Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jordi Canal, Con permiso de Kafka. El proceso independentista en Cataluña

Barcelona, Ediciones Península, 2018, 398 p.
Frédérique Langue
p. 226-230
Référence(s) :

Jordi Canal, Con permiso de Kafka. El proceso independentista en Cataluña, Barcelona, Ediciones Península, 2018, 398 p.

Notes de la rédaction

La publication de comptes-rendus qui ne couvrent pas, au premier abord, l’aire géographique habituelle de la revue pourra surprendre nos lecteurs. Nous avons cependant considéré que l’actualité de la recherche n’a pas de frontières, qu’elles soient disciplinaires ou géographiques. Choisir de publier des comptes-rendus de deux publications concernant l’Espagne d’aujourd’hui c’est vouloir rendre compte de questionnements de recherches qui trouvent inévitablement et directement un fort écho à des situations latino-américaines. Cela avait été déjà le cas lorsque les sciences sociales se sont penchées sur le processus de la transition espagnole en la mettant en parallèle avec les transitions à la démocratie observées dans le sous-continent. Cela reste vrai aujourd’hui pour des questions qui, de fait, affectent ou ont affecté tant l’Espagne que des espaces latino-américain, qu’il s’agisse des questions mémorielles en relation avec les violences liées aux conflits internes ainsi que la réflexion sur les aspirations à la sécession dans un cadre national.

Texte intégral

1Comme l’indique son titre sans ambiguïté, Con permiso de Kafka est un ouvrage engagé, non au sens d’un parti pris aux fondements politiques ou idéologiques avérés, mais d’une révolte : celle d’un historien à la trajectoire académique reconnue, spécialiste d’histoire contemporaine de l’Espagne et de la Catalogne (il est l’auteur notamment de la Historia mínima de Cataluña (2015) et a dirigé la Historia contemporánea de España [2 vols, 2017]), confronté à une situation à la rationalité sujette à caution, dans laquelle les affects en viennent à occulter ou surinvestissent l’interprétation proprement historique. Au-delà de la remise en cause du statut d’autonomie de 2006 par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, et de l’extrême et incroyable violence de la répression décrétée dans le cadre de l’État de droit par le même gouvernement, ou en raison même de ces deux circonstances, les non-dits et incompréhensions – dans un sens comme dans l’autre – à l’endroit du processus d’« indépendance » lancé en 2012 et de ses hérauts sont légion. De même l’instrumentalisation des événements par les extrêmes n’a-t-elle guère favorisé leur compréhension, jusque sur l’échiquier politique européen.

2Jordi Canal a choisi de revenir sur les racines d’un phénomène qu’il situe aux origines du nationalisme catalan, sur sa chronologie, sur ses symboles, ses stratégies linguistiques ou encore ses réécritures de l’histoire. Celles-ci reflètent sans équivoque les modalités de construction de la nation catalane et de son imaginaire dans les dernières décennies du xxe siècle, puis lors du « proceso/procès » engagé au début du xxie siècle. Celui-ci s’affirme plus particulièrement à partir de 2012, dans une conjoncture de réforme de l’État et de la classe politique catalane, d’érosion du système politique et judiciaire (monarchie comprise), en raison également du caractère générationnel du conflit, sans compter la crise financière de 2008 et ses conséquences sociales. Le terme « magique », plurivoque et très kafkaïen de proceso, prête indiscutablement à confusion, tant sont diverses ses incarnations dans l’histoire récente du monde ibérique : la dictature militaire argentine à partir de 1976, comme le rappelle J. Canal, mais aussi le processus révolutionnaire mené par Hugo Chávez au Venezuela… ou encore le roman Clave K (2015), que la journaliste catalane Margarita Rivière a consacré au système et au réseau politique mis en place par l’ancien président de la Generalitat, Jordi Pujol.

3L’hypothèse de l’ouvrage, à des années-lumière du manichéisme pratiqué par les thuriféraires de l’indépendance ou les tenants d’un centralisme madrilène sans nuances, consiste en fait à déplacer la focale : il ne s’agit pas d’opposer la Catalogne à l’Espagne mais d’appréhender les divisions voire les fractures actuelles comme un conflit interne aux Catalans et à leur relation au monde. À l’instar de Joseph K, la Catalogne se retrouve brutalement confrontée à une violence politique que l’on croyait oubliée, une violence incompréhensible, à une situation plus que kafkaïenne d’après la leader du parti centriste Ciudadanos, Inés Arrimadas. Les élections anticipées annoncées par Carles Puigdemont en participent. Tout naturellement, le terme a été repris par d’autres politiques ou intellectuels. Dans ce « processus » kafkaïen, une fois passé le moment de sidération, les justifications et leur cortège de polémiques n’ont pas manqué, émanant y compris d’intellectuels via leur « témoignage ». L’année 2003 constituerait à cet égard le point de départ d’un processus politique qui a conduit à la fin de l’ancien consensus, du vieux système des partis issus de la Transition démocratique, à la fracturation de la société catalane et à l’affrontement, aussi symbolique soit-il, avec l’Espagne, les indépendantistes se posant dès lors en représentants du « peuple catalan ». J. Canal signale à juste titre la vacuité sémantique des termes repris à tout va : voter, décider, démocratie, peuple, investis désormais d’une composante émotionnelle. Malgré le coup d’arrêt donné à des manifestations très suivies, le conflit n’a cependant pas cessé d’exister, d’où ce retour sur le passé afin d’évaluer « un présent extrêmement présentiste ». L’ouvrage est destiné par conséquent à « un large public, curieux et cultivé », rétif au manichéisme pratiqué à l’occasion par des historiens de renom et à une histoire « des bons et des méchants », dépourvue de sens compte tenu de la démarche critique qui est celle de l’historien professionnel. Sa démarche associe, sous la « présidence » de l’histoire, sciences politiques, sociologie et psychologie, de manière à répondre à la triple question de la réception, de l’immédiateté et de la responsabilité (autoría). Elle ne prétend pas à l’objectivité, mais bien plutôt à faire savoir, comprendre et sentir.

4Con permiso de Kafka se structure autour de trois parties, qui, comme l’auteur prend soin de le préciser, ne constituent pas pour autant un hommage au Tripartito, autrement dit aux gouvernements de la Generalitat de 2003 à 2010, gouvernements appuyés par une coalition de socialistes, indépendantistes (ERC) et ex-communistes. L’ouvrage insiste dans un premier temps sur les origines du conflit, en d’autres termes sa chronologie possible ou imaginée et les « Temps du nationalisme ». Bien que la création de la Generalitat comme institution remonte à 1359 (par les Cortes de Cerbère) et renvoie au texte fondateur des Constituciones i altres drets de Catalunya, la période étudiée couvre la fin du xixe siècle et la phase de construction nationale tout au long du xxe. Ces chapitres mettent en exergue les premières expériences républicaines, ou encore le long cycle de violences politistes d’inspiration carliste, tant diverge le sens à donner aux termes pueblo, autogobierno, ordenamiento, generalitat, etc. On voit ainsi que les premières années du xxe siècle vont être marquées par des considérations de politique extérieure (la fin de l’empire espagnol) mais également par une série de remises en question à diverses échelles, dont régionale : les dysfonctionnements du système politique, la crise financière et les conflits sociaux (attentats anarchistes), la fin d’une génération politique (celle du Sexenio Democrático), et la prolifération d’associations et de partis régionalistes et nationalistes, telles la Lliga Regionalista et Solidaridad Catalana. Après les premières années du xxe siècle survient une deuxième étape, celle de la Mancomunidad de Enric Prat de la Riba à partir de 1914, puis une troisième dans ce processus de construction nationale et de « politisation nationaliste » de la Catalogne : la Seconde République et son statut d’autonomie de 1932, ainsi que le soulèvement du 6 octobre 1934 avec la figure désormais idéalisée de Lluis Companys, leader de Esquerra Republicana de Catalunya, et président de la Generalitat de 1934 à 1940.

5Après la longue parenthèse répressive du franquisme s’ouvre en 1980 la phase d’autonomie, incarnée jusqu’en 2003 par Jordi Pujol et ses programmes nationalistes offensifs, fondés entre autres, sur une « normalisation » linguistique, analysée avec précision. Il est d’ailleurs rappelé que le nationalisme catalan, de ses origines au xixe siècle, définissait la Catalogne comme une nation et l’Espagne comme un État, État plus ou moins artificiel comme l’ont proclamé ses théoriciens, en particulier Enric Prat de la Riba en 1906. D’où ce « droit à l’État » qui sous-tend les revendications catalanistes et le fait que l’autonomisme n’a jamais été incompatible avec les rêves d’indépendance. Dans ces deux parties de l’ouvrage, J. Canal montre bien que séparatisme et indépendance relèvent de la formule nationaliste. Il souligne le rôle joué par le mécontentement suscité par l’État-nation espagnol et les modalités de la construction nationale : les « nationalismes périphériques » (catalan et basque) ne peuvent être compris si l’on ne tient pas compte du nationalisme porté par l’État, ou encore par des élites nationalistes dans l’ordre culturel et linguistique, voire intellectuel (du mouvement Renaixença au Centre national Catalá, à l’Ateneu, etc.). Le prestige de Pujol dans les premières années de la Transition démocratique, son passé de résistant sous le franquisme, ses alliances politiques, s’inscriraient sans ambiguïté aucune dans cet ensemble. Ses stratégies à la fois politiques et culturelles, voire le registre émotionnel du nationalisme catalan lui assurèrent en effet la présidence de la Generalitat pendant 23 ans, malgré le ralentissement du processus d’autonomie après le 23-F. J. Canal décrit le fonctionnement du « pujolisme », la rhétorique souverainiste et indépendantiste d’un véritable homme d’État, et sa construction de « l’une des Catalogne possibles », fondée sur la politique linguistique et des investissements économiques mais également sur le contrôle de médias régionaux, de grands projets culturels et, dans un autre registre, le recours au clientélisme. De sorte que l’une des origines de la situation actuelle serait bel et bien à rechercher dans « la profonde nationalisation du pujolisme ».

6Une deuxième partie (« Anatomía del procés », intitulé qui n’est pas sans rappeler la Anatomía de un instante de Javier Cercas, récit d’un autre cataclysme, la tentative de coup d’État de 1981 ou 23-F) aborde le processus indépendantiste de 2003 (fin du « pujolisme », avec l’arrivée à la présidence de la Generalitat de Pasqual Maragall et la rédaction d’un nouveau statut d’autonomie approuvé par le Parlament en 2005 puis soumis à référendum en 2006) jusqu’aux élections du 21 décembre 2017. S’y trouvent revisitées les causes, politiques, sociales, économiques et culturelles, voire les frustrations, aspirations et croyances diverses, les liturgies et l’instrumentalisation des émotions issues de ce nationalisme conçu comme une religion salvatrice, aspect cependant peu évoqué par les commentateurs. Malgré la rhétorique indépendantiste et la constitution d’une nouvelle entité politique visant à obtenir l’indépendance par des voies démocratiques et pacifiques , l’Assemblée nationale catalane (ANC) en 2012, alors même que son président Artur Mas se déclare ouvertement en faveur de l’indépendance, la Generalitat de Catalunya de 2017 ou 2018 n’a pas grand-chose à voir avec son homonyme antérieure à 1714 (la Generalitat fut supprimée à la fin de la guerre de Succession), après une débâcle que les « catalanistes », historiens compris, ont transformé en triomphe final de la Catalogne. L’institution actuelle n’entretient pas davantage de liens avec la « Generalitat provisoire » issue de la République proclamée par Lluís Companys en 1931 à Barcelone et du statut de 1932, contrairement, là encore, au discours forgé par les indépendantistes. En vertu de ces mythes réélaborés que l’ouvrage remet constamment en question, Carles Puigdemont, dont l’itinéraire politique et journalistique est ici abordé dans ses grandes lignes, serait à ce titre le 130e président de la Generalitat, la « liste » ainsi revendiquée commençant en 1359. Le parcours du personnage permet d’autre part à J. Canal de revenir sur l’un des aspects décisifs du processus, à savoir le rôle joué par les médias depuis le pujolisme, les affirmations qu’ils ont véhiculées (la responsabilité de Madrid, l’Espagne nous vole, la modernité de la Catalogne, la non-reconnaissance des droits etc.) et la très grande violence symbolique ou morale qui a accompagné le « processus », depuis l’espace public jusqu’au milieu scolaire, les réticences voire la peur ressentie au jour le jour face au radicalisme indépendantiste et au référendum d’autodétermination convoqué par Puigdemont le premier octobre 2017, date devenue mythique dans le calendrier « patriotique ».

7Un dernier ensemble (« Historias, símbolos y colores de la patria »), fruit de fructueuses discussions de séminaire, revient sur cet itinéraire ou plutôt ce revival nationaliste comme l’indique l’auteur, détaillant les modalités de l’écriture de l’histoire de la nation catalane, depuis les récits historiques proprement dits et le rôle majeur joué par certains historiens et autres « intellectuels organiques » (de Jaume Vicens Vives ou Ferran Soldevila à Josep Fontana en passant par Antonio Rovira y Virgili et Jaume Sobrequés, principalement au cours des cinquante dernières années), jusqu’aux mythes et traditions (ré)inventés (danses, chansons et fêtes y compris « nationales », comme l’incontournable Diada, jour de la Catalogne le 11 septembre ou encore l’« hymne » Els Segadors, et San Jordi, patron de la Catalogne). Dans cet arsenal imaginaire, les symboles prisés du nationalisme et de l’indépendantisme catalan occupent une place essentielle, depuis les drapeaux, en passant par ses objets ou lieux de prédilection (la montagne mystique et la Vierge de Montserrat, l’Église catalane soutenant majoritairement la cause indépendantiste), à leur dimension à la fois religieuse et émotionnelle. Tous éléments et symboles porteurs d’émotions et d’  « identité » voire de « nationalité » et qui sous-tendent la « construction d’un récit national-nationaliste du passé ». Dans ce récit recomposé, la Guerre de Succession et la Guerre civile sont interprétées comme des guerres contre la Catalogne, alimentant usages et abus de l’histoire. Cette dernière partie est, de toute évidence, l’occasion rêvée de déconstruire ces récits « véridiques » et ces polémiques à visée mobilisatrice. Depuis le xixe siècle, mythe et histoire se rejoindraient en effet dans l’histoire de la Catalogne. Le nationalisme, en tant que « religion de substitution », y contribuerait, l’histoire jouant le rôle de fondement pour le présent et ses revendications, le mythe devenant l’instrument d’une prise de conscience et de mobilisation afin de s’opposer à d’autres mythes forgés par des nationalismes concurrents. D’où la nécessité de séparer les deux éléments, mythe et histoire, et de revendiquer un positionnement « révisionniste » de l’histoire (en forme de relativisme historique comme l’a pratiqué Ricardo García Cárcel) : en quelques mots, de pratiquer une histoire critique s’appuyant non pas sur des procédés inquisitoriaux, slogans et autres invectives, mais sur des débats historiographiques relatés ici avec précision.

8De ce fait, et compte tenu de l’extrême rigueur de l’analyse et de son épilogue « ouvert » (les élections du 21 décembre  2017), Con permiso de Kafka éclaire non seulement la compréhension de l’histoire récente de la Catalogne mais va bien au-delà. Comme l’auteur a eu l’occasion de le souligner voire de le dénoncer en d’autres lieux et écrits, les événements de Catalogne renvoient à d’autres interrogations du temps présent européen, tels que nationalisme ethnique ou fascisme, alors que nombre de Catalans se pensent à la fois comme catalans, espagnols et européens. Au moment où nous écrivons ces lignes, la main tendue du nouveau gouvernement socialiste et le retour du dialogue désamorce provisoirement le conflit. L’ombre de Kafka va-t-elle cesser de planer sur la Catalogne ? Cet ouvrage d’une très grande rigueur fournit en tout état de cause d’indispensables éléments d’analyse et de compréhension dans un contexte où les émotions ont incontestablement pris le pas sur la rationalité, circonstance durablement installée dans le débat et que les politiques, catalans ou madrilènes, ne pourront guère éluder.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Jordi Canal, Con permiso de Kafka. El proceso independentista en Cataluña », Caravelle, 110 | 2018, 226-230.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Jordi Canal, Con permiso de Kafka. El proceso independentista en Cataluña », Caravelle [En ligne], 110 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/3510

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

CNRS-IHTP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals