Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Patricio Herrera gonzalez (coord.), El Comunismo en América Latina. Experiencias militantes, intelectuales y transnacionales (1917-1955)

Valparaíso, Universidad de Valparaíso, 2017, 461 p.
Frédérique Langue
p. 197-199
Référence(s) :

Patricio Herrera gonzalez (coord.), El Comunismo en América Latina. Experiencias militantes, intelectuales y transnacionales (1917-1955), Valparaíso, Universidad de Valparaíso, 2017, 461 p.

Texte intégral

1Dans une conjoncture mondialisée où la dénonciation du communisme a cédé le pas à celle des populismes, y compris et surtout chez des écrivains reconnus et autrefois tentés par l’arène politique, il n’est pas inutile de revenir sur des trajectoires militantes et intellectuelles qui ont marqué le devenir de l’Amérique latine et y ont inspiré dans une certaine mesure des expériences plus récentes de gouvernement. L’ouverture des archives concernées, en particulier de l’Internationale communiste (Komintern), mais également de centres de documentation (en Argentine ou au Mexique) ainsi que la mise en place de réseaux de recherche ont constitué de fait un tremplin en vue de cette réécriture, fût-elle engagée, de cette histoire du xxe siècle.

2Le propos de cet ouvrage à plusieurs mains, issu d’un séminaire international réalisé en 2015 à Santiago dans le cadre du centenaire de la Révolution russe est en lui-même un défi, comme le souligne Barry Carr dans son introduction. Ecrire l’histoire des communismes en Amérique latine relève en effet à la fois du bilan historiographique voire des bilans historiographiques, de la découverte d’archives nouvelles et de la prise en compte de circulations intellectuelles qui dépassent très largement le continent lui-même : en d’autres termes, de ce qu’il reste à connaître d’une histoire latino-américaine marquée du sceau d’un projet idéologique qui a influencé bien d’autres domaines d’étude et de recherche relevant de l’histoire sociale et politique.

3Autrefois occultée par les problématiques de la Guerre froide et les débats internes aux gauches latino-américaines, et dans une certaine mesure les productions apologétiques et militantes au profit des partis nationaux, la période choisie se trouve être un temps de diffusion de « sensibilités idéologiques de gauche » dans la région. Ces sensibilités furent appelées à se consolider aussi bien par le biais de partis (socialistes et communistes), de syndicats, que de fronts d’action populaire, d’alliances électorales de circonstance, ou encore de congrès d’intellectuels et initiatives d’« amis » de l’URSS. Après le déplacement relatif des centres d’intérêts des sciences sociales survenu après 1989 (la « fin de l’histoire »…), le retour des mobilisations sociales et le rejet avéré du « consensus de Washington », l’histoire du travail et des gauches, souvent dans une perspective d’histoire culturelle et sociale, sont revenus en grâce aux yeux des chercheurs en sciences sociales, latino-américains et latino-américanistes plus généralement. Tel fut le cas au Chili, où nombres de publications vont en ce sens. La littérature sur l’histoire des communismes, qui ne manque pas d’inspirer les orientations privilégiées dans ce livre, en témoigne amplement, depuis les références à des acteurs non plus collectifs mais individuels et sans conteste militants, l’analyse de l’évolution des partis, le positionnement des intellectuels, les approches du militantisme en termes de genre, les relations entre la tradition marxiste et les communismes, mais également les réseaux internationaux (l’histoire de la Troisième Internationale et de l’Amérique latine reste encore en grande part à écrire), sans oublier les initiatives anti-communistes qui ont émaillé la période.

4L’ouvrage revendique par conséquent son inscription dans ce courant historiographique désormais mondialisé, mais à l’approche rigoureuse et à la méthodologie inspirée de l’histoire et des sciences sociales. L’accent est, de ce fait, mis sans surprise sur la diversité des expériences régionales. Plus que de l’histoire d’un mouvement communiste international quelque peu rigidifié à l’aune des structures formelles des partis et du Komintern, ce sont bel et bien les communismes et les marxismes, leurs évolutions divergentes voire leurs divisions internes et autres écoles de pensée conduisant à ces formes d’engagement voire de rébellion, et, de fait, les différents contextes nationaux/régionaux, en d’autres termes des « périphéries » qui se trouvent au cœur de cette réflexion. La démarche ne manque pas de renouveler sensiblement le vieux débat sur les relations entre l’IC et les partis communistes, un débat qui s’accentue dans les années 1930-1940 et plus encore pendant les années de Guerre froide, malgré l’impact somme toute relatif des positions du Komintern sur les organes directeurs des partis nationaux et la circulation limitée de l’information en période de crises nationales. Une première partie de l’ouvrage est ainsi consacrée aux « réceptions du communisme en Amérique latine », en Colombie (E. A. Caro Peralta), au Chili (S. Aránguiz Pinto, R. Alvarez Vallejos) avec le thème de la « bolchevisation » des cadres et des militants, ou en Uruguay (G. Leibner).

5De même la séquence chronologique s’en trouve-t-elle étendue, autrefois limitée à un moment fondateur, à la période 1941-43 ou 1939-40 au détriment des connaissances sur l’histoire des partis communistes eux-mêmes et des « passeurs » latino-américains ou européens, bel et bien présents dans les rouages du ­Komintern ou du Profintern (syndicats) et à l’occasion de débats doctrinaires. Peu sont véritablement connus, de même que les interconnexions entre action politique et vie privée. Les éléments de « langage interne » au monde communiste, son lexique, son imaginaire, ses références culturelles et politique, son « univers symbolique » (B. Carr), ses publications périodiques et ses espaces (Mexico, La Havane, New York, les pays du Cône sud, sans compter le rôle des émigrants européens) et ses rituels, pour ne pas dire sa discipline idéologique, occupent dans cette perspective comparée une place décisive, qui contribue à nuancer l’image de la période dans son ensemble. Tel est le sens de la deuxième partie centrée sur la « dimension culturelle du communisme », ses hétérodoxies (Mariátegui, étudié par P. Gutiérrez Donoso), ses médiateurs et réseaux en terme d’édition et de diffusion, que viendra renforcer l’exil des Républicains espagnols (S. Rivera Mir), les associations d’« amis » de l’URSS (M. Loyola pour le cas chilien), les écrivains et leur trajectoire politique et militante, voire diplomatique, et, inévitablement, leur relation à la « culture populaire » (P. Neruda, J. Amado, abordés par C. Dalmás).

6Un troisième ensemble, « Comunismo, militancias y estuctura partidaria », reconsidère les relations que nous évoquions précédemment, avec l’IC et Moscou (leitmotiv des « partis de l’extérieur »), ainsi que l’historiographie militante de l’ « internationalisme prolétarien » : le PC argentin, analysé par V. A. Piemonte, le Chili de 1931 et la chute de la dictature d’Ibáñez, étudiés par S. Grez Toso, ou encore la lutte contre le fascisme et le « gouvernement de la révolution de juin », dans les années 1943-46, retracés par J. Fernandez Abara, mais également le rôle des militantes communistes au Guatemala (A . M. Cofino). Avec une dernière partie adoptant une « perspective transnationale », ce sont cette fois les dissidences qui sont prises en compte – bien qu’un peu brièvement à notre sens –  celles exprimées au sein des partis communistes ou du monde du travail (ainsi au PC chilien, revisité par J. C. Yáñez Andrade, P. Herrera González, A. Fortes, ou encore J. Pavilack).

7L’ensemble des recherches présentées ici est donc particulièrement dense, ses interrogations multiples et ses défis toujours présents. Conséquence inévitable de ce propos ambitieux et pragmatique à la fois, le lecteur reste parfois sur sa faim (sur les positionnements des intellectuels, même si une historiographie spécifique se fait jour sur le continent, à propos des militantes également, trop rapidement évoquées dans la plupart des contributions, sauf une, ou encore la perception de « passeurs » idéologiques et politiques par les militants comme par la société locale et notamment le monde ouvrier). Les nombreuses pistes de recherche abordées par les divers auteurs ne demandent par conséquent qu’à être approfondies. Pour l’heure, l’historiographie des communismes dispose incontestablement avec cette publication d’un point de départ appréciable en vue de la réécriture de ses itinéraires latino-américains et de l’identification des circulations politiques et culturelles à l’œuvre entre la lointaine Europe et son « extrême Occident ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Langue, « Patricio Herrera gonzalez (coord.), El Comunismo en América Latina. Experiencias militantes, intelectuales y transnacionales (1917-1955) », Caravelle, 111 | 2019, 197-199.

Référence électronique

Frédérique Langue, « Patricio Herrera gonzalez (coord.), El Comunismo en América Latina. Experiencias militantes, intelectuales y transnacionales (1917-1955) », Caravelle [En ligne], 111 | 2019, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/4078

Haut de page

Auteur

Frédérique Langue

IHTP-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals