Navigation – Plan du site

AccueilNuméros111Comptes rendusRomain Robinet, La Révolution mex...

Comptes rendus

Romain Robinet, La Révolution mexicaine. Une histoire étudiante

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Institut des Amériques, Col. « Des Amériques », 2017, 295 p.
Evelyne Sanchez
p. 193-196
Référence(s) :

Romain Robinet, La Révolution mexicaine. Une histoire étudiante, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Institut des Amériques, Col. « Des Amériques », 2017, 295 p.

Texte intégral

1Dans cette version remaniée de sa thèse, Romain Robinet nous livre une étude fouillée et minutieuse sur un sujet négligé de l’historiographie, celui de l’histoire des organisations étudiantes dans la première grande révolution du xxe siècle. Pour cela, il refuse d’emblée l’approche téléologique qui a consisté en une réduction du groupe étudiant aux seuls révolutionnaires dans le but de comprendre les mouvements qui se sont manifestés en 1968. Si la relation entre les corporations et autres confédérations étudiantes et le politique – notamment les gouvernements successifs issus de la Révolution – constitue l’un des principaux fils rouges de ce livre, c’est l’engagement étudiant au sens large dans la Révolution mexicaine présentée comme un modèle pour l’Amérique latine qui délimite le corpus étudié. A noter également le choix d’une chronologie large pour cette étude, de 1910 à 1946, qui permet de distinguer deux générations d’étudiants, celle dite « de 1915 » et celle de 1929.

2L’ouvrage est structuré en trois parties de trois chapitres, chacune auxquelles s’ajoute un épilogue sur l’étiolement des associations étudiantes, fondues sous le Président Cárdenas dans les organisations de jeunesse. Les deux premières parties articulent deux moments de la construction des groupes étudiants pendant la Révolution, celui tout d’abord de sa construction autour du projet de Réforme universitaire, puis celui de la fragmentation entre étudiants socialistes et communistes d’un côté, étudiants catholiques de l’autre. La dernière partie révise ces deux périodes au prisme de la thématique de la race, aussi bien en tant que moyen pour exporter la révolution mexicaine dans l’espace ibéro-américain que comme enjeu dans l’affrontement entre socialistes (anti-impérialistes, l’ibéro-américanisme étant opposé au panaméricanisme) et catholiques (qui voient en Franco l’incarnation d’une Espagne éternelle en laquelle ils se reconnaissent). L’analyse de ces thèmes et périodes repose sur un corpus homogène de sources constitué essentiellement par les périodiques, journaux et revues étudiantes. Il faut souligner à cet égard le parti pris par l’auteur de s’attacher à l’histoire des organisations qui se constituent, se situent politiquement et débattent grâce à ces instruments de diffusion, plutôt qu’à la biographie d’acteurs-clefs de ces mouvements, par ailleurs cités (José Vasconcelos, Antonio Caso, Vicente Lombardo Toledano) mais dont les parcours individuels ne sont mentionnés que lorsqu’ils éclairent leur rôle dans la structuration de ces groupes. Enfin, l’auteur s’appuie sur une historiographie exhaustive et parfaitement maîtrisée.

3Nous centrerons ce compte-rendu sur trois thèmes qui traversent cet ouvrage, parfois de manière explicite, parfois de manière apparemment plus tangentielle mais néanmoins présente et structurante pour les organisations étudiées. Il s’agit du contenu du ou des programme(s) de réforme universitaire, de la relation chaotique entre fédérations étudiantes et gouvernement et du poids des circulations dans l’espace ibéro-américain.

4La réforme universitaire n’est compréhensible que si l’on prend en compte le profil des étudiants. Dans un pays où, encore en 1910, 70 % de la population était analphabète, il n’est pas exagéré d’affirmer que les étudiants constituaient en soi une élite et que l’Université était destinée à former l’élite politique et administrative. Il s’agit aussi d’une élite urbaine dans un pays encore largement rural, puisqu’ils étaient pour l’essentiel inscrits dans des institutions de Mexico et de quelques grandes villes de province qui n’ont pas été en reste dans les revendications universitaires, et au premier rang desquelles se trouve Puebla. Les idéaux révolutionnaires devaient donc imprégner le nouveau projet pour assurer l’engagement politique de cette élite, aussi bien en termes de convictions qu’en actions concrètes. La réforme s’est ainsi articulée autour de deux thèmes : l’autonomie universitaire, censée ouvrir la participation des étudiants à la gestion des établissements, et l’extension universitaire, qui transformait les étudiants en missionnaires de la Révolution auprès des classes laborieuses. R. Robinet montre que le premier aspect de la réforme a rapidement été trahi car si l’expérience de gestion aurait été utile à la préparation de la future classe dirigeante, le contrôle des Universités par le gouvernement était une priorité absolue pour couper court aux courants divers qui, bien que nés pendant la Révolution, s’opposaient parfois de manière violente. Le projet d’extension universitaire – devenu par la suite le « service social » qui existe toujours dans le système universitaire mexicain – fut ainsi d’autant plus investi que les embûches s’accumulaient sur le chemin de l’autonomie universitaire. Mais amener l’université chez les ouvriers et les paysans n’était pas simple et ce n’est pas sans déception et paternalisme que les étudiants tentaient d’exporter leur enseignement dans des domaines pratiques (comme l’hygiène) et théoriques (histoire des partis politiques, syndicalisme, etc.) parmi une population qu’ils jugeaient peu perméable, voire apathique, aux préoccupations politiques. Ce décalage entre des élites révolutionnaires enflammées mais qui avaient peu subi la Révolution dans sa violence exacerbée et des groupes populaires qui, eux, avaient fait la Révolution mais étaient lassés des violences et de son évolution en guerre civile plus ou moins larvée, est patent. Mais à y regarder de près, il ne pouvait pas en être autrement et l’ouvrage de R. Robinet en est un témoignage involontaire. Il est à mon avis le seul point faible de ce livre et la responsabilité n’en incombe pas entièrement à son auteur. Il s’agit d’un usage abusif des sigles et acronymes des diverses organisations étudiantes – de gauche, d’obédience catholique, nationales, ibéro-américaines – qui complique singulièrement la lecture d’un texte à l’écriture par ailleurs soignée. On imagine facilement la stupeur du lecteur face à une phrase comme « Le SIDEC était chargé de l’organisation du congrès fondateur de la CIDEC » (p. 236) ; les sigles ont beau être expliqués, leur nombre et leurs évolutions font souvent perdre le fil de l’histoire des organisations et cela n’est pas sans rapport avec le caractère élitiste de ces structures. En effet, comment ne pas voir en cette terminologie un langage destiné à n’être maîtrisé que par les seuls initiés ? Certes, la plupart des corps professionnels en possèdent un, mais la contradiction est évidente avec un programme universitaire pensé dans le but affiché de donner une lisibilité du projet révolutionnaire aux groupes populaires privés d’éducation. Les discordes profondes entre étudiants socialistes et étudiants catholiques, exacerbées lors de la guerre des Cristeros, et qui ont débouché sur la constitution d’organisations concurrentes en franche opposition, renforcent encore cette impression d’entre-soi au sein de groupuscules. Dès lors, il y avait peu à espérer de « l’extension universitaire ». Restait toutefois une rénovation pédagogique, influencée par le modèle argentin, qui fut sans doute sur les moyen et long termes la façon la plus efficace de faire entrer les principes révolutionnaires dans le fonctionnement de l’Université.

5La relation entre organisations universitaires et gouvernements successifs est un autre aspect des difficultés rencontrées pour mettre en place une véritable réforme construite autour du principe d’autonomie. Celle-ci ne pouvait qu’être ambiguë, en tension entre le besoin d’un soutien mutuel bien qu’entre partenaires inégaux et le souci de contrôle de la part d’un gouvernement qui n’a rien perdu de son caractère autoritaire. L’aspiration à une stabilisation de la situation politique et accessoirement le besoin de subventions a encouragé les étudiants à soutenir les gouvernements qui se sont succédé - celui de Madero, de Huerta, de Carranza, Obregón, Calles et Cárdenas – sans renoncer pour autant à la critique de chacun d’eux. Celle-ci pouvait d’ailleurs avoir un caractère innovant. Les étudiants ont ainsi commencé à militer en faveur du civilisme, c’est-à-dire le fait d’ôter l’Exécutif des mains des militaires, dès la fin des années 1920, ce qui ne fut acquis qu’une quinzaine d’années plus tard. R. Robinet met d’ailleurs l’accent sur la « révolution universitaire » de mai 1929 qui est l’expression d’une fracture générationnelle des étudiants, ceux qui étaient révolutionnaires sous Madero étant désormais aux commandes sont accusés d’avoir trahi leurs idéaux. Dans la construction de ces soutiens à des candidats à la présidence, quelques acteurs-clefs sont identifiés, tel Vicente Lombardo Toledano qui sut impulser l’école marxiste et mobiliser les étudiants autour de Cárdenas, et dont le téléguidage par Moscou a été démystifié par Daniela Spenser. Ce soutien montre d’ailleurs toute l’ambivalence de la relation avec le pouvoir car les étudiants socialistes, bien que minoritaires, reçurent ainsi le soutien du candidat. De même, l’expansion des idéaux révolutionnaires en Ibéro-Amérique ne pouvait se faire qu’avec le soutien du pouvoir en place. R. Robinet nous parle ainsi du financement des voyages des étudiants en Amérique du Sud par le ministère des Affaires étrangères et d’une double diplomatie officielle et étudiante organisée conjointement. En résumé, les fédérations étudiantes pouvaient, par leurs liens avec le pouvoir, être utilisées pour court-circuiter le projet d’autonomie universitaire. Le fractionnement des étudiants en organisations concurrentes aurait pu être un frein à cette évolution mais son instrumentalisation par le pouvoir pour soutenir certains groupes minoritaires permettait de maintenir le contrôle sur la base d’un soutien mutuel. Vu ainsi, l’étiolement constaté dans les années 1940 est moins surprenant, tant le ver semblait installé depuis longtemps dans le fruit.

6L’ouvrage fait enfin la part belle aux circulations des idées et des acteurs ainsi qu’à l’internationalisation de certaines problématiques, notamment sous l’influence de la montée du fascisme et de son opposition socialiste. Si la première génération d’étudiants a œuvré à la constitution d’organisations nationales et à la mobilisation des classes laborieuses mexicaines dans le projet révolutionnaire, très vite s’est posée la question de l’exportation du modèle révolutionnaire en Amérique latine. Mais les circulations n’étaient pas en sens unique : ainsi les revendications exprimées à l’Université de Córdoba, en Argentine, ont alimenté les débats au Mexique sur la réforme universitaire, tandis que le péruvien Victor Andrés Belaúnde inspirait les étudiants catholiques. Notons également l’influence de l’Uruguayen José Enrique Rodó, célèbre auteur du roman Ariel, et du Nicaraguayen Rubén Dario qui ont alimenté l’idée d’une communauté de culture dans l’espace ibéro-américain. Les liens étaient aussi politiques et partisans comme avec Haya de la Torre, fondateur du parti politique péruvien APRA, invité par Vasconcelos. Face à la doctrine Monroe, l’ibéro-américanisme semblait être une option viable pour unir les étudiants mexicains qui durent réinterpréter la pensée raciale héritée du xixe siècle. R. Robinet montre clairement comment la montée du franquisme et la guerre civile en Espagne ont interféré dans ce travail de repositionnement, les organisations étudiantes de gauche défendant une définition plus culturelle du monde ibéro-américain tandis que les étudiants catholiques optaient pour une définition plus hispanophile et plus proche d’une hiérarchisation raciale des civilisations. Mais là n’est pas le plus intéressant de cet aspect de l’ouvrage. En effet, grâce à la reconstitution des circulations, l’auteur montre qu’il existait au début de la première moitié du xxe siècle un espace ibéro-américain multipolaire dont la hiérarchie semblait directement héritée du xviiie siècle, telle que l’a mise en lumière Jean-Paul Zuñiga. L’Espagne apparaît en effet comme point de référence et le Mexique comme le leader en terre américaine à partir duquel s’organise un territoire culturellement défini. L’impossibilité pour les étudiants espagnols de participer aux congrès organisés en Amérique en raison de la guerre civile a obligé leurs homologues américains à se repositionner en tant que latino-américains, avec une préoccupation désormais plus indo-américaine, et dans ce transfert l’axe Mexique-Pérou, sièges des deux anciennes vice-royautés, s’est imposé comme primordial. Malgré le poids visible des anciennes structures impériales, c’est la politique intérieure qui eut cependant raison des organisations étudiantes : la réconciliation entre gouvernement et Église a torpillé les errances fascisantes des groupes catholiques et la multiplication des organisations de jeunesse a noyé ceux plus ou moins divisés des étudiants de gauche.

7C’est donc par bien des aspects un ouvrage novateur, bien écrit, encore qu’à la lecture parfois difficile, et qui tient bien la promesse faite en introduction de nourrir une historiographie indigente sur une histoire étudiante de la révolution mexicaine que nous livre ici R. Robinet dans son premier ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evelyne Sanchez, « Romain Robinet, La Révolution mexicaine. Une histoire étudiante »Caravelle, 111 | 2018, 193-196.

Référence électronique

Evelyne Sanchez, « Romain Robinet, La Révolution mexicaine. Une histoire étudiante »Caravelle [En ligne], 111 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/4070 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.4070

Haut de page

Auteur

Evelyne Sanchez

CNRS-FRAMESPA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search