Navigation – Plan du site

AccueilNuméros111Comptes rendusMaría Inés Valdivia Acuña, El Fem...

Comptes rendus

María Inés Valdivia Acuña, El Feminismo católico peruano (1930-1956)

Lima, Universidad Nacional Federico Villarreal, 2018, 270 p.
Bernard Lavallé
p. 199-201
Référence(s) :

María Inés Valdivia Acuña, El Feminismo católico peruano (1930-1956), Lima, Universidad Nacional Federico Villarreal, 2018, 270 p.

Texte intégral

1M. A. Valdivia Acuña s’était fait connaître il y a quelques années (2010) par un livre remarqué sur le xixe siècle péruvien, El liberalismo social en el Perú : masones, librepensadores, bomberos y anarquistas en el siglo xix, qui apportait une information très neuve et de nombreuses clés pour mieux comprendre les évolutions idéologiques et politiques de cette époque du devenir national péruvien.

2L’objet du présent livre est tout à fait différent. L’essor des études sur le féminisme catholique latino-américain est relativement récente et date pour les premières de l’extrême fin du xxe siècle et des premières années du xxie. Après avoir fait le tour de ces études, l’auteure commence par dessiner le contexte à partir duquel le catholicisme social s’est d’abord exprimé, en particulier autour de la question du droit de vote des femmes, en Espagne et en France pour ce qui est de l’Europe, au Mexique, en Argentine et au Chili, dans le cas hispano-américain ; puis elle en vient, dans le second chapitre, aux relations entre catholicisme et républicanisme dans le cas péruvien qui va constituer le domaine de sa recherche.

3Elle offre des réflexions très intéressantes sur la place assignée par la république péruvienne du xxie siècle aux femmes dans ses discours et dans ses pratiques, mais aussi au rôle que certaines d’entre elles ont pu jouer comme éducatrices ou écrivaines. M. I. Valdivia montre ainsi comment s’est constituée l’idée d’une mère républicaine que sous-tendait une forme de domination discursive qui s’étendait à bien des domaines. La question de l’éducation des femmes était bien entendu au centre des préoccupations de cette époque.

4Ces débats s’intensifièrent et se renouvelèrent en partie après la Guerre du Pacifique. On pense en particulier à Clorinda Matto de Turner qui finalement dut s’exiler en Argentine. Ce fut d’ailleurs dans ce pays que les premières féministes péruviennes purent s’exprimer le mieux et se former aussi au contact des ligues de libre pensée et de la mise en œuvre de l’enseignement pour les filles qui se développèrent sur les bords du Río de la Plata en relation avec les progrès de ces mêmes idées et de ces pratiques dans l’Europe de l’époque.

5M. I. Valdivia montre excellemment l’influence du libéralisme social sur des éducatrices comme Elvira García y García, sur des revues telles La Bella Limeña, la Revista de Lima, etc. dans un contexte très marqué par les années qui suivent la Guerre du Pacifique et ses conséquences à la fois nationales mais aussi au sein des familles souvent durement impactées par le conflit. L’auteure en profite pour dresser un tableau court mais très suggestif et documenté du statut et des rôles de la femme péruvienne, surtout liménienne, à ce moment crucial de l’histoire nationale. Elle montre bien aussi les efforts d’éducation de González de Fanning, Esther Festini, Elvira García y García dans le cadre d’un projet d’éducation domestique, de respect des droits politiques et des codes moraux, mais qui tenait aussi compte du lent accès au marché du travail qui posait aux femmes péruviennes des problèmes en partie nouveaux.

6Le chapitre suivant centre son étude sur trois figures à la fois essentielles et différentes, María Jesús Alvarado, Dora Mayer et Magda Portal. Essentielles, elles le furent par la contribution de leur discours et de leur pratique. La première, la moins connue des trois, jeune costeña déclassée dut affronter une vie marquée par les difficultés en tout genre et conceptualisa les notions de masculinité hégémonique et les réflexions sur le machisme. Le cas de Dora Mayer, journaliste très en vue à son époque, aux relations mal assumées avec Pedro Zulen, est peut-être plus complexe voire marqué de réelles contradictions. Quant à Magda Portal, poétesse et journaliste, elle fut une dirigeante de l’APRA naissante où elle essaya d’organiser les femmes avec comme conséquence l’abandon de son travail poétique mais aussi avec en toile de fond son affrontement avec Haya de la Torre et les affirmations péremptoires de celui-ci sur (contre ?) les femmes lors du congrès du parti en 1948.

7Le dernier chapitre, le plus long, le plus riche et le plus fouillé est consacré à une seule figure, celle de Zoila Aurora de Cáceres (1877-1959). Fille d’Avelino Cáceres, une des figures les plus en vue du dernier quart du siècle, elle fut une des voix féministes les plus reconnues de son époque, non seulement dans son pays mais aussi en Argentine, en Espagne et en France. Ce fut une catholique militante, conservatrice sans être réactionnaire et attachée à un féminisme maternaliste. Très marquée par les années d’exil avec son père en Argentine, elle vécut aussi avec son mari, Enrique Gómez Carrillo, en France où elle publia Mujeres de ayer y hoy, ouvrage dans lequel elle affirma ses positions politiques et sa connaissance du féminisme européen, même si elle en exclut Rosa Luxembourg et Clara Zetkin.

8Le livre examine avec précision et en parallèle, les éléments biographiques de Zoila A. Cáceres (décédée en 1958 en Espagne) et les évolutions du féminisme dans le contexte international des années 1930-1950. Il se termine par l’étude des élections de 1956 où près d’un demi-million de péruviennes participèrent pour la première fois à des élections parlementaires. Trente-trois furent candidates, neuf furent élues. Paradoxe de l’Histoire, cet accès des femmes au suffrage universel fut au Pérou l’œuvre d’un dictateur, Manuel Odría. Il pensait que le vote féminin lui serait favorable et le rôle en la matière de son épouse María Delgado ne fut pas sans conséquences, dans la mesure où elle se voulait être l’Eva Perón péruvienne et fut d’ailleurs elle-même candidate à la mairie de Lima.

9Comme on le voit, ce livre qui traite de sujets et de personnages assez peu connus embrasse un très grand nombre de problèmes et les éclaire à la fois grâce à une connaissance particulièrement aiguisée des sources et à leur mise en cohérence au moyen d’une très solide formation théorique. Il offre d’autre part, et indique, de nombreuses pistes de réflexion et de recherche que l’auteure à n’en pas douter explorera et développera avec bonheur dans les années à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « María Inés Valdivia Acuña, El Feminismo católico peruano (1930-1956) »Caravelle, 111 | 2018, 199-201.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « María Inés Valdivia Acuña, El Feminismo católico peruano (1930-1956) »Caravelle [En ligne], 111 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/4087 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.4087

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search