Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Paul Estrade, José Martí 1853-1895. Les fondements de la démocratie en Amérique Latine

Paris, Les Indes Savantes, 2017, 709 p.
Sylvie Mégevand
p. 233-238
Référence(s) :

Paul Estrade, José Martí 1853-1895. Les fondements de la démocratie en Amérique Latine, Paris, Les Indes Savantes, 2017, 709 p.

Texte intégral

1L’ouvrage présenté ici est la réédition par Les Indes Savantes de la thèse de Doctorat d’État que Paul Estrade a soutenue en 1984 à l’Université de Toulouse II sur José Martí, cette grande figure latino-américaine qui trouva la mort en 1895, lors de la guerre d’Indépendance de Cuba. Depuis 1984, « la thèse s’est faite Livre, et le livre a fait son chemin », aux dires de son auteur : le prologue de l’éminente cubaniste Sandra Monet-Descombey Hernández justifie cette reparution, la première édition française (1987) ayant été vite épuisée du fait d’un tirage réduit. Si l’édition espagnole de 2000 avait permis de la faire connaître aux publics hispanophones, elle ne pouvait satisfaire sa diffusion auprès du lectorat francophone, ce qui est aujourd’hui chose faite grâce à cette somme de quelque 700 pages, parue en janvier 2017. On ajoutera que Martí a connu récemment un regain d’actualité dans le paysage universitaire français, une partie de son œuvre (dont l’emblématique essai Nuestra América) ayant figuré pendant deux ans au programme du CAPES externe d’espagnol.

2« Apôtre », « Maître », « guide et compagnon »… Paul Estrade souligne avec justesse et non sans modestie qu’il s’attaque à un monument de l’histoire continentale auquel seul Bolívar est comparable et dont l’aura mythique a été renforcée par la Révolution cubaine de 1959, qui a eu l’impact mondial que l’on sait et qui sacralise sa pensée au point d’avoir érigé l’ensemble de ses manuscrits en « Monument National » (1978). Du libéralisme réformiste de ses débuts à ses positions indépendantistes et nationalistes les plus radicales, de sa croyance en Dieu à sa foi dans l’Indépendance de l’île, l’auteur étudie l’évolution idéologique de Martí, qui fut façonnée par ses errances, dues à un impitoyable exil politique, comme par ses expériences de terrain, acquises dans les nouvelles républiques du sous-continent (Mexique, Guatemala, Venezuela) et aux États-Unis. La maturation de sa pensée aboutit à la création du Parti Révolutionnaire Cubain (1892) et à la lutte armée contre le colonialisme hispanique, menée de pair avec son combat contre toute velléité hégémonique états-unienne, annexionnisme compris.

3Construire une méthodologie et une perspective analytique sur une œuvre aussi féconde, dans une approche fondatrice qui plus est, est d’une extrême difficulté : par l’ampleur et la diversité du corpus tout d’abord – essais, récits, poèmes, articles de presse, analyses économiques, etc. –, mais également par sa plasticité et son évolution dans le temps, motivée qu’elle fut par les facteurs intellectuels, biographiques et historiques évoqués plus haut. C’est donc une « approche globale » avec « ses postulats et ses exigences » qu’a défendue Paul Estrade. La confrontation de la pensée de l’Apôtre avec les idéologies contemporaines n’en est que plus complexe, de même que le cheminement de sa transmission : non dogmatique et par là même subversive – c’est l’auteur qui l’affirme –, elle a été diffusée à partir des années 1920 par des intellectuels progressistes insulaires, via la Revista Martiniana notamment, pour être ensuite revendiquée à divers degrés par Fulgencio Batista comme par Fidel Castro – lequel, ajouterons – nous au passage, a été inhumé à Santiago de Cuba à quelques pas de la tombe de Martí.

4C’est ce modèle martinien paradoxal dont Paul Estrade a cerné l’évolution et les nuances, à travers ce qu’il a appelé simplement « ses idées » et qui structurent ce travail en trois grandes parties : « Ses idées économiques », « Ses idées et sa pratique sociales » et « Ses idées et son action politiques », cette dernière section étant de loin la plus développée – pratiquement le double des deux autres. L’auteur s’en explique dès son avant-propos : sur les traces des préconisations de Julio Antonio Mella, fondateur du Parti Communiste Cubain, il s’agissait de mettre en avant la portée démocratique de la pensée et de la pratique – praxis – martiniennes. Ce concept de « démocratie » « au sens le plus riche et les plus moderne du mot » n’ayant pas été suffisamment étudié chez Martí jusqu’à l’époque de la thèse, son auteur en a fait le pivot de sa démonstration, que l’on retrouve dans le titre de l’ouvrage. C’est logiquement que les parties précédentes conduisent à ce dernier volet, consacré aux idées et à l’action martiniennes, chacun des trois volets se clôturant sur une conclusion partielle qui permet, au-delà d’abondantes références documentaires et chronologiques, de progresser vers les étapes suivantes en conservant une idée précise de qui pouvait être Martí : par exemple, un humaniste qui fut « frère des hommes », « ami des Noirs, défenseur des Indiens, compagnon des ouvriers ».

5Faute de pouvoir détailler ici la réflexion foisonnante et rigoureuse qui est développée au fil de ces trois parties, on insistera sur quelques-uns de ses axes forts, conçus en regard de l’évolution personnelle de José Martí et des événements qui impactèrent son île d’origine aussi bien que les divers pays dans lesquels il séjourna – Espagne, Mexique, Guatemala, Venezuela, États-Unis notamment. Pour la partie économique, l’auteur ne cache pas qu’il est difficile de dresser un inventaire de ce qui aurait pu constituer un programme économique de la future république cubaine. Il note toutefois que la pensée martinienne, souvent qualifiée de libérale à ses débuts, s’est définitivement liée au champ social et politique entre 1885 et 1889, évoluant au contact des mutations douloureuses du système capitaliste aux États-Unis. Ses principaux domaines de radicalisation ont été la terre, mal distribuée ; la concentration monopoliste, tyrannique, et les relations commerciales, déséquilibrées. Quant à sa condamnation du « dinerismo » mexicain (La Nación, 1888), soit l’attrait immodéré pour les biens matériels, elle l’éloignait de la pensée des positivistes spencériens et autres Científicos dont on connaît l’importance à l’ère du Porfiriat. Martí, à la fois libéral et anticapitaliste : le paradoxe n’est qu’apparent, dans la double perspective de sa lutte contre le colonialisme (espagnol) et l’impérialisme (états-unien).

6À une époque où prévalaient des schémas européens et européistes dans les élites latino-américaines, la portée et la modernité de sa pensée sociale sont largement étudiées. On retiendra là encore son ancrage dans l’histoire immédiate ; sa supériorité visionnaire sur les systèmes euro-centrés et discriminatoires tels que les défendit Sarmiento par exemple ; enfin, la modernité de son « antiracisme fondamental », construit autour du métissage – un concept également étudié par Jean Lamore, autre spécialiste de la pensée martinienne –, ce métissage étant une donnée incontournable en Amérique latine, mais restée d’autant plus problématique qu’il se combine avec la question sociale. À ce propos, Paul Estrade prend soin de souligner que l’américanisme martinien n’a non seulement rien à voir avec la vision créole essentiellement blanche, mais pas davantage avec la production d’une « nouvelle race autochtone » telle qu’elle fut préconisée par Justo Sierra ou José Vasconcelos. Martí prône l’acceptation d’une Amérique « telle qu’elle est », « hybride et plurielle » et dont toutes les composantes doivent être traitées à égalité. Dans la mesure où elle s’oppose à la discrimination raciale pratiquée par les États-Unis à l’encontre des Noirs et des Indiens, cette conception a aussi le mérite d’éclairer les fondements de l’anti-impérialisme martinien. En outre, le salut des ouvriers et les luttes sociales furent, à partir du milieu des années 1880, des thèmes centraux pour l’idole des cigariers cubains émigrés en Floride, sans que les questions sociales soient là encore dissociables des projets politiques – comme l’indépendance de Cuba et de Porto Rico, première étape vers une « seconde indépendance » de l’Amérique latine.

7La troisième partie s’étend sur quatre chapitres (5 à 8) : « L’indépendance absolue de Cuba », « Le Parti Révolutionnaire Cubain », « La république démocratique projetée » et « L’indépendance raffermie de « Notre Amérique ». Outre qu’elle revient sur les circonstances de la mort de Martí à Dos Ríos, le 19 mai 1895, et sur les interprétations divergentes qu’elle a suscitées, elle analyse notamment la longue gestation de la « guerre inévitable » et la création du Parti Révolutionnaire Cubain, non sans s’être arrêtée aussi sur les années de jeunesse de Martí et sur son rapport aux épisodes indépendantistes qui secouèrent Cuba et qui formèrent en réalité un seul et même conflit pour son émancipation avant le déclenchement final : la Guerre des Dix Ans, qui fut le creuset de la nation cubaine – incarnée par le mambí – et conclut par le Pacte du Zanjón ; puis la « Guerra Chiquita » (1879-1880), qui vit le retour de Martí sur son île avant une nouvelle déportation pour conspiration.

8Membre du CRC (Comité Révolutionnaire Cubain) à New York (janvier 1890), Martí entreprit de fonder le Parti Révolutionnaire Cubain, un processus qui est ici étudié en détail autour de sa création effective à Cayo Hueso (Key West), le 5 janvier 1892, précédée par des années de réflexion qui lui permirent de mûrir son projet politique et stratégique. Il conçut une démarche collective – « Tous ensemble et pour le bien de tous », s’exclame-t-il à Tampa devant les cigariers cubains, en novembre 1891 – qui visait à lutter contre le gouvernement espagnol et non contre les Espagnols eux-mêmes, un principe que reprit le plan de soulèvement du 8 décembre 1894. Dans une société coloniale profondément clivée, le PRC visait non seulement à unir les Espagnols et les Cubains, mais aussi les générations, les militaires et les civils, les Orientaux et les Occidentaux, les Blancs et les Noirs, les riches et les pauvres, afin d’instaurer une République cubaine indépendante et démocratique, cet esprit démocratique étant indispensable pour éviter tout despotisme personnel. Comme le souligne le chercheur dans l’introduction de la troisième partie, ce projet martinien contribuait à la transformation de l’ensemble du continent, parvenu à « l’heure de sa seconde indépendance ». L’organisation du PRC, novatrice puisqu’elle est constituée de nombreux Clubs, jouissant d’une relative autonomie, est largement abordée. On notera l’existence dans divers pays d’Amérique de Clubs féminins, qui atteignirent presque 10 % du nombre total des Clubs de l’émigration à la mort de Martí. Quant à sa propagande du PRC, elle était assurée par ses journaux : El Yara, Cuba et surtout Patria – le plus étudié ici sur la période pendant laquelle Martí le dirigea, entre 1892 et 1895.

9On l’a dit, la démocratie est le fil conducteur de la démonstration de Paul Estrade, qui non seulement veut rompre avec la réputation d’idéaliste et de rêveur qu’on a trop souvent prêtée à l’Apôtre, mais dégage aussi ce concept de l’œuvre martinienne. L’anti-impérialisme était également un axe fort de son combat idéologique et l’on se souvient, dans sa lettre inachevée à Manuel Mercado, de la métaphore devenue célèbre du combat de David contre Goliath. On rappellera aussi d’autres temps forts de cette étude : l’union dans la lutte, qui associa dans le propos martinien la liberté de Cuba et de Porto Rico ; la comparaison des conceptions de l’unité continentale de Martí et de Bolívar – celle du « Second Libertador » étant sans doute plus égalitaire que celle du premier. Enfin et surtout, dans le chapitre 8, l’analyse rigoureuse et nuancée de la célèbre expression « Nuestra América », devenue martinienne même si d’autres intellectuels l’employèrent, et qui fut le titre de l’essai rédigé par le Cubain lors de la Conférence monétaire de 1891. La mettant en regard avec la dénomination « Madre América » qui la précède de peu (1889), Paul Estrade y souligne le rôle du contexte sur l’évolution de sens de ce concept, dans laquelle il distingue clairement plusieurs étapes : 1875-1876, où de la prise de conscience de la profonde différence entre l’Amérique et l’Europe naît « nuestra Madre América », par opposition à « nuestra Madre España ». En 1883-1884 dans La América, où les territoires hispaniques sont différenciés de l’autre Amérique, qualifiée de « saxonne », voire d’« européenne ». Enfin, dans le discours connu sous le nom de Madre América, où c’est en claire opposition avec les États-Unis que se définit ce concept – comme dans celui de 1891. Dans la perspective hégémonique du puissant voisin du Nord, le panaméricanisme est également rejeté. C’est une Amérique authentique, née des peuples aborigènes et théâtre des souffrances des métis et des Noirs qui est présente jusqu’aux États-Unis ; à l’inverse, les élites latino-américaines qui se sont tournées vers l’Europe et le Nord se sont exclues de facto de cette Amérique défendue par Martí, dans la perspective de sa seconde indépendance.

10Dans une présentation éditoriale qui aurait certainement gagné à être plus aérée, l’érudition de Paul Estrade – exploration de larges champs philosophiques, historiques, politiques, etc. – et sa recherche exigeante savent se combiner avec un style alerte, souvent élégant sans être pompeux, jalonné d’intitulés éclairants qui permettent au lecteur de se familiariser sans trop d’appréhension avec cette figure tutélaire cubaine. On perçoit d’emblée la grande familiarité de l’auteur avec José Martí et, au-delà de son empreinte exemplaire, la sympathie qu’il nourrit pour l’homme. Sans doute l’humilité de cet éternel exilé qui vivait « sans domicile, sans maison, sans malle et sans linge » n’y est-elle pas étrangère : Martí était l’ami des « pauvres de la terre », ce qui ne diffère pas fondamentalement des engagements de l’auteur de la thèse. Dès son prologue de 1984, ce dernier ne faisait d’ailleurs pas mystère de sa sympathie pour Cuba, ni même pour le système politique issu de la révolution de 1959, dans lequel il voyait une filiation avec la pensée et l’action martiniennes. C’est à cette aune qu’on lira certains passages de l’étude, notamment la fin de la conclusion générale, où sont convoquées les figures militantes de Julio Antonio Mella et d’Ernesto « Che » Guevara, qui en 1960 revendiquait la parole de Martí comme « […] notre emblème, notre drapeau de combat ».

11Bien qu’on « ne s’enrôle pas derrière Martí », pour reprendre une heureuse formule de l’auteur, c’est dire les enjeux idéologiques, philosophiques et historiques qui traversent cette très vaste étude, dont les diverses dates de publication et un avant-propos de son auteur, daté de l’époque de la thèse de doctorat d’État, accentuent l’effet rétrospectif. À cet égard, si la modernité de la pensée martinienne n’impose pas de réactualisation – un point évoqué dans le prologue –, on pourra se demander pourquoi l’éditeur, par exemple, n’a pas jugé opportun de situer cette reparution dans un contexte plus récent, afin de mieux guider le lecteur de 2017 : en regard des références historiques des années 1980 (tel Reagan) figurant dans l’avant-propos de Paul Estrade, il n’aurait pas été inutile de mentionner quelques repères qui ont, depuis, profondément marqué l’histoire cubaine et mondiale : la chute de l’Union soviétique et la très difficile « période spéciale en temps de paix  » dont les conséquences matérielles et idéologiques sont loin d’être négligeables – elle a même impacté le travail d’édition critique des œuvres de l’Apôtre. Sans oser parler encore de parenthèse dans ce cas précis, on pense enfin à la relative embellie diplomatique entre Cuba et les États-Unis, suscitée par Barack Obama et Raúl Castro. Tout cela, d’autant que Paul Estrade rappelle que la pensée du « Second Libertador » pouvait être un « laboratoire de la future société universelle », pour reprendre les mots de Mella. La critique marxiste appliquée à la pensée martinienne – dont les Glosas al pensamiento de José Martí, de Mella – est d’ailleurs le repère que prenait l’auteur en 1984 pour amorcer sa démonstration.

12Cette remise en perspective aurait été bien venue selon nous, mais son absence ne minimise pas la valeur scientifique considérable de cette somme, aussi bien en France que dans l’aire hispanophone : Cuba, Amérique Latine, mais aussi Espagne. Soulignons que le principal écueil scientifique de son éloignement temporel est évité, grâce à une réactualisation (2016) de la bibliographie originelle, qui est très utile au chercheur : en préambule, Paul Estrade y présente la considérable entreprise d’édition critique qui a été menée depuis le milieu des années 1980 par le Centro de Estudios Martianos de La Havane, non sans rappeler le retard du projet, qui fut notamment compliqué par la « période spéciale » : ayant mobilisé deux générations de chercheurs, le Centro a publié le tome 26 (2016), pour un projet global qui est finalement estimé à 40 volumes. Il recense ensuite les textes de Martí compilés depuis 1984 par l’ACEM (Anuario del Centro de Estudios Martianos) et qui ne figuraient pas dans ses œuvres complètes (Obras completas). Les autres travaux récents du champ martinien sont ensuite présentés sous la forme d’une « sélection » qui doit beaucoup au Centre et qui rend compte de la vitalité de la recherche cubaine et cubaniste en la matière. L’auteur ne recense pas moins de trois ouvrages et 21 articles personnels, qu’il a écrits de 1986 à 2017. Dans la notice biographique finale, d’autres travaux de Paul Estrade sont mentionnés, telles ses études, récentes et actuelles, sur Betances. L’édition espagnole de José Martí… au CEM (La Havane) est annoncée pour 2017. Par ailleurs, on recense une série d’appendices sur le Parti Révolutionnaire Cubain ; des textes et des citations de référence ; l’occurrence de certains termes employés par l’Apôtre ainsi qu’un index onomastique qui complètent une thèse indispensable au chercheur d’aujourd’hui comme elle l’était à celui d’hier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Mégevand, « Paul Estrade, José Martí 1853-1895. Les fondements de la démocratie en Amérique Latine »Caravelle, 109 | 2017, 233-238.

Référence électronique

Sylvie Mégevand, « Paul Estrade, José Martí 1853-1895. Les fondements de la démocratie en Amérique Latine »Caravelle [En ligne], 109 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 11 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2553

Haut de page

Auteur

Sylvie Mégevand

Université Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals