Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gonzalo Pasamar (ed.), Ha estallado la memoria. Las huellas de la Guerra Civil en la Transición a la Democracia

Madrid, Editorial Biblioteca Nueva, 2014, 341 p.
Frédérique Langue
p. 222-225
Référence(s) :

Gonzalo Pasamar (ed.), Ha estallado la memoria. Las huellas de la Guerra Civil en la Transición a la Democracia, Madrid, Editorial Biblioteca Nueva, 2014, 341 p.

Notes de la rédaction

La publication de comptes-rendus qui ne couvrent pas, au premier abord, l’aire géographique habituelle de la revue pourra surprendre nos lecteurs. Nous avons cependant considéré que l’actualité de la recherche n’a pas de frontières, qu’elles soient disciplinaires ou géographiques. Choisir de publier des comptes-rendus de deux publications concernant l’Espagne d’aujourd’hui c’est vouloir rendre compte de questionnements de recherches qui trouvent inévitablement et directement un fort écho à des situations latino-américaines. Cela avait été déjà le cas lorsque les sciences sociales se sont penchées sur le processus de la transition espagnole en la mettant en parallèle avec les transitions à la démocratie observées dans le sous-continent. Cela reste vrai aujourd’hui pour des questions qui, de fait, affectent ou ont affecté tant l’Espagne que des espaces latino-américain, qu’il s’agisse des questions mémorielles en relation avec les violences liées aux conflits internes ainsi que la réflexion sur les aspirations à la sécession dans un cadre national.

Texte intégral

1Transition, démocratie, retour du franquisme, fermetures d’archives essentielles à l’étude du contemporain dans ses différentes déclinaisons : les débats qui animent la communauté historienne à l’endroit d’une Espagne toujours clivée par son actualité politique partent fréquemment d’un moment clé pour ne pas dire fondateur de cette lutte des mémoires sans fin. La Guerre civile retient ainsi l’attention des historiens comme celle de l’opinion publique et des médias, les souvenirs des uns nourrissent les écrits des autres, en une mise en exergue des témoignages apportés par les (derniers) survivants de cette période tragique et complexe tout à la fois. Suite à la promulgation de la Loi pour la mémoire historique (2007), ce qu’il est convenu de désigner comme les usages politiques du passé ont investi un espace public que les historiens s’appliquent dès lors à se réapproprier. Cet ouvrage, fruit de la collaboration d’une bonne douzaine de spécialistes dans le cadre d’un projet de recherche coordonné par Gonzalo Pasamar, reconsidère cette irruption de la mémoire de la guerre civile, aussi bien collective qu’individuelle, pendant la période de la transition à la démocratie, en d’autres termes à partir de 1975, du « franquisme tardif » et de ses avatars. Dans la perspective d’une histoire politique et culturelle, il revisite, et même redécouvre, les « traces » de l’événement dans la mémoire des Espagnols, ainsi que les mémoires concurrentes en présence sur ce thème sensible de l’histoire nationale.

2Dans sa présentation, Gonzalo Pasamar indique qu’il s’agit non seulement d’investir un nouveau champ de recherche mais aussi de susciter une discussion historiographique. En témoignent les premiers chapitres centrés sur les expériences du temps, la relation de la société de l’après-franquisme à son passé, autrement dit les régimes d’historicité. La question de l’écriture de l’histoire revêt ici une importance considérable, et se différencie clairement d’un effet de mode bien connu par ailleurs sur les « aires culturelles » les plus diverses : les études sur la mémoire y sont appréhendées en tant que produit d’une « culture démocratique globalisée fondée sur les technologies de l’information », héritière des traumas et violences de masse du siècle précédent. La mémoire se veut souvenir du passé certes, expérience du présent et composante de ce qu’on nommerait en d’autres lieux « horizon d’attente ». Présentée comme une « notion particulièrement flexible », et, de ce fait, particulièrement séduisante, ce que revendiquent d’ailleurs la majorité des contributions, elle fait appel aussi bien aux témoignages personnels et autres biographies qu’aux « mémoires traumatiques » globalisées à un degré variable. Elle intègre par conséquent des mémoires à la fois sociales ou collectives suivant une caractérisation plus classique (M. Halbwachs), et liées d’autre part à des  « identités ».

3Plus que dans les grands conflits mondiaux, le processus de décolonisation ou les sorties de dictature, la « mémoire traumatique » de l’Espagne trouve en effet ses origines dans une Guerre civile – et le coup d’État du 18 juillet 1936 – dont le souvenir demeure en arrière-plan pendant toute la période franquiste, et hante autant la Transition que l’actualité récente. À la différence d’un autre type de mémoire, plus accumulative, dite memoria de almacenamiento, destinée à demeurer dans les « archives de la mémoire culturelle » (cas de la découverte de l’Amérique, de la guerre de 1808-1814 puis de la perte de l’un des derniers joyaux de l’Empire, Cuba), et suivant les travaux d’Aleida Assmann, la mémoire traumatique de l’Espagne serait une mémoire « fonctionnelle ». Elle ne serait donc pas « activée » uniquement à l’occasion de revendications ou de commémorations mais serait une « mémoire vive/vivante », reposant par ailleurs sur des archives conséquentes sans aboutir à un consensus quant à ses causes et à ses conséquences. Or, c’est précisément dans la Transition que la mémoire de l’« Espagne démocratique » trouve sa référence majeure. Les mémoires de la Guerre civile et celles de la démocratie apparaissent intimement liées, d’où des débats renouvelés et sans concessions. Le fait même ­d’utiliser des concepts tels que « mémoire culturelle » et une terminologie qui pourrait sembler parfois un peu générale, atteste, au-delà de la succession des générations et des « oublis » manifestes des autorités concernées – mais s’agit-il véritablement d’« oubli » ? –, de la difficulté à réunir voire à débattre autour d’une mémoire qui serait plus politique, toujours selon la présentation à cet ouvrage. Cette perspective ouverte en définitive serait la condition de l’indispensable distance critique et de l’indépendance (« autonomie » ?) du chercheur, y compris à l’occasion de l’identification et de la localisation des sources d’une histoire qui divise inéluctablement (familles, générations, mouvements politiques), comme le rappelle à juste titre l’analyse des sondages sur la mémoire collective de la Guerre civile et de la Transition (Pablo García Ruiz et Gonzalo Pasamar). L’un des points essentiels de cette analyse réside en effet dans les différents récits qui abordent la Transition en s’appuyant sur la « mémoire de la Guerre ». Les uns insistent sur le rôle de modèle et ses réformes politiques, dépassant en quelque sorte le souvenir de la Guerre civile et l’ombre des « deux Espagne ». Les autres questionnent en revanche cette caractéristique et y voient un « pacte du silence » à l’endroit de la Guerre civile et de l’héritage franquiste. La tension mémoire/histoire, posée comme élément clé de l’« histoire du présent » – se fait ainsi beaucoup plus perceptible dans l’espace public, bien au-delà des cénacles universitaires et dans un contexte où le retour des exilés devient tout aussi bien une donnée clé.

4Cet ouvrage s’inscrit par conséquent dans une filiation, celle des études sur la Guerre civile, amorcées dans les années 90 par l’ouvrage fondateur de Paloma Aguilar Fernández (Memoria y olvido de la guerra civil española, 1996), dûment rappelé dans l’introduction, et des usages politiques de la mémoire pendant les dernières années du franquisme (tardofranquismo) et la Transition. G. Pasamar souligne à cet égard la contradiction majeure de ce champ historiographique et mémoriel : alors que la Transition inspire historiens, espagnols ou étrangers, le récit qui en est fait est obéré par le débat autour de la mémoire et de l’oubli, une scène internationale également plus soucieuse des droits humains et, enfin, un pays confronté aux revendications des régions et soumis à l’alternance politique, comme l’avait également souligné Santos Juliá dans son Elogio de la historia en tiempos de memoria (2011).

5L’ouvrage s’organise dès lors en fonction de deux grandes orientations, à la fois convergentes et distinctes selon les approches choisies : mémoire politique et culture. Le thème des témoins, essentiel à l’histoire du temps présent (« du présent » selon l’option retenue ici) se conjugue avec celui des victimes de la répression franquiste pendant la Guerre civile et sous la dictature de Franco et la mémoire familiale, sociale toujours, qui en découle. L’ouvrage montre bien la difficulté du douloureux travail de mémoire que l’ouverture des fosses communes rend à bien des égards exemplaire. La mémoire politique se réfère aux usages du passé, du post-franquisme à la transition proprement dite, dans les institutions, les partis, et aborde la nature du témoignage politique. L’approche culturelle prend en compte la réception de ces problématiques, leur « marché » et devient « instrument de socialisation politique ». Il s’agit clairement de contrecarrer le déterminisme prévalant dans l’élaboration des récits ou narrativas memoriales, en réintégrant notamment deux périodes mises entre parenthèses par l’histoire officielle : la Deuxième République et son expérience démocratique, et celle de l’exil consécutif à la dictature franquiste. La démarche est d’autant plus essentielle que le débat sur la mémoire et l’oubli tel que les medias le restituent, relativement statique, est loin d’être celui, très divers, du chercheur, et ne tient pas compte des différents « théâtres de la mémoire » (G. Pasamar), aboutissements du processus de transformation de la société espagnole qui s’amorce à partir des années soixante, de l’affirmation de cultures dissidentes face à l’histoire officielle, voire aux « mémoires officielles », de l’essor des mouvements antifranquistes et alternatifs (contreculture, mouvements de gauche en particulier communistes, ou encore féministes) notamment à partir des années 1973-74 (relâchement de la censure) et l’apport des exilés, de la Guerre civile à la période franquiste (Pablo Aguirre Herráinz) : c’est véritablement un « moment culturel » qui se dessine alors, parallèlement à la publication de plusieurs ouvrages sur la Guerre civile précisément (dont celui de Hugh Thomas).

6Une approche plus politique de la mémoire tendrait à mettre en évidence les conjonctures différentes entre 1936 et 1976, en particulier au début du processus de Transition, avec la Loi de réforme politique (Manuel Contreras Casado et Enrique Cebrián Zazurca), et ensuite, avec la question de l’amnistie (loi de 1977) et de la Loi de mémoire historique de 2007, repères par excellence de la « justice transitionnelle » pour l’Espagne (Juan Sánchez González). L’intérêt de cette dernière approche réside par ailleurs dans l’utilisation de concepts clés de l’histoire du temps présent : mémoire mais aussi oubli, silence, voire pardon. Des études de cas prolongent par ailleurs cette problématique : le Pays basque, avec le rôle du PNV et de l’ETA dans la formation d’une mémoire nationaliste dans un contexte de « rupture pactée » ou, à l’opposé, de « nationalisme radical » (José Antonio Rubio Caballero) ; la politique économique avec notamment les pactes de la Moncloa de 1977 (Enrique Bernad Royo) ; la presse, aussi bien espagnole que française, sa « zone de contact » des mémoires voire de « transfert de légitimités » et son influence sur la mémoire collective, oubli compris (Alfonso Pinilla García) ; les nouveaux médias, ou plus précisément, certains hebdomadaires et magazines de la Transition (tel La Opinión), qui canalisent et orientent tout à la fois cette mémoire plurielle (Gema Martínez de Espronceda Sazatornil) ; ou encore la « récupération » de la mémoire de la Guerre civile par l’audiovisuel, le cinéma en particulier (María Palmira Vélez Jiménez), la musique des auteurs-compositeurs connus comme les « enfants de la guerre » (Miguel Angel Sanz Loroño) et enfin, la littérature (María Angeles Naval López). La restitution de cette mémoire des Espagnols, et de sa diversité, au fondement éminemment politique et culturel, abordée avec une extrême précision par les différents auteurs, fait de cet ouvrage clair et documenté une lecture incontournable pour qui s’intéresse aux mécanismes de la mémoire et à sa mise en tension dans le temps présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Gonzalo Pasamar (ed.), Ha estallado la memoria. Las huellas de la Guerra Civil en la Transición a la Democracia », Caravelle, 110 | 2018, 222-225.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Gonzalo Pasamar (ed.), Ha estallado la memoria. Las huellas de la Guerra Civil en la Transición a la Democracia », Caravelle [En ligne], 110 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/3498

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals