Navigation – Plan du site
Les Amazonies : unité et diversité. Perspectives contemporaines

L’évolution des politiques de protection et l’intégration du secteur privé dans la conservation

L’exemple du Parc amazonien Amacayacu en Colombie et l’application du nouveau système de gestion - concession
Mara Sierra Jimenez
p. 111-132

Résumés

Le modèle de la concession a été mis en place en Colombie depuis l’année 2005. Cette stratégie de gestion cherche à favoriser le développement économique des territoires et la conservation des patrimoines. Le Parc national Amacayacu, en Amazonie colombienne, a été le pionnier de cette nouveauté. La superposition des territoires indiens et du Parc National ainsi que l’hétérogénéité des peuples qui l’habitent marquent sa complexité. Cette contribution cherche à présenter les étapes d’application de la concession, ses atouts, ses limites et ses répercussions sur les communautés locales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’histoire socioculturelle et politique de la Colombie a joué un rôle important dans les processus de construction, d’application et d’adaptation des politiques de protection de la nature sur le territoire national : en premier lieu, du fait des transformations idéologiques et culturelles des peuples résultant de la colonisation, de l’esclavage et de l’évangélisation ; en second lieu, en raison du contexte de violence provoqué par le conflit armé entre le gouvernement, la guérilla et les paramilitaires ; en troisième lieu, à cause des conditions de pauvreté des populations qui les poussent vers les cultures illicites et enfin de l’ouverture du marché national au tourisme international. Cette réalité freine, encore aujourd’hui, le développement et la consolidation d’une véritable pensée environnementale en Colombie. Néanmoins, ces périodes critiques ont aussi contribué à la mise en place de diverses stratégies économiques et sociales, allant de l’éducation environnementale au développement de l’écotourisme, puis à la concession. C’est ce dernier cas qui nous intéressera plus particulièrement. La concession, stratégie économique déjà utilisée dans plusieurs Parc Nationaux du monde, cherche, dans le cadre colombien, à optimiser la prestation des services touristiques à l’intérieur desdits Parcs, à donner une image positive du pays sur le marché du tourisme international et à favoriser le développement économique des territoires hétérogènes qui forment le pays.

2Connue pour être un pays d’une grande diversité biologique et culturelle, la Colombie compte aujourd’hui 56 aires naturelles protégées. Parmi les 24 Parcs Nationaux à vocation écotouristique, quatre fonctionnent depuis 2005 sur le modèle de la concession et cinq avec le programme de tourisme communautaire. Les Parcs Nationaux qui font actuellement partie du réseau de la concession sont le Tayrona, le Gorgona, le Nevados et le Amacayacu, qui fut pionnier dans ce processus.

  • 1 Périodes de prospérité, d’argent facile, souvent liées à des dynamiques d’esclavage.

3Oubliés par l’État et livrés à eux-mêmes pendant des siècles, les territoires et les peuples amazoniens ont connu des périodes de bonanza1 comme celle du caoutchouc, de l’exploitation des fourrures et du bois, de la production de feuille de coca, puis de la fabrication clandestine de cocaïne. Aujourd’hui l’Amazonie colombienne est à nouveau confrontée au développement accéléré de ses territoires et de ses peuples, du fait des pressions du marché touristique national et international. Ce dernier représente la porte d’accès à la prospérité et un nouvel Eldorado pour les politiciens régionaux, les agents du tourisme et les communautés riveraines de l’Amazone. L’augmentation de la demande internationale pour l’ethnotourisme et l’absence de formation de ces peuples ne risquent-elles pas d’entraîner une nouvelle bonanza, à double tranchant pour l’Amazonie colombienne ?

4Dans le cadre d’une réflexion sur la diversité amazonienne, nous voulons exposer brièvement les évolutions de gestion du système Parc National en Amazonie colombienne à travers l’exemple de celui d’Amacayacu, territoire intéressant en raison de l’hétérogénéité de ses peuples.

5Le Parc National Amacayacu a été créé dans des contextes naturels et socioculturels difficiles. Cela lui a permis de développer des stratégies participatives qui ont favorisé la protection des ressources et le dialogue avec les communautés du Parc et de sa zone d’influence. Depuis les années 1990, il a encouragé la participation locale au développement écotouristique du territoire et est devenu aujourd’hui pionnier dans la mise en place des nouvelles stratégies de conservation-développement à travers le modèle de concession de services écotouristiques au secteur privé. En ce sens, comment les évolutions des unités de conservation en Amazonie peuvent-elles être caractérisées ? Quels sont leurs avantages et quelles sont leurs limites ?

6Tout d’abord seront présentés les grands moments de l’évolution de la pensée environnementale en Colombie. Ensuite, nous aborderons l’application des politiques modernes de protection à travers l’exemple du Parc Amacayacu et le modèle de la concession, en cherchant à en souligner les atouts, les limites et les faiblesses pour les communautés qui font partie du territoire protégé.

7Cet article s’appuie sur des observations et des entretiens réalisés auprès de fonctionnaires du Parc National Amacayacu et d’acteurs locaux de la communauté de Mocagua en 2010, suite à un travail de terrain, dans le cadre d’une recherche doctorale, qui a été rendu possible par le fait qu’en 2003 nous avions été garde bénévole du Parc.

Évolution de la pensée environnementale en Colombie : les trois grands moments de la conservation

8L’évolution de la pensée environnementale en Colombie peut être divisée en trois grands moments : la création de l’Institut National des Ressources Renouvelables et de l’Environnement − l’INDERENA − en 1968, puis l’établissement du Ministère de l’Environnement en 1993 et enfin la transformation de ce dernier en Ministère de l’Environnement, du Logement et du Développement Territorial en 2002.

9Les premières actions de protection de la nature se développent en Colombie pendant les années 1950 grâce à la réalisation d’une première classification et à la création de 7 zones forestières, puis dans les années 1960 avec la création du premier Parc National Cueva de los Guacharos, situé au sud de la cordillère orientale, entre les départements du Huila et du Caqueta. Cette initiative est concrétisée avec la création de l’INDERENA, établi comme la première autorité environnementale du pays par le décret 2460 de 1968. Cette institution a favorisé une posture radicale face à la protection des milieux naturels, mais elle avait aussi un objectif éducatif auprès des divers acteurs sociaux. Néanmoins, son application est demeurée très conflictuelle et problématique à l’époque, en raison de la méconnaissance environnementale, de l’essor du conflit armé provoqué par la croissance des guérillas paysannes, du développement des cultures illicites et de l’inaccessibilité des territoires.

  • 2 Reserva indígena : Es un globo de terreno baldío ocupado por una o varias comunidades indígenas, de (...)
  • 3 Resguardo indígena : Es una institución legal y sociopolítica de carácter especial, conformada por (...)
  • 4 « Ustedes doctores, creen que nosotros vamos a seguir con taparrabos en los árboles y por eso nos d (...)

10Cependant, l’INDERENA a réussi à établir un premier cadre politique et administratif à travers la déclaration du Code National des Ressources Renouvelables et de Protection de l’Environnement par le décret 2811 de 1974. Ce code définit le cadre de création du Système National des Parcs Nationaux et détermine les bases fondamentales de la politique environnementale du pays, reprises dans la Constitution de 1991, puis dans les principes de création du Ministère de l’Environnement par la loi 99 de 1993. Suite au décret 6/22 de 1977, relatif aux normes et aux zones de protection à l’intérieur des Parcs Nationaux, l’INDERENA a été au cœur de la création de plus de vingt aires protégées dans le pays. La particularité de ce décret a été la reconnaissance des cultures indigènes dans des zones historicoculturelles (Art. 5/77) et de leur compatibilité avec les Parcs Nationaux (Art. 7/77). Puis, la loi 30 de 1988 (Art. 29 et 54 (6) / paragraphe 10), a reconnu les droits territoriaux de ces communautés par des réserves indigènes2 et l’acceptation officielle de ces territoires avec le titre collectif de Resguardo3 en tant qu’institution légale et sociopolitique. Cependant l’autonomie territoriale qui dérive de cette loi est devenue un problème pour la gestion environnementale dans les Parcs Nationaux où il existe une superposition de territoires avec des Resguardos, notamment en raison du désir de se développer qu’éprouvent certains de ces territoires, qui n’est pas compatible avec les politiques de conservation des Parcs Nationaux4. Dans les Art. 63, 286 et 330, la Constitution de 1991 a établi les Resguardos comme des entités territoriales inaliénables, non expropriables et autonomes chargées, entre autres, de mettre en place des projets de développement économique et social au sein de leurs territoires. En conséquence, l’INDERENA a modifié les lignes des politiques concernant les territoires indigènes pour « promover la menor superposición posible entre resguardos y parques nacionales » (Martinez, 1994, p. 55, INDERENA 1991b).

11La prolifération de vastes aires protégées ou « parcs nationaux de papier » a entraîné l’augmentation des conflits sociaux. Dépourvus d’infrastructures et d’une présence institutionnelle opérationnelle, ces espaces naturels ont encouragé l’invasion massive des colons et en même temps la multiplication d’activités agricoles et des cultures illicites. Les difficultés de gestion de l’INDERENA et les nombreux conflits à l’échelle nationale ont conduit à la création du Ministère de l’Environnement en 1993.

Le défi social et la consolidation du Ministère de l’Environnement

12Suite à la Déclaration de Rio de Janeiro en 1992 et à la « Politique nationale de biodiversité » de 1994, le Ministère de l’Environnement a créé l’Unité Administrative Spéciale de Parcs Nationaux Naturels − UAESPNN − et le Système National d’Aires Protégées − SINAP − en 1994.

  • 5 República de Colombia, CONPES-2750, 1994.

13Parmi ces stratégies d’action se trouvent les objectifs de participation sociale et de formation environnementale hérités de l’INDERENA. Ils ont été réaffirmés dans la Constitution de 1991 grâce à la création d’une enquête publique, puis d’un referendum en 1994. Dans les années suivantes, c’est la politique nationale d’Ernesto Samper « El Salto Social : Bases para el Plan Nacional de Desarrollo : 1994-19985 », appelée aussi « Politique environnementale », qui a misé sur l’équilibre entre la conservation et le développement territorial en introduisant la notion de Développement Humain Durable dans le discours national. Le point central de cette politique a été de mettre à égalité les droits des citoyens au regard de l’environnement et les devoirs et responsabilités de la société civile en tant que co-responsable directe de la protection de la nature. Cette utopie politique n’a pas eu de suite, mais elle a œuvré à la réussite de la cogestion des espaces naturels, en favorisant, entre autres, la création du Fonds Environnemental pour l’Amazonie - FAMAZONICO en 1997.

14À l’intérieur de l’UAESPNN, des stratégies de participation sociale ont également été mises en place. Le programme Guardaparques voluntarios (Gardes bénévoles) de la fondation Puiqui en est le meilleur exemple. Il permet aux Colombiens (groupes minoritaires, Noirs, Indiens et paysans, inclus) et aux étrangers de réaliser un service d’appui technique, professionnel ou de recherche dans un Parc National, l’expérience des bénévoles servant d’agent multiplicateur pour la société.

  • 6 Revista del Sistema de Parques Nacionales de Colombia. vol. 1, N° 3. 1995.

15Suite à une étude rétrospective de la gestion des Parcs Nationaux6, l’UAESPNN et le SINAP ont pris conscience d’un certain nombre de problèmes. En effet, des faiblesses considérables persistaient à cause de l’accroissement du manque de ressources humaines et ministérielles, mais aussi d’un manque d’articulation entre les propos des fonctionnaires et des groupes minoritaires. C’est pourquoi le pays s’est investi dans un nouveau projet national autour du tourisme (loi 300 de 1996), dans l’espoir de créer une stratégie nationale pour la conservation, l’éducation et le développement territorial, capable de subvenir aux besoins généraux du SINAP et de faire aboutir les projets sociaux en cours. Il a également participé au processus d’ouverture du marché touristique national, puis de celui du tourisme international.

De la protection de la nature au développement touristique de Parcs Nationaux (PN)

16La fin du xxe et le début du xxie siècle ont marqué des changements inattendus pour le Ministère de l’Environnement : en premier lieu, la loi 617 « Ley de ajuste fiscal territorial » du gouvernement d’Andrés Pastrana (1998-2002), qui a eu comme conséquence la première restructuration du Ministère de l’Environnement (décret 11241999), provoquant la diminution du personnel et l’abandon d’espaces protégés ; en second lieu, l’accès du président Alvaro Uribe au pouvoir et, avec lui, la lutte contre le conflit armé et la pauvreté grâce au développement économique des territoires. Pendant son mandat, Alvaro Uribe a effectué une seconde restructuration ministérielle en 2002. L’ancien Ministère de l’Environnement est devenu désormais le Ministère de l’Environnement, du Logement et du Développement Territorial (Loi 790 de 2002).

17Pour faire face au conflit armé, Alvaro Uribe a appliqué la « Política de Defensa y Seguridad Democrática - PDSD » (2003). Son programme « Vive Colombia, viaja por ella » a cherché à rassurer les Colombiens afin de leur permettre de découvrir à nouveau leur pays, et à encourager le développement du tourisme national. Pour y parvenir, la PDSD a favorisé la militarisation de certaines régions du pays et des Parcs Nationaux. Cette prise de contrôle a permis à l’UAESPNN de reprendre possession de certains territoires qui se trouvaient sous le contrôle de la guérilla et du narcotrafic. Néanmoins, l’obsession de souveraineté et de présence patriotique de l’État à travers les militaires a aussi conduit à des nombreux abus de pouvoir auprès des communautés et à l’intérieur des Parcs Nationaux, notamment au niveau de leurs infrastructures et de la dégradation des ressources naturelles. L’arrivée de paramilitaires dans les aires protégées a ensuite entraîné l’apparition de nouveaux acteurs, violents, avec des dégradations similaires, phénomène encore présent dans certains parcs du pays.

18Si cette stratégie politique a beaucoup amélioré l’image du pays aux yeux des Colombiens et de la communauté internationale, elle a aussi accru les faiblesses de l’UAESPNN au niveau de la gestion environnementale. L’essor de la migration forcée des peuples minoritaires vers diverses zones protégées du pays et l’urgence de trouver des alternatives économiques pour ces populations sont devenus des enjeux majeurs. Par ailleurs, le développement du tourisme international, favorisé par l’exotisme tant vanté des destinations colombiennes, a augmenté les exigences et les critères de compétitivité du marché touristique, et de ce fait, les conditions d’aménagement, d’accueil et de prestation de services écotouristiques.

  • 7 CONPES 3397/2005.
  • 8 La notion de concession a été mentionnée depuis 1977 et appliquée au tourisme dès la loi de créatio (...)

19Pour répondre aux nouveaux besoins économiques et sociaux dans ces territoires, le gouvernement d’Alvaro Uribe a mis en place un projet de développement pour la Colombie fondé sur la promotion d’un tourisme spécialisé et de qualité. Diverses politiques ont ainsi été mises en place : en premier lieu, la « Política para el desarrollo del ecoturismo en Colombia » en 2004 ; puis, la « Política de turismo cultural en Colombia » et la « Política sectorial de Turismo7 » en 2005, à partir de laquelle a débuté le projet officiel de la concession des services écotouristiques au secteur privé8 ; enfin le « Plan Sectorial de Turismo 2008-2010. Colombia, destino turístico de clase mundial ».

  • 9 Actuellement, PN Islas del Rosario, PN Nuqui, PN Cocuy, SFF (Sanctuaire de Faune et de Flore) Otún (...)

20Le projet de concession au secteur privé a provoqué un phénomène de révolte citoyenne par lequel les étudiants, les écologistes et les communautés se sont opposés à ce qu’ils voyaient comme la privatisation des Parcs Nationaux. L’UAESPNN a dû adopter une forme de concession parallèle destinée à la gestion communautaire qui s’appelle aujourd’hui le programme de « Turismo comunitario9 ». À la différence des concessions privées, ce programme a eu beaucoup de mal à démarrer, en raison du manque de ressources économiques pour la publicité, pour la création d’infrastructures et la formation des agents de l’administration et la gestion environnementale.

Les politiques de protection et le processus de concession : l’exemple du Parc National Amacayacu en Amazonie colombienne

21Après avoir tenté de clarifier les diverses étapes de la pensée environnementale en Colombie, nous allons évoquer le contexte amazonien avant la création du Parc National Amacayacu, puis les répercussions du passé sur les communautés locales d’aujourd’hui et, finalement, le processus et la mise en place du modèle de la concession dans le PNA (ses acteurs, ses avancées et ses limites).

22Les peuples amazoniens ont traversé des contextes divers. L’époque coloniale a été celle de l’esclavage, de la réduction des Indiens et de l’expansion missionnaire jusqu’à l’expulsion des Jésuites en 1767. Ensuite, à partir du dernier tiers du xixe siècle, l’époque de la bonanza du caoutchouc − avec l’épisode de la Casa Arana et de la Britanica Peruvian Amazon company (1900-1910) − a marqué l’histoire de l’Amazonie colombienne. Parmi les conséquences de l’exploitation de la leche maldita (nom donné au caoutchouc par les Indiens), nous citerons l’imposition d’une culture d’endettement et de dépendance à l’argent, la fuite des peuples à l’intérieur de la forêt, l’essor du marché des fourrures et le métissage provoqué par l’invasion massive des colons de l’intérieur du pays. À partir des années 70, est venue l’époque de la bonanza du cocaïer, qui s’est développée sur les mêmes principes d’endettement, de dépendance à l’argent « facile » et de la peur. Parallèlement, la décentralisation et le manque d’alternatives économiques efficaces n’ont fait qu’augmenter les conflits sociaux. De ce fait, la monoculture du cocaïer est devenue (et est encore) le secteur économique le plus productif et rentable pour les sociétés minoritaires de la Colombie.

23Les communautés amazoniennes ont connu un passage accéléré d’une économie de subsistance au développement d’une économie d’autoconsommation. Ces transformations ont été ensuite aggravées par l’alcool et la corruption. Dans ce contexte, il est évident que le mythe du « bon sauvage », gardien et protecteur de la nature, n’existe guère pour ces communautés. Au contraire, la connaissance du milieu naturel et la dépendance à l’argent les a conduits à devenir un des premiers facteurs de destruction de la nature, d’où la création des Parcs Nationaux.

24Le Parc National Amacayacu a été créé en 1975, sous l’administration de l’INDERENA, dans la zone connue comme le Trapèze amazonien dans le sud-est colombien, entre les municipalités de Puerto Nariño et Leticia où se trouve son centre administratif (carte 1). Le nom Amacayacu signifie Río de las Hamacas en langue Ticuna, fleuve qui se trouve au sudouest du parc.

25Dans un premier temps, le territoire comptait 170 000 hectares pris sur la réserve forestière de l’Amazonie créée en 1959 ; il a été redélimité en 1988, pour des raisons de type écologique et « géo limitrophes », à son extension actuelle de 293 500 hectares. En 1993, il est passé sous l’administration de l’UAESPNN ; il compte aujourd’hui six fonctionnaires et neuf personnes sous contrat temporaire pour gérer la totalité du territoire protégé.

Carte 1. Localisation du Parc National Amacayacu

Carte 1. Localisation du Parc National Amacayacu

Source. Martinez 1994

  • 10 Superposition entre les Resguardos et les Parcs Nationaux, qui implique le partage de la gestion du (...)

26Le Parc est constitué par trois zones de translape10 avec des Resguardos indiens reconnus depuis 1985 : au nord-ouest, le Resguardo de Buenos Aires en zone d’adhésion, le plus isolé et le plus défavorisé ; au sud-ouest, translape total du territoire avec les communautés de San Martin de Amacayacu et de Palmeras qui font partie du Resguardo TICOYA (communautés Ticuna, Cocamas, Yaguas), les plus radicales et les plus « problématiques » ; et au sud-est, les Resguardos de Mocagua et de Macedonia en situation de semi-translape, où ils ont une partie de leur territoire à l’intérieur du Parc, mais habitent en dehors, ce qui favorise leur libre développement et leur autonomie. Dans sa zone d’adhésion, au sud-est, le Parc compte aussi les Resguardos El Vergel et Zaragoza (carte 2). Le zonage du Parc se divise en une zone intangible ou de haute protection, une zone de récupération naturelle et une zone d’activités touristiques.

Carte 2. Resguardos et communautés du Parc National Amacayacu

Carte 2. Resguardos et communautés du Parc National Amacayacu

Source. Martinez 1994

27Au moment de la création du PNA, il y avait des infrastructures liées au trafic de drogue, telles que des pistes et des laboratoires clandestins où les communautés travaillaient en tant que gardiens, cueilleurs et convoyeurs dans le marché cocaïer. Le besoin de conservation ne se limitait plus à la nature car il englobait aussi les groupes humains qui l’habitaient ; récupérer la nature et les valeurs culturelles perdues étaient donc les premières priorités.

28L’arrivée de l’INDERENA a été très conflictuelle, mais elle a aussi joué un rôle important, non seulement par la restriction et la normativité imposées afin d’éviter le prolongement de ces activités, mais aussi par le processus de dialogue créé en 1981 entre les premiers fonctionnaires et les communautés. Vu le contexte du territoire, l’INDERENA a adapté une politique centrée non sur l’intérieur de l’aire protégée mais sur l’extérieur afin de rechercher des alternatives conjointes avec les habitants pour transformer leurs dynamiques spatiales sur les ressources, stabiliser les pratiques traditionnelles et identifier les zones d’influence.

29Nous traiterons principalement de la communauté de Mocagua qui, au milieu des années 1980, a accepté de rompre avec les activités liées au narcotrafic et qui, du fait de sa proximité du Parc, a toujours été la communauté qui a le plus bénéficié des projets environnementaux, de l’écotourisme et de la concession.

30La consolidation de l’administration du Parc mérite d’être évoquée à travers différents points. Peu à peu se sont mises en place une stratégie de dialogue et la socialisation continue des communautés en zones de translape. Le résultat premier de cette rencontre a été la création en 1986 du Centre de Visiteurs Yewaé (qui signifie Serpent - Mère de la terre), initiative qui est partie des communautés, chargées à leur tour de la maind’œuvre et de l’infrastructure conçue à l’image de la culture Ticuna. Près de dix années de travail auront été nécessaires pour que le Parc voie arriver ses premiers touristes en 1987 et, avec eux, l’intégration des Resguardos au marché du tourisme. Ainsi, en 1988, l’institution a créé un espace économique réservé à la vente artisanale des quatre communautés, appelé l’ecotienda, espace qui continue de fonctionner, non sans connaître des conflits de gestion.

  • 11 Grâce à sa fondation Maikuchiga (Histoire de singes), elle travaille au sauvetage de singes rescapé (...)
  • 12 Parcours d’éducation et de sensibilisation à l’environnement à travers l’observation des singes.

31Le changement administratif de 1993 a renforcé la participation locale à l’écotourisme en appuyant la formation et la qualification des acteurs grâce à l’appui d’institutions publiques comme le Service National d’Apprentissage – SENA, ainsi que la valorisation de la recherche participative grâce aux travaux de la primatologue américaine Sara Bennet11 et de son parcours Miqueando12 où l’acteur local est aussi associé au projet. De ce fait, le Parc National cesse d’être un organisme de protection-conservation pour devenir aussi un accompagnateurformateur dans les processus de développement écotouristique des communautés.

32Toutefois, l’essor de la stratégie écotouristique amène également des contraintes de gouvernabilité spatiale importantes. En premier lieu, l’autonomie administrative des Resguardos devient un handicap pour la consolidation de certaines politiques en zones de translape, où quelques communautés radicales, comme celle de Palmeras, voient le parc comme un obstacle à leur libre développement territorial. Celui-ci, motivé par des schémas économiques du passé, conduit, d’après les fonctionnaires du parc, à des projets peu viables pour les Resguardos, à un manque d’adhésion aux alternatives proposées par le Parc et à la négation d’un processus à long terme pour les axes d’action. Ainsi le changement périodique d’autorités locales ou Curacas freine-t-il la continuité des projets, disloquant les relations créées et affaiblissant la légitimité des autorités locales. En deuxième lieu, la croissance du tourisme au sein du Parc implique pour les fonctionnaires des activités autres que celles de contrôle et de sensibilisation auprès des communautés et des visiteurs. Le manque de personnel administratif et l’abandon du gouvernement a obligé les fonctionnaires à réaliser des activités d’accueil, de maintien de l’infrastructure, de logement et de restauration. En réponse à ces besoins, le Parc a adopté une première forme de concession appelée « ordre de prestation de services », dans laquelle les communautés se chargeaient du service de restauration du Centre de visiteurs. Cette première tentative prenait la forme d’un loyer et permettait aux responsables de profiter de l’ensemble des bénéfices économiques de leurs ventes, mais sa mauvaise administration n’a pas permis sa prolongation.

  • 13 Entretien fontionnaire PNA, 2010.

33L’enjeu majeur pour l’institution était le maintien de l’infrastructure du Parc qui avait « …tendencia a no funcionar más, o a buscar una solución contundente para que pudiera funcionar en términos de operación13 ». Ces considérations ont conduit à la recherche d’alternatives de gestion comme la concession privée, afin de sauver le Centre d’accueil et de donner une nouvelle dynamique spatiale aux territoires.

Processus et mise en place du modèle de concession au secteur privé

  • 14 Memorias del I foro de evaluación de dos años de concesión de los servicios ecoturísticos en el Par (...)

34Face aux menaces de fermeture du Centre Yewaé et à l’augmentation de la demande touristique vers l’Amazonie, la recherche d’alternatives diverses et la mise en place du processus de concession ont commencé en 1999. Les différentes étapes de ce dernier méritent notre attention14.

  • 15 Vieco Juan José, « Planes de desarrollo y planes de vida : ¿Diálogo de saberes ? », Mundo Amazónico (...)

35En premier lieu, on trouve la proposition faite aux cinq communautés en situation de translape d’être chargées de la gestion du Centre de visiteurs en 2001. Pour ce faire, la politique de « Parques para la gente » s’est appliquée au territoire à travers la création de « Planes de vida15 » pour chaque communauté et de « Regímenes Especiales de Manejo-REM » en zones de translape. Ces projets cherchent à fixer des accords sur les responsabilités du Parc et des Resguardos en matière de protection des patrimoines et du développement territorial, à travers des normes spécifiques dans les zones spéciales de translape et la consolidation conjointe des projets écotouristiques pour ces territoires. Mais après vingt années de travail, l’occasion d’intégrer directement les habitants à la gestion de leurs territoires a été refusée par eux-mêmes, d’abord du fait de leur manque de formation administrative, ensuite à cause de l’importance des responsabilités et des investissements que cela impliquait, enfin à cause du manque de travail et de coordination intercommunautaire entre les Resguardos. Ces derniers ont proposé de trouver une autre alternative qui leur permettrait de réduire ces faiblesses et de les préparer à prendre l’administration du lieu quelques années plus tard.

36En second lieu, un appel d’offres dans le secteur de l’hôtellerie et du tourisme au niveau régional et national a été lancé. Les conditions administratives, économiques et de fonctionnement exigées dans les cahiers des charges ont réduit les acteurs potentiels de la concession aux entreprises de tourisme national AVIATUR, présidée par Jean-Claude Bessudo, à l’entreprise hôtelière DECAMERON et CIELOS ABIERTOS. Ce choix a provoqué nombre de réactions au niveau national, d’abord parce que ce sont les entreprises les plus puissantes au niveau touristique en Colombie, ensuite parce que l’une d’entre elles est dirigée par un Français. Ces raisons ont popularisé l’idée de privatisation des Parcs Nationaux et, de ce fait, celle du profit qu’une partie de l’élite tirerait des pauvres. Une telle situation a obligé l’État à développer des projets de tourisme communautaire.

37Pour le PNA, une union temporaire a été faite entre ces trois entreprises. La concession a débuté le 1er juillet 2005 et a donné lieu à un nouveau processus d’acceptation, de négociation et d’adaptation des politiques et des intérêts entre les différents acteurs.

38Il s’agit tout d’abord du PNA, puis du concessionnaire Amacayacu, enfin de la population locale. Le premier est composé de fonctionnaires appartenant aux communautés, en grande partie de Mocagua, mais aussi de l’intérieur du pays. Le deuxième est formé par trois entreprises – le DECAMERON étant directement chargé du Centre de visiteurs. Quant aux populations locales, elles sont très hétérogènes, les Resguardos Ticoya et Mocagua étant privilégiés du fait de leur proximité avec le Parc. Au sein de ces populations, il y a ceux qui participent au projet d’écotourisme et de la concession, et d’autre part ceux qui n’y participent pas. Dans le cas de Mocagua, les premiers sont divisés entre le groupe d’employés de la concession, un groupe de guides indépendants appartenant aux communautés, l’Association de guides Selva amiga et les membres de l’association Miqueando. Les seconds − le reste de la population − comprennent un grand nombre d’enfants et de jeunes dont 31 % entre 15 et 30 ans (Carrol 2010 : 125).

Dialogue, concertation et adaptation au sein de la cogestion

39La superposition de territoires entre les Resguardos et le PNA a favorisé un processus de dialogue et de concertation pour mener à terme la cogestion du territoire. Cependant, l’arrivée du concessionnaire a été déterminante pour une deuxième mise à l’épreuve de ce système de gestion où l’autonomie et le désir de développement des communautés apparaissent comme un nouveau défi pour la médiation entre le privé, le local et l’État.

  • 16 Parques Nacionales Naturales de Colombia, Programa Ecoturístico del PNN Amacayacu y de las comunida (...)
  • 17 Au total, 44 accords pour les communautés, 13 pour le PNA et 12 pour le concessionnaire.
  • 18 Nombre limité de touristes pour chaque sentier, activité ou territoire protégé.

40Trois stratégies de concertation ont été mises en place : en premier lieu, la consolidation de projets de vie et de régimes spéciaux de gouvernance pour les zones superposées ; ensuite, la construction conjointe du document de base du système de concession, Programme Gavilan Tatatao16 (PGT) en 2006, qui établit les accords17 et les normes pour la réalisation de toute activité écotouristique dans les territoires, tout particulièrement par rapport à la capacité de charge à respecter18, aux critères de prestation de services, au respect des cultures, etc., enfin le document « Reglas de oro de los intérpretes ambientales » entre 2005 et 2007.

41Pour mieux s’adapter au contexte local, le concessionnaire doit respecter trois points clés : d’abord, l’achat exclusif de produits alimentaires aux trois communes du sud et le respect d’un calendrier préalablement établi entre elles ; ensuite, garantir que 90 % de la maind’œuvre provient des communautés et assurer sa formation aux activités requises, à l’exception du personnel administratif des postes requérant une formation spéciale ; enfin, la promotion des activités réalisées par et dans les communautés sans recevoir aucune commission. De ce fait, le PNA compte aujourd’hui quatre activités : le sentier Nainekumau, l’observation de dauphins roses et gris de l’Amazone, les plateformes d’observation sauvage et le Dosel, activité représentative du Parc qui consiste à monter dans un Ceiba de 38 mètres pour observer le paysage. En parallèle, on a les activités liées aux communautés : visiter les resguardos et découvrir les manières de vivre à travers les produits artisanaux, gastronomiques et culturels ; réaliser les parcours proposés par chaque communauté, visiter les lacs de Tarapoto à Puerto Nariño, la pratique de la pêche et du canotage diurne et nocturne. Existe aussi le parcours sur le sentier Miqueando destiné à observer les singes, qui est réalisé soit par le Parc soit par les communautés. En contrepartie, les guides et interprètes doivent aussi s’adapter aux exigences du tourisme en respectant les horaires proposés, le maintien de canoës, l’achat de gilets de sauvetage, la présentation personnelle, entre autres, exigences qui ne sont pas souvent respectées par les guides, car elles sont perçues comme une sorte d’uniformisation provenant du privé.

Quel est le bilan de la concession pour la sauvegarde des patrimoines ?

42Il est évident que cette stratégie de promotion écotouristique est fondée sur des intérêts économiques plutôt que naturels et culturels. Toutefois, elle semble apporter des bénéfices divers pour l’institution, les cultures et la nature. Du point de vue économique, l’infrastructure créée et améliorée par le concessionnaire revient à l’UAESPNN, une fois achevée la période de concession. D’ailleurs, la qualité de services proposés par le concessionnaire fait bénéficier le Parc d’un public privilégié, disposé à payer le prix d’entrée exigé par l’État et les services du lieu. Le concessionnaire doit aussi donner un pourcentage annuel de ses revenus à l’UAESPNN, comme une forme de loyer. Pour les communautés, ce système favorise une partie des habitants avec les emplois qu’il propose dans les domaines de la cuisine, de l’interprétariat, du guidage, du transport et de la publicité. Il bénéficie aussi à l’économie régionale et nationale par la promotion qu’il fait de la région au niveau international.

  • 19 Certains visiteurs ont, cependant, manifesté leur déception au vu de l’entrée de certaines communau (...)

43D’un point de vue naturel, la concession a favorisé la réduction des impacts humains sur les ressources, le changement de pratiques illicites et le travail des fonctionnaires sur le terrain. Du point de vue culturel, ce nouveau système permet la rencontre de cultures, aide à valoriser certaines d’entre elles19, motive les jeunes à acquérir une qualification professionnelle, à apprendre les langues étrangères et favorise l’intérêt pour la recherche participative.

44Par contre, il faut souligner des aspects négatifs ou présentant un risque de conflit à long terme. Au niveau économique, pour le concessionnaire, les bénéfices espérés ne sont pas à la hauteur de ses investissements, surtout si l’on tient compte des retombées économiques générées pour les communautés. En outre, le concessionnaire voudrait un meilleur pourcentage pour les activités de publicité et de médiation qu’il réalise entre les touristes et les différents acteurs. Il précise aussi que les déficiences dans la prestation des services des communautés retombent toujours sur lui, seul responsable aux yeux du touriste. Ce point est délicat pour la cogestion du territoire car c’est le concessionnaire qui travaille et qui est en contact permanent avec les guides, mais c’est le Parc qui lui sert d’intermédiaire, évitant le dialogue et la négociation entre eux. Cette coupure instaurée en partie pour prévenir les conflits entre le privé et le local, apparaît aujourd’hui comme une source de conflit et reflète un problème de conception dans la mise en place de la concession.

  • 20 Exigence des communautés vis-à-vis du concessionnaire qui fait partie des accords communs.

45Pour les Resguardos, deux enjeux fondamentaux doivent être soulignés : comment faire participer équitablement toutes les communautés du parc ? Comment la concession peut-elle élargir ses bénéfices à la totalité des membres de ces communautés ? Pour répondre à ces questions, le Parc avait déjà proposé un système de fonds commun pour gérer l’ecotienda. Il supposait d’en faire bénéficier l’ensemble des communautés, puis les habitants, si une répartition correcte était faite. Mais les problèmes de corruption entre communautés et leur manque d’appropriation de l’espace ont limité la répartition des revenus. Aujourd’hui l’ecotienda est le seul espace en non-concession à l’intérieur du Parc appartenant aux locaux20. Pour améliorer la gestion du lieu et l’efficacité de ces fonds, c’est le concessionnaire qui choisit la qualité des produits et qui paye directement chaque communauté pendant qu’un représentant local réalise le service de vente. À l’échelle écotouristique, chaque Resguardo a un fonds commun qui dispose de revenus provenant de l’ecotienda et d’un pourcentage de chaque activité écotouristique réalisée par les communautés et les employés du Parc. L’objectif est de permettre aux différents acteurs d’améliorer la qualité de ces prestations écotouristiques et celles de la communauté, mais les problèmes de corruption persistent encore et limitent les retombées réelles sur la population.

46Au niveau naturel, ce sont les projets écotouristiques qui se développent dans les zones de translape et ailleurs qui risquent de devenir à long terme la source de nouvelles pressions sur les milieux. Pour accueillir des touristes, les habitants de divers resguardos ont décidé d’adapter leurs maisons ou de construire de nouvelles structures où les services d’eau potable, douches, toilettes, et nourriture ne sont pas une priorité. Dans ce sens, l’essor du tourisme dans les resguardos risque donc de poser problème au niveau des infrastructures nécessaires pour les services sanitaires et le traitement des eaux usées et des déchets, dont le recyclage. D’autre part, l’entretien de l’infrastructure du Parc et des nouvelles constructions représente un problème majeur pour la nature, car l’humidité de la région oblige au renouvellement continu du bois et entraîne par conséquent la coupe d’arbres et des rivalités entre les resguardos et les bûcherons illégaux. On mentionnera enfin la pollution produite par l’augmentation du transport fluvial et la vidange de moteurs dans le fleuve.

47Du point de vue culturel et social, les enjeux sont divers au niveau du resguardo, sur le plan intrafamilial et individuel. Dans le cas particulier du Resguardo de Mocagua, la concession et l’autonomie des territoires ont conduit au développement d’un tourisme parallèle, moins favorisé et plus « d’aventure ». Cette ouverture a commencé à diviser la communauté en divers groupes qui risquent de conduire à la stratification sociale du resguardo : un groupe de guides appartenant à l’ancienne génération, un groupe de guides plus jeunes qui travaille également dans l’accueil de visiteurs, les familles privilégiées par le travail généré par la concession, quelques familles qui commencent l’accueil des touristes et finalement le reste de la population, généralement moins favorisé. En conséquence, l’augmentation des conflits d’intérêts, des rivalités et des jalousies disloquent les familles et éloignent les habitants de la vie en communauté. Ce changement de pratiques semble reproduire les schémas du passé :

  • 21 Entretien avec un fonctionnaire du PNA, 2010.

…es el mismo esquema que se ha manejado en otras bonanzas, entonces el indígena sometido, no tan evidente pero sí sometido a ganar un pago y eso genera otras dependencias. Y me atrevo a decirlo, que ellos no han identificado claramente cuáles fueron esos impactos y esos rasgos que quedan…21

48Ainsi en est-il de la différence d’accès aux revenus entre les employés du concessionnaire et les guides de la communauté. Pendant que les premiers gagnent 20 mille pesos par jour, les seconds peuvent gagner entre 45 et 60 mille pesos pour 2-3 heures d’activité, sans parler des guides de Leticia, qui peuvent toucher entre 100 mille et 300 mille pesos pour faire visiter les communautés.

  • 22 À Mocagua, l’éducation s’arrête au niveau de l’école primaire. Pour finir le lycée, les enfants doi (...)
  • 23 Petite parcelle familiale ou communautaire destinée à l’agriculture.

49Au niveau éducatif, les jeunes qui souhaitent aller à la capitale pour faire des études supérieures ne se projettent ni dans des activités professionnelles liées au tourisme, ni dans la communauté. (Carrol, 2010 :127). Deux problèmes apparaissent : d’un côté, les coûts économiques22, le manque de professeurs qualifiés et de technologie dans les écoles (ordinateurs, internet) limitent l’accès à l’éducation, seules les familles favorisées pouvant donner ce privilège à leurs enfants. Les autres, s’ils sont intéressés aux activités d’écotourisme, peuvent néanmoins se tourner vers les qualifications proposées par le Parc et le concessionnaire. De l’autre côté, l’éducation secondaire est conditionnée par l’internat des enfants et donc leur éloignement des pratiques culturelles comme la chagra23, la chasse, l’artisanat, la pirogue et la pêche. Dans ce sens, le non-accès à l’éducation et l’éloignement des jeunes semblent peu favorables à l’aboutissement des projets de qualification souhaités par le PNA :

  • 24 Entretien auprès du responsable d’écotourisme du PNA, 2010.

en diez años de concesión por lo menos dos promociones de jóvenes ya deben salir formados, pero las comunidades se han quedado dormidas, ya llevan cinco años, algunos jóvenes están estudiando, pero no respondiendo en la medida que se hubiese querido…24

50Quant à la professionnalisation, une question se pose : si l’objectif des jeunes formés n’est pas de retourner à la communauté ni de travailler dans l’écotourisme, qui va prendre en charge la concession du Parc, une fois achevée la période de dix ans ?

  • 25 Phénomène et pensée généralisés parmi les hôteliers de Leticia et les guides de tourisme.

51Au niveau du tourisme, trois points retiennent l’attention. Le premier est l’essor d’un tourisme étranger et le rejet d’un tourisme national. Ce dernier est provoqué non seulement par l’augmentation des prix du concessionnaire, mais aussi par l’imaginaire créé autour de la concession en tant que tourisme d’élite, ce qui semble nourrir les exigences et les critiques exacerbées des Colombiens auprès des employés et des services proposés25. Pour les administrateurs, le touriste étranger est « le meilleur à servir… il est plus compréhensible et aimable », néanmoins « la barrière de la langue reste un gros problème ».

Installations du Centre de visiteurs Yewaé

Installations du Centre de visiteurs Yewaé

Clichés, Sierra Jiménez, 2010

52Le deuxième est lié à la baisse du tourisme éducatif et social. D’un côté, avant le développement du modèle de la concession le PNA, comme les autres Parcs nationaux d’ailleurs, promouvait les visites des collèges et des lycées à des fins éducatives. Depuis 2005, ce sont les lycées des classes haute et moyenne qui viennent réaliser, non des sorties éducatives, mais souvent, le dernier voyage d’excursion avant le baccalauréat. Cette modification a entraîné divers problèmes pour le concessionnaire :

  • 26 Entretien auprès du concessionnaire, 2010.

aquí el estudiante, de diez, uno toma esto como algo de naturaleza, como algo de preservar los valores, pero aquí con todos los colegios hay problemas ; las mujeres no vienen sino a pintarse de huito y asolearse, los señores a tomar cachaza, aquí hay colegios que han venido 5 días y todos los días se van a jugar futbol a la comunidad. Pero no, ellos vienen con el ánimo de enloquecerse26

53Par conséquent, le concessionnaire pense privilégier un tourisme plus âgé, économiquement plus rentable, et restreindre la future visite des étudiants au Parc. D’un autre côté, la convention entre le PNA et le concessionnaire envisage de promouvoir un tourisme social pour les classes démunies de Bogotá et de Leticia ainsi que des communautés frontalières de Tabatinga au Brésil et de Caballococha au Pérou, mais la mise en place de ce programme est encore très faible, voire inexistante. Enfin, est apparu un tourisme de plaisirs et de l’extrême. Certains acteurs ont parlé de l’apparition d’un type de « touriste-aventurier », souvent étranger, qui vient chercher des plaisirs divers comme aller chasser et dormir en forêt, capturer des crocodiles, pêcher des piranhas, manger des animaux sauvages ou même connaître les productions de cocaïne. D’autres ont mentionné leurs inquiétudes quant au risque d’apparition d’un tourisme sexuel qui est déjà bien présent à Iquitos au Pérou.

54Ce sont là les principaux aspects qui caractérisent tout débat relatif à un projet de tourisme dans des territoires autochtones.

Conclusion

55La Colombie a misé sur un projet national d’écotourisme à travers le modèle de concession des services écotouristiques au secteur privé. D’après les principes du développement durable (DD), les objectifs principaux de ce nouveau système de gestion visent le développement économique des communautés appartenant au Parc et à ses zones d’influence, la réduction des pressions humaines sur les ressources et la formation des jeunes à l’écotourisme qui puissent prendre la direction de la concession une fois achevée la période du contrat.

56D’après nos recherches et les entretiens réalisés dans différents Parcs en concession du pays, il est vrai que le PNA est le « moins » problématique et celui où le modèle de concession s’applique le mieux. Néanmoins, pour répondre à notre questionnement initial, « comment caractériser les évolutions des unités de conservation en Amazonie, quels sont leurs limites et leurs avantages » ? nous voulons attirer l’attention sur certains aspects :

  1. Le développement économique de territoires indiens n’est pas compatible avec la sauvegarde du patrimoine culturel. Plus une communauté s’éloigne de sa culture, plus elle s’investit dans le développement de l’écotourisme (Martinez, 1994). Dans ce sens, les alternatives économiques proposées aujourd’hui au nom du développement durable dans ces territoires hétérogènes accélèrent le processus d’acculturation ; elles sont limitées aux résultats quantitatifs sur les territoires et ne prennent pas suffisamment en compte la dimension culturelle des divers peuples locaux ni les répercussions du modèle économique sur les cultures à long terme.

  2. Pour que le modèle de concession du PNA soit réellement efficace, il est indispensable que l’État national revienne en tant qu’accompagnateur majeur dans les processus mis en place par le Parc et le concessionnaire. Dans ce sens, il convient de faciliter l’accessibilité des communautés au Parc, d’augmenter le personnel de l’UAESPNN dans les zones « superposées » et dans le nord du territoire, d’améliorer les conditions éducatives des communautés et de la formation supérieure, de favoriser la construction d’infrastructures sanitaires dans les resguardos et de promouvoir la redécouverte culturelle des enfants. Il est aussi nécessaire de renforcer les politiques régionales et départementales concernant le tourisme. Mais à l’échelle de l’Amazonie colombienne, l’avenir semble miser sur l’économie et non sur les cultures.

  3. Les territoires amazoniens sont hétérogènes et fragmentés. L’imaginaire qui considère l’Amazonie comme un territoire uniforme et homogène cache les réalités singulières des territoires et de leurs populations en mutation accélérée. Les divers stades socioéconomiques des groupes et de leur participation, ou non, aux projets touristiques, jouent un rôle important dans l’ampleur des impacts sur les cultures. À l’échelle du PNA, les communautés faisant partie des zones « superposées » montrent bien ces différences. Parmi elles, on observe une grande séparation au niveau économique et culturel. Celles qui bénéficient le plus des projets écotouristiques sont souvent les plus modernes, les plus fragmentées et les plus acculturées, tandis que celles qui restent isolées sont souvent moins favorisées, plus fragiles ou plus conflictuelles. Sans parler des autres communautés qui se trouvent sur les rives de l’Amazone et qui se voient aujourd’hui menacées par les opérateurs touristiques, faute d’un manque total d’accompagnement et de qualification par l’État.

57Finalement, le modèle de concession tel qu’il est appliqué aujourd’hui dans le PNA favorise un développement économique accéléré et déséquilibré pour les divers territoires. Il encourage peu la conservation du patrimoine naturel et représente un danger pour l’équilibre culturel qui reste problématique.

Haut de page

Bibliographie

Boya, Mireia, « Des stratégies intégrées durables : savoir écologique traditionnel et gestion adaptative des espaces et des ressources », Vertigo, 2006, vol. 2, p. 1-8.

Carrol, Iván Enrique, Turismo y conservación en la Amazonía colombiana, Universidad Nacional de Colombia, sede Leticia. 2010, 183 p.

Feijoo Martínez, Ramiro, « Gestión de parques nacionales en Colombia, asuntos indígenas y el Parque Nacional Amacayacu », Eria, Madrid , 1994, p. 49-61.

León Esther et Cortez Johanna, « Comunidades indígenas : ¿víctimas pasivas o agentes reflexivos frente al ecoturismo ? Algunas consideraciones a partir de un proceso de intervención en el Trapecio Amazónico », Revista Trabajo social, n° 9, Universidad Nacional de Colombia-Bogotá, 2007, p. 75-87.

SINCHI (Instituto Amazónico de Investigaciones Científicas), Cultivos ilícitos e impactos socioeconómicos en la Amazonía colombiana, Bogotá, 1999a.

Haut de page

Notes

1 Périodes de prospérité, d’argent facile, souvent liées à des dynamiques d’esclavage.

2 Reserva indígena : Es un globo de terreno baldío ocupado por una o varias comunidades indígenas, delimitado y legalmente asignado por el INCORA [Instituto Colombiano de la Reforma Agraria] a aquella (s) para que ejerza en él los derechos de uso y usufructo con exclusión de terceros. (Decreto 2001, Art. 2/88).

3 Resguardo indígena : Es una institución legal y sociopolítica de carácter especial, conformada por una comunidad o parcialidad indígena, que con un título de propiedad comunitaria, posee su territorio y se rige para el manejo de éste y de su vida interna por una organización ajustada al fuero indígena o a sus pautas y tradiciones culturales. (Decreto 2001, Art. 2/88).

4 « Ustedes doctores, creen que nosotros vamos a seguir con taparrabos en los árboles y por eso nos delegan la protección del medioambiente. Pero nosotros queremos competir con el blanco, queremos casa, neveras, televisor, al igual que el resto de la población del mundo. Nosotros no vamos a estar más en los árboles como animalitos. Queremos conservar nuestra cultura pero económicamente poder competir con el resto de la sociedad ». R. Feijoo Martinez, 1994, p. 52, INDERENA, 1c, 1991.

5 República de Colombia, CONPES-2750, 1994.

6 Revista del Sistema de Parques Nacionales de Colombia. vol. 1, N° 3. 1995.

7 CONPES 3397/2005.

8 La notion de concession a été mentionnée depuis 1977 et appliquée au tourisme dès la loi de création du Ministère de l’Environnement : « … determinar las áreas y los bienes naturales protegidos que puedan tener utilización turística, las reglas a que se sujetan los convenios y las concesiones del caso y los usos compatibles con esos mismos bienes ». Art 5, 34. Loi 99 de 1993.

9 Actuellement, PN Islas del Rosario, PN Nuqui, PN Cocuy, SFF (Sanctuaire de Faune et de Flore) Otún Quimbaya, SFF Flamencos, SFF Iguaque.

10 Superposition entre les Resguardos et les Parcs Nationaux, qui implique le partage de la gestion du territoire dans ces zones.

11 Grâce à sa fondation Maikuchiga (Histoire de singes), elle travaille au sauvetage de singes rescapés du trafic illégal d’animaux en collaboration avec les communautés amérindiennes - http://maikuchiga.org.

12 Parcours d’éducation et de sensibilisation à l’environnement à travers l’observation des singes.

13 Entretien fontionnaire PNA, 2010.

14 Memorias del I foro de evaluación de dos años de concesión de los servicios ecoturísticos en el Parque Nacional Amacayacu, Universidad Nacional de Colombia- Sede Leticia (2007).

15 Vieco Juan José, « Planes de desarrollo y planes de vida : ¿Diálogo de saberes ? », Mundo Amazónico 1, (2010), p. 135-160.

16 Parques Nacionales Naturales de Colombia, Programa Ecoturístico del PNN Amacayacu y de las comunidades indígenas de San Martín de Amacayacu, Palmeras, Mocagua, Macedonia, El Vergel y Zaragoza. Programa Gavilán Tatatao, Sede Leticia PNA, 2007.

17 Au total, 44 accords pour les communautés, 13 pour le PNA et 12 pour le concessionnaire.

18 Nombre limité de touristes pour chaque sentier, activité ou territoire protégé.

19 Certains visiteurs ont, cependant, manifesté leur déception au vu de l’entrée de certaines communautés dans la modernité et de leur acculturation.

20 Exigence des communautés vis-à-vis du concessionnaire qui fait partie des accords communs.

21 Entretien avec un fonctionnaire du PNA, 2010.

22 À Mocagua, l’éducation s’arrête au niveau de l’école primaire. Pour finir le lycée, les enfants doivent se déplacer à la communauté de Macedonia ou aller dans un internat à Leticia ou à Puerto Nariño et ensuite à la capitale pour poursuivre des études universitaires.

23 Petite parcelle familiale ou communautaire destinée à l’agriculture.

24 Entretien auprès du responsable d’écotourisme du PNA, 2010.

25 Phénomène et pensée généralisés parmi les hôteliers de Leticia et les guides de tourisme.

26 Entretien auprès du concessionnaire, 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Localisation du Parc National Amacayacu
Crédits Source. Martinez 1994
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4462/img-1.png
Fichier image/png, 128k
Titre Carte 2. Resguardos et communautés du Parc National Amacayacu
Crédits Source. Martinez 1994
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4462/img-2.png
Fichier image/png, 88k
Titre Installations du Centre de visiteurs Yewaé
Crédits Clichés, Sierra Jiménez, 2010
URL http://journals.openedition.org/caravelle/docannexe/image/4462/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mara Sierra Jimenez, « L’évolution des politiques de protection et l’intégration du secteur privé dans la conservation », Caravelle, 96 | 2011, 111-132.

Référence électronique

Mara Sierra Jimenez, « L’évolution des politiques de protection et l’intégration du secteur privé dans la conservation », Caravelle [En ligne], 96 | 2011, mis en ligne le 01 août 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/4462 ; DOI : https://doi.org/10.4000/caravelle.4462

Haut de page

Auteur

Mara Sierra Jimenez

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals