tel est le sens du mariage « accéléré » (dispense des proclamations prévues depuis le Concile de Trente) concédé dans le cas des militaires afin de préserver la légitimité et la solennité des unions ainsi que l’honneur des familles mais parfois compromis par la pauvreté, la couleur ou encore l’opposition parentale motivée par ces dernières (Alexander Zambrano). Sauf période « républicaine » (la République tombe en juillet 1812 et avec elle la loi républicaine du mariage), et hors réduits et régions royalistes (comme Coro), ce sont les dispositions anciennes qui prévalent. Il en est de même des « amours contrariées », en d’autres termes de la permanence en temps de conflit des oppositions aux alliances socialement ou ethniquement « inégales » si combattues par l’ordre social et moral de la Colonia qui font l’objet d’un autre chapitre (Inés Quintero). Comme cela est désormais bien connu, ce ne sont pas les élites qui interviennent ici mais des catégories sociales à la limite de la blancheur, ou l’équivalent des « petits-blancs », souhaitant s’affranchir du stigmate social de l’esclavage et de la pauvreté, intériorisant à leur « avantage » les hiérarchies sociales de la Colonia et de ses élites les plus en vue.

5La violence et l’insécurité inspirent d’ailleurs des pratiques religieuses déjà ostentatoires au xviiie siècle. Tel est le cas lors des offices liturgiques, prudemment repliés sur la maisonnée ou des haciendas plus retirées, en principe après licence accordée par l’autorité religieuse en la matière, à savoir l’archevêque. Oratoires portatifs et pièces réservées à la prière compensent en partie la difficulté de se rendre à l’église et préservent les formes de la dévotion, comme le détaille Rosángel Vargas à travers les témoignages de voyageurs qui sous-tendent cette contribution originale. La pratique religieuse de la période est aussi celle du désarroi d’autorités religieuses confrontées aux options non plus spirituelles mais bel et bien terrestres et politiques de ses prêtres conquis par l’une ou l’autre partie.

6Autre volet de ces engagements dans le siècle : la réponse de l’université de Caracas au conflit, ses prises de position, certes mieux connues, grâce aux contributions majeures de Ildefonso Leal. Angel Almarza revient toutefois sur les prises de position « subversives » et l’engagement de l’université dans le conflit, en proposant une synthèse éclairante. Aussi bien les professeurs que leurs étudiants prirent en effet une part décisive à la Junta Suprema de Caracas et au Congrès constituant de 1811. L’université continua toutefois d’exiger la preuve de « pureté de sang » jusqu’en 1822, stigmatisant de la sorte les aspirants d’origine parda/métisse. Et ce n’est qu’en 1828 que ses nouveaux statuts furent promulgués par Bolivar, remplaçant les décrets royaux de 1727. Enseignants et étudiants furent par ailleurs nombreux à faire les frais des représailles royalistes lors de l’échec de la Première République ou encore de l’occupation de l’Université par Morillo en 1815.

7L’un des derniers chapitres revient à cet égard sur les « désastres de la guerre », à travers les correspondances et témoignages réunis par José Luis Bifano, en particulier celui de José Domingo Díaz ou de Francisco Javier Yanes et le souvenir du tremblement de terre de 1812, châtiment du ciel pour certains, catastrophe aux effets durables pour les autres : le drame de ne pouvoir subvenir aux nécessités de la guerre.

8Outre cette vision décalée et, à ce titre, compte tenu des tendances historiographiques à l’endroit du processus d’Indépendance, salutaire, à la fois de certaines marges de cette histoire de l’Indépendance et de ses acteurs plus ou moins volontaires, il convient de signaler que cet ouvrage est l’œuvre en définitive de jeunes historiens, d’une jeune génération issue précisément de l’Université centrale. Il n’hésite guère à questionner la « rupture » de l’Indépendance sur le plan du social, comme le montrent les références aux textes de loi inspirés ou hérités de la Colonia mais également les attitudes et sensibilités des acteurs du siècle nouveau, peut-être « révolutionnaires » en action et dans le domaine des idées politiques, mais majoritairement conservateurs pour ce qui est des pratiques sociales, de la vie quotidienne et tout particulièrement du statut réservé aux femmes et à la population de couleur. Sa réédition obéit certes à un succès, celui de sa première diffusion, cependant un peu passé inaperçue de ce côté-ci de l’Atlantique. Elle est aussi, et ce n’est pas le moindre de ses acquis scientifiques, l’occasion de conforter cet engagement en faveur de la liberté qui inspirait leurs prédécesseurs et qui demeure dans le Venezuela d’aujourd’hui, en un tragique retour de l’histoire, une exigence incontournable du métier d’historien confronté à un régime autoritaire si ce n’est dictatorial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Inés Quintero (coord.), Más allá de la guerra », Caravelle, 109 | 2017, 213-233.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Inés Quintero (coord.), Más allá de la guerra », Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2552

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals