Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fray Bartolomé de LAS CASAS, Brevísima relación de la destrucción de las Indias

edición de José Miguel Martínez Torrejón, estudio preliminar de John H. Elliott, Barcelona, Centro para la edición de los clásicos españoles, 2009, 287 p.
Michel Bertrand
p. 273-274
Référence(s) :

Fray Bartolomé de LAS CASAS, Brevísima relación de la destrucción de las Indias, edición de José Miguel Martínez Torrejón, estudio preliminar de John H. Elliott, Barcelona, Centro para la edición de los clásicos españoles, 2009, 287 p.

Texte intégral

1Cette nouvelle édition de l’une des œuvres phares de Fray Bartolomé de Las Casas mérite d’être signalée. Non pas par le texte lui-même qui, dans la version proposée, n’offre pas de nouveautés particulières. Le texte édité correspond à la dernière version autorisée par Las Casas lui-même d’un texte dont la première version rédigée en 1542 fut destinée à l’empereur et à son conseil des Indes. L’intérêt de l’édition repose sur l’important travail effectué autour du texte. Notons d’emblée le prologue du grand historien anglais John H. Elliott. La petite dizaine de pages est en réalité un extrait de la magistrale synthèse d’histoire impériale comparée entre l’Espagne et l’Angleterre publiée en 2006. Cet extrait, intitulé « cristianismo y policía » permet de contextualiser tant le personnage de Las Casas que son œuvre. Il met en évidence le rôle décisif joué par ce religieux dans la construction du monde colonial et tout spécialement dans son organisation politique et sociale.

2Cependant, l’essentiel dans cette édition revient bien à José Miguel Martínez Torrejón. Un simple comptage en apporte témoignage. La Brevísima relación, texte court comme on le sait, ne représente dans la présente édition que 114 pages d’un ouvrage qui en compte près de 300. Autrement dit : les 2/3 de l’ouvrage correspondent aux apports de l’éditeur du texte. Ceux-ci sont de deux ordres. Le premier correspond à un prologue de près de 100 pages qui présente le texte de manière quasiment exhaustive. A une contextualisation historique parfaitement menée – place du texte dans l’œuvre de Las Casas, analyse de son contenu et de sa portée – vient s’ajouter une solide et passionnante réflexion de type plus littéraire et philologique, assez rare dans les éditions de ce texte fondamentalement polémique. Pourtant, ces apports fournis par la présente édition se révèlent tout à fait utiles à la compréhension du texte au-delà de son seul aspect toujours retenu, à savoir précisément son caractère manifeste de controverse. Les croisements qu’opère l’éditeur du texte permettent de saisir les sources d’inspiration de B. de Las Casas mais aussi l’écho de ses dénonciations. On retiendra aussi dans ce prologue l’étude des différentes éditions d’un texte dont le succès fut immédiat et « mondial », en tout cas à l’échelle du monde chrétien de l’époque. Elle permet de reconstituer la circulation du pamphlet et surtout les accueils divers et successifs qui lui sont faits, tant selon les lieux qu’en fonction des époques. In fine, la généalogie du manuscrit avant sa publication en 1552 à Séville est également fort instructive, tant le texte fut repris et retouché à plusieurs reprises, parfois profondément, par son auteur lui-même avant sa forme définitive en vue de l’édition sévillane.

3Le second apport de l’éditeur du texte concerne l’appareil critique, extrêmement riche, qui accompagne l’édition. Il représente plus d’une centaine de pages, surtout en raison de ses « notes complémentaires ». Toutes témoignent d’un travail de recherche et d’une érudition imposants. Si on ajoute à ces notes la bibliographie de référence ainsi que l’index des noms et concepts, on peut oser affirmer sans aucune exagération que cette nouvelle édition de la Brevísima relación présente des atouts scientifiques tels qu’ils ne sont pas loin d’être relativement exceptionnels. De fait, l’un des objectifs de cette édition critique est d’articuler la version « officielle » du mémoire tel que Las Casas lui-même voulut qu’il fût publié et l’écho qu’il eut, souvent jusqu’à aujourd’hui, en alimentant polémiques et controverses. A ce titre, on peut pronostiquer que cette édition critique d’un texte parmi les plus connus de B. de Las Casas deviendra rapidement un ouvrage de référence pour tous ceux qui veulent comprendre ce que fut la contribution de son auteur à la construction du monde colonial ainsi qu’aux représentations qui y sont attachées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Fray Bartolomé de LAS CASAS, Brevísima relación de la destrucción de las Indias », Caravelle, 99 | 2012, 273-274.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Fray Bartolomé de LAS CASAS, Brevísima relación de la destrucción de las Indias », Caravelle [En ligne], 99 | 2012, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/479

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals