Navigation – Plan du site
Les Amazonies : unité et diversité. Perspectives contemporaines

Les Amazonies : unité et diversité

Présentation
Catherine Heymann
p. 9-12

Texte intégral

1« L’Amazonie est une invention des pharmaciens ! ». Cette définition que l’on doit à la plume du brillant chroniqueur Alexandre Vialatte (1901-1971) illustre avec humour l’existence tenace de stéréotypes sur la jungle amazonienne, qui se renouvellent selon les époques, en variant les nuances chromatiques : Eldorado qui eut d’abord le parfum de la cannelle, puis la couleur de « l’or blanc » − le caoutchouc −, de « l’or noir » − le pétrole −, de « l’or bleu » − l’eau − dans un futur proche ou Poumon vert de la planète à l’opposé de l’Enfer vert dont l’image fut durablement entretenue par la littérature et le cinéma. Assurément révélatrices des rapports de nos sociétés avec cette partie du monde dont le seul nom dit la part de phantasme, ces appellations ont la plupart du temps été marquées par une approche globalisante, fondée souvent sur la méconnaissance, voire l’ignorance, du potentiel écologique réel de l’Amazonie, des problématiques socio-économiques qui s’y trouvent posées, de l’histoire des peuples qui l’habitent et de leur diversité ethnique. Cependant, l’affirmation d’André-Marcel d’Ans selon laquelle « l’Amazonie [est un] territoire sans passé − du moins se plaît-on à le croire −, [qui] appartient perpétuellement au futur, et sur lequel l’on ne cesse de greffer les rêves les plus échevelés » (L’Amazonie péruvienne indigène,1982) n’est plus que partiellement exacte. Depuis plusieurs décennies, les recherches et les travaux sur l’Amazonie, dans les différents champs des sciences humaines, l’ont dotée d’une histoire et même plus récemment d’une préhistoire ; elle s’écrit désormais au passé et au présent, tout en essayant de maîtriser son futur. Espace singulier, elle se décline aussi au pluriel.

2Vaste ensemble tropical d’environ sept millions de kilomètres carrés, l’Amazonie n’est pas un milieu homogène et indifférencié, qu’il s’agisse de la couverture arborée que viennent interrompre des savanes, des variations des précipitations ou de celles du relief, de la nature des sols, de la taille des fleuves et de la composition de leurs eaux ou de leurs crues inégales. Elle étend sa surface sur huit pays : Brésil, Bolivie, Colombie, Équateur, Guyana, Pérou, Surinam, Venezuela et un département, la Guyane française. De l’inégalité marquée de sa répartition − le Brésil possédant environ deux tiers de la superficie totale du bassin de l’Amazone, soit 59 % de son territoire national − découle l’image d’une Amazonie souvent identifiée comme exclusivement brésilienne alors que la Bolivie, le Pérou ou le Surinam ont des superficies couvertes par la forêt aussi, voire plus, élevées. À la fragmentation entre pays amazoniens qui a été ou peut être encore une source d’affrontements ou de concurrence, s’ajoutent d’autres divisions, liées à une intégration inégale au niveau régional et mondial, elle-même soumise à un modèle de développement, déterminé de longue date par la demande internationale et basé principalement sur l’exploitation des matières premières.

3Le pluriel retenu pour ce dossier souhaite donc mettre l’accent sur la diversité d’un espace communément appréhendé au singulier en montrant d’une part les héritages historiques, ethniques et culturels et d’autre part certaines évolutions ou mutations visibles à l’époque contemporaine. Si l’étude des Amazonies hispaniques a été privilégiée, le Brésil demeure bien présent. Que révèle l’ensemble des articles ?

4Premier constat : l’émergence d’une archéologie amazonienne et la reconnaissance de l’existence d’une préhistoire amazonienne qui, il y a encore une vingtaine d’années, était considérée comme marginale. La mise en évidence de toute manifestation culturelle y était vue comme émanant de populations exogènes (venues des Andes, voire de la Côte pacifique). L’essor de ce domaine permet de mieux comprendre les grandes étapes du peuplement humain de la plus grande forêt tropicale du monde avant l’arrivée des Européens et le rôle des cultures amazoniennes dans le monde andin. Si l’Amazonie a une histoire naturelle, elle a aussi désormais une histoire culturelle.

5Second constat : la mise en relief de nouveaux éclairages sur l’histoire indienne en Amazonie bolivienne aux XIXe et XXe siècles et la mise en perspective du mouvement indigène de ces trente dernières années.

6Dans un premier cas, il s’agit d’étudier les stratégies développées par les Indiens du Beni, devenus citoyens par un décret de 1842, pour protéger leurs terres et leurs cultures. La plus grande partie acheta ainsi des titres de propriété communale tandis que d’autres accédèrent à la propriété privée de manière individuelle. À travers la possession d’un titre écrit et le respect des normes républicaines, ils entendaient éviter la spoliation de leurs biens.

7À partir des journaux de missionnaires, une autre étude s’interroge sur l’échec du projet franciscain de conquérir et de réduire à des fins civilisatrices les Sirionó dans la première moitié du XXe siècle sur le modèle qui avait été utilisé, avec succès, cent ans auparavant avec les Guarayo, autre population des terres basses boliviennes. De la mise en évidence des différents facteurs qui expliquent cet échec ressort la résistance de ce groupe de chasseurs-cueilleurs, considéré au début du XXe siècle comme un modèle de primitivisme, à l’imposition de cette nouvelle forme sociale.

8S’appuyant sur une longue expérience de recherche consacrée tant aux peuples de la forêt qu’aux communautés paysannes du monde andin, un article met en perspective les mobilisations indigènes depuis une trentaine d’années : création d’une identité générique trans-ethnique − dont les organisations indigènes existantes sont la concrétisation et l’expression d’un processus politique majeur − et pourtant maintien d’identités spécifiques. Ce constat, apparemment paradoxal, permet de se demander dans quelle mesure et jusqu’à quel point la coupure historique entre populations indiennes des basses terres et communautés indiennes paysannes vivant sur les hauts-plateaux et dans la montagne est remise en cause, voire « dépassée ».

9Troisième constat : la mise en œuvre d’une intégration régionale et le développement économique des territoires.

10Fondée sur des enquêtes auprès de producteurs agricoles, l’étude des caractéristiques socio-économiques de la région de Florencia (piémont andin du département du Caqueta en Amazonie colombienne) permet de saisir l’évolution de ce type de zone, associée au modèle CO3 (Colombie, coca, colonisation). Aux phénomènes habituels des fronts pionniers anciens (intégration aux dynamiques nationales, concentration de la terre, domination de l’élevage) s’ajoute une nouvelle vague de colonisation, liée à la reprise du contrôle de l’espace par l’État, et qui entraîne un profil diversifié des agriculteurs, qui est comparé à un front récent au Brésil.

11Une autre étude s’intéresse à l’évolution des politiques de protection et de conservation de la nature en Amazonie colombienne et à la mise en place de diverses stratégies, allant de l’éducation environnementale au développement de l’écotourisme. Le cas du Parc National Amacayacu, dont la superposition avec des territoires indiens et l’hétérogénéité des peuples marquent la complexité, est analysé plus particulièrement. Il s’agit de mesurer les atouts, les limites et les répercussions sur les cultures locales de l’introduction du modèle de la concession dans la gestion du Parc.

12Un dernier volet concernant ces stratégies d’intégration renvoie à un aspect de la politique culturelle en Amazonie péruvienne. En 2006, le Gouvernement régional de Loreto a sélectionné dix-sept titres d’auteurs amazoniens contemporains qu’il a édités à mille exemplaires chacun et distribués gratuitement dans les établissements scolaires. Outre la démarche de valorisation d’un patrimoine culturel commun, l’intérêt de la sélection réside dans le choix des textes qui a été fait et dans le regard que portent les Amazoniens sur eux-mêmes.

13Un mot encore : la section intitulée A propos de Claude Lévi-Strauss, constitue une sorte de prolongement au dossier sur les Amazonies. L’auteur mondialement connu de Tristes Tropiques, mais aussi de Race et Histoire ou de La Pensée sauvage ou, partition plus personnelle, de Regarder, écouter, lire y est évoqué dans une double perspective historique et linguistique. Les « Éléments d’une anthropologie du voyage » construisent un rapprochement avec Hérodote tandis qu’un autre article analyse les rapports (influences, héritages) de Lévi-Strauss avec ce que l’on appela, à la fin des années 70, « la nouvelle histoire ». Traitant de la linguistique et de l’anthropologie structurales, la troisième contribution revient sur la relation entre Roman Jakobson et Claude Lévi-Strauss et leurs disciplines respectives. Ces études ont en commun de mettre en évidence la profondeur et la complexité de l’une des œuvres intellectuelles majeures du XXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Heymann, « Les Amazonies : unité et diversité »Caravelle, 96 | 2011,  9-12.

Référence électronique

Catherine Heymann, « Les Amazonies : unité et diversité »Caravelle [En ligne], 96 | 2011, mis en ligne le 01 août 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/4165

Haut de page

Auteur

Catherine Heymann

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals