Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gleydi Sullón Barreto, Extranjeros integrados. Portugueses en la Lima Virreinal, 1570-1680

Madrid, CSIC, 2016, 303 p.
Guillaume Gaudin
p. 189-190
Référence(s) :

Gleydi Sullón Barreto, Extranjeros integrados. Portugueses en la Lima Virreinal, 1570-1680, Madrid, CSIC, 2016, 303 p.

Texte intégral

1Extranjeros integrados est tiré d’une thèse de doctorat soutenu à l’Universidad Complutense de Madrid en 2014. La thèse et la démonstration de l’ouvrage sont simples et convaincantes : l’historiographie traditionnelle n’a cessé de renouveler le préjugé (anti-juifs) des Espagnols de l’époque moderne suivant lequel les Portugais établis à Lima (et au-delà) seraient exclusivement de riches marchands judaïsants. Ce biais tient à la source habituellement convoquée des retentissants procès d’Inquisition, notamment celui entamé en 1635 à Lima, terminant par un autodafé le 23 janvier 1639, figurant 73 condamnés, dont 63 judaïsants, parmi lesquels 11 furent destinés au bûcher. Pour démonter ce mythe, l’auteur a entrepris à partir de sources notariales liméniennes et du fond bienes de difuntos de l’AGI à Séville, une étude prosopographique de 196 Portugais présents à Lima entre 1570 et 1680.

2Tout au long des quatre chapitres (législation, société, économie, culture) l’auteur livre un tableau détaillé et statistique de son corpus – même si la précision des chiffres au centième près alourdit inutilement la lecture. Elle démontre que, dans la très grande majorité des cas, les Portugais de Lima sont parfaitement intégrés à la communauté urbaine, et ce malgré l’interdiction des étrangers en Amérique (et le passage clandestin de ces personnes aux Indes) : ils vivent de façon stable dans différents quartiers de la ville, sont la plupart vecinos et s’intègrent dans les cercles de sociabilité hispaniques en appartenant à des confréries, développent des activités économiques variées allant du grand commerce à l’artisanat, en passant par tenancier de pulquerías, et ils meurent en bons catholiques. Seuls cinq membres du corpus sont inquiétés par le Saint-Office. La démonstration emporte donc rapidement la conviction. Les 500 Portugais de Lima, vers 1650, se fondent dans la masse des 30.000 habitants. L’auteur s’efforce toutefois de relever les survivances ou les spécificités de cette population : la moitié est liée à la marchandise, au commerce des esclaves noirs avec les asientos, mais aussi au commerce interrégional du vin et des textiles. Aussi, sur le plan social, les testaments témoignent-ils du maintien de relations entre Portugais avec des exécuteurs testamentaires, des débiteurs et des témoins portugais. Une comparaison avec les autres naturales des royaumes ibériques, Aragonais, Catalans, Basques aurait peut-être permis de mieux définir les spécificités ou les traits communs du groupe portugais.

3Ainsi, il nous semble que l’auteur aurait pu aller plus loin en proposant une réflexion sur ce qu’elle qualifie de « colectivo luso » (p. 24). La définition du corpus repose sur l’origine portugaise – la naturaleza – des individus, or une mise en perspective plus poussée avec les travaux de Tamar Herzog sur les formes d’intégration, la vecindad, aurait pu être davantage développée. De même sur la question des motivations des migrants et des processus migratoires (réseau, famille), l’ouvrage aurait pu s’enrichir des travaux proches (et usant de sources identiques) d’Ida ­Altman, Jean-Paul Zuñiga, ou Gregoire Salinero (ou encore Simona Cerutti). On s’interroge également sur le sort de migrants de la seconde génération.

4Si l’auteur ne relève pas de « communauté portugaise » proprement dite à Lima, encore moins de « nation », un dialogue avec le livre de Davinken Studnicki-Gisbert, A Nation upon the Ocean Sea. Portugal’s Atlantic Daispora and the Crisis of the Spanish Empire, 1492-1640 (Oxford, 2007) était attendu. Notamment, dans le chapitre 4, sur la question de la nature des liens maintenus entre Portugais, Gleydi Sullón Barreto affirme que « no se trata, sin embargo, de una relación de jerarquía, sino más bien horizontal – y en cierto modo recíproca », c’est toute la thèse de Studnicki-Gisbert d’une nation portugaise qui se construit sur des échanges horizontaux (de don contre-don) qui prévalent et devancent les liens familiaux, qui aurait dû être convoquée pour préciser plus finement les contours du groupe et ses dynamiques.

5De même, sur la question de l’appartenance religieuse et de l’adhésion des Portugais au catholicisme à partir des marques de dévotion contenues dans les testaments, les réflexions de Nathan Wachtel, dans La foi du souvenir. Labyrinthes marranes (Paris, 2001) auraient profité à l’auteur. À propos de Manuel Bautista Pérez, grande figure du commerce liménien, inquiété par l’Inquisition, Wachtel invite à beaucoup de prudence : sur la sincérité du catholicisme ou le crypto-judaïsme, « une dualité de croyances, ou plutôt une double sincérité s’exprim[ent] en des registres différents » (Wachtel, p. 101). Ainsi, les testaments constituent-ils des preuves d’une adhésion complète au catholicisme ? Nous pouvons en douter. Une comparaison avec Mexico aurait aussi pu fournir des réponses et alimenter le débat – le Razas, clases sociales y vida política en el México colonial, 1610-1670 (Mexico, 1980) de Jonathan Israel n’est pas cité par l’auteur.

6Au final, nous savons gré à Gleydi Sullón Barreto pour sa minutieuse enquête qui vient rompre avec le poncif anti-juif du Portugais comme riche homme d’affaires judaïsant déraciné. Le portrait socio-économique dressé à partir de 196 cas montre plutôt une classe relativement aisée, mais ne vivant pas regroupée en quartier ou en communauté et se livrant à des activités diverses qui expriment divers attachements à leur origine dans leur testament. On regrettera que ce tableau ne se soit pas enrichi d’un dialogue plus poussé avec l’historiographie des années 2000 sur les mobilités, en particulier des Portugais et nouveaux chrétiens au Nouveau Monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Gaudin, « Gleydi Sullón Barreto, Extranjeros integrados. Portugueses en la Lima Virreinal, 1570-1680 », Caravelle, 111 | 2019, 189-190.

Référence électronique

Guillaume Gaudin, « Gleydi Sullón Barreto, Extranjeros integrados. Portugueses en la Lima Virreinal, 1570-1680 », Caravelle [En ligne], 111 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/4053

Haut de page

Auteur

Guillaume Gaudin

Université de Toulouse 2 – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals