Navigation – Plan du site
Comptes rendus

CLARINDA y AMARILIS, Discurso en loor de la poesía. Epístola a Belardo

Lima, P.U.C.P, 2009
Marie-Cécile Bénassy
p. 261-263
Référence(s) :

CLARINDA y AMARILIS, Discurso en loor de la poesía. Epístola a Belardo, Estudio preliminar, edición anotada y bibliografía de Raquel CHANG RODRIGUEZ.- Lima : P.U.C.P, 2009.- 260 p.

Texte intégral

1Ce beau livre, en édition numérotée, veut contribuer à transformer deux mystérieuses poétesses en figures fondatrices de la nationalité péruvienne, et à guérir ce vieux mépris machiste répandu par (le grand) Ricardo Palma qui traitait Amarilis de comadre cotorrera. Le curieux y trouvera le facsimilé des éditions originales, le discreto lector peu frotté de littérature pourra éclairer sa lanterne grâce aux notes qui décryptent les nombreuses allusions savantes de certains passages. Des figures aussi connues que Dante ou Luther ont même droit à leur notice. Péruvienne par mariage, « distinguished professor » à CUNY, auteur de nombreux livres sur la poésie de l’époque vice royale, Raquel Chang était tout indiquée pour montrer comment quelques femmes « cancelan estereotipos sobre géneros y geografía » (p. 79). Cette fois, le thème de la « transgression » qui lui était cher est mis en veilleuse puisque les femmes en question bénéficient de la reconnaissance des hommes et des péninsulaires…

2Il ne s’agit pas d’une édition critique (en prenant une loupe, on pourra trouver à critiquer aux vers 39, 76, 176 et 266 du poème d’Amarilis). La très riche étude préliminaire traite autant de culture que proprement de littérature. L’éditrice évoque les progrès récents de la recherche : par exemple « el rescate del corpus literario escrito por monjas » (p. 14). Elle s’appuie très souvent sur la critique antérieure, et dédie son livre à une américaniste qui venait de nous quitter, G. Sabat de Rivers.

3Le cas de Clarinda est exemplaire : Mexía de Fernangil, un poète de Séville parti pour l’Amérique, fait publier en 1608 dans sa ville natale un Parnaso antártico où lui-même a glissé la traduction d’un texte à la gloire du sexe féminin : les Heroidas d’Horace. Après avoir confié à l’une des trois muses liméniennes un prologue en défense de la poésie, il fait son éloge dans un sonnet. Le Nouveau Monde en vient à égaler l’Ancien tandis que la femme poète égale l’homme. En dépit de l’éloignement, Lima et Séville apparaissent comme des sœurs. Et, en effet, avec autant de science que de grâce, le Discurso en loor de la poesía fait défiler les nobles poètes des deux sexes dans les deux traditions biblique et païenne, puis chez les contemporains. Il démontre enfin l’utilité de la poésie, même si certains rimailleurs en font un mauvais usage. Quant à Amarilis, Raquel Chang laisse de côté la question vaine et trillada de son identité. Cette dame de Huánuco laisse entendre qu’elle a souffert du fait des guerres civiles. Elle se dit belle, orpheline, non mariée et consacrée à Dieu. C’est justement grâce à l’anonymat, à la distance et aux codes de l’amour platonique qu’elle peut se permettre, dans l’Epístola a Belardo de déclarer sa flamme à Lope de Vega, un péninsulaire très populaire à Lima. La raison ou le prétexte de la lettre est de lui demander d’écrire une biographie de sainte Dorothée, une martyre qui, selon la légende, fit jaillir un fruit miraculeux comme preuve de la vérité de sa Foi. Amarilis inverse avec audace – mais sans impudeur - le schéma habituel, infligeant au passage des leçons de morale chrétienne au dramaturge qui publiera la lettre à Madrid en 1621 dans la Filomena con otras diversas rimas, prosas y versos. Et il répondra à sa correspondante sur le même registre...

4C’est ce thème d’un dialogue original homme/femme chez les premières poétesses américaines qui termine brillamment ce prologue. La deux fois dominicaine Sor Leonor de Ovando est la première. Vers 1575, cette femme savante et résolue traite d’égale à égale avec l’oidor Eugenio de Salazar, faisant l’éloge d’un de ses sonnets dans un nouveau sonnet. Amarilis, championne du Nouveau Monde, à l’image de sainte Dorothée, apporte au grand Lope de Vega un nouveau fruit paradisiaque, et le poète prend cet hommage très au sérieux. Quant à Sor Juana Inés de la Cruz, elle est « Archi-Poetisa » aux yeux du noble Conde de la Granja, un poète qui lui écrit du Pérou en 1693. Elle dépasse à la fois Góngora, Quevedo et Calderón. La question de savoir si elle est homme ou femme ne se pose plus. En réponse à cet admirateur, comme aux autres, la Dixième Muse « se vale de diferentes estrategias – desde el humor hasta la mitología – para inventarse y reinventarse » (p. 77).

5La bibliographie ne se prétend pas exhaustive. On nous permettra de regretter quand même certaines omissions : Teodoro Hampe sur la diffusion des livres, Pilar Manero sur le pétrarquisme, Luis Martin sur les filles de conquistadores. Et Asunción Lavrin, spécialiste des écrits de religieuses, n’a droit qu’à une référence.

6Mais il faut terminer par ces lignes :

« Así, en el vaivén entre introspección y retrospección, entre patria y persona, entre legislación europea y realidad americana, entre fundación y destrucción, la voz poética replantea el pasado y cuestiona el presente a la vez que reclama su espacio » (p. 57)

7On pense que le livre est très lu au Pérou ; il mérite de l’être également par les américanistes des deux mondes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy, « CLARINDA y AMARILIS, Discurso en loor de la poesía. Epístola a Belardo »Caravelle, 96 | 2011,  261-263.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy, « CLARINDA y AMARILIS, Discurso en loor de la poesía. Epístola a Belardo »Caravelle [En ligne], 96 | 2011, mis en ligne le 01 août 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/4945

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals