Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sor Juana Inés DE LA CRUZ, Los empeños de una casa. Amor es más laberinto

Madrid, Celsa Carmen García Valdés, 2010
Marie-Cécile Bénassy
p. 266-267
Référence(s) :

Sor Juana Inés DE LA CRUZ.- Los empeños de una casa. Amor es más laberinto.- ed. Celsa Carmen García Valdés.- Madrid, Cátedra, Letras Hispánicas, 2010.- 509 p.

Texte intégral

1Depuis un bon demi-siècle, l’édition des Obras completas de Sor Juana (Mexico, F.C.E., 4 volumes, 1951-1957) fait autorité. Elle a représenté un progrès décisif et elle eut droit en France à une recension très louangeuse de Marcel Bataillon lui-même. Mais la perfection n’est pas de ce monde, de nouveaux documents apparaissent et certains jugements peuvent être discutés. En outre, le décès subit de l’éditeur, Alfonso Méndez Plancarte, l’empêcha de réaliser lui-même le tome IV, Comedias, sainetes y prosa.

2Notre collègue espagnole, siglodorista confirmée, donne aujourd’hui la première édition vraiment « critique » des deux comedias. Le texte de base est la princeps de 1692, et sont mises en regard minutieusement les variantes que comportent les éditions anciennes (y compris les sueltas) et les quelques manuscrits, tous réalisés dans la péninsule. Certaines modifications ont une importance réelle pour le sens de la pièce. Que, dans les Empeños, le gracioso déguisé en femme prenne à témoin les señores qui composent le public, ou seulement les señoras, ce n’est pas tout à fait la même chose.

3Et l’annotation est très soignée sans être envahissante. L’antiquité classique est évoquée quand nécessaire. L’éditrice a choisi de respecter une certaine faveur que montrait Sor Juana pour les archaïsmes. Elle explique ses choix un à un, et ses accords ou désaccords vis à vis de son prédécesseur Alberto G. Salceda. Elle ne cache pas ce qu’elle doit à autrui. Elle explique les passages vraiment difficiles, et d’autres qui peuvent l’être pour les novices. Elle cite avec pertinence d’autres œuvres de Sor Juana et des grands auteurs.

4Ce livre a d’autres mérites. L’introduction commence par une présentation de la vie, de la personnalité et des œuvres de Sor Juana avec d’opportunes citations. Pour le Sueño, C. C. García Valdés s’appuie sur une bibliographie particulièrement fournie. Elle offre, p. 16, un propos exemplaire :

« No hay que olvidar que la poesía barroca, en general, no posee un valor confesional, sino que es el resultado de un saber codificado por la tradición que presenta al lector esquemas arquetípicos del amor y de las pasiones »

Ensuite elle résume et commente les deux comedias. La première est parfaite dans le genre comédie d’intrigue. Octavio Paz y voyait une « perfection vide ». Ce n’est pas l’avis de l’éditrice qui montre combien Sor Juana dynamite la notion de point d’honneur en même temps qu’elle l’exploite. Elle donne aussi leur place aux poèmes qui complètent le festejo. Quant à Amor es más laberinto, c’est une comédie « mythogico-galante », en fait surtout galante, dont Sor Juana n’a écrit que deux actes, et dont la postérité ne sauve guère que les étonnants propos de Thésée sur le pouvoir politique.

5Peu d’erreurs constatées : une de date dans la biographie. Le changement de vie de Sor Juana ne se produit pas après 1689, première édition de ses œuvres en Espagne, mais après 1692, date de publication à Séville du triomphal Segundo volumen, et aussi, à Mexico, d’une gravissime révolte populaire. On peut regretter aussi que l’éditrice n’ait pas évoqué la question des représentations contemporaines des deux pièces. Amor es más laberinto apparaît comme un cas désespéré. En revanche, les Empeños, déjà traduits en anglais, sont parfois joués sur le continent américain et ils l’ont été au moins une fois en Espagne, à Almagro. On aime surtout le fameux travestissement du gracioso au troisième acte. Mais l’auteur de ces lignes a entendu le metteur en scène mexicain José Luis Ibáñez dire que l’interminable monologue du premier acte lui posait un sérieux problème. Plus généralement, c’est la recevabilité actuelle de la poésie de Sor Juana qui est en cause. La femme est de plus en plus célébrée, surtout en Amérique et en Europe du sud, mais que lit-on d’elle hors les sonnets et quelques courts poèmes ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Cécile Bénassy, « Sor Juana Inés DE LA CRUZ, Los empeños de una casa. Amor es más laberinto », Caravelle, 96 | 2011, 266-267.

Référence électronique

Marie-Cécile Bénassy, « Sor Juana Inés DE LA CRUZ, Los empeños de una casa. Amor es más laberinto », Caravelle [En ligne], 96 | 2011, mis en ligne le 01 août 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/4978

Haut de page

Auteur

Marie-Cécile Bénassy

Université de Paris III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals