Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Fernanda MACCHI, Incas ilustrados. Reconstrucciones imperiales en la segunda mitad del siglo XVIII

Madrid-Frankfurt, Vervuert-Iberoamericana, 2009
Karine Périssat-Grauby
p. 270-272
Référence(s) :

Fernanda MACCHI.- Incas ilustrados. Reconstrucciones imperiales en la segunda mitad del siglo XVIII.- Madrid-Frankfurt, Vervuert-Iberoamericana, 2009.- 286 p.

Texte intégral

1Fernanda Macchi nous offre avec cet ouvrage, qui se place dans la continuité des travaux de Alberto Flores Galindo, Manuel Burga, John Rowe, Deborah Poole, Pablo Macera et Juan Carlos Estenssoro, une étude extrêmement minutieuse sur les représentations et reconstructions de l’empire inca dans la première moitié du xviiie siècle, plus particulièrement à travers les rééditions et traductions de la Primera Parte de los Comentarios reales de los incas de Garcilaso de la Vega (initialement publiée en 1609). Dans cette première moitié de xviiie siècle, charnière entre le Baroque et les Lumières, l’empire inca est devenu un phénomène de mode, tant en Europe où il est la quintessence de l’exotisme américain, que de l’autre côté de l’Atlantique où la nostalgie de l’Incario se manifeste dans ce mouvement artistique et idéologique qu’est le Renacimiento incaico.

2Incas ilustrados s’articule en quatre parties. La première s’attache à l’étude de la réédition des œuvres de l’Inca Garcilaso de la Vega par Andrés González de Barcia Carballido y Zúñiga. La réédition des chroniques des Indes par Barcia, entre 1722 et 1743 à Madrid, s’inscrit dans le mouvement de relecture par les historiens espagnols de l’histoire de leur empire, dans un projet révisionniste qui prétend redorer le blason de l’Espagne et effacer les traces de la Légende Noire. Et c’est bien ce projet révisionniste qui incite Barcia à rééditer les Commentaires royaux de Garcilaso en inversant l’ordre des publications des deux parties au xviie siècle. Fernanda Macchi nous montre donc comment cette inversion, en rien innocente, permet à Barcia de privilégier l’héritage espagnol de Garcilaso en rééditant en 1722 la Seconde partie des Commentaires royaux (initialement parue en 1617), récit détaillé des exploits héroïques des Espagnols lors de la Conquête. Dans les années qui suivront, Barcia rééditera la Florida del Inca puis enfin la Première partie des Commentaires royaux en 1723 dans un but clairement avoué de lutter contre l’ignorance et l’envie « que están continuamente contrastando la memoria y la fama de los héroes », de rendre accessibles au public (espagnol et européen) des sources premières qui réhabilitent la renommée de la nation espagnole et mettent un terme aux calomnies dont L’Espagne était l’objet. L’analyse par Fernanda Macchi des paratextes de l’édition de 1723 met en évidence le projet révisionniste de Barcia : quand le texte de Garcilaso s’efforce de donner des Incas une image de princes justes et admirables, les paratextes "corrigent" cette apologie en ajoutant au texte de Garcilaso (sans en remettre en question la véracité et sans jamais contredire l’auteur) plusieurs justifications de la conquête de l’Incario par les Espagnols (l’acte sacrilège d’Atahuallpa, la rébellion de Tupac Amaru). La réédition de 1723 n’a donc pas pour objectif de remettre en question la version de Garcilaso sur l’organisation de l’empire inca mais de justifier la Conquête et glorifier l’entreprise impériale de l’Espagne dans un xviiie siècle où L’Espagne a perdu toute sa gloire. Cette réédition / réappropriation de l’œuvre de Garcilaso sera pourtant vaine face à la propagande étrangère contre l’Espagne.

3Dans la deuxième partie de son ouvrage, Fernanda Macchi aborde la question des traductions des Commentaires royaux en France et en Angleterre dans la première moitié du xviiie siècle, mettant en évidence que les corrections apportées à l’œuvre originale, les interventions des traducteurs, les paratextes, ont infléchi le sens des Commentaires. Si l’édition espagnole de Barcia avait effacé l’héritage métis de Garcilaso, les traductions françaises et anglaises mettent au contraire l’accent sur l’origine indienne de Garcilaso, origine qui devient un gage de la véracité de ses propos. Les différentes traductions et éditions françaises, à partir de celle de Jean Baudoin en 1633, reconstruisent et réordonnent la structure du texte, effacent sa nature même de « commentaire » pour ne retenir que l’aspect « Histoire des Incas », offrent de l’empire inca l’image apologétique d’un gouvernement parfait qui, par contraste, rend celui des Espagnols tyrannique et cruel. La traduction de Thomas François Dalibard, publiée à Paris en 1744, prolongera cette reconstruction en effaçant l’origine espagnole de Garcilaso et en incluant dans la traduction des notes sur l’histoire naturelle et l’économie du Pérou, tirées des ouvrages de La Condamine, Frézier et Feuillée, autant d’éléments qui serviront de preuves de l’inefficacité administrative de la Couronne espagnole. A mesure que les traductions dessinent l’éloge de l’Incario, elles mettent en évidence, par contraste, une critique acerbe du comportement des Espagnols lors de la Conquête et de leur mauvaise gestion de l’Amérique.

4Dans la troisième partie, Fernanda Macchi poursuit son analyse des reconstructions de l’empire inca à travers les œuvres littéraires (théâtre, ballets, romans) produites par cette France de la première moitié du xviiie siècle. Les mille et une heures, contes péruviens de Thomas Simon de Gueullette (Amsterdam, 1733), l’opéra-ballet les Indes galantes (1735), le roman épistolaire de Mme de Graffigny Lettres d’une Péruvienne, publié en 1747, sont autant d’exemples de la réappropriation par les écrivains et artistes français de l’œuvre de Garcilaso. L’Incario offre un cadre idéal à la naissance d’œuvres de fictions, romancées et romanesques où la voix est celle de l’indigène.

5Enfin, dans une quatrième partie, Fernanda Macchi revient aux sources et analyse deux textes péruviens : le récit par Pedro de Peralta de Barnuevo (los Júbilos de Lima, 1723) de la fête organisée en l’honneur de don Luis et de María Victoria, enfants du roi Philippe V, au cours de laquelle les caciques de Lima et de Cuzco mirent en scène, avec force luxe, la grandeur de leurs ancêtres ; et la pièce de théâtre en quechua Ollantay, drame amoureux qui, par sa fin heureuse, met en exergue la grandeur de Tupac Yupanqui.

6La diversité des textes analysés par Fernanda Macchi, tant historiques que fictionnels, tant européens qu’américains, place cet ouvrage dans la lignée des études sur la réécriture ou la reconstruction de l’empire inca plus de deux siècles après l’arrivée au Pérou des Espagnols. Ces discours mettent en évidence que le mouvement de renaissance inca n’est pas un mouvement purement indigène ni même péruvien, mais le fruit de textes produits de part et d’autre de l’Atlantique et qui, en idéalisant et en mythifiant l’Incario, construisent une critique de plus en plus forte de l’Espagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Périssat-Grauby, « Fernanda MACCHI, Incas ilustrados. Reconstrucciones imperiales en la segunda mitad del siglo XVIII », Caravelle, 96 | 2011, 270-272.

Référence électronique

Karine Périssat-Grauby, « Fernanda MACCHI, Incas ilustrados. Reconstrucciones imperiales en la segunda mitad del siglo XVIII », Caravelle [En ligne], 96 | 2011, mis en ligne le 01 août 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/5000

Haut de page

Auteur

Karine Périssat-Grauby

Université de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals