Navigation – Plan du site
Les Amazonies : unité et diversité. Perspectives contemporaines

Avant le A d’Amazonie

Stéphen Rostain
p. 13-33

Résumés

L’archéologie de l’Amazonie a connu un essor remarquable depuis une vingtaine d’années après un démarrage tardif au milieu du XXe siècle, puis une longue période d’enfermement dans le carcan du déterminisme écologique. Les plus anciennes traces humaines en Amazonie sont datées d’il y a 10 000 ans environ. Par la suite, des événements cruciaux pour l’homme sud-américain vont peu à peu se dérouler en Amazonie : l’apparition de la céramique, la complète sédentarisation et la domestication des plantes. Plus récemment, les premiers conquérants européens rencontrèrent des sociétés complexes et stratifiées au bord du grand fleuve.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Frans Bubberman, Serge Guiraud et Betty J. Meggers pour leurs photographies.

Introduction

1La lecture de la plupart des manuels scolaires d’histoire des pays d’Amérique du Sud nous apprend que l’histoire de chacune de ces nations n’a commencé qu’à partir de la conquête européenne. Avant cela, le déluge pourrait-on dire. Au mieux, ces livres signalent-ils qu’il exista auparavant quelques « sauvages », de préférence « cruels », « belliqueux » et « cannibales ».

2Depuis près de 20 ans, quelques tentatives isolées essayent de décrire un peu ce que fut réellement le monde précolombien. Toutefois, le chemin à parcourir pour changer des siècles de négation reste long et ardu. Les populations indigènes amazoniennes sont encore souvent vues comme des petits groupes perdus survivant tant bien que mal dans un monde hostile. Il y a un paradoxe entre la vision monolithique réductrice que l’on a de l’Amazonie et de ses habitants, et la réalité d’une remarquable diversité biologique et culturelle de cette contrée. Avec une surface entre 6 et 8 millions de km2, l’Amazonie est souvent vue comme un paysage unique et uniforme de forêt moutonnant. Ce n’est en réalité pas qu’une forêt, mais bien une mosaïque de milieux très divers.

3Qu’en est-il du peuplement humain ? Qu’était le monde amérindien d’avant la conquête européenne, et plus particulièrement celui d’Amazonie ? Comment a-t-il été perçu et étudié par les chercheurs, anthropologues et archéologues ?

Historique de l’archéologie amazonienne

4Bien que récente et encore trop rarement pratiquée, l’archéologie amazonienne a connu une histoire mouvementée, bien que les orientations et les développements aient été différents d’un pays à l’autre. Malgré ces variantes, certaines constantes communes se dégagent dans l’approche des populations précolombiennes des Guyanes. Quatre périodes principales peuvent être distinguées dans l’épopée de l’archéologie amazonienne : les pionniers d’avant 1900 ; les premières études archéologiques de 1900 à 1945 ; la mise en place d’une archéologie structurée de 1945 à 1980 ; l’archéologie scientifique depuis 1980.

5Dès le xviie siècle, les explorateurs qui dressent peu à peu la carte de l’Amazonie signalent parfois des trouvailles archéologiques (Fig. 1), mais sans que ces découvertes éveillent d’intérêt particulier. Ce n’est qu’à partir du xixe siècle que les populations amérindiennes et leur production artisanale suscitèrent un peu plus de curiosité. Les savants s’interrogeaient alors essentiellement sur l’évolution humaine et sur l’origine indigène ou exogène des Amérindiens. Le Brésilien Domingos Soares Ferreira Penna peut être considéré comme le premier archéologue amazoniste car, à la fin du xixe siècle, il découvrit de nombreux sites dans l’embouchure de l’Amazone, écrivit plusieurs articles sur l’ethnographie et l’archéologie, puis fonda le musée de Belém.

Figure 1. Visite en 1806 de « roches avec inscriptions indiennes » sur une île de la Boca del Infierno, dans l’état de Bolívar sur le moyen Orénoque, au Venezuela

Figure 1. Visite en 1806 de « roches avec inscriptions indiennes » sur une île de la Boca del Infierno, dans l’état de Bolívar sur le moyen Orénoque, au Venezuela

Morisot, 2002 : 153

6Dans la première moitié du xxe siècle, des chercheurs commencèrent à fouiller sommairement des sites et étudièrent des collections archéologiques. On retiendra particulièrement Emilio Goeldi et Curt Nimuendajú pour le Bas-Amazone. Ces travaux demeuraient toutefois ponctuels et occasionnels, aucun programme spécifique sur l’archéologie amazonienne n’étant lancé. L’autre ethnologue important de cette époque pour l’archéologie est Erland Nordenskjöld (1930) qui publia un ouvrage encore inégalé sur l’archéologie de l’Amazonie. Avec les rares données archéologiques, ethnohistoriques et ethnologiques disponibles à l’époque, il proposa des interprétations originales, encore acceptées aujourd’hui. Par exemple, il tenta des comparaisons stylistiques de motifs amérindiens provenant de toute l’Amérique du Sud (Fig. 2), soulignant ainsi l’étendue exceptionnelle des contacts et des réseaux d’échanges précolombiens.

Figure 2. Comparaison de modelés aviformes provenant de différentes régions d’Amérique du Sud

Figure 2. Comparaison de modelés aviformes provenant de différentes régions d’Amérique du Sud

Nordenskjöld 1930 : 27

7Après la Seconde Guerre Mondiale, l’archéologie amazonienne connut un développement remarquable, notamment sous l’impulsion des chercheurs nord-américains rattachés à la Yale University et à la Smithsonian Institution. Dans les cinq volumes des Handbooks of South American Indians, publiés entre 1946 et 1949, Julian Steward classait les sociétés d’Amérique du Sud en quatre grands types sur la base de leur niveau de complexité, correspondant chacun à une aire géographique déterminée. Dans le handbook sur les « tribus de forêt tropicale » concernant l’Amazonie (Steward 1948), une jeune étudiante écrivit un petit chapitre très succinct sur l’archéologie de la région, où elle adhérait à la théorie de la limitation environnementale pour l’Amazonie. Elle débuta ainsi une longue carrière qui domina l’archéologie amazonienne durant près d’un demi-siècle. Une étape essentielle fut ainsi franchie après la Seconde Guerre Mondiale avec l’arrivée du couple d’archéologues nord-américains de la Smithsonian Institution, Betty Meggers et Clifford Evans. Betty Meggers fit ses premières armes il y a tout juste 60 ans et, malgré trois générations d’archéologues depuis, elle n’a toujours pas pris sa retraite. En 1948-1949, elle mena avec son mari une vaste prospection sur le littoral d’Amapá et dans les îles de l’embouchure de l’Amazone (Fig. 3), qui aboutit à deux importantes thèses publiées en un volume (Meggers & Evans 1957). Leur travail, qu’il soit applaudi ou dénigré, a fortement inspiré l’archéologie amazonienne. Même si certaines de leurs interprétations ont été remises en cause, l’essentiel de leur travail, dont une partie fut réalisée à une époque où les moyens techniques en archéologie étaient encore sommaires, fait toujours référence. Leurs hypothèses demeurent une base de réflexion dans l’archéologie amazonienne. Par exemple, Betty Meggers et Clifford Evans (1969) proposèrent à la fin des années 1960 une méthode de sériation de type par niveau arbitraire de fouille. Ce système reposait sur l’idée que toute culture matérielle évolue progressivement jusqu’à une période d’apogée avant de dégénérer. Malgré des faiblesses évidentes, cette méthodologie est encore largement employée en Amazonie. Par ailleurs, le modèle théorique que proposent Betty Meggers et Clifford Evans repose sur les modèles de diffusionnisme et de déterminisme écologique développés par Julian Steward. Selon cette théorie, les Andes et la côte Pacifique seraient des centres d’invention culturelle pour toute la région. Partant de cette hypothèse, les deux auteurs font venir les sociétés complexes d’Amazonie depuis les Hautes Terres et expliquent leur déclin par la pauvreté du milieu naturel auquel elles n’auraient pu s’adapter. Betty Meggers (1971) tua le mythe de l’Eldorado en publiant « Amazonie : Homme et Culture dans un paradis contrefait ». Suivant un déterminisme écologique strict, elle affirmait − et affirme toujours − que les basses terres infertiles provoquèrent la stagnation culturelle des habitants de l’Amazonie. L’idée de base de cette théorie environnementaliste et diffusionniste est qu’aucune société n’a pu connaître de développements complexes à cause d’un milieu défavorable, toute innovation étant vue comme un apport extérieur, souvent depuis les Andes. Elle repose sur la trompeuse observation des groupes actuels qui, étant les héritiers des bouleversements coloniaux, sont donc peu représentatifs de la réalité précolombienne. Jusqu’aux années 1970, les archéologues suivirent les méthodes et théories établies par le couple d’Américains. Rares sont ceux qui accréditent aujourd’hui ces théories.

Figure 3. Fouilles de Betty Meggers et Clifford Evans en Amapá, au Brésil, en 1948

Figure 3. Fouilles de Betty Meggers et Clifford Evans en Amapá, au Brésil, en 1948

Photo Meggers

8Les premiers à critiquer Betty Meggers furent l’ethnologue Robert Carneiro et l’archéologue Donald Lathrap (1970). Ce dernier pensait, au contraire de Betty Meggers, que l’Amazonie centrale fut un foyer important de développement culturel et aurait fonctionné comme un cœur irradiant des flux de peuplement dans diverses directions.

9Les théories environnementalistes de Betty Meggers et de Donald Lathrap ont pourtant été sévèrement critiquées et contredites depuis près de 30 ans par Anna Roosevelt, nièce de l’ancien président des États-Unis Théodore Roosevelt, qui avait lui-même visité l’Amazonie en 1913. Cette dernière est en désaccord avec l’affirmation de Betty Meggers sur l’absence de potentiel de l’Amazonie à supporter des sociétés avancées (Roosevelt 1980, 1991). Toutefois, si son évaluation de la capacité du milieu amazonien diverge fondamentalement de celui de Betty Meggers, Anna Roosevelt n’échappe pas à un certain déterminisme écologique.

10Il y a 20 ans, de jeunes chercheurs se lancèrent dans cette archéologie ingrate de l’Amazonie. Ils suivirent le sillon qu’avait commencé à creuser Anna Roosevelt et une autre vision des sociétés précolombiennes vit le jour (McEwan et al. 2001 ; Neves 2006). Le modèle de culture de forêt tropicale ne prenait pas en compte la diversité des sols, la fertilité des plaines alluviales, l’aménagement des ressources et avait sous-estimé la pêche et l’agriculture. Les travaux archéologiques menés depuis tendent à étayer des hypothèses radicalement opposées à celles de Betty Meggers. Les jeunes chercheurs suivent le sillon qu’elle a commencé à creuser et une nouvelle vision des sociétés précolombiennes voit le jour. Le débat théorique concerne la capacité agricole, les chefferies, la guerre, l’écologie, la démographie ou l’identité culturelle. Avec cette nouvelle approche, il ne s’agit plus de reconnaître la complexité sociale, mais d’en trouver l’origine locale ou externe. Il apparaît en tout état de cause que l’Amazonie constitue un environnement trop complexe et trop diversifié pour être résumé en un simple type d’adaptation humaine, et qu’il faut admettre la variété de son peuplement pour le comprendre.

11En ce début du troisième millénaire, les fouilles se sont multipliées en Amazonie et de plus en plus d’étudiants entament des thèses de Doctorat sur des sujets toujours plus pointus. Plusieurs grands projets se déroulent actuellement au Brésil, en Équateur, en Bolivie et en Guyane française (Fig. 4).

Figure 4. Fouilles par décapage en Guyane française en 2007

Figure 4. Fouilles par décapage en Guyane française en 2007

Photo Rostain

12En outre, hormis les fouilles financées par les Etats, de grands travaux pétroliers ou hydro-électriques financent grassement des fouilles préventives. Les conditions des recherches archéologiques s’améliorent donc notablement, même si destructions et pillages s’intensifient.

Le peuplement précolombien de l’Amazonie

13Que nous apprennent ces recherches archéologiques sur le peuplement précolombien de l’Amazonie ? La connaissance s’est bien affinée ces dernières années. Toutefois, malgré la présentation chronologique proposée, considérer simplement l’histoire du peuplement de l’Amazonie selon un schéma linéaire commençant avec les chasseurs-cueilleurs pour aboutir à des chefferies fondées sur une agriculture intensive serait erroné. Le développement de certaines activités comme l’agriculture ne s’est pas toujours fait aux dépens d’autres comme la chasse, la pêche ou la cueillette. La production céramique ne s’accompagna pas obligatoirement de la sédentarisation, et vice-versa. L’adoption de tel ou tel trait ne doit pas être vue comme la conséquence d’une étape évolutive stricte, mais plutôt comme le résultat de choix réfléchis et précis de populations ayant géré et transformé depuis des millénaires leur milieu tropical humide.

14Les données actuellement disponibles suggèrent que les hommes seraient arrivés en Amérique il y a une trentaine de milliers d’années (Lavallée 2005). Ils proviendraient du nord-est de l’Asie en traversant la terre de Béringie, alors émergée. Après avoir occupé l’Amérique du Nord, ils se répandirent en Amérique du Sud en suivant deux voies principales. La route amazonienne serait la plus ancienne. Des abrissous-roche du Nordeste et du Mato Grosso au Brésil furent occupés à partir de 25 000 ans au moins (Vilhena Vialou 2005). La route andine serait plus récente, aucun site antérieur à 10 000 ans n’ayant été encore repéré. La forêt tropicale humide d’Amazonie telle que nous la connaissons aujourd’hui est le résultat d’une activité humaine continue depuis le Pléistocène final. Les chasseurs-cueilleurs commencèrent à circuler au moins à partir de 10 500 ans BP. Toutes ces évidences montrent que l’Amazonie fut occupée en nombreux endroits durant le Pléistocène récent et l’Holocène ancien. Quoi qu’il en soit, aux alentours de 7000 av. J.-C., les évidences de présence humaine se multiplièrent en Amazonie.

15Dans les Guyanes, les vestiges des chasseurs-cueilleurs paléolithiques ont principalement été trouvés en milieux ouverts déboisés des savanes intérieures plus étendues à l’époque (Fig. 5). Diverses données indiquent que, il y a environ 10 000 ans, se serait développée une phase climatique relativement sèche, caractérisée par des savanes plus ou moins ininterrompues entre la région côtière du Venezuela oriental et le Sud du Guyana, le Suriname et la Guyane française. Les outils consistent en de grandes pointes de projectile, des grattoirs et des racloirs ainsi que des percuteurs, faits de matériaux locaux. Il semble que ces chasseurs aient incendié les savanes et leurs abords, agrandissant ainsi la superficie de celles-ci. Ils ont probablement fait des incursions dans la forêt dense pour se procurer des produits spécifiques. Les pointes permettaient de chasser des animaux relativement grands dans les terrains ouverts. Deux phases peuvent être distinguées dans le peuplement paléolithique : une phase plus ancienne de chasseurs de mégafaune Pléistocène tardive (comme des mammouths, des mastodontes et mégathériums) et une phase plus récente de chasseurs de faune moderne (cerfs, tapirs et autres animaux de cette ampleur). Ainsi les premiers habitants d’Amazonie ont fréquenté, entre autres, le Megathérium, le Doedicurus et le Glyptodon, et le Smilodon, le fameux tigre à dents de sabre qui a peut-être vécu en Amazonie.

Figure 5. Pointe de flèche taillée d’époque paléolithique dans la savane de Sipaliwini, au Surinam

Figure 5. Pointe de flèche taillée d’époque paléolithique dans la savane de Sipaliwini, au Surinam

Photo Bubberman

16La région de Monte Alegre sur la rive nord du Bas-Amazone a fourni des données notables sur les plus anciens habitants d’Amazonie. Dans la grotte de Pedra Pintada, localisée dans les falaises à environ 10 km de distance du fleuve Amazone, les datations s’échelonnent de 12 000 à 10 000 ans BP. Durant plusieurs siècles, ce site fut visité par des groupes qui consommèrent des fruits, et un large éventail de gibier tant aquatique que terrestre. Ils fabriquèrent des outils de pierre taillée et peignirent les parois rocheuses de leur abri, de cercles, d’animaux et d’êtres humains. Dès leur arrivée, les hommes commencèrent à peindre et graver des parois rocheuses (Fig. 6). On trouve ainsi des motifs abstraits et réalistes sur de nombreux affleurements rocheux amazoniens. Cet art, probablement lié à des rituels, persista pendant toute l’époque précolombienne.

Figure 6. Peintures rupestres près de Santarém, dans le Bas-Amazone, au Brésil

Figure 6. Peintures rupestres près de Santarém, dans le Bas-Amazone, au Brésil

Photo Guiraud

17Vers 8000 ans BP, les premières occupations semi-sédentaires débutèrent avec notamment l’implantation de groupes fondant leur diète sur l’exploitation des ressources aquatiques : coquillages et poissons. Tandis que les chasseurs-cueilleurs perdurèrent dans les savanes de l’intérieur des Guyanes, d’autres populations s’installèrent peu à peu dans le Bas-Amazone et sur une partie du littoral, édifiant notamment des amas coquilliers, nommés localement sambaquís. Les premières occupations semi-sédentaires du Bas-Amazone sont donc le fait de pêcheurs-collecteurs fluviaux, dont l’essentiel des ressources était constitué par la consommation intensive des poissons, mais qui commencèrent déjà à cultiver quelques plantes. Ces mêmes populations se sont essayées à la céramique. Après avoir probablement utilisé des calebasses et des paniers imperméabilisés comme récipients, il a dû être nécessaire à un moment donné de cuire certains aliments. Les plus anciennes céramiques apparurent vers 7000-7600 ans BP dans les sites de Taperinha et de Pedra Pintada près de Santarém. Cela fait de l’Amazonie le lieu d’invention de la céramique le plus ancien d’Amérique, 1000 à 1500 ans avant les sites de Valdivia sur la côte équatorienne et de San Jacinto au nord de la Colombie.

18D’autres traditions de pêcheurs-collecteurs, maritimes cette fois, se sont développées au Guyana et dans l’état du Pará. Ceux-ci ayant plutôt établi leur diète sur les coquillages, ils s’installèrent là où les conditions écologiques y étaient propices. Les rejets de coquilles consommées par ces groupes ont formé des tertres de plusieurs mètres de hauteur sur lesquels était installé l’habitat. Dans l’estuaire de l’Amazone, on trouve une quarantaine de sites d’amas coquilliers. Les plus anciens sont datés entre 5700 et 3300 ans BP. Apparemment, les coquillages ont fourni une quantité suffisante de protéines pour un séjour semi-permanent ou permanent. En outre, les régions côtières sont riches en autres moyens de subsistance, comme les plantes et les fruits : plusieurs zones écologiques pouvaient être exploitées ensemble.

19Aucune des trois aires de cultures formatives, Alaka au Guyana, Taperinha et Mina dans le Bas-Amazone, n’a fourni de preuves tangibles de la domestication des plantes. Ces populations ont pu commencer à planter, mais l’essentiel de leur économie reposait sur la pêche de poisson ou la collecte des coquillages. Toutefois, en certains points de l’Amazonie, des indices suggèrent les débuts de l’agriculture entre 6000 et 5000 ans BP.

20Il faut attendre la période suivante pour voir l’apparition d’une véritable agriculture. Ces différentes populations cultivaient principalement le manioc. La période Formative, qui s’étend entre 4000 et 2000 ans BP, aurait vu la multiplication de villages de fermiers sédentaires et la naissance de sociétés plus complexes. Hélas, c’est aussi la période la moins connue archéologiquement. À partir de 4000-3500 ans BP, des sites avec de la céramique élaborée apparurent un peu partout en Amazonie. Les plus anciens d’entre eux étaient localisés de préférence dans les plaines inondables qui bordent les grands fleuves.

21Il faut ici aborder le thème de la domestication des plantes, c’est-à-dire de la manipulation intentionnelle d’espèces sauvages afin de favoriser certaines de leurs caractéristiques et de contrôler leur reproduction. À l’instar de la Mésoamérique et des Andes centrales, l’Amazonie fut un centre important de domestication des plantes. Et là encore, l’Amazonie ne laisse pas de surprendre puisque la plante vivrière de base est un tubercule vénéneux. Il faut en effet toute une série d’opérations complexe pour rendre le manioc amer consommable car il contient un poison violent. Il faut ainsi éplucher le tubercule, le râper − autrefois sur des râpes en pierre −, l’essorer, le tamiser et le cuire. Les Amérindiens ont inventé une très ingénieuse vannerie extensible : le tipiti ou couleuvre à manioc en raison de sa forme, qui permet d’exprimer le jus vénéneux de la plante. La farine est cuite sur d’énormes plaques en céramique ou mise à fermenter avec la salive humaine, la femme crachant dans le mélange. On confectionne ainsi ce qui sert de pain et une bière très légèrement alcoolisée : le cachiri ou la chicha (Fig. 7). Grâce à une technologie sophistiquée, les Amérindiens ont pu tirer d’une plante extrêmement vénéneuse de multiples produits alimentaires, telles la farine, la galette, des sauces ou la bière.

Figure 7. Figurine de femme râpant du manioc, faite de caoutchouc naturel par les Macushi du haut Negro, au Brésil

Figure 7. Figurine de femme râpant du manioc, faite de caoutchouc naturel par les Macushi du haut Negro, au Brésil

Photo Rostain

22On parle d’agriculture lorsque la diète d’une population repose essentiellement sur la culture de plantes domestiquées. Au moins cinq techniques agricoles principales étaient pratiquées en Amazonie durant la période précolombienne. La plus sommaire est l’essart, qui consiste à abattre quelques arbres pour ouvrir une clairière où sera cultivée une plante, comme le maïs ou la banane plantain. Cette monoculture nécessite un simple travail de débroussaillage, parfois même dans une aire de végétation secondaire. Le champ est définitivement abandonné après la récolte, 12 à 14 semaines après les semailles. La technique sur brûlis, elle, consiste à ouvrir une parcelle dans la forêt par abattage des arbres et par le feu. Les cendres servent à fertiliser le sol, pauvre en Amazonie. Les champs sont cultivés quelques années avant d’être déplacés. Cette agriculture itinérante est généralement considérée comme la plus ancienne et serait apparue dès 6000-5000 ans BP. Toutefois, certains archéologues comme William Denevan (1992) suggèrent que cette technique agricole s’est en réalité répandue récemment, l’ouverture d’une clairière à la hache de pierre étant extrêmement longue. Elle se serait généralisée peu avant la conquête européenne, pour devenir ensuite prépondérante notamment à cause de la chute démographique, l’éclatement des populations provoqués par l’arrivée des Européens, et surtout l’introduction de la hache de métal.

23Un autre type d’agriculture de terra firme, c’est-à-dire dans les aires forestières inter-fluviales, était fait sur des sols noirs anthropiques appelés terra preta. Ce sont des sols d’excellente fertilité obtenue par la présence de charbon de bois, de fragments d’os et de céramique, et toutes sortes de détritus issus de différentes activités humaines et d’occupations denses, longues et successives. La structure poreuse du charbon permet en effet de retenir dans le sol les sels minéraux ordinairement lessivés par les pluies. Des expérimentations récentes ont démontré que ces terras pretas étaient près de 900 % plus fertiles que les sols alentour (Glaser & Woods 2004). Les sites de terra preta s’étendent en général sur 1 à 5 hectares, quoique certains dépassent 300 hectares. Leur épaisseur moyenne est de 40 à 60 cm, et peut atteindre plus de 2 m (McEwan et al. 2001). L’ensemble des aires de terra preta amazoniennes pourrait couvrir près de 10 % de l’Amazonie, soit une superficie supérieure à la France. Les plus anciens des sites pourraient remonter au premier millénaire avant notre ère, pour se généraliser sur l’ensemble de l’Amazonie entre 500 et 1000 après J.-C. Les analyses prouvent que l’on y cultivait principalement du manioc et du maïs, mais également diverses autres plantes. Au moins 30 espèces utiles ont été repérées. Ils sont encore mis en culture aujourd’hui par les paysans brésiliens qui en tirent de meilleures récoltes que la moyenne, certains même la vendant comme du terreau.

24L’agriculture de plaine inondable était, elle, pratiquée principalement le long de l’Amazone et de l’Orénoque durant les périodes de basse eau. Les plaines alluviales ou várzea occupent seulement une petite portion du bassin de l’Amazone, estimée entre 154 400 et 300 000 km2 selon les auteurs (Denevan 2001). Les cultures sur várzea étaient réalisées sur des plages, îles et berges durant les périodes de basses eaux. Les inondations déposent chaque année des sédiments fertiles qui permettaient des récoltes annuelles. Il s’agissait probablement d’un système agricole complémentaire, consistant en la mise en culture des bons sols inondables très fertiles (várzea), couplée à celle des berges non inondables mais moins productives (terra firme).

25La dernière technique connue est le champ surélevé (Fig. 8). Il n’existe en effet que deux techniques pour mettre en culture des aires inondables (Rostain 1991 ; 2008). L’une est la poldérisation : c’est la méthode qu’utilisèrent les Européens dès le xviie siècle, et notamment les Hollandais au Surinam. Durant l’époque précolombienne, les Amérindiens inventèrent une technique complètement différente pour cultiver dans les marais. Ils édifièrent des milliers de buttes de terre audessus du niveau des hautes eaux. Ces champs surélevés affectent des formes et des dimensions très variables et se retrouvent dans les grandes savanes inondables de Bolivie, du Venezuela ou des Guyanes. Dans cette dernière région, il a pu être démontré l’importance du maïs dans les espèces plantées sur des buttes datées d’il y a près de 1000 ans (McKey et al. 2010).

Figure 8. Champs surélevés dans les savanes côtières inondables de Guyane française

Figure 8. Champs surélevés dans les savanes côtières inondables de Guyane française

Photo Rostain

26Au début de notre ère, le peuplement des deux grands bassins fluviaux amazoniens se densifia. Les berges alluvionnaires de l’Amazone et de l’Orénoque, particulièrement fertiles, attiraient en effet les agriculteurs. Cette expansion démographique provoqua le déplacement de communautés qui se répandirent le long de la côte de Guyane. La véritable révolution néolithique d’Amazonie commença à cette époque et se concrétisa pleinement au cours du premier millénaire de notre ère. Les berges des fleuves et la côte étaient habitées par des populations qui contrôlaient et transformaient leur environnement. Ainsi, la multiplication des sites dans les plaines inondables à partir de 500-600 apr. J.-C. est interprétée comme un accroissement de population. Ce qui est sûr, c’est qu’à cette époque les deux grands bassins fluviaux et le littoral étaient densément peuplés. Deux grandes traditions culturelles se développèrent et essaimèrent sur l’Amazone et l’Orénoque : la tradition dite Polychrome et la tradition dite Arauquinoïde. De larges populations à structure complexe repoussèrent peu à peu les petits horticulteurs de la várzea des rives des grands fleuves et du littoral atlantique vers les régions inter-fluviales qu’ils habitent encore aujourd’hui. Si, au début de cette période, la densité de population demeurait relativement modeste, elle explosa à partir des alentours de 500 de notre ère. À partir de là, la várzea va être densément peuplée et dans certains cas une course au territoire provoqua des conflits entre les prétendants aux meilleures terres. C’est à cette époque que se multiplièrent les techniques agricoles sur champs surélevés, sur terra preta et sur plaine alluviale.

27La tradition Polychrome se développa dans le Bas-Amazone peu après le début de notre ère. Cette tradition connut une très large diffusion dans toutes les directions : on la retrouve jusqu’au piémont des Andes en Bolivie, au Pérou, en Équateur et en Colombie, mais également sur le littoral atlantique depuis l’embouchure de l’Amazone et vers le Nord jusqu’à l’Île de Cayenne. Plus on remonte de l’estuaire de l’Amazone vers les Andes, plus les sites de différentes cultures Polychromes sont récents, indiquant que la tradition Polychrome est née en aval du grand fleuve. L’une des poteries les plus remarquables est l’urne funéraire anthropomorphe richement décorée, contenant les os ou les cendres du défunt, avant d’être enterrée ou, plus fréquemment, déposée dans une cavité rocheuse (Fig. 9). Regroupées dans un cimetière en plein air, une grotte ou un puits funéraire, les urnes forment une assemblée d’êtres métamorphosés qui recrée en microcosme fermé les réunions des vivants. Tout semble indiquer que, malgré un changement d’état, la vie communautaire et l’identité culturelle étaient reconstituées en miroir pour les défunts, comme un désir de perpétuer sans fin l’image de la société. Jusque dans la mort, l’existence était avant tout sociale, fondée sur la reconnaissance de l’autre et non pas sur la seule dynamique individuelle.

Figure 9. Urne funéraire anthropomorphe polychrome de culture Marajoara, île de Marajó, Brésil

Figure 9. Urne funéraire anthropomorphe polychrome de culture Marajoara, île de Marajó, Brésil

Photo Meggers

28L’une des cultures les plus représentatives de la tradition Polychrome est celle de Marajoara, qui se développa dans l’île de Marajó de 450 à 1350 de notre ère (Meggers & Evans 1957 ; Roosevelt 1991 ; Schaan 2004). La céramique Marajoara est caractérisée par des motifs géométriques curvilignes ou rectilignes élaborés, peints en rouge, noir, marron, orange et blanc. On trouve également des incisions complexes et des excisions. Les récipients de terre cuite montrent des formes très originales et élaborées. Sur les 49 000 km2 de l’île de Marajó, 23 000 km2 sont inondés en saison des pluies. Les groupes Marajoara édifièrent des ensembles de grands tertres de terre parsemés autour du lac Ararí. On distingue les tertres résidentiels des tertres cérémoniels pour l’élite. Ils mesurent de 600 à 2500 m2 pour 1 à 7 m de hauteur. Dans le site de Camutins, si tous les monticules étaient occupés en même temps, cela représenterait 28 à 43 maisons, soit environ 2400 habitants. L’abondance de vestiges d’activités cérémonielles et funéraires dans les plus grands tertres suggère leur statut de centres politiques et cérémoniels, auxquels étaient subordonnés les sites plus petits. Cette culture, de même que d’autres contemporaines en Amazonie, assimilées aux traditions Polychrome ou Arauquinoïde, sont considérées comme représentatives de sociétés stratifiées, voire de chefferies, marquant l’émergence d’une complexité sociale dans les basses terres amazoniennes.

29Il existe une poche dans le Bas-Amazone où est absente la tradition Polychrome, remplacée par une culture totalement différente, rattachée à la tradition Incisée-et-Ponctuée. La culture Santarém est datée de 1000 à 1600 apr. J.-C., c’est-à-dire jusqu’à la conquête européenne. Certains villages font 2-3 km de diamètre, et ont pu être peuplés de 10 à 20 000 habitants. Les textes d’archives des xvie et xviie siècles signalent la présence d’une puissante communauté amérindienne à l’embouchure du rio Tapajós, le principal établissement se situant à l’emplacement de la ville actuelle de Santarém. La céramique Santarém est d’un style extrêmement baroque, avec des modelés élaborés, des vases à cariatides et des figurines anthropomorphes réalistes dans diverses postures. La tradition Incisée-et-Ponctuée est le pendant dans la vallée de l’Amazone de la tradition Arauquinoïde du bassin de l’Orénoque (Cruxent & Rouse 1958-59 ; Roosevelt 1980) et du littoral des Guyanes. Ces communautés présentaient une forte homogénéité culturelle marquée de quelques variations locales, notamment dans l’artisanat céramique. Plusieurs complexes culturels Arauquinoïdes coexistèrent et se succédèrent ainsi le long du littoral de Guyane (Rostain & Versteeg 2004).

30Traditionnellement, les chercheurs avancent des estimations variant de 0,5 à 2 habitants au km2 pour l’Amazonie précolombienne. Une telle généralisation pour cet immense territoire tropical est difficilement défendable face à une large diversité de milieux et de fortes variations démographiques au cours du temps. Quelques calculs statistiques fondés sur l’analyse des surfaces cultivables et cultivées des champs surélevés de Guyane française ont fourni des chiffres allant de 50 à 100 habitants au km2 pour la côte des Guyanes, occupée par les populations Arauquinoïdes (Rostain 2008 ; McKey et al. 2010). De tels chiffres ne sont pas surprenants. Dans le Bas-San Jorge en Colombie, sur une aire de champs surélevés et de tertres résidentiels, une densité de 160 habitants au km2 a été calculée entre 200 et 900 apr. J.-C. (Plazas et al. 1993). Dans plusieurs autres larges vallées fluviales d’Amazonie, de hautes densités de population précolombienne ont de même été estimées.

Conclusion

311492 : les Amérindiens découvrent les Européens et la conquête de l’Amérique du Sud sonna le glas de leur société. Un monde va dès lors très rapidement disparaître sous le choc microbien, tandis que le continent passe peu à peu sous le joug des conquérants. L’Amazonie, elle, connaît depuis quelques décennies un déboisement critique, chronique de la mort annoncée d’une biodiversité unique au Monde. La déforestation y a ainsi augmenté de 30 % entre 2001 et 2004. Si cette région a été colonisée lentement, les populations indigènes, elles, s’éteignirent rapidement et les Amérindiens actuels n’ont plus grand chose de commun avec leurs ancêtres d’avant la conquête européenne.

32L’Homme est présent en Amazonie depuis près de 10 000 ans. Arrivé du nord-ouest par l’Amérique centrale à l’origine, il colonisa d’abord les grandes savanes centrales et le moyen Amazone avant de s’installer progressivement en forêt, le long des grands fleuves et sur le littoral. Il a longtemps été inféré que l’Amazonie avait vécu à l’ombre des Andes où toutes les innovations techniques auraient vu le jour, les basses terres n’offrant pas de milieu propice aux inventions. On s’aperçoit au contraire depuis une vingtaine d’années que l’Amazonie fut sans doute le lieu où naquirent d’importants développements humains telles que la céramique et la domestication de plantes. À une époque plus récente, de grandes sociétés, éventuellement stratifiées, s’implantèrent en différents endroits.

33Toutefois, il serait erroné de considérer le peuplement de l’Amazonie selon une courbe évolutive ascendante régulière, sans prendre en compte l’hétérogénéité du paysage et sa variabilité au cours du temps. Les hommes n’ont pas manifesté le même intérêt pour tous les biotopes tropicaux, les aires ouvertes telles les savanes ou la várzea ayant été nettement plus attractives. Le potentiel agricole et de ressources diverses varie également de manière notable parmi ces dernières. Si de fortes et denses sociétés ont pu se développer dans les plaines alluviales, les aires inter-fluviales de forêt dense n’ont, semble-t-il, jamais connu de pression démographique comparable. Que ce soit les pêcheurs-collecteurs de l’époque Formative ou les communautés d’agriculteurs plus récents, les aires de várzea ont été clairement beaucoup plus favorables à la sédentarité des hommes que le reste de l’Amazonie.

34Ainsi, est-il illusoire de vouloir réduire à un seul modèle l’occupation ancienne de l’Amazonie. Sur ce territoire de la taille de l’Europe, les formes sociétales ont été aussi diversifiées que les types de milieux. Des chasseurs-cueilleurs nomades ont coexisté avec de grandes communautés de terrassiers et d’édificateurs de sites majestueux (Fig. 10). C’est cette pluralité que l’archéologue commence tout juste à révéler...

Figure 10. Site mégalithique de Rego Grande en Amapá. D’énormes dalles de granit dressées forment un large cercle peut-être destiné à des rites astronomiques

Figure 10. Site mégalithique de Rego Grande en Amapá. D’énormes dalles de granit dressées forment un large cercle peut-être destiné à des rites astronomiques

Photo Rostain

Haut de page

Bibliographie

Cruxent, José M. & Iriving Rouse, 1958-59, An archaeological chronology of Venezuela, 2 vols., Washington, Pan American Union, Social Science Monography, 6. 604 p.

Denevan, William M., 1992, « Stone vs metal axes: the ambiguity of shifting cultivation in prehistoric Amazonia », Journal of the Steward Anthropological Society, 20: 153-165.

Denevan, William M., 2001, Cultivated Landscapes of Native Amazonia and the Andes, Oxford University Press, New York. 396 p.

Iriarte, José, Bruno Glaser, Jennifer Watling, A. Wainwright, Jago Birk, Delphine Renard, Stéphen Rostain & Doyle McKey, 2010, « Agricultural landscapes of coastal Amazonia: Phytolith and carbon isotope analysis of raised fields from French Guiana savannah », Journal of Archaeological Science, 37(12): 2984-2994.

Glaser, Bruno & William I. Woods (éds.), 2004, Amazonian Dark Earths: Explorations in Space and Time, Springer, Heidelberg, 216 p.

Lavallée, Danièle, 2005, « Néolithisations en Amérique. Des prédateurs semi-nomades aux sociétés complexes », Annales Histoires, Sciences Sociales, 5, EHESS : 1035-1067.

Lathrap, Donald W., 1970, The Upper Amazon, Thames and Hudson, London, 256 p.

Morisot, Auguste, 2002, Auguste Morisot. Un pintor en el Orinoco, 1886-1887, Planeta, Fundación Cisneros, Venezuela, 167 p.

McEwan, Colin, Cristiana Barreto & Eduardo Neves (éds.), 2001, Unknown Amazon, The British Museum Press, London, 304 p.

McKey, Doyle, Stéphen Rostain, José Iriarte, Bruno Glaser, Jago Birk, Irene Holst & Delphine Renard, 2010, « Pre-Columbian agricultural landscapes, ecosystem engineers and self-organized patchiness in Amazonia », Proceedings of the National Academie of Sciences, 107(17), April 12: 7823-7828.

Meggers, Betty J., 1971, Amazonia, Man and Culture in a counterfeit Paradise, studies in cultural ecology, University of California, Los Angeles, 182 p.

Meggers, Betty J. & Clifford Evans, 1957, Archaeological investigations at the mouth of the Amazon, Bureau of American Ethnology, bulletin 177, Washington, 776 p.

Meggers, Betty J. & Clifford Evans, 1969, Como interpretar el lenguaje de los tiestos, Smithsonian Institution, Washington, 104 p.

Neves, Eduardo G., 2006, Arqueologia da Amazônia, Jorge Zahar Editor, coll° Descobrindo o Brasil, Rio de Janeiro, 86 p.

Nordenskjöld, Erland, 1930, L’archéologie du Bassin de l’Amazone, Ars Americana 1, Paris, 111 p.

Pauw, Cornelius de, 1770, Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour servir à l’Histoire de l’Espèce Humaine, Berlin.

Plazas, Clemencia, Ana M. Falchetti de Saenz, Juanita Saenz Samper & Sonia Archilla, 1993, La sociedad hidráulica Zenú. Estudio arqueológico de 2000 años de historia en las llanuras del Caribe colombiano, Banco de la República, Bogotá. 299 p.

Roosevelt, Anna C., 1980, Parmana, Prehistoric Maize and Manioc Subsistence along the Amazon and Orinoco, Academic Press, New York, 320 p.

Roosevelt, Anna C., 1991, Moundbuilders of the Amazon : Geophysical Archaeology on Marajó Island, Brazil, New York, Academic Press, 495 p.

Roosevelt, Anna C., 1997, The excavations at Corozal, Venezuela : a stratigraphy and ceramic seriation, Yale University Publications in Anthropology, 83, New Haven, 393 p.

Roosevelt, Anna C., R. A. Housley, M. Imazio da Silveira, S. Maranca & R. Johnson, 1991, « Eight millenium pottery from a prehistoric shell midden in the brazilian Amazon », Science, 254 : 1621-1624.

Rostain, Stéphen, 1991, Les champs surélevés amérindiens de la Guyane, Coll° La Nature et l’Homme, ORSTOM, Cayenne, 28 p.

Rostain, Stéphen, 2008, « Le littoral des Guyanes, héritage de l’agriculture précolombienne », Études rurales, Varia 181, éditions de l’EHESS, Paris : 9-38.

Rostain, Stéphen, 2010, « Pre-Columbian Earthworks in Coastal Amazonia » Diversity, special issue « Long-Term Anthropic influences on the Diversity of Amazonian Landscapes and Biota » W. Balée (éd.), www.mdpi.com/journal/diversity, 2(3): 353-369.

Rostain Stéphen & Aad H. Versteeg, 2004, « The Arauquinoid Tradition in the Guianas » Late Ceramic Societies in the Eastern Caribbean, A. Delpuech & C. Hofman (éds.), BAR 1273, Monographs in American Archaeology 14, Paris : 233-250.

Schaan, Denise P., 2004, The Camutins chiefdom : rise and development of complexe societies on Marajó island, brazilian Amazon, PhD Pittsburgh University, multigr., Pittsburgh, 481 p.

Steward, Julian H. (éd.), 1948, Handbook of South American Indians, Volume 3 : The tropical forest tribes, Washington, Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology, bulletin 143, 986 p.

Vilhena Vialou, Agueda, 2005, Pré-história do Mato Grosso. vol. 1 : Santa Elina, São Paulo, EDUSP, 254 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Visite en 1806 de « roches avec inscriptions indiennes » sur une île de la Boca del Infierno, dans l’état de Bolívar sur le moyen Orénoque, au Venezuela
Crédits Morisot, 2002 : 153
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 2. Comparaison de modelés aviformes provenant de différentes régions d’Amérique du Sud
Crédits Nordenskjöld 1930 : 27
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Titre Figure 3. Fouilles de Betty Meggers et Clifford Evans en Amapá, au Brésil, en 1948
Crédits Photo Meggers
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 4. Fouilles par décapage en Guyane française en 2007
Crédits Photo Rostain
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4173/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 5. Pointe de flèche taillée d’époque paléolithique dans la savane de Sipaliwini, au Surinam
Crédits Photo Bubberman
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4173/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Figure 6. Peintures rupestres près de Santarém, dans le Bas-Amazone, au Brésil
Crédits Photo Guiraud
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4173/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 7. Figurine de femme râpant du manioc, faite de caoutchouc naturel par les Macushi du haut Negro, au Brésil
Crédits Photo Rostain
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4173/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Figure 8. Champs surélevés dans les savanes côtières inondables de Guyane française
Crédits Photo Rostain
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4173/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 9. Urne funéraire anthropomorphe polychrome de culture Marajoara, île de Marajó, Brésil
Crédits Photo Meggers
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4173/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 10. Site mégalithique de Rego Grande en Amapá. D’énormes dalles de granit dressées forment un large cercle peut-être destiné à des rites astronomiques
Crédits Photo Rostain
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4173/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphen Rostain, « Avant le A d’Amazonie  », Caravelle, 96 | 2011, 13-33.

Référence électronique

Stéphen Rostain, « Avant le A d’Amazonie  », Caravelle [En ligne], 96 | 2011, mis en ligne le 01 août 2019, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/4173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.4173

Haut de page

Auteur

Stéphen Rostain

CNRS/Université de Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals